Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

2. 1962 Le mythe de la technique légère

Chapitre IV. Engouement de la critique pour le discours de l’effacement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La pensée prospective et réflexive de Morin et de Rouch par rapport au « cinéma-vérité » en 1960-1961 a été totalement évacuée par l’historiographie qui réduit ce système théorique à une utopie fiévreuse ou naïve. Le discours de l’effacement, dont les grands axes sont posés dès les premiers entretiens des Américains dans la presse française en mars 1962, connaît quant à lui un destin inverse : cette ode au « mimétisme » de l’équipe est assimilée par les historiens qui s’approprient souvent les affirmations des cinéastes. Citons encore une fois Gilles Marsolais dont les pages sur Primary illustrent parfaitement cette tendance : « Absorbé par sa campagne électorale, Kennedy pense surtout à plaire à ses électeurs éventuels et à les convaincre. Le candidat à la présidence oublie la présence de la caméra (il en a vu d’autres !) qui se fait la plus discrète possible1. » Marsolais reprend à son compte la rhétorique des membres de la Drew et le phénomène d’appropriation est tel que l’origin...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search