Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

3. 1963 Critiques du discours de l'effacement et contre-modèles

Chapitre I. 1963, année polémique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il n’y a pas une, mais deux controverses autour du « cinéma-vérité ». La première intervient en 1961 pour questionner l’« expérience nouvelle de cinéma-vérité » qu’est Chronique d’un été. Les vives protestations que suscite le film de Rouch et Morin seront apaisées en 1962 sous l’impulsion du discours techniciste et empathique véhiculé par Ruspoli, Drew et Leacock et dans lequel s’inscrit en partie Rouch. La critique française, unie contre la prestation « intrusive » de Morin dans Chronique et contre l’approche malhonnête de Mondo Cane, s’enthousiasme alors pour le « cinéma-vérité », devenu synonyme d’un tournage en immersion « directe » dans la réalité. Mais cette lune de miel s’achève à la fin de l’année, laissant place en 1963 à une seconde levée de boucliers. Particulièrement virulente, cette polémique ne s’éteindra qu’avec le désintérêt progressif pour le phénomène et une dévalorisation de la notion, vers 1964. La troisième partie de mon travail se propose d’analyser les critiq...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search