Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Quatrième partie. Concurrences et circulations des sels

La production de sel en Amérique au xviiie et xixe siècle et la concurrence étrangère

Carol D. Litchfield

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Litchfield C., « Turks and Caicos Island Salt Production and Protective Tariffs in the United Stat (...)

1Aux colonies anglaises d’Amérique il était interdit de faire des produits manufacturés, on attendait d’elles l’exportation de produits bruts vers l’Angleterre et l’importation de produits finis achetés à la mère-patrie. Ceux-ci incluaient le sel dont l’industrie prospérait en Angleterre et dont la production dans les colonies aurait réduit la demande et ruiné l’emploi de sel comme lest à bord des vaisseaux britanniques faisant voile vers l’Amérique du nord. Quand commença la Guerre d’Indépendance, le sel manqua et les colonies installèrent rapidement de petites salines aussi bien au Nord qu’au Sud, par exemple à Syracuse (Onondaga, New York). Cependant la majeure partie des fournitures fut importée des Caraïbes1. Après la guerre révolutionnaire, la pénurie de sel continua et son importation demeurait essentielle. Nous allons voir successivement le besoin de Bay salt, sa production, son importation, la localisation et les techniques de production aux États-Unis même, enfin les tentatives pour protéger l’industrie américaine du sel de la concurrence étrangère.

Qu’est-ce que le Bay Salt ?

2Le plus grand dictionnaire de la langue anglaise du xviiie siècle à parler du « sel de la Baie » est celui de Brownrigg qui décrit ainsi sa préparation :

  • 2 « Bay salt is prepared in a manner most simple and easy, when the water of ponds and lakes impregn (...)

« Le Sel de la Baie est préparé de la manière la plus simple et facile, quand l’eau des bassins et des lacs imprégnée de sel est totalement évaporée par la force du soleil et de l’air, le sel est solidifié en une croute dure au fond du lac ou du bassin2. »

3Il explique le processus mis en œuvre pour produire ce Bay salt en France : il faut choisir une surface plane en bordure de la mer et un port mais éloigné de l’eau douce et de l’inondation, ensuite introduire l’eau de mer par un canal dans le premier réservoir, l’eau coule dans une seconde pièce elle-même divisée en trois bassins séparés que des petits canaux mettent en communication. Chaque bassin contient des saumures de différents degrés. Lorsque les saumures augmentent de degré, elles sont introduites dans la troisième série de bassins formés de plusieurs petites fosses contenant de la saumure saturée où le sel cristallise. Pour empêcher la perte de saumure, les fosses sont revêtues d’argile bleue ou rouge qui donne au sel un aspect bleuâtre.

4Aujourd’hui, on assimile simplement le sel solaire au sel de la Baie.

Pourquoi le Bay Salt ?

  • 3 Item 1B : The People’s Beacon & Independent Weekly Record, Lambertville, New Jersey, 1858, en micr (...)

Figure 1 : annonces de sel pour la vente et publicité sur les bienfaits du Bay salt3

Figure 1 : annonces de sel pour la vente et publicité sur les bienfaits du Bay salt3

La figure montre des importations de sel : un reçu de 1813 pour du sel solaire de Lisbonne, une publicité de 1858 pour le sel solaire de l’île Turk et de Bonaire (Antilles néerlandaises), Cadiz, St. Ubes (Setubal) Ivica (Iviza) et Nantes, en 1882 du sel d’Hyères (Provence) était encore importé, pour sa texture granuleuse et sa pureté.

5Une des sources préférées de sel était le « Sel de la Baie » d’Espagne. La France, important allié des États-Unis durant toute la Révolution, et le Portugal étaient aussi parmi les grands fournisseurs européens du marché américain. Ce sel était préféré pour la conservation de la viande et du poisson et pour le saumurage (for pickling) à cause de ses cristaux plus gros. Ce sel à gros grains, lent à se dissoudre, pénétrait profondément dans les aliments et leur conférait une concentration de sel plus élevée qui ralentissait l’avarie. C’était aussi un sel bon marché, utilisé comme lest sur les navires, ainsi il ne supportait pas de coût de transport. Enfin comme l’évaporation de l’eau de mer était provoquée par le soleil et le vent, son coût en terme d’énergie était faible. Mais comme la production nationale ne pouvait pas répondre aux besoins croissants de sel pour l’alimentation, le tannage des peaux, la fabrication du verre et l’industrie chimique, son importation était essentielle. Mais pourquoi du sel de la Baie ?

  • 4 Munson L. S., Syracuse the City that salt built, New York, Pageant Press International Corp., 1969 (...)

6La meilleure explication est fournie par un article du New York Journal of Commerce qui traitait du sel de la Baie originaire des Caraïbes4 :

« Il n’existe pas de produit de substitution au sel de l’île Turk produit dans ce pays, ni sur les rivages de l’Atlantique ni dans les sources salées de l’intérieur. Aucun sel “domestique” ne préservera les aliments à exporter. Le sel continental est suffisant pour saler légèrement (sweet) du bœuf ou du porc avant qu’ils ne gagnent le bord de la mer, mais s’ils doivent être embarqués, les tonneaux doivent être repaqués et copieusement arrosés du sel fort (strong) de l’île Turk. »

  • 5 Day D. T., Mineral resources of the United States. Calendar Year 1888, Washington D. C., Governmen (...)

7L’importance du Bay salt est démontrée par les volumes importés aux États-Unis entre 1795 et 1838 (Fig. 2A). Les données postérieures à 1838 ne distinguent plus entre les différents types de sel, si bien que 1838 est la dernière année relevée. La source la plus importante est l’Espagne5. Il faut pourtant noter que le « sel de la Baie », bien qu’il fût préféré pour saler la nourriture, représentait un pourcentage faible du total des importations de sel. Les données sont établies sur le graphique 2A en 100 barils pour le sel de la Baie importé, tandis que le Bay salt atlantique est évalué en boisseaux (approximativement 5 boisseaux pour 1 baril), si bien que l’on constate qu’en général le second (Bay salt atlantique) représentait environ 15 % du Bay salt importé (Fig. 2B).

Figure 2 : importations de Bay Salt aux États-Unis (d’après D. T. Day)

Figure 2 : importations de Bay Salt aux États-Unis (d’après D. T. Day)

Sources et méthodes de la production de sel aux États-Unis (1795-1900)

  • 6 Hocquet J.-C., Hommes et paysages du sel, une aventure millénaire, Arles, Actes Sud, 2001, 191 p. (...)

8Comme les États-Unis ont été peuplés d’immigrants venus de tous les pays européens, ceux-ci ont apporté les technologies qu’ils voyaient à l’œuvre dans leur pays d’origine. Par conséquent les premiers systèmes utilisés recouraient à l’évaporation solaire pour concentrer les saumures, suivie d’un bouillon. C’était là la méthode standart à Onondaga, New York, en 1788 et dans les États de la côte Est durant la guerre révolutionnaire. Pour protéger la saumure concentrée de la neige ou de la pluie, les bassins d’évaporation étaient couverts de toits amovibles qui pouvaient être placés rapidement en cas d’intempéries6.

  • 7 Discussion du développement de ce grainer system et son efficacité améliorée : Litchfield C., « Sa (...)

9Comme les ressources en bois diminuaient et que les populations augmentaient sur la côte, les gens migraient vers l’ouest et commencèrent à produire du sel à Kanawha, Virginie occidentale et ouest de la Pennsylvanie. Là, bouillir était la seule méthode possible à l’origine, mais on développa le grainer system qui augmenta beaucoup l’efficacité du processus d’évaporation fondé sur la chaleur7. Dans les années 1840 la concurrence aux salines de Kanawha et de Pennsylvanie se développa en Ohio et dans le comté de Mason, Virginie occidentale, où le grainer system fut la seule méthode utilisée. Une combinaison d’évaporation solaire et de bouillon fut le processus initial employé dans les salines du Michigan dans les années 1860, mais il fut remplacé par le plus efficace Chapin steam heating process. Finalement l’évaporation sous vide (vacuum evaporation) devint le standart à la fois dans les puits à saumure (brine wells) et les solutions minières (solution mining).

  • 8 Litchfield C. D., Bertram B., Kupfer R. L., « Avery Island, Louisiana : The first rock salt mine i (...)

10Le sel gemme fut pour la première fois exploité en mine en Louisiane en 1862, bien que la saumure d’un puits ait été bouillie pour produire du sel à des fins commerciales depuis 1812 environ8. Les États de New York, Michigan, Ohio et Kansas produisaient du sel à partir de saumure de puits et de sel gemme minier. Le Massachusetts ne possédait pas de puits de sel, l’eau de mer y était concentrée selon les techniques européennes de la graduation puis bouillies. La Californie commença à produire du sel pour les marchés de l’Est après l’achèvement du chemin de fer transcontinental en 1869.

11Le sel produit aux États-Unis était en compétition permanente avec le sel importé. Ceci explique que la publicité en faveur du sel produit dans le pays recourait à l’analyse chimique comparative pour convaincre la nation que le sel américain était aussi bon sinon meilleur que le sel étranger. Le tableau 1 montre ce type de comparaisons.

  • 9 Adapté d’une brochure publicitaire de Robert Geer, un distributeur de sel national et étranger éta (...)

Tableau 1 : Analyse chimique comparative des principaux sels importés et des sels nationaux9

Tableau 1 : Analyse chimique comparative des principaux sels importés et des sels nationaux9
  • 10 La brochure publicitaire est propriété de l’auteur.

12La seconde moitié du xixe siècle a produit un grand nombre de types de sel. Ainsi, Myles & Co, qui exploitait la mine de sel gemme d’Avery Island en Louisiane, produisait du sel gemme en bloc (lump rock salt), des capsules de sel (capping salt), du sel de pêche (fish salt), du sel de tannerie (hide salt), du gros sel (coarse salt), du gros sel moyen (medium coarse salt), du sel fin, du sel de table et du sel pour les produits laitiers et finalement des sels de bain. Ces différents produits étaient vendus sur les marchés du Sud10.

Les tarifs douaniers sur le sel (1789-1910)

  • 11 Toutes les informations sur les droits imposés au sel importé jusqu’en 1900 sont extraites de Proc (...)
  • 12 Ibidem, p. 47.
  • 13 Ibid., p. 51.

13Les plus anciens tarifs sur le sel furent institués en 1789 pour payer les dépenses de la guerre révolutionnaire d’indépendance11. Ils furent augmentés en 1790 puis de nouveau en 1797. Ce dernier tarif demeura en vigueur jusqu’en 1807, quand le Congrès argumenta avec succès que, sans dette publique, il n’était pas nécessaire d’imposer le sel importé. La guerre de 1812 changea la situation et en 1813 de nouveau il fallut imposer une taxe sur le sel qui durerait aussi longtemps que la guerre et s’éteindrait un an après la fin des hostilités12. En 1816, la taxe de $0,20/bushel de 56 livres fut augmentée d’un droit ad valorem de 10 %13.

  • 14 United States, 15th Congress, 1st Session, United States House of Representatives, Document n° 514 (...)

14Malgré les demandes d’abrogation de la taxe du sel et la concession de subventions aux exportateurs de poisson en saumure (pickled fish), le Département du Trésor, en 1818, fit valoir que l’abrogation entraînerait un déficit de $700 00014 Ni la taxe ni le droit additionnel ne furent abrogés. En 1826 on tenta de nouveau d’abolir les droits sur le sel :

  • 15 United States, 19th Congress, 1st Session, United States Senate, Document n° 61, Washington D. C., (...)

« À présent toutes les excuses pour [maintenir] cette taxe ont disparu. La dette publique est réduite à son premier état et notre revenu a augmenté. Ce qu’il y a de plus choquant, c’est qu’une part indue retombe sur les classes moyenne ou pauvre. Malgré la taxation, la production de sel a décliné au bord de la mer, tandis qu’elle a prospéré à l’intérieur, non pas grâce au droit, mais grâce aux faibles coûts de production, et malgré les coûts élevés de transport15. »

  • 16 Proctor, op. cit., p. 79.
  • 17 Ibidem, p. 112.

15Le Comité de l’Agriculture échoua jusqu’en 1830 quand le tarif fut réduit à $0,15/bushel pour un an, puis de nouveau abaissé à $0,10/bushel16. Les marchands de Philadelphie et les armateurs – souvent les mêmes personnes – agirent de concert en 1839 pour que le sel chargé comme lest payât le même taux que le sel importé. Ils prétendaient que même recyclé le sel de lest était vendu moins cher que le sel indigène ce qui était contraire aux intérêts de la navigation US. L’intérêt de ces débats vient de ce qu’il ne concernait pas un type de sel, bien qu’une part significative fût représentée par le Bay salt. Le 20 août 1842, le Tariff Act ne mentionnait pas un traitement différent pour ces deux types de sel, mais traitait différemment le sel gemme raffiné ou semi-raffiné. Il réduisait le taux sur le sel importé à $0,08 plus 10 % par bushel17 ; le seul motif de maintenir le tarif était de protéger l’industrie locale et les importations continuèrent au même niveau (Figure 2).

  • 18 Ibid., p. 142.
  • 19 Ibid., p. 158.
  • 20 Ibid., p. 213.

16La guerre de Sécession accrut les besoins de sel ; le 2 mars 1861 le tarif avait été d’abord réduit à $0,04 pour le sel en vrac (for bulk), c’est-à-dire le lest, et à $0,06 pour le sel « non bulk », c’est-à-dire « paquagé » (packaged salt)18. Toutefois, les besoins du Trésor incitèrent le Congrès à augmenter les droits à $0,12/100 livres pour le vrac et à $0,18/100 livres pour le sel mis en sac19 et en 1862 on ajouta une taxe ad valorem de 10 %. Enfin en 1864 le Congrès augmenta encore la taxe à $0,18/100 livres pour le sel paqué20. Ces taux furent maintenus après la fin de la guerre civile pour deux motifs : d’abord procurer de beaux revenus au Trésor et protéger l’industrie salinière américaine de la surproduction.

  • 21 Ibid., p. 447.
  • 22 Anonyme, Copies of Petitions Protesting Against Imposition of Duty on Salt, Privately printed broc (...)
  • 23 Proctor, op. cit., p. 523.

17De 1872 à 1894 le tarif fut réduit à $0,08/100 livres en vrac et à $0,12/100 livres pour le sel emballé. Le Tariff Act de 1894 élimina le droit sur le sel mais imposa un droit sur les matériaux dans lesquels il était paquagé (sacs, tonneaux…). Comme alternative, si un pays imposait un droit sur le sel importé par les États-Unis21, ce pays était assujetti à des droits d’importation. Ceci dura jusqu’en 1897 quand le taux antérieur à 1872 fut rétabli sous la pression des producteurs américains de sel et malgré les pétitions adressées en 1897 au Congrès pour protester contre le rétablissement de droits de douane sur les importations de sel. Ces pétitions étaient signées par les marchands de Galveston (Texas), Richmond (Virginie) New Haven (Connecticut), Kansas City (Missouri), Albany et New York City (New York), Savannah (Géorgie), Elgin (Illinois), Mobile (Alabama), Providence (Rhode Island), et Chicago (Illinois)22. La seule decision qui modifia le Tariff Act en 1897 établit que pour le poisson et la viande salés avec du sel importé puis réexportés, les conditionneurs seraient remboursés du montant du droit qu’ils avaient payé au moment de l’importation du sel étranger23.

18Encore en 1897 les marchands rappellaient au Congrès que l’importation de sel de la Baie était essentielle parce qu’il était infiniment meilleur que le sel produit aux États-Unis.

  • 24 Woodruff F., Reasons given by Merchants in New York, Boston and Chicago why Imported Salt should c (...)

« Les pêcheurs de Nouvelle Angleterre préfèrent le sel solaire (baysalt) pour sa pureté et sa force, et ils sont prêts à payer un prix plus cher que pour tout autre sel… [selon M. Woodruff] il préserve le poisson et lui confère une qualité qui autorise à en demander un prix plus élevé sur le marché. [Le conserveur rappelait encore que] le gros sel produit par les mines de l’État de New York avait un grain tranchant, dur comme le caillou, il cuisait le poisson et lui donnait un aspect chiffonné qui dépréciait beaucoup sa valeur24. »

  • 25 Gregory A., The Turks Islands Salt Trade and Industry : An Historical Economic Geography. Master o (...)

19En 1897 le tarif fut réduit à 1 % pour toutes les catégories de sel importé et en 1913 les droits à l’importation furent définitivement abolis25.

Notes

1 Litchfield C., « Turks and Caicos Island Salt Production and Protective Tariffs in the United States », CIHS Symposium, Cagliari 1998 (sous presse).

2 « Bay salt is prepared in a manner most simple and easy, when the water of ponds and lakes impregnated with salt is totally exhaled, by the force of the sun and air, and the salt is left concreted into hard crust, at the bottom of the lake or pond » (Brownrigg W., The Art of Making Common Salt, London, C. Davis, 1748, p. 12-44).

3 Item 1B : The People’s Beacon & Independent Weekly Record, Lambertville, New Jersey, 1858, en microfilm aux New Jersey State Archives. Les autres items appartiennent à la collection privée de l’auteur.

4 Munson L. S., Syracuse the City that salt built, New York, Pageant Press International Corp., 1969, p. 297.

5 Day D. T., Mineral resources of the United States. Calendar Year 1888, Washington D. C., Government Printing Office, 1890, p. 134-147.

6 Hocquet J.-C., Hommes et paysages du sel, une aventure millénaire, Arles, Actes Sud, 2001, 191 p. a reproduit ces clichés p. 62, ill. 55 et 56.

7 Discussion du développement de ce grainer system et son efficacité améliorée : Litchfield C., « Salt in the Kanawha Valley 1796-1854 : The Ruffner Family », dans Rüdiger J., Meissner U. (ed.), Das Leben in der Saline- Arbeiter und Unternehmer, Halle (Saale), Technisches Halloren-und Salinemuseum Halle (Saale), 1996, p. 62-76 et Chatard T. M., « Salt-Making Processes in the United States », Powell, J. W. Seventh Annual report of the United States geological Survey to the Secretary of the Interior 1885-1886, Washington, D. C., Government Printing Office, 1888, p. 491-535.

8 Litchfield C. D., Bertram B., Kupfer R. L., « Avery Island, Louisiana : The first rock salt mine in the United States », Journal of Salt History, nº 3, 1995, p. 101-120.

9 Adapté d’une brochure publicitaire de Robert Geer, un distributeur de sel national et étranger établi à Albany, New York, non datée, mais très probablement des années 1870-1900.

10 La brochure publicitaire est propriété de l’auteur.

11 Toutes les informations sur les droits imposés au sel importé jusqu’en 1900 sont extraites de Proctor R. G. Tariff Acts Passed by the Congress of the United States from 1789 to 1897, Washington, D. C. Government Printing Office, 1898.

12 Ibidem, p. 47.

13 Ibid., p. 51.

14 United States, 15th Congress, 1st Session, United States House of Representatives, Document n° 514, Washington D. C., Government Printing Office, 1818.

15 United States, 19th Congress, 1st Session, United States Senate, Document n° 61, Washington D. C., Government Printing Office, 1826.

16 Proctor, op. cit., p. 79.

17 Ibidem, p. 112.

18 Ibid., p. 142.

19 Ibid., p. 158.

20 Ibid., p. 213.

21 Ibid., p. 447.

22 Anonyme, Copies of Petitions Protesting Against Imposition of Duty on Salt, Privately printed brochure with a copy in the State Historical Society of Wisconsin, Wisconsin, Madison, p. 1-10.

23 Proctor, op. cit., p. 523.

24 Woodruff F., Reasons given by Merchants in New York, Boston and Chicago why Imported Salt should come into the United States free of all duty or tax, Privately printed with a copy in the State Historical Society of Wisconsin, Wisconsin, Madison, 1897, p. 1-16.

25 Gregory A., The Turks Islands Salt Trade and Industry : An Historical Economic Geography. Master of Arts degree Thesis, Berkeley, California, University of California, 1968, p. 212.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : annonces de sel pour la vente et publicité sur les bienfaits du Bay salt3
Légende La figure montre des importations de sel : un reçu de 1813 pour du sel solaire de Lisbonne, une publicité de 1858 pour le sel solaire de l’île Turk et de Bonaire (Antilles néerlandaises), Cadiz, St. Ubes (Setubal) Ivica (Iviza) et Nantes, en 1882 du sel d’Hyères (Provence) était encore importé, pour sa texture granuleuse et sa pureté.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7629/img-1.png
Fichier image/png, 120k
Titre Figure 2 : importations de Bay Salt aux États-Unis (d’après D. T. Day)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7629/img-2.png
Fichier image/png, 109k
Titre Tableau 1 : Analyse chimique comparative des principaux sels importés et des sels nationaux9
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7629/img-3.png
Fichier image/png, 15k

Auteur

Department of Environmental Science & Policy George Mason University

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540