Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Troisième partie. Transformations et commercialisations des sels atlantiques

Le commerce des sels de Guérande (xviie-xviiie siècles)

Gildas Buron

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Je remercie Peter Emmer, Pierre Jeannin et Didier Poton, Philip Ashford (Bristol), Gilbert Baudry, (...)

1Depuis les travaux de Michel Mollat, Henri Touchard, Jean Tanguy et Jean Meyer touchant au sel et aux marais salants du pays de Guérande, l’historien en est resté à l’idée que la production salicole guérandaise n’avait connu, aux Temps modernes, de débouchés que régionaux, vers la Bretagne intérieure par le biais de la troque effectuée par les gens du marais. L’enquête en cours montre que les sels de Guérande, certes peu présents dans le grand commerce international du sel de la Baie du xive au xvie siècles, ont tenu leur rang sur le marché européen à l’Époque moderne, jusqu’à atteindre une place prépondérante dans les échanges avec la Baltique au milieu du xviiie siècle. Notre contribution se propose de situer la production salicole guérandaise dans le commerce des sels et le trafic maritime de la Baie et d’apporter repères et éclairages sur l’évolution de sa mise en marché dans l’Europe du nord au xviie et xviiie siècle1.

  • 2 La Borderie A. de, « Histoire de Conan Mériadec du Père Toussaint de Saint-Luc » [1re éd. 1664], B (...)

2Aux marges septentrionales de l’espace de la Baie, sénéchaussée et pays de Guérande marquent la limite nord de la zone d’extension des marais salants sous l’angle d’une production régulière et rentable du sel marin. À l’époque moderne, ce territoire du comté nantais comprend trois zones de salines réparties sur les paroisses de Mesquer, Saint-Molf, Guérande, Batz, Escoublac et Saint-Nazaire. Deux bassins sont réputés selon le jésuite Toussaint de Saint-Luc qui, en 1664, vante les « très belles & bonnes salines » de Mesquer et le port du même nom ; ainsi que la rade du Croisic, « toute entourée de marais salans & bonnes salines » et le port, « commode […] pour équiper & mettre en ordre les plus grandes flottes2 ».

  • 3 Bérenger J., Meyer J. et al., La Bretagne de la fin du xviiesiècle d’après le mémoire de Béchameil (...)
  • 4 Savary des Bruslons J., dictionnaire universel de commerce contenant tout ce qui concerne le comme (...)
  • 5 L’appellation sels de Guérande, d’ordre fiscal il est vrai, se lit dès le xve siècle. Cf. Archives (...)

3La technologie met en œuvre des œillets à récolte journalière et non des aires saunantes, système qui prévaut ailleurs dans la Baie. À la fin du xviie siècle, à l’issue de récoltes remarquables, l’intendant de Bretagne évalue la capacité de production à 26 000 muids, soit entre 76 000 et 82 000 tonnes. Fait notable, il la considère comme supérieure de 9 000 muids à celle de la baie de Bourgneuf3. Au xviiie siècle, Savary des Bruslons précise que les « aires ou eillettes du Croisic & de Guérande [sont] quatre fois plus grandes que celles de Bourneuf » et estime « la production générale [des] salines de ces deux lieux [à] environ 30 000muids4 ». Malgré une capacité de production élevée et le commerce qu’elle suscite au dire de l’intendant Béchameil de Nointel et de Savary des Bruslons, les historiens n’ont guère étudié les exportations de sels de Guérande à l’époque moderne5.

  • 6 Touchard H., Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1967, x (...)
  • 7 Meyer J., « La presqu’île guérandaise au xviiie siècle », Bulletin des Amis de Guérande, Guérande (...)
  • 8 Lemonnier P., Les salines de l’ouest Logique technique et logique sociale, Paris, Éditions de la M (...)

4Au vrai, les travaux d’Henri Touchard ont accrédité l’idée du double déclin de la flotte bretonne et de la flotte guérandaise à la fin du Moyen Âge et de la perte de débouché des sels guérandais sur les marchés européens ou dans les provinces du royaume de France6. En 1965, une courte étude de Jean Meyer a conforté ce scénario : la diminution de la place du sel qui « n’est plus le produit par excellence du grand commerce maritime » au xviiie siècle, précédée du déplacement des axes du trafic à partir de 1680, ont pour conséquence que « les salines [du Nord-Loire] suffisent aux besoins bretons (qui croissent grâce au développement de l’usage des salaisons pour l’armement maritime et à la consommation du beurre salé) ; l’exportation ne se dirige plus guère vers le nord de la France7 ». Ainsi, depuis le xve siècle, le commerce des sels guérandais se serait recentré sur la Bretagne et pratiquement limité à un trafic terrestre régional grâce auquel l’activité salicole aurait perduré jusqu’au xxe siècle8 !

  • 9 ADLA, E, dépôt, 38, GG 1.
  • 10 Béranger J. et al., op. cit., p. 129.
  • 11 Savary des Bruslons J., op. cit., t. IV, col. 688.
  • 12 Ibidem, Commentaires absolument identiques chez J.-J. d’Expilly, Dictionnaire géographique, histor (...)

5Les sources dépeignent un autre tableau commercial des sels guérandais à l’époque moderne. Deux témoignages du xviie siècle, par exemple, indiquent que les salines du pays de Guérande sont au cœur d’un trafic marchand soutenu. La communauté catholique du Croisic signale qu’en 1645 le port est fréquenté par un « grand nombre d’estrangers tant Anglois, Escossois, Flamans, Holandois. Normans et mesme Rochelois et autres de ladite religion [réformée] », soit 20 à 30 navires9. Louis Béchameil de Nointel écrit des sels de Guérande en 1698 qu’il « s’en enlève beaucoup […] par les Anglais, les Hollandais et les autres Nations du Nord » et s’en charge « dans tous les ports du Croisic, du Pouliguen et de Mesquer10 ». Ces deux relations à un demi-siècle d’intervalle s’accordent sur la présence d’Anglais, d’Écossais, de Flamands, de Hollandais et de nordiques dans les ports guérandais du Croisic, du Pouliguen et de Mesquer, à quoi il faut ajouter le mouillage de Bonne-Anse à Saint-Nazaire. Savary des Bruslons précise encore : « Ce sont les Anglois, les Hollandois, les Hambourgeois & la plupart des Nations du Nord, surtout les Suédois & les Danois quand la France est en guerre avec l’Angleterre & la Hollande, qui enlèvent les Sels de Brouage & du Comté Nantois »11. Plus loin, il spécifie que « celui de Guérande est plus blanc, plus léger & même meilleur ; & les Anglois, les Irlandois & les Espagnols le préfèrent aux autres12 ».

  • 13 Bang N. E., Korst K., Tabeller over skibsfart og Varetransport gennem Øresund 1497-1783, Copenhagu (...)
  • 14 Buron G., « La place des nations protestantes dans le commerce des sels de Guérande au Croisic et (...)

6En énumérant dans un ordre significatif et représentatif les principaux transporteurs et clients des sels de Guérande fréquentant les ports du pays guérandais entre le milieu du xviie siècle et celui du xviiie siècle, ces témoignages fixent le cadre d’une enquête sur leur commerce et leurs exportations maritimes. Nous allons tenter d’apprécier la part de chacun de ces transporteurs et de jalonner le trafic au cours de ces deux siècles, d’abord grâce à trois séries de registres des bureaux de l’amirauté au Croisic et au Pouliguen, l’une du xviie siècle, et deux autres du xviiie siècle, puis à des congés et listes de perception des droits d’ancrage de la fin du xviiie siècle, enfin aux minutiers nantais et guérandais et aux archives judiciaires, dont la consultation permet d’approcher concrètement les acteurs du commerce des sels de Guérande dans la première moitié du xviie siècle. Pour mieux juger de l’évolution du trafic maritime des sels de Guérande, nous avons confronté les données bretonnes aux Tables du Sund aussi critiquées soient-elles13. La synthèse des sondages est donnée par périodes et par nationalités14.

Un commerce déprimé au xviie siècle

  • 15 Au siècle suivant Savary des Bruslons note ce handicap dans son essai de géographie commerciale co (...)
  • 16 En dépit de ce nom, la rade de Saint-Nazaire est loin d’être aussi appréciée que celle de Paimbœuf (...)
  • 17 ADLA, B 5082, f°1 r°.

7Selon les Tables du Sund, de 1636 à 1700, les eaux danoises voient passer vers la Baltique 625 navires provenant du Croisic (280) et du Pouliguen (345). La prépondérance des départs du Pouliguen est manifeste. L’écart entre les deux ports a une explication structurelle. Ce sont des ports d’échouage qui n’ont pas la capacité d’accueillir les navires à fort tirant d’eau15. Toutefois Le Pouliguen a l’avantage d’être situé à proximité de Saint-Nazaire et du mouillage de Bonne-Anse16. Les navires des Pays-Bas et des nations du Nord supérieurs à 100 tonneaux (tx), souvent à la descente de la Loire, viennent ancrer à Bonne-Anse. L’avitaillement de ces vaisseaux est réalisé en rade. La synergie entre ces deux sites portuaires est établie dans le congé pris au Pouliguen pour la mer Baltique le 9 août 1688 par Hans Hoppe, capitaine du Roy David, de Dantzig, qui stipule que son vaisseau de 400 tx chargé de sel est « à preszant aux ports de la Bonne Ansse17 ».

Nombre de navires au passage du Sund en provenance du Croisic et du Pouliguen (1601-1780)

Nombre de navires au passage du Sund en provenance du Croisic et du Pouliguen (1601-1780)
  • 18 En mars 1688, Reÿer Cornelisen de Boër refuse de recevoir à son bord le sel de Sébastien Gaudin du (...)
  • 19 ADLA, B 9139, 17 et 18 février 1655.
  • 20 ADLA, B 8976, 19 juillet 1627, B 8980, 14 juin 1634 et B 8985, 18 mars 1637. Les actes de naturali (...)
  • 21 ADLA, minutier Moyon, E 59/6, 26 février 1688 et minutier Forant, E 1447, 6 mars 1688.

8Une expédition de sels se déroule ainsi au Croisic ou au Pouliguen : la marchandise est acquise au muid par les négociants étrangers ou leurs facteurs au port de Nantes, les capitaines de navires, souvent portionnaires de leur vaisseau, procèdent aux achats. Ils peuvent ou non suivre les ordres de leurs bourgeois ou des affréteurs18. Sauf exception dont les minutiers des notaires nantais et guérandais gardent trace, les « marchés de sels » ne sont pas couchés par écrit. Selon « l’usement du pays », entre personnes de même condition, les affaires se traitent verbalement à l’auberge ou dans une hôtellerie et sont arrêtées lorsque le « denier à Dieu » est donné19. Prennent part aux marchés l’acheteur et un ou plusieurs négociants du terroir, propriétaires et fermiers de salines qui disposent de stocks sur le marais. Si ces négociants ne connaissent pas la langue de l’acquéreur, ils se font assister par un interprète. Dans la première moitié du xviie siècle, les ressortissants anglais ou irlandais, naturalisés ou non, établis au Croisic comme Pasco Martin, natif de Plympton dans le Devon, ou Corneille Adriscol alias O’Driscol, originaire de Cork, sont souvent mis à contribution pour palabrer avec les capitaines anglais ou leurs compatriotes irlandais, voire pour traduire la correspondance des marchands20. À la fin du siècle cependant, l’anglais semble parlé par une dizaine de notables grossistes du Croisic et du Pouliguen. Dans la première moitié du siècle, quelques natifs des lieux comme Jean Aoustin et Jean Nicol paraissent même capables de converser en norvégien et en hollandais21.

  • 22 ADLA, B 9131, 11 octobre 1631.
  • 23 ADLA, B 9136, 9 novembre 1641 et 2 mai 1641.
  • 24 Archives paroissiales de Batz, comptes de la fabrique de Batz (1679-1697), passim.

9Les prix du sel sont sujets à fortes fluctuations. Le prix du muid « quitte sous vergue », embarqué a varié entre 75 et 135 livres22. Le cours le plus élevé est enregistré en 1631, en 1641 il oscille entre 15 et 38 livres23, de 1679 à 1682, il grimpe de 9 livres 15 sous à 30 livres24.

  • 25 ADLA, B 8975, f° 57 r°, 22 septembre 1625 et B 8980, 22 août 1635.
  • 26 Ainsi en septembre 1638, l’Anglais Adam Hormes refuse le sel que les paludiers de Marie Poteau lui (...)

10Si son tonnage autorise le navire à remonter les étiers, le bateau charge dans le marais. Mais le plus souvent, les vaisseaux restent à quai et se font livrer par gabares et chaloupes. Ces allèges assurent à la fois une navette des salines aux ports et le délestage des vaisseaux marchands. Avant d’être jeté dans la cale des allèges, le sel est mesuré au « mouët ». Le muid, unité marchande, compte entre 20 et 22 mouëts. Le mesurage est surveillé par l’acheteur ou par un homme d’équipage venu prendre le « compte du sel25 ». Le sel livré doit être « loyal et marchand ». Dans le cas contraire, la livraison peut être annulée ou du moins refoulée26. Le transbordement in fine de la marchandise dans les navires s’effectue dans les ports d’échouage et s’achève en rade pour les gros bâtiments.

  • 27 Exemples en 1684 et 1685 : devant le zèle de Thomas Le Courtois et de Jacques Dubuy, receveur et c (...)

11Les séjours des navigateurs étrangers sont assez brefs. En pratique, délestage, achats de sel, embarquement du fret et démarches administratives sont réglés en sept à quinze jours pour les navires de 40 à 120 tx. Souvent même, les unités de tonnage inférieur appareillent au bout de 72 heures. Les délais s’allongent quand les capitaines rencontrent des difficultés de livraison de la marchandise ou des embarras dans les démarches administratives qui justifient des sommations de commerce et des protestations devant les notaires de la sénéchaussée27. L’important pour les capitaines est de ne pas rater une « reverdie » – une marée de pleine ou de nouvelle lune – qui offre des conditions nautiques favorables pour quitter le port et gagner la haute mer à la faveur d’une météorologie favorable. Une opportunité manquée, et c’est du temps perdu pour la navigation commerciale. Rapidité et efficacité permettent au contraire à certains bâtiments de faire le voyage du Croisic plusieurs fois l’an. Ainsi, entre le 13 mars 1675 et le 22 août 1675, Jacques Nunn de Plymouth apparait quatre fois au Croisic avec La Fleur de Mer jaugeant entre 50 et 55 tx. Le Dauphin de son compatriote Thomas Pommereil est signalé à six reprises entre avril 1676 et juillet 1677, Ézéquiel Cosson de Fowey sur Le Compagnon alias The Fellow, barque de 12 à 14 tx, charge au Croisic à neuf reprises, entre le 4 août 1674 et le 23 avril 1677. Sans doute, faut-il considérer ces familiers comme des spécialistes du transport du sel.

12Des mouvements des ports du Pouliguen et du Croisic au xviie siècle subsistent les enregistrements des déclarations, des passeports et des congés des maîtres et capitaines des années 1674 à 1677 et 1680 à 1681 pour Le Croisic, et d’août 1688 à janvier 1693 pour Le Pouliguen.

  • 28 ADLA, minutier Forant, E 1446, 23 août 1687.

13Malgré cela, de nombreux aspects du trafic restent insaisissables. Ainsi les enregistrements des congés de l’année 1676 ne portent aucune indication de cargaison au départ des navires. De plus, jamais les volumes de sel embarqués au cours des années 1674, 1675 et 1677 et 1680-1681 ne sont quantifiés (on en est réduit à les apprécier à partir de la jauge des navires). Dans le cas du Marmen ( ?) et de La Marie de Dartmouth, navires respectivement de 66 et 60 tx, venus s’approvisionner avant de voguer vers Terre-Neuve en 1674, il est clair que le sel ne constitue qu’une partie des cargaisons. D’autre part, d’un voyage à l’autre certains navires présentent des écarts de tonnages notables. Ainsi, La Fleur de May de Swansea de Morgan Benon est donnée pour 25 tx en avril 1674, contre 18 tx seulement en juin de la même année. Pareillement, le tonnage de La Sara de John Gaich de Weymouth qui effectue pas moins de onze voyage au Croisic entre le 7 décembre 1674 et le 7 septembre 1677, oscille entre 30 et 42 tx selon l’humeur du maître. En fait, les capitaines sous-estiment sciemment la jauge de leur embarcation pour verser le minimum de droits au bureau de l’amirauté. Dans ces conditions, les chiffres relatifs aux volumes embarqués n’ont qu’une médiocre valeur indicative. Cependant une donnée d’importance est à conserver en mémoire. Le 23 août 1687, le capitaine Hans Wigens embarque 80 muids de gros sel de 22 mouëts, mesure jurée du Pouliguen, et 20 barriques de sel menu, dans L’Élisabeth de Copenhague : « chacque muid faict deux thonneaux et demy » et la cargaison revient « le tout ensemble à deux cents cincq thonneaux28 ».

Anglais, Écossais et Irlandais

  • 29 Parmi les Anglais, citons Henry Mil et Jean Robin (ADLA, B 8980, f° 26 r° sqq., 5 octobre 1633), W (...)

14Avant la fin du xviie siècle, le commerce avec les îles Britanniques ne peut être appréhendé de manière quantitative. Au mieux, relève-t-on quelques noms de marchands – presque toujours maîtres et propriétaires de barque –, venus au Croisic et au Pouliguen négocier des achats de sels et les embarquer29. Les registres du greffe de l’amirauté au Croisic font au contraire figure de mines d’informations inépuisables. Les passeports délivrés du 2 février 1674 au 29 décembre 1677 et du 6 octobre 1680 au 24 août 1681 concernent 1 332 navires non-régnicoles d’un tonnage moyen ne dépassant guère les 40 tx. Le gros des flottes étrangères qui aborde alors Le Croisic arrive des îles Britanniques. Les Anglais, avec 1 208 bâtiments (90,7 % des navires, 43 000 tx), dominent de manière écrasante le trafic du Croisic. Suivent les Irlandais avec 111 navires (8,3 %), et les Écossais avec six vaisseaux seulement (moins de 0,5 %).

15Le Croisic attire des bateaux depuis York et Londres jusqu’à Liverpool, de Jersey, Guernesey et des îles Scilly. On observe une forte représentation des navires du sud-ouest de l’Angleterre, en particulier Devon, Cornwall, Dorset et dans une moindre mesure Pays de Galles et Somerset. En tête des ports les plus actifs viennent Dartmouth, Plymouth, Topsham et Weymouth qui totalisent 30,6 % des demandes de congé pour sortie ; suivent Fowey (9 %), Swansea (5,8 %), Bridhampton/Bothenhampton (5,4 %) et Bridgwater (4,6 %). Les côtes d’Irlande sont représentées de Londonderry à Galway en passant par Dublin, Wexford, Waterford, Cork et Limerick.

16La plupart des navires britanniques accostent au Croisic soit sur lest, soit à vide. En 1674, onze unités descendent avec du charbon et une, avec une cargaison de laine. Le 15 octobre 1677, le capitaine du Walter de 60 tx déclare entrer au Croisic charger du sel avec une cargaison de 80 barils de beurre. Pour certains des bâtiments qui fréquentent l’Atlantique entre mars et septembre, Le Croisic est une escale, un port de relâche sur la route de Bordeaux ou de la péninsule ibérique. Ainsi, le capitaine du Bachelier de Bridgwater y trouve abri en novembre 1674 en raison du mauvais temps rencontré au retour de Lisbonne, où il a chargé du tabac, de l’huile, du sucre et des oranges. Un peu moins de la moitié des navires britanniques entrés au Croisic charge du sel (42,5 %). Les bâtiments viennent en droiture de leur port d’attache ou arrivent de Nantes où ils sont allés livrer du fret.

17À plus de 95 %, les cargaisons enlevées du Croisic sont destinées aux ports d’attache des transporteurs qui s’en vont à leur païs chargé de sel. Soulignons la permanence des relations commerciales du sud Bretagne et des côtes d’Angleterre, mais, à la fin du Moyen Âge, les rouliers des mers qui acheminaient le sel vers l’Angleterre étaient bretons ou guérandais, à la fin du xviie siècle, l’écrasante majorité des transporteurs est britannique. La documentation ne précise pas quand et dans quel contexte s’est opéré le basculement. Terre-Neuve compte au rang des horizons les plus lointains gagnés par des navires anglais avec une cargaison de sel de Guérande. D’ordinaire, ceux qui ne rallient pas le port d’attache accostent volontiers les rivages d’Irlande comme le montre la navigation de L’Aigle doré de Robert Colton de Topsham ou du Prophète Daniel de Londres commandé par Pierre André en juin 1675. Ceci étant, les déclarations des capitaines et des maîtres ne sont pas toujours à prendre au pied de la lettre. Pour preuve, entre 1675 et 1677 et en 1680-1681, on repère au passage du Sund vers la Baltique sept puis huit navires anglais dont les capitaines assurent avoir chargé au Croisic, alors que le bureau de l’amirauté n’a enregistré dans le même temps aucun bâtiment sous pavillon britannique pour cette destination. D’après ces mêmes Tables, en 1682 et de 1684 à 1688, 35 navires anglais venus s’approvisionner au Croisic auraient suivi la même voie.

Flamands et Hollandais

  • 30 Emmer P. C., « Les Hollandais et le commerce du sel dans l’Atlantique (1580-1650) », Journal of Sa (...)
  • 31 Parmi ces marchands actifs entre 1621 et 1646, on peut citer Jean van Rensen (ADLA, minutier Bache (...)

18Le trafic des Hollandais et des Flamands s’inscrit dans le courant d’expansion dans l’Atlantique, motivé, chez les Hollandais, par la recherche du sucre et du sel30. Les Tables du Sund reflètent la quête de cette dernière denrée. Au xviie siècle, Flamands et Hollandais dominent le transport vers la Baltique du sel des salines atlantiques du royaume (principalement Brouage et Ré). Entre 1606 et 1657, ils exportent en moyenne annuelle 12749 lasts et assurent près de 95 % des enlèvements de sel de la Baie. En Bretagne, on décèle ce commerce dès 1603. À partir de Nantes, certains d’entre eux alimentent ce marché en achetant des sels de Guérande au Pouliguen ou au Croisic ainsi que des sels de Bourgneuf31.

  • 32 Parallèlement, les sources locales mentionnent des livraisons de sel à des navires flamands statio (...)

19La présence dans les eaux guérandaises de transporteurs hollandais et flamands est attestée dès 1603, mais de manière épisodique, quasi insignifiante32. Entre 1601 et 1630, sur 5 591 vaisseaux chargés de sels provenant des ports salicoles du royaume et qui franchissent le Sund, sont répertoriées 74 unités flamandes ou hollandaises venues du Croisic ou du Pouliguen, soit moins de 1,5 % du total. Après 1630, le trafic des Hollandais et Flamands enfle de manière progressive, alors même que la tendance des Provinces-Unies est au retrait des ports de la Baie et du voiturage des sels du royaume de France. Au cours du xviie siècle, le nombre de transporteurs de sel hollandais au passage du Sund est pratiquement divisé par 2,5. Il tombe de 4 227 navires (1606-1625), à 2 652 entre 1638 et 1657, enfin à 1 554 entre 1667 et 1687 et de fléchir encore les décennies suivantes sous les effets de la politique de Louis XIV. Cependant le nombre de navires hollandais en provenance du Croisic est multiplié par trois, passant de 64 à 186 puis à 196 durant ces mêmes décennies, soit 12,6 % du total du pavillon hollandais dans le Sund. Tout semble s’être passé comme si, se retirant du littoral français et du transport des sels, les Hollandais en avaient reporté l’exercice au sud Bretagne et aux ports de la sénéchaussée de Guérande ou de la Basse-Loire, espaces en relation permanente avec Nantes et le val de Loire.

20Les années 1622 et 1623 qui voient entrer dans le Sund treize puis quinze bâtiments flamands et hollandais chargés de sel du Croisic, marquent un tournant. Le sel guérandais occupe pourtant une part modeste dans les échanges avec la Baltique en cette première moitié du xviie siècle. En effet, en 1622, 188 bâtiments des Pays-Bas abordent les ports du sel atlantique : 96 à Saint-Martin de Ré (51 %), 34 dans la Baie (18 %) et 16 à Brouage (8,5 %) ; en 1623, 459 navires hollandais : 251 au départ de Brouage, 70 au départ de Saint-Martin et 50 de la Baie. Somme toute, les embarquements opérés au Croisic (7 % et 3,2 % des totaux) restent marginaux !

  • 33 ADLA, B 9137, 18 mai 1643.
  • 34 « L’année dernière 1642, les marays de ce terroir feusrent fort stérile, [à] peine les meilleurs e (...)
  • 35 « L’année 1626 les marais de ce terrouer de Guerrande ne produirent aucun sel et l’année ensuyvant (...)
  • 36 ADLA, B 9137, 23 octobre 1643.

21Au cours des années 1622 à 1668, un pic de fréquentation est atteint en 1646 et 1647 avec 31 puis 41 navires venant du Croisic et du Pouliguen. L’année 1641 avait apporté une récolte honnête, les œillets procuraient un rendement entre demi-muid et deux-tiers de muid à négocier en 164233 et, cette année-là 15 navires partis du Pouliguen passaient le Sund. Ensuite Flamands et Hollandais furent quasi-absents des eaux guérandaises entre 1643 et 1645. La rareté des stocks après les maigres récoltes des années 1642 et 1643 peut expliquer cette désaffection34. Des causes semblables expliquent sans doute la nullité du trafic commercial avec les Flamands et les Hollandais en 1655 et 1656, tant au Croisic qu’au Pouliguen. En 1626 et 1627, le recul avait d’autres motifs35. En effet, aux intempréries désastreuses s’ajoutent la guerre avec le grand siège de La Rochelle, la course et la piraterie. Viennent ensuite les calamités de la guerre de Trente ans (1635-1659) qui entravent le trafic maritime. Selon un habitant du Croisic « les marchandz estrangers n’ont fréquenté cette coste [en 1643] comme ils faisoient avant les guerres et ainsi le peu de sel qu’il y a demeure sur les fossez desditz maroys & se consomme & dépérit par les pluyes qui sont ordinaires en ce pays36 ».

  • 37 En août et septembre 1688, trois vaisseaux d’Amsterdam totalisant 512 tx prennent du sel, deux à d (...)

22De février 1674 à décembre 1677 puis d’octobre 1680 à août 1681, le bureau de l’amirauté du Croisic n’a enregistré aucun mouvement de navire des Provinces-Unies, la guerre de Hollande (1672-1679) leur interdit l’accès aux ports du royaume. Les Tables du Sund font ressortir que le transport du sel à partir du Croisic vers les marchés de la mer Baltique est alors relayé par le pavillon anglais. La documentation locale souligne le retour des Hollandais avec six navires au Pouliguen en 1688, dix ans après la fin du conflit37, tandis que les Tables du Sund recensent 33 navires en provenance du Pouliguen dont 26 arborant pavillon hollandais. Les écarts d’enregistrements entre sources bretonnes et danoises laissent perplexes et font apparaître toutes les faiblesses et les limites des séries documentaires de l’Ancien Régime. Retenons des sources danoises qu’elles affichent le retour des Hollandais dans les ports du pays de Guérande dès 1679. Entre 1679 et 1688, elles pointent 176 bâtiments hollandais venus prendre livraison de sel à destination de la Baltique. Rarement entre 1636 et 1668, Hollandais et Flamands n’ont été aussi présents au Croisic et au Pouliguen, et de manière aussi importante et assidue.

23Au total, de 1636 à 1692, Hollandais et Flamands conduisent par le détroit du Sund 467 navires venus du Croisic et du Pouliguen. Cette flotte assure 78 % des transports de sels de Guérande vers la Baltique, avec 60 % de départs du Pouliguen ou de Bonne-Anse. Au regard des navires venant des ports du sel de la Baie, la proportion des navires chargés dans les eaux guérandaises reste modeste (9 %).

  • 38 Moyenne qui tombe à 3 158 lasts entre 1661 et 1681.
  • 39 En 1658 le Stats Sluce de Middelburg de 160 tx du capitaine Cornelis Marens est affrété par Franço (...)
  • 40 Alvaro Vaz de Nantes fait également appel à deux transporteurs hollandais – Agge Reynertsen capita (...)
  • 41 Les sieurs Du Cassia et Hogverf, établis à Nantes, font charger du sel au Croisic dans L’Espérance(...)

24Cependant une remarque s’impose. Si les comptes des douanes danoises nous apprennent beaucoup des tendances du trafic vers l’étranger, elles ne permettent pas d’apprécier la totalité des mouvements des navires sauniers flamands et hollandais dans les ports guérandais au xviie siècle. Des vaisseaux acheminent des sels de Guérande jusqu’aux raffineries de Zélande qui réexportent leur production vers la Baltique. Ainsi, entre 1606 et 1657, les Hollandais expédient une moyenne de 4 388,5 lasts de sels atlantiques raffinés par an38. Ils jouent également un rôle dans le cabotage des sels guérandais vers l’Irlande39 et l’Espagne40 ou Bayonne41.

Les nations du Nord

  • 42 Les fonds notariés guérandais attestent du passage au Croisic du Tigre de Bergen, un port en aval (...)

25Entre 1674 et 1677, au rang des villes et des « nations du Nord » parties prenantes du commerce des sels au Croisic figurent le Holstein (Le Salvator, bâtiment de Husum, 60 tx), Lübeck (Le Cheval Blanc charge en 1674 du sel pour Londonderry), Hambourg (La concorde, 200 tx venu en 1675), la Suède (trois bateaux dont deux de Stockholm) et la Norvège (une unité qui semble n’embarquer aucune cargaison). C’est dire le faible poids de ces partenaires dans le commerce des sels au Croisic, en dépit des tonnages déplacés (ces navires calent entre 70 et 300 tx). Les Tables du Sund confirment le caractère marginal des échanges avec ces nations. La présence de transporteurs de Lübeck au Croisic est repérée en 1667 (quatre navires), 1682, 1683 et 1688. Entre 1647 et 1687, cinq navires de Dantzig dont trois unités au cours de la seule année 1647 enlèvent également du sel. La présence d’un navire de Brême est attestée en 1654. On note aussi celle de deux bâtiments de Stralsund en 1657 et d’une unité de Hambourg en 1661 et 1672. Deux navires suédois y chargent pareillement, le premier en 1668, l’autre en 1686. Enfin, un Norvégien apparaît en 168842.

26Le Pouliguen joue la complémentarité en accueillant le pavillon danois. Les Tables du Sund mentionnent le passage d’un navire du Danemark en 1672, 1683, 1685, 1686 puis de six danois entre 1688 et 1699. Le pavillon de la ville de Lübeck s’y montre en 1662, 1676 et 1683 (deux navires), celui de Hambourg en 1661, 1666, celui de Dantzig en 1668 et 1686, et celui de la Suède en 1672. Le bureau de l’amirauté au Pouliguen confirme ces relations maritimes et commerciales en délivrant entre 1688 et 1692, en sus de deux congés à des capitaines de Dantzig, des permis à trois vaisseaux danois chargés de sel : Le Chat de 200 tx du commandant Jean Cornelis Crysman, de Copenhague (1689), La Levrette de 240 tx du capitaine Dirck Jansen est destinée à Göteborg en Suède (1691), la destination de La Fortune de Jean Crosin restant inconnue (1692). Les sources danoises sont alors au diapason des sources bretonnes.

Espagnols et Basques

  • 43 ADLA, minutier verger, 4 E 2/1922, 1923, 1924 et 1925, passim. Le personnage est actif à Nantes dè (...)
  • 44 ADLA, minutier Bernard, 4 E 2/245, 13 mars 1648.
  • 45 ADLA, minutier Chessée, E 1452, passim.

27Bien que les rapports du temps n’en fassent guère état, Espagnols, Portugais et Basques figurent au xviie siècle au nombre des clients réguliers des sels de Guérande. Entre 1657 et 1677, des agents du roi d’Espagne au port de Nantes ont mission de pourvoir les magasins à sel de Galice et des Asturies à partir des salines de la Basse-Loire. En 1657 et 1658, les affaires sont traitées avec Alvaro Vaz de Nogueira43, négociant d’origine portugaise qui a pris ce commerce en main dès la décennie précédente. En effet, en mars 1648, il fait charger 13 muids de sel, mesure du Pouliguen, dans L’Étienne, barque de 30 tx commandée par Jean Eslan de Saint-Nazaire pour le compte de Barthelemy de Savire de la Rochelle. Or l’affréteur la destine à Antoine Lopes de Sause, administrateur des alfolies au port de Ribadesella dans les Asturies44. À partir de 1659, interviennent les Espagnols Gaspard Alvares de Pereda, Pedro Montero, Gommes Arias de Ponte, Francisco de Almensa et Fernando de Liendo. Puis, succèdent à ces derniers comme entrepreneurs « pour l’envoy des sels de France au royaume de Galice & province d’Asturie » les Guérandais Marc Moyon et Gabriel Larrey entre les années 1680 et 1710 environ45.

  • 46 D’après Michaud V., Les négociants étrangers à Nantes pendant la première partie du règne de Louis(...)

28Commis de don Emanuel et don Barthelemy de Montesines, administrateurs généraux, facteurs de sa Majesté catholique et ses trésoriers généraux pour le Party du sel des provinces d’Esturies et Galice, Gaspard Alvares de Pereda est le plus important des correspondants acheteurs de sel de Guérande. Entre 1661 et 1677, il fait expédier en Espagne au moins 5 688 muids, dont plus de 3 745 muids (66 % des expéditions destinées aux Ibériques) viennent du Croisic ou du Pouliguen. Les volumes embarqués sont déchargés dans l’un des 23 ports entre Vigo et Llanes qui abritent les alfolies du roi d’Espagne. Entrent en Galice 63 % des volumes, le solde revenant aux Asturies. Ces transports sont assurés par des marins du royaume de France, guérandais en particulier, et non par des Espagnols46.

  • 47 ADLA, B 5082, f° 14 r°.
  • 48 ADLA, B 5081, f° 25 r°, 10 avril 1691.
  • 49 ADLA, B 5081 et B 5082, passim. La Promesse de Bayonne de 150 tx est signalée à la Bonne Ance char (...)

29Le trafic du sel avec l’Espagne est encore avéré, mais à plus petite échelle, par les déplacements du capitaine portugais Antoine Dacosta Messiel, dont La Notre-dame de Porte en Porte de 60 tx, affrétée par Dominique Dacosta Gusmarans, quitte le Pouliguen avec un chargement de sel à destination « de la Galice et autres ports d’Espagne » le 22 novembre 168947. Le nom du maître réapparaît en avril 1691. Au retour d’un voyage à Bilbao avec une cargaison de fer et de laine, il prend à bord pour le compte du sieur Sigonan-Lebessou du Pouliguen du sel à destination de Bayonne. Cependant, un certificat de déchargement est demandé au marchand, car il y a suspicion que le navire ne gagne à nouveau les côtes d’Espagne, voyage qui nécessite un passeport d’un coût supérieur à celui délivré pour Bayonne48. L’incident montre qu’il est légitime de s’interroger sur un possible courant de fraude de sel breton en direction de l’Espagne à partir des ports basques. Entre 1689 et 1693, plus de 50 navires de 30 à 150 tx de Bayonne et de Saint-Jean-de-Luz prennent du sel au Pouliguen ou au mouillage de Bonne-Anse et déclarent rejoindre leur port d’attache49. La proximité des côtes espagnoles et du port de Bilbao en étroites relations avec les ports guérandais depuis le Moyen Âge laisse à penser que des navires basques ont pu déclarer de fausses directions afin de couper aux droits de l’amirauté.

Tonnages des flottes dans le port du Croisic

Tonnages des flottes dans le port du Croisic

L’expansion et les mutations du xviiie siècle

  • 50 Chevillot M., Le port du Pouliguen 1700-1750, Nantes, Fac. des Lettres et Sc. humaines – maîtrise (...)
  • 51 Dardel P., « Les relations maritimes et commerciales entre la France, notamment les ports de Rouen (...)

30L’activité des ports du Croisic et du Pouliguen, bien documentée pour une quarantaine d’années entre 1717 et 1762, a nourri plusieurs travaux d’étudiant50. Nous avons procédé à des dépouillements sur les périodes 1717-1722 pour Le Pouliguen et 1720-1723 et 1736-1747 pour Le Croisic. Sources bretonnes et sources danoises sont également rapprochées. Les Tables du Sund en 83 années (1701-1783) enrôlent 4 078 navires en provenance du Croisic et du Pouliguen. Les bâtiments au départ de Saint-Nazaire et de Mesquer font une timide apparition dans ce trafic entre 1708 et 1754. Au total, 4 381 bâtiments sont enregistrés, soit sept fois plus que pendant tout le xviie siècle dont la série comportait des lacunes. Comme Pierre Dardel l’avait remarqué, la décennie 1741-1750 enregistre le pic d’activité commerciale avec 1 015 passages dans le Sund de navires chargés de sel de Guérande51.

31En accueillant 3 677 bâtiments (84 % du total), Le Croisic prend très nettement le pas sur Le Pouliguen dans les expéditions vers la Baltique grâce aux Hollandais (2 918 passages dans le Sund, 85 % des importations de la Baltique). Les sources bretonnes corroborent le retrait des étrangers du Pouliguen. En 1717, sur 207 entrées de navires enregistrés par le bureau de l’amirauté, on ne compte que dix non-régnicoles : neuf hollandais et un anglais en relâche. La même année, les comptes du Sund inscrivent le passage de sept navires en provenance du Pouliguen dont six sous pavillon hollandais. Puis, au cours des années 1722 et 1723, sur un total de 793 navires et barques, trois vaisseaux anglais seulement emportent une cargaison de sel. Toutefois, quatre navires au départ du Pouliguen sont signalés aux péages du Sund. Dans le même temps, Le Croisic réalise 70 expéditions.

  • 52 Pourchasse P., Le commerce entre la Baltique et la Bretagne au xviiiesiècle (1720-1730, 1748-1758)(...)

32Au cours des décennies 1720-1730 et 1748-1758, les marais salants du sud Bretagne (bassins du vannetais, de Guérande et de Bourgneuf) exportent 89 536 puis 108 001 lasts de sels vers la Baltique52. Avec 31,4 % puis 34,6 % des expéditions, Le Croisic se hisse au premier rang des ports d’exportation salicole du littoral atlantique, devant l’Île de Ré (21,3 % en 1720-1730) et Bourgneuf (11,2 % en 1720-1730, 25,2 % en 1748-1758). Entre 1720 et 1730, avec 62 249 lasts exportés, les trois ports de la sénéchaussée de Guérande, Mesquer, Le Pouliguen et Le Croisic, pèsent pour 45,8 % dans les envois de sels atlantiques à destination de la Baltique. Entre 1748 et 1758, les exportations se montent à 61 233 lasts, mais ne représentent plus que 39,5 % du volume total au départ du royaume.

Anglais, Écossais et Irlandais

33Les données portuaires de la première moitié du xviiie siècle soulignent le recul des Anglais, des Irlandais et des Écossais dans le trafic du Croisic. Le bureau de l’amirauté enregistre le passage de 130 navires des îles Britanniques entre 1720-1723 et de 134 seulement entre 1736 et 1747, contre 1 458 au cours des années 1674 à 1677 et 1680-1681. Le tonnage de ces navires anglais et irlandais est plus modeste qu’à la fin du xviie siècle.

34Dans les années 1720-1723, les Britanniques, toutes îles confondues, gardent pourtant le premier rang, avec 23 % des congés délivrés et plus de 30 % des sels emportés du Croisic. Les Hollandais sont loin derrière. Trois-quarts du sel convoyé par les transporteurs anglais gagne les côtes d’Angleterre, mais la zone de chalandise du Croisic s’est restreinte. Les ports du Kent, du Pays de Galles, du Sussex, d’Écosse et Lyme Regis dans le Devon n’envoient plus de bâtiments. Londres n’adresse qu’un seul bateau en juin 1722. Avec 65 bateaux, les ports du Cornwall, Fowey et Saint-Yves en tête, expédient plus de la moitié des unités britanniques et selon les déclarations des capitaines, reçoivent 63 % des navires au retour. Suivent les ports du Dorset en particulier celui de Poole (quatorze unités). L’Irlande résiste mais perd le rang honorable qu’elle occupait à la fin du xviie siècle.

35La pêche hauturière absorbe une autre partie du sel de Guérande achetée par les Britanniques. En 1721 et 1722, douze terre-neuviers, armés de leurs « ustensiles », en provenance de Poole, Dartmouth et Bideford font un crochet par Le Croisic et s’y avitaillent avant « d’aller à la côte d’Angleterre y faire la pêche de la morue » ou « d’aller sur le Banc ».

  • 53 En 1722, Le Succès de 30 tx du capitaine Charles Powell emporte une cargaison de sel, vin et eau-d (...)
  • 54 Sur cette raffinerie et pour une date plus tardive, Ramlot-Stilmant E., « Une tentative de monopol (...)

36Enfin, les Anglais dirigent du gros sel de Guérande vers le port d’Ostende sur onze navires d’une jauge totale de 378 tx entre 1720 et 172353. Dans la décennie suivante, les Anglais expédient sept navires jaugeant ensemble 408 tx. Les Irlandais ne sont pas en reste et font cingler dans cette direction dix-sept bâtiments d’un tonnage de 645 tx. Le commerce des Anglais et des Irlandais avec Ostende alimente sans doute les activités de raffinage des sels atlantiques54.

37Au cours de la période 1736 à 1747, le nombre de vaisseaux anglais et irlandais dans le port du Croisic décroît. Restent actifs les ports du Cornwall : Saint-Yves, Fowey, Falmouth et Mevagissey (56 % des navires) suivis du Devon (20 %). L’Angleterre est destinataire de 66,3 % des cargaisons de sels pris au Croisic. L’Irlande reçoit des transporteurs anglais de Saint-Yves 20 % des cargaisons, contre 4,5 % seulement dans les années 1720 à 1723. Malgré 133 navires chargés de sel totalisant un tonnage de 5 149 tx, la flotte britannique ne compte plus que pour 4 % du trafic saunier du Croisic. Le commerce du sel avec les îles Britanniques se ressent de la conjoncture politique et Anglais et Irlandais se trouvent relégués très loin derrière les Hollandais. Les navires insulaires finissent par déserter Le Croisic en 1741, puis entre 1744 et 1747.

Hollandais et Flamands

38Totalement absents du trafic du port du Croisic pour raison de guerre dans les années 1674 à 1677 et 1680 à 1681, les Hollandais reviennent en force au Croisic à partir de 1711. Trente ans plus tôt, dans la décennie 1681-1690 – bon cru pour le commerce des sels de Guérande avec la Baltique – sur une flotte de 1 046 navires avec une cargaison de sel français, 156 bâtiments hollandais venant des ports guérandais s’étaient présentés dans les eaux danoises, soit près de 15 % du total. La montée en puissance des Pays-Bas dans le commerce des sels bretons apparaît entre 1699 et 1711, avec 103 navires – 51,5 % d’entre eux chargeant au Croisic –, ils réalisent 20,3 % des entrées sous pavillon hollandais dans le Sund. Dans la décennie 1720-1729, sur 441 navires chargés de sel qui gagnent la mer Baltique en provenance du Croisic, 333 battent pavillon hollandais (52 % de la flotte hollandaise au passage du Sund).

  • 55 Un last est estimé 2 tx : en mai 1721 et mars 1722 le Perroquet vert de 100 tx ou 50 lasts (ADLA, (...)

39Le registre du greffe de l’amirauté au Croisic (1720 à 1723) témoigne du mouvement de 75 navires hollandais. Leur tonnage est compris entre 60 et 200 tx ou entre 35 et 140 lasts55. Dix-huit (24 %) jaugent 100 tx chacun et 26 (34,6 %) entre 70 et 140 lasts. Le gros de la flotte est constitué de 35 unités venues du port d’Amsterdam (47 %), et de 14 transporteurs d’Ameland et de Harlingen (18,6 %). Le reste des bâtiments arrive en droiture des ports d’Edam, Hoorn, Rotterdam, Venhuizen, Vlessingen, Waterland ou du Texel. Tous les bâtiments, sauf un, font voile avec une cargaison de sel, mais cette dernière n’est jamais quantifiable, sauf à se référer à la jauge des bateaux (2 645 tx et 3 434 lasts). D’après les déclarations des capitaines, 71 des 74 navires doivent rejoindre la Hollande, 51 d’entre eux (69 %) ont comme destination Amsterdam. Trois capitaines déclarent se rendre dans la Baltique, hésitant entre Riga, Dantzig ou Königsberg faute de connaître encore leur destination finale. Cependant, au regard des Tables du Sund, il est patent que la majorité des transporteurs voguent vers la Baltique, via le Texel où ils vont « prendre leur ordre » de route comme Pieter Pereboom d’Amsterdam, Gerit Hertag d’Edam et six autres capitaines le notifient au départ du Croisic.

Les transporteurs hollandais dans le trafic du port du Croisic (1736-1747)

Les transporteurs hollandais dans le trafic du port du Croisic (1736-1747)
  • 56 Pour l’essentiel, il s’agirait de « lest de sable fin ». En 1727, Charles Morvan, syndic de la com (...)

40Durant les années 1736 à 1747, les Hollandais prennent très nettement le pas sur les Anglais dans le trafic du Croisic. En 1741 ne se montre aucun navire anglais au Croisic, les Hollandais y mouillent 151 bateaux et entre 1736 et 1747, 784 (près de 30 % des unités entrées au Croisic). Le tonnage des navires oscille de 26 à 200 tx, la flotte hollandaise comprend une majorité de bâtiments inférieurs ou égaux à 100 tx. Au total, elle déplace 69 708 tx, et pèse pour 50,5 % dans les tonnages reçus par le port. La zone de chalandise du Croisic en Hollande se dilate à une soixantaine de ports. Les navires arrivent au Croisic en rentrant de Loire ou en droiture ou après avoir touché un port normand ou breton et sur lest56. Le Croisic a ses familiers : Jean Flora commandeur de La Femme Jacoba, d’Amsterdam de 100 à 106 tx, Jacob Jansen Prater, capitaine de La demoiselle Gertrude ou Jeune dame Gertrude du port de 120 à 150 tx, navire attaché à Amsterdam, qui effectue huit expéditions de sel, entre septembre 1736 et avril 1744. En conduisant au Croisic 222 navires (28 % du total) en douze années, Amsterdam se hisse en tête des exportateurs des sels guérandais, suivie de loin par Woudsend, 79 navires (10 %), Lemme, 54 vaisseaux (7 %), Workum, 43 navires (5,5 %) et Herenveen, 42 bateaux (5,4 %), puis avec Harlingen, Makkum, Sloten, Sneek et Stavoren, la Frise est bien représentée dans ce trafic. À plus de 99 %, les navires hollandais repartent avec du sel. Les bâtiments chargés jaugent 69554 tx. La première des destinations avancées par les capitaines est la Hollande. Elle est indiquée pour 623 navires (79,5 %), en tête Amsterdam (492 citations), puis l’île de Texel, (43 congés pour sortie du Croisic). La mer Baltique – Nörrkoping en Suède, Dantzig, Königsberg et Riga – avec 131 navires vient au second rang des destinations des sels de Guérande. La Norvège, avec 22 occurrences (3 %), se positionne au troisième rang.

41Pour la période 1736 à 1747, les Tables du Sund enregistrent 768 navires sauniers hollandais en provenance du Croisic. La plupart des navires déclarés en Bretagne à destination de la Hollande sont allés en définitive pourvoir les marchés de la Baltique. Dans la décennie suivante, les Hollandais continuent d’y dominer le trafic du sel. En 1750, sur 87 navires qui franchissent le détroit du Sund après avoir chargé au Croisic, 76 viennent des Provinces-Unies (87 %) ; en 1751, 57 sur 64 (89 %). Leur absence en 1752 s’explique par le climat pluvieux et l’absence de récolte qui s’ensuit. Mais en 1753, on en dénombre 69 sur 86 (80 %), en 1754, 76 sur 83 (91,6 %) et en 1758, 101 sur 105 (96 %). Après 1762, le nombre de départs du Croisic vers la Baltique diminue, mais les Hollandais continuent d’y tenir le haut du pavé. En 1766 par exemple, ils conduisent dans le Sund, 55 des 71 vaisseaux chargés de sels au départ des ports guérandais en incluant Le Pouliguen, Mesquer et Saint-Nazaire (77,5 %) ; en 1772, 47 bâtiments sur 63 (74 %) et en 1778, 26 sur 38 (68,4 %).

« Nations du Nord » et Scandinaves

42Les villes et « nations du Nord » s’affirment dans le trafic du sel de Guérande au xviiie siècle. Auparavant, selon les Tables du Sund, le nombre de vaisseaux du Nord ne dépasse pas quelques unités par décennie dans les ports de la sénéchaussée de Guérande. La guerre qui embrase les pays de la mer Baltique de 1699 à 1720 vient encore contrarier les rares échanges commerciaux directs avec le sud Bretagne. Les péages du Sund montrent que les effets s’en font particulièrement ressentir dans les relations avec les Scandinaves. Si une quinzaine de transporteurs norvégiens fréquentent Le Croisic et Le Pouliguen entre 1701 et 1708, les Suédois sont absents de 1702 à 1724.

43Les registres de l’amirauté du Croisic signalent une reprise d’activité avec l’Europe septentrionale au début des années 1720. Entre le 4 mai 1720 et le 4 juin 1723, quatorze navires des « Nations du Nord » dont sept prussiens, accostent les quais du Croisic. Selon les déclarations des capitaines, les marchés de la Prusse orientale absorbent la plupart des cargaisons de sel. Ainsi la ville de Lübeck accueille le retour de quatre vaisseaux en provenance du Croisic. Pour Stettin, Königsberg et Hambourg, les transporteurs sont suédois, danois et polonais. De son côté, le Norvégien Gondre Hamer qui navigue sur Le Pêcheur de Drontheim en 1723 rejoint son port d’attache. Se reconnaissent également dans cette situation un Polonais de Dantzig, arrivé à vide de Brest la même année 1723, et le Livonien Jean Spiker, commandant du Bouc de Riga, bâtiment de 100 à 110 tx, qui accomplit deux voyages à partir du Croisic, en février et en mai 1723.

44Les comptes du Sund de la première moitié du xviiie siècle confirment l’intérêt des navires de Lübeck dans le transport des sels guérandais (de 1724 à 1727, 24 bâtiments). La navigation commerciale sous pavillon lübeckois décline ensuite et ne reprend qu’en 1739 (6 navires), 1741-1742 (5 navires), 1747-1748 (5 navires), 1750 (3 navires) et 1773 (3 navires). Entre 1736 et 1747, Prussiens et Poméraniens se détournent temporairement des lieux de production guérandais et n’adressent qu’une douzaine de bâtiments aux villes de Lübeck (5), Königsberg (4) Stettin (2), Stralsund (1). En 1781, on observe un regain d’activité des Prussiens, Lübeckois et Poméraniens : une douzaine de bateaux d’Emden, Dormunt, Königsberg et Stettin prennent du sel au Croisic. Le bilan des transporteurs, lübeckois, prussiens et poméraniens à partir des ports guérandais se résume au passage de 250 navires dans le Sund entre 1701 et 1783 (6 % du total).

  • 57 Tendance que confirme Savary en 1738 : « Le commerce du Nord n’étoit pas moins considérable, & les (...)

45En comparaison, Dantzig fait preuve de dynamisme et de régularité. Au xviiie siècle la navigation sous pavillon polonais en direction du Croisic et des ports du sel guérandais est rythmée d’une à huit expéditions annuelles de sels, avec une pointe marquée dans les années 1712 à 1741. Certes les relations sont ponctuées d’arrêts, mais avec un total de 269 navires entre 1701 et 1783, Dantzig devance le trafic des ports prussiens et poméraniens. Au milieu de la décennie 1730, les échanges directs et sans intermédiaire hollandais entre Nations du Nord et marais salants de Guérande prennent de l’ampleur, en particulier avec les pays scandinaves. Après de timides apparitions entre 1725 et 1735, les Suédois se distinguent quand le trafic des Hollandais décline57. En douze ans (1736-1747), ils expédient 128 navires chargés de sel d’une capacité de 8935 tx, dont 116 navires (90,6 %) reviennent dans les ports de la Suède, à Dandeval (Uddewalla), Göteborg et Stockholm. Selon les Tables du Sund, ces déplacements de navires sont à inscrire dans la période de pointe du trafic commercial suédois en direction des ports guérandais, de 1727 à 1740, 66 bâtiments seulement sont signalés au passage du Sund, une part non négligeable des cargaisons est déchargée dans les ports et pêcheries du sud-ouest du pays avant le passage du détroit.

46À la même époque, les Norvégiens, à la remorque des Suédois, n’envoyent que 22 bâtiments, surtout de Bergen, au Croisic, soit un peu moins de deux navires par an, contre dix pour les Suédois. Les Danois expédient quatre bâtiments au Croisic pour charger du sel. La cargaison de l’Ebensord de Mathieu Mattsen est destinée à Ålborg en 1746, port d’attache du navire ; celle du Flot, à Copenhague en 1740 et celle du Hâvre-Chrétien, à Riga en 1747. D’après les Tables du Sund, les Danois ne prennent une part active dans les transports du sel de Guérande qu’à partir de années 1740. Entre 1741 et 1783 viennent charger 45 navires au Croisic et trois au Pouliguen.

  • 58 On compte cinq navires du Cornwall (Penzance, Fowey, Polperro), deux de Jersey et un de Chichester (...)

47À la fin du xviiie siècle, les Scandinaves comme transporteurs ou comme importateurs s’approprient près de la moitié des exportations de sels de Guérande vers l’Europe du Nord. En 1781, sur 53 congés délivrés à des capitaines étrangers au Croisic, 18 le sont à des Suédois (34 %) venus d’Uddewalla, Göteborg, Varberg… ; huit à des Norvégiens (15 %) originaires de Bergen, Kristiansund, Stavanger… ; et, deux, à des Danois de Copenhague. Neuf ans plus tard, en 1790, sur 18 embarcations étrangères chargeant des sels, huit battent pavillon anglais (44,4 %)58, huit, pavillon norvégien (44,4 %), un, pavillon polonais, et un, pavillon flamand. Les premiers repartent avec 620 tx de sel, les seconds avec 571 tx pour Bergen, Stavanger, Flekkefjord et Molde. L’Aimable-Victoire d’Ostende appareille avec 85 tx et La Jeune Catherine avec 150 tx, pour la ville de Riga en Livonie.

  • 59 AN, G 5/128.

48Au Pouliguen, entre 1782 et 1790, la Norvège se taille encore la part belle des exportations salicoles. En sept ans, le pays fait entrer pas moins de 49 cargaisons de sel. Les Norvégiens assurent l’essentiel du transport : 45 navires de 50 à 330 tx. Deux Hollandais, l’un d’Amsterdam et l’autre de Rotterdam, participent aux échanges. Au total, la Norvège reçoit ainsi quelque 4 070 tx de sel, représentant 46 % des exportations vers l’étranger. Le port de Bergen, le plus actif du trafic vers les salines de la Basse-Loire, réceptionne près de 30 % des volumes, suivi de Stavanger (5 %) et Moss (4 %)59.

49Dans le même temps, huit transporteurs prussiens, hollandais et polonais livrent à Riga et Dantzig 2 027 tx de sel, soit près de 23 % du sel exporté du Pouliguen vers l’étranger. Avec 482 tx, La Bonne Résolution de Dantzig commandée en avril 1784 par Johan Meyer, apparaît assurément comme le plus gros voilier venu embarquer du sel dans les eaux guérandaises au cours du siècle.

Conclusion

50Relativement peu présents dans le grand commerce international des sels de la Baie du xive au xvie siècle, les sels de Guérande ont connu une destinée européenne à l’époque moderne. Les ports du Croisic, du Pouliguen et de Saint-Nazaire ont tous contribué. Autant que les sources permettent d’en juger, au xviie siècle, commerce et trafics sont nettement dominés par les marchands britanniques, qui, à partir du port du Croisic, prolongent les relations nouées dès le Moyen Âge. Cette prépondérance des échanges avec l’Angleterre et l’Irlande explique en partie pourquoi on a longtemps sous-estimé le rôle du sel de Guérande dans le commerce international, jugé d’abord à l’aune des échanges vers la mer Baltique pour lesquels les historiens disposent de séries documentaires exceptionnelles. Ces dernières attestent de la vocation internationale du Pouliguen et de Bonne-Anse en Saint-Nazaire ; mais sans jamais, il est vrai, leur accorder l’importance des ports de la Baie situés entre Bourgneuf et Brouage. À cela, il y a plusieurs raisons. La première est structurelle et tient aux difficultés notoires des « grosses coques » des villes et des « Nations du Nord » à charger dans les ports guérandais. D’autre part, la production salicole locale ne peut alimenter tous les marchés à la fois. Or, dans la première moitié du xviie siècle et comme aux siècles précédents, une part importante des volumes de sel remonte la Loire à partir du Pouliguen et approvisionne les greniers du royaume de France, puis, dans la seconde moitié du xviie siècle, ceux des provinces de Galice et d’Asturies en Espagne. D’importants volumes sont également dévolus à la pêche, les côtes bretonnes comme dans les eaux de Terre-Neuve, et au commerce régional.

51Aussi, les sels de Guérande n’ont de succès dans les échanges avec l’Europe septentrionale qu’à partir du xviiie siècle, après le déclin du port de Brouage, et lorsque les Hollandais s’emparent du commerce que tenaient les Anglais au Croisic. La percée hollandaise est lente et progressive. Sensible au début du xviiie siècle, le trafic des Hollandais connaît un tournant décisif lors de la guerre de Succession d’Autriche. Dès lors, ceux-ci vont dominer le transport des sels bretons vers la Baltique jusqu’aux années 1760 en y affectant des navires d’un tonnage plutôt moyen, de 40 à 120 tx, adaptés à la navigation dans les eaux guérandaises. Puis les Hollandais sont à leur tour supplantés par les Scandinaves, Suédois puis Norvégiens.

  • 60 D’après Savary des Bruslons, les sels lourds sont particulièrement appréciés des Hollandais « parc (...)
  • 61 ADLA, E dépôt 38, DD 2, « Rapport au roi sur la nécessité de faire sauter des roches à l’entrée du (...)
  • 62 Sur ces aspects, Buron G., op. cit., p. 100-106.

52Si, de fait, la mise en marché des sels de Guérande dans les échanges internationaux avec les villes et Nations du Nord s’inscrit dans la phase terminale d’activité du port de Brouage, elle ne doit pas tout à son déclin. Les sels bretons, lourds ou légers, fournissent au négoce plusieurs qualités60. Ils affichent des prix attractifs à l’export et donc des potentiels de profits pour les importateurs. Au xviie et xviiie siècle, les infrastructures portuaires du Croisic et du Pouliguen sont améliorées. Le Croisic élabore une politique de délestage des navires pour rationaliser et faciliter les enlèvements des sels et les rotations des navires dans les ports d’échouage. On ne cesse de travailler au dérochement du chenal d’accès au Croisic et aux maçonneries des quais ainsi qu’à celles du port du Pouliguen61. Enfin, les marchands des lieux, au contact des bourgeois de Nantes, se sont frottés à la culture du Parfait négociant et ont acquis quelque connaissance d’une ou plusieurs langues européennes. Forts de ces atouts, les Bretons se sont insérés dans un réseau de correspondants qui leur offre toutes capacités de placer au mieux de leurs intérêts la production salicole du pays de Guérande62.

Sources

53• Archives départementales de la Loire-Atlantique

54B 4732 : enquêtes, informations… (1662-1679).

55B 5023 : enregistrements des congés pour sorties du Croisic (1720-1723).

56B 5028 : enregistrements des congés et expéditions pour sorties du Croisic (1736-1747).

57B 5046-5047 : enregistrements des rapports, déclarations pour Le Pouliguen (1717-1724).

58B 5072-5076 : enregistrements des déclarations des maîtres de vaisseaux, des congés et passeports, Le Croisic (1674-1677 et 1680-1681).

59B 5079 : enquêtes, informations… (1626-1658).

60B 5081 : enregistrements des déclarations des maîtres de navires, barques et bateaux, Le Pouliguen (1688-1693).

61B 5082 : enregistrements des passeports, Le Pouliguen (1688-1693).

62E, dépôt, 38 (archives municipales du Croisic).

63BB 11, registre des délibérations de la communauté de ville (xviiie siècle).

64DD 2, travaux publics (1583-1729).

65GG 1, « Moiens d’intervention contre ceux de la RPR du Croisic à requête des gens des Trois Estats du Pays et Dûché de Bretagne », 5 mai 1645.

66• Archives paroissiales de Batz

67Comptes de la fabrique de Batz rendus par les marguilliers (1679-1697).

68• Archives nationales

69G 5/66 : droits d’ancrage, Le Croisic (1781).

70G 5/128 : droits d’ancrage (1782-1785, 1787-1790) et congés (1784-1790), Le Pouliguen.

Notes

1 Je remercie Peter Emmer, Pierre Jeannin et Didier Poton, Philip Ashford (Bristol), Gilbert Baudry, Eamon O’Ciosain (Dublin), Alain Gallicé, Pierrick Pourchasse et Jacques Rouziou ainsi que le personnel des Archives départementales de la Loire-Atlantique.

2 La Borderie A. de, « Histoire de Conan Mériadec du Père Toussaint de Saint-Luc » [1re éd. 1664], Bulletin de l’Association bretonne, 20e session, Saint-Brieuc, L. Prud’homme, 1877, p. 275-276.

3 Bérenger J., Meyer J. et al., La Bretagne de la fin du xviie siècle d’après le mémoire de Béchameil de Nointel, Paris/ Rennes, Université de Haute-Bretagne (coll. « Textes et Documents » – I), 1976, p. 128.

4 Savary des Bruslons J., dictionnaire universel de commerce contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde publié par Ph.-L. Savary, [1re édition 1730] Copenhague, 1759-1765, t. iv, col. 683.

5 L’appellation sels de Guérande, d’ordre fiscal il est vrai, se lit dès le xve siècle. Cf. Archives départementales de la Loire-Atlantique (ADLA), B 2971, f° 302, xve siècle et B 52, f° 13 r°, 1532.

6 Touchard H., Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1967, xxxix + 455 p.

7 Meyer J., « La presqu’île guérandaise au xviiie siècle », Bulletin des Amis de Guérande, Guérande 1965, n° 12, p. 6-7.

8 Lemonnier P., Les salines de l’ouest Logique technique et logique sociale, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme/PUL, 1980, a contribué à diffuser cette opinion : « Après avoir été amenés à commercialiser leur sel eux-mêmes, les marins guérandais ont succombé au xvie siècle devant la concurrence des marins du Croisic qui ont alors rapidement cessé d’exporter le sel de la presqu’île pour se consacrer, qui au commerce des vins de Bordeaux ou de La Rochelle, qui à celui des toiles de Bretagne. Aussi à la fin du Moyen Âge le sel de Guérande n’est plus destiné qu’à la consommation intérieure, mais il dispose dès lors d’un solide marché : la Bretagne et les régions périphériques. C’est ce même marché que les producteurs guérandais continueront d’approvisionner au xixe siècle. Ils parviendront à le maintenir face à la concurrence des sels du Midi et de l’Est, qui abattra par contre définitivement la production de Brouage et de la Seudre, déjà sévèrement touchée par la défection des acheteurs étrangers. Quant à la survie d’une production dans l’Ouest de nos jours, elle traduit une politique volontaire des groupes saliniers » (p. 32).

9 ADLA, E, dépôt, 38, GG 1.

10 Béranger J. et al., op. cit., p. 129.

11 Savary des Bruslons J., op. cit., t. IV, col. 688.

12 Ibidem, Commentaires absolument identiques chez J.-J. d’Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des gaules et de la France, Paris 1762-1770, t. III, p. 536.

13 Bang N. E., Korst K., Tabeller over skibsfart og Varetransport gennem Øresund 1497-1783, Copenhague, Gyldendalske Boghandel & Nordisk Forlag/Leipzig, 1906-1953, 7 vol.

14 Buron G., « La place des nations protestantes dans le commerce des sels de Guérande au Croisic et au Pouliguen du début du xviie siècle au début du xviiie siècle », dans Martinière G., Poton D., Souty F. (éd.), d’un rivage à l’autre. Villes et protestantisme dans l’aire atlantique (xvie-xviie siècles), Actes du Colloque de La Rochelle (13 et 14 novembre 1998), Paris, Imprimerie nationale, 1999, p. 113-125 et G. Buron, Bretagne des marais salants, Morlaix, Skol Vreizh, 1999, p. 92-98.

15 Au siècle suivant Savary des Bruslons note ce handicap dans son essai de géographie commerciale comparée : « Le territoire de Rhuys est très abondant en sel & sa situation très commode pour les expéditions de cette denrée. C’est une presqu’île qui a d’un côté la rivière de vannes à sa disposition, & de l’autre côté celle de Pennerf. Chacune de ces deux rivières a des ressources que le Croisic n’a pas pour la facilité des chargemens, & la sureté des vaisseaux ; ils peuvent être toujours à flot, & ils peuvent s’échouer s’ils le veulent. […] Au reste […] la qualité des sels est la même ainsi que la mesure & le prix. Suivant l’intention des acheteurs, on peut fournir des sels plus ou moins lourds, ainsi qu’au Croisic. Les prix sont communément les mêmes qu’au Croisic, jamais au-dessus & souvent au-dessous, mais les frais sont beaucoup inférieurs, & les délestages plus commodes & beaucoup moins coûteux. » (J. Savary, op. cit., t. IV, col. 684).

16 En dépit de ce nom, la rade de Saint-Nazaire est loin d’être aussi appréciée que celle de Paimbœuf, plus abritée. En 1664, à l’endroit de Saint-Nazaire, Toussaint de Saint-Luc écrit : « l’ancrage est bon, mais [la rade] estant toute exposée aux vents du midy, elle n’est point seure, & l’on a veu souvent les plus forts & puissans vaisseaux y périr par les moindres tempestes » (La Borderie A. de, op. cit., 1877, p. 279).

17 ADLA, B 5082, f°1 r°.

18 En mars 1688, Reÿer Cornelisen de Boër refuse de recevoir à son bord le sel de Sébastien Gaudin du Pouliguen bien que ce dernier soit « fondé en lettres missives » des marchands de Nantes Gérard Pitre et de la veuve Van Keulen & Sengstack, à en faire la livraison. Le refus du capitaine de Boër est motivé : il est « le seul directeur de son navire » et a décidé de traiter avec le sieur Audet du Croisic (ADLA, minutier Forant, E 1447, 6 et 15 mars 1688).

19 ADLA, B 9139, 17 et 18 février 1655.

20 ADLA, B 8976, 19 juillet 1627, B 8980, 14 juin 1634 et B 8985, 18 mars 1637. Les actes de naturalisation des personnages sont conservés (ADLA, B 203, 8 août 1619 et B 222, 11 juillet 1626).

21 ADLA, minutier Moyon, E 59/6, 26 février 1688 et minutier Forant, E 1447, 6 mars 1688.

22 ADLA, B 9131, 11 octobre 1631.

23 ADLA, B 9136, 9 novembre 1641 et 2 mai 1641.

24 Archives paroissiales de Batz, comptes de la fabrique de Batz (1679-1697), passim.

25 ADLA, B 8975, f° 57 r°, 22 septembre 1625 et B 8980, 22 août 1635.

26 Ainsi en septembre 1638, l’Anglais Adam Hormes refuse le sel que les paludiers de Marie Poteau lui adressent au port du Pouliguen, le produit étant trop noir & rous & plain de vase. Au surplus, le mesurage n’a pas été contrôlé par un membre de son équipage (ADLA, B 8985, 20 septembre 1638).

27 Exemples en 1684 et 1685 : devant le zèle de Thomas Le Courtois et de Jacques Dubuy, receveur et contrôleur du bureau de la prévôté de Nantes au Croisic qui n’autorisent le départ des navires anglais chargés de sel qu’à la condition expresse qu’ils aient au préalable acquitté le droit du 5e sou, taxe imposée par l’édit royal du 22 juillet 1681 (ADLA, minutier Moyon, 4 E 59/5, 29 juillet, 16, 22 et 26 août 1684 et 7 mai et 4 juillet 1685). Six des sept navires sont anglais ou gallois, ils totalisent entre 329 et 365 tx et sont emplis de 131 muids de sel.

28 ADLA, minutier Forant, E 1446, 23 août 1687.

29 Parmi les Anglais, citons Henry Mil et Jean Robin (ADLA, B 8980, f° 26 r° sqq., 5 octobre 1633), Walter Boulard (B 8982, 3 avril 1636), Guillaume Cas(s)on, maître et propriétaire du Prosper de Londres (B 8983, 24 juillet 1637), Thomas Holleman, facteur de Richard Halfort, marchand de Lyme (B 8985, 18 mars 1637 et minutier Bachelier, 4 E 2/99, 11 février 1640), Jean Snelin, Jean Plays, Jean Palmer (B 8986, 1640, f° 44 r° sqq.), Édouard Houeder (B 8986, 16 octobre 1640), Richard Ex (B 9136, 9 novembre 1641), Jean Colmer (B 8993, décembre 1646) ; parmi les Irlandais, Christophe filz Symon a chargé au Pouliguen 17 muids de sel pour Drodal (B 8981, 1er avril 1636), Sébastien Mahan, marchant de la ville de Lymeric (B 8985, 24 juillet 1637), Dominique Quirouan, Geffroy Franc, Pierre Black (B 8787, 28 août 1630) et Patrix Querlé (B 8987, 4 juillet 1639). Ajoutons les Écossais, Robert Stuart en 1620 (B 8973), Jean Macamon en 1630 (B 8787), et le vaisseau de Sainct-Jan de Vaer, pays d’Escosse, en 1636 (B 8982).

30 Emmer P. C., « Les Hollandais et le commerce du sel dans l’Atlantique (1580-1650) », Journal of Salt-History, Berenkamp, vol. 5 (1997), p. 6.

31 Parmi ces marchands actifs entre 1621 et 1646, on peut citer Jean van Rensen (ADLA, minutier Bachelier, 4 E 2/91, 3 novembre 1621), Coornelis de Geldar (ibidem, 4 E 2/92, 6 mars 1626), Antoine Castelin ou Chastelain (ibidem, 4 E 2/92, 24 février 1626 et ADLA, B 8985, 1er septembre 1636), Michel Walanzirouague (ADLA, B 8787, 10 juin 1630), François van Hourte (ibid., B 8982, 10 et 19 septembre 1636 ; B 8984, 22 septembre 1636 et 14 août 1637) et les frères Maerten et Hendricks Doomer (ibid., minutier Mariot, 4 E 2/1467, 5 janvier 1646).

32 Parallèlement, les sources locales mentionnent des livraisons de sel à des navires flamands stationnés au Pouliguen (ADLA, B 8975, 22 septembre 1625 ; B 8980, 22 août 1635 ; B 8981, 5 mai 1636 ; B 8982, 14 août 1635 ; B 9133, août 1636). Un chargement de sel est relaté au Croisic en 1626 (ADLA, B 9128, 22 décembre 1626) ainsi que le délestage « d’un grand vaisseau flamand » ballasté de sable en 1655 (ADLA, B 5079, 12 et 15 février 1655).

33 ADLA, B 9137, 18 mai 1643.

34 « L’année dernière 1642, les marays de ce terroir feusrent fort stérile, [à] peine les meilleurs eusrent-ilz mouet de sel par œillet sans en comprendre la pluspart qui ne saulnèrent point du tout et que la levée de ceste année a esté presque aultant stérile & n’a de guères mieulx valleu » (ADLA, B 9137, 23 octobre 1643).

35 « L’année 1626 les marais de ce terrouer de Guerrande ne produirent aucun sel et l’année ensuyvante 1627, il s’en feist fort peu à cause des pluyes continuelles qui se firent pendant le cours de l’esté » (ADLA, B 9136, 11 mai 1641).

36 ADLA, B 9137, 23 octobre 1643.

37 En août et septembre 1688, trois vaisseaux d’Amsterdam totalisant 512 tx prennent du sel, deux à destination de la mer Baltique dont l’un pour Dantzig. Un quatrième navire, La Balance de Hoorn, 60 tx, déclare conduire une cargaison de sel à Limerick en Irlande. Le pavillon hollandais doit aussi flotter en tête de mât du Haydecor ( ?), 200 tx, commandé par Albert Corneille Coux qui en destine le chargement de sel au port de Libau en Courlande. Enfin, les archives notariales rappellent la présence en mars 1688 d’un sixième navire hollandais au Pouliguen, le Paysan de Vliland ou Amsterdam, 260 tx (ADLA, minutier Forant, E 1447, 6 et 15 mars 1688).

38 Moyenne qui tombe à 3 158 lasts entre 1661 et 1681.

39 En 1658 le Stats Sluce de Middelburg de 160 tx du capitaine Cornelis Marens est affrété par François Worrat de Dublin pour prendre sa compétente charge de sel au Croisic et la conduire à Dublin (ADLA, minutier verger, 4 E 2/1925, 16 août 1658).

40 Alvaro Vaz de Nantes fait également appel à deux transporteurs hollandais – Agge Reynertsen capitaine du de Bloeyende Wanne de Workum et Adrian Pietersen Jonckes du Jager Ducz de Sardam –, pour enlever et convoyer du Croisic et du Pouliguen des cargaisons de sels aux ports de Betanzos, Ribadeo et Castropol en Galice (ADLA, minutier Verger, 4 E 2/1925, 5 juillet 1658 et 6 août 1658).

41 Les sieurs Du Cassia et Hogverf, établis à Nantes, font charger du sel au Croisic dans L’Espérance de Middelburg du capitaine Cornelis de Jong à destination de Bayonne (ADLA, B 4732, 20 août 1668).

42 Les fonds notariés guérandais attestent du passage au Croisic du Tigre de Bergen, un port en aval du Sund. En janvier 1688, son capitaine Warner Ros fait vendre à Guillaume Fuster, maître de La Marie de Plymouth, et à Jean Cordwel, propriétaire et marchand du même bateau, deux gabarées de cinq muids de sel pour compléter son chargement (ADLA, minutier Moyon, E 59/6, 26 février 1688).

43 ADLA, minutier verger, 4 E 2/1922, 1923, 1924 et 1925, passim. Le personnage est actif à Nantes dès 1629. On le voit affréter la barque L’Hirondelle de Pierre Jan, marinier du Pouliguen, pour transporter quinze muids de sel au port de ville Viciosse, pais d’Esturie en Espaigne à l’adresse de Pedro de Piou, regidor de la ville d’Oviedo (ADLA, minutier Bachelier, 4 E 2/94, 19 mai 1629).

44 ADLA, minutier Bernard, 4 E 2/245, 13 mars 1648.

45 ADLA, minutier Chessée, E 1452, passim.

46 D’après Michaud V., Les négociants étrangers à Nantes pendant la première partie du règne de Louis XIV (1661-1685). Étude démographique, économique et sociale, Nantes, Fac. des Lettres et Sc. Humaines, mémoire de maîtrise d’Histoire, 1996, 98 p.

47 ADLA, B 5082, f° 14 r°.

48 ADLA, B 5081, f° 25 r°, 10 avril 1691.

49 ADLA, B 5081 et B 5082, passim. La Promesse de Bayonne de 150 tx est signalée à la Bonne Ance chargée de sel le 11 février 1690 (ADLA, B 5082, f° 18 r°). Les navires basques sont rares au Croisic pendant les années 1674 à 1681. En 1674, Dominique de Colonque, capitaine du Saint-Julien de Bayonne, prend congé pour une cargaison de sel destinée à Saint-Jean-de-Luz, mais le navire est ancré à Saint-Nazaire, sans doute à Bonne-Anse (ADLA, B 5072, 16 février 1674). En 1676, la cargaison du Saint-Esprit de Bayonne commandée par Saubat de la Banques n’est pas spécifiée (ADLA, B 5072, 27 février 1676).

50 Chevillot M., Le port du Pouliguen 1700-1750, Nantes, Fac. des Lettres et Sc. humaines – maîtrise d’hist. mod., 1992, et K. Primot, Le port du Croisic (1700-1750), Nantes, Fac. des Lettres et Sc. humaines – maîtrise d’hist. mod., 1991, 177 p.

51 Dardel P., « Les relations maritimes et commerciales entre la France, notamment les ports de Rouen et du Havre, et les ports de la mer Baltique de 1497 à 1783 », Annales de Normandie, 1969, p. 45 et annexe 1.

52 Pourchasse P., Le commerce entre la Baltique et la Bretagne au xviiie siècle (1720-1730, 1748-1758) Lorient, UBS/ Rennes, UHB-Rennes 2 – DEA d’Histoire, Sociétés et Civilisations, 1997, 2 volumes.

53 En 1722, Le Succès de 30 tx du capitaine Charles Powell emporte une cargaison de sel, vin et eau-de-vie.

54 Sur cette raffinerie et pour une date plus tardive, Ramlot-Stilmant E., « Une tentative de monopole d’État sous Marie-Thérèse. La raffinerie de sel d’Ostende, 1756-1770 », Contribution à l’histoire économique et sociale, université libre de Bruxelles, V, 1968-1969, p. 25-86.

55 Un last est estimé 2 tx : en mai 1721 et mars 1722 le Perroquet vert de 100 tx ou 50 lasts (ADLA, B 5023, f°15 et f° 27), en mai 1721 et juillet 1722, La Demoiselle Dorothée de 100 tx ou 48 lasts (ADLA, B 5023, f° 15 et f°33), en avril 1721 et sept 1722, La demoiselle Jossina de 100 tx ou 50 lasts (ADLA, B 5023, f°13 et f°37).

56 Pour l’essentiel, il s’agirait de « lest de sable fin ». En 1727, Charles Morvan, syndic de la communauté de ville du Croisic, constate que les endroits où l’on porte le lest des Hollandois sont remplis (ADLA, E dépôt 38, BB 11, f° 199 v°, 29 avril 1727).

57 Tendance que confirme Savary en 1738 : « Le commerce du Nord n’étoit pas moins considérable, & les Hollandois en étoient presque seuls les maîtres ou du moins ils ne le partagoient qu’avec les Anglois, & ils n’en laissoient qu’une médiocre part aux Hambourgeois. On ne sauroit nier qu’il ne soit encore fort grand. Mais il commence à n’être plus ce qu’il étoit il y a vingt ans. La plupart des princes, contens des revenus que leurs prédecesseurs avoient retirés de leurs États, ne songeoient point à les augmenter, ou, s’ils y songeoient, il ne leur venoit point dans l’esprit de le faire par le commerce de leurs sujets. C’étoit alors le bon temps pour les Hollandois. […] Mais aujourd’hui, certain esprit de commerce a saisi la plupart des princes du Nord, & ils ne parlent plus que d’envoyer leurs sujets chercher eux-mêmes les richesses, que leur ignorance attendoit auparavant des Hollandois, dont elle les achetoit tout ce qu’ils vouloient. » (Savary J., op. cit., t. v, col. 822).

58 On compte cinq navires du Cornwall (Penzance, Fowey, Polperro), deux de Jersey et un de Chichester (Archives nationales [AN], G 5/66).

59 AN, G 5/128.

60 D’après Savary des Bruslons, les sels lourds sont particulièrement appréciés des Hollandais « parce qu’étant plus pesans, ils rendent plus de lasts dans les pays étrangers » et génèrent par conséquent plus de profit à la revente (Savary J., op. cit., t. iv, col. 697).

61 ADLA, E dépôt 38, DD 2, « Rapport au roi sur la nécessité de faire sauter des roches à l’entrée du port, par Sébastien Rosmadec », 23 novembre 1669.

62 Sur ces aspects, Buron G., op. cit., p. 100-106.

Table des illustrations

Titre Nombre de navires au passage du Sund en provenance du Croisic et du Pouliguen (1601-1780)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7622/img-1.png
Fichier image/png, 96k
Titre Tonnages des flottes dans le port du Croisic
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7622/img-2.png
Fichier image/png, 160k
Titre Les transporteurs hollandais dans le trafic du port du Croisic (1736-1747)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7622/img-3.png
Fichier image/png, 92k

Auteur

Musée des Marais Salants – CAP-Atlantique Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique)

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540