Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Quatrième partie. Concurrences et circulations des sels

La concurrence entre les sels ibériques, français et britanniques sur les marchés du Nord au xviiie siècle

Pierrick Pourchasse

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jeannin P., « Le marché du sel marin dans l’Europe du Nord du xive au xviiie siècle », dans Mollat(...)

1Le sel est l’un des produits-clé des échanges entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe du Nord à l’époque moderne. « Le lien organique entre navigation et transport du sel était si étroit que ce produit servait parfois d’étalon quand on voulait déterminer le tonnage commercial d’un navire neuf1. » Bien que l’Europe septentrionale dispose de sources d’approvisionnement en sel gemme, les besoins sont considérables et des achats extérieurs sont nécessaires.

  • 2 Dollinger P., La Hanse, Paris, 1964, p. 313.

2Depuis le xive siècle, les villes hanséatiques s’intéressent à la production salicole de la côte atlantique de la France, tout particulièrement des marais salants de l’embouchure de la Loire, et organisent un trafic commercial pour s’y approvisionner. Le Baiensolt, le sel que les hanséates chargent dans la baie de Bourgneuf, par opposition au Travesolt de Lunebourg, devient la désignation de tous les sels français, même ceux de Brouage, voire même des sels Portugais2.

  • 3 Agats A., Der Hansische Baienhandel, Heildelberg, 1904, p. 49-52. La première mention de « sel de (...)
  • 4 Ibidem, p. 104. Proposition faite à la diète wesphalienne réunie à Munster en 1509.

3Les navires hambourgeois sont les premiers à fréquenter les marais salants de l’embouchure de la Loire, suivis des prussiens puis des livoniens et enfin des lübeckois3. À partir du xve siècle, les Hollandais participent à ce trafic. Leurs négociants sont signalés en 1432 à Novgorod pour des ventes de diverses marchandises dont du sel français. À la fin de ce siècle, ils prennent en main l’approvisionnement du sel en Baltique au point que les villes hanséatiques essaient de leur interdire de transporter des sels au-delà du Sund4.

  • 5 Guilloux F., « Histoire de la conquête du marais breton-vendéen et du port de Bourgneuf des origin (...)
  • 6 Friis A., « La valeur documentaire des comptes du péage du Sund. La période 1571 à 1618 », Mollat (...)
  • 7 Collins J.-B., « The role of Atlantic France in the Baltic Trade : Dutch Traders and Polish Grain (...)

4Au xve siècle les exportations glissent progressivement de la zone bretonne vers la zone de Brouage. Au siècle suivant, les nombreuses tempêtes qui dévastent les marais salants de l’embouchure de la Loire accélèrent le déclin des salines de Bourgneuf5. Les sels d’Aunis et de Saintonge ainsi que les sels portugais prennent le relais sur les marchés du Nord. La concurrence est vive entre ces deux sources d’approvisionnements6 mais à partir des années 1620-1621, les comptes du Sund enregistrent une spectaculaire augmentation de la part des sels français à bord de navires hollandais venant de la zone de Brouage (La Rochelle, Brouage, Seudre, Oléron, Ré) au détriment des sels portugais7.

  • 8 Les comptes du Sund, c’est-à-dire les registres originaux de la douane danoise à l’entrée et à la (...)

5Vers 1710, la Bretagne retrouve la première place des régions exportatrices françaises et la conserve pendant la majeure partie du xviiie siècle8. Les salines de l’embouchure de la Loire constituent le premier centre exportateur de sel français vers la Baltique avec 65,5 % du total entre 1725-1729, 70,9 % entre 1755-1759 et 44,8 % entre 1785-1789. Le Croisic pour l’embouchure de la Loire et Saint-Martin-de-Ré pour la zone de Brouage sont les principaux ports exportateurs. Ces chiffres doivent de plus être corrigés à la hausse car d’importantes réexportations se font à partir de la Hollande.

  • 9 Source : Øresunds Toldkammer Database.

Les exportations de sel de France vers la Baltique (en lasts)9

Les exportations de sel de France vers la Baltique (en lasts)9
  • 10 Delafosse M., Laveau C., Le commerce du sel de Brouage au xviie siècle, Paris, 1960, p. 67.
  • 11 Buron G., Bretagne des marais salants. 2000 ans d’histoire, Morlaix, Skol Vreizh, 1999, p. 99.

6Au cours de la période 1785-1789, les exportations bretonnes perdent leur prédominance au profit de la zone de Brouage. Les expéditions au départ de Bourgneuf, un des premiers ports exportateurs dans la première moitié du siècle, sont désormais négligeables alors que Noirmoutier devient un centre d’exportation de première importance. L’hypothèse de la différence de traitement fiscal entre les deux provinces peut être avancée. En 1772 et 1781, les droits sur tous les sels exportés du royaume sont revus à la hausse et passent à 8 sous puis à 10 sous par livre10. Quelques années plus tard, en 1785, sous la pression des négociants, les autorités décident d’exonérer les sels de Saintonge et de Brouage des droits additionnels au-dessus des 2 sous par livres. Cette discrimination, véritable entrave au commerce des sels bretons, porte un grave préjudice aux négociants de l’embouchure de la Loire qui dénoncent ce régime fiscal favorable à leurs concurrents11. Les deux dernières décennies de l’Ancien Régime se traduisent cependant par une chute spectaculaire des exportations françaises vers le Nord.

Le marché du sel en Europe du Nord

  • 12 Archives nationales B3 418, Mémoire instructif pour M. le comte de Serestre, ministre plénipotenti (...)
  • 13 Cieslak E., « Les pirates d’Alger et le commerce maritime de Gdansk au milieu du xviiie siècle », (...)
  • 14 Fossen A.-B., Bergen Bys Historie. Borgerskapets 1536-1800, vol II, Bergen, 1982, p. 583 et 609.
  • 15 Det Konglige Bibliotek, Copenhague, Efteretninger om den inden og udenlanske hanhel, skibsfart, fa (...)

7Les préférences entre les produits varient selon les pays. La côte sud de la Baltique (Brandebourg, Poméranie, Pologne, Prusse…) et la Russie achètent du sel français alors que le Danemark et la Suède ont une préférence pour le sel italien ou ibérique. Un mémoire de 1725 explique qu’il « ne se débite point en Suède de sel de France, ils aiment mieux celui du Portugal par pure habitude et il n’y a pas apparence de leur faire changer ce sentiment12 ». Au contraire, les négociants de Dantzig affirment que « l’importation du sel portugais et espagnol… présentait peu d’intérêt économique, eu égard aux fluctuations de prix et au débit limité de cette marchandise13 ». À Bergen, selon l’historien Fossen, le sel français, plus fin mais moins sec est considéré comme de qualité inférieure14. À l’opposé, un mémoire danois de 1789, affirme que « la province d’Aunis a le meilleur sel de toute la France qui est même meilleur que l’espagnol ou le portugais15 ». Au-delà de ces constatations, des raisons plus matérielles expliquent le fonctionnement des marchés.

  • 16 Bourde de la Rougerie H., « Le voyage de Mignot de Montigny de l’Académie des sciences en Bretagne (...)

8L’utilisation des différents sels est liée à leurs particularités. Pour conserver le poisson, denrée de grande consommation dans les pays du Nord, le sel gris des côtes françaises, considéré comme moins corrosif et moins âcre16, est plus facile à utiliser et particulièrement apprécié. Ceci explique sa forte présence sur le marché norvégien ou sur la côte suédoise de la mer du Nord, régions où sont installées d’importantes pêcheries. Par contre, pour l’obtention de sel raffiné, le sel ibérique dépourvu de particules terreuses est plus avantageux et est donc préféré par les raffineurs. La Suède qui raffine le sel marin de l’Atlantique pour obtenir du sel blanc à destination de la consommation courante préfère naturellement le sel ibérique. De la même manière, les faibles importations de sels méditerranéens sur la côte sud de la Baltique s’expliquent par l’existence de mines de sel et donc de sel blanc dans ces régions.

  • 17 Archives Municipales du Croisic, BB 17, f° 46-47, Délibérations de la communauté du 19 janvier 177 (...)
  • 18 Buron G., op. cit., p. 99.
  • 19 Fossen A.-B., op. cit., p. 609.
  • 20 Raasch A., Dansk toldpolitik 1760-1797, Aarhus, 1955. L’auteur indique qu’il existe une imposition (...)

9Au-delà de ces remarques techniques, la question du prix est de première importance. Sur les côtes atlantiques, le sel ibérique est moins cher que le sel français. Les négociants de Saint-Malo qui veulent utiliser ces produits pour la pêche prétextent la très mauvaise qualité des sels français pour les salaisons de morue17, mais en fait, « la question du coût est seule à considérer car les sels ibériques se négocient à bien meilleur marché que ceux du royaume18 ». Par contre, sur les côtes de la Baltique, les prix des sels ibériques et méditerranéens sont plus élevés que les sels français. À Copenhague, le sel du Portugal est vendu plus cher que le sel français, la différence de prix oscillant entre 20 et 60 %. Cette différence est cependant à rectifier car les tarifs des taxes présentent une différence de 13 % en faveur du sel français. À Bergen, en 1786, le prix du sel portugais est supérieur de 25 % au sel français19. Là aussi, il faut tenir compte de la différence d’imposition entre le sel ibérique et le sel français20. D’une manière générale, le prix du sel espagnol est sensiblement équivalent au prix du sel français, celui du Portugal étant légèrement plus élevé.

  • 21 Source : Rigsarkivet, Copenhague, Kommercekollegiet, 1126, 1129, 1136, 1139, 1149. Les prix de Dan (...)

Prix du sel à Riga et Dantzig (par last de 18 tonneaux)21

Prix du sel à Riga et Dantzig (par last de 18 tonneaux)21
  • 22 Verley P., L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, 1997, p. 234.

10Les sels de l’Atlantique constituent un fret retour idéal au trafic aller en produits forestiers et céréaliers de la Baltique. Ceci est très important pour expliquer le trafic suédois où le sel joue un rôle de complément de cargaison indispensable. À partir de 1724 le royaume scandinave met en place une politique économique très protectionniste qui permet à l’armement national de prendre une grande ampleur. Les navires suédois fréquentent régulièrement l’Atlantique et surtout la Méditerranée pour y transporter du fer, du goudron, du bois… Le sel blanc d’Italie, d’Espagne et du Portugal constitue pour ces bâtiments de fort tonnage le parfait complément en retour des cargaisons de vins, de produits méditerranéens et de produits coloniaux. La production française est peu recherchée pour des raisons pratiques. Les zones salicoles de l’Atlantique sont éloignées des lieux de destination initiale et leurs ports de chargement peu adaptés aux gros navires de 250 à 450 tonneaux. Ainsi, la quasi-totalité du sel italien qui passe le Sund est destinée aux ports suédois : 96 % en 1775, 92 % en 1785. Entre 30 et 50 % des quantités de sel du sud de l’Europe au passage le détroit sont expédiés vers le royaume scandinave. La progression des entrées des sels méditerranéens en Baltique au xviiie siècle n’est pas due à une baisse des coûts des produits ou des frets mais à l’organisation des trafics de la flotte scandinave. D’une manière générale, le prix d’un fret n’est pas obligatoirement proportionnel à la distance22 mais dépend des trafics, des opportunités, de la concurrence... Le sel a un débouché, sert utilement de lest et permet aux circuits commerciaux de fonctionner. La même explication vaut pour les navires norvégiens qui viennent livrer de la rogue dans les ports de la côte sud de la Bretagne et qui repartent en grande majorité avec du sel breton vers leur port d’origine.

11Certaines années, d’importantes variations peuvent se produire entre les lieux de production. En cas de difficultés météorologiques, si la demande des marchés acheteurs ne peut être satisfaite par une zone de production, elle l’est généralement par les zones voisines. Une semblable compensation existe entre les différents pays. En 1751-1752, la région de Guérande est particulièrement touchée par des printemps et des étés pluvieux. Alors qu’en 1751, le Croisic avait expédié 5 015 lasts de sel vers la Baltique, il n’en expédie que 375 en 1752. Les départs de Saint-Martin-de-Ré subissent une semblable régression (de 2.609 à 235 lasts). La demande est cependant satisfaite : la Péninsule ibérique fournit le complément à la baisse de la production française et le Portugal devient provisoirement le premier exportateur de sel en Baltique.

La concurrence sur les marchés du Nord

12Jusqu’au début des années 1770, les importations de sel en Baltique sont dominées par la production française et portugaise, avec des totaux avoisinant 70 à 80 %. La France est le premier exportateur avec environ 40 à 48 % du total des tonnages qui entrent en Baltique. Les chiffres réels sont très certainement supérieurs étant donné les mauvaises déclarations des capitaines au passage du Sund. Un grand nombre de navires, tout particulièrement hollandais, déclarent venir des ports de leur pays alors qu’en réalité ils arrivent des régions salicoles du littoral atlantique.

  • 23 Source : Bang N., Korst K., Tabeller over skibsfart og Varentransport gennem Øresund 1497-1660, Co (...)

Les exportations de sel en Baltique (1720-1789)23

Les exportations de sel en Baltique (1720-1789)23

13Les exportations françaises atteignent leur maximum au cours de la décennie 1740-1749, puis stagnent pendant une vingtaine d’années avant de chuter brutalement dans les deux dernières décennies de l’Ancien Régime. Le phénomène est d’autant plus remarquable que le total des importations de sel de l’ensemble des pays de la Baltique progresse de 69 % entre 1720 et 1789. À la fin du siècle, le Portugal et l’Angleterre supplantent largement la France qui se retrouve au même niveau que l’Italie ou l’Espagne.

14La mise en parallèle du total des entrées de sel en Baltique et des importations françaises montre clairement le poids de la France dans ce commerce. Jusqu’aux années 1770, hormis les années de crise après 1750, la correspondance est parfaite et le sel français domine véritablement les importations en Baltique. À partir de 1770, tout s’écroule. En fin de siècle, les sources d’approvisionnement sont plus diversifiées et aucune d’entre elles ne s’impose véritablement contrairement à la position française avant 1770.

  • 24 Source : Bang N. et Korst K., op. cit., et Øresunds Toldkammer Database.

Les importations de sel en Baltique (en lasts)24

Les importations de sel en Baltique (en lasts)24

15Le déclin de la France se retrouve sur tous ses marchés traditionnels.

  • 25 Kahan A., The Plow, the Hammer and the Knout, Chicago, 1985, p. 91.

16En Russie, en raison des grandes distances entre les lieux de production et la mer Baltique, les provinces baltes et la région de Viborg sont exclues du monopole sur le sel imposé par les autorités de Saint-Pétersbourg. L’importation des sels étrangers y est autorisée mais uniquement pour la consommation locale. En dehors des provinces baltes, la production nationale est protégée par des tarifs douaniers très élevés25. Ces dispositions encouragent une intense contrebande. Riga domine très largement ce trafic et accroît ses importations de sel. La géographie des approvisionnements de la ville livonienne se modifie au cours du siècle. La France et le Portugal déclinent fortement alors que l’Angleterre et dans une moindre mesure l’Espagne sont en nette progression. La croissance des importations non spécifiées en 1785-1789 concerne les navires des Provinces-Unies c’est-à-dire des réexportations de sel d’Europe occidentale, principalement de France. À Riga, l’Angleterre profite de la forte implantation de ses maisons de commerce pour accroître la vente de sa production salicole.

  • 26 Source : Bang N. et Korst K., op. cit., et Øresunds Toldkammer Database.

Les importations de sel à Riga (en lasts)26

Les importations de sel à Riga (en lasts)26
  • 27 Idem.

Les importations de sel à Dantzig (en lasts)27

Les importations de sel à Dantzig (en lasts)27
  • 28 Cieslak E., « Bilan et structure du commerce de Gdansk dans la seconde moitié du xviiie siècle », (...)

17Le port qui accuse la baisse la plus spectaculaire des livraisons de sel français est Dantzig. Le port polonais, connu depuis des siècles pour être un des grands centres du trafic du sel en Baltique, est, jusqu’aux années 1770, la destination privilégiée des navires qui quittent les zones salicoles françaises. Selon E. Cieslak, après 1772 et le premier partage de la Pologne, les importations de sel « connurent une forte baisse à la suite des chicanes douanières et autres créées par la Prusse qui força la vente du sel provenant de son territoire28 ». La douane danoise ne confirme pas une baisse considérable en volume mais un évident déclin des exportations françaises, remplacées là aussi par le sel anglais.

  • 29 Source : Bang N. et Korst K., op. cit., et Øresunds Toldkammer Database.

Les importations de sel à Königsberg (en lasts)29

Les importations de sel à Königsberg (en lasts)29

18Le troisième grand port importateur de sel est Königsberg, possession du roi de Prusse. Le commerce est là aussi quelque peu compliqué du fait de la production locale provenant principalement des mines situées près de Halle et de Magdebourg. L’importation des sels est autorisée dans les ports prussiens mais uniquement pour la réexportation vers d’autres pays (surtout la Pologne) et les produits français ne peuvent théoriquement pas être consommés localement.

  • 30 Archives municipales du Croisic, BB 18, f° 89-91, Délibérations de la communauté du 11 mai 1790.
  • 31 Déclaration de l’abbé de Notre-Dame de Prière (cité par Buron G., op. cit., p. 99).

19À partir des années 1770, le roi de Prusse met en place une régie du sel gérée par la Société de Commerce de Berlin, entreprise qui a le monopole du commerce du sel dans tous ses États. Un des buts, outre de percevoir de nouvelles taxes, est de remplacer les importations par la production locale en surchargeant de taxes les sels étrangers30. Le résultat semble catastrophique pour les marais salants français dont « le commerce est pour ainsi dire anéanti31 ». Les comptes du Sund donnent une autre explication. Les importations prussiennes, environ la moitié de celles de Dantzig, progressent régulièrement au cours du siècle mais la position de la France, quasi monopolitisque dans la première partie du siècle est battue en brèche là aussi par les sels britanniques à partir des années 1770.

Pourquoi ce déclin du sel français ?

  • 32 Emmer P. -C, « Les Hollandais et le commerce du sel dans l’Atlantique », Journal of Salt History, (...)
  • 33 Malowist M., « Les produits de la mer baltique dans le commerce international au xvie siècle », re (...)

20Dans un article éclairant, l’historien P. Emmer a montré que « la recherche de sel et de sucre demeure le moteur essentiel de l’expansion hollandaise en Atlantique32 ». D’une part, la demande de sel est très forte en Hollande pour approvisionner les pêcheries de poissons. D’autre part, l’exportation des draps et des sels occidentaux et l’importation des céréales constituent les éléments essentiels de l’expansion commerciale des Provinces-Unies dans les pays de la Baltique33.

  • 34 Ibidem, p. 12.

21Les transporteurs hollandais, très actifs sur les côtes françaises et ibériques, s’imposent progressivement, supplantent leurs concurrents et se chargent de l’approvisionnement en sel des pays de la Baltique. L’affrontement avec l’Espagne perturbe ces trafics, mais, en 1641, quand les Portugais autorisent les Hollandais à revenir sur leurs côtes, ils retrouvent leur position de principaux transporteurs de sel en Europe34. La politique anti-hollandaise de Louis XIV les éloigne pendant quelques années des côtes françaises, mais, dès le début du xive siècle, les navires des Provinces-Unies reprennent en main l’exportation des sels vers le Nord.

  • 35 Buron G., op. cit., p. 101-102.

22Les négociants hollandais disposent de commissionnaires dans les régions exportatrices. Dans la région de Guérande étudiée par G. Buron tous les marchands de sel croisicais d’une certaine importance sont en relations avec des négociants hollandais. Au cours des années 1741 et 1742, Jean du Bochet, sieur de la Porte, un des plus importants marchands de sel du Croisic s’occupe des affaires d’une quinzaine de commettants hollandais dont il reçoit les ordres de chargement : Jean Frederich Albrecht, Jacob Van Overick, Cornelis Abraham de Veer, Izaac Cazalz & fils, Christian Van der Ouder Meulen, Willem Randÿ, Albrecht Gennestz Bonk, Abraham Schrenberg, Willem Van Dick, négociants à Amsterdam ainsi que de Jacob Baarnard, d’Harlem et de Frederich Albrecht Schetlinga d’Harlingen. Les réseaux passent aussi par Nantes où sont installés de nombreuses maisons de commerce hollandaises. Jean du Bochet est en relations avec Adrien Van Voorn et Cornélis Wost, Jean Yvicquel avec Jean Van Berchem, Sébastien Gaudin avec Sengstack & Van Keulen, tous négociants dans la grande ville voisine et commissionnés par leurs confrères des Provinces-Unies35.

  • 36 Archives départementales de Loire-Atlantique, B 5023, Congés du Croisic. Luitier Bos indique ainsi (...)

23Les déclarations de destination des bateaux hollandais chargés de sel au départ des ports français ne permettent pas d’avoir une idée précise de leur activité. La plupart d’entre eux déclarent se rendre à Amsterdam, alors que nous les retrouvons dans leur très grande majorité à l’entrée de la Baltique. L’explication vient de ce que les capitaines ne connaissent pas tous leur lieu de destination et, quand ils le déclarent, celui-ci est généralement très imprécis : « Danzic ou Riga », « Coniskert ou Riga », « Baltique »… Les très nombreuses mentions « aller au Texel », prouvent que la plupart d’entre eux s’arrêtent en Hollande prendre les informations pour la suite de leur voyage36.

  • 37 Friis A., op. cit., p. 369.

24De la même manière, les ports de provenance ne sont pas toujours indiqués avec exactitude au passage du Sund37 et de nombreux bateaux donnent Amsterdam comme lieu de chargement. De la même manière, les déclarations des capitaines à la douane danoise indiquant Vlieland, Terschelling ou Ameland, îles sablonneuses et quasi désertes de Frise, comme lieux de départ sont une preuve supplémentaire de l’arrêt de ces navires sur la côte hollandaise pour prendre connaissance de leur lieu de destination.

25L’inexactitude des sources vient de l’organisation du commerce hollandais. Les négociants et armateurs des Provinces-Unies rechargent systématiquement leurs navires dans les ports du sel. Si ce produit ne procure pas un fret très rémunérateur, il présente l’avantage d’être pratiquement toujours disponible et de se charger très rapidement tout en servant de lest. Leurs navires peuvent ainsi faire deux voyages voire plus entre la Baltique et l’Europe occidentale. Le capitaine Atte Hartmans de Woudsend en Frise effectue ainsi en 1753-1754 trois transports au départ de Riga et un au départ de Libau pour Lorient, en prenant quatre cargaisons au Croisic pour retourner en Baltique. Les navires hollandais se dirigent systématiquement dans les ports du sel où leurs correspondants les chargent immédiatement pour des destinations que les capitaines ne connaissent pas, ce qui explique l’inexactitude des congés et des déclarations au Sund.

  • 38 Archives départementales du Morbihan, E 2274, Copies lettres Vanderheyde de décembre 1756 et janvi (...)

26L’intéressement des capitaines permet d’accroître la productivité du trafic. Si les produits ne leur conviennent pas, ils rejettent les offres des marchands français. En 1756, six navires hollandais « qui ne demanderaient pas mieux après leur décharge que de prendre des sels » sont disponibles à Lorient. Le Croisier, négociant vannetais, envoie « des montres de blancs et de gris et le prix » à la demande des capitaines. Ces derniers refusent la proposition de charger ces produits qui ne leur conviennent pas et vont chercher leur fret ailleurs38.

  • 39 Dardel P., op. cit., p. 43.
  • 40 AD Gironde, 3E 8652, f° 365, 21 mai 1711. Exemple d’organisation du trafic hollandais : « connaiss (...)
  • 41 Delafosse M., Laveau C., op. cit., p. 103.
  • 42 Tardy P., Sel et sauniers d’hier et d’aujourd’hui, Sainte-Marie-de-Ré, 1987, p. 149.

27Après avoir pris leur cargaison de sel, les navires reçoivent ensuite l’ordre de se diriger soit vers les côtes des Provinces-Unies, soit à Elseneur ou même dans les ports de la Baltique. Ainsi, « d’après les chartes-parties conservées à La Rochelle, les navires chargés de sel dans cette ville devaient se rendre d’abord à Dantzig où le correspondant indiquait le port exact où ce navire devait ensuite se rendre39 ». Les négociants hollandais, ayant une parfaite connaissance des cours du sel dans les principaux ports de la Baltique, cherchent à spéculer jusqu’au dernier moment pour obtenir le prix le plus rémunérateur40. Pour que le système fonctionne, il faut vendre rapidement et donc être très compétitif sur les marchés du Nord, tout en faisant une bonne opération commerciale. Le prix du sel français doit être le plus bas possible. Colbert du Terron, intendant dans le gouvernement de Brouage entre 1654 et 1661, « remarquait déjà que les Hollandais recherchaient le prix le plus avantageux avec la dernière économie », et ils semblent n’avoir rien perdu de cet esprit un siècle plus tard41. Au xviie siècle, à Saint-Martin-de-Ré, « à l’arrivée en rade des flottes qui venaient ordinairement au printemps pour charger le sel, leurs maîtres, les marchands étrangers ou leurs commis qui avaient voyagé sur ces navires, s’informaient auprès des marchands de l’île des conditions du marché du sel. Si celles-ci leur paraissaient trop onéreuses, ou moins avantageuses qu’en d’autres zones salicoles, la flotte repartait ailleurs42… » Au xviiie siècle le système est amélioré et les navires perdent moins de temps. Grâce à leurs réseaux de correspondants, les négociants et capitaines hollandais connaissent la situation sur les marchés salicoles et se dirigent immédiatement vers les zones où les prix sont plus favorables.

  • 43 L. Müller, The Merchant Houses of Stockholm, c. 1640-1800. A comparative Study of Early Modern Ent (...)

28Les Hollandais disposent également de réseaux de correspondants souvent d’origine hollandaise dans les ports de la Péninsule ibérique. Si la production française est insuffisante ou si les prix sont trop élevés, leurs navires se dirigent immédiatement vers le Portugal ou l’Espagne43.

  • 44 Tardy P., op. cit., p. 243-244.
  • 45 Delafosse M. et Laveau C., op. cit., p. 127.
  • 46 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 9 B 510, rapport du 22 octobre 1770.

29Le système se bloque à partir des années 1760. Les salines de l’Atlantique subissent une série de mauvaises récoltes au cours de la période 1763-1774 qui se traduisent par une hausse considérable des prix. Le cent de sel qui se négociait 205 livres en 1750, atteint 360 livres en 1764, 540 en 1765, baisse à 340 en 1768 pour remonter à 700 en 1769 et 800 en 177044. La France connaît une véritable pénurie de sel d’autant plus que les stocks ne sont pas considérables, les enlèvements demeurant à un niveau très élevé depuis les dernières crises des années 175045. L’arrêt du roi du 23 septembre 1770 interdit même « d’embarquer à bord des navires étrangers, dans aucun port du royaume, aucun sel français, ni même d’en vendre à des étrangers ». À Saint-Malo, le navire « Les Six Frères » de Göteborg, est obligé de retourner sur lest vers la Suède alors que, selon la charte-partie passée à Göteborg le 3 août 1770, « par courtier affrèteur entre Sr. Georges Bellinder & Cie négociants au dit lieu et lui comparant, capitaine du navire (Andreas Hog), celui-ci devait, après décharge à Saint-Malo, aller prendre un chargement de sel pour les dits affréteurs46 ».

  • 47 Delafosse M., Laveau C., op. cit., p. 128.
  • 48 Hocquet J.-C., Le sel et le pouvoir. De l’an mil à la révolution française, Paris, 1985, p. 263.
  • 49 Jeannin P., op. cit., p. 89.

30Les sels français ne sont plus compétitifs, d’autant plus que les droits sur les sels bretons se sont accrus et « les Hollandais fuient les hauts prix47 ». Ceci est d’autant plus grave que l’Angleterre a su profiter de la crise française et imposer ses sels sur les marchés baltiques. Depuis le xviie siècle, l’Angleterre investissait dans la modernisation de ses sauneries et la prospection de son sous-sol à la recherche de sel gemme. La fermeture de l’approvisionnement français lors des conflits du règne de Louis XIV accentue la nécessité d’une production nationale. Celle-ci, exploitée sur des bases industrielles dans les mines du Cheshire, modifie totalement le marché du sel européen. Après avoir satisfait leurs besoins, les Britanniques sont prêts, à partir du milieu du xviiie siècle, « à se lancer à l’assaut des marchés tenus par le sel marin48 ». Les prix des produits britanniques autorisent cette ambition, le sel blanc anglais « qui, à la fin du xve siècle valait environ 50 % de plus que le sel de la Baie (c’est-à-dire le sel marin) était, au contraire, toujours moins cher que celui-ci depuis la fin du xviie siècle49 ».

31Le sel présente un autre intérêt, très important pour les négociants britanniques. Leurs navires fréquentent de plus en plus intensément la Baltique pour aller chercher des produits pondéreux et volumineux mais la plupart d’entre eux y entrent à vide. En 1754, sur 661 navires anglais et écossais qui passent le Sund, 336 se déclarent sur lest. Le sel est la marchandise idéale pour à la fois éviter les problèmes du lest (frais et taxe de délestage…), et abaisser le coût des services de transport.

32Au cours de la guerre d’Amérique, l’Angleterre déclare la guerre aux Provinces-Unies et contrôle à son profit la route de la Baltique. Après le conflit, les Hollandais ne peuvent revenir à la situation antérieure. Les Anglais, redoutables commerçants, maintiennent leurs positions d’autant plus que le sel français est désormais surchargé de taxes. D’autre part, la situation sur les places commerciales est profondément bouleversée par le premier partage de la Pologne et la mise en place d’une régie du sel en Prusse. Les négociants hollandais qui ont perdu des marchés et qui ne peuvent plus spéculer avec autant de profit sur le prix des sels, désertent les salines de l’Atlantique. La période de chute des prix des sels français entre 1776 et 1778, fort brutale, n’entraîne pas un retour des flottes hollandaises sur les côtes françaises.

  • 50 Source : Bang N., Korst K., op. cit., et Øresunds Toldkammer Database.

Les chargements de sel au départ de la France selon le pavillon (en lasts)50

Les chargements de sel au départ de la France selon le pavillon (en lasts)50
  • 51 Buron G., op. cit., p. 102.
  • 52 Delafosse M., Laveau C., op. cit., p. 127.

33Le déclin du commerce et de la navigation hollandaise vers la Baltique ne signifie cependant pas la fin des envois de produits français sur les marchés du Nord. Même si la France perd son rôle prépondérant, elle continue à expédier de grosses quantités de sel, tout particulièrement vers la Scandinavie. Les marchands de sel sont là aussi des correspondants des firmes suédoises ou danoises. Julien-Joseph Charault, négociant du Croisic, est le correspondant de la Veuve Tollenare de Nantes, mandatée par Votrath Von Olthen de Göteborg. Nicolas Stranberg, négociant suédois d’Uddevalla commissionne Pierre Gaudin. La société fondée par le suédois Gardeman, consul de Suède au Croisic, et Jean Bocandé de Kerolland correspond avec Pierre Babut & Cie de Nantes, commissionnaire du négociant Jacob Wennerberg de Göteborg51… Les Scandinaves sont tout autant attentifs sur les prix que les Hollandais et gèrent leurs achats selon les cours des différents marchés européens. Quand les prix pratiqués en France sont élevés, les commerçants étrangers détournent leurs navires sur le Portugal ou l’Espagne52.

  • 53 Delafosse M. et Laveau C., op. cit., p. 56.
  • 54 Buron G., op. cit., p. 103.

34Rares sont les producteurs français qui cherchent à vendre directement leur sel sur les marchés nordiques. En Saintonge, dans les années 1726-1730, une société composée de trois associés, Vallet, Testu et La Chauvene commerce avec Riga et les autres villes du Nord. Le trafic est cependant douteux. Il semble que les Vallet, entrepreneurs généraux des gabelles, vendent à leur compte, à l’étranger « et à bon prix le sel acheté au plus bas pour les gabelles grâce à des marchés passés avant récolte53 ». Au Croisic, en 1771, un Lübeckois Daniel Godeffroy Hintz s’établit en société avec le négociant croisicais Alexis Thomas Le Bel. Mais il s’avère que c’est un escroc, multipliant les emprunts et les dettes avant de faire faillite et de disparaître après avoir épousé une riche héritière en faisant « raffle de tout ce qui etoit a son usage, [ne laissant] ny pantoufle, ni savate54 ». Le commerce des sels français reste aux mains des étrangers, hollandais puis scandinaves pendant tout le xviiie siècle.

35Les Français étaient beaucoup trop dépendants des négociants hollandais pour vendre leurs produits sur les places commerçantes du Nord. Déjà Henri Touchard indiquait pour la fin du Moyen Âge, que « le sel reste pour eux [les Bretons] un fret précieux pour leurs navigations vers les pays du Nord, la base solide de leurs voyages, mais une marchandise dont ils n’exploitent que timidement l’intérêt commercial. » Au xviiie siècle la situation s’est même aggravée car, outre le peu d’intérêt pour la commercialisation de leurs sels, les Bretons sont totalement absents de la navigation vers les pays du Nord de l’Europe.

36Privé de l’organisation des Hollandais, ne disposant d’aucun réseau d’information pour connaître les marchés et s’implanter dans les ports du Nord, les producteurs français n’ont plus les moyens d’envoyer leurs sels vers la Baltique. Le dynamisme commercial des négociants britanniques et le déclin de la navigation hollandaise ont finalement mis fin à la domination de la production salicole française sur les marchés du Nord.

Notes

1 Jeannin P., « Le marché du sel marin dans l’Europe du Nord du xive au xviiie siècle », dans Mollat M. (dir.), Le rôle du sel dans l’histoire, Paris, 1968, p. 78.

2 Dollinger P., La Hanse, Paris, 1964, p. 313.

3 Agats A., Der Hansische Baienhandel, Heildelberg, 1904, p. 49-52. La première mention de « sel de la Baie » est attestée dans un document allemand de 1276.

4 Ibidem, p. 104. Proposition faite à la diète wesphalienne réunie à Munster en 1509.

5 Guilloux F., « Histoire de la conquête du marais breton-vendéen et du port de Bourgneuf des origines au xviiie siècle », Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure, 1922, 61, p. 36.

6 Friis A., « La valeur documentaire des comptes du péage du Sund. La période 1571 à 1618 », Mollat M. (dir.), Les sources de l’Histoire Maritime en Europe du Moyen Âge au xviiie siècle, Paris, 1962, p. 379.

7 Collins J.-B., « The role of Atlantic France in the Baltic Trade : Dutch Traders and Polish Grain at Nantes, 1625-1675 », Journal of European Economic History, 13, 2-1984, p. 241.

8 Les comptes du Sund, c’est-à-dire les registres originaux de la douane danoise à l’entrée et à la sortie de la Baltique ont constitué notre source principale d’information sur l’évolution des importations de sel en Baltique (Øresunds Toldkammer Database).

9 Source : Øresunds Toldkammer Database.

10 Delafosse M., Laveau C., Le commerce du sel de Brouage au xviie siècle, Paris, 1960, p. 67.

11 Buron G., Bretagne des marais salants. 2000 ans d’histoire, Morlaix, Skol Vreizh, 1999, p. 99.

12 Archives nationales B3 418, Mémoire instructif pour M. le comte de Serestre, ministre plénipotentiaire de sa Majesté auprès de roi de Suède du 28 juin 1725.

13 Cieslak E., « Les pirates d’Alger et le commerce maritime de Gdansk au milieu du xviiie siècle », revue d’Histoire économique et Sociale, L, 1-1972, p. 124.

14 Fossen A.-B., Bergen Bys Historie. Borgerskapets 1536-1800, vol II, Bergen, 1982, p. 583 et 609.

15 Det Konglige Bibliotek, Copenhague, Efteretninger om den inden og udenlanske hanhel, skibsfart, fabrique og manufactur bæsen som og on agerdyrkningen od Oeconomien i almindelighed, 29 juin 1789.

16 Bourde de la Rougerie H., « Le voyage de Mignot de Montigny de l’Académie des sciences en Bretagne 1752 », Mémoire de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 6-1925, p. 255 ; Dardel P., « Les relations maritimes et commerciales entre la France notamment les ports de Rouen et du Havre et les ports de la mer baltique de 1497 à 1783 », Annales de Normandie, 1969, p. 30 ; Rebsomen A., recherches historiques sur les relations commerciales entre la France et la Suède, Bordeaux, 1921, p. 51.

17 Archives Municipales du Croisic, BB 17, f° 46-47, Délibérations de la communauté du 19 janvier 1775.

18 Buron G., op. cit., p. 99.

19 Fossen A.-B., op. cit., p. 609.

20 Raasch A., Dansk toldpolitik 1760-1797, Aarhus, 1955. L’auteur indique qu’il existe une imposition inférieure pour le sel français, moins importante qu’au Danemark, mais ne fournit pas de chiffres.

21 Source : Rigsarkivet, Copenhague, Kommercekollegiet, 1126, 1129, 1136, 1139, 1149. Les prix de Dantzig sont en florins de Dantzig.

22 Verley P., L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, 1997, p. 234.

23 Source : Bang N., Korst K., Tabeller over skibsfart og Varentransport gennem Øresund 1497-1660, Copenhague-Leipzig, 1906-1922, et Øresunds Toldkammer Database.

24 Source : Bang N. et Korst K., op. cit., et Øresunds Toldkammer Database.

25 Kahan A., The Plow, the Hammer and the Knout, Chicago, 1985, p. 91.

26 Source : Bang N. et Korst K., op. cit., et Øresunds Toldkammer Database.

27 Idem.

28 Cieslak E., « Bilan et structure du commerce de Gdansk dans la seconde moitié du xviiie siècle », Acta Poloniae Historica, 23, 1971, p. 116.

29 Source : Bang N. et Korst K., op. cit., et Øresunds Toldkammer Database.

30 Archives municipales du Croisic, BB 18, f° 89-91, Délibérations de la communauté du 11 mai 1790.

31 Déclaration de l’abbé de Notre-Dame de Prière (cité par Buron G., op. cit., p. 99).

32 Emmer P. -C, « Les Hollandais et le commerce du sel dans l’Atlantique », Journal of Salt History, CIHS, 5-1997, p. 6.

33 Malowist M., « Les produits de la mer baltique dans le commerce international au xvie siècle », revue du Nord, 1960, p. 175.

34 Ibidem, p. 12.

35 Buron G., op. cit., p. 101-102.

36 Archives départementales de Loire-Atlantique, B 5023, Congés du Croisic. Luitier Bos indique ainsi qu’il « va au Texel y prendre son ordre ».

37 Friis A., op. cit., p. 369.

38 Archives départementales du Morbihan, E 2274, Copies lettres Vanderheyde de décembre 1756 et janvier 1757.

39 Dardel P., op. cit., p. 43.

40 AD Gironde, 3E 8652, f° 365, 21 mai 1711. Exemple d’organisation du trafic hollandais : « connaissement entre Pieter Borst, maître de La Barrique de cendre Dorée de Dantzig (220 tx) et Hendrich Luetkens, bourgeois et marchand de Bordeaux […]. Borst ira de Bordeaux au Sund où Arent Vandeurs le jeune, commissionnaire de Christoffer à Elseneur lui signalera s’il faut aller à Copenhague, Lübeck, Dantzig, Stockholm, Riga ou Reval […]. » (Voss P., Bordeaux et les villes hanséatiques, 1672-1815. Contribution à l’histoire maritime de l’Europe du Nord-ouest, thèse, Université de Bordeaux, 1995, p. 175.)

41 Delafosse M., Laveau C., op. cit., p. 103.

42 Tardy P., Sel et sauniers d’hier et d’aujourd’hui, Sainte-Marie-de-Ré, 1987, p. 149.

43 L. Müller, The Merchant Houses of Stockholm, c. 1640-1800. A comparative Study of Early Modern Entrepreneurial Behaviour, Uppsala, p. 132. Vers 1750, le correspondant à Setubal de l’importante firme Grill de Stockholm est la maison de commerce d’origine hollandaise Van Hogerwoert de Wael & Cie.

44 Tardy P., op. cit., p. 243-244.

45 Delafosse M. et Laveau C., op. cit., p. 127.

46 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 9 B 510, rapport du 22 octobre 1770.

47 Delafosse M., Laveau C., op. cit., p. 128.

48 Hocquet J.-C., Le sel et le pouvoir. De l’an mil à la révolution française, Paris, 1985, p. 263.

49 Jeannin P., op. cit., p. 89.

50 Source : Bang N., Korst K., op. cit., et Øresunds Toldkammer Database.

51 Buron G., op. cit., p. 102.

52 Delafosse M., Laveau C., op. cit., p. 127.

53 Delafosse M. et Laveau C., op. cit., p. 56.

54 Buron G., op. cit., p. 103.

Table des illustrations

Titre Les exportations de sel de France vers la Baltique (en lasts)9
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7628/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Prix du sel à Riga et Dantzig (par last de 18 tonneaux)21
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7628/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Titre Les exportations de sel en Baltique (1720-1789)23
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7628/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Titre Les importations de sel en Baltique (en lasts)24
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7628/img-4.png
Fichier image/png, 57k
Titre Les importations de sel à Riga (en lasts)26
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7628/img-5.png
Fichier image/png, 32k
Titre Les importations de sel à Dantzig (en lasts)27
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7628/img-6.png
Fichier image/png, 37k
Titre Les importations de sel à Königsberg (en lasts)29
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7628/img-7.png
Fichier image/png, 39k
Titre Les chargements de sel au départ de la France selon le pavillon (en lasts)50
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7628/img-8.png
Fichier image/png, 8,1k

Auteur

CRBC – Université de Bretagne Occidentale (Brest)

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540