Version classiqueVersion mobile

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Annexe. Le mesurage des sels sur les marais de l’Atlantique français

Jean-Claude Hocquet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Il faut distinguer les époques quand l’adoption, tardive, du système métrique introduisit une coupure qui eut une incidence réduite sur les pratiques traditionnelles de pesage ou de mesurage, puisque cette adoption bouleversa fort peu les usages à un moment où les sels de la Baie avaient cessé d’occuper une place importante sur les marchés européens. Il faut aussi distinguer les usages du commerce car ce qui sert à la manutention sur le dos des mules et au portage à l’épaule pour déplacer le sel du marais jusqu’à la cale du vaisseau, entendons le sac, est ensuite vidé sans ménagement dans la cale des navires et pelleté à la va-vite, tassé, pour faire le maximum de place. Il n’y a pas d’exemple connu où le sel de la Baie aurait voyagé en sac ou en tonneau. Enfin il ne faut pas oublier que les mesures servent seulement au mesurage : on n’embarque pas le sel dans son muid, on charge un muid de sel. Bien entendu les mesures étaient locales et répondaient à des usages locaux. L’estuaire de la Loire introduit aussi une césure.

  • 1 Bouhier C., « Les comptes du sel de Noirmoutier dans la première moitié du xve siècle », Bull Phil (...)
  • 2 Sarrazin J. L., « Le Temporel rural de l’abbaye cistersienne de Buzay en pays de Rais au Moyen Âge (...)

2L’une des plus connues de ces mesures est la charge. À Noirmoutier, elle faisait, en 1390, 25 sacs, qui formèrent la « petite charge » en 1429, quand apparut à l’exportation au milieu du xve siècle une grande charge de 28 sacs. En 1484 un document précisait que le sac avait une contenance de 2 boisseaux et demi1. Au début du xviie siècle, la charge fit 30 sacs, ce qui, après l’adoption du système métrique décimal, donnait 44 hl ou 220 doubles décalitres (on avait ajouté un double décalitre pour le gâtage). Cet accroissement continu de la charge reflète bien la situation du marché, on augmente la mesure « en faisant bonne mesure » pour attirer les négociants étrangers et les détourner d’aller s’approvisionner ailleurs. Un compte du sel sur le port de Bouin (1512) distinguait la charge de 24 sacs et la charge marchande de 27 sacs et demi2.

  • 3 Sur cet ingénieur-dessinateur, né en 1652 († 1737), auteur de deux mémoires sur les marais salants (...)

3Pour l’île de Ré, on possède la description très précise de Cl. Masse3 sur les mesures et unités de compte anciennes :

  • 4 Tardy, Sel et sauniers, op. cit., p. 110-111.

« Et le cent de sel contient 28 muids ou 404 charges de chevaux qui portent chacun deux basses rases. Si bien que le cent contient 808 basses. Et la basse contient 24 pintes d’Ars ou 36 mesures de Saint-Martin et la basse pèse environ 40 livres. Et a de diamètre 14 pouces, largeur par en haut 12 pouces, largeur par en bas 15 pouces, de largeur au milieu 16 pouces et de hauteur 16 pouces et cette basse est de figure ovale.
Le muid contient 14 sommes ou charges de chevaux et le septier est composé de quatre sommes ou huit basses, et le cent de septier font le cent de sel et le muid contient 24 boisseaux, mesure de Brouage, et 28 muids font le cent de sel4. »

4Un négociant, Étienne Dechézeaux, donne le rapport entre volume et poids de sel (1792)

  • 5 Dechézeaux est l’auteur d’un mémoire imprimé, de l’Isle de Ré et de son commerce (1792), cité par (...)

« Le cent de sel est composé de 28 muids, le muid de 24 boisseaux, ce qui fait 172 [sic lire 672] boisseaux au cent. Chaque boisseau pèse de 80 à 82 livres, ce qui donne un poids de 55.104 livres pour un cent5. »

  • 6 Enquête sur les Sels (1864), vol. 1, p. 438-440.

5Selon un avocat du barreau de La Rochelle, lors du chargement, le sac ne sert qu’au charroi, sur le dos du cheval. Arrivé à l’allège, le sel est vidé sur le pont et pelleté dans un demi-hl puis versé dans la cale où il est reçu et piétiné par d’autres manœuvres. L’allège gagne alors le navire, le sel est lancé de la cale de l’allège sur son pont, puis de ce pont sur le pont bien plus élevé du bateau, versé à nouveau dans un ½ hl, passé à la balance, enfin jeté dans la cale où il est répandu partout6.

  • 7 Buron G., Bretagne des marais salants, 2000 ans d’Histoire, Morlaix, Skol Vreizh, 1999, p. 115.

6À Guérande, le « muid » de sel n’a pas cessé d’évoluer : il est passé de 18 mouets en 1588 à 21 mouets en 1622, puis à 22 mouets après 1630. Il était fixé en 1656 à 22 mouets et donné pour 2 tonneaux ¼ de marine. La mesure du mouet contenait 10 quarteaux, mesure de Guérande, dont une comble. Le 30 juin 1750, un arrêt du Conseil du Roi fixait le poids de ce muid à 5 500 livres, qui devinrent, en 1807, 3 tonnes. En avril 1807, le maire du Croisic écrivait au préfet que « le double hectolitre a été adopté comme plus convenable au mesurage des sels [car] il diffère peu de l’ancien mouet [dont il a] conservé l’ancienne forme autant pour la commodité des mesureurs que pour les y familiariser plus promptement. Aujourd’hui les femmes et les enfants savent que les 20 doubles hl équivalent juste aux 22 mouets d’autrefois et forment l’ancien muid du Croisic7 ».

  • 8 Ibidem, p. 115 : métrologie du sel de Guérande.

7Pour le livrage des sels aux embarcations, on emploie des bêtes de somme, chevaux ou mules. La charge de 300 livres (= 1 mouet) est placée en 3 sacs longs et étroits de 45 à 50 kg chacun. Arrivé sur le pont du bateau, les sacs sont vidés dans un mouet pour le mesurage, puis le sel est précipité à fond de cale8.

  • 9 Le Terme E. C., Règlement général et notice sur les marais salants des provinces d’aunis et de Sai (...)
  • 10 Le Terme, Règlement général, p. 72.

8À Marennes-Oléron, dans les années 1820, on se servait d’une mesure appelée demi-hectolitre, de forme ronde et conique, dont le sous-préfet Le Terme donne les dimensions : diamètre intérieur à la base = 501 mm, à l’ouverture = 302 mm, profondeur = 372 mm9. Cependant la vente du sel s’effectuait alors au poids, « ce poids était constaté en faisant d’abord le mesurage du sel avec le ½ hl, à bord du bâtiment, et en multipliant ensuite la quantité de ½ hl par un terme moyen invariable de pesanteur. Ce terme moyen était uniquement employé pour simplifier les rapports du propriétaire avec l’acheteur ou commerçant. Il est fixé à : 41 kg/hl sur le continent, 39 kg/hl pour l’île d’Oléron. Pour mesurer le sel dans le ½ hl, on le remplit sans effort à la pelle coulante et rasé sur le champ, de telle sorte qu’il ne reste grain sur bord. Il est défendu à tous de plomber en chargeant le ½ hl10 ».

  • 11 Enquête sur les Sels (1864), p. 188 et p. 230.
  • 12 Ibidem, p. 365.

9Selon l’Enquête sur les Sels (1864), en Vendée, 1 hl de sel pèse de 75 à 80 kg et la charge est de 8 t (9 t à Saint-Gilles), mais à Beauvoir et Noirmoutier, cette charge est réduite à 3 t11, et à l’île de Ré, le sel se vendait à une mesure de 100 setiers ou 680 ½ hl, ce qui correspondait à un poids d’environ 26 t12. On observe la contamination du système métrique décimal par les anciennes mesures fortement ancrées dans les rapports sociaux entre propriétaires et sauniers et dans les relations économiques avec le négoce.

10La mesure de l’île de Ré mérite qu’on s’y attarde :

11tandis qu’à Brouage on était fidèle au système duodécimal traditionnel fondé sur le muid et ses sous-multiples :

12C’est la combinaison de ces deux systèmes hétérogènes qui crée le cent de 672 boisseaux signalé par le négociant Dechézeaux. En effet :

13Les historiens du sel de Brouage conféraient à ce boisseau une capacité de 48,601 litres ce qui s’harmonise avec un PS du sel de Brouage et de l’île de Ré de 0,906.

14À l’arrivée à Amsterdam, le cent dit de Brouage rendait 11 last et demi (d’Amsterdam) ou 23 tonneaux. Le volume et la masse du last à Amsterdam sont-ils acceptables ? Le last désigne en fait deux unités différentes qu’il faut se garder de confondre : c’est d’abord une unité de poids réel faite de l’amoncellement de tant de sacs ou de muids constitués eux-mêmes de setiers. Par conséquent son poids varie en fonction du PS des marchandises mesurées : Rapporté à la livre poids de marc, unité de poids connue et utilisée dans toute l’Europe, le last de sel a un poids de :

  • 13 Sur tout ce qui précède : Hocquet J.-C., « Structures métrologiques et développement des anciens s (...)

15Note1313.

  • 14 Roberts L., The Merchants Map of Commerce, Londres, 1re éd., 1638, Le Moine de L’Épine, le Négoce (...)

16Le last a une deuxième acception : « en terme de marine, il est toujours compté de 4 000 livres pesant », ce qui signifie que pour les marchandises embarquées dans les cales des vaisseaux hollandais, quand l’essentiel devient la notion d’encombrement, lié lui-même au volume occupé par les marchandises, et pour calculer le fret demandé aux marchands, on convertit toutes les marchandises à une commune unité de compte, le last de 4 000 livres ou deux tonneaux de France, c’est-à-dire de Bordeaux14.

Notes

1 Bouhier C., « Les comptes du sel de Noirmoutier dans la première moitié du xve siècle », Bull Phil. et Hist (1966), 1968, sur la charge noirmoutrine, p. 227-228.

2 Sarrazin J. L., « Le Temporel rural de l’abbaye cistersienne de Buzay en pays de Rais au Moyen Âge (des origines au début du xvie siècle) », mémoire de DES, Université de Nantes 1970 (dact.), p. 147-149.

3 Sur cet ingénieur-dessinateur, né en 1652 († 1737), auteur de deux mémoires sur les marais salants de Saintonge, Pierre Tardy, Sel et sauniers d’hier et d’aujourd’hui, Groupement d’Études rétaises, 1987, p. 295.

4 Tardy, Sel et sauniers, op. cit., p. 110-111.

5 Dechézeaux est l’auteur d’un mémoire imprimé, de l’Isle de Ré et de son commerce (1792), cité par Tardy, Sel et sauniers, p. 108 et 111.

6 Enquête sur les Sels (1864), vol. 1, p. 438-440.

7 Buron G., Bretagne des marais salants, 2000 ans d’Histoire, Morlaix, Skol Vreizh, 1999, p. 115.

8 Ibidem, p. 115 : métrologie du sel de Guérande.

9 Le Terme E. C., Règlement général et notice sur les marais salants des provinces d’aunis et de Saintonge, Rochefort 1826, p. 81.

10 Le Terme, Règlement général, p. 72.

11 Enquête sur les Sels (1864), p. 188 et p. 230.

12 Ibidem, p. 365.

13 Sur tout ce qui précède : Hocquet J.-C., « Structures métrologiques et développement des anciens systèmes de mesure : le commerce et les transports », p. 25-48, dans Hocquet J.-C., Kiss I. et Witthöft H. (éd.), Metrologische Strukturen und die Entwicklung der alten Mass-Systeme (Actes du colloque de métrologie historique, 16e congrès international des sciences historiques, Stuttgart, août 1985) St. Katharinen, 1988, 214 p. Delafosse M., Laveau Cl., le commerce du sel de Brouage aux xviie et xviiie siècles, Cahier des Annales 17, Paris 1960, avait accordé une place aux mesures (p. 39-40).

14 Roberts L., The Merchants Map of Commerce, Londres, 1re éd., 1638, Le Moine de L’Épine, le Négoce d’Amsterdam, Amsterdam 1694, p. 57, Ricard S., traité général du commerce…, Amsterdam, 1700, 51.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search