Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

4. 1964-1970 Déclin du mouvement et naissance des premières histoires

Chapitre I. Les controverses s’essoufflent, le « cinéma-vérité » périclite

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début de l’année 1964, Georges Sadoul établit dans les colonnes des Lettres françaises son traditionnel bilan annuel du cinéma national. Après une année de violents échanges autour du « cinéma-vérité », même son plus fervent défenseur pose sur cette tendance un regard dubitatif. Certes, il classe le film de Marker parmi les dix œuvres les plus importantes de l’année, mais concède que l’avenir du mouvement est menacé : « Le cinéma-vérité auquel je crois de toutes mes forces est loin de s’être imposé au public. La carrière du Joli Mai fut difficile1. Ainsi, plus encore celle du Chemin de la mauvaise route, ignoré du grand public et traité avec mépris ou désinvolture par beaucoup de critiques2. » L’insuccès des « films-vérité » dépasse largement le simple accueil frileux de films novateurs. Le refus du public est si massif qu’il s’apparente à un trait définitoire, ce que Rouch est bien contraint d’admettre : « On ne peut pas voir dans nos recherches un engouement commercial, puisque...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search