Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Troisième partie. Transformations et commercialisations des sels atlantiques

La place du sel dans l’économie rochelaise de la fin du Moyen Âge

Mathias Tranchant

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

  • 1 Drouin A., « Les marais salants d’Aunis et de Saintonge jusqu’en 1789 », Revue de Saintonge et d’A (...)
  • 2 Papy L., « Les marais salants de l’Ouest : étude de géographie humaine », Revue géographique des P (...)

1Depuis les travaux fondateurs d’Alice Drouin1, nombre de chercheurs professionnels et d’érudits locaux se sont penchés sur l’histoire médiévale des salines d’Aunis et de Saintonge. Parmi les plus éminents, citons notamment Louis Papy, Robert Favreau et Michel Mollat2. Nous devons à la somme de leurs efforts, rendus pénibles par une documentation extrêmement lacunaire, des connaissances fondamentales sur la production et le commerce du sel dans ces régions, connaissances que seules quelques nouvelles épaves archivistiques viennent compléter.

  • 3 Favreau R., « Les débuts de l’histoire de l’Aunis », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’O (...)

2Il faut attendre la fin du ixe siècle pour détecter dans les textes les traces d’une activité saunière en Aunis. Toutefois, la mise au jour de nombreux sites à sels protohistoriques le long des anciennes lignes de côte prouve que les habitants du littoral s’étaient très tôt préoccupés de la production salicole dans cette région. Par la suite, le régime fiscal aquitain, qui exemptait de droits quiconque valoriserait les marais du domaine public, les avait probablement encouragés à développer les premières aires saunières. Sur la foi des cartulaires ecclésiastiques du Centre-Ouest, c’est au cours des xe et xie siècles que la saliculture connut son véritable décollage3. La multitude des zones inondables, comblées de bri, offrait à leurs riverains des conditions d’exploitation idéales. Pourtant, dès le début du xiie siècle, les salines disparaissent brutalement des sources, laissant deviner un ralentissement, sinon un arrêt de leur développement.

  • 4 Nous nous appuierons pour cela sur la récente édition de notre thèse : Tranchant M., Le commerce m (...)

3Cet effacement, que le simple hasard archivistique ne saurait expliquer, pose question. De quels facteurs conjoncturels ou structurels découle-t-il ? C’est en quelques mots à cette interrogation que je voudrais tenter ici de répondre en me penchant plus particulièrement sur la situation qui prévalut au cours des xive et xve siècles4.

Permanences des espaces d’exploitation

4En dépit du silence énigmatique des sources à partir du xiie siècle, il semble, selon les quelques bribes d’informations glanées ici et là, que dans l’ensemble, nombre de sites de production demeurèrent en activité jusqu’à la fin du Moyen Âge. Ces sites peuvent être distingués selon cinq ensembles principaux.

  • 5 Archives départementales de Charente-Maritime, 1 J 298, f° 22, 24, 32, 42, 162 v° et 165 v°. Archi (...)

5Au Nord de La Rochelle, les moindres dépressions côtières, cernées de falaises calcaires, étaient encore exploitées par les sauniers. Aux marges du Grand Fief d’Aunis, terres royales où régnait la viticulture, quelques marais salants s’inséraient entre les rangs de vignes. Un censif de 1465 les mentionne dans les confrontations de certaines parcelles. Ainsi, à proximité d’Esnandes, le prieur de la paroisse possédait plusieurs aires. On en relève également dans les marais de Lorpineau et de Lauzières, aux alentours des ports de Queue-de-Vache et du Plomb5. Eu égard à leur configuration géographique, et sur la foi de la cartographie ultérieure, il est probable enfin que les basses terres de Pampin, au sud de l’Houmeau, ainsi que les confins du site de Port-Neuf, faisaient l’objet d’attentions similaires.

  • 6 Archives nationales (AN), P 5522, n° 283. Aveu de Jean Mérichon pour la Petite Baillie de Rochefor (...)
  • 7 Médiathèque de La Rochelle (MLR), ms. 200, f° 23-24, 38, 40.
  • 8 MLR, ms. 497, f° 32.

6Longuement citées dans la documentation antérieure, les salines sises autour de La Rochelle échappent pour leur majorité à notre connaissance. On ne fait que deviner l’existence de celles qui occupaient les abords des ruisseaux de la Moulinette, de Rompsay et de Lafond6, grâce à de brèves indications contenues dans des aveux seigneuriaux. En 1468, plusieurs ventes de salines laïques autour de La Rochelle furent consignées par le notaire Noirault7. Dans les comptes de l’aumônerie Saint-Barthélemy de 1471-1472 figure une rente annuelle de cinq sous, payée par Pierre Lescuier et sa femme pour des maroys… assis a la Rouhe, sur la paroisse de Périgny8.

  • 9 AN, P 5531, n° 329.
  • 10 AN, P 5551, n° 474 bis.
  • 11 AN, X1C 96 A, n° 109.
  • 12 AN, JJ 195, n° 78.

7Plus au sud, un autre ensemble réunissait, de Périgny à Châtelaillon, de vastes zones humides où était alors concentré l’essentiel des marais salants aunisiens. Dans son aveu de 1402 Jean Larchevêque, seigneur de ce secteur, n’en fait pourtant pas état. Seule la perception du droit d’un denier par setier de sel passant par le port d’Angoulins atteste l’activité salicole9. Quelques sauniers, autour de la paroisse d’Aytré, exploitaient les salines de Charu10 et alimentaient un marché salé11. L’un d’eux, Gombault Gaulde, se fait remarquer dans une rémission de mai 146812.

  • 13 AN, P 5522, n° 292 ; P 5543, n° 386, 399 ; P 584, n° 68.

8Du sud de Châtelaillon jusqu’aux abords de l’estuaire de la Charente, lorsque les eaux douces des marais d’amont ne perturbaient pas l’apport d’eau salée, certains sites restaient tout à fait appropriés. On continue ainsi de trouver traces de salines autour des îles d’Yves et de Voutron : Pierre de la Jarrie en 1367, Jehan de Mareuil en 1443, puis Jehan Desnop en 1488, y font allusion dans leurs aveux respectifs13.

  • 14 AN, 1 AP 1999 (1408-1410) ; Tardy P., « Les habitants de l’île de Ré au début du xve siècle », Cah (...)

9Quant à l’île de Ré, il faut – c’est étonnant – attendre le xve siècle pour y recueillir les preuves textuelles d’une exploitation salicole. Les comptes de la seigneurie de Ré des années 1408-1410 mentionnent dans les marais de la Couarde quelques aires et prises nouvellement créées, dont celle des Trois Touppins14. Supposons du même coup, en dépit d’une absence documentaire, qu’une partie des marais voisins d’Ars était exploitée vers la même époque.

  • 15 Drouin A., op. cit., p. 310-313.

10Au total, si les aires saunières n’ont pas disparu du paysage littoral à la fin du Moyen Âge, tout semble indiquer, contrairement à leurs voisines de Bourgneuf et de Guérande, qu’elles végétaient. Pourtant, les qualités du climat aunisien les plaçaient dans une situation favorable. Et, en dépit du probable comblement de certaines anfractuosités littorales dû à de puissants dépôts alluviaux, d’autres espaces de marais, aisément accessibles, restaient inoccupés dans l’archipel rétais ou au sud de Châtelaillon. C’est en définitive, comme le suggérait Alice Drouin, l’arrêt de l’extension des salines, dans des zones qui le permettaient, qui pose question15.

L’impact des crises de la fin du Moyen Âge

11Naturellement, pour expliquer cette léthargie, viennent à l’esprit les multiples crises dont eu à souffrir le Centre-Ouest au cours du xive siècle et de la première moitié du xve siècle.

  • 16 Barbot A., Histoire de La Rochelle, Paris/Saintes, éd. Denys d’Aussy, 1886 et 1889, p. 108-112 (12 (...)
  • 17 Chronique du religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI, de1380 à 1422, éd. L. Bel (...)
  • 18 AN, JJ 163, n° 233.
  • 19 AN, 1 AP 1999, compte du receveur de la seigneurie de Ré de 1408-1410, étudié par Tardy P., « Les (...)

12Il n’est pas question ici de revenir sur la somme des épisodes climatiques, épidémiques et militaires qui plongèrent l’Aunis dans le marasme au cours de la période. Le seul exemple de l’île de Ré permettra de s’en convaincre16. Attaquée une première fois en 1294, puis décimée par la grande Peste de 1348, la population rétaise fut à nouveau rançonnée et pillée en 1388. En 1404, l’île fut même incendiée, et « pluseurs des habitacions d’icelle esté arses, courues, gastees et rançonnees par pluseurs foiz, et telement que les habitans en icelle n’y pevent vivre ne durer17 ». Aussi, le 20 mars 1408, Charles VI se vit dans l’obligation d’octroyer à l’île l’exemption perpétuelle de toutes les aides, tailles et subsides ordonnés pour cause de guerres afin d’éviter qu’elle ne se dépeuplât18. Le compte de la seigneurie de Ré rendu pour les années 1408-1410 traduit fidèlement sur le terrain les plaintes de la population désœuvrée. Cette dernière ne se décourageait pourtant pas et tentait de reconstruire19. Mais les destructions anglaises frappèrent à nouveau en 1457 et 1462. Le spectacle de telles désolations peut être observé dans l’ensemble de l’Aunis.

13Dans le sillage de la guerre, manifestation parmi d’autres des crises de croissance de l’État, les progrès de la fiscalité se firent aussi durement sentir.

  • 20 L’histoire de la fiscalité sur le sel dans le Centre-Ouest est contenue dans : Favreau R., « Le co (...)
  • 21 Lot F., Fawtier R. (dir.), histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. 2, p. 224-225, 26 (...)
  • 22 Les journaux du trésor de Philippe VI de Valois, éd. Jules Viard, Paris, 1940, n° 922. Dominus ful (...)
  • 23 RCF, t. XIII, n° CCCCXII ; cité dans : Sarrazin J.-L., « L’État et la seigneurie… », p. 35.
  • 24 MLR, ms. 50, p. 363.
  • 25 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), E 129, n° 27. Ce document est le seul de notr (...)

14Comme le vin, le sel fit l’objet d’attentions fiscales spécifiques20. La gabelle, imaginée sous Louis X en 1315 pour lutter contre la spéculation, préparée par le droit de rêve de 1324, organisée sous Philippe VI par une série d’ordonnances (1331, 1341 et 1343) et perfectionnée sur instructions du 24 décembre 1360, connut une vive contestation dans le Centre-Ouest21. Deux mentions semblent bien indiquer, au contraire de l’opinion habituelle, que la gabelle fut toutefois un temps instituée en Poitou, Aunis et Saintonge. Le 8 octobre 1348, le capitaine de La Rochelle demanda à Jean Quoyquet, gabellario d’Aytré, de consacrer les recettes de son grenier à sel, à hauteur de 400 livres tournois, aux réparations du château de La Rochelle22. Et sur le territoire de Bellevue en Bas Poitou, un agent royal super facto gabelle y officiait selon une lettre de rémission de janvier 135723. Cependant, après 1360 et le passage de ces régions sous la tutelle anglaise, elles en furent affranchies. Néanmoins, après deux tentatives de rétablissement de la gabelle, l’une en 1375, l’autre en 1378 par Jean de Berry, un régime de taxation particulier et moins lourd leur fut appliqué24. Par ordonnance du 1er décembre 1383, Charles VI y promulgua la levée d’une nouvelle aide. Des trois articles initiaux de ce décret, seul le dernier subsista aux vives réactions des sauniers poitevins. Il fixait le traitement du quatriesme denier sur tout le sel vendu, revendu ou eschangé esdits pays et transporté hors d’iceulx, qu’une ordonnance de Charles VIII du 12 avril 1492 affina encore25.

  • 26 Touchard H., « Les exportations françaises vers 1330 : l’exemple de La Rochelle », Revue du Bas-Po (...)
  • 27 Touchard H., Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967, p. 8.

15L’impact de ces mesures fiscales fut parfois catastrophique pour les sauniers. Dans son rapport rédigé entre 1328 et 1332, François Jacques, commissaire général pour le droit de rêve, affirmait qu’à La Rochelle ne rent le sel neant. En fait, des problèmes de concordance entre les setiers parisien et aunisien avaient fait monter la taxe jusqu’à 75 % de la valeur du sel échangé, ce qui décourageait les marchands d’alors26. Finalement réduite, la fiscalité sur le sel poitevin et saintongeais demeura toutefois très supérieure à celle pesant sur les productions des marais bretons, ce qui constitua longtemps, à n’en pas douter, un frein au développement de cette activité dans la région. Quand le sel aunisien était taxé à 25 % par le Quart du sel, ses concurrents de Guérande et de Bourgneuf supportaient un droit compris entre 5 et 10 %27.

  • 28 Favreau R., « Le commerce du sel… », p. 203.
  • 29 Ibidem, p. 661, 684. Barbot A., op. cit., p. 225-226, 410-411. Toutefois, les Rochelais et habitan (...)

16Prenons le soin toutefois de relativiser ce constat. En effet, la royauté, suite aux requêtes répétées de l’échevinage, finissait par se laisser convaincre du bien-fondé des exemptions. Ainsi, en mars 1459, Charles VII accorda une franchise sur le quart du sel, pour les muids exportés par mer vers l’étranger28. Puis le 12 juin 1472 et 2 juin 1478, afin de clore un procès engagé par ses officiers à l’encontre des Rochelais, Louis XI renouvela encore au corps de ville cette concession qui dispensait les bourgeois de tout devoir sur le sel faict en leurs marois assis au païs d’Aulnis ou d’ailleurs, ainsi que de l’imposition du quart et de toutes gabelles sur yceluy29. Et il ne s’agit là que de dispenses générales. D’autres, suite à des accords internationaux ponctuels d’état à état, avaient également été promulguées durant les xive et xve siècles.

Revenus du quart du sel de Poitou, Saintonge, ville et gouvernement de La Rochelle

Revenus du quart du sel de Poitou, Saintonge, ville et gouvernement de La Rochelle

Investissements rochelais dans les salines aunisiennes et saintongeaises

17Aussi déterminantes soient-elles, crises et fiscalité ne suffisent pas à expliquer totalement la médiocrité des salines aunisiennes à la fin du Moyen Âge. Soumise à des pressions comparables, la viticulture ne semble en effet jamais avoir souffert du même repli. Il semble aussi que la vitalité des salines de la Baie ou de Brouage, perceptible dès que sonna l’heure de la reconstruction, dépassa de beaucoup celle que laisse entrevoir la documentation à propos de l’Aunis. C’est donc que des facteurs économiques plus structurels empêchèrent une mise en valeur plus complète de ses estrans.

18Ainsi, il conviendrait de rapprocher l’effacement des aires saunières des cartulaires ecclésiastiques au début du xiie siècle de la naissance, quelques décennies plus tard, de La Rochelle. Cette ville-port, édifiée en lieu et place d’un petit village de saunier, connut une ascension fulgurante au cours des xiie et xiiie siècle, pour devenir la capitale économique du secteur côtier compris entre la Loire et la Gironde et une place majeure du commerce maritime international. Les raisons de cette réussite tiennent en grande partie dans une politique économique offensive, mise en œuvre par l’échevinage lui-même, dont l’objet fut d’assurer aux Rochelais le dynamisme et le monopole de la filière du vin. Selon cette stratégie, au fil des décennies, pas moins de 90 % des terres de leur vaste banlieue furent affectées à la culture de la vigne et, dans le même temps, les populations rurales et les propriétaires des seigneuries avoisinantes, entrèrent, dans une certaine mesure, sous leur dépendance. Absorbant l’essentiel de la main-d’œuvre et des investissements financiers, la viticulture réduisait considérablement les moyens nécessaires à l’éventuel développement d’autres activités. Cela s’observe pour la céréaliculture, l’élevage ou l’artisanat. Les mêmes effets ont nécessairement grevé les aires saunières, dont l’exploitation et l’entretien réclamaient quantité d’hommes et d’apports financiers. Sur le marché de La Rochelle, entre le vin et le sel, il n’y avait de place que pour un seul produit phare, le second n’étant qu’un complément commercial du premier.

  • 30 Favier L., « La fortune d’un Rochelais du xve siècle : Pierre Doriole », Revue de la Saintonge et (...)
  • 31 MLR, ms. 291, f° 28.
  • 32 Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates de la Baltique à Bourgneuf », L’Europe et l’océan a (...)
  • 33 AN, X1C 220B, n° 109.
  • 34 MLR, ms. 200, f° 75 v°, 84, 149 v°.

19Toutefois, cela ne veut pas dire que les Rochelais tournaient le dos aux potentialités commerciales du sel. Pour preuve, les productions de Brouage, Marennes et Oléron trouvaient régulièrement preneur par l’intermédiaire de ces bourgeois, d’autant que certains d’entre eux, comme Pierre Doriole, possédaient leurs propres salines en Saintonge30. Ainsi, le 20 janvier 1490, Benedic Hosanlcr et Albert Fedrou, marchands de Danzig, reconnaissaient devoir certaines sommes à Gervays et Bertrand Jonhemiraux, bourgeois de La Rochelle, pour leur avoir acheté respectivement deux cents et un cent et demi de sel, à la mesure de Brouage31. Déchargée en Prusse, une partie de ce sel devait ensuite repartir pour les pays de la Baltique32. Par ailleurs, plusieurs actes notariés de la seconde moitié du xve siècle mentionnent des achats rochelais auprès de sauniers saintongeais. En 1462 et 1469, Yvon et Christophe Guny acquirent 24 cents de sel d’un habitant d’Hiers33. Et en 1468 et 1469, Micheau Moine passa trois transactions avec des sauniers de Moëze, Bourcefranc et Marennes34. Les habitudes contractuelles qui se dégagent de ces actes font état de la pression qu’exerçaient les marchands rochelais sur les producteurs. Les sauniers s’engageaient ainsi à conserver à leurs propres périls, près de leurs aires ou a bord de nef, durant un laps de temps prévu par le contrat, le sel qu’ils avaient vendu, jusqu’à ce que l’acheteur leur ait précisé les modalités de livraison. Par ce moyen, sans assumer les coûts et les risques inhérents à la production, au transport et au stockage du sel, les négociants rochelais se constituaient des sortes de « greniers virtuels », et revendaient leurs cargaisons en attente au cours de la période déterminée dans le contrat. Il s’agissait peut-être aussi d’un moyen habile pour contourner la législation sur le sel qui n’autorisait le stockage qu’en des greniers accrédités.

  • 35 BNF, ms. fr. 23915, f° 201-205.

20L’immixtion de la fiscalité rochelaise dans les activités économiques d’entre Sèvre et Gironde traduit aussi, à sa manière, cette reconnaissance du poids du sel dans le commerce des Pertuis. Ainsi, selon le compte rendu d’une enquête d’un procureur du roi daté de 1499, la commune de La Rochelle percevait sur tous les havres de son gouvernement, au titre de la contribution à ses efforts de défense, quarante sous par cent de sel chargé ou déchargé35.

La place du sel dans le commerce rochelais

  • 36 Favreau R., La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge : une capitale régionale, Poitiers, 1978, p (...)

21Le sel aunisien ne semble avoir été, pour l’essentiel, qu’une denrée destinée aux marchés locaux et régionaux. En premier lieu, il circulait à La Rochelle, pour la consommation de ses nombreux habitants et les besoins, toujours importants dans une ville portuaire qui doit disposer de ravitaillement suffisant, de la salaison du poisson et de la viande. En dehors de cette consommation locale, le sel empruntait les fleuves et les chemins pour palier la demande de l’arrière-pays. Un plaidoyer présenté par la commune de Poitiers à Charles VII, dont le but était de le dissuader d’établir la gabelle en Poitou, fournit une synthèse de la vie économique de la région au milieu du xve siècle. En échange de sel, les pays d’amont procuraient aux habitants des côtes du blé, du bois et de la viande, ce dont manquaient les habitants de la banlieue rochelaise, astreints à la monoculture viticole36. Ce sel, on le retrouve en particulier cheminant par la chaussée de Sérigny pour gagner Marans, puis les villes d’amont.

22En dehors de ces approvisionnements, lorsque les disponibilités l’autorisaient, le sel aunisien venait compléter, comme d’autres marchandises secondaires, les cargaisons de vin. Ce type d’affrètement mixte apparaît régulièrement dans la documentation et concerne tous les acteurs du commerce international : Castillans, Normands, Anglais, Italiens, Flamands et même Bretons, optimisaient ainsi la rentabilité de leurs voyages. En revanche, les cargaisons exclusivement saunières sont exception.

  • 37 Mollat M., Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952, p. 200-205.

23Ainsi, les Bretons agrémentaient leurs acquisitions de vin par d’autres produits locaux. Il pouvait s’agir de sel, comme pour ces deux marchands d’Audierne qui le 9 avril 1468 en achetèrent un cent et 19 milliers pour 11 écus d’or. Selon les comptes des redevances dues à l’église Saint-Vincent de Rouen, entre 1458 et 1515, les entrepreneurs bretons y importaient régulièrement du sel saintongeais37.

  • 38 Barbot A., op. cit., p. 351. MLR, ms. 78 ; ms. 50, p. 606.
  • 39 Registre de la Jurade. délibérations de 1414 à 1422, éd. H. Barckhausen, Bordeaux, 1883, t. 2, p. (...)
  • 40 Ruiz de la Peña Solar J.-I., « Presencia de los puertos cantabricos en las lineas del comercio atl (...)
  • 41 Benito Ruano E., « El desarrollo urbano de Asturias en la Edad Media. Ciudades y “polas” », Boletí (...)
  • 42 Uría Ríu J., « Oviedo y Avilés en el comercio atlántico de la Edad Media (siglos XIII-XV) », Bolet (...)
  • 43 González García I. et Ruiz de la Peña Solar J.-I., « La economía salinera en la Asturias medieval  (...)
  • 44 « El “novilísimo gremio” de mareantes de Luarca », éd. Jesús Suárez Alvarez, Asturiensia Medievali (...)
  • 45 Ibid., p. 48-51.
  • 46 Ruiz de la Peña Solar J.-I., « Presencia de los puertos… », p. 390.

24Les Castillans n’étaient pas en reste. Le 31 octobre 1463, Louis XI abolit à leur profit la taxe de deux sous par livre pesant sur toutes les marchandises, et notamment sur le sel de Poitou et de Saintonge exporté vers le royaume de Castille, ainsi que sur les marchandises castillanes importées en France38. En 1415, du sel et des draps, parmi un chargement d’une valeur de 1 700 écus d’or appartenant à Domingo de Baires, partaient de La Rochelle vers la Bretagne sur sa barge de Saint-Sébastien quand ils furent interceptés par deux baleiniers de Bordeaux39. Les quelques renseignements glanés sur les échanges asturiens semblent indiquer qu’à partir du début du xive siècle les importations rochelaises dans cette région connurent un certain essor. Le vin, mais également les céréales et les viandes du Poitou, partaient concurrencer les productions espagnoles qui n’accédaient que difficilement par les routes des montagnes cantabriques40. Avilés, interface d’échange des Asturies, concentrait dans son havre les arrivages étrangers41. Depuis l’ordonnance du 28 avril 1338 sur la réglementation du commerce intérieur et extérieur du sel, il était devenu un des principaux ports sauniers de la région42. Afin d’alimenter l’arrière-pays et de garantir à l’industrie de la pêche des disponibilités suffisantes en conservateur, les sels du golfe de Gascogne étaient le bienvenu, en complément des modestes productions locales43. Si bien que ce trafic semble avoir dominé jusqu’à la fin du xve siècle les relations asturo-rochelaises. Les statuts de la nouvelle corporation des marins de Luarca, établis en 1468, exigeaient de ses marchands qu’ils requièrent une licence avant de se rendre à Layron (île d’Oléron)44. Deux décisions communales, prises à Oviedo et Avilés en 1476 et 1487, facilitèrent la venue de sel français. Sur ce marché, les négociants aunisiens disputaient aux Bretons la meilleure place45. En retour, ils achetaient du fer, ouvré ou en barres, ainsi que du bois issu des nombreuses forêts environnantes46.

  • 47 Bridbury A.-R., England and the salt trade in the later Middle Ages, Oxford, 1955, p. 116.
  • 48 Ibid., p. 173, appendice G.
  • 49 MLR, ms. 200, f° 51 v°.
  • 50 Leroux A., « Relations commerciales de La Rochelle avec la Hanse teutonique, xiiie-xve siècles », (...)

25Après le vin, les sels aunisien et saintongeais intéressaient également les Britanniques. Cependant, leurs fournisseurs bretons et portugais ne laissaient guère de place à la concurrence. Le sel des pertuis est totalement absent de la documentation jusqu’à la seconde moitié du xve siècle. Dès lors, avec ceux de la Baie et d’Espagne, il est régulièrement importé à Southampton47. À Londres, le sel rochelais n’arrivait que péniblement. Seul Bristol semble avoir montré plus d’intérêt à son égard. Vers 1460, en 1479-1480 et en 1492-1493, on y recensa 230, 260 et 360 quartiers. Ces quantités, qui représentaient respectivement environ 10, 15 et 30 % des entrées totales, indiquent une prise de position grandissante dans ce port qui, par ailleurs, subissait un certain déclin sur le marché anglais48. Enfin, citons pêle-mêle deux autres signalements. En 1468, Jehan Mymaut, marchand de La Rochelle, expédia pour l’Angleterre ou l’Irlande deux cents de sel d’Oléron49. Et en 1491, trois navires anglais quittèrent la capitale aunisienne pour le port de Hull, avec du sel, du vin, des draps et diverses marchandises50.

  • 51 « Le procès des frères Plusqualec (1442) », éd. M. Delayant, Archives historiques du Poitou, t. II (...)
  • 52 Cartulaire de l’Ancienne Estaple de Bruges, Première partie : de 1280 à 1550, Bruges, éd. L. Gilli (...)
  • 53 Registre des Grands Jours de Bordeaux, de 1456 et de 1459, éd. H. Barckhausen, Bordeaux, 1867, p. (...)

26La flotte flamande, souvent augmentée de navires hanséatiques, s’empressait de gagner La Rochelle pour embarquer de précieuses cargaisons de vin. Mais, à l’occasion, d’autres marchandises venaient agrémenter les cales des navires. En premier lieu, le sel aunisien et saintongeais, utilisé pour la conservation du poisson, trouvait facilement preneur. Vers 1430, un Flamand nommé Dirquelin tomba sous l’assaut d’un homme de main des Plusqualec alors qu’il était venu chercher du sel à Brouage51. Peu avant 1451, une flotte flamande venans de La Rochelle, et dillec en cours, chargeez de seel, de vin et d’autres denrees et marchandises avait également succombé à l’attaque du seigneur de Bonneville52 ; comme le Saint-Eustache de La Rochelle, empli de sel à destination de la Flandre, qui finit entre les mains d’un écumeur bayonnais53.

  • 54 Mollat M., « Les marais salants charentais… », p. 121.
  • 55 Ibidem, p. 124-128.
  • 56 Ordonnances des rois de France de la troisième race, Paris, t. I, 1823, p. 351 et 352.
  • 57 Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates… », p. 133.
  • 58 Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l’histoire de la Belgique, éd. J.- (...)
  • 59 Dollinger P., La hanse (xiie-xviie siècles), Paris, 1964, p. 95.
  • 60 AN, JJ 147, n° 171.

27Mais les meilleurs clients du sel des Pertuis restaient les Hanséates. Les sels gris-blancs de l’Aunis et de la Saintonge54, préférés en théorie par les Suédois et les Danois, ne connurent pourtant pas immédiatement l’engouement caractéristique des sels gris de la Baie. Il faut, semble-t-il, attendre la seconde moitié du xve siècle pour observer un véritable décollage55. Les autorités politiques furent tout de même très tôt attentives à favoriser spécifiquement ce commerce. En 1304, Philippe le Bel, en lutte contre la Flandre, interdit toute exportation vers cette région à l’exception du sel56. Tandis qu’en 1389, la même exemption fut appliquée par les Hanséates à l’égard des marchandises achetées à l’ouest de la Meuse57. Quels en furent les résultats ? Une affaire, jugée le 2 juin 1350, opposa Symon Berre, Walrant Lichtvoet et Herman de la Boughe, armateurs allemands d’une part, Jean Bigoot et Jena Bleinville, d’autre part, à propos d’un contrat de transport d’une cargaison de sel conclu à La Rochelle58. C’est, dans notre province et au cours de ce siècle, la seule mention d’échange de sel avérée avec des négociants hanséatiques. On peut cependant estimer que la paix de Stralsund, conclue avec le Danemark en 1370, qui assurait aux Hanséates le passage en sécurité des détroits, fut en même temps qu’à la Baie bénéfique à La Rochelle59. En 1395, Anthoine Chastellain, bourgeois rochelais, qui assista à une dispute sur les quais entre des marins allemands et espagnols, avait peut-être eu aussi affaire à des Ostrelins venus faire cargaison du précieux conservateur60.

  • 61 ADLA, non côté/invent., liasse n° 1, n° 12.
  • 62 MLR, ms. 199, f° 69 v°.
  • 63 Abraham-Thisse S., « Les relations hispano-hanséates au Bas Moyen Âge », En la España medieval, n° (...)

28La première moitié de la période suivante offre quelques connaissances supplémentaires, et ce en dépit des difficultés que connurent les Ostrelins après 1419. En 1411 et 1422, du sel de Brouage apparaît en Livonie. Le 21 janvier 1412, Thomas Huguelleur, maître de la hulque nommée la Saincte Katerine de Lübeck, accompagné d’un marchand, Brice Lebons, se munit de ses brefs avant d’entamer le voyage de retour61. En 1419, la flotte de la Baie avait fait le voyage de La Rochelle avant d’y être retenue par les Espagnols. Ceci n’empêcha pas Gérard van Beden, marchand allemand, d’emprunter sur la place rochelaise, par maniere de change, 120 écus d’or à un changeur de Burgos, le 21 mars 1424. On peut penser que cet argent était en partie destiné à l’achat de sel62. L’Ordre Teutonique, partie prenante des activités de la Hanse, armait et affrétait ses propres navires. Il investit le huitième d’un bâtiment parti pour La Rochelle en 1426. On peut suivre aussi le destin malheureux d’une flotte prussienne qui en décembre 1438 se déplaça à Nantes et à Brouage. Dix-huit d’entre ses navires furent interceptés par des Espagnols et des Bretons63.

  • 64 Mollat M., « Les marais salants charentais… », p. 127.
  • 65 Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates… », p. 141, 153, 154, 159.

29Après l’accord de 1443 et le retour à une certaine stabilité, on est en droit de s’attendre à un renouveau de la présence hanséatique à La Rochelle. Même contraints à employer des navires ibériques, ils conservaient de bonnes raisons de poursuivre leur voyage après la Baie. En 1448, le Prussien Cleys Molner est signalé avec son navire à l’entrée du golfe santon. L’année suivante, son compatriote Christophe Blomenow vendit du sel saintongeais en Angleterre. Et sur les huit cents bâtiments qui composaient soi-disant la flotte de la Baienfahrt en 9, convoi qui fut arrêté par des pirates anglais, combien avaient sur leur itinéraire le havre rochelais64 ? Déchargées dans les ports de Prusse, les cargaisons étaient ensuite redistribuées pour une part dans le reste de la Baltique. C’est ainsi qu’en 1450, Johann Pisz trafiquait au-delà de Danzig plusieurs sels dont certains venaient de Brouage65.

  • 66 AN, JJ 182, n° 2.
  • 67 Mollat M., « Les marais salants charentais… », p. 127.
  • 68 Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates… », p. 151-154.
  • 69 AN, JJ 225, n° 474. Hiers, près de Brouage.
  • 70 Vincent J.-B., « Un grand port français oublié ; Brouage, la ville morte racontée par des document (...)
  • 71 Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates… », p. 151, 153.
  • 72 Jeannin P., « Le marché du sel marin dans l’Europe du Nord du xive au xviiie siècle », Le rôle du (...)

30Le comblement progressif du port de Collet comme l’extension des marchés lithuaniens et russes constituèrent des données nouvelles pour le commerce du sel dans la seconde moitié du xve siècle. Désormais, les Hanséates poursuivaient plus systématiquement vers le sud, et notamment vers La Rochelle et Brouage. En juin 1453, Henry Gillesonne, originaire des bords de la Trave, aux environs de Lübeck, se rendit à Brouage pour marchandise dans une nef hanséatique et logea dans un hôtel de Marennes66. À Danzig, en 1468, 1469 et 1472, atterrirent quelques charges de Brouage67. En 1474, 1475 et 1476, y entrèrent 22, 111 et 20 cents de sel saintongeais, des chiffres encore inférieurs aux importations en provenance de la Baie, mais qui indiquent des voyages désormais réguliers vers notre région68. En novembre 1488, on signale la présence de huit à douze Allemands au bourg d’Hiers69. Rappelons à cette occasion la fameuse phrase de Louis de La Trémoïlle qui, s’adressant à Charles VIII, disait au roi qu’en 1488, quatre-vingt ou cent navires s’apparurent aux Sables d’Olonne et que ce n’était que hourques qui venaient charger des sels en Brouage, isles de Ré et Noirmoutiers70. En 1491, six des huit navires hanséatiques partis pour Brouage furent pillés ; et en 1495, des bâtiments de Danzig y avaient jeté l’ancre71. Il reste malaisé de rendre claire l’importance respective des aires salicoles saintongeaises et bretonnes dans les destinations hanséatiques. Les auteurs semblent toutefois s’accorder pour remarquer un glissement de la place de leader en faveur de notre région, surtout après 147472.

Conclusion

31L’exemple rochelais tendrait donc à montrer que le sel et le vin ne purent être, jusqu’au milieu de xve siècle, produits à grande échelle dans un même secteur. Leurs besoins communs en capitaux et en main-d’œuvre obligeaient les acteurs économiques locaux à privilégier l’un par rapport à l’autre. La naissance de La Rochelle, fondée notamment sur le commerce européen du vin, aurait ainsi, durant le xiie siècle, vidé le secteur salicole aunisien d’une partie de ses ressources humaines et financières. Seules les aires saunières saintongeaises, hors de portée de la pression viticole rochelaise, continuèrent de répondre à la demande internationale. Les bourgeois, soucieux par ailleurs d’être au plus près des besoins de leur clientèle, utilisaient ces sels voisins pour compléter leur offre commerciale.

  • 73 AN, JJ 188, n° 194.
  • 74 BNF, ms. fr. 20499, f° 20-24 (1479).
  • 75 Vincent J.-B., op. cit., p. 6.

32Notons enfin que, là où la vigne eu plus qu’ailleurs à souffrir des destructions de la guerre, le sel pu trouver davantage sa place au moment de la reconstruction. C’est ainsi que l’archipel rétais semble avoir connu un certain essor à la fin du Moyen Âge. Le succès se faisant, à partir de la seconde moitié du xve siècle, l’activité saunière croît à un rythme soutenu et le sel occupe dès lors une place importante dans l’économie des îles. Pillés et rançonnés par les Anglais en 1457, c’est en sel et en vin que les Rétais furent contraints de payer la libération de plusieurs de leurs concitoyens73. Même si on ne peut suivre précisément l’extension des aires salicoles de la Couarde, leur progrès est attesté en 1479 par la présence d’un nouveau port nommé la Saline (aux environs de la Moulinatte), chargé vraisemblablement d’assurer l’écoulement de leurs productions croissantes. Le trafic qu’il générait procurait au seigneur de l’île d’appréciables revenus portuaires74. Enfin, dans une lettre adressée à Charles VIII en 1488, Louis de La Trémoïlle signalait que des hourques venaient charger du sel en l’isle de Ré75.

Anmerkungen

1 Drouin A., « Les marais salants d’Aunis et de Saintonge jusqu’en 1789 », Revue de Saintonge et d’Aunis, bulletin de la Société des Archives historiques, t. 45, 1933-1936, p. 293-313 ; t. 46, 1936-1939, p. 17-33, 102-114, 148-156, 224-234, 282-290, 326-333, 353-360 ; t. 47, p. 38-49. Inachevé.

2 Papy L., « Les marais salants de l’Ouest : étude de géographie humaine », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. V, 1931 ; La côte atlantique de la Loire à la Gironde, Bordeaux, 1941, 2 vol. Mollat M., « Les marais salants charentais, carrefour du commerce international (xve-xvie siècles) », Annales de l’Université francophone d’Eté, Saintonge-Québec, 1979, p. 120-128. Favreau R., « Le commerce du sel en Poitou à la fin du Moyen Âge », Bulletin philologique et historique, 1966, p. 185-223 ; « Le port saunier de Cognac au Moyen Âge », Comptes rendus du 99e Congrès National des Sociétés Savantes, Paris, 1976, p. 69-81.

3 Favreau R., « Les débuts de l’histoire de l’Aunis », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 5e série, t. III, 1990, p. 13-17.

4 Nous nous appuierons pour cela sur la récente édition de notre thèse : Tranchant M., Le commerce maritime de La Rochelle à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2003, 422 p.

5 Archives départementales de Charente-Maritime, 1 J 298, f° 22, 24, 32, 42, 162 v° et 165 v°. Archives Municipales de La Rochelle (AMLR), H 41, n° 92. MLR, ms. 497, f° 23 v°.

6 Archives nationales (AN), P 5522, n° 283. Aveu de Jean Mérichon pour la Petite Baillie de Rochefort. MLR, ms. 50, p. 741. En 1499, l’échevinage fit restaurer le pavé du « pont des Salines ». BNF, ms. fr. 20906, f° 9. 1435 : déclaration d’une maison sise « aux Salines » de l’église Saint-Jean hors les murs.

7 Médiathèque de La Rochelle (MLR), ms. 200, f° 23-24, 38, 40.

8 MLR, ms. 497, f° 32.

9 AN, P 5531, n° 329.

10 AN, P 5551, n° 474 bis.

11 AN, X1C 96 A, n° 109.

12 AN, JJ 195, n° 78.

13 AN, P 5522, n° 292 ; P 5543, n° 386, 399 ; P 584, n° 68.

14 AN, 1 AP 1999 (1408-1410) ; Tardy P., « Les habitants de l’île de Ré au début du xve siècle », Cahiers de la Mémoire, n° 21, 1985, p. 17 ; « L’île de Ré Féodale. Le xve siècle des Amboise à Louis XI, 1399-1483 », Cahiers de la Mémoire, n° 74, 1999, p. 7 et 9.

15 Drouin A., op. cit., p. 310-313.

16 Barbot A., Histoire de La Rochelle, Paris/Saintes, éd. Denys d’Aussy, 1886 et 1889, p. 108-112 (1294), 241-243 (1388), 333-334 (1457), 346 (1462) 308. Louis XI et l’Angleterre (1461-1483), éd. J. Calmette et G. Perinelle, Paris, 1930, p. 28 (1462). AN, JJ 188, n° 194 (1457).

17 Chronique du religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI, de1380 à 1422, éd. L. Bellaguet, Paris, 1839-1852, livre XXV, chap. XIII.

18 AN, JJ 163, n° 233.

19 AN, 1 AP 1999, compte du receveur de la seigneurie de Ré de 1408-1410, étudié par Tardy P., « Les habitants de l’île de Ré… », p. 8-9.

20 L’histoire de la fiscalité sur le sel dans le Centre-Ouest est contenue dans : Favreau R., « Le commerce du sel… », p. 185-223 ; Sarrazin J.-L., « L’État et la seigneurie : le contrôle du littoral poitevin à la fin du Moyen Âge », Pouvoirs et littoraux du xve au xxe siècle, Actes du Colloque international de Lorient (24, 25, 26 septembre 1998), Rennes, PUR, 2000, p. 35-37.

21 Lot F., Fawtier R. (dir.), histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. 2, p. 224-225, 260. MLR, ms. 50, p. 283, 290.

22 Les journaux du trésor de Philippe VI de Valois, éd. Jules Viard, Paris, 1940, n° 922. Dominus fulco de Mattas miles, capitaneus in villa dicte Ruppelle a Johanne Quoyquet gabellario de Nettré, de denariis granerii salis dicti loci, convertendis in reparationes castri dici loci, per litteram recognitoriam dicti militis datam VIIIa Octobris CCCXLVI°, 400 l. t. valent 320 l. p. Les greniers à sel avaient été institués dès les ordonnances de Philippe VI.

23 RCF, t. XIII, n° CCCCXII ; cité dans : Sarrazin J.-L., « L’État et la seigneurie… », p. 35.

24 MLR, ms. 50, p. 363.

25 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), E 129, n° 27. Ce document est le seul de notre documentation susceptible de compléter les irremplaçables études de Robert Favreau (« Le commerce du sel… », p. 185-223) et de Jean-Luc Sarrazin (« L’État et la seigneurie… », p. 35-38).

26 Touchard H., « Les exportations françaises vers 1330 : l’exemple de La Rochelle », Revue du Bas-Poitou et des provinces de l’Ouest, 76e année, 1965, p. 122. Moranville H., « Notes de statistique douanière sous Philippe VI de Valois », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, tome LXIV, 1903, p. 574-576.

27 Touchard H., Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967, p. 8.

28 Favreau R., « Le commerce du sel… », p. 203.

29 Ibidem, p. 661, 684. Barbot A., op. cit., p. 225-226, 410-411. Toutefois, les Rochelais et habitants de la banlieue restaient théoriquement redevables auprès de l’Eglise de la dîme sur le sel, ce qui fut durant tout le xive siècle un sujet d’opposition entre l’évêque de Saintes et les paroisses de la banlieue rochelaise.

30 Favier L., « La fortune d’un Rochelais du xve siècle : Pierre Doriole », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, t. III, 1977, p. 54.

31 MLR, ms. 291, f° 28.

32 Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates de la Baltique à Bourgneuf », L’Europe et l’océan au Moyen Âge, Paris, 1988, p. 155. D’après les registres du Pfahlgeld, en 1491, 7 lasts de Brouage quittèrent ainsi Danzig.

33 AN, X1C 220B, n° 109.

34 MLR, ms. 200, f° 75 v°, 84, 149 v°.

35 BNF, ms. fr. 23915, f° 201-205.

36 Favreau R., La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge : une capitale régionale, Poitiers, 1978, p. 439. Barbot A., op. cit., p. 241-243.

37 Mollat M., Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952, p. 200-205.

38 Barbot A., op. cit., p. 351. MLR, ms. 78 ; ms. 50, p. 606.

39 Registre de la Jurade. délibérations de 1414 à 1422, éd. H. Barckhausen, Bordeaux, 1883, t. 2, p. 242-245.

40 Ruiz de la Peña Solar J.-I., « Presencia de los puertos cantabricos en las lineas del comercio atlantico bajome dieval : las relaciones entre Asturias y La Rochelle », Boletin del real instituto de estudios asturianos, Oviedo, 1993, n° 141, p. 382.

41 Benito Ruano E., « El desarrollo urbano de Asturias en la Edad Media. Ciudades y “polas” », Boletín del instituto de estudios asturianos, año XXIV, n° 69, 1970, p. 175. Ruiz de la Peña Solar J.-I., « Notas sobre la actividad comercial en las poblaciones de la costa asturiana (siglos XIII y XIV) », Boletin del instituto de estudios asturianos, n° 60, año XXI, 1967, p. 105-106.

42 Uría Ríu J., « Oviedo y Avilés en el comercio atlántico de la Edad Media (siglos XIII-XV) », Boletín del instituto de estudios asturianos, n° 62, año XXI, 1967, p. 217, 219. Ruiz de la Peña Solar J.-I., « Presencia de los puertos… », p. 384-389. Initialement, les ports désignés au commerce du sel étaient Llanes, Maliayo (Villaviciosa), Avilés et Luarca. En 1341, le port de Ribadesella fut ajouté à cette liste, puis ceux de Navía, Pravia, Gijón et Castropol en 1386.

43 González García I. et Ruiz de la Peña Solar J.-I., « La economía salinera en la Asturias medieval », Asturiensia medievalia, t. I, 1973, p. 21-29.

44 « El “novilísimo gremio” de mareantes de Luarca », éd. Jesús Suárez Alvarez, Asturiensia Medievalia, n° 2, Oviedo, 1975, p. 256, art. 39.

45 Ibid., p. 48-51.

46 Ruiz de la Peña Solar J.-I., « Presencia de los puertos… », p. 390.

47 Bridbury A.-R., England and the salt trade in the later Middle Ages, Oxford, 1955, p. 116.

48 Ibid., p. 173, appendice G.

49 MLR, ms. 200, f° 51 v°.

50 Leroux A., « Relations commerciales de La Rochelle avec la Hanse teutonique, xiiie-xve siècles », Bulletin de la Société des Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, t. VIII, 1888, p. 43.

51 « Le procès des frères Plusqualec (1442) », éd. M. Delayant, Archives historiques du Poitou, t. II, 1873, p. 246.

52 Cartulaire de l’Ancienne Estaple de Bruges, Première partie : de 1280 à 1550, Bruges, éd. L. Gilliodts van Severen, 1901, n° 903.

53 Registre des Grands Jours de Bordeaux, de 1456 et de 1459, éd. H. Barckhausen, Bordeaux, 1867, p. 199-200.

54 Mollat M., « Les marais salants charentais… », p. 121.

55 Ibidem, p. 124-128.

56 Ordonnances des rois de France de la troisième race, Paris, t. I, 1823, p. 351 et 352.

57 Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates… », p. 133.

58 Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l’histoire de la Belgique, éd. J.-J. Hoebanx, t. XI, Bruxelles, 1965, p. 288.

59 Dollinger P., La hanse (xiie-xviie siècles), Paris, 1964, p. 95.

60 AN, JJ 147, n° 171.

61 ADLA, non côté/invent., liasse n° 1, n° 12.

62 MLR, ms. 199, f° 69 v°.

63 Abraham-Thisse S., « Les relations hispano-hanséates au Bas Moyen Âge », En la España medieval, n° 15, 1992, p. 272.

64 Mollat M., « Les marais salants charentais… », p. 127.

65 Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates… », p. 141, 153, 154, 159.

66 AN, JJ 182, n° 2.

67 Mollat M., « Les marais salants charentais… », p. 127.

68 Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates… », p. 151-154.

69 AN, JJ 225, n° 474. Hiers, près de Brouage.

70 Vincent J.-B., « Un grand port français oublié ; Brouage, la ville morte racontée par des documents », Revue Maritime, août-octobre 1912, p. 6.

71 Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates… », p. 151, 153.

72 Jeannin P., « Le marché du sel marin dans l’Europe du Nord du xive au xviiie siècle », Le rôle du sel dans l’histoire, Paris, 1968, p. 90. Mollat M., « Les marais salants charentais… », p. 128.

73 AN, JJ 188, n° 194.

74 BNF, ms. fr. 20499, f° 20-24 (1479).

75 Vincent J.-B., op. cit., p. 6.

Abbildungsverzeichnis

Titel Revenus du quart du sel de Poitou, Saintonge, ville et gouvernement de La Rochelle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7618/img-1.png
Datei image/, 10k

Autor

Maître de conférences, Université de La Rochelle, Laboratoire OTELO

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540