Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

2. 1962 Le mythe de la technique légère

Chapitre III. La Drew Associates

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La réception du Festival de Tours en décembre 1961 marque certes le début d’un processus français de regroupement entre quelques œuvres en techniques légères. Pourtant, sur le sol américain, la Drew Associates réalise depuis près de deux ans des films en caméra portable avec prise de son directe. L’avance des collaborateurs de Robert Drew par rapport aux Français semble écrasante : en avril 1960, alors que le tournage de Chronique n’a pas encore commencé, l’équipe new-yorkaise termine le montage de Primary. Ce film est non seulement enregistré avec une caméra et un magnétophone portable, mais l’équipe dispose même d’un système rudimentaire de synchronisme par fil qui manque si cruellement à Rouch. L’équipe américaine ne s’arrête pas là puisque, lorsque Primary est montré à Tours, elle est parvenue à tourner plus de dix films selon des techniques de plus en plus performantes. Cela ne montre-t-il pas que, quels que soient les termes utilisés, ce mouvement est un phénomène avant tout a...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search