Version classiqueVersion mobile

Le doublage et le sous-titrage

 | 
Jean-François Cornu

4. Voix du rêve, images des mots : pour une esthétique du doublage et du sous-titrage

Chapitre IX. Le doublage ou la voix réincarnée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La voix révèle souvent la nature de l’être humain, mais elle ne s’accorde que rarement avec son aspect extérieur.
Josef von Sternberg1

« Une V. F., ça doit être aussi bon qu’une bonne pièce radiophonique : ça doit pouvoir s’écouter les yeux fermés2. » C’est à propos des versions françaises des séries télévisées étrangères (principalement américaines) que s’exprime ici Martin Winckler. Cette déclaration recèle deux paradoxes. En voulant souligner la nécessité d’obtenir une bande-son française dont la qualité soit la meilleure possible, cette affirmation met exclusivement l’accent sur la dimension sonore et orale d’une œuvre audiovisuelle. Or, les concepteurs d’une version doublée de film ou de fiction télévisée ne sauraient travailler sans l’image pour recréer un son. Leur approche est, par définition, différente de celle qui préside à la création d’une fiction radiophonique dont le son est l’unique dimension, laquelle doit, en outre, être capable de susciter des images dans l’esprit d...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search