Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

4. 1964-1970 Déclin du mouvement et naissance des premières histoires

Chapitre III. Des tables rondes de l’UNESCO aux premières histoires du « cinéma direct »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On pourrait croire que le succès de Pour la suite du monde en 1965-1966 ravive l’engouement de la cinéphilie. Pourtant, alors que l’intérêt des commentateurs français s’élargit à d’autres projets canadiens, ce corpus est rapidement associé aux « nouveaux cinémas » et n’offre aucun retour sur scène durable au « cinéma-vérité ». René Prédal décrit ce glissement dans son introduction du numéro « Jeune cinéma canadien » dans Premier Plan : « On a d’abord comparé Brault et Groulx à Rouch, Ruspoli et Leacock-Drew et l’on s’aperçoit à présent que les cinéastes canadiens filment aussi à la manière de Forman ou des jeunes réalisateurs italiens, hongrois ou brésiliens1. » Effectivement, au moment où sort la publication dirigée par Prédal (1967), la présence médiatique du « cinéma-vérité » ou du « cinéma direct » dans les médias français atteint un niveau quasiment nul2. L’absence d’écho journalistique ne signifie pas pour autant que cette aventure discursive soit terminée, car de 1963 à 1966 ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search