Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

3. 1963 Critiques du discours de l'effacement et contre-modèles

Chapitre III. Le « cinéma-spectacle » comme contre-modèle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1960, 1963 : La Punition de Jean Rouch

Moyen métrage diffusé en mars 1963, La Punition et les Fausses Rencontres de Jean Rouch se distingue par une généalogie très particulière1. Tourné en 1960, abandonné durant plusieurs années, ce projet est remonté durant les polémiques de 1963 et constitue à ce titre un contre-modèle au discours de l’effacement, interprétation largement appuyée par Rouch lors des entretiens qu’il accorde à la sortie du film. L’essentiel des scènes est enregistré le week-end du 15 et 16 octobre 1960, soit durant le tournage de Chronique d’un été2. Rouch mobilise une partie de l’équipe technique (Michel Brault, Roger Morillère, Louis Boucher), des participants (Nadine Ballot, Modeste Landry) et emploie les mêmes appareils (caméra Coutant KMT reliée avec fil de synchronisme à un magnétophone Nagra caché dans le sac d’école de la jeune fille). Malgré toutes ses similitudes avec Chronique, La Punition s’en démarque nettement. Le projet se fonde sur un scénario qui déf...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search