Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

1. 1960-1961 Chronique d'un été, « expérience nouvelle de cinéma-vérité »

Chapitre V. Discours publicitaire : Chronique d’un été devient « cinéma-vérité »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La fiche promotionnelle de Chronique d’un été envoyée en avril 1961 à la commission de sélection du Festival de Cannes mentionne « le hasard objectif » en tant que dialoguiste, « la part de dieu » comme adaptateur et, « l’inconscient collectif » sous « auteur du commentaire ». Boutade certes, mais qui traduit bien le caractère mouvant, aléatoire et instable de cette réalisation qui doit faire face aux aspirations divergentes de Rouch, Morin et Argos Films. Devant un projet aussi désordonné, les producteurs ont très tôt conscience de la nécessité d’accorder un soin tout particulier à la construction d’un discours publicitaire percutant pour vendre, auprès des journalistes et du public, ce film d’un genre nouveau. Il s’agira ici d’analyser comment son identité médiatique est forgée autour du mot « cinéma-vérité ».

Comme nous l’avons vu, le concept vertovien a été exhumé par Morin quelques mois plus tôt dans un article de France Observateur où il appelait de ses vœux un renouveau cinéma...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search