Version classiqueVersion mobile

Les formes du montage dans le cinéma d’avant-garde

 | 
Vincent Deville

Préface. L’évolution se produit à partir des exceptions

Nicole Brenez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le montage n’a jamais existé. Il n’est pas arrivé à faire passer la vie, sauf à de rares exceptions, comme il y en a dans l’évolution. Rimbaud ou Mallarmé étaient de vrais monteurs, eux. Le cinéma n’a pas réussi à faire ça. Pourtant, il avait des dispositions enfantines, mais qui ont été rapidement gâchées par un mauvais usage de l’argent. On peut sauver un pour mille du cinéma, tout de même. Disons que ce sera Moïse sauvé des eaux », déclare Jean-Luc Godard en 20041.

Vincent Deville sait très bien où se trouvent les Rimbaud et les Mallarmé du cinéma : dans le champ du cinéma expérimental, où ils se nomment Ian Hugo, George Brecht ou Éric Baudelaire. Sa familiarité avec les cinématographies d’avant-garde de tous temps et de toutes provenances témoigne d’une fréquentation assidue mais aussi d’une dilection qui n’a rien d’exclusif puisqu’il connaît aussi parfaitement l’œuvre d’Anthony Mann que celle de Raymonde Carasco (pas si éloignées au fond, en termes de paysages escarpés, de réc...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search