Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

2. 1962 Le mythe de la technique légère

Chapitre I. Le « cinéma-vérité » comme mouvement. État de la question

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Vous comparez le cinéma-vérité à la Nouvelle Vague. Mais l’étiquette “Nouvelle Vague” a été mise au mouvement par des gens qui n’en faisaient pas partie […]. Mais quand nous disons cinéma-vérité, ce n’est pas une étiquette collée par les autres, c’est un drapeau brandi par les cinéastes eux-mêmes1 ! »

Cette déclaration faite par Roberto Rossellini exagère sans doute le sentiment de communauté de ceux que l’on appelle entre 1962 et 1964 « cinéastesvérité ». Elle souligne néanmoins l’un des principaux intérêts de ce phénomène : ce rassemblement est non seulement contemporain de la sortie des films, mais relève aussi de la propre volonté des réalisateurs qui se réclament, à des degrés variables, d’un mouvement et d’une étiquette commune. La question « Qu’est-ce que le “cinéma-vérité” ? » pourrait donc être résolue d’une manière assez simple : ce corpus pourrait être défini en prenant en considération les cinéastes qui revendiquent l’expression ou acceptent d’y être associés lors de ma...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search