Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

1. 1960-1961 Chronique d'un été, « expérience nouvelle de cinéma-vérité »

Chapitre IV. Montage et remontages

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Un dernier mot : nous devons faire un film d’une durée normale avec un matériel de 25 heures de pellicule. Le temps de notre film est un temps vécu, différent de notre temps cinématographique. Réussirons-nous à faire un film de deux heures où ne se perde pas la substance même de ce qui a été tourné ? Nous l’essayons, mais le montage nous pose de très graves problèmes1. »

Alors en plein travail, voici comment Morin synthétise les nombreuses difficultés qu’impliquent la sélection et l’agencement des rushes. Terminé fin octobre 1960, le tournage laisse les deux cinéastes avec une quantité considérable d’images, réalisées sans structure aucune. Jusqu’en avril 1961 – date ultime imposée par le jury de sélection du Festival de Cannes où le film sera présenté –, Rouch, Morin et Dauman s’affrontent âprement. Que cette controverse porte sur la structure du film, le choix du chef monteur ou le titre, qu’elle oppose Rouch à Morin, la production à l’assistante monteuse ou les « experts » appel...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search