Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

4. 1964-1970 Déclin du mouvement et naissance des premières histoires

Chapitre II. La construction en France du « cinéma direct » canadien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les histoires qui traitent du « cinéma direct » décrivent ce phénomène comme l’émergence simultanée d’un renouveau documentaire en France, aux États-Unis et au Canada. Mon travail a montré que c’est en réalité en Europe que les cinéastes de la Drew Associates rencontrent leurs premiers succès : la Cinémathèque française dévoile des films refusés par la télévision américaine, La Pagode expérimente la projection de leur travail en salle, et plusieurs de leurs documentaires sont chaleureusement accueillis par la critique lors de leur passage en festivals (Tours, Cannes, Venise). Quelques semaines après la sortie de Chronique d’un été, les productions de la Drew Associates sont qualifiées de « films-vérité » par la critique hexagonale et les réalisateurs américains interviennent activement dans les polémiques. L’inscription des travaux de la Drew dans le « cinéma-vérité » est donc contemporaine au mouvement.

Le rapport des cinéastes canadiens au phénomène est plus complexe. Jusqu’en 1963...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search