Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

3. 1963 Critiques du discours de l'effacement et contre-modèles

Chapitre V. 1963 : conflits entre « cinéastes-vérité »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Apparition du mot « cinéma direct »

Outre la voie du « cinéma-spectacle » qu’expérimentent La Punition, Le Chemin de la mauvaise route et Hitler, connais pas et celle d’un « cinéma-vérité » politiquement engagé qu’incarne Le Joli Mai, la polémique de l’année 1963 voit l’émergence d’une troisième voie : le paradigme théorique progressivement désigné par le mot « cinéma direct ». Contrairement aux deux tendances précédemment étudiées, les propositions du « direct » ne sont pas sous-tendues par la sortie de nouveaux films, et ne constituent pas un contre-modèle au discours de l’effacement. Au contraire, la confiance absolue en la capacité des techniques légères perdure et trouve en Mario Ruspoli son principal théoricien. Il défend sa doctrine par voie de presse (article, interviews) et par la rédaction en octobre 1963 de son fameux rapport pour l’UNESCO : Groupe synchrone cinématographique léger (étudié chapitre III partie IV). Si ce paradigme repose sur une détermination préexistante –...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search