Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le dernier Buñuel

 | 
Arnaud Duprat

Chapitre I. Des films français ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Conditions de tournage et de réception

En 1965, Luis Buñuel, après le tournage en France du Journal, a décidé de revenir au Mexique pour tourner un projet qui lui tient à cœur. Il s’agit de la vie de Siméon le stylite, un saint qui, au Moyen Âge, vécut sur une colonne en plein désert. Depuis Viridiana qui a marqué ses retrouvailles avec l’Espagne et a fini de lui assurer un statut de cinéaste prestigieux à une échelle internationale, Buñuel se situe dans une période où ses derniers projets dénotent une plus grande liberté artistique. El ángel, sorti deux ans auparavant, reposait sur un synopsis au point de départ irrationnel qui évoquait les premiers films surréalistes et notamment la scène de la réception de L’âge d’or. Le journal, adapté d’un roman d’Octave Mirbeau de la fin du XIXe siècle, permettait à Buñuel, en transposant l’action à la fin des années vingt, de retrouver sa jeunesse en France et de dépeindre une société sclérosée dont la décomposition est accélérée par la montée...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540