Version classiqueVersion mobile

Le cinéma-vérité

 | 
Séverine Graff

1. 1960-1961 Chronique d'un été, « expérience nouvelle de cinéma-vérité »

Chapitre II. Dziga Vertov ou la construction d’un « prophète »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quoi de plus attendu que de commencer une histoire du « cinéma-vérité » par un chapitre sur Dziga Vertov ? Cette référence est en effet devenue incontournable dans l’historiographie qui souligne, avec une systématique tenace, une filiation entre le cinéaste théoricien soviétique et le renouveau documentaire des années soixante. Ainsi, tout en rappelant l’origine vertovienne de la « malheureuse » expression « cinéma-vérité », les historiens proposent une analyse des textes de Vertov dans le but d’éclairer l’émergence, quarante ans plus tard, du documentaire en caméra légère. « Prophète », « précurseur », « père », « pionnier » : c’est par ces termes que Dziga Vertov est rattaché dans l’historiographie à ce que l’on nomme généralement le « cinéma direct ». La référence au Soviétique est généralement couplée avec celle de Robert Flaherty, « initiateur » de l’immersion de l’équipe de tournage dans le réel filmé1. Si de telles filiations m’apparaissent – par principe – discutables, ces d...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search