Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Troisième partie. Transformations et commercialisations des sels atlantiques

Libourne et le commerce du sel dans la basse vallée de la Dordogne à la fin du Moyen Âge : enjeux et conflits

Michel Bochaca

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Archives communales de Libourne (ACL), AA 2.
  • 2 Ibidem, AA 2.
  • 3 Ibid., AA 2. Selon le calendrier liturgique de l’époque, la Saint-Vincent était fêtée le 1er septe (...)
  • 4 L’origine du sel n’est pas évoquée dans ces documents officiels émanant de l’administration anglo- (...)
  • 5 Édouard III concentra ses efforts militaires dans le nord de la France. Il laissa le duché d’Aquit (...)

1Les premières mentions écrites de droits levés sur le sel à Libourne et de privilèges de la ville sur le trafic de cette denrée datent des années 1340-1350. Le 21 juin 1341, entre autres dispositions motivées par la réparation des murailles, Édouard III décida que tout navire circulant sur la Dordogne devait aborder au port de Libourne pour y décharger sa cargaison (sel et marchandises) et l’exposer à la vente infra muros ejusdem ville. Si les Libournais n’en proposaient pas un prix raisonnable, le sel et les marchandises pouvaient être réembarqués et conduits sans entrave là où bon semblerait à leur détenteur1. Le 4 octobre 1343, répondant à une requête des habitants de Libourne, Édouard III ordonna que le sel venant par la Gironde du côté de Blaye et entrant dans la Dordogne ne puisse être déchargé ailleurs qu’à Libourne depuis le Bec d’Ambès jusqu’à Bergerac (Figure 1). Une réserve était toutefois émise en faveur de la ville de Bourg, pour la portion de la Dordogne comprise entre le Bec d’Ambès et Libourne2. Celle-ci s’éclaire le 27 mai 1356, lorsqu’Édouard III renouvela les dispositions édictées en 1343 en mentionnant que l’exemption dont bénéficiait Bourg avait cours lors de la fête de saint Vincent3. Ces trois documents témoignent de la mise en place d’un système d’étape faisant de Libourne le point de passage et de transit obligé du commerce sur la basse vallée de la Dordogne, en particulier pour le sel4. Replacés dans le contexte du début des années 1340, c’est-à-dire des premières opérations de la guerre de Cent ans, le contrôle et la taxation d’un produit de première importance tel que le sel étaient destinés à fournir les recettes fiscales dont Libourne avait besoin pour renforcer ses défenses et jouer un rôle de verrou militaire sur la Dordogne, axe économique mais aussi voie d’invasion dont la partie orientale était aux mains des Français5. Le sel disparaît ensuite des archives libournaises aussi brutalement qu’il y avait fait irruption. Il faut attendre le lendemain de la conquête française de 1451-1453 pour retrouver sa trace, que l’on parvient à suivre durant un demi-siècle à la faveur de litiges concernant le respect des privilèges de 1341-1343.

Figure 1 : Production et commerce du sel à la fin du Moyen Âge en Gironde et dans les vallées de la Dordogne et de la Garonne

Figure 1 : Production et commerce du sel à la fin du Moyen Âge en Gironde et dans les vallées de la Dordogne et de la Garonne

2En juillet 1454, un an après que l’armée française se fut à nouveau rendue maître de la ville, Charles VII confirma les principaux privilèges politiques et économiques concédés à Libourne par les rois d’Angleterre, dont ceux sur le sel :

  • 6 ACL, AA 2.
  • 7 ACL, AA 2.

« que tous estrangers que ne seroient aucunement en nostre obeissance et autres menans sel par le fleuve de Dordoigne et autres marchandises seront tenuz, avecques leurs nefs et vaisseaulx, arriver au port de ladicte ville et dedans les murs d’icelle deschargier leursditz sels et marchandises pour le vendre ausditz habitans a pris raisonnable, si faire se peut, et si non lesdictz marchans pourrons leurdiz sel et marchandise remetre en leurdiz nefz et les emener sans aucune contradition6 ».
« Qu’il ne pourra y avoir aucun grenier a sel, ne que aucun ne pourra vendre sel depuis le lieu du Bec d’Ambes jusques a ladicte ville de Liborne, ne deppuis icelle ville jusques a Bergerac, fors tant seulement en icelle ville de Liborne, et en la ville de Bourg durant une foire qui se tient chacun an en icelle ville de Bourg le jour de la feste saint Vincent7. »

  • 8 ACL, AA 3.
  • 9 ACL, AA 3.

3On ne saurait conclure trop vite à un retour à la situation antérieure et encore moins à une normalisation du commerce du sel. À la demande du maire et des jurats, Charles VII confirma une nouvelle fois les anciens privilèges en avril 1460. Reprenant les termes de la requête libournaise selon lesquels « ladite ville a eté et est fort depopulee et les edifices et habitations d’icelle tournés en grant ruine », il émit toutefois la réserve « que cette presente confirmation soit sans prejudice de l’impot du sel par nous mis en ladite ville de Libourne8 ». Cette allusion à un nouvel impôt du sel s’éclaire grâce à l’exposé des motifs d’un mandement de Louis XI du 6 mars 14629. Une délégation libournaise venue plaider sa cause directement auprès du roi, qui résidait alors à Bordeaux, lui remontra qu’avant 1451 :

« Lesdits supplians ayent eté francs, quittes et exempts de tous impots et charges quelconques, fors seulement qu’ils prenoient et levoient sur chacun muy de sel yssant de laditte ville quatre francs bordelois pour employer es reparations de laditte ville et es gages et droits des officiers d’icelle, et jusque apres la derniere redduction faitte de laditte ville, que notredit feu seigneur et pere ou ses officiers ont mis sus et imposé quinze sous tournois sur chaque pipe de sel yssant de laditte ville, que est sur muy la somme de dix francs monnoye bordeloise, lequel impot ou subside excede le principal achapt. Et pareillement se leve en notre ville sur les etrangers douze deniers pour livre de toute denree et marchandises entrantes et yssantes en icelle, a l’occasion desquelles charges plusieurs marchands, qui souloient venir et frequenter en laditte ville et amener bleds et autres grains, ont delaissé et delaissent d’y venir et charger ledit sel et y vendre leursdits grains. »

  • 10 Les villes avaient obtenu des conditions de capitulation très favorables lors la première réductio (...)
  • 11 ACL, AA 3.
  • 12 ACL, AA 3.

4Après délibération de son conseil, Louis XI décida de ramener le droit de 10 f. bord. sur chaque muid de sel à 6 f., 4 f. revenant au trésor royal et les 2 autres à la commune de Libourne « pour etre tournés es reparations de laditte ville et es gages des maire, clerc, jurés et officiers d’icelle et non ailleurs ». Les 12 d. par livre sur les autres marchandises furent purement et simplement supprimés. Abandonnant les mesures de rétorsion fiscale décidées par Charles VII pour punir la trahison de 145210, ces dispositions étaient destinées à favoriser la reprise des échanges dans un contexte de profond marasme économique : « Pour le bien et entretenement dudit salin et affin que le fait et marchandise du sel y puisse etre continuee. » La diminution des droits sur le sel fut réitérée dès le 10 avril 1462, avec injonction au grenetier royal de Libourne de répercuter la baisse11. La confirmation, en mai 1462, des trois foires franches de Libourne, d’une durée de trois jours chacune, prenait place parmi ces mesures de relance commerciale, par ailleurs caractéristiques de la politique économique de Louis XI envers les villes12. Elle s’accompagnait du rappel de la suppression, deux mois auparavant, de la taxe de 12 d. par livre de marchandise instaurée par Charles VII et qui était tenue pour responsable de ce que « lesdits marchands ont delaissé et delaissent a venir frequenter es dittes foires, au grand prejudice et dommage de la chose publique de laditte ville ».

  • 13 ACL, AA 8 (1), pièces préparatoires, et AA 8 (2), dépositions des témoins. Ces documents ont fait (...)
  • 14 ACL, AA 8 (2), f° 2 v°-3.
  • 15 ACL, AA 8 (2), f° 9 v°.
  • 16 ACL, AA 8 (2), f° 17 v°. Idem, f° 32-32 v°, « ladicte ville s’est peuplee et amandee de plus de la (...)
  • 17 ACL, AA 8 (2), f° 37 v°-38. Idem, f° 30 v°-31, « la ville despuis ledit rabais vault mieux du quar (...)

5Les effets bénéfiques de cette politique de relance sont perceptibles un quart de siècle plus tard, à l’occasion d’une enquête réalisée en 1486-1487, préalablement à la confirmation des privilèges de Libourne par Charles VIII13. La plupart des témoins auditionnés établissent un lien de cause à effet entre l’abaissement des droits prohibitifs, notamment sur le sel, décidé par Louis XI en 1462 et le redressement démographique et économique de la ville. Guillaume Trutault, marchand, natif de Limoges, établi à Bordeaux, déclare « qu’elle en est amelioree et entretenue de près que la moytié et tousiours se admende et prospere14 ». Selon Pierre Porchet, marchand, de Bergerac, « despuis ledict rabays et diminution, ladicte ville est bien peuplee et entretenue et a prosperé et prospere tous les jours, car plusieurs s’y sont habitués et ont basty plusieurs beaus ediffices15 ». Guillaume du Bergier, marchand, de Sainte-Foy, dépose sous serment qu’il « a veu ladicte ville presque détruite et despopullee, et despuis vingt cinq ans en ça ladicte ville s’est amelioree et repopullee presque de la moytié16 ». D’autres témoins, plus mesurés, avancent que Libourne « s’est peuplee plus de la quarte partye », tout en confirmant la reprise commerciale intervenue depuis l’abaissement des droits sur le sel17.

  • 18 Archives historiques de la Gironde, t. L, n° I, p. 51, la recette du grenier à sel de Libourne en (...)
  • 19 ACL, AA 4 (1).

6Dans les années 1470-1480, alors que l’économie libournaise redémarrait lentement, des conflits opposaient le grenetier royal et la municipalité de Libourne d’une part, aux maire et jurats de Bourg et aux gens de Soulac (Médoc) d’autre part. Même fragmentaires, les archives judiciaires conservées permettent d’entrevoir deux affaires, dans lesquelles le sel était au cœur de la controverse. Le grenetier, garant des droits du roi, et les Libournais entendaient défendre le monopole du grenier à sel établi dans leur ville et dont ils percevaient respectivement les deux tiers et le tiers des revenus18. Le maire et les jurats de Bourg exhibaient la franchise dont jouissait la foire de la Saint-Vincent, tandis que les producteurs et les marchands de sel de Soulac mettaient en avant un privilège de Louis XI les autorisant à circuler sur la Dordogne sans avoir à décharger à Libourne19.

  • 20 Aux côtés du grenetier, officier royal chargé de veiller au fonctionnement du grenier à sel et de (...)
  • 21 Archives départementales de la Gironde (ADG), 1 B 63, f° 80 vº-81 et ACL, HH 1.
  • 22 ACL, AA 1, f° 139.
  • 23 ACL, AA 1.
  • 24 ACL, AA 1 et AA 4 (1), « au pris de six mines la pipe et dix pipes pour muiys ».
  • 25 ACL, CC 135.

7Le 20 juillet 1476, un arrêt du parlement de Bordeaux rendu entre le procureur du roi, le grenetier et le contrôleur de Libourne20, d’une part, les maire, sous-maire, jurats et habitants de Bourg, d’autre part, condamnait ces derniers à payer une astreinte de 4 l. 10 st. par muid de sel vendu « a autre jour que le jour Saint Vincent », depuis que le procès était pendant devant cette cour21. La partie libournaise se plaignait que des personnes se livraient au commerce du sel en dehors du jour de la foire de la Saint-Vincent, en violation du monopole du grenier à sel de Libourne. Le maire et les jurats de Bourg, autorité compétente en matière de police et de justice pour faire cesser ces abus, étaient tenus pour responsables et assujettis au paiement d’une astreinte. Nous ignorons tout des débuts et du déroulement de cette affaire, dont nous perdons aussitôt la trace. De son côté, dans les années 1460-1470, la municipalité de Libourne prenait diverses dispositions conformes aux droits qui lui avaient été reconnus. La nomination d’un contrôleur du sel, le 9 août 1467, par le maire et les jurats en est un exemple22. La nouvelle version des statuts municipaux, rédigée en 1476, fait état de mesureurs du sel assermentés (art. LXXXI) et de la perception d’un droit de 5 s. bord. par muid de sel déchargé sur le port de Libourne, pour le service du mesureur et de l’émine servant d’étalon (art. LXII)23. La contenance de l’émine de sel était le sixième de la pipe et le soixantième du muid24. Le 27 janvier 1478, Louis XI confirma l’abandon aux Libournais du tiers du revenu du grenier à sel destiné à l’entretien des fortifications et aux gages des officiers municipaux25.

  • 26 ADG, 1 B 64, f° 56.
  • 27 ACL, AA 4 (1).
  • 28 Nous n’avons conservé par ailleurs aucune trace de ce privilège. Le seul indice de son authenticit (...)
  • 29 La paroisse de Soulac relevait de la châtellenie de Lesparre.
  • 30 Cette mesure reproduisait très exactement les dispositions de l’arrêt du Parlement du 3 décembre 1 (...)
  • 31 Le port de Libourne se situait en bordure de l’Isle. Le sel était vraisemblablement déchargé à pro (...)

8Signe que la question restait sensible, les archives judiciaires conservent la trace d’un nouveau litige survenu au début du règne de Chales VIII. Le 3 décembre 1484, le Parlement, saisi en appel de la cour de la sénéchaussée de Guyenne par le syndic des habitants de Soulac suite à l’arrestation d’un de leurs navires chargés de sel, selon toute vraisemblance par la municipalité de Libourne, se prononçait pour la restitution du navire, de ses appareils et de sa cargaison, sous réserve du paiement des droits dus à la ville de Libourne après estimation par deux « hommes expers, non suspectz, ne favorables a l’une et a l’autre desdites partie, en regard a la grandeur et port dudit navire », sans toutefois se prononcer sur le fonds du procès principal26. Ce dernier fut réglé par un arrêt rendu le 15 mars 148527. Les gens de Soulac faisaient valoir un privilège de Louis XI leur accordant la libre circulation de leur sel sur la Garonne et la Dordogne, et sans payer aucun droit au roi28. De leur côté, les Libournais entendaient lever les 2 f. bord. par muid concédés par Louis XI et pour cela exigeaient le déchargement du sel de Soulac sur leur port, seul moyen de contrôler le trafic et de percevoir le droit. Une solution intermédiaire fut trouvée. L’étape de Libourne et le paiement des 2 f. bord. par muid demeuraient obligatoires sous peine de la confiscation du sel. Par contre, les gens de Soulac n’étaient plus obligés de décharger le sel sur le port. En l’absence de mesurage effectué à cette occasion, ils devaient présenter au maire et aux jurats un certificat du prévôt du seigneur de Lesparre attestant les quantités mises à bord des navires, procédure doublée sur place à Libourne par une prestation de serment du maître du navire ou du marchand à qui appartenait le sel29. En cas de litige, en dépit d’une marge de tolérance de « deux pipes en plus ou deux pipes en moins », chaque partie devait désigner un homme afin d’évaluer le chargement30. L’expertise devait être rapide (sans « aucune demeure ou dilacion »), tout retard se faisant « aux despens, domaiges et interestz de lad. ville de Libourne ». Dans le cas où les gens de Soulac déchargeraient leur sel à Libourne, les Libournais s’engageaient à leur donner la priorité : « Seront tenuz lesd. de Libourne de donner lieu de descharge ausd. de Soulac et a chacun d’eulx premierement et avant toutes (sic) autres navires chargéz de sel de quelque pais qu’ils viennent… et seront touiours lesd. de Soulac prefferéz a tous autres en espedicion et descharges31. » Cet accord semble avoir mis un terme à la querelle opposant les Libournais aux gens de Soulac. Il restait cependant à régler le litige avec la municipalité de Soulac.

9L’enquête diligentée en 1485-1486 par l’administration royale préalablement à la confirmation des privilèges de Libourne fut l’occasion pour les Libournais de réaffirmer le monopole du grenier à sel établi dans leur ville et la simple dérogation dont bénéficiait Bourg à l’occasion de la foire de la Saint-Vincent. Les enquêteurs devait vérifier s’il était exact que :

  • 32 ACL, AA 8 (1), f° 9 vº, art. XVIII.

« De toute ancienneté, tout le sel conduit et menné par ladite riviere de Dordogne depuis qu’il passe le Bec d’Ambes doit descharger en ladite ville de Libourne sans que aucun puisse faire grenier a sel depuis l’entree de ladite riviere de Dordongne jusques a Bregerac, excepté une foyre qui se tient a Bourg le jour Saint Vincent, premier du moys de septembre » (art. XVIII)32.

10Les témoins confirmèrent le fait, à l’exemple de Pierre Gueyrard, marchand, de Bergerac, qui déclara que :

  • 33 ACL, AA 8 (2), f° 8 vº-9.

« Le scel quy est conduict et mené par la riviere de Dordoigne despuis qu’il passe le Becq d’Ambes doict descharger en ladicte ville de Libourne sans descharger ailleurs, fors et excepté que le premier du mois de septembre, jour de sainct Vincent, y a une foyre a Bourg, laquelle est franche et y peuvent venir aborder tous navires et marchans et vendre leur sel a quy bon leur semblera ; et le dict sçavoir ledict qui parle parce qu’il l’a ainsin veu faire de tout temps et entiennetté et luy mesme y achepte du sel33. »

11Cette formulation pouvait faire penser que l’exemption ne s’appliquait que le 1er septembre. Le risque juridique d’une interprétation restrictive du provilège était réel. Aussi voit-on la municipalité de Bourg faire reconnaître par Charles VIII, le 10 mai 1488 :

  • 34 Archives historiques de la Gironde, t. XXXI, nº XXXIII, p. 280-282.

« Une foire chescun an, au jour Saint Vincent et sept jours après avec privileige et liberté que, durant lesditz huit jours, les marchans a sel tant en vendant que en achetant sont exemps de paier toute gabelle et truaige tant au lieu de Libourne que ailleurs, et peuvent iceulx marchans aller et venir, passer et repasser, durant lesditz huit jours devant ledit lieu de Libourne et autres lieux sans y entrer ne mectre leur sel s’ilz veulent ne luy paier ledit truaige ne autre redevance34. »

12L’absence de réaction des Libournais laisse supposer que telle était bien la pratique, et l’affaire en resta là.

13La portée de ces faits divers, dont nous captons seulement des bribes, va bien au-delà de simples démélés juridico-économiques entre trois communautés d’habitants du Bordelais. Si l’on ne peut exclure que les gens de Soulac et de Bourg aient pris quelques libertés en matière de commerce du sel, l’attitude ombrageuse et procédurière des maire et jurats de Libourne ne saurait être réduite à une défense purement conservatrice d’anciens privilèges. Les faits survenus doivent être interprêtés à la lumière du lent et difficile redémarrage de l’économie d’échange en Bordelais qui s’opère sous le règne de Louis XI. La suppression en 1462 des lourdes taxes imposées par Charles VII a favorisé la reprise du commerce sur la Gironde et la Dordogne, dont celui du sel, un des principaux produits « montants », qui représente de ce fait un marqueur des échanges. Les villes et les bourgs reconstituèrent peu à peu leurs aires d’influence et leurs espaces de relation en partie désorganisés par les crises et la guerre dans les années 1350-1450. Tous ces centres ne bénéficiaient pas des mêmes atouts ni des mêmes dynamismes. Libourne, deuxième ville du diocèse de Bordeaux, apparaît mieux placée que d’autres centres pour capter à son profit le trafic sur la basse vallée de la Dordogne.

  • 35 Guinodie R., Histoire de Libourne et des autres villes et bourgs de son arrondissement, Bordeaux, (...)

14À la confluence de l’Isle et de la Dordogne, son port occupait un point de rupture de charge entre la batellerie fluviale d’amont et la navigation maritime d’aval. Le grenier et l’étape du sel instaurés au milieu du xive siècle confortèrent ce rôle de plaque tournante et de centre de redistribution. Lorsque le commerce donna des signes de renouveau, les Libournais entendirent conserver intact le monopole dont jouissait le grenier à sel entre le Bec d’Ambès et Bergerac. La maîtrise de l’approvisionnement et de la redistribution du sel était aussi garante de la fixation à Libourne d’autres trafics, d’autant que le principe de l’étape concernait aussi les autres marchandises. Les Libournais ont fait de même avec le vin, réagissant dès que les Saint-émilionnais tentèrent de redonner vie au petit port de Pierrefitte. Un accord passé le 7 mars 1275 entre les deux municipalités imposait aux habitants de Saint-Émilion et de sa juridiction de charger leurs vins sur le port de Libourne à partir du 2 février (fête de la Purification de la Vierge)35. Au début des années 1470, les Saint-Émilionnais s’avisèrent de faire remonter les navires jusqu’à Pierrefitte en tous temps. Les Libournais mirent alors des canons en batterie sur la Dordogne afin de les en empêcher. Nous connaissons l’affaire par une mesure conservatoire prise par le sénéchal de Guyenne le 19 juin 1471 qui, tout en permettant aux navires d’accéder au port de Pierrefitte, maintenait l’étape du sel et des marchandises à Libourne :

  • 36 Archives communales de Saint-Émilion, HH 1 (2).

« En attendant que par justice il en soit autrement ordonné, que les marchands et navires tenans le party du duc de Guyenne et ceulx du party contraire qui auront sauf-conduit de mondit seigneur ou son amiral pourront si bon leur semble monter par la rivière de Dordogne jusques au port et lieu de Pierrefitte, au dessus de Libourne, et illec charger vin du creu des bourgeois de Sainct Million, pourveu que si lesdicts navires portent sel ou autres marchandises, iceulx navires et marchands seront tenus arriver au port de Libourne et descharger dedans les murs d’icelle ville leurdict sel et marchandises pour illec les vendre a pris raisonnable si faire se peut, et si non lesdicts marchands pourront leurdict sel et marchandises remettre en leur navire et les emmener sans aucune contradiction en payant les droits et devoirs de mondit seigneur36. »

Figure 2 : La zone d’influence de Libourne au début du xvie siècle

Figure 2 : La zone d’influence de Libourne au début du xvie siècle
  • 37 Bochaca M., « Le commerce du vin à Libourne au début du xvie siècle », Revue historique et archéol (...)
  • 38 ACL, HH 13 (1).

15La volonté des Libournais de fixer dans leur port les principaux trafics de la région s’explique par les caractéristiques du commerce. Les marchands de la ville jouaient un rôle d’intermédiaires entre ceux du Haut-Pays, originaires du Périgord et de l’Agenais en amont de Castillon, et les forains (Saintongeais, Bretons) venus par la Gironde et la Dordogne. Les produits « descendants » (vins, bois, cuirs) y croisaient les produits « montants » (sel, draps)37. L’activité portuaire faisait vivre de nombreuses personnes : portefaix ou sacquiers, organisés en confrérie depuis 141938, arrimeurs, pilotes, charpentiers de navires. En défendant les droits de la ville sur le sel, le maire et les jurats ne visaient pas seulement la conservation de revenus municipaux, certes conséquents, c’était tout un système économique qu’ils entendaient préserver, dont le grenier à sel et le trafic qu’il drainait constituaient la pierre angulaire.

Notes

1 Archives communales de Libourne (ACL), AA 2.

2 Ibidem, AA 2.

3 Ibid., AA 2. Selon le calendrier liturgique de l’époque, la Saint-Vincent était fêtée le 1er septembre : « une foyre qui se tient a Bourg le jour Saint Vincent, premier jour du moys de septembre » (ACL, AA 8 [1], f° 9 v°).

4 L’origine du sel n’est pas évoquée dans ces documents officiels émanant de l’administration anglo-gasconne. On peut penser qu’il provenait des salines de Soulac en Médoc et, pour la plus grande partie, des marais salants de Saintonge. La coutume du sel provenant de Soulac (3 d. par tonneau et 12 d. de quillage par bateau) qui était perçue à Bordeaux rapporta 27 s. 7 d. t. au trésor royal en 1482-1483 (Archives historiques de la Gironde, t. L, I, p. 63).

5 Édouard III concentra ses efforts militaires dans le nord de la France. Il laissa le duché d’Aquitaine faire face aux offensives françaises des années 1340 avec ses seules forces, comptant en particulier sur la résistance des villes pour les faire échouer. Les privilèges concédés visaient à récompenser leur fidelité et à leur donner les moyens de réparer les dégâts subis et de continuer à renforcer leurs défenses.

6 ACL, AA 2.

7 ACL, AA 2.

8 ACL, AA 3.

9 ACL, AA 3.

10 Les villes avaient obtenu des conditions de capitulation très favorables lors la première réduction du duché d’Aquitaine en 1451. À la suite du rappel des Anglais (1452) et de la seconde réduction (1453), Charles VII confisqua les anciens privilèges et instaura des pénalités fiscales en chargeant le commerce de lourdes taxes perçues au profit du trésor royal.

11 ACL, AA 3.

12 ACL, AA 3.

13 ACL, AA 8 (1), pièces préparatoires, et AA 8 (2), dépositions des témoins. Ces documents ont fait l’objet d’un mémoire de maîtrise (inédit) soutenu à l’Université de La Rochelle : Bernard N., Enquête sur les privilèges de Libourne (1486-1487). Édition et présentation historique, La Rochelle, 2003, 156 p.

14 ACL, AA 8 (2), f° 2 v°-3.

15 ACL, AA 8 (2), f° 9 v°.

16 ACL, AA 8 (2), f° 17 v°. Idem, f° 32-32 v°, « ladicte ville s’est peuplee et amandee de plus de la moytié et se repare a present chescun jour » ; f° 39 v°, « vault plus de la moytié que n’estoict ».

17 ACL, AA 8 (2), f° 37 v°-38. Idem, f° 30 v°-31, « la ville despuis ledit rabais vault mieux du quart qu’elle ne faisoit » ; f° 36, « ladicte ville… est bien peuplee de la quarte partye ou environ » et f° 41-41 v°, « c’est augmenté ladicte ville de peuple, richesses et bastimens bien du quart ».

18 Archives historiques de la Gironde, t. L, n° I, p. 51, la recette du grenier à sel de Libourne en 1482-1483 s’élevait à 3038 l. 13 s. 8 d. t. Il y a tout lieu de penser qu’il s’agissait des deux tiers des revenus appartenant au roi. La part de la ville de Libourne s’élevait dans ce cas à 1518 l. 6 s. 12 d.

19 ACL, AA 4 (1).

20 Aux côtés du grenetier, officier royal chargé de veiller au fonctionnement du grenier à sel et de percevoir les droits, un contrôleur, nommé par le maire et les jurats de Libourne, représentait les intérêts de la municipalité.

21 Archives départementales de la Gironde (ADG), 1 B 63, f° 80 vº-81 et ACL, HH 1.

22 ACL, AA 1, f° 139.

23 ACL, AA 1.

24 ACL, AA 1 et AA 4 (1), « au pris de six mines la pipe et dix pipes pour muiys ».

25 ACL, CC 135.

26 ADG, 1 B 64, f° 56.

27 ACL, AA 4 (1).

28 Nous n’avons conservé par ailleurs aucune trace de ce privilège. Le seul indice de son authenticité tient à ce qu’il n’est pas ouvertement contesté par les Libournais dans l’affaire qui nous intéresse.

29 La paroisse de Soulac relevait de la châtellenie de Lesparre.

30 Cette mesure reproduisait très exactement les dispositions de l’arrêt du Parlement du 3 décembre 1484.

31 Le port de Libourne se situait en bordure de l’Isle. Le sel était vraisemblablement déchargé à proximité de la porte Salinière, par laquelle il entrait dans la ville. L’emplacement du grenier à sel n’est pas connu. On peut penser qu’il se situait non loin de ladite porte, peut-être dans la rue des Chais, parallèle au port, où des « salargues » sont attestées dans la deuxième moitié du xvie siècle. Voir Bochaca M., Mouthon F. et Mouthon-Sepeau N., La bastide de Libourne au lendemain de la guerre de cent Ans. L’organisation de l’espace urbain, Bordeaux, 1995.

32 ACL, AA 8 (1), f° 9 vº, art. XVIII.

33 ACL, AA 8 (2), f° 8 vº-9.

34 Archives historiques de la Gironde, t. XXXI, nº XXXIII, p. 280-282.

35 Guinodie R., Histoire de Libourne et des autres villes et bourgs de son arrondissement, Bordeaux, 1845, t. II,. 244-245.

36 Archives communales de Saint-Émilion, HH 1 (2).

37 Bochaca M., « Le commerce du vin à Libourne au début du xvie siècle », Revue historique et archéologique du Libournais, t. LXI, 1993, p. 29-36. Idem, « Libourne au début du xvie siècle : espaces et pouvoirs d’une ville du Bordelais », Annales du midi, t. 106, 1994, p. 333-352.

38 ACL, HH 13 (1).

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Production et commerce du sel à la fin du Moyen Âge en Gironde et dans les vallées de la Dordogne et de la Garonne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7619/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 2 : La zone d’influence de Libourne au début du xvie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7619/img-2.png
Fichier image/png, 75k

Auteur

Université de La Rochelle

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540