Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Troisième partie. Transformations et commercialisations des sels atlantiques

Les débouchés du sel de la baie de Bourgneuf au milieu du xviie siècle

Bernard Michon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Guillemet D., « Les marais salants de l’Ouest français du xvie au xviiie siècle : recherches récen (...)
  • 2 Guilloux F., Histoire de la conquête du marais breton-vendéen et du port de Bourgneuf, Rennes, 192 (...)

1À l’époque moderne, trois grands centres de production de sel sont localisés le long de la façade atlantique française, entre le sud de la Bretagne et l’estuaire de la Gironde : les marais de la presqu’île guérandaise, ceux de la baie de Bourgneuf, enfin ceux de l’Aunis et de la Saintonge1. En ce qui concerne la baie de Bourgneuf, plusieurs lieux de récoltes sont à distinguer, les principaux sont Bourgneuf, Bouin, Beauvoir et Noirmoutier. D’après Fernand Guilloux, les salines de la Baie atteignent leur apogée au xvie siècle : « Au xviie siècle, commença la décadence, lente mais sûre. La vase envahit les douves, les fossés, les étiers. Dans les parties les plus éloignées de la mer, l’eau salée n’arriva plus, ou si irrégulièrement, que l’exploitation des marais à sel en devint impossible. Ceux-ci abandonnés se transformèrent en marais gâts2. »

  • 3 Le sel de la baie est communément mesuré en charges de 28 sacs. D’après Tanguy J., Le commerce nan (...)
  • 4 Pelletier F. (FRAPEL), La très ancienne isle de Bouin. Son histoire avant les polders, tome IV : l (...)
  • 5 Béranger J., Meyer J., La Bretagne à la fin du xviiesiècle d’après le rapport de Béchameil de Noin (...)
  • 6 Deveau J.-M., « Aunis et Saintonge », dans Bély Lucien (dir.), dictionnaire de l’Ancien Régime : r (...)

2Les sources mobilisables ne permettent de chiffrer que très ponctuellement, et encore de façon très approximative, la production salicole d’une région ; de surcroît, les différences de mesures rendent les choses plus délicates à mettre en place3. Toutefois, pour Bouin, François Pelletier fournit des indications à partir de registres conservés aux archives de la Vendée4. D’après ces données, c’est en 1579 que les sorties sont les plus importantes avec 4 350 charges. La première moitié du xviie siècle paraît marquer le déclin du commerce du sel et une grande irrégularité des envois. Ainsi, le trafic, situé à 2 500 charges en 1602, chute à seulement 830 charges en 1634 et en 1641, pour remonter à 2 530 charges en 1645. C’est l’occasion d’insister sur la grande sensibilité des récoltes de sel aux variations climatiques. À la fin du xviie siècle, Béchameil de Nointel, intendant de la généralité de Bretagne, estime « qu’année commune, les Marais salants de la baye de Bourgneuf produisent 12 000 charges de sel […] qui font la quantité de 16 000 à 17 000 Muids de la mesure dont l’usage est établi dans la ferme générale des Gabelles ». Il ajoute : « Les marais salans de Guérande et du Croisic produisent une plus grande quantité de sel que ceux de la baye5. » En tout état de cause, les chiffres de ces marais semblent inférieurs à ceux de l’Aunis et de la Saintonge, dont le principal centre de production est Brouage, puisqu’ils représentent la première ou deuxième région de production à l’échelle de l’Europe au début du xviiie siècle, devançant ou suivant les salines de Setúbal au Portugal6.

  • 7 Tanguy J., op. cit.
  • 8 Michon B., « Les activités des ports de la baie de Bourgneuf au xviiie siècle », dans Enquêtes et (...)

3Période charnière, marquée par le déclin de la production salicole de la Baie et plus généralement par une crise des commerces maritimes traditionnels, basés sur le sel, le vin et les céréales, l’histoire économique de Nantes et de la baie de Bourgneuf au milieu du xviie siècle reste largement méconnue. Ces années sont également caractérisées par une réorientation des horizons commerciaux, avec l’ouverture de la route antillaise. Outre ce contexte, le choix de s’intéresser aux débouchés du sel de la Baie au milieu du xviie siècle répond à deux raisons : la première est de donner un éclairage supplémentaire à celui fourni par Jean Tanguy pour le début du xviie siècle et de vérifier plusieurs de ses hypothèses7 ; la seconde est de compléter une approche faite sur le sel de la Baie au xviiie siècle à l’occasion d’un précédent article8.

  • 9 Cette présentation s’appuie notamment sur les minutes du notaire Jean Mariot, dont deux liasses, l (...)

4Le choix de période impliquait de pouvoir disposer de sources suffisantes pour construire le tableau des débouchés. Par leur richesse et leur diversité, les archives notariales nantaises autorisent cette démarche9. Précisons d’emblée quelques-unes des limites de ce type de documents. Les archives notariales ne constituent pas une source exhaustive. Des fonds d’études notariales entières sont perdus ; de plus, les minutes sont conservées en liasses et non en registres, laissant penser que certains actes ont pu disparaître. Par ailleurs, le recours à la garantie notariale n’est pas systématique, les personnes ont en effet la possibilité de passer des actes sous seing privé ou encore des marchés verbaux. Il n’est donc pas possible de tirer des fonds notariaux des données absolues mais, et ce n’est déjà pas si mal, des statistiques relatives et des tendances, grâce à des types de contrats que l’on retrouve en grand nombre. Enfin, dans le cadre de cette étude, il faut avoir à l’esprit que nous faisons l’histoire d’un espace avec les sources émanant d’un autre. C’est pourtant en utilisant ce prisme archivistique que ce travail a été construit et en confrontant les tendances tirées des fonds notariés à ceux d’autres documents étudiés par divers auteurs.

5Ces sources éclairent plusieurs aspects, et d’abord les principales destinations du sel de la Baie et leur importance respective. Les minutes notariales fournissent ensuite des renseignements sur les quantités de sel négociées, sur les prix pratiqués, sur la saisonnalité des contrats, et sur les marchands impliqués, à des degrés divers, dans ce commerce. Enfin, on peut comparer la Baie avec d’autres marais salants.

6Les minutes notariales mettent en évidence trois débouchés principaux : les envois de sel aux pays étrangers ; les cargaisons de sel dirigées vers Nantes et les provinces de l’intérieur du royaume ; l’utilisation du sel de la Baie dans la pêche, pour la conservation du poisson.

Les envois de sel de la baie de Bourgneuf vers les pays étrangers

  • 10 Le « frètement » concerne la location d’un vaisseau par une personne ou un groupe de personnes ; l (...)
  • 11 Les liasses des notaires suivants, conservées aux archives départementales de la Loire-Atlantique, (...)

7Une première approche des envois de sel en direction de l’étranger peut être entreprise par une étude des actes de « frètements », de « connoissements » et de « chartes-parties10 ». Entre 1650 et 1664, 799 actes de ce type ont été relevés dans les liasses des principaux notaires nantais spécialisés dans le commerce maritime11. Les bâtiments, cités dans ces contrats totalisent plus de 28 000 tonneaux de jauge, soit une moyenne d’environ 36 tonneaux par embarcation. Le sel est la cargaison le plus souvent mentionnée dans ces documents. Ainsi, 424 des 799 actes concernent des bâtiments chargés de sel, au moins en partie, soit 53,1 % de l’échantillon, et 362 documents signalent le sel comme unique chargement, soit 45,3 %. Ces 424 embarcations représentent un peu plus de 18 000 tonneaux, soit une moyenne par bateau légèrement supérieure à 43 tonneaux. La principale destination est l’Espagne (342 mentions), suivie de l’Irlande (50 mentions), et de l’Angleterre (13 mentions auxquelles il est possible d’ajouter un « fretement » vers l’Écosse). Cette domination écrasante de l’Espagne s’explique par les très nombreux contrats de marchés-affrètements passés par les commis des administrateurs des gabelles des provinces de Galice et d’Asturie, établis à Nantes. Ce rôle est d’abord assuré par un marchand d’origine portugaise, Alvaro Vaz de Nogueira, puis, à partir de 1659, par un Espagnol, Gaspard Alvarez Depereda. Ces contrats représentent à eux-seuls 320 des 342 envois d’embarcations vers l’Espagne.

8Le sel issu des marais de la baie de Bourgneuf apparaît comme très minoritaire dans ces actes de « fretements ». En considérant les 393 contrats, dans lesquels le lieu prévu pour le chargement du sel est clairement indiqué, Bourgneuf n’est cité que 21 fois auxquels il faut adjoindre trois mentions de sel de La Barre-de-Monts. La ventilation des principales destinations est la suivante : huit bâtiments, jaugeant 593 tonneaux, doivent se rendre en Angleterre et Écosse ; sept, totalisant 283 tonneaux, en Asturie et Galice ; quatre, pesant 603 tonneaux, à Saint-Malo, enfin trois, représentant 260 tonneaux, en Irlande.

  • 12 Barnstaple est un port localisé au sud ouest de Bristol. Pour plus d’informations sur Louis Acland (...)
  • 13 ADLA 4 E 2/1933 : notaire Verger, le 16 septembre 1662.
  • 14 Dundalk est situé sur la côte est de l’Irlande, au nord de Dublin.
  • 15 ADLA 4 E 2/1934 : notaire Verger, le 19 avril 1663.
  • 16 ADLA 4 E 2/1934 : notaire Verger, le 30 mai 1663.
  • 17 L’écriture des noms étrangers par les notaires nantais du milieu du xviie siècle pose des problème (...)
  • 18 ADLA 4 E 2/1927, n° 99 et 101 : notaire Verger, le 26 août 1659.
  • 19 ADLA 4 E 2/1928, n° 190 et 219 : notaire Verger, le 07 mai 1660.

9L’étude des affréteurs des bâtiments souligne le rôle joué par des marchands étrangers, installés ou non à Nantes. Sans évoquer les embarcations qui doivent se rendre en Asturie ou en Galice, logiquement sollicitées par Vaz et Depereda, notons par exemple que six des sept « frètements » à destination de l’Angleterre sont commandités par Louis Acland, marchand anglais originaire de Barnstaple, établi à Nantes12. De même, les trois bâtiments envoyés vers des ports irlandais sont affrétés par des Irlandais : c’est le cas de l’André de Bourgneuf, 80 tonneaux, demandé par Nicolas Lynch, marchand de Galway13 ; de l’Espérance de Penerf, 50 tonneaux, frété par Thomas Barnaval, marchand d’origine irlandaise installé à Nantes, agissant pour le compte de deux marchands de « drodal (Dundalk14 ?) pays d’Irlande15 » ; enfin de l’Espérance de Penerf, 36 tonneaux, embauché par Patrice Arthur, marchand irlandais habitant la Fosse de Nantes16. C’est également un Irlandais installé à Nantes, Guillaume Arthur, qui se charge au nom de Samuel Atzins17 marchand à Londres, d’envoyer un navire de Dublin, jaugeant 150 tonneaux, vers le nord de l’Écosse18. Une des rares exceptions implique Nicolas Libault, sieur du Grand Bois, marchand de Nantes, agissant pour lui et les autres propriétaires du navire le David, 200 tonneaux, dit « de cette rivière19 ». D’après un acte de « charte-partie », le bâtiment doit se rendre au nord de l’Angleterre pour y décharger sa cargaison, composée notamment de sel de Bourgneuf, puis rallier les côtes de la Norvège et y prendre un chargement de planches et de mâts, à livrer à Dieppe ou au Havre de Grâce. Malgré un corpus d’actes réduit, c’est donc bien l’image d’un commerce du sel de la Baie à destination de l’étranger largement animé par les marchands étrangers qui se dessine.

  • 20 Michaud V., Les négociants étrangers à Nantes pendant la première moitié du règne de Louis XIV (16 (...)

10Quant à savoir quel débouché étranger domine pour le sel de la Baie, le faible nombre de « fretements » ne permet pas de répondre à cette question. En tout état de cause, le sel de la Baie ne paraît pas destiné au marché espagnol, particulièrement aux provinces d’Asturie et de Galice. Cette observation est confirmée par l’analyse de Véronique Michaud, faite sur une période plus étendue, entre 1661 et 167720. D’après ses calculs, seulement 3 % des 5 688,95 muids de sel exportés par Depereda, pendant ces années vers les deux provinces d’Espagne, proviennent des salines de la Baie. Le Pouliguen, avec 2 121,3 muids, et Le Croisic, avec 1 624,5 muids, sont les principaux fournisseurs, totalisant 66 % du sel expédié.

  • 21 ADLA 4 E 2/1470, n° 200 : notaire Mariot, le 15 novembre 1651.
  • 22 ADLA 4 E 2/1933 : notaire Verger, le 17 juillet 1662.

11Un autre aspect marquant des actes de « fretements » est la place quasiment nulle occupée par les destinations comme les Provinces-Unies ou les ports riverains de la mer Baltique. Il est toutefois à signaler que c’est du sel de la Baie qui doit être chargé, avec du vinaigre et de l’eau de vie, dans le navire nommé les Trois Testes Noirs de Middelbourg, jaugeant 100 lasts, c’est-à-dire environ 200 tonneaux, d’après un contrat de novembre 165121. Le bâtiment doit se rendre à Middelbourg et le « freteur » est Gouaret Lammertzen, marchand demeurant à Nantes. C’est encore du sel de la Baie qui doit composer pour partie le chargement du Saint Jean de Hambourg, 200 tonneaux, d’après un document de juillet 1662. Le navire doit naviguer jusqu’à Ostende22. Notons que l’affréteur est un Français : il s’agit de Jacques Huré, sieur de la Ronsinière, bourgeois et marchand à la Fosse de Nantes.

  • 23 Touchard H., « Le sel breton dans l’Atlantique et les mers étroites aux xve et xvie siècles », dan (...)
  • 24 Guilloux F., op. cit., p. 49.
  • 25 Pelletier F. (FRAPEL), op. cit., p. 11.

12Cette sous-représentation ne signifie pas pour autant que ces ports du nord de l’Europe ne constituent pas un débouché important pour le sel de la Baie. Pour contribuer à expliquer ce phénomène, il convient de considérer les ports d’attaches des bâtiments impliqués dans ces actes. Sur l’ensemble des bâtiments chargés de sel, seuls 30 navires, totalisant plus de 4 600 tonneaux, sont clairement identifiables comme étrangers. Leur taille moyenne, 154 tonneaux, est très supérieure à celle des embarcations françaises. Or, comme la plupart des auteurs l’indiquent, le commerce du sel à destination du nord est largement aux mains des étrangers. Ces derniers n’ont pas forcément recours à la garantie notariale pour leurs affaires. Déjà, pour les xve et xvie siècles, Henri Touchard indique que « ni comme marchands, ni comme marins, les indigènes ne participent – à de rares exceptions près – aux exportations. Le marché de Bourgneuf est étroitement lié à la conjoncture internationale et à l’activité des étrangers23 ». Au xviie siècle, Fernand Guilloux signale : « Les Hanséates avaient définitivement perdu la prépondérance qu’ils avaient eue à Bourgneuf au xve siècle. Les Hollandais les avaient supplantés et avaient presque monopolisé le commerce de la “Baie” comme ils avaient à peu près accaparé tout le trafic mondial à cette époque24. » Les navires originaires de Hollande sont d’ailleurs les plus nombreux parmi les 30 navires étrangers mentionnés dans les frètements ; ils représentent un peu moins de la moitié de l’échantillon. Cette prépondérance « hollandaise » est également mesurable à Bouin. Selon François Pelletier, en 1639, sur 145 sorties de bâtiments enregistrées cette année-là, au moins 71 se font sur des navires flamands, pour un total d’ » environ 3 200 tonnes de sel, soit près de la moitié des exportations totales de Bouin25 ».

  • 26 ADLA 4 E 2/1471, n° 226 : notaire Mariot, le 13 novembre 1652.
  • 27 ADLA 4 E 2/1473, n° 215 : notaire Mariot, le 31 octobre 1654.
  • 28 ADLA 4 E 2/1474, n° 336 : notaire Mariot, le 12 décembre 1657.

13Si les liasses notariales ne contiennent que peu de traces des « fretements » de navires en direction des régions riveraines de la mer du Nord et de la Baltique, elles renferment en revanche des contrats d’achats de sel de la baie de Bourgneuf, faits par des marchands d’origine étrangère installés à Nantes, généralement des Hollandais ou des Flamands. En novembre 1652, André Van Pradelis, marchand flamand demeurant à la Fosse de Nantes, agissant pour lui et son associé Yverand Martin, achète auprès de Jacques Risiou, sieur de la Channerie, marchand à Bourgneuf, la quantité de 100 à 120 charges de sel de la Baie, au prix unitaire de 29 livres tournois26. Le sel doit être livré à Bourgneuf et chargé dans un navire nommé le Saint Pierre, 300 tonneaux ; son port d’attache est illisible dans l’acte, cependant le nom de son capitaine, Albert Hubertsen, laisse penser qu’il vient du nord de l’Europe. En octobre 1654, c’est encore Jacques Risiou, mais cette fois-ci en tant que procureur de son frère Jean, marchand à Bois-de-Cené, qui est cité dans un acte attestant d’une livraison de plus de 100 charges de sel de la Baie, en exécution d’un marché passé en 165427. L’acheteur est Jacob Van Naersen, marchand habitant sur le Port au Vin à Nantes. En décembre 1657, Mathurin Bory, marchand demeurant en l’île de Noirmoutier, vend à Jean Van Armeyden, marchand résidant à Nantes, le nombre de 40 charges de sel, au prix unitaire de 28 livres 16 sols28. Le sel doit être chargé dans un délai de 20 jours à bord du navire le Pescheur, dont le maître est Jean Pitre, lequel bâtiment est « à present sur ses ancres à la radde de Paimbœuf au bas de cette riviere de Nantes ».

  • 29 ADLA 4 E 2/1926, n° 300 : notaire Verger, le 23 mai 1659.
  • 30 Halton se situe sur la côte ouest de l’Angleterre, au nord de Liverpool.

14Un autre exemple, daté de mai 1659, témoigne du paiement d’une part de navire en charges de sel29. Le vendeur de la portion de l’embarcation est Guillaume Baugh, « marchand demeurant à Aldon (Halton30 ?) en Angleterre, estant de présent en cette ville de Nantes […] faisant fort pour honorable homme Jean Baugh son frere aussi marchand demeurant audit Aldon ». Il cède à Julien Barbot, sieur de la Perrinière, marchand résidant à Bourgneuf, 1/8e du navire cy devant nommé L’Espérance de Bristol, 200 tonneaux. Le bâtiment est mouillé à Paimbœuf au moment de la transaction et semble en cours de rachat par des Français, puisque « declarant ledit Guillaume Baugh audit nom que aucun angloys n’a à present portion audit navire ». Jean Boullay, sieur de la Pinaudière, marchand à la Fosse, semble jouer un rôle central dans cette affaire, comme plus généralement d’ailleurs dans le commerce de Nantes avec l’Angleterre à cette époque. Pour payer sa part du navire, Julien Barbot s’engage à tenir à la disposition du vendeur 65 charges de sel « cru & mesure de l’abbaye bon loyal & marchand, de la presente année ou sel vieil au choix & option dudit sieur Barbot ». Il faut souligner également le rôle de Louis Acland dans la négociation. Il loge en effet Guillaume Baugh à Nantes et est présent au moment de la signature du contrat. Un ajout à la minute, daté de juin 1659, atteste de la subrogation par Guillaume Baugh des 65 charges à un marchand demeurant la Fosse de Nantes, Thinen Van Schoonhoven. Cette cession du sel à un marchand, à l’évidence d’origine hollandaise, laisse entrevoir la complexité des transactions de ce genre et la difficulté pour le chercheur d’établir précisément la destination du chargement.

  • 31 ADLA, 4 E 2/1926, n° 276 : notaire Mathurin Verger, le 12 mai 1659.
  • 32 Peut-être s’agit-il du fils ou du neveu de Jean Boullay, sieur de la Pinaudière ? Ce dernier est i (...)

15Ces marchés de sel peuvent masquer des relations commerciales plus étroites entre les contractants. Le dernier exemple cité peut être rapproché d’un acte de « quittance respective », enregistré en mai 1659, faisant référence à un contrat de « fretement » passé devant un notaire de Bourgneuf quelques mois auparavant31. Par cette minute, Julien Barbot, sieur de la Perinière, Louis Acland et Charles Boullay32 – trois des noms mentionnés ci-dessus – « fretent » le navire L’Espérance de Bourgneuf, 45 tonneaux, pour un voyage en direction de l’Amérique septentrionale. Le Bâtiment doit se rendre à « Terre neufve à la terre dans un ou plusieurs ports et havres où d’ordinaire les angloys font leur pescheries et secheries de morues ». Après avoir pris son chargement de poissons secs, le navire doit effectuer son retour, soit à Bilbao en Espagne, soit à Nantes. En cas de retour à Bilbao, c’est un chargement de fer qui y serait pris pour venir le livrer à Nantes pour terminer le voyage ; signalons également que Charles Boullay doit faire la traversée dans le navire pour s’occuper des négociations des cargaisons. L’acte de « quittance » de mai 1659 indique que le contrat a été rempli mais ne donne pas de détail sur les options retenues pour le retour en Europe, entre Bilbao et Nantes. Il est probable que Julien Barbot soit le fournisseur du sel pour cette expédition vers Terre-Neuve. Cet exemple montre que la vente de sel peut amener à d’autres transactions commerciales.

  • 33 Béranger J., Meyer J., op. cit., p. 128.

16Il est difficile de mesurer précisément, à partir des archives notariales, l’importance des envois de sel vers l’étranger. Pour la fin du xviie siècle, Béchameil de Nointel permet néanmoins de se faire une idée, lorsqu’il considère que « les Hollandais et les autres Nations du Nord sont ceux qui enlèvent le plus ordinairement les sels de ladite baye de Bourgneuf33 ».

Les envois de sel de la Baie en direction de Nantes

  • 34 Tanguy J., op. cit., tome 1, p. 95-96.

17Comme le souligne Jean Tanguy « le sel a constitué très tôt, beaucoup plus tôt que le vin, un secteur essentiel de la vie du port [de Nantes], mais au milieu du xvie siècle, par suite des progrès du vin, ces deux trafics s’équilibrent sensiblement. Aux 18 000 tonneaux exportés en moyenne de 1554 à 1557 répondent les 17 000 muids importés en moyenne pendant ces trois années […]. Mais ce bel équilibre est rompu au détriment du sel, sans doute dès la seconde moitié du xvie siècle et certainement, en tout cas, à partir du début du siècle suivant34 ».

  • 35 Bayard F., « Les fermes des gabelles en France (1598-1653) », dans Hocquet J.-C. (dir.), Le roi, l (...)

18La cité ligérienne ne représente qu’une étape dans le cheminement du sel. L’essentiel des cargaisons est en réalité destiné, via l’axe ligérien, aux provinces de l’intérieur du royaume où le sel est vendu dans des greniers royaux. Monopole public, le commerce de ce produit est contrôlé par le pouvoir royal qui perçoit au passage un impôt, dont le montant varie selon les provinces : la fameuse gabelle. À partir de 1578, la monarchie afferme la vente du sel. Initialement, chaque grenier est attribué à un adjudicataire, puis progressivement, les mêmes hommes en prennent plusieurs à bail. Dans la première moitié du xviie siècle, la ferme la plus importante, celle des gabelles de France, intègre les provinces ligériennes de l’Anjou, du Maine, de la Touraine, du Berry et de l’Orléanais. Elle rapporte au moment de son plus fort rendement plus de 10 millions de livres par an35. L’alimentation des greniers à sel de cette ferme passe, pour une bonne partie, par Nantes. Jean Tanguy dresse un tableau des différents centres fournisseurs de Nantes en sel à trois moments différents, en concédant toutefois quelques arrondis dans les calculs.

  • 36 Tanguy J., op. cit., tome 1, p. 96.

Origine du sel amené à Nantes (en muids nantais)36

Origine du sel amené à Nantes (en muids nantais)36

19Le milieu du xvie siècle se caractérise par un équilibre des contributions entre les marais de Guérande et de Bourgneuf. L’année 1631, en dehors de la chute du trafic – il est divisé de plus de moitié par rapport au milieu du xvie siècle –, témoigne de l’arrivée en force du sel d’Aunis et de Saintonge. Cela dit, la décennie 1630 semble très défavorable au sel de la Baie, si l’on en croit notamment les chiffres avancés par François Pelletier pour le commerce de Bouin.

  • 37 ADLA B 4602, 4603 et 4621 : amirauté de Nantes, rapports des capitaines et maîtres de barques.

20En ce qui concerne le milieu du xviie siècle, les archives notariales de Jean Mariot contiennent des actes d’achats de sel passés par les commis des administrateurs des gabelles de France, installés à Nantes. Entre 1650 et 1659, 56 contrats de ce genre ont été réunis. Un seul implique du sel du Pouliguen, tous les autres mentionnent du sel de la baie de Bourgneuf. Ces 55 marchés portent sur plus de 6 000 charges de sel pour un montant total d’environ 156 000 livres tournois. C’est donc prioritairement vers du sel de la Baie que se tourneraient les commis des gabelles au milieu du xviie siècle. Cette tendance, amorcée, semble-t-il, depuis la seconde moitié du xvie siècle, est confirmée par le rapport de Béchameil de Nointel. Ce dernier signale qu’un arrêt du Conseil du roi fixe le prix du sel de Bourgneuf, dont les fermiers généraux pourraient avoir besoin en temps de guerre, tandis qu’il ne mentionne pas les provinces frappées par la gabelle dans les débouchés du sel produit par les marais de Guérande. Rappelons que le mouvement de concentration des fermes aboutit à la constitution des « fermes générales » en 1681, dont les gabelles ne représentent plus qu’une branche. Les entrées du port de Nantes de l’année 1702 corroborent également cette impression37. Sur les 395 embarcations, totalisant plus de 8 000 tonneaux, arrivant à Nantes chargées de sel cette année-là, 239, représentant 5 100 tonneaux environ, viennent de la baie de Bourgneuf, contre 146, jaugeant 2 600 tonneaux, de la presqu’île guérandaise.

  • 38 Tanguy J., op. cit., tome 1, p. 97.
  • 39 Les chiffres des entrées du port de Nantes en 1702 le démontrent, tout comme ceux des années 1732 (...)
  • 40 Delafosse M., Laveau C., op. cit., p. 90-91.

21L’absence du sel d’Aunis et de Saintonge dans ces actes de marchés du milieu du xviie siècle n’en demeure pas moins problématique, surtout en comparaison des chiffres de 1631. S’interrogeant pour savoir si cette arrivée de Brouage au premier plan cette année-là n’est qu’un fait isolé, Jean Tanguy considère que « le rôle croissant de Brouage dans l’approvisionnement de Nantes, avec son corollaire, la décadence de ses concurrents, [a] commencé depuis longtemps38 ». Sans remettre totalement en cause cette interprétation, force est de constater que Brouage n’alimente pas la cité ligérienne au xviiie siècle39. Bien entendu, le sel des marais d’Aunis et de Saintonge peut gagner l’intérieur du royaume en utilisant une voie mi-fluviale mi-terrestre, évitant Nantes. En outre, Marcel Delafosse et Claude Laveau montrent, à partir des chargements faits en 1714-1715, que c’est essentiellement vers la Normandie qu’est dirigé le sel de Brouage destiné aux gabelles40.

  • 41 ADLA 4 E 2/1932 : notaire Verger, le 27 mai 1662.

22Pour autant, le sel de Brouage n’est pas totalement absent des archives notariales étudiées. Ainsi, dans un acte de mai 1662, rapportant un contentieux au sujet de la jauge du navire le Middelbourg, du port de 206 tonneaux, le capitaine du vaisseau affirme qu’ » il seroit venu […] de Brouage à Paimbœuf en cette riviere chargé du nombre de dix cents de sel mesure dudit Brouage qu’il auroit délivré peu de jours apres les festes de Pasques et suivants à noble homme Estienne Gorge sieur de la Peletrie commis du fermier general des gabelles de France41 ». Par ailleurs, l’inventaire des vaisseaux de 1664 stipule que deux barques de Nantes sont « à présent en Brouage, à chercher du sel pour le party ». Elles appartiennent toutes les deux en partie à Etienne Gorge, sieur de la Pelletrye.

23Enfin, une autre raison pousse à croire que le sel venant de Brouage (et de Guérande) est sous évalué dans les liasses dépouillées : l’écart quantitatif entre les actes de marchés de sel et les contrats passés pour l’acheminement vers l’intérieur du royaume. L’année pour laquelle la documentation est la plus abondante est 1659. Les commis de l’administrateur des gabelles de France achètent plus de 2 300 charges de sel de la Baie pour un montant d’environ 47 000 livres. Même si ces minutes sont des commandes et que les livraisons doivent intervenir en 1660, pour celles qui sont datées de la fin de l’année, il est possible de les rapprocher des marchés de voiture conclus au cours de cette même année. En 1659, les commis passent 75 contrats avec des marchands voituriers par eau pour alimenter les greniers à sel de l’Anjou, du Maine, de la Touraine, du Berry et de l’Orléanais. Ces actes portent sur le transport de près de 3 600 muids de sel mesure de Paris. D’après les concordances fournies par Jean Tanguy, cette quantité représenterait presque 9 000 muids nantais. Or, les 2 300 charges mesure de la Baie pourraient équivaloir à 5 750 muids nantais. La différence (plus de 3 000 muids nantais) pourrait venir des marais de la presqu’île guérandaise mais également de ceux de l’Aunis et de la Saintonge. A contrario, une autre hypothèse de calcul, suggérée par Béchameil de Nointel dans son rapport, renforcerait l’impression de l’hégémonie du sel de la Baie sur le marché nantais. Selon lui, une charge pèserait 1,3 à 1,4 muid de Paris. En suivant cette démarche, les 2 300 charges représenteraient entre 3 000 et 3 200 muids de Paris, c’est-à-dire une bonne part des 3 600 muids expédiés d’après les marchés de voiture de 1659. En tout état de cause, les données de l’année 1659 témoignent de la place prépondérante du sel de la Baie dans le trafic de ce produit à Nantes.

24Les actes d’achats de sel de la Baie par les commis des gabelles contiennent de nombreux renseignements complémentaires. Les prix de la charge de sel oscillent entre 18 et 45 livres tournois. Relevé dans un acte de décembre 1652, ce dernier montant apparaît comme exceptionnel. Il s’explique sans doute par une baisse de la production liée peut-être à des mauvaises conditions climatiques. D’une manière générale, les prix vont de 20 à 30 livres. Ces ordres de grandeur sont également ceux donnés par Béchameil de Nointel à la fin du xviie siècle. Les fluctuations sur les achats passés au cours d’une même année sont faibles : en 1658, les prix s’échelonnent de 21 à 23 livres et 10 sols ; en 1659, de 18 à 21 livres. Les quantités de sel achetées varient de 9 à 800 charges, les contrats portant sur la vente de 100 charges de sel et plus sont au nombre de 19. Ces dernières acquisitions regroupent 4 800 charges, c’est-à-dire plus des trois quarts du sel acheté par les commis entre 1650 et 1659.

25Il n’est malheureusement pas possible d’établir une géographie des principaux sites de chargement de la Baie, dans la mesure où certains d’entre eux n’ont pu être localisés avec précision. En revanche, les lieux de résidences des vendeurs sont systématiquement indiqués. Les habitants de Bouin arrivent largement en tête avec 2 960 charges, devant ceux de Nantes 1 060, de Bourgneuf un peu plus de 900, de Beauvoir 430 environ, de Bois-de-Cené 310 à 315. Ce sont donc principalement des habitants de la Baie qui cèdent du sel aux commis des gabelles, les Nantais ne délaissent, pour leur part, qu’un sixième du total des charges. Parmi les principaux vendeurs, Honoré Hachet, désigné comme greffier de l’île de Bouin pour le Poitou en 1650 et 1651, puis comme marchand à Bouin en 1658 et 1659, cède 2 070 charges en cinq contrats. Pierre Macé, sieur de la Barbelays, demeurant la paroisse Saint-Léonard à Nantes, 330 charges en deux ventes en 1659 ; Claude Durand, marchand à la Fosse de Nantes, 300 charges en un acte en 1652 ; Mathurin Bruneau, marchand résidant à Beauvoir, 300 charges en un contrat en 1652 ; Nicolas Barbot, marchand à Bourgneuf, 252 charges en deux transactions en 1659 ; Jean Dhausmaudy, marchand à la Fosse de Nantes, 250 charges en une cession enregistrée en 1652 ; Louis Pillaye, sieur de la Fromentière, demeurant Bouin, 250 charges par un marché en 1658.

  • 42 Baron B., L’île de Bouin dans la première moitié du xviiesiècle, mémoire de maîtrise d’histoire, U (...)

26Honoré Hachet est bien mentionné par Bruno Baron dans la liste des principaux propriétaires de marais de l’île de Bouin en 166242, il est cependant difficile de savoir si c’est le cas de tous les personnages mentionnés ci-dessus, en particulier des Nantais. À l’instar de ce qui se passe notamment à Brouage, la question de savoir si le commis passe des marchés à l’avance avec quelques fournisseurs attitrés doit être posée. Il semble que le rôle joué par Honoré Hachet entre dans ce cadre. Toutefois, la documentation manque pour mesurer plus précisément un éventuel phénomène de concentration des achats.

  • 43 Tanguy J., op. cit., tome 1, p. 108.
  • 44 Ibidem, tome 1, p. 112.
  • 45 Delafosse M., Laveau C., op. cit., p. 88.

27Ces différents contrats donnent également des indications sur les commis des gabelles établis à Nantes. Jean Tanguy cite deux noms pour l’année 1631, Jean de Vert, jusqu’au mois de mars, puis François Bussonneau, mais estime que « les marchands nantais semblent […] avoir abandonné le rôle qu’ils jouaient autrefois dans le trafic du sel vers l’amont, ils ont cédé la place aux commis des gabelles qui continueront désormais à garder la haute main sur ce trafic43 ». Cette interprétation, selon laquelle « les marchands nantais sont éliminés progressivement de ce trafic par les commis des gabelles » mérite d’être discutée, au moins pour le milieu du xviie siècle44. En effet, contrairement à ce qui se passe à Brouage, les commis des adjudicataires des gabelles sont recrutés sur place45. Entre 1650 et 1662, il est possible de donner, à partir des minutes notariées, les noms de cinq personnages ayant exercé cette fonction : Jacques Bertault, François Suhard, sieur du Fonteny, Pierre Despinoze, sieur de la Rostannerie, André de Santo Dominguo, enfin Etienne Gorge, sieur de la Pelletrye. Tous sont issus de familles habitant la cité ligérienne depuis plusieurs générations. Au moins trois d’entre eux sont des marchands actifs de la place nantaise, participant notamment au commerce avec l’Espagne.

  • 46 ADLA 4 E 2/1937 : notaire Verger, le 9 octobre 1664.
  • 47 Saupin G., « Les marchands nantais et l’ouverture de la route antillaise 1639-1650 », dans Sanchez(...)
  • 48 Laucoin C., La naissance du trafic antillais 1638-1660, mémoire de maîtrise d’histoire, Université (...)

28C’est le cas de François Suhard, sieur du Fonteny. En octobre 1664 par exemple, il est nommé en compagnie de Julien Gérard, sieur de Nays, un autre marchand nantais, comme propriétaire et avitailleur du navire la Catherine, 100 tonneaux environ46. Ils empruntent la somme de 500 livres auprès d’un bourgeois de Paris, pour préparer un voyage vers Cadix. Pierre Despinoze, sieur de la Rostannerie, « un des principaux marchands du grand cabotage nantais », participe par ailleurs à l’ouverture de la route antillaise à Nantes47. Etienne Gorge, sieur de la Pelletrye, est, pour sa part, cité dans l’inventaire des vaisseaux de 1664 en tant que portionnaire d’un navire morutier et de plusieurs barques. Il est également parsonnier de deux navires équipés en direction des Antilles en 1651 et 165648.

  • 49 ADLA 4 E 2/1472, n° 172 : notaire Mariot, le 11 septembre 1653 ; 4 E 2/1473, n° 60 et 227 : notair (...)
  • 50 ADLA fonds Freslon.

29Moins connu que les trois précédents dans le milieu marchand nantais, Jacques Bertault, commissaire ordinaire de la marine, est pourtant signalé dans plusieurs actes touchant au commerce maritime49. L’étude des parrainages de ses enfants le situe à un niveau plus qu’honorable, puisque l’on trouve Charlotte Cornulier, femme de René Charette, sénéchal au présidial de Nantes, marraine de son fils Henri, baptisé en octobre 163950.

  • 51 ADLA B 4602, 4603 et 4621 : amirauté de Nantes, rapports des capitaines et maîtres de barques.

30Alors que le commerce du sel à Nantes est en déclin, le fait que plusieurs commis des adjudicataires des gabelles de France se recrutent dans la frange la plus dynamique du milieu marchand de la cité ligérienne, est bien le signe de l’importance des bénéfices qu’il est possible de retirer de ce trafic et de la volonté des Nantais de garder une place dans cette affaire. Dans les premières années du xviiie siècle, l’exemple du négociant Mathurin Joubert, originaire de la baie de Bourgneuf, témoigne de l’intérêt que les Nantais continuent à porter au sel. S’illustrant dans l’armement de navires pratiquant la traite négrière, Mathurin réceptionne par exemple 150 des 395 chargements de sel amenées à Nantes en 1702 par des petits caboteurs, depuis les salines de la presqu’île guérandaise et de la baie de Bourgneuf51. Il convient de souligner que ce négociant est par ailleurs propriétaire de salines dans ses possessions foncières de la Baie.

31L’alimentation du marché nantais et des provinces de l’intérieur du royaume par les salines de la Baie et de la presqu’île guérandaise constitue un trafic séculaire. Néanmoins, une nouveauté, amorcée dans la seconde moitié du xvie siècle, semble effective à partir du milieu du xviie siècle : ce marché devient l’apanage des marais de la Baie.

Le sel (de la Baie) : élément indispensable à la pêche

  • 52 La Morandière C. de, « Le sel et la pêche, particulièrement pour la pêche à la morue avant la Révo (...)
  • 53 La Morandière C. de, Histoire de la pêche française de la morue dans l’Amérique septentrionale, de (...)
  • 54 Pétré-Grenouilleau O., Les négoces maritimes français (xviie-xxesiècles), Paris, Belin, coll. « Su (...)

32Comme le rappelle Charles de La Morandière, « le sel est une denrée essentielle pour la conservation du poisson avant la Révolution. On salait le maquereau, le hareng, la sardine, la morue52 ». La documentation réunie concerne essentiellement la pêche à la morue en Amérique septentrionale, mais une partie du sel envoyé, notamment en Angleterre et en Irlande, est utilisée à la salaison d’autres poissons, en particulier les harengs. À partir de l’extrême fin du xve siècle, à la suite de la découverte de l’île de Terre-Neuve et surtout de ses bancs où abondent les morues, la pêche de ce poisson prend son essor et touche rapidement presque une cinquantaine de ports français53. Cette activité prend un intérêt économique majeur à partir du dernier quart du xvie siècle54.

  • 55 Maître L., « Situation de la marine marchande du comté nantais d’après l’enquête de 1664 », Annale (...)
  • 56 Michon B., op. cit., 2004, p. 188-193.

33Parmi les ports participant à la pêche morutière, ceux de la baie de Bourgneuf disposent sur place du sel indispensable à la conservation du poisson. Sans surprise, les archives notariales nantaises sont muettes sur ces transactions effectuées de manière interne à la Baie. Sans doute certains portionnaires de navires sont-ils d’ailleurs également propriétaires de salines. Cela semble être le cas par exemple de Julien Barbot, sieur de la Perinière. En tout état de cause, l’inventaire des vaisseaux de 1 664 témoigne de l’existence d’une flottille morutière locale55. D’après ce document, Pornic compterait neuf bâtiments morutiers, Bourgneuf quatre, La Bernerie un seul, enfin Bouin disposerait de « 15 à 20 petites barques du port depuis 12 jusqu’à trente tonneaux dont ils se servent pour le transport du sel et autres marchandises le long des costes de Bretaigne, Espaigne, Angleterre mesme sur le banc de Terre Neufve et ailleurs ». S’il est incontestable que des bâtiments de Bouin ont pratiqué la pêche hauturière, sans doute dès le xvie siècle, leur participation à cette activité dans la seconde moitié du xviie siècle paraît très occasionnelle, notamment dans la mesure où aucune barque n’est citée nommément en 1664 comme pratiquant la grande pêche. L’aventure terre-neuvière des ports de la Baie se poursuit jusqu’à la décennie 1720, avec le maintien d’une dizaine d’armements chaque année56.

  • 57 ADLA 4 E 2/1933 : notaire Verger, le 4 décembre 1662.
  • 58 ADLA 4 E 2/1936 : notaire Verger, le 22 janvier 1664.
  • 59 ADLA 4 E 2/1935 : notaire Verger, le 6 décembre 1663.

34Les archives notariales contiennent en revanche plusieurs achats de sel par des Nantais pour l’avitaillement de navires devant se rendre à Terre-Neuve. En décembre 1662, Laurent Barbot, sieur du Jard, demeurant à Bourgneuf, délaisse à Antoine François, sieur de la Briandière, marchand à la Fosse de Nantes, 100 charges de sel « cru & mesure de la baye dudit Bourneuf bon loyal & marchand propre pour la terre neufve », contre le versement de 23 livres par charge57. En janvier 1664, Jacques Viau, sieur du Boisrenard, demeurant à Beauvoir-sur-Mer, vend à Antoine François 24 charges de sel « mesure de baye loyal & marchand & propre pour la sallerie du banc de Terre Neufve58 ». En décembre 1663, le même Jacques Viau cède à Etienne Grilleau, bourgeois à la Fosse de Nantes, 65 charges de sel « propre pour la Terre Neufve, mesure de labée de Bourneuf »59. Le coût d’une charge est fixé à 42 livres. La livraison doit se faire « à bord de vaisseaux que ledit Grilleau fera trouver à la rade de Bourneuf ». D’après l’inventaire des vaisseaux de 1664, Etienne Grilleau est portionnaire d’au moins quatre navires morutiers : le Saint Jean Baptiste 120 tonneaux, la Vierge 80 tonneaux et la Trinité 80 tonneaux, tous les trois de Pornic, enfin le Saint Michel du Croisic, jaugeant 180 tonneaux. Il est donc probable que cet achat de sel soit destiné à ces navires, au moins à ceux de Pornic.

  • 60 ADLA 4 E 2/174, n° 32 : notaire Belon, le 12 janvier 1655.
  • 61 ADLA 4 E 2/1926, n° 198 : notaire Verger, le 12 mars 1659.

35Sans doute n’est-il pas inutile de s’interroger sur la quantité de sel nécessaire à une campagne morutière. Il est possible de se faire une idée à partir de deux actes, détaillant l’avitaillement de deux navires équipés pour les bancs de Terre-Neuve, respectivement en 1655 et 1659 : le Saint Jean-Baptiste 200 tonneaux60 et la Marie Anne 45 tonneaux61. Le premier emporte 41 charges de sel « pris à Bourgneuf à raison de trente huit livres la charge y compris les frais de la voiture jusques sur le bord du vaisseau » ; le second part pour les bancs avec « onze et demy charges de sel ». Le fait que le sel soit évalué en charges peut signifier qu’il est issu des marais de la baie de Bourgneuf. En considérant les quantités achetées par les marchands nantais dans deux des trois actes décrits ci-dessus, tout porte à croire qu’elles sont destinées à plusieurs navires.

  • 62 Tanguy Jean, op. cit., tome 1, p. 102.
  • 63 ADLA 4 E 2/1473, n° 74 : notaire Mariot, le 14 avril 1654.
  • 64 ADLA 4 E 2/1921, n° 172 : notaire Verger, le 9 septembre 1656. Dans cet acte, Jacques Huré, sieur (...)
  • 65 Lespagnol A., Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 19 (...)
  • 66 La Morandière C. de, op. cit., 1968, p. 98-99.

36Ces acquisitions de sel pour la pêche ne concernent pas uniquement des Nantais. Jean Tanguy rapporte qu’ » en août 1625, sept navires de Saint-Valery-en-Caux jaugeant 480 tonneaux viennent [dans la baie de Bourgneuf] s’y ravitailler en sel avant leur départ pour Terre-Neuve62 ». Durant notre période, en avril 1654, Honoré Hachet, sieur de Grand Vigne, marchand à Bouin, vend à Gervais Le Mol, sieur de la Ronce, faisant pour Macé Gravé, marchand à Saint-Malo, 40 à 43 charges de sel « propre pour la Terre Neufve », au prix de 34 livres l’unité63. Le sel doit être chargé dans le navire la Marie de grâce de Saint-Malo. Il est également envisageable que le sel chargé dans les quatre embarcations, « fretées » en direction de Saint-Malo, soit employé pour la pêche morutière. Signalons par exemple que l’un des quatre affréteurs, Jacques Huré, marchand à Nantes, est particulièrement impliqué dans ce secteur64. Le pôle malouin s’affirme dans la seconde moitié du xviie siècle comme le premier port morutier du royaume : « À partir des années 1680 Saint-Malo domine désormais de très haut la branche morutière française, équipant pratiquement à lui seul un tiers du tonnage français armé pour Terre-Neuve, armant un tonnage double de son rival immédiat Le Havre, en plein déclin, et triple de celui équipé aux Sables65. » Or, ce port de la Manche ne dispose pas de sel à proximité et doit par conséquent s’approvisionner dans les salines de la façade atlantique. À de rares exceptions près, les morutiers français ont en effet l’obligation d’emporter du sel du royaume66.

  • 67 Ibidem, p. 111.

37Il est cependant impossible d’établir, avec la documentation dont nous disposons, si les marais de la Baie représentent un centre de ravitaillement privilégié, pour les armements morutiers des ports ne disposant pas à leur porte de salines, par rapport à ceux de Guérande ou de Brouage. Toutefois, Charles de La Morandière considère que « d’une façon générale, surtout aux xvie et xviie siècles, le navire destiné à la pêche errante allait prendre son sel à Brouage ou à l’île de Ré ». Pour la pêche à la morue sèche, afin d’éviter de perdre trop de temps, certains bâtiments venaient prendre leur sel en Bretagne. Rappelons l’importance de la pêche morutière aux xviie et xviiie siècles : « La France armait, avant la Révolution, environ 150 navires pour la pêche de la morue sèche et à peu près autant pour celle de la morue verte. On peut donc estimer que la quantité de sel achetée par ces navires, selon les années, était de 30 000 à 40 000 muids ras de Brouage67. » L’approvisionnement de la flotte morutière représente un débouché à prendre en considération surtout en comparant les besoins à la production salicole. En effet, les marais salants de la façade atlantique fournissaient annuellement entre 100 000 et 180 000 muids ras de Brouage. La pêche de la morue en Amérique septentrionale constitue l’un des débouchés principaux du sel de la baie de Bourgneuf au milieu du xviie siècle.

38Les trois débouchés principaux, mis en évidence par les archives notariales nantaises du milieu du xviie siècle, paraissent effectivement correspondre aux trois grands marchés pour le sel de la baie de Bourgneuf. Les documents notariés contiennent cependant davantage de documents passés par des Français et présentent donc une vision déformée de la réalité. En effet, il semble que le commerce du sel vers le nord de l’Europe soit l’apanage des marchands et des navires étrangers. En revanche, le trafic du sel de la Baie destiné à la cité ligérienne et aux provinces de l’intérieur du royaume apparaît comme un domaine réservé aux Français (habitants de la Baie et Nantais). Il faut prendre ces aspects en compte, notamment au moment de déterminer le principal débouché. Si le commerce avec l’étranger paraît dominer les autres jusqu’au milieu du xviie siècle, le fait que la place du sel de la Baie sur le marché nantais devienne prépondérante à partir de ce moment-là, est sans doute de nature à bouleverser la donne. Ce sont sans conteste ces deux marchés qui se disputent la majeure partie de la production des marais de la Baie.

Notes

1 Guillemet D., « Les marais salants de l’Ouest français du xvie au xviiie siècle : recherches récentes », dans Aux rives de l’incertain. Histoire et représentation des marais occidentaux du Moyen Âge à nos jours, Paris, Somogy éditions d’art, 2002, p. 189-200 ; id., Les Îles de l’Ouest, de Bréhat à Oléron, du Moyen Âge à la Révolution, La Crèche, Geste éditions, 2000.

2 Guilloux F., Histoire de la conquête du marais breton-vendéen et du port de Bourgneuf, Rennes, 1923, p. 39. Bouhier C., « Les comptes du sel de Noirmoutier dans la première moitié du xvie siècle », Bulletin Philologique et Historique, année 1966, Paris, Bibliothèque Nationale, 1968, p. 225-245, corrobore cette analyse en considérant que les marais de Noirmoutier atteignent leur apogée au xvie siècle.

3 Le sel de la baie est communément mesuré en charges de 28 sacs. D’après Tanguy J., Le commerce nantais dans la seconde moitié du xvie et au début du xviie siècle, thèse de troisième cycle, Rennes, 1967, tome 2, p. 3. Une charge équivaudrait à peu près à un muid du Croisic. Au xviiie siècle, le muid du Croisic vaut entre 2,5 et 2,9 muids nantais. Ce dernier semble contenir 11 à 12 hectolitres et peser 900 kilogrammes, ce qui le rapproche du muid ras de Brouage (1 000 kg). Enfin, le muid de Paris représente 2,5 muids nantais. Selon Jean-Claude Hocquet, « Structures métrologiques et développement des anciens systèmes de mesure : le commerce et les transports », p. 25-48, en particulier 38-41, dans Hocquet J.-C., Kiss I., Witthöft H (éd.), Metrologische Strukturen und die Entwicklung der alten Mass-Systeme, (Actes du colloque de métrologie historique, 16e congrès international des sciences historiques, Stuttgart, août 1985) St. Katharinen 1988, 214 p., à Brouage et en Saintonge, le sel est pesé au sac de 180 livres, 12 sacs étant comptés un muid et 28 muids font 10 charges ou un cent.

4 Pelletier F. (FRAPEL), La très ancienne isle de Bouin. Son histoire avant les polders, tome IV : les exportations du sel au cours des siècles, brochure dactylographiée, 1986-1987, p. 17-18. Comme l’auteur le souligne, les chiffres fournis n’ont qu’une valeur indicative.

5 Béranger J., Meyer J., La Bretagne à la fin du xviie siècle d’après le rapport de Béchameil de Nointel, Paris, librairie C. Klinckieck, 1976, p. 128-129.

6 Deveau J.-M., « Aunis et Saintonge », dans Bély Lucien (dir.), dictionnaire de l’Ancien Régime : royaume de France xvie-xviiie siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1996, p. 113 ; Delafosse M., Laveau C., Le commerce du sel de Brouage aux xviie et xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 1960 ; Rau V., « Les courants du trafic du sel portugais du xive au xviiie siècle », dans Mollat M. (dir.), Le rôle du sel dans l’Histoire, Paris, PUF, 1968, p. 53-71. L’auteur souligne l’importance du volume total du commerce du sel de Setúbal à la fin du xviie et dans les premières années du xviiie siècle.

7 Tanguy J., op. cit.

8 Michon B., « Les activités des ports de la baie de Bourgneuf au xviiie siècle », dans Enquêtes et documents (revue du Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique), numéro 29 intitulé « Économie et société dans la France de l’Ouest Atlantique », Rennes, PUR, 2004, p. 187-210.

9 Cette présentation s’appuie notamment sur les minutes du notaire Jean Mariot, dont deux liasses, longtemps incommunicables, ont récemment été restaurées. Ce travail a été favorisé par les interventions de Marie-Christine Rémy et de Pierre Fardel, qu’ils en soient remerciés. Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA) 4 E 2/1473 et 1475.

10 Le « frètement » concerne la location d’un vaisseau par une personne ou un groupe de personnes ; le « connoissement » est un reçu, signé par le maître d’une embarcation qui reconnaît avoir réceptionné une certaine quantité de marchandises ; enfin la « charte-partie » est un contrat prévoyant le transport de certaines marchandises pour un voyage déterminé.

11 Les liasses des notaires suivants, conservées aux archives départementales de la Loire-Atlantique, ont été systématiquement dépouillées : Allouin, Mathurin Constans, Philippe Garreau, Alexandre Houet, Jean Mariot, Alain Ouairy, Étienne Tesnier et Mathurin Verger.

12 Barnstaple est un port localisé au sud ouest de Bristol. Pour plus d’informations sur Louis Acland : Michon B., « Les activités commerciales de Louis Acland, marchand d’origine anglaise, installé à Nantes au milieu du xviie siècle », Revue d’histoire maritime, n° 5, mai 2006, p. 239-261.

13 ADLA 4 E 2/1933 : notaire Verger, le 16 septembre 1662.

14 Dundalk est situé sur la côte est de l’Irlande, au nord de Dublin.

15 ADLA 4 E 2/1934 : notaire Verger, le 19 avril 1663.

16 ADLA 4 E 2/1934 : notaire Verger, le 30 mai 1663.

17 L’écriture des noms étrangers par les notaires nantais du milieu du xviie siècle pose des problèmes de lecture. Aussi convient-il de ne pas accorder trop d’importance à l’orthographe retenue, seulement indicative.

18 ADLA 4 E 2/1927, n° 99 et 101 : notaire Verger, le 26 août 1659.

19 ADLA 4 E 2/1928, n° 190 et 219 : notaire Verger, le 07 mai 1660.

20 Michaud V., Les négociants étrangers à Nantes pendant la première moitié du règne de Louis XIV (1661-1685), mémoire de maîtrise d’histoire, université de Nantes, 1996, p. 73-74.

21 ADLA 4 E 2/1470, n° 200 : notaire Mariot, le 15 novembre 1651.

22 ADLA 4 E 2/1933 : notaire Verger, le 17 juillet 1662.

23 Touchard H., « Le sel breton dans l’Atlantique et les mers étroites aux xve et xvie siècles », dans Mollat M. (dir.), Le rôle du sel dans l’Histoire, Paris, PUF, 1968, p. 40.

24 Guilloux F., op. cit., p. 49.

25 Pelletier F. (FRAPEL), op. cit., p. 11.

26 ADLA 4 E 2/1471, n° 226 : notaire Mariot, le 13 novembre 1652.

27 ADLA 4 E 2/1473, n° 215 : notaire Mariot, le 31 octobre 1654.

28 ADLA 4 E 2/1474, n° 336 : notaire Mariot, le 12 décembre 1657.

29 ADLA 4 E 2/1926, n° 300 : notaire Verger, le 23 mai 1659.

30 Halton se situe sur la côte ouest de l’Angleterre, au nord de Liverpool.

31 ADLA, 4 E 2/1926, n° 276 : notaire Mathurin Verger, le 12 mai 1659.

32 Peut-être s’agit-il du fils ou du neveu de Jean Boullay, sieur de la Pinaudière ? Ce dernier est inhumé le cinq juillet 1666 en l’église Saint-Nicolas de Nantes. Charles Boullay décède quant à lui au mois de janvier 678, à l’âge de 48 ans, et est également enterré dans l’église Saint-Nicolas. ADLA fonds Freslon.

33 Béranger J., Meyer J., op. cit., p. 128.

34 Tanguy J., op. cit., tome 1, p. 95-96.

35 Bayard F., « Les fermes des gabelles en France (1598-1653) », dans Hocquet J.-C. (dir.), Le roi, le marchand et le sel, Actes de la table ronde « L’impôt du sel en Europe xiiie-xviiie siècle » Saline royale d’Arc-et-Senans (23-25 septembre 1986), Lille, Presses Universitaires de Lille, 1987, p. 165-185.

36 Tanguy J., op. cit., tome 1, p. 96.

37 ADLA B 4602, 4603 et 4621 : amirauté de Nantes, rapports des capitaines et maîtres de barques.

38 Tanguy J., op. cit., tome 1, p. 97.

39 Les chiffres des entrées du port de Nantes en 1702 le démontrent, tout comme ceux des années 1732 et 1772, tirés de Michon B., « Les activités des ports de la Baie de Bourgneuf », op. cit., p. 200-201.

40 Delafosse M., Laveau C., op. cit., p. 90-91.

41 ADLA 4 E 2/1932 : notaire Verger, le 27 mai 1662.

42 Baron B., L’île de Bouin dans la première moitié du xviie siècle, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Nantes, 1994, p. 103.

43 Tanguy J., op. cit., tome 1, p. 108.

44 Ibidem, tome 1, p. 112.

45 Delafosse M., Laveau C., op. cit., p. 88.

46 ADLA 4 E 2/1937 : notaire Verger, le 9 octobre 1664.

47 Saupin G., « Les marchands nantais et l’ouverture de la route antillaise 1639-1650 », dans Sanchez Jean-Pierre (dir.), dans le sillage de Colomb. L’Europe du ponant et la découverte de la route antillaise, 1450-1650, Rennes, PUR, 1995, p. 176-177.

48 Laucoin C., La naissance du trafic antillais 1638-1660, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Nantes, 1999, annexe : « Départs des navires du port de Nantes vers les Îles de l’Amérique, entre 1638 et 1660 ».

49 ADLA 4 E 2/1472, n° 172 : notaire Mariot, le 11 septembre 1653 ; 4 E 2/1473, n° 60 et 227 : notaire Mariot, le 31 mars 1654 et le 7 novembre 1654.

50 ADLA fonds Freslon.

51 ADLA B 4602, 4603 et 4621 : amirauté de Nantes, rapports des capitaines et maîtres de barques.

52 La Morandière C. de, « Le sel et la pêche, particulièrement pour la pêche à la morue avant la Révolution », dans Mollat M. (dir.), op. cit., 1968, p. 97.

53 La Morandière C. de, Histoire de la pêche française de la morue dans l’Amérique septentrionale, des origines à 1789, 3 tomes, Paris, Maisonneuve et Larose, 1962-1966, tome 1, p. 231.

54 Pétré-Grenouilleau O., Les négoces maritimes français (xviie-xxe siècles), Paris, Belin, coll. « Sup Histoire », 1997, p. 17.

55 Maître L., « Situation de la marine marchande du comté nantais d’après l’enquête de 1664 », Annales de Bretagne, tome XVII, années 1902-1903, p. 326-343.

56 Michon B., op. cit., 2004, p. 188-193.

57 ADLA 4 E 2/1933 : notaire Verger, le 4 décembre 1662.

58 ADLA 4 E 2/1936 : notaire Verger, le 22 janvier 1664.

59 ADLA 4 E 2/1935 : notaire Verger, le 6 décembre 1663.

60 ADLA 4 E 2/174, n° 32 : notaire Belon, le 12 janvier 1655.

61 ADLA 4 E 2/1926, n° 198 : notaire Verger, le 12 mars 1659.

62 Tanguy Jean, op. cit., tome 1, p. 102.

63 ADLA 4 E 2/1473, n° 74 : notaire Mariot, le 14 avril 1654.

64 ADLA 4 E 2/1921, n° 172 : notaire Verger, le 9 septembre 1656. Dans cet acte, Jacques Huré, sieur de la Ronsinière, agit pour lui et pour son frère François, le sieur de la Haradières. Ils sont dits « marchands en compagnie » à la Fosse de Nantes.

65 Lespagnol A., Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 1997, tome 1, p. 251.

66 La Morandière C. de, op. cit., 1968, p. 98-99.

67 Ibidem, p. 111.

Table des illustrations

Titre Origine du sel amené à Nantes (en muids nantais)36
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7620/img-1.png
Fichier image/png, 10k

Auteur

Doctorant en Histoire Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540