Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le découpage au cinéma

 | 
Gilles Mouëllic
, 
Vincent Amiel
, 
José Moure

2. Analyses

Découpage libre, découpage contraint : la transplantation de Jean Renoir à Hollywood

François Thomas

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le style de découpage a beau être au cœur de l’art du metteur en scène, il ne peut pas être assigné uniquement à celui-ci, mais aussi au contexte de production, voire au système de production. Le budget, le plan de travail, parfois les coutumes d’une société de production ou d’une industrie nationale, influent fortement sur la conception et l’exécution du découpage. Les choix de décor, la lumière, l’habileté et la bonne volonté des comédiens, qui interagissent avec le découpage, sont également affectés par le contexte de production. Tous les cinéastes européens exilés aux États-Unis à l’ère du Hollywood classique, tels Fritz Lang, Douglas Sirk ou Max Ophuls, ont changé de découpage outre-Atlantique. Aucun n’a davantage métamorphosé sa manière de faire que Jean Renoir dans ses cinq longs-métrages tournés pour Hollywood entre 1941 et 1946. Dans chacun d’entre eux, Renoir a abouti à une déclinaison différente du découpage classique hollywoodien.

La standardisation du découpage classique...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540