Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

3. 1963 Critiques du discours de l'effacement et contre-modèles

Chapitre IV. Vers un « cinéma-vérité » engagé ? Le Joli Mai de Chris Marker

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’abondante littérature secondaire qui lui est consacrée, Chris Marker n’est que rarement associé à la controverse sur le « cinéma-vérité ». De sa production du début des années soixante, l’historiographie retient avant tout le célébrissime La Jetée dont la composition en images fixes et le récit de science-fiction situent effectivement Chris Marker aux antipodes du phénomène qui nous intéresse. Ainsi, La Jetée tend parfois, dans les monographies consacrées à Marker, à éclipser Le Joli Mai, sorti à quelques mois d’intervalle1. Les historiens, qui s’intéressent à ce film-fleuve de 150 minutes, insistent sur sa réussite esthétique2, soulignent la performance technique du tournage3, et résument ce projet à une enquête plus poétique que sociologique sur l’état d’esprit des Parisiens suite aux accords d’Évian4. Ce ne sont pas ces caractéristiques qui retiennent l’attention des commentateurs lors de la sortie du long métrage en salles au printemps 1963. Si Le Joli Mai crée l’événemen...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search