Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Troisième partie. Transformations et commercialisations des sels atlantiques

Le commerce du sel entre Nantes et la côte nord de l’Espagne au xviie siècle

Guy Saupin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Tanguy J., Le commerce nantais à la fin du xviesiècle et au début du xviiesiècle, Thèse de 3e cycl (...)
  • 2 Ibidem, p. 110-112. L’auteur estime le trafic annuel moyen à 10 000 muids pour la première moitié (...)
  • 3 Laucoin C., La naissance du trafic antillais (1638-1660), Maîtrise sous la direction de G. Saupin, (...)
  • 4 Touchard H., op. cit., p. 281-287, chapitre VIII. En 1501-1502, les douanes de la seule prévôté de (...)
  • 5 Tanguy J., Le commerce…, op. cit., p. 339. En 1631, le chapitre Espagne des recettes de la Prévôté (...)
  • 6 Michon B., Les négociants nantais et la pêche à la morue à Terre-Neuve dans la seconde moitié du x (...)

1Jusqu’à la fin du xvie siècle, le commerce du sel a offert à la ville de Nantes un de ses meilleurs soutiens dans son développement comme place commerciale d’importance sur la façade atlantique européenne1. Depuis 1580, son importance n’a pas cessé de se réduire, tant en valeur absolue au niveau des tonnages transitant par le port jusqu’à un seuil sans doute atteint dans les années 16702 qu’en importance relative, concurrencé d’abord par le trafic du vin, principal moteur de croissance dès le milieu du xvie siècle, mais surtout par les spéculations antillaises lancées à Nantes dans les années 16403. Par ailleurs, depuis le xive siècle, l’Espagne a constitué le premier horizon international du port de Nantes, lui permettant de creuser l’écart avec les autres ports bretons4, avant que le développement des liens avec l’Europe du Nord, sous l’impulsion des marchands hollandais, ne renverse cette hiérarchie dans le premier tiers du xviie siècle. Dans les années 1630, il ne s’agit encore que d’un déclin relatif car le volume du trafic a encore augmenté par rapport au niveau des années 1550, mais avec un taux de croissance nettement inférieur à celui des relations avec l’Europe du Nord5. Si la conquête d’une place de choix dans l’armement à la grande pêche a pu conforter la position de cet horizon comme marché potentiel d’écoulement de la morue sèche6, l’ouverture de la droiture antillaise l’a progressivement repoussé au rang des spéculations secondaires.

Le sel dans les échanges entre l’Ouest de la France et la côte cantabrique au xviie siècle

  • 7 Casado Alonso H., « Le commerce des « marchandises de Bretagne » avec l’Espagne au xvie siècle », (...)
  • 8 Jeulin P., op. cit., p. 243. L’Europe du Nord absorbait l’essentiel des exportations de sel nantai (...)
  • 9 Meyer J., L’armement nantais dans la deuxième moitié du xviiiesiècle, Paris Sevpen, 1969 ; id., «  (...)

2Proposer une mise au point sur le commerce du sel du pays nantais vers l’Espagne au cours du xvie siècle pourrait paraître comme une opération à risque, d’intérêt limité. Cela revient en effet à parler d’un trafic en forte récession dans un secteur géographique subissant un processus de marginalisation. Par ailleurs, le sel n’est jamais entré dans les trafics fondamentaux reliant Nantes aux ports de la côte cantabrique, la structure des échanges étant assise pour le port ligérien sur des importations de laine castillane et de produits de la métallurgie basque et des exportations de draps et surtout de toiles, complétées par de la quincaillerie, du papier, des livres et des cartes à jouer7. Ce trafic a pourtant bien existé, même si aujourd’hui les études manquent pour en mesurer l’ampleur avant que les statistiques du xviiie siècle viennent en donner l’image d’un flux réduit, irrégulier, mais permanent8. Ainsi, la tenue à Nantes d’un colloque international sur l’histoire du sel et la découverte de quelques nouveautés dans les archives notariales nantaises illustrant la possibilité de percées conjoncturelles se sont-elles rejointes pour promouvoir cette esquisse de ce qui pourrait s’intégrer dans un programme de recherche sur les fondements de la capitalisation nantaise9 avant la grande spéculation coloniale.

  • 10 Priotti J.-P., « Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au xvie siècle », An (...)
  • 11 Faute d’archives, il est impossible de trancher entre les deux analyses proposées sur les antécéde (...)

3Les échanges commerciaux avec l’Espagne, favorisés par des traités de commerce entre la Bretagne et la Castille, étaient structurés depuis longtemps autour d’un axe dominant entretenu par la cession réciproque de privilèges entre les ports de Nantes et de Bilbao10. Ces accords préférentiels étaient gérés à Nantes par une association commerciale portant le nom de « Contractation », constituée sur le modèle des corps de métiers médiévaux, associant étroitement l’économique et le religieux11. Depuis 160, cette confrérie professionnelle de commerçants était dirigée par un consul renouvelé annuellement lors d’une élection corporative. Cette fonction était naturellement réservée aux familles marchandes les plus importantes de la place dont certaines avaient des origines castillanes plus ou moins lointaines. Ces dernières étaient fixées définitivement à Nantes, bien intégrées à l’élite marchande de la ville, disputant avec succès aux familles anciennement nantaises les postes de responsabilité, tant au consulat commercial qu’à l’échevinage. Dans la première moitié du xviie siècle, cette fusion entre les Nantais de souche ou du royaume et les Hispano-Nantais fut même renforcée par une même réaction de défense face à la concurrence des communautés portugaise et hollandaise, récemment implantées.

  • 12 Archives municipales de Nantes, HH 194.
  • 13 Le Méné M., « La population de Nantes à la fin du xve siècle », Annales de Bretagne, 1964, t. 71, (...)
  • 14 Croix A., Nantes et le pays nantais au xviesiècle, Paris, 1974, p. 194-198.
  • 15 Priotti J.-P., Bilbao et le commerce européen (vers 1520-vers 1620), Lille, Septentrion, 2004.

4Les archives de la Contractation12 consacrées à l’élection annuelle des consuls permettent de dresser un profil du xviie siècle quant au renouvellement des principaux acteurs susceptibles de maintenir, par leurs initiatives, le marché espagnol parmi les principaux horizons commerciaux nantais. La liste des 67 membres de 1601, par l’importance des prénoms espagnols ou des patronymes à peine francisés, rappelle avec force la vigueur de l’immigration basque et castillane depuis le milieu du xve siècle13, avec une forte relance dans les décennies 1560, 1570, 1580, avant l’assèchement final lié au basculement de la ville dans la grande crise de la Ligue14. Ensuite, l’observation de la composition du cercle étroit des principaux marchands parmi lesquels sont élus les consuls souligne un double phénomène. Les principales familles d’origine espagnole, comme les de Bourgues, les Despinoze, les de Marques, les Santo-Domingo, les de La Pellonye, maintiennent aisément leur suprématie, ce qui traduit la qualité de leur intégration dans l’oligarchie marchande nantaise, mais aussi l’épuisement de l’ancien courant migratoire qui ne fournit plus que des individus de moindre envergure, se contentant de séjours limités. Globalement, le poids relatif des Hispano-nantais a diminué. Moins que la perte d’attractivité du pôle nantais, ce dépérissement des liens humains avec l’Espagne du Nord provient surtout de la crise qui a affecté ce pays tout entier. Alors que Bilbao, partenaire privilégiée de Nantes, était parvenue à se constituer en grand centre commercial actif, autonome et entreprenant, sur la route terrestre de la laine unissant la Vieille Castille aux marchés français et des Pays-Bas et sur la grande route maritime reliant Séville à Anvers, grâce au dynamisme de ses marchands pendant les trois premiers quarts du xvie siècle, elle n’a pu empêcher les marchands étrangers, et particulièrement les Français, de pénétrer largement dans ses affaires dans le premier quart du xviie siècle15.

  • 16 Raimbaud E., Les étrangers en Bretagne d’après les lettres de naturalité, Maîtrise sous la directi (...)

5Toutefois, les décennies 1650 et 1660 viennent s’inscrire à contre-courant dans cette lente érosion de l’impact castillan. Cela ne se marque pas tant dans la présence des vieilles familles – les Santo Domingo et la Pellonye ne sont plus cités – que dans l’apparition de nouveaux patronymes espagnols, témoignant d’une relance de l’intérêt spéculatif pour le port ligérien. Parmi les marchands éligibles au consulat de la Contractation, voit-on apparaître Domingo de Urquixo16 de 1656 à 1661, remplacé par son fils, de même dénomination, de 1661 à 1668, puis Fernando de Liendo de 1659 à 1671, et enfin Antonio de Landache de 1668 à 1670. Ensuite, tous les patronymes à consonnance hispanique disparaissent progressivement dans le dernier quart du xviie siècle. Tout se passe comme si cette période d’une quinzaine d’années formait une parenthèse dans une évolution séculaire, restituant de manière très éphémère une immigration caractéristique du siècle précédent.

  • 17 Lespagnol A., Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 19 (...)
  • 18 Tanguy J., Le commerce du port de Nantes au milieu du xviesiècle, Paris, A. Colin, 1956, p. 23-25, (...)
  • 19 Touchard H., op. cit., p. 26.

6Dans l’état actuel de la recherche, il n’est pas aisé de qualifier l’importance du commerce du sel en provenance des marais atlantiques français en direction du marché espagnol. Quelques témoignages épars, recueillis dans les actes notariés nantais du xviie siècle, suggèrent que ce produit entrait dans la gamme des fournitures envoyées vers le Pays Basque. Il est tentant de penser que ce fait est lié à la montée en puissance de l’armement morutier nantais, dans la mesure où ce commerce conjugue le recours à un conservateur indispensable et l’inscription dans une échelle transatlantique, renforcée au xviie siècle par le modèle malouin17 du circuit triangulaire alliant le port d’armement, les marais de l’Ouest, Terre-Neuve et les marchés de l’Europe du Sud, dont l’Espagne. Au xvie siècle, les marchands du Croisic avaient montré la voie en s’imposant comme le grand fournisseur morutier de la place et en transportant le sel, comme fret aller, dans tous les ports du grande cabotage atlantique européen, en accordant une place privilégiée à l’horizon ibérique18. En soumettant progressivement ce port à leur contrôle capitalistique, les grands marchands nantais ont sans doute repris à leur compte un modèle qui avait fait ses preuves. Dans ce schéma, les deux zones salicoles n’avaient pas les mêmes traditions. Au xve siècle, le sel du marais guérandais est emmené partout les navires croisicais qui sont partie prenante de ce grand rôle de rouliers des mers conquis par la marine bretonne. Le sel de la baie de Bourgneuf est plutôt chargé par des navires étrangers d’Europe du Nord qui venaient s’approvisionner directement19. Ainsi s’opposent partiellement un pôle de commerce actif et une zone de production de commerce passif.

  • 20 Supra note 2.
  • 21 Michaud V., Les négociants étrangers à Nantes pendant la première partie du règne de Louis XIV, 16 (...)

7L’importance du sel dans la structure du commerce nantais a atteint son apogée dans les années 1570. Ensuite, toutes les mesures relevées par les historiens s’accordent sur un déclin quantitatif20 causé par l’envasement de la baie de Bourgneuf favorisant l’approvisionnement à Brouage et même la concurrence des salines portugaises, le moindre coût de la route terrestre par rapport à la remontée de Loire grevée de trop nombreux péages et les conséquences négatives de la progression de l’encadrement des gabelles, dans la mesure où les fermiers auraient joué contre les prétentions nantaises. Toutes ces mesures, qu’elles reposent sur les taxes perçues à Nantes ou sur les comptes de la Communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire, ne parlent pourtant que du sel destiné à la consommation intérieure du royaume. Toute une part de la production était emmenée directement par les marchands de l’Europe du Nord qui envoyaient leurs navires se servir directement dans les marais salants de Guérande ou de la Baie. Seule l’immigration irlandaise en deux vagues sous le règne de Louis XIV a permis une certaine récupération au profit de la ville puisque le sel a constitué un produit majeur dans les exportations envoyées par ces nouveaux acteurs21, en phase d’installation durable, vers les Iles britanniques et leur île d’origine en particulier.

  • 22 Zabala Uriarte A., « Rutas y puertos en el comercio cantábrico del siglo xvii », dans Ribot Garcia(...)

8Dans l’Espagne très catholique du xviie siècle, la demande en poisson salé, et tout spécialement en morue sèche, est restée particulièrement forte même si la population a régressé. Pour les Nantais, situés à proximité de deux zones salicoles d’importance majeure, existait donc une opportunité de fournir en sel les principaux ports engagés dans cette grande pêche hauturière. Cela ne pouvait concerner les ports andalous, situés à proximité d’importantes salines favorisées par la latitude, mais seulement ceux de la côte cantabrique qui ne disposaient pas d’un tel avantage22. La segmentation d’un littoral montagneux aboutissait à multiplier le nombre de havres qui parvenait à assurer l’approvisionnement de leur enclave. Toutefois, les ports les mieux placés étaient ceux de Saint-Sébastien, Bilbao, Laredo et La Corogne, non seulement pour leur tradition d’armement maritime, mais surtout parce qu’ils étaient les points d’arrivée des principales routes venant de l’intérieur de la Castille.

  • 23 Priotti J.-P., « Des financiers de la mer : les marchands de Bilbao au xvie et au début du xviie s (...)
  • 24 Zabala Uriarte A., « El tráfico de Bilbao y Pasajes en el siglo xvii », dans población y sociedad (...)
  • 25 Rodríguez A., « La pesca en Laredo durante el siglo xvii », Anuario del Insituto de estudios marít (...)
  • 26 Zabala Uriarte A., « Rutas… », op. cit., p. 134. L’auteur cite un exemple d’armement de Bristol en (...)
  • 27 Michon B., op. cit., p. 98. L’auteur cite trois actes notariés où les contrats de frètement prévoi (...)

9Ces ports majeurs ont été doublement affectés dans leur rôle de centre d’armement maritime par l’évolution du marché morutier au xviie siècle, même s’ils ont pu conserver un rôle essentiel dans la commercialisation23. Leurs voyages directs vers Terre-Neuve ont connu une nette régression, suite à l’accentuation de la concurrence internationale sur les bancs et à l’insécurité militaire croissante entretenue par les ennemis hollandais, anglais et français. C’est ce qui explique qu’une partie de l’activité ait glissé vers les ports du Pays Basque français comme Bayonne et Saint-Jean de Luz, même si ce transfert n’a dû être pour partie qu’une belle manœuvre de camouflage car il est avéré que certaines de ces expéditions restaient financées depuis Saint-Sébastien et Bilbao, et que nombre de navires venaient désarmer dans le port de Pasajes24. En Cantabrie, si l’affaiblissement de Santander fut encore plus grave, surtout dans la seconde moitié du siècle, Laredo fit preuve d’une capacité de résistance nettement plus forte, quitte à utiliser les mêmes méthodes que les concurrents basques25. Par ailleurs, la côte cantabrique a été intégrée dans les nouveaux circuits triangulaires ou quadrangulaires que les marchands de Saint-Malo ou de Bristol mettaient en place au même moment26. Dans ce dernier schéma, de loin le plus défavorable, les ports cantabriques étaient réduits au rôle purement passif de place de décharge, laissant tout le profit de l’accumulation capitalistique aux promoteurs de la filière. Quelques indices suggèrent que quelques Nantais se sont inspirés de ce modèle lucratif27. Reste à en mesurer l’ampleur exacte.

  • 28 Guiard T., Historia del Consulado y de la Casa de Contratación de la villa de Bilbao, Bilbao, 1913 (...)
  • 29 Echevarria Álonso M. J., La actividad comercial del puerto de santander en el siglo xvii, Santande (...)

10L’entrée du Portugal dans l’association des couronnes de la monarchie hispanique de 1580 à 1640 ne pouvait qu’aller contre les intérêts français dans cette affaire, étant donnée l’ancienneté des courants d’échange existant avec la côte cantabrique, complémentarité renforcée par la montée en puissance du Brésil colonial au cours du xviie siècle. Contre le fer et les produits métallurgiques exigés par le marché brésilien, les marchands portugais apportaient du tabac et du sucre, en sus des traditionnelles fournitures formées par le sel, le vin et le poisson. Dans les ports basques, des colonies de juifs portugais en expansion vinrent consolider les relations économiques28. En Cantabrie, si le courant commercial avec Santander se maintint à un très faible niveau, le sel en fut son principal soutien29, tandis qu’à Laredo les importations de ce conservateur ont connu un rythme soutenu durant tout le siècle, le transport étant assuré par des navires biscayens. Pour le sud de la Galice, les ressources des salines d’Aveiro sont devenues essentielles. La révolte de 1640 et la longue guerre d’indépendance qui s’en suivit jusqu’en 1668 ont fortement perturbé tous ces échanges, même si la politique de blocus économique se traduisit par une gigantesque contrebande.

11Dans les échanges avec l’Andalousie, où la demande en fer et en bois était considérable, tant pour l’équipement des colonies que pour la réparation navale, la disproportion était telle que nombre de retours se faisaient sur lest. À côté des produits agricoles classiques comme l’huile, le vin et les fruits remontant vers le nord, le sel fournissait aussi l’occasion de rentabiliser davantage l’expédition. La vigueur de la pêche à Laredo tout au long du siècle l’importance des références qui mettent presque toujours en scène des navires de la côte nord.

  • 30 Zabala Uriarte A., « Rutas… », op. cit., p. 160.

12Au-delà de toutes ces variations conjoncturelles issues de l’évolution des rapports de force politiques et économiques, les exportations de sel français en direction de l’Espagne souffraient d’un handicap quasi structurel, difficile à surmonter puisqu’il s’enracinait dans un préjugé défavorable sur la piètre qualité du sel brun venus de France comparé l’excellence du sel blanc andalou et portugais. Ce lieu commun explique peut-être pourquoi des marins des Asturies refusèrent en 1673 de se mettre au service du fermier des sels de la Principauté qui leur commandait d’aller chercher du sel en France30.

La filière du parti du sel

13C’est dans le cadre plus général du rôle des marchands étrangers à Nantes qu’une enquête dans les actes notariés, concernant les deux premières décennies du règne de Louis XIV, a révélé un important trafic de sel assis sur les achats des fermiers espagnols de la fiscalité salicole pour alimenter leurs greniers à sel pour les royaumes des Asturies et de Galice.

  • 31 Michaud V., op. cit., p. 7.

14Gaspard Alvarez de Pereda fut de loin l’agent le plus actif, tant pour la quantité d’actes de marché que pour leur étalement dans le temps31.

Marchés de sel contractés par de Pereda (1661-1677)

Marchés de sel contractés par de Pereda (1661-1677)
  • 32 ADLA 4 E2, Mathurin Verger, contrat du 24 avril 1665.

15Ce marchand s’est installé à Nantes, passant d’une localisation sur le port lui-même, comme semble l’indiquer une première mention de « marchand à la Fosse », à une domiciliation sur les arrières du port, sur la motte Saint-Nicolas. Il y loue en avril 166532, pour la somme de 500 livres, une portion de maison dénommée « La Sauvage » à un maître tonnelier, Nicolas Jarniguen, ce qui met à sa disposition une salle basse orientée vers la motte Sauvetout, une chambre haute au premier étage avec trois petites décharges, une antichambre, une cour ouvrant sur Sauvetout, une écurie et un quartier de jardin. Il est vraisemblable qu’après une installation provisoire dans une auberge ou chez un marchand d’origine espagnole, il ait cherché des commodités plus grandes. Cela lui permet de servir de point de chute aux autres commis espagnols arrivant à Nantes pour la gestion des importations de sel. Plusieurs opérateurs se sont ainsi succédé à Nantes durant les vingt ans étudiés, sans qu’il soit possible de définir la répartition des rôles entre ces agents transitoires et leur compatriote sédentarisé. Les actes notariés leur accordent la même qualité professionnelle. Pedro Montero, accueilli sans la maison de la motte Saint-Nicolas se prévaut des mêmes attributions, tout en utilisant de Pereda comme interprète. Alonso de Seoanne, originaire de Ribadeo, lui aussi logé chez de Pereda, se fait enregistrer par le notaire comme « procureur de Juan de Pontigue et Antoine de la Vega, d’Oviedo ». Il en est de même pour Francisco de Almensa, cité comme « pourvoyeur des salorges et alfoulies de la principauté d’Asturies ». D’autres agents travaillaient pour le système galicien, comme Federico Lopes de Castro, au service de Manuel de Castro « pour le compte de l’administration de Galice », et Gomes Arias de Ponte, « pourvoyeur général des alfoulies et greniers à sel du Royaume de Galice ».

  • 33 ADLA 4 E2, Mathurin Verger, contrat du 29 décembre 1663.

16Un autre marchand espagnol installé à Nantes paraît avoir été le principal concurrent d’Alvarez de Pereda. Fernando de Liendo partageait avec René de Bourgues, sieur de la Jaunays, fils de Jacques de Bourgues, une portion de maison située sur le quai de la haute Fosse, près de la chapelle Saint-Julien, contre un loyer de 300 livres33. Ce marchand, originaire de Bilbao, est un des rares marchands basques espagnols, avec les deux Domingo d’Urquixo, à être intégré dans la confrérie commerciale de la Contractacion, mais, à la différence des précédents, sans rechercher une naturalisation française. Le sel, tiré des marais de Guérande, est le produit dominant dans les cargaisons qu’il expédie vers Bilbao dans les premières années du règne de Louis XIV. En 1666-1667, il est parvenu à obtenir l’exclusivité de la fourniture du sel pour les Asturies, ceci grâce à l’entremise des deux administrateurs dont il dépendait : Melchior Menendes Valdes et Alonso Garcia Renduelles. Le 14 octobre 1666, il fait connaître son privilège à son rival, entraînant pour ce dernier l’interdiction d’exporter du sel dans cette zone durant la durée de la ferme. Cet exemple montre ainsi que les marchands espagnols de Nantes subissaient les conséquences des rivalités opposant les groupes de financiers pour le partage des fermes des finances de la monarchie espagnole. La brièveté du monopole obtenu par de Liendo et la longévité d’action de de Pereda suggèrent cependant que la sécurité du recours à un intermédiaire connaissant bien la place commerciale nantaise pesait infiniment plus lourd que l’instabilité découlant d’une pure logique concurrentielle entre réseaux financiers. Même si les partisans changeaient, comme le montrent les divers noms recueillis dans les archives, leurs agents les plus directs qui débarquaient dans le port ligérien avaient besoin de l’expérience et des connaissances de compatriotes établis durablement.

17D’autres marchands nantais n’émergent que ponctuellement à l’intérieur de ce système d’affermage du commerce et de la fiscalisation du sel. En juin 1677, Balthazar Bouteille, marchand d’origine portugaise, membre d’une famille immigrée à Nantes au début du xviie siècle au sein du grand courant d’exil des marranes fuyant l’accentuation de la répression religieuse dans le Portugal placé sous l’autorité du roi d’Espagne de 1580 jusqu’en 1640, a procédé à des chargements de sel en direction de la Galice.

  • 34 ADLA 4 E2 Verger, Acte du 23 février 1667. La compagnie Nicolas Lée, en association avec des deux (...)

18La première vague d’immigration irlandaise installée à Nantes après la première révolution anglaise et la reconquête sanglante de l’Irlande par Cromwell s’est prioritairement tournée vers les trafics avec l’île d’origine, tout en cherchant à profiter de toutes les opportunités de la place d’accueil. C’est ainsi que la distribution commerciale des produits irlandais et de la morue séchée de Terre Neuve les a orientés vers le Pays Basque français et espagnol. Parmi ces familles récemment implantées, les Lée avaient l’envergure la plus puissante : 14 % de leur affrètements entre 1661 et 1685 ont été tournés vers la péninsule ibérique, surtout en direction de Bayonne et de Saint-Sébastien. Dans un glissement logique, ils sont passés de la vente des salaisons34, tant en viandes qu’en poissons, à la commercialisation du sel qui sert de produit majeur dans leurs envois vers les deux ports basques cités.

  • 35 ADLA 4 E2, Mathurin Verger, acte du 4 février 1661.
  • 36 ADLA 4 E2 Verger, 1665. Parmi les signataires, signalons Jacques et François Valleton, Jean Mercer (...)

19L’envoi de sel vers l’Espagne ne pouvait avoir qu’un profil très perturbé selon les fluctuations des relations diplomatiques entre les monarchies française et espagnole. Avec le traité des Pyrénées de 1659 qui ponctuait une longue phase de guerre directe enclenchée en 1635 s’ouvrait la perspective d’une relance commerciale, bien marquée par l’intensité de l’activité de Depereda, à peine affectée par la tension éphémère résultant de la courte guerre de Dévolution en 1667-1668, mais mortellement touchée par le caractère plus radical de la guerre de Hollande (1672-1678). Ce commis espagnol a dû arriver à Nantes peu de temps après la paix puisqu’en février 1661 il devait encore utiliser les services de traduction de Balthazar Bouteille, marchand de la colonie portugaise installée à Nantes depuis le début du siècle, « à raison qu’il ne peut parler facilement françois35 ». Afin de se garantir contre les impatiences du pouvoir espagnol en cas de difficultés ou tout simplement pour faire établir la régularité de son travail de collecteur, Alvarez de Pereda prenait soin recueillir les certificats ou les témoignages des plus grands marchands nantais. Dès le début, en février 1661, il fait attester l’expédition des quantités envoyées par les marchands les plus en vue, dont Jacques Le Cour et Jacques Valleton l’aîné, consuls du commerce en fonction. En 1665, suite à la fermeture des ports et havres français sur ordre de Louis XIV, il obtint une attestation de l’élite marchande nantaise36 expliquant pourquoi les envois avaient été réduits.

  • 37 ADLA 4 E2 Verger, Contrat du 8 avril 1666.

20Fernando de Liendo ne s’est pas contenté de passer des chartes-parties avec des maîtres de navire pour expédier le sel vers la côte cantabrique, car il apparaît aussi dans les associations éphémères qui se nouent autour de l’armement maritime. Ainsi, en mai 1666, il entre en collaboration avec les Lée, la plus puissante famille irlandaise de Nantes dans la première moitié du règne de Louis XIV, en reprenant un tiers de propriété du navire « le Signe de la Croix » que cette compagnie avait acquis un mois plus tôt. Le fait que les associés emploient un conducteur du Croisic n’est qu’un indice imparfait, mais pourtant vraisemblable d’une opération de transport de sel37.

  • 38 ADLA 4 E2 Verger, Acte du 4 février 1661.
  • 39 ADLA 4 E2 Verger, Marché du 14 septembre 1667.

21Gaspard Alvarez de Pereda n’était pas simplement un commis spécialisé dans l’importation du sel puisqu’un acte38 daté du début de sa carrière nantaise, dans lequel on le voit opérer un achat de morue sèche à des marchands locaux, le qualifie de « pourvoyeur, pour Sa Majesté catholique, pour les provisions de ses villes, places et forteresses d’Afrique ». Pourtant, il paraît s’être vite concentré sur la collecte du sel pour les fermiers généraux des royaumes d’Asturies et de Galice. En 166739, il se présentait comme le « pourvoyeur général des Royaux Alfoulies du Royaume de Gallice et province d’Esturie par procuration généralle dont il dit estre porteur de dons Emanuel et Barthelemy de Montesines, administrateurs et partisans généraux du sel dudit Gallice et Esturie ». L’analyse du contenu d’un acte de marché, dont la structure se répète sans variation, illustre de manière concrète l’organisation rudimentaire de ce grand cabotage de sel. Le commis espagnol utilise les services d’un maître de barque de la façade atlantique proche de Nantes pour assurer le transport du sel des marais régionaux vers la côte nord de l’Espagne.

  • 40 Pontedeume, entre La Corogne et El Ferrol.

« […] A comparu le sieur Estienne Brechard demeurant à Saint-Gilles sur Vie, maître après Dieu de la barque nommée l’Elisabeth, du port de quarante cinq tonneaux ou environ, lequel a vendu à H. H. Gaspard Alvarez Depereda […]. C’est a savoir la quantité de quinze charges ou environ de sel blanc creu et mesure du Pouliguen bon et loyal et marchand, que ledit Brechard a dit estre de present chargé dans sa dite barque audevant dudit Saint-Gilles, et promet du premier temps propre le conduire, reservé les risques périls et fortunes de la mer à Pontedeme40, pays dudit Gallice au lieu où les barques de pareil port que la sienne ont accoustumé descharger, et audit lieu livrera ledit sel bien conditionné à Don Sebastien de Quiros, administrateur des Salorges et Alfoulies dudit Pontedeme ou a son commis en son absence. »

  • 41 Michon B., Les relations entre Nantes et ses avant-ports aux xviieet xviiiesiècles, DEA sous la di (...)

22La flexibilité de ce cabotage du sel est ici parfaitement mis en valeur : le sel qui vient des marais guérandais est convoyé, non pas par une barque des ports de cette presqu’île, mais par un transporteur de Saint-Gilles, positionné au sud de la Baie de Bourgneuf. Ceci montre l’état d’avancement de l’unification du marché du travail dans l’aire portuaire nantaise, où l’activité de nombreux maîtres de barques des ports des littoraux proches de l’embouchure de la Loire dépend de plus en plus des initiatives des donneurs d’ordre nantais41. Dans l’exemple cité, nous touchons à la marge méridionale de la zone d’influence du grand port ligérien, laquelle ne dépasse pas les Sables d’Olonne où l’activité de pêche à la morue verte et les alternatives rochelaise et bordelaise freinent la colonisation nantaise.

  • 42 Dans l’exemple cité, le contrat a été établi sur la base de 12 réaux et demi de billon pour une fa (...)

23À leur arrivée sur la côte cantabrique, les caboteurs disposaient de quinze jours pour décharger leur sel dans les salorges des fermiers. En cas de dépassement de délai imputable à l’administration espagnole, il était prévu une indemnité compensatrice. Elle avait été fixée à 40 réaux de billon par jour dans l’exemple qui nous sert de référence. Le règlement financier était prévu immédiatement après la livraison42. Les taxes portuaires étaient à la charge du commanditaire : « Outre demeurera le sieur Depereda audit nom tenu de payer les menus pilotages et tous avaries et frais generallement quelzconques qui seront deuz et se feront pour l’entrée de ladite barque et sel audit lieu dont il promet acquiter et indemniser ledit Brechard ensemble des frais d’inquisition justice sergens major consulage et tous droits audit sel audit lieu sans rabaix ni diminution du prix. »

24Les incertitudes liées aux fluctuations des relations diplomatiques entre les deux monarchies étaient naturellement prises en compte, surtout en phase de dégradation. En septembre 1667, la perspective de la guerre de Dévolution a imposé l’obtention de passeport afin de garantir au mieux la sécurité du transport. « Et attendu qu’il y a bruit de guerre entre les Couronnes de France et d’Espagne, ledit sieur Depereda en ladite qualité a mis et déclaré entre mains dudit Brechard pour seureté de la dite barque esquipage et marchandise un passeport de permission de la Reine Régente d’Espagne signé de sa main. » Le transporteur français bénéficiait, pour la totalité de son voyage, d’un système d’assurance quant aux aléas de nature militaire. « Et si au préjudice d’icelui ledit Brechard sadite barque et marchandises estoint arrestés et pillés audit Pontedemes ou qu’autrement il luy seroit fait quelque tort et dommage soit audit lieu ou sur sa route allant et retournant en quelque sorte et manière que ce puisse être par les sujets de Sa Majesté Catholique, ledit sieur Depereda audit nom et en son propre et privé nom en demeurera responsable pour réparer le tout en principal et tous autres accessoires autrement ledit Brechard ne luy eus vendu ledit sel. »

Provenance du sel exporté par Alvarez de Pereda

Provenance du sel exporté par Alvarez de Pereda

25Le bilan des envois de sel effectués par le principal pourvoyeur de l’administration espagnole renvoie l’image d’un marché extrêmement fluctuant tant dans la localisation des marais salants sollicités que dans le rythme d’approvisionnement. Dans une première phase très courte allant de 1661 jusqu’à 1664, ce marchand espagnol s’est tourné très nettement vers les marais méridionaux, principalement ceux des îles de Ré et d’Oléron. On peut se demander pourquoi les fermiers espagnols ne se sont pas adressés à des marchands de La Rochelle et pourquoi un opérateur nantais va chercher si loin ce conservateur ? Après la quasi disparition du trafic suite à l’interdiction de Louis XIV en 1665, les envois sont repartis de plus belle, en privilégiant cette fois les marais du nord de la Loire comme principal point de fourniture. La proximité géographique rend cette option plus logique, surtout lorsqu’elle est accompagnée d’une certaine résistance de Saint-Gilles face à la disparition des îles de Ré et d’Oléron. Les problèmes d’envasement de la Baie ne peuvent expliquer à eux seuls le caractère marginal de la zone dans le cadre du phénomène étudié car les conditions d’exploitation du côté de Saint-Gilles n’étaient pas vraiment plus aisées. Il nous semble que des logiques de réseaux commerciaux interfèrent avec les conditions proprement géographiques pour rendre compte de ces fluctations.

Destinations du sel exporté par Alvarez de Pereda

Destinations du sel exporté par Alvarez de Pereda
  • 43 Nadal J., La población española (Siglos xvi a xx), Barcelone, Ariel, 1984, p. 74 et 188. De 1591 à (...)
  • 44 Lanza Garcia R., « Ciudades y villas de la cornisa cantábrica en la época moderna » dans Fortea Pe (...)

26Ainsi la Galice a absorbé presque les deux tiers des importations du sel français traité à partir de la place nantaise tandis que les Asturies n’en recevaient que le tiers. Cette répartition correspond à l’importance démographique des deux royaumes43 et non pas à une orientation économique différente puisque nous touchons ici à l’Espagne cantabrique la plus rurale, celle dans laquelle l’élevage a pu se développer malgré de fortes densités de population grâce à la révolution du maïs, ce qui a permis aux centres urbains vivant principalement de la rente agricole de ne pas connaître une dépression économique aussi grave que celle qui a affecté le Pays basque durant les deux premiers tiers du xviie siècle, aboutissant à une baisse de la proportion de population urbaine, traduction de la récession frappant d’abord les petits ports de pêche et les petits centres commerciaux et manufacturiers. La présence de quelques villes de taille plus importante comme Saint-Jacques de Compostelle et La Corogne est venue se rajouter en Galice44, bien que le taux d’urbanisation soit globalement ici l’un des plus faibles de toute l’Espagne ibérique.

27Au terme de notre observation, quelques remarques s’imposent. Ce recours aux marais salants français pour l’approvisionnement en sel des deux royaumes les plus occidentaux et atlantiques du royaume de Castille reste un fait assez surprenant, ayant un caractère assez fortement conjoncturel. La proximité géographique des salines portugaises et l’importance traditionnelle des marchands portugais dans le commerce de la côte cantabrique laisse à penser qu’il s’agit plus d’une exception que d’une dominante du xviie siècle. Celle-ci pourrait renvoyer aux conséquences de la guerre d’indépendance que mène le Portugal contre son puissant voisin depuis 1640 et qui se termine à son avantage en 1668 grâce aux aides anglaise et française. Toutefois, la fin de la guerre ne marque pas une interruption du trafic, mais au contraire son plus fort apogée, comme si la Couronne espagnole avait cherché dans une sorte de sanction économique une revanche sur l’échec militaire et diplomatique. Le profil reconstitué montre clairement que c’est la guerre de Hollande, avec la conquête obligée des Pays-Bas espagnols, qui tue ce recours aux marais français, facilitant sans doute le rétablissement de l’ancienne logique économique d’approvisionnement.

28Pour assurer les importations de sel, les fermiers au service de l’administration royale de Castille n’ont pas utilisé le savoir faire des grands marchands contrôlant le commerce classique avec la côte cantabrique. Ils ont préféré envoyer sur place leurs commis pour des missions temporaires, en s’appuyant sur des marchands espagnols de la première génération, même si certains avaient suffisamment d’envergure pour être admis au sein de la prestigieuse Contractation. Peut-être est-ce une conséquence d’une recherche d’une meilleure rentabilité financière en écrasant au maximum les coûts d’achat de la matière première grâce à une collecte relativement directe ?

29L’offre de sel sur la côte atlantique française était encore suffisamment riche et le réseau des caboteurs assez dense pour que les contacts s’établissent facilement. Le côté spéculatif paraît très accentué, surtout dans la localisation des achats marquée par des revirements majeurs. Cette ouverture de deux royaumes périphériques de la Couronne de Castille au sel français n’a pourtant pas eu d’effets structurants dans les schémas commerciaux, peut-être parce que cet appel a eu lieu au moment même où l’élite marchande nantaise allait négliger l’horizon ibérique pour s’engager avec détermination dans le commerce colonial antillais.

Notes

1 Tanguy J., Le commerce nantais à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle, Thèse de 3e cycle dact., Rennes, _967, p. 95-112.

2 Ibidem, p. 110-112. L’auteur estime le trafic annuel moyen à 10 000 muids pour la première moitié du xvie siècle, soit une stabilité selon les niveaux proposés par Henri Touchard (11 688 muids en 1355-1356, environ 10 000 à la fin du xve siècle), avec une poussée à 20 000 muids à l’apogée des années 1564-1572. Le retournement est pourtant rapide avec une rétraction à 10 000 muids de moyenne des années 1580 aux années 1630, et une chute à 7 000 muids en 1670-1674. Touchard H., Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Age, Paris, Les Belles-Lettres, 1967. Mantellier P., Histoire de la communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire et fleuve descendant en icelle, Orléans, 1867-1869, p. 314, 328, 480, 482. 1580 : 45 342 milliers de livres pesant, 1599 : 35 431, 1620 : 21 030, 1630 : 20 160, 1638 : 19 902, 1672 : 16 331. Un muid vaut 5 000 livres pesant. Selon le mémoire de l’intendant Béchameil de Nointel de 1698, la moitié environ des 26 000 muids produits par le comté seraient destinés au commerce intérieur, soit 13 000 muids au commerce extérieur retrouvés par Paul Jeulin pour 1714, alors que la moyenne des années 1730 est retombée autour de 9/10 000 muids. Jeulin P., L’évolution du port de Nantes. Organisation et trafic depuis les origines, Paris, 1929, p. 233-236.

3 Laucoin C., La naissance du trafic antillais (1638-1660), Maîtrise sous la direction de G. Saupin, Nantes, 1999.

4 Touchard H., op. cit., p. 281-287, chapitre VIII. En 1501-1502, les douanes de la seule prévôté de Nantes ont rapporté 54 000 livres à elles seules contre 49 600 livres pour celles de Vannes, Cornouailles, Léon, Tréguier et Saint-Brieux. En 1534, le rapport est passé à 37 000 livres contre 27 750 livres.

5 Tanguy J., Le commerce…, op. cit., p. 339. En 1631, le chapitre Espagne des recettes de la Prévôté a augmenté de 25 % par rapport à 1555-1556.

6 Michon B., Les négociants nantais et la pêche à la morue à Terre-Neuve dans la seconde moitié du xviie siècle, Maîtrise sous la direction de G. Saupin, Nantes, 1999.

7 Casado Alonso H., « Le commerce des « marchandises de Bretagne » avec l’Espagne au xvie siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2000, tome 107, n° 2, p. 29-50. Dernière étude de référence qui recadre les analyses précédentes.

8 Jeulin P., op. cit., p. 243. L’Europe du Nord absorbait l’essentiel des exportations de sel nantais au xviiie siècle, principalement les marchés allemands (Prusse) et polonais, mais aussi hollandais, suivis en ordre descendant par ceux de Danemark et Suède et Grande Bretagne. L’Espagne venait donc loin derrière : 1730 : 743 muids sur 10 343 ; 1755 : 590 muids sur 18 061 ; mais en 1740 seulement 40 muids sur 3 080, en 1760, 58 muids sur 14 048. Zabala Uriarte A., La función comercial del país Vasco en el siglo xviii, San Sebastian, 1983, t. 3, p. 154-167. La structure des échanges n’a pas changé : importation de laine, de fer et produits métallurgiques contre exportation de toiles de lin et de chanvre, céréales bretonnes, livres, papier. Le sel n’a donc qu’une place limitée. Le marché espagnol devait peser environ 15 % dans la valeur du commerce extérieur nantais, avec une balance favorable au port de Nantes.

9 Meyer J., L’armement nantais dans la deuxième moitié du xviiie siècle, Paris Sevpen, 1969 ; id., « Le commerce nantais du xvie au xviiie siècle », dans Bois P. (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 117-154 ; id., « Nantes au xvie siècle. Tentative de mise en situation », dans Vergé-Franceschi M., Masson Ph. (éd.), La France et la mer au siècle des grandes Découvertes, Paris, 1993. Pétré-Grenouilleau O., Nantes au temps de la traire des Noirs, Paris, Hachette, 1998. Introduction.

10 Priotti J.-P., « Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au xvie siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1993, tome 100, n° 3, p. 265-283. Traité entre le duc de Bretagne Jena IV et les villes de Bilbao, Bermeo, Lequeitio, Plencia (ports du Pays Basque) le 18 avril 1372. Nouveaux accords entre le duc Jean V et les rois de Castille et Leon en 1430 et 1435. Sur ces bases générales, Bilbao et Nantes sont allées de l’avant en concédant des réductions mutuelles de péage, sur les droits sur la laine perçus à la prévôté de Nantes et sur les « averias » perçues à Bilbao. Notons aussi que les immigrés castillans étaient les seuls étrangers à être dispensés du denier pour livre, taxe incluse dans les octrois nantais.

11 Faute d’archives, il est impossible de trancher entre les deux analyses proposées sur les antécédents de la Contractation au xvie siècle. Pour Jeulin, la confrérie commerciale est née de la transformation progressive d’une association apparue vers 1530, réunissant les chargeurs nantais pour l’Espagne sous le nom de « Compania de los senores del Salvo Conducto ». Henri Lapeyre a critiqué ce point de vue en limitant cette création à la conjoncture de guerre entre France et Espagne jusqu’en 1559. La correspondance des Ruiz oriente plutôt vers le rôle coordonnateur tenu par le consul d’Espagne. En 1586, il est pourtant fait allusion à « ces messieurs de la Contractacion », ce qui plaiderait pour l’existence d’une association. Toutefois, le maire de Nantes écrivait en 1578 à l’alcalde de Bilbao pour se plaindre des mauvais traitements infligés à des marchands nantais en faisant référence à « l’ancienne amitié et contractacion de votre ville et celle-ci ». Jeulin P., « Aperçus sur la Contractation de Nantes, 1530 environ – 1733 », Annales de Bretagne, 1932-1933, tome XL, p. 284-331, 457-505. Lapeyre Henri, Une famille de marchands, les Ruiz, Paris, 1955, p. 228. Mathorez Jules, « Notes sur les Espagnols et les Portugais de Nantes », Bulletin hispanique, XIV-XV, 1912-1913, p. 119-126 et 383-407.

12 Archives municipales de Nantes, HH 194.

13 Le Méné M., « La population de Nantes à la fin du xve siècle », Annales de Bretagne, 1964, t. 71, p. 201-205

14 Croix A., Nantes et le pays nantais au xvie siècle, Paris, 1974, p. 194-198.

15 Priotti J.-P., Bilbao et le commerce européen (vers 1520-vers 1620), Lille, Septentrion, 2004.

16 Raimbaud E., Les étrangers en Bretagne d’après les lettres de naturalité, Maîtrise sous la direction de D. Le Page, Nantes, 2000. Une première lettre est accordée en juillet 1638 à un marchand de ce nom, avec comme mention, « Bilbao, habitué à Nantes depuis plus de six ans ». Une seconde lettre est accordée à un marchand de même appellation en juin 1657, avec la mention « Bilbao, habitué à Nantes depuis 10 ans ». Faut-il y reconnaître nos deux membres de la Contractation ou faut-il imaginer trois générations présentes à Nantes ? Si oui, le premier arrivé n’aurait pas eu la puissance suffisante pour se faire reconnaître parmi l’élite de la confrérie marchande.

17 Lespagnol A., Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 1996, p. 274-277.

18 Tanguy J., Le commerce du port de Nantes au milieu du xvie siècle, Paris, A. Colin, 1956, p. 23-25, 61-63.

19 Touchard H., op. cit., p. 26.

20 Supra note 2.

21 Michaud V., Les négociants étrangers à Nantes pendant la première partie du règne de Louis XIV, 1661-1685, Maîtrise sous la direction de G. Saupin, Nantes, 1996. Chaze S., Les négociants irlandais à Nantes à la fin du règne de Louis XIV, 1685-1714, Maîtrise sous la direction de G. Saupin, Nantes, 1999.

22 Zabala Uriarte A., « Rutas y puertos en el comercio cantábrico del siglo xvii », dans Ribot Garcia L. A., Rosa L. de (dir.), Naves, puertos e itinerarios marítimos en la Época moderna, Madrid, Actas, 2003, p. 129-184.

23 Priotti J.-P., « Des financiers de la mer : les marchands de Bilbao au xvie et au début du xviie siècle », dans VVAA, L’aventure maritime, du golfe de Gascogne à Terre-Neuve, Paris, 1995, p. 181 sqq.

24 Zabala Uriarte A., « El tráfico de Bilbao y Pasajes en el siglo xvii », dans población y sociedad en la españa cantabrica durante el siglo xvii, Santander, 1985.

25 Rodríguez A., « La pesca en Laredo durante el siglo xvii », Anuario del Insituto de estudios marítimos Juan de la cosa, Santander, 1988.

26 Zabala Uriarte A., « Rutas… », op. cit., p. 134. L’auteur cite un exemple d’armement de Bristol en direction des Bermudes, puis vers Terre-Neuve pour échanger le sucre contre la morue livrée à Bilbao, puis remontée vers Bristol avec des marchandises espagnoles (1651).

27 Michon B., op. cit., p. 98. L’auteur cite trois actes notariés où les contrats de frètement prévoient le retour de la cargaison de morues sèches à Bilbao. Le chien de Mer, de la rivière de Nantes (1657), l’Ange gabriel, du Pouliguen, L’Espérance, de Bourgneuf (1659). Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA) 4 E2, notaire Verger, 1922, 161, 130 ; 1926, 276.

28 Guiard T., Historia del Consulado y de la Casa de Contratación de la villa de Bilbao, Bilbao, 1913, vol 1, p. 424.

29 Echevarria Álonso M. J., La actividad comercial del puerto de santander en el siglo xvii, Santander, 1995, p. 61-83.

30 Zabala Uriarte A., « Rutas… », op. cit., p. 160.

31 Michaud V., op. cit., p. 7.

32 ADLA 4 E2, Mathurin Verger, contrat du 24 avril 1665.

33 ADLA 4 E2, Mathurin Verger, contrat du 29 décembre 1663.

34 ADLA 4 E2 Verger, Acte du 23 février 1667. La compagnie Nicolas Lée, en association avec des deux marchands hollandais, Jacob Roch et Edward Oort, a expédié vers Bilbao 1489 cuirs salés, 78 barils de beurre, 7 ballots de frise et 23 barriques de suif.

35 ADLA 4 E2, Mathurin Verger, acte du 4 février 1661.

36 ADLA 4 E2 Verger, 1665. Parmi les signataires, signalons Jacques et François Valleton, Jean Merceron, Julien Forget, Julien Gérard, François Bussonneau, René Fresneau…

37 ADLA 4 E2 Verger, Contrat du 8 avril 1666.

38 ADLA 4 E2 Verger, Acte du 4 février 1661.

39 ADLA 4 E2 Verger, Marché du 14 septembre 1667.

40 Pontedeume, entre La Corogne et El Ferrol.

41 Michon B., Les relations entre Nantes et ses avant-ports aux xviie et xviiie siècles, DEA sous la direction de G. Saupin, Université de Nantes, 2000.

42 Dans l’exemple cité, le contrat a été établi sur la base de 12 réaux et demi de billon pour une fanègue.

43 Nadal J., La población española (Siglos xvi a xx), Barcelone, Ariel, 1984, p. 74 et 188. De 1591 à 1787 les Asturies sont passées de 133 000 à 348 000 habitants, la Galice de 504 000 à 1 346 000 habitants, avec un même rythme de croissance (population multipliée par 2,6) maintenant les écarts initiaux.

44 Lanza Garcia R., « Ciudades y villas de la cornisa cantábrica en la época moderna » dans Fortea Perez J. I., Ímagenes de la diversidad. El mundo urbano, Santander, U. de Cantabria, Asamblea Regional de Cantabria, 1996, p. 188-189.
Image
(en milliers d’habitants).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7621/img-1.png
Fichier image/png, 252k
Titre Marchés de sel contractés par de Pereda (1661-1677)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7621/img-2.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Provenance du sel exporté par Alvarez de Pereda
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7621/img-3.png
Fichier image/png, 18k
Titre Destinations du sel exporté par Alvarez de Pereda
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7621/img-4.png
Fichier image/png, 16k

Auteur

CRHIA – Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540