Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Troisième partie. Transformations et commercialisations des sels atlantiques

Diffusion du sel de l’Atlantique et circulation monétaire au haut Moyen Âge

Olivier Bruand

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Bruand O., Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens. Les réseaux de communication entre Lo (...)

1Pourquoi utiliser la numismatique comme piste pour retrouver le trafic du sel ? À vrai dire, cette approche a déjà fait l’objet de nombreux travaux antérieurs où l’étude conjointe du sel et de la monnaie ont permis de mettre en évidence une certaine corrélation car tous deux circulent au loin dans un monde qui est d’abord celui de l’économie locale1. Le sel n’est produit qu’en des endroits précis, comme les salines de l’Atlantique qui nous intéressent ici, et pour le distribuer il a fallu mettre en place tout un réseau qui le transporte vers l’intérieur des terres comme le long des côtes et même vers l’Angleterre. La monnaie aussi accède partiellement à la circulation lointaine puisqu’on retrouve tout au long du haut Moyen Âge (fin vie-début xe siècle) des pièces qui portent le nom de leur lieu d’introduction fort loin de leur région d’origine. Il apparaît dès lors opportun de vérifier si l’itinéraire suivi par ces monnaies permet de recouper les informations qu’on a sur les routes du sel connues par des témoignages hagiographiques.

  • 2 Ces problèmes de circulation des marchandises ont fait l’objet de nombreux travaux depuis une ving (...)

2L’analyse a déjà été partiellement conduite pour l’époque carolingienne et a mis en évidence plusieurs grandes routes qui animent ce monde, vallées de la Loire, de la Seine et du Rhin, route de cabotage côtier le long des rivages atlantiques, de la Manche et de la mer du Nord, relations avec l’Angleterre, ainsi que deux axes intérieurs de l’Italie vers le nord par le Rhône, la Saône et vers les Flandres ou à travers les Alpes vers la Bavière et le haut Rhin2. La numismatique peut-elle éclairer les principaux itinéraires du sel atlantique, notamment aux temps mérovingiens souvent délaissés ?

Traits caractéristiques des monnaies et des frappes du haut Moyen Âge

  • 3 La connaissance des monnaies passe par les catalogues qui sont de valeur inégale, ou parfois fort (...)
  • 4 Sur la signification de ces petits centres monétaires, cf. Bruand O., « Circulation monétaire et p (...)

3Toute étude de la circulation des pièces mérovingiennes et carolingiennes demeure vouée à l’échec si on omet de rappeler les conditions des frappes monétaires et les principales caractéristiques des monnaies3. Il est impossible de discerner les itinéraires suivis par les pièces avant le milieu du vie siècle, car ce n’est que vers 560 que l’abandon progressif de pseudo sous d’or byzantins, remplacés par des tiers de sous ou tremisses qui portent un nom de lieu et de monétaire, permet de risquer quelques conjectures. Si ce type de monnaies se maintient tout au long du viie siècle, avec de très nombreuses variantes, les pièces elles-mêmes sont régulièrement remplacées par de nouvelles frappes typologiquement proches, mais souvent d’aloi inférieur car une inflation notable accompagne le retour de la croissance économique. Cette baisse rapide du titre permet à la fois de dater assez correctement les divers échantillons, de cerner les périodes d’activité des divers monétaires et de repérer nombre de centres locaux qui reçoivent l’autorisation d’introduire un monnayage secondaire attestant néanmoins de leur rôle modeste de petits pôles économiques et politiques4. Pour la recherche des axes que laisse deviner la circulation monétaire, l’essentiel est ailleurs ; l’existence d’un temps de circulation assez court des divers tiers de sous mérovingiens a probablement limité leur diffusion aux itinéraires les plus courants et les a empêchés de se disperser de façon anarchique.

  • 5 Le catalogue de trésors de J. Duplessy, op. cit., est très révélateur de cette situation, car on y (...)

4Vers 675/680, lors de leur remplacement par les deniers en argent, les conditions de la frappe ne changent pas tout de suite. Certes sur les légendes le nom des monétaires peut être remplacé par celui d’évêques, mais l’indication du lieu d’introduction persiste, même si le monnayage local recule quelque peu au profit de celui des grandes cités. Mais surtout on observe toujours des remaniements réguliers. Les Carolingiens conservent cette habitude et procèdent fréquemment à des changements de types, d’effigies ou de poids jusqu’à la fin du ixe siècle. La présence quasi exclusive dans les trésors comme les trouvailles de pièces qui ont cours légal à la date de l’enfouissement montre un temps de circulation assez bref qui n’excède qu’exceptionnellement la vingtaine d’années. Sauf pour les années 822/840, les indications de lieu d’introduction, systématiquement portées sur les monnaies permettent de se faire une idée de la géographie des flux monétaires. Les routes indiquées par les trésors et les trouvailles, y compris celles du sel, sont donc valides et ne résultent pas d’un brassage des pièces pendant une très longue période qui enlèverait toute pertinence à l’analyse. Par contre, il est difficile de poursuivre cette étude fort avant dans le xe siècle, car l’utilisation de nombreux types immobilisés imitant les monnaies des derniers grands carolingiens, ainsi que la multiplication de frappes d’intérêt strictement local et qui n’ont guère connu de circulation, obligent à attendre le xiie siècle quand on peut à nouveau s’appuyer sur un nombre suffisant de trésors et trouvailles pour restituer une image un peu moins floue de la circulation monétaire régionale5.

  • 6 Pour les monnaies carolingiennes, O. Bruand, Voyageurs et marchandises, cité, le tableau de la dis (...)

5On ne peut étudier cette circulation monétaire sans rappeler que nos connaissances demeurent fort lacunaires en matière de numismatique du haut Moyen Âge. Le nombre de monnaies connues est infime au regard de la quantité réelle de numéraire qui a pu circuler. Celles dont les conditions de découverte sont exploitables sont encore moins nombreuses, en partie à cause des ravages des premiers numismates collectionneurs qui ont beaucoup dispersé sans étude préalable. Enfin de nombreuses frappes locales dans des bourgs modestes rappellent que la vie économique est de la sphère du quotidien, ce qui se vérifie aussi lors de l’étude des trésors : 80 % des monnaies carolingiennes collectées sont retrouvées à moins de 100 kilomètres de leur lieu d’introduction, et la proportion semble du même ordre pour le monnayage mérovingien6. En se servant des monnaies pour retrouver les routes du sel, on raisonne donc sur une part infime de la circulation, mais qui forme pourtant un échantillon acceptable, correspondant à des itinéraires ordinaires de collecte et de redistribution des pièces.

Sel et monnaies : des destins croisés

  • 7 Bruand O., Voyageurs et marchandises…, op. cit., p. 192-197. Pour le navire qui va du Mans à Rezé, (...)
  • 8 Jeanne-Rose O., « Ports, marchands et marchandises… », passim.
  • 9 Ex Ermentarii miraculis S. Filiberti, MGH, SS XV, c. 82, des marchands anglais quittent Noirmoutie (...)
  • 10 Cf. Jeanne-Rose O., op. cit., p. 120, notes 2, 3 et 4, avec les références à la Vita Filiberti, ai (...)
  • 11 Gesta abbatum Fontanellensium, gesta Austrulphi, éd. F. Lohier, J. Laporte, Paris-Rouen, 1936 ; le (...)

6Les routes de distribution du sel depuis les salines atlantiques sont bien attestées par les témoignages hagiographiques, qui mettent en évidence la navigation fluviale sur la Loire et ses affluents comme les traversées maritimes, qu’il s’agisse de caboter le long des côtes bretonnes comme de croiser en haute mer vers l’Angleterre ou l’Irlande. La présence d’un navire de sauniers qui redescend la Sarthe depuis Le Mans pour venir accoster au port de Rezé, une guérison d’un nautonier dont le bras avait été happé par le cordage qui servait au halage à Saint-Florent-le-Vieil, la navigation miraculeuse jusqu’à l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire d’une embarcation chargée de sel malencontreusement retenue à Orléans sont des récits déjà maintes fois relevés et qui sont insérés dans les hauts faits des saints pour leur donner une touche d’authenticité7. Pour le bassin de la Charente, qui est aussi l’arrière pays de l’autre zone de salines atlantiques, la situation est plus floue mais la navigation fluviale y est plus que probable, même si les hagiographes sont peu diserts8. Enfin la fréquentation des côtes par un navire de sel anglais qui aborde à Noirmoutier9, l’apparition devant cette même île d’embarcations irlandaises, bordelaises ou bretonnes, voire sarrasines10, la mention d’un bâtiment qui sombre devant le Cotentin à Portbail, alors qu’il fait route vers la mer du Nord ou le monde insulaire11, tout ceci achève de mettre en évidence une navigation maritime active sur les côtes atlantiques, qui si elle s’intéresse aussi à d’autres trafics, notamment le vin et les céréales, fait néanmoins du sel une des marchandises principales.

  • 12 Bruand O., Voyageurs et marchandises…, op. cit., p. 47-51 ou Stoclet A., Immunes ab omni teloneo. (...)
  • 13 Endemann T., Markturkunde und Markt in Frankreich und Burgund von 9. bis 11. Jahrhundert, Constanc (...)
  • 14 Bruand O., Voyageurs et marchandises, op. cit., p. 194. Jeanne-Rose O., « Ports, marchands et marc (...)
  • 15 Bernard A., Bruel A. (éd.), Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, Paris, 1876-1903.

7Les exemptions de tonlieux qui citent les fleuves et rivières employés par les navires chargés de sel confirment les dires des hagiographes en mettant en lumière toute une circulation fluviale qui remonte la Loire et ses affluents ainsi que la Charente ou la Garonne12. Même si ces navires exempts, loin de se livrer à un grand commerce du sel, circulent surtout pour garantir un approvisionnement domestique limité aux besoins de l’établissement qui jouit du privilège, ils suivent les mêmes itinéraires que ceux qui n’ont aucune exemption et sont contraints de payer les taxes de passage aux divers portus attestés un peu partout le long des fleuves et des rivières13 ; il faut donc vérifier si les vallées suivies par les navires sauniers sont aussi des axes de la circulation monétaire interrégionale. Les efforts de Jumièges ou de Saint-Denis au tournant des époques mérovingienne et carolingienne pour contrôler des marais salants en région nantaise montrent bien que faute d’un approvisionnement privilégié, on doit recourir au marché et acheter son sel sur les côtes atlantiques, ce qui favorise évidemment le drainage de pièces des l’intérieur du pays vers la côte14. Les investissements postérieurs de Cluny dans les salines poitevines au xe siècle, rappellent aussi que la production saunière est une affaire fructueuse, sur laquelle il apparaissait judicieux de toucher une rente15.

  • 16 Völckers H. H., op. cit., p. 182-186. L’essentiel du trésor ayant été jeté dans la bétonnière par (...)

8L’insertion du sel dans les circuits de l’échange rend l’analyse de la circulation monétaire propice à la recherche des routes suivies par la précieuse marchandise, jalonnées par les pièces qui se sont diffusées à partir des salines ou qui ont été collectées dans l’arrière pays avant d’être enfouies auprès des bouches de la Loire ou de la Charente. Pourtant, il ne faut pas commettre de contresens, la monnaie n’est pas une marchandise en soi, mais un instrument d’échange qui accompagne les cargaisons. Le plus bel exemple est fourni par la découverte, et malheureusement la destruction sans étude réelle, de la caisse d’un navire marchand du Rhin qu’on a pu estimer à quatre ou cinq mille deniers. Les rares monnaies que l’on a pu sauver de ce trésor de Wiesbaden-Biebrich ont néanmoins permis d’esquisser les axes de la circulation régionale, montrant l’ouverture de la vallée du Rhin sur Dorestad au nord et sur l’Italie au sud, malgré le très faible échantillon qui subsiste. Les monnaies livrent ici un indicateur assez fiable des axes de circulation dans la région de Wiesbaden16. On peut donc transposer sans trop de risque d’erreurs la méthode dans la zone des salines atlantiques.

  • 17 Völckers H. H., op. cit., a répertorié ces trésors qui mêlent des monnaies arabes, anglaises et ca (...)

9Enfin, une dernière réserve est de mise. Seul les trésors hors de l’espace franc conservent les pièces pour leur valeur intrinsèque en thésaurisant le métal précieux, mais même ces lots de pièces découverts hors du royaume puis de l’empire franc mélangent assez rarement des monnaies d’époque différentes. Il peut arriver qu’on ait ensemble des pièces musulmanes mêlées à des deniers contemporains, mais il n’y a pas de trouvailles qui mêlent allègrement tremisses de la fin du vie ou du début du viie siècle avec des deniers carolingiens tardifs, ce qui montre que ces trésors qu’on retrouve tout au long des côtes de la mer du Nord ou de la Baltique, ainsi qu’en Angleterre, ont aussi été rassemblés en un laps de temps bref17. Il y a donc eu collecte régulière de monnaies exportées hors du monde franc vers les zones septentrionales, ce qui atteste un courant d’échange, où le monnayage des salines a pu avoir sa part.

Les monnayages des zones de salines

  • 18 L’identification des monnaies à la légende PORTO VETERI varie selon les auteurs et les catalogues. (...)
  • 19 Le monnayage d’Aujac porte la légende ALBIACO VICO et est connu par deux pièces (Belfort 75 et 589 (...)
  • 20 Pour les deniers précarolingiens, cf. J. Lafaurie, J. Pilet-Lemière, op. cit., carte 20 : lieux d’ (...)

10Entre le milieu du vie et la fin du ixe siècle l’activité salicole qui s’est développée aux bouches de la Loire a rendu nécessaire l’existence d’un monnayage local qui selon l’usage du temps s’est d’abord dispersé dans de multiples petits centres sous les Mérovingiens avant de redevenir l’apanage des cités sous les Carolingiens. La liste des lieux d’introduction qui ont partie liée à l’activité saunière est assez courte. Pour la période antérieure à 675, on a retrouvé des tremisses qui portent les noms de Campbon, Nantes, Rezé, Portus Vetraria (Sainte-Même-le-Tenu ou Port-Saint-Père) et Saint-Philbert-de-Grandlieu18 ; pour la zone de salines du Poitou la liste est plus incertaine, mais on a des pièces qu’on attribue à Annezay et Aujac19. Les premiers deniers d’argent sont attestés avant les Carolingiens à Rezé et Sainte-Même, tandis qu’avec l’avènement de la nouvelle dynastie et les diverses réformes qui confient le privilège monétaire aux autorités supérieures, seules les légendes de Nantes, d’Angers et de Melle apparaissent encore20.

  • 21 Bruand O., « Circulation monétaire… », op. cit., p. 52-53.
  • 22 Bailly-Maître M.-C., Benoît P., « Les mines d’argent de la France médiévale », dans L’argent au Mo (...)

11S’il n’est pas sûr qu’il faille lier l’existence d’un monnayage à Campbon à la saliculture, le bourg se trouvant sur la rive nord de la Loire, séparé des salines sans doute postérieures de Batz et Guérande par la grande Brière encore en bonne partie occupée par les eaux, la question ne fait pas de doute pour les autres places monétaires des bouches de la Loire. La permanence d’une frappe à Sainte-Même et Rezé au moment de l’introduction du denier, alors que la tendance de l’époque était plutôt au retrait des monnaies locales au profit des autorités régionales comme les évêques, prouve clairement la nécessité de l’instrument monétaire sur les places du commerce du sel21. Rezé est l’embarcadère où s’approvisionnent les navires qui s’apprêtent à remonter la Loire et ses affluents et, à Sainte-Même, se trouvent les entrepôts où sont stockés les cargaisons récoltées dans le fond de la Baie qu’on préfère amener par la route depuis les environs de Paulx (palus), plutôt que de se risquer à contourner la pointe de Saint-Gildas et à affronter les courants et les inversions de marée toujours dangereux pour des embarcations qui n’ont guère de tirant d’eau ; en outre, ce bourg est en communication directe par le Tenu avec Port-Saint-Père, au confluent de cette rivière et de l’Acheneau, émissaire du lac de Grandlieu. Ceci permet de charger le sel sur des barges rudimentaires capables de suivre la modeste rivière jusqu’au port d’aval où la rivière a désormais suffisamment de fond pour être accessible aux navires ligériens de certains établissements religieux qui bénéficient de franchises de tonlieux. Pourtant à l’époque carolingienne, ces places saunières, qui ne reculent pas, ne sont plus des centres monétaires, car les nouveaux souverains privilégient désormais le monnayage des grandes cités comme Nantes et Angers qui dominent le cours inférieur du fleuve, mais qui voient aussi leurs pièces désormais concurrencées par celles de Melle où les mines d’argent ont pris leur plein essor22.

  • 23 Les premières pièces connues de Melle sont des tremisses de la fin du vie siècle (Depeyrot, Le mon (...)
  • 24 Lafaurie J., Pilet-Lemière J., op. cit., carte 20 : lieux d’émission de deniers mérovingiens (675- (...)
  • 25 Depeyrot G., Le numéraire carolingien, op. cit., p. 98 et 225. Le monnayage de Saintes n’est pas a (...)

12Dans les régions atlantiques du Poitou, susceptibles d’accueillir des salines, l’activité monétaire mérovingienne semble avoir été moins intense. À côté de la cité de Saintes, seuls Aujac et Annezay ont laissé des pièces qui ne sont d’ailleurs plus attestées dès l’introduction du denier vers 675. S’agirait-il là d petits bourgs secondaires qui perdent leur prérogative dès la reprise en main par les autorités régionales ? Répondre est une gageure, mais apparemment la géographie locale des émissions de tremisses mérovingiens est nettement moins liée au trafic saunier que sur la Baie et l’estuaire de la Loire, car Aujac à une trentaine de kilomètres au nord-est de Saintes n’est pas du tout tourné vers la côte poitevine, tandis qu’Annezay, est certes plus proche des salines qui peuvent alors se trouver au fond du golfe qui pénètre largement dans l’arrière pays de Rochefort, sans qu’on puisse pour autant y voir un site propice à une place de commerce saunier qu’il serait plus raisonnable de chercher sur les bords de la Boutonne, vers Tonnay, où des petites embarcations peuvent suivre la rivière vers l’aval et rejoindre la Charente ou la remonter vers Brioux. Apparemment les places monétaires poitevines semblent moins étroitement spécialisées que celle des bouches de la Loire. Il est aussi possible que la prééminence monétaire locale ait été laissée à Saintes jusqu’à la fin du viie siècle avant de passer à Melle où l’exploitation des filons argentifères prend son essor au tournant des viie et viiie siècles23. D’ailleurs les autres émissions régionales de deniers précarolingiens concernent des localités comme Saint-Maixent ou Brioux-sur-Boutonne qui peuvent être considérées comme des satellites de Melle24. Enfin, en Poitou comme ailleurs, le monnayage carolingien concerne au premier chef Melle et les cités de Poitiers, Saintes, Angoulême, tout au moins pour ces deux dernières jusqu’au règne de Charlemagne25.

13La géographie des lieux d’émission proches des salines atlantiques semble confirmer la prééminence du sel de la baie par rapport à celui des Charentes. Encore faut-il que l’analyse de la circulation monétaire confirme cette impression.

Salines et circulation monétaire sous les Mérovingiens

14Pour étudier cette circulation, il faut reporter sur des cartes les itinéraires suivis par les pièces, en repérant soigneusement les monnaies diffusées à partir des salines, celles qui, mises en circulation dans l’intérieur des terres ou sur des côtes éloignées des marais salants, sont venues s’y enfouir ou celles qui, émises hors des régions productrices de sel, ont dû les traverser pour aboutir dans l’endroit où on les a retrouvées. Cependant on peut toujours objecter que les monnaies conservées constituent un échantillon dérisoire par rapport à celles qui ont réellement circulé et que la cartographie de quelques dizaines de pièces a peu de chances de donner un image fidèles des échanges monétaires réels. Certes, l’objection mérite l’attention, car la pénurie de monnaies dont le contexte de trouvaille est connu est une dure réalité qui s’impose à l’historien, alors que le numismate qui peut classer et compter de nombreux types de pièces est plus à même d’approcher le volume réel de la circulation, pourtant on ne la retiendra pas car la cartographie du monnayage, tant mérovingien que carolingien, qui va vers les salines, en est issu ou y transite permet de discerner quelques constantes qui ne doivent rien au hasard.

  • 26 Cette carte est établie à l’aide des catalogues cités note 3, principalement celui de J. Lafaurie (...)
  • 27 Cette pièce d’Angers est un tremissis d’Angers du monétaire Seudulfus, répertoriée par J. Lafaurie (...)

15Ainsi si on regroupe sur une carte (Figure 1) les trouvailles de monnaies mérovingiennes venues de la zone des salines, on peut, malgré la faiblesse de l’échantillon, percevoir certains axes de circulation. Les monnaies diffusées à partir des régions de salines, on entend par là celles qui circulaient couramment sur la basse Loire ou dans les Charentes et qui portaient en légende un toponyme de la Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire, de Vendée ou Melle et Saintes, n’ont pas abouti n’importe où26. Vers le nord, le cabotage le long des côtes bretonnes puis de la Manche semble confirmé avec les trouvailles de monnaies nantaises, vendéennes ou angevines tout au long de cet itinéraire puisqu’on a des pièces nantaises à Moëlan-sur-Mer, Saint-Brieuc, Saint-Malo et même à Famars près de Valenciennes ou au Luxembourg, une monnaie de Port-Saint-Père dans les Ardennes, trois pièces de Thiré et Thiverzay respectivement enfouies dans le Calvados, à Namur et aux bouches du Rhin, une pièce angevine à Rouen et une autre en Angleterre à Sutton Hoo et aussi une pièce de Campbon à Faversham dans le Kent. Ces découvertes plaident pour une collecte de pièces locales aux bouches de la Loire lors du chargement de navires sauniers qui les dispersent ensuite lors de leurs escales ou les emportent jusqu’à leur destination finale, d’où elles peuvent encore être redistribuées le long des routes et fleuves de la région ; ainsi la pièce nantaise retrouvée à Famars, vicus immédiatement au sud de Valenciennes érigé sur un ancien fanum romain et qui à l’époque mérovingienne est encore en mesure de tenir son rang face à sa voisine septentrionale, n’a eu qu’à remonter l’Escaut pour rejoindre son lieu d’enfouissement, tandis que les trouvailles de Namur et de la Berlière dans les Ardennes françaises s’inscrivent dans un itinéraire qui indiquerait qu’après avoir touché terre aux portes de la Frise, elles ont ensuite remonté la Meuse. Enfin la pièce nantaise retrouvée au Luxembourg a pu connaître un sort comparable avec un atterrissage à l’embouchure du Rhin suivi d’une remontée de ce fleuve et de la Moselle, hypothèse qui pourrait aussi se vérifier pour une autre monnaie d’Angers retrouvée en Lorraine, mais dans un contexte mystérieux27.

Figure 1 : Monnaies mérovingiennes issues des zones de salines retrouvées hors de leur région d’origine

Figure 1 : Monnaies mérovingiennes issues des zones de salines retrouvées hors de leur région d’origine
  • 28 Bruand O., Voyageurs et marchandises…, op. cit., p. 74 ou Vita Filiberti, c. 37.
  • 29 Cf. supra notes 18 et 19.

16La route maritime semble aussi active au sud des salines de la Loire où on trouve nombre de monnaies ligériennes dispersées le long des côtes des Charentes et du Bordelais, certaines poursuivant leur déplacement par la Garonne. La présence de pièces de Nantes, Angers, Campbon, Port-Saint-Père, Antigné, Thiré, à Angoulême, Oléron, Saintes, dans le Médoc ou à Bordeaux montre des relations habituelles entre les salines et la Gironde, ce qui corrobore le témoignage hagiographique qui signale la présence près de Noirmoutier d’un navire bordelais chargé d’huile28. Une pièce vendéenne de Vrillé est même venue finir sa course en Tarn-et-Garonne. Deux pièces poitevines, qu’on peut éventuellement lier aux salines de la Charente suivent le même mouvement, l’une de Melle aboutissant à Bordeaux, l’autre de Saintes figurant au trésor de Séviac dans le Gers. Cette route de cabotage côtier paraît ainsi confirmer la domination du monnayage des salines ligériennes sur celles des Charentes, ce qui était déjà manifeste dans la répartition des ateliers29.

  • 30 Dans certains cas l’incertitude est encore plus grande ; le tremissis de Thiré retrouvé à Limoges (...)

17Par contre, on est plus en peine pour saisir la dispersion de monnaies mérovingiennes venues des salines vers l’intérieur, car les quelques pièces retrouvées forment un ensemble assez disparate qui ne permet pas d’établir clairement quelques axes principaux. Une pièce d’Angers dans le Morvan, une de Nantes au nord-est de la Mayenne, une de Campbon dans la Creuse et une de Rezé dans la Haute-Vienne, cela peut être interprété comme le signe d’une circulation du sel le long de la Loire et de ses affluents, mais la modestie de l’échantillon incite à la prudence30. Il faudrait au moins que la circulation monétaire en sens inverse vienne confirmer ces échanges.

  • 31 Carte 2, liste des pièces collectées vers les régions de salines, avec leurs références dans J. La (...)
  • 32 Pour ce trésor très important, de l’ordre de 3 000 pièces, on n’a que des données fort imprécises. (...)

18En effet si les salines dispersent leur monnayage le long des routes que suivent marins ou négociants de sel venus s’approvisionner sur la basse Loire, elles attirent aussi les pièces que ces mêmes personnages apportent avec eux. Il importe donc de vérifier si cette collecte concerne les mêmes itinéraires31. Or les trouvailles de monnaies dans ces régions ne sont pas l’exact négatif des routes suivies par les pièces issues des zones de production de sel (Figure 2). D’abord, l’échantillon est plus important, puisque rien que pour les trouvailles, il dépasse la cinquantaine d’exemplaires, et encore sans prendre en compte l’important trésor de la Baugisière retrouvé en Vendée vers 1810 dont aucune publication satisfaisante n’existe32. Ensuite la collecte de monnaies venues de l’intérieur, spécialement le long de la Loire mais aussi de la Garonne, est nettement visible alors qu’on la discernait moins en sens inverse. Enfin les routes de cabotage de la Gironde à la mer du Nord conservent leur importance.

  • 33 Cf. supra note 31.
  • 34 Cf. supra notes 18 et 19.
  • 35 Pour parvenir dans la région des salines, la pièce de Ménetou-Salon a du suivre le Cher, celle de (...)
  • 36 Cf. supra note 14.
  • 37 Cf. supra note 31.

19Si on observe les monnaies venues de l’intérieur, deux zones de collecte principales apparaissent, avec des pièces venues de cités ou de vici du bassin ligérien, mais aussi un nombre notable de monnaies de la région parisienne voire de Champagne. À leur arrivée dans les régions de salines, ces pièces ont terminé leur carrière en Loire-Atlantique et en Vendée principalement, quelques-unes sur la Loire entre Angers et Nantes, alors que la côte charentaise n’en a retenu que cinq33. Faut-il y voir un nouvel indice de la plus faible activité salicole de ces côtes avant le milieu du viiie siècle ? Cela confirme une constatation antérieure, qui montre une plus grande activité des ateliers monétaires de la Baie liés au trafic saunier qui l’emportent sur ceux des Charentes34. Mais surtout, on voit ainsi le rôle essentiel de la Loire et de ses affluents qui drainent vers l’embouchure toute une série de pièces qui accompagnent sans doute les marchands venus s’approvisionner en sel35. Ces monnaies proviennent aussi bien du Maine au nord que des confins du Poitou et du Limousin au sud, avec une prédilection tout de même pour le cours du fleuve entre Orléans et l’Anjou, tandis que l’arrière pays de la Charente semble nettement moins actif. Mais la surprise vient plutôt de l’existence d’un groupe important de près d’une quinzaine de monnaies de la région parisienne qui ont échoué sur la Loire ou en Vendée. On ne peut préjuger de l’itinéraire emprunté mais cela prouve des relations assez courantes entre ces contrées ligériennes et le cœur du Bassin parisien, ce qui était déjà apparu dans les Gesta Dagoberti qui rappellent les intérêts de Saint-Denis dans la production de sel ligérien36. Concrètement, deux routes sont possibles, l’une passant par Orléans et la descente du fleuve, l’autre descendant la Seine avant de tourner la Bretagne ; la première semble attestée par les trouvailles de la basse Loire, avec une monnaie de Provins à Nantes, une de Lieusaint à Brissac-Quincé, une de Saint-Denis près de Saint-Florent-le-Vieil, une de Verdun à Cunault et enfin un denier de Paris près de Montreuil-Bellay, tandis que la route de la Seine est plus difficile à matérialiser. On ne peut s’appuyer sur la présence de nombreuses pièces parisiennes ou des alentours en Vendée pour établir une voie directe, la zone des salines étant propice à un ample brassage des pièces les plus couramment utilisées qui peuvent dès lors être redistribuées dans les environs. Si des pièces de Paris, de Palaiseau, d’Essonnes, d’Arpajon ou du Pecq terminent leur existence à proximité du marais poitevin, c’est sans doute parce qu’on y trouvait aussi des aires saunantes37.

Figure 2 : Monnaies mérovingiennes drainées vers les salines

Figure 2 : Monnaies mérovingiennes drainées vers les salines

20Certes on peut toujours avancer que ces pièces ont pu suivre la route maritime de cabotage suivie par les navires et qui laisse aussi quelques traces dans les régions productrices de sel puisqu’on retrouve des monnaies de Rouen, Évrecy et Bayeux à La Rochelle, Fontenay-le-Comte et près des Sable-d’Olonne, ainsi qu’un sceat anglais ou frison à Nantes, mais ceci prouve surtout que la voie de circumnavigation de la péninsule bretonne apparaît aussi bien pour les pièces diffusées depuis les salines que pour celles qui sont collectées par elles. D’ailleurs une pièce de Vannes a aussi été retrouvée en Vendée.

  • 38 Le Gentilhomme P., « Trouvaille de monnaie d’or des Mérovingiens et des Wisigoths faite à Bordeaux (...)

21Enfin ces trouvailles laissent aussi transparaître l’activité d’un itinéraire plus méridional qui emprunte la Garonne et se poursuit par un cabotage qui remonte de la Gironde vers les salines des Charentes, de Vendée ou de la Loire. On relève la présence de monnaies wisigothiques venues de Narbonne ou Catalogne à Oléron, la trouvaille d’une autre pièce de même origine à Herbignac près de Saint-Nazaire ainsi que l’existence dans le trésor de Bordeaux de pièces wisigothiques dont certaines fort récentes à l’enfouissement du trésor38. À cela s’ajoutent des pièces de Bannassac qui parviennent en Loire-Atlantique, une monnaie d’Alleyrat en Corréze qui, en suivant le cours de la Dordogne et la côte, est parvenue à Ancenis, une pièce de Toulouse qui aboutit en Vendée et enfin une monnaie bordelaise qui échoue en Anjou, autant d’indices concordants qui montrent bien une collecte discrète mais récurrente de numéraire aquitain par la régions des salines de la Loire.

  • 39 Cf. supra note 32. On note ici une erreur de P. Le Gentilhomme qui attribuait les monnaies de Thir (...)
  • 40 Les trouvailles monétaires montrent effectivement un axe de circulation actif entre la région pari (...)

22Cette collecte vers les salines se confirme pour peu qu’on s’attache à la répartition des pièces présentes dans le trésor dit de la Baugisière, retrouvé vers 1810 à Saint-Michel-le-Cloucq, dans le sud de la Vendée, à proximité de Fontenay-le-Comte et juste au nord du Marais poitevin. Malgré les approximations auxquelles la dispersion de la découverte sans étude réelle nous contraint, on arrive pourtant à retracer les itinéraires qui ont présidé à la collecte de ce lot de monnaies39. On note d’abord une très forte représentation de monnaies locales, avec près de mille pièces issues des officines de Thiré ou de Thiverzay et de nombreuses monnaies de Brioux, Tourteron, Cenon, Campbon et Angers qui relèvent de l’activité économique propre à la région et ne renseignent guère sur ses liens avec la production de sel. Mais surtout on observe une présence importante de monnaies venues de régions extérieures qu’on peut aisément mettre en relation avec l’activité saunière, car on retrouve les axes de circulation qu’on a décelé précédemment. Les monnaies qui ont descendu la cours de la Loire ou d’un de ses affluents sont très nombreuses, avec un lot très important de pièces d’Orléans, de l’ordre de 500 exemplaires, plus d’autres lots dont le nombre n’est malheureusement pas connu de monnaies de Clémont, près de Bourges, de Saint-Jean d’Assé et de Noyen dans la Sarthe et des pièces isolées réparties tout au long du fleuve ou de ses affluents, venues de Vienne-en-Val, Sully-sur-Loire, Pierrefitte, Veuves, Blois, Tours, Chinon, Bourges, Le Mans, Saint-Calais et Vendôme. Ensuite, on trouve une série importante de monnaies parisiennes du monétaire Vitalis, accompagnées de nombreuses pièces d’Essonnes et de Senlis ainsi que de monnaies isolées du Pecq, de Charly dans l’Aisne, de Reims et de Soissons. Avec ces deux groupes de pièces, on retrouve l’essentiel des monnaies qui dans ce trésor relèvent de la circulation lointaine et qui fort obligeamment retracent les mêmes itinéraires de collecte que ceux mis à jour par la circulation des autres trouvailles mérovingiennes. On note à nouveau la prépondérance des pièces ligériennes et parisiennes qui semblent attirées par la région des salines, où ces contrées s’approvisionnent. Les deux autres routes de collecte sont aussi les mêmes que précédemment, avec l’une vers la Manche et l’autre vers l’Aquitaine, mais elle ne semblent pas aussi actives. La voie maritime vers la Manche est illustrées par des pièces d’Évrecy, plus une de Rouen et une autre de Saint-Lô, mais ne remonte pas vers la mer du Nord et les bouches du Rhin, qui à la date de l’enfouissement du trésor, vers 670, sont encore sous l’emprise frisonne et n’entretiennent pas de relations économique suivies avec des contrées atlantiques déjà loin au cœur du monde franc. La voie du sud est encore plus discrète, car les pièces venues de Saintes ou de diverses localités du Poitou relèvent plus de la circulation locale, aussi ne peut on lui accorder que quelques exemplaires avec une pièce de Nontron sur la Dordogne, une de Bannassac et une de Javols en Lozère, une de Saint-Bertrand de Comminges et enfin une de Novempopulanie. Au total, la collecte du trésor de la Baugisière, avec ses 3 000 pièces retrace presque exactement les trouvailles de monnaies mérovingiennes qui ont été attirées par les salines et montre surtout une forte prépondérance des régions qui ont de bonnes raisons d’être les clients du sel atlantique. Ce trésor ne lève pas non plus l’incertitude sur l’itinéraire suivie par les pièces venues du cœur du Bassin parisien. Empruntent-elles la route puis la Loire depuis Orléans ou descendent-elles la Seine avant une circumnavigation de la Bretagne ? Nul ne le sait, d’autant que les deux axes peuvent être employés simultanément40.

  • 41 Liste des pièces retenues pour la carte 3, avec leur numéro de référence de J. Lafaurie et J. Pile (...)

23Enfin, pour clore cette étude du monnayage mérovingien, il faut retrouver les pièces qui ont été attirées par les salines avant d’y être redistribuées et emportées vers la destination où elles ont fini par être enfouies (Figure 3). Ces pièces sont assez nombreuses, mais il est difficile de les retrouver toutes car on n’a jamais la preuve formelle de leur passage dans les contrées productrices de sel. Aussi plutôt que de se lancer dans de périlleuses conjectures, n’a-t-on retenu que les monnaies dont l’itinéraire entre leur lieu de mise en circulation et leur lieu d’abandon traverse directement les salins de l’Atlantique, soit une bonne centaine de pièces, en laissant de côté d’autres qui ont fort bien pu suivre le même sort mais pour lesquelles le risque d’une reconstruction abusive des axes de circulation paraît trop lourd41.

24L’image de la circulation qui apparaît ainsi est toujours conforme aux observations précédentes. On retrouve une collecte importante de monnaies venues de l’intérieur des terres, principalement des régions ligériennes et qui sont entraînées vers les salines avant d’y être redistribuées le long d’une double route maritime, vers le nord et la Manche d’une part, vers les côtes des Charentes, de l’Aquitaine et la Gironde d’autre part. En outre, on décèle aussi une circulation active le long le littoral qui transite par les salines mais se poursuit aussi bien vers le midi que le septentrion. On voit surtout apparaître le rôle essentiel que jouent les fleuves et la navigation côtière dans la redistribution des pièces, avec une circulation maritime dans les deux sens entre la Gironde et les bouches de la Meuse et du Rhin, ainsi que la fréquentation soutenue de la Loire, de la Garonne et sans doute de la Seine, et de leurs affluents, Dordogne, Cher, Loir, Sarthe ou Marne et Yonne.

  • 42 C’est à la remontée de la Loire et de ses affluents que le phénomène est le plus visible, avec des (...)

25Les bateliers de l’intérieur convoient des marchandises vers les côtes, notamment du vin, et y laissent en même temps des pièces, mais ils en reçoivent d’autres qu’ils emportent dans les contrées en amont en sus de leur cargaisons de sel. Dans ces échanges entre le littoral et l’intérieur, le sel joue incontestablement un rôle important, d’autant qu’il s’agit d’une marchandise pondéreuse, difficile à transporter, dont le prix au détail n’en fait pas une denrée précieuse. Aussi la voie fluviale est-elle la plus indiquée pour acheminer les cargaisons « d’or blanc » et les pièces qui remontent les fleuves et les rivières ont de fortes chances d’avoir emprunté un navire saunier dans les bourses de l’équipage ou dans la caisse de l’embarcation. Ces pièces qui venaient de plus loin avaient déjà été apportées dans les places saunières par d’autres équipages qui y avaient fait escale. Inversement les navires qui descendaient le fleuve pour quérir du sel apportaient aussi des pièces de l’intérieur sur l’Atlantique, où elles pouvaient être reprises par d’autres navigateurs42.

Figure 3 : Monnaies passées par les salines (vie-viiie siècle)

Figure 3 : Monnaies passées par les salines (vie-viiie siècle)
  • 43 Cf. supra notes 9 à 11.

26Par contre, il est plus malaisé de relier la navigation côtière au trafic du sel. Quand des pièces venues de la Manche se retrouvent sur les bords de la Garonne ou que des pièces aquitaines terminent sur les côtes normandes, en Frise ou en Angleterre, elles sont certes passées devant les salines des Charentes ou de la Baie, mais il imprudent de les lier au trafic saunier, même si on ne peut exclure que les embarcations qui les transportaient y aient fait halte et aient éventuellement convoyé un peu de sel. Aussi, si on peut tenir pour acquis que les pièces qui ont remonté fleuves et rivières à partir des zones de salines ou qui y ont transité en provenance des vallées, fleuves et rivières de l’arrière pays, sont des bons indicateurs d’un itinéraire du sel vers l’intérieur des terres, celles qui n’ont que longé le littoral peuvent fort bien n’avoir que des liens ténus avec le trafic saunier, d’autant que l’hagiographie signale les autres marchandises comme l’huile, les cuirs, le plomb et le vin43. Sur la route maritime, le sel a un rôle moins exclusif, d’autant qu’il n’est pas toujours opportun d’en faire venir de loin. Si Jumièges continue à recevoir du sel de Noirmoutier, on ne voit pas l’intérêt d’en envoyer jusque en Frise ou Angleterre où la production locale, certes plus coûteuse puisqu’il faut chauffer la saumure, doit compenser le prix du transport. D’ailleurs les trois cartes établies pour la circulation des monnaies mérovingiennes en rapport avec le trafic du sel ne montrent pas encore de relations suivies avec ces contrées et mettent davantage en lumière une sphère d’activité qui se concentre sur les bassins de la Loire et de la Seine. De même, on ne comprendrait pas pourquoi les Charentes expédieraient des quantités notables de sel vers le nord, entrant ainsi en concurrence avec le rival nantais. Si les salines charentaises sont moins connues à l’époque mérovingienne, c’est sans doute parce qu’elles sont encore modestes et se consacrent plutôt à l’approvisionnement de la vallée de la Garonne.

  • 44 J. Lafaurie et J. Pilet-Lemière relèvent quelques cas : tremissis frison est parvenu à Beaulieu-su (...)

27Au total, l’étude des rapports entre la numismatique mérovingienne et le sel de l’Atlantique permet de remonter un peu plus haut dans le temps et de montrer que dès les vie-viie siècles les voies fluviales servent à l’acheminement du sel qui circule sur la Garonne, la Loire, la Seine et leurs affluents. Le sel atlantique circule aussi grâce au cabotage côtier, mais il se confond alors avec d’autres trafics, ce qui rend difficile l’estimation de son importance. Mais ce qui est sûr, c’est que ces voies maritimes atlantiques connaissent deux limites. Au nord, les relations sont encore discrètes avec le monde frison et anglais même si elles sont en croissance régulière sur la fin de la période avec l’apparition de sceattas anglo-saxons qui parviennent dans les zones ligériennes ou aux bouches de la Garonne44 ; au sud, la circulation monétaire ne livre aucun indice d’un trafic vers le pays basque ou la côte cantabrique. Une fois la Gironde atteinte, la navigation côtière vers le Midi s’interrompt.

Salines et circulation monétaire sous les Carolingiens

  • 45 Georges Depeyrot défend dans son Corpus, op. cit., p. 121, l’idée d’attribuer à Bourges le monnaya (...)

28Quand on aborde la circulation des monnaies et des marchandises au cœur du monde carolingien, les corrélations entre le trafic du sel et les itinéraires monétaires sont moins faciles à établir. Les liens entre monnayage et trafic saunier s’avèrent moins visibles car la réorganisation de la frappe conduit à un amenuisement considérable du nombre de légendes monétaires, non pas que les places qui servent des centres économiques locaux aient disparu, mais elles s’effacent des pièces car la tentative de centralisation des souverains conduit à privilégier les frappes au nom des grandes cités. En outre, l’affirmation du projet politique unitaire conduit même pendant une bonne part du règne de Louis le Pieux à frapper des pièces qui ont abandonné toute référence géographique au profit de la légende XRISTIANA RELIGIO, affirmation ambitieuse d’un programme impérial excessif voire irréaliste car cette mention, qui fait la part trop belle aux prétentions des théoriciens politiques du parti clérical, est d’abord assortie d’un nom d’atelier dès la mort de l’empereur en 840, avant d’être abandonnée au profit d’un monnayage plus proche des réalités économiques. Après 864, on revient à des pièces qui peuvent à nouveau porter la mention de pôles économiques locaux, ce qui pourrait susciter les espoirs de voir réapparaître un monnayage des salines atlantiques, mais malheureusement ces contrées ont alors subi de plein fouet la désorganisation née des expéditions vikings, dont la menace toujours récurrente n’incitait pas à la décentralisation du pouvoir monétaire au niveau des bourgs. Plus prudemment, les monétaires ont conservé leurs officines à l’abri des remparts urbains dont la restauration est avérée un peu partout dès le dernier quart du ixe siècle, à moins qu’ils n’aient exercé leur activité à proximité même des mines d’argent comme celles de Melle qui semblent avoir une quasi exclusivité dans la fourniture du métal pour la frappe. Même si l’on peut conserver l’espoir de retrouver un jour des frappes occasionnelles au titre des bourgs sauniers du littoral de la basse Loire, puisque certains lieux d’introduction de ce monnayage à la légende GRATIA DEI REX ne sont pas encore repérés, il n’en demeure pas moins que, dans l’état actuel de nos connaissances, les seules pièces émises à proximité des salines pendant l’époque carolingienne se limitent aux ateliers classés par ordre d’importance de Melle, d’Angers et de Nantes. Il faut aussi envisager une frappe probable à Bordeaux pour les monnaies qui portent pour seule mention AQVITANIA et qui auraient pu avoir quelque importance dans les salines charentaises, même si certains plaident encore pour un monnayage de Bourges qui, loin des régions des marais salants de l’Atlantique, semble guère devoir emporter l’adhésion45.

  • 46 Bruand O., Voyageurs et marchandises…, passim. Jeanne-Rose O., « Ports, marchands et marchandises… (...)
  • 47 Cette constatation établie précédemment dans mon ouvrage Voyageurs et marchandises …, op. cit., p. (...)
  • 48 Duplessy J., Trésors monétaires…, op. cit., n° 135 : ce trésor montre une collecte qui concerne su (...)

29Pour y voir plus clair et essayer de repérer d’éventuels liens entre la circulation des pièces issues d’ateliers proches des zones de productions du sel atlantique et la diffusion du sel lui-même, on a reporté sur une carte les itinéraires suivis par les monnaies venues de Melle, Angers, Nantes, ainsi que des monnaies d’Aquitaine (Figure 4). À nouveau des traits de la période antérieure resurgissent, avec une diffusion de ces monnayages côtiers vers l’intérieur, principalement le long de la Loire et, à un moindre titre, dans les vallées de la Garonne et de la Seine. Ces itinéraires sont ceux des marchands sauniers qu’on connaît par ailleurs par l’hagiographie ou les exemptions de tonlieux46. Pourtant il ne faut pas se fier aveuglément à la carte qui est en bonne part le reflet de l’importance des trésors carolingiens. Ainsi le poids très important des trésors d’Apremont le long de l’Allier (755 pièces) et de ceux de Montrieux-Courbanton en Sologne (près de 1 000 pièces examinées, probablement 2 700 à l’origine) laisse croire à une circulation soutenue entre ces régions et les côtes atlantiques, mais les monnayages atlantiques ne pèsent que pour 8 à 12 % dans ces trouvailles, rappelant ainsi que ces trésors, comme dans l’ensemble du monde carolingien, restent majoritairement constitués de monnaies locales. Une telle constatation est pourtant de nature à confirmer l’existence d’un trafic saunier, car le sel est par excellence la marchandise qu’on va chercher au loin dans un système économique où 80 % des échanges monétaires sont circonscrits dans un rayon d’une centaine de kilomètres47. D’ailleurs la même proportion se retrouve à Évreux où les 14 pièces d’Angers, qui peuvent éventuellement avoir partie liée avec la circulation du sel ne représentent aussi que 10 % du total48.

  • 49 À Fontenelle/Saint-Wandrille, sur la basse Seine, on a déjà recours à du sel venu du Cotentin d’ap (...)

30On retrouve aussi une voie de cabotage le long des côtes avec une collecte le long des littoraux atlantiques de pièces d’Angers, Melle, Nantes et même Bordeaux qui sont exportées vers le nord, soit vers l’Angleterre, soit vers les bouches de la Meuse ou du Rhin, ces routes pouvant même se prolonger le long du Rhin voire vers la Scandinavie. Pourtant il devient beaucoup plus difficile de mesurer le rôle du sel dans ce courant d’échanges et, si on ne peut exclure que l’accostage devant les salines atlantiques ait permis d’embarquer de nombreuses cargaisons de sel à destination des littoraux de la Manche ou de l’Angleterre, il s’agit sans doute d’un trafic partagé car au débouché de la Garonne, de la Charente et de la Loire, on vient aussi pour emporter du vin. Il est même à craindre que le sel n’ait pas été pour ces embarcations qui remontaient vers l’Angleterre et la Mer du Nord la marchandise principale car, si ces contrées se montraient fort friandes d’un vin de qualité qu’elles ne pouvaient produire, elles pouvaient trouver du sel ignigène sur leurs côtes. Reste à savoir si son prix le rendait concurrentiel en regard du sel d’évaporation solaire de l’Atlantique, moins cher à produire, mais qu’il fallait transporter. En la matière, nous sommes dans l’incertitude et incapables de préciser jusqu’où il était judicieux de convoyer des cargaisons de sel le long des côtes de la Manche49. La carte de la diffusion des monnaies courantes dans les zones de salines n’est pas assez explicite et ce d’autant plus que ces régions sont elles mêmes grosses productrices ou exportatrices de vin. Il est évidemment impossible de faire dire à une monnaie si elle a voyagé de concert avec une cargaison de sel ou avec des tonneaux de vin.

Figure 4 : Dispersion des pièces de Melle, Angers et Nantes

Figure 4 : Dispersion des pièces de Melle, Angers et Nantes

31Si on s’attache à la circulation des pièces qui sont venues ou passées par les salines, on fait peu ou prou les mêmes constatations (Figure 5). Les itinéraires empruntés par les monnaies qui viennent jusqu’aux régions saunières avant d’y être éventuellement redistribuées et de repartir vers leur lieu de trouvaille sont identiques ; à nouveau on note la prééminence de la voie fluviale le long de la Loire et de ses affluents, l’importance du cabotage maritime de Bordeaux à Dorestad, les routes de la Garonne et du Rhin, la remontée de la Seine au moins jusqu’à Rouen et pour finir quelques pièces qui se diffusent hors du monde carolingien, en Angleterre et aux marges du monde scandinave.

  • 50 D. M. Metcalf, « A sketch of currency... », op. cit., carte p. 90, met en avant une collecte sur l (...)
  • 51 Le comptage des pièces à partir des trésors carolingiens répertoriés par J. Duplessy et H. A. Völc (...)
  • 52 La circulation monétaire par cabotage le long des côtes aboutit aux comptages suivants. Monnaies a (...)
  • 53 Bruand O., Voyageurs et marchandises, op. cit., p. 189, avec les mentions elliptiques de salines e (...)

32Ces axes de circulation n’offrent pas tous le même degré d’activité. Si la navigation fluviale le long de la Loire et de ses affluents draine autant de pièces vers l’aval que vers l’amont, il n’en va pas de même pour la route du cabotage maritime de la Garonne à la mer du Nord, bien plus active dans le sens sud-nord que nord-sud50. Paradoxalement, on peut y voir une confirmation du trafic saunier sur ces itinéraires. Dans le premier cas, le sel sert de fret de retour idéal pour les navires qui ont convoyé diverses marchandises, dont du vin, aux bouches du fleuve, aussi les flux de pièces sont à peu près équilibrés51. Dans le second, l’exportation de sel s’ajoute aux très nombreuses cargaisons de vin à destination du monde nordique ou insulaire qui envoie en échange des cuirs, des fourrures et des métaux comme le plomb ou l’étain, peut-être même des tissus de prix. Mais ce sont là des marchandises dont le volume de trafic ne compense apparemment pas les exportations de sel et surtout de vin puisque la circulation monétaire apparaît au moins trois fois plus active dans le sens sud-nord que l’inverse, avec près de 400 pièces conservées dans le premier cas contre 75 à 125 dans le second52. La piste du trafic saunier apparaît difficile à suivre au delà de Quentovic qui sert d’emporium de redistribution des produits francs les plus prisés vers les mondes insulaires et frisons, car dans ces contrées, ce n’est plus exclusivement le sel atlantique qui est mentionné par nos sources mais aussi des productions locales mal connues sur les côtes normandes, picardes ou flamandes53. La prudence conduirait donc à considérer que les monnaies passées par les salines atlantiques qu’on retrouve au nord de ce comptoir ne peuvent être systématiquement liées aux échanges sauniers, mais bien plutôt à la quête de vin, voire de céréales dont les bouches du Rhin comme l’Angleterre sont friandes.

Figure 5 : Monnayage carolingien passé par les salines

Figure 5 : Monnayage carolingien passé par les salines
  • 54 Sidoine Apollinaire dès le ve siècle dans son éloge de Narbonne rappelle que le sel est une des ri (...)

33Qu’il s’agisse donc des monnaies en provenance des zones de production du sel atlantique ou de celles qui ont pu y passer, les enseignements de la circulation monétaires sont les mêmes. L’approvisionnement en sel des arrière-pays ligériens ou charentais se traduit par l’importation dans ces contrées de monnayages venus de la côte ou qui y ont fait escale, avec en contrepartie une diffusion de monnaies des zones clientes du sel atlantique vers la côte, voire au delà. Depuis les littoraux salicoles, les pièces suivent une route de cabotage qui les mène vers la Manche avant d’aborder les côtes anglaises, frisonnes ou scandinaves, voire irlandaises. Si ces directions de circulation traduisent forcément les axes de commerce, il ne faut cependant pas les affecter exclusivement au trafic saunier. La circulation du sel y est sans doute importante, tout au moins jusque dans la Manche et sur les côtes sud de l’Angleterre, mais les témoignages monétaires montrent aussi que bien d’autres marchandises suivent les mêmes routes, et au premier chef, le vin, fort prisé des élites frisonnes ou scandinaves qui sont contraintes de l’importer alors qu’elles peuvent éventuellement acquérir du sel ignigène sur place. Faute de témoignage qui nous permette d’avoir une estimation des prix des sels locaux par rapport à leur concurrent atlantique, on demeure dans l’incertitude, sans pouvoir fixer la limite septentrionale de la zone de chalandise du sel de la Baie. Enfin, la circulation monétaire montre aussi une diffusion des monnaies le long des côtes charentaises et de la Garonne, équilibrée par une circulation inverse de pièces toulousaines, agenaises vers l’Atlantique. Faut-il en conclure que la Gascogne et la vallée de la Garonne vont quérir leur sel à l’embouchure de la Gironde, en pays charentais ou sur la Baie ? Cela paraît vraisemblable, mais il reste aussi à fixer la limite orientale du sel atlantique. Où s’efface-t-il devant son concurrent méditerranéen venues des lagunes de la région de Narbonne54 ? Pour l’instant, cette question n’a pas encore été abordée.

Conclusion

  • 55 Bruand O., Voyageurs et marchandises, op. cit., p. 192-197 ainsi que les autres travaux cités supr (...)

34Cette étude de la circulation du sel par le biais d’une recherche aride et minutieuse des routes monétaires permet de retrouver des résultats comparables à ce qu’on obtient en se servant des sources écrites, comme les franchises de tonlieux ou les récits des hagiographes55. Or, les trouvailles de pièces ou de trésors sont le fruit du pur hasard archéologique et leur dispersion géographique ne peut répondre à aucune critère conscient aux yeux des hommes du temps, aussi ces découvertes ont une valeur de témoignage indubitable pour peu que l’échantillon qu’elles constituent soit représentatif. De ce point de vue, il n’y a guère d’inquiétude, puisque pour suivre les routes monétaires qui touchent aux zones atlantiques, on est contraint d’avoir recours au témoignage de plusieurs centaines de pièces ; c’est évidemment fort peu au regard de la circulation monétaire totale qui a pu exister en ces temps, à tort et trop longtemps largement sous estimée, mais beaucoup plus que tous les autres témoignages recueillis avec les moyens d’investigation plus classiques. Aussi les conclusions déjà acquises précédemment, avec l’existence d’un trafic saunier actif à l’intérieur des mondes mérovingien et carolingien se trouvent confortées par l’analyse de la circulation monétaire. Le sel, marchandise lointaine pour la plupart des hommes du temps, est le type même du produit que l’on achète, aussi n’y a-t-il rien de surprenant à ce que ses routes coïncident avec celles des pièces. Le sel de l’Atlantique trouve sa place dans le circuit des échanges habituels suivant les mêmes itinéraires du vie au début du xe siècle. Les pays de la Loire, de la Seine, le Limousin, la vallée de la Garonne font venir leur sel de la côte en écoulant vers le littoral divers produits pas toujours bien connus mais attestés par des contacts monétaires réciproques et continus. Les sauniers de la Baie, et dans une moindre mesure, d’Aunis et de Saintonge travaillent aussi pour les navires sauniers qui chargent « l’or blanc » pour le livrer sur les côtes normandes, picardes, anglaises, aux bouches de la Seine ou de la Somme, voire sur les amers flamands ou frisons. Ce trafic immémorial, que rien ne semble bouleverser malgré les vicissitudes politiques ou guerrières est l’occasion de rappeler une nouvelle fois combien la vie économique du haut Moyen Âge est affaire de lente obstination, de croissance patiente qui accompagne l’expansion démographique, avec une montée en puissance graduelle de la production de sel sur la Baie dès l’époque mérovingienne, plus au sud à partir des Carolingiens. Si cette croissance n’offre rien d’exaltant au théoricien féru de cycles et de ruptures, elle n’est pas dénuée d’efficacité et satisfaisait les hommes du temps qui toujours ont pu goûter au sel, parce qu’ils ont toujours disposé de l’instrument monétaire pour assurer ce trafic.

Notes

1 Bruand O., Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens. Les réseaux de communication entre Loire et Meuse aux viiie et ixe siècles, Bibliothèque du Moyen Âge, 20, Bruxelles, de Boeck Université, 2002, 357 p. O. Jeanne-Rose, « Ports, marchands et marchandises. Aspects économique du littoral poitevin (ixe-xiie siècles) », dans Guillemet D., Peret J. (éd.), Les sociétés littorales du centre-ouest atlantique de la Préhistoire à nos jours, tome 1, Actes du colloque de Rochefort 18-20 avril 1995, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest et des musées de Poitiers, Poitiers, 1996, p. 115-142.

2 Ces problèmes de circulation des marchandises ont fait l’objet de nombreux travaux depuis une vingtaine d’années. Pour les contributions essentielles cf. Lebecq S., Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Âge, Lille, 1983 ; id., « La Neustrie et la mer », dans Atsma H. (éd.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850. Beihefte der Francia 16/1 et 16/2, Sigmaringen, 1989, p. 405-439 ; Devroey J.-P., « Courants et réseaux d’échanges dans l’économie franque entre Loire et Rhin », dans Mercati e mercanti nell’alto medioevo : l’area euroasiatica e l’area mediterranea, Settimana di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo XL, Spolète, 23-29 avril 1992, Spolète, 1993, p. 327-394 ; Claude D., « Die Handwerker der Merowingerzeit nach den erzählenden und urkundlichen Quellen », dans Jankuhn H. et al., Das Handwerk in vor- und frühgeschictlicher Zeit, Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften, Göttingen, 1981, p. 204-266 ; Johanek P., « Der Fränkische Handel der Karolingerzeit im Spiegel der Schriftquellen », dans Jankuhn H. et al. (éd.), Untersuchungen zur Handel und Verkehr der vor- und frühgeschichtlichen Zeit im Mittel- und Nordeuropa, IV : Der Handel der Karolinger- und Wikingerzeit, Göttingen, 1987, p. 7-68 ; Metcalf D. M., « A sketch of the currency in the time of Charles the Bald » dans Nelson J., Gibson M. (éd.), Charles the Bald. Court and Kingdom, Oxford, 1981, p. 65-97.

3 La connaissance des monnaies passe par les catalogues qui sont de valeur inégale, ou parfois fort anciens, ce qui en exclut les découvertes dues aux progrès de l’archéologie récente. D’une manière générale, les trésors sont mieux connus que les trouvailles. Pour les monnaies mérovingiennes, on utilisera, Belfort A. de, Description générale des monnaies mérovingiennes par ordre alphabétique des ateliers, 5 volumes, Paris, 1892-1895 ; Prou M., Catalogue des monnaies françaises de la Bibliothèque Nationale, les monnaies mérovingiennes, Paris, 1892 ; Depeyrot G., Le numéraire mérovingien. L’âge de l’or, 4 volumes, Wetteren, 1998 ; id., Le numéraire mérovingien. Les monnaies d’argent, Wetteren, 2000. Si les deux premiers catalogues ont vieilli et ne sont plus tout à fait complets, les deux derniers ouvrages ne sont pas exempts d’erreurs dans l’identification des ateliers. On les complétera avantageusement par J. Lafaurie et J. Pilet-Lemière, Monnaies du haut Moyen Âge découvertes en France (ve-viiie siècle), Cahiers Ernest Babelon 8, CNRS éditions, Paris, 2003. Pour le monnayage carolingien, la situation est meilleure car les catalogues sont plus nombreux et certains même fort récents : Gariel E., Les monnaies royales de France sous la race carolingienne, Strasbourg, 1884 ; Prou M., Catalogue des monnaies françaises de la Bibliothèque Nationale, les monnaies carolingiennes, Paris, 1896 ; Blanchet A., Dieudonné A., Numismatique française, t. 1, Monnaies frappées en Gaule depuis les origines jusqu’à Hugues Capet, Paris, 1912 ; Völckers H. A., Karolingische Münzfunde der Frühzeit, Göttingen, 1965 ; Morrison K. F., Grunthal H., Carolingian coinage, New York, 1967 ; Frère H., Le denier carolingien, spécialement en Belgique, Louvain-la-Neuve, 1977 ; Duplessy J., Les trésors monétaires médiévaux et modernes découverts en France, Supplément I, 751-1223, Paris, 1985 ; Depeyrot G., Le numéraire carolingien. Corpus des monnaies, Paris, 1993 ; Haertle C. M., Karolingische Mûnzfunde aus dem 9. Jahrhundert, Cologne-Weimar-Vienne, 1997.

4 Sur la signification de ces petits centres monétaires, cf. Bruand O., « Circulation monétaire et pouvoirs politiques locaux sous les Mérovingiens et les Carolingiens (du viie au ixe siècle) », dans L’argent au Moyen Âge, Actes du XXVIIIe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Clermont-Ferrand, 30 mai1er juin 1997, Paris, 1998, p. 47-59.

5 Le catalogue de trésors de J. Duplessy, op. cit., est très révélateur de cette situation, car on y retrouve surtout des trésors carolingiens ou postérieurs à la moitié du xie siècle, alors que les dépôts d’entre 930/1 050 sont rares ; le trésor de Fécamp (ibidem, n° 137) malgré ses 10 000 pièces enfouies à la fin du xe siècle fait figure d’exception.

6 Pour les monnaies carolingiennes, O. Bruand, Voyageurs et marchandises, cité, le tableau de la dispersion régionale du monnayage, p. 176-177, seulement 5 à 10 % des monnaies accèdent à la circulation au loin de leur région ; pour le monnayage mérovingien, la circulation locale est aussi prépondérante, cf. idem, « Circulation monétaire et pouvoirs politiques locaux », op. cit., p. 58.

7 Bruand O., Voyageurs et marchandises…, op. cit., p. 192-197. Pour le navire qui va du Mans à Rezé, Translationes et miracula Filiberti auctore Ermentario, Acta Sanctorum, Augusti IV, p. 82-94, c. 33 ; pour Saint-Florent-le-Vieil, ex Odonis miraculis Sancti Mauri, MGH, SS XV, p. 462, c. 8 ; pour Saint-Benoît-sur-Loire, MGH, SS XV, p. 478-500, ou Acta Sanctorum, Martii III, p. 305-316.

8 Jeanne-Rose O., « Ports, marchands et marchandises… », passim.

9 Ex Ermentarii miraculis S. Filiberti, MGH, SS XV, c. 82, des marchands anglais quittent Noirmoutier pour Batz.

10 Cf. Jeanne-Rose O., op. cit., p. 120, notes 2, 3 et 4, avec les références à la Vita Filiberti, ainsi qu’aux miracula d’Ermentaire, qui mentionnent aussi des Sarrasins navigant en vue de l’île d’Yeu, MGH, SS XV, II, c. 11.

11 Gesta abbatum Fontanellensium, gesta Austrulphi, éd. F. Lohier, J. Laporte, Paris-Rouen, 1936 ; le scribe hésite sur l’itinéraire que pouvait suivre le navire naufragé, vers les côtes de Germanie (Frise ?) ou d’Angleterre. Par contre il est évident que ce bateau avait tourné la Bretagne et venait des bouches de la Loire, voire de Bordeaux.

12 Bruand O., Voyageurs et marchandises…, op. cit., p. 47-51 ou Stoclet A., Immunes ab omni teloneo. Étude de diplomatique, de philologie et d’histoire sur l’exemption de tonlieux au haut Moyen Âge et spécialement sur la praeceptio de navibus, Bibliothèque de l’Institut belge de Rome, XLV, 1999. Les exemptions attestent d’une navigation sur la Loire et ses affluents, Mayenne, Sarthe, Loir, Allier, Cher, Vienne et Tenu. Par contre, l’Indre ou la Creuse ne sont jamais mentionnées. Pour l’Aquitaine, on navigue sur la Charente, la Dordogne et la Garonne, plus bien entendu une navigation de cabotage indispensable aux navires de Noirmoutier pour rejoindre l’embouchure des cours d’eau, mais qui est signalée aussi pour les embarcations de Charroux, autorisées à parcourir des trajets maritimes, cf. O. Jeanne-Rose, op. cit., p. 119-120, notes 3 et 4.

13 Endemann T., Markturkunde und Markt in Frankreich und Burgund von 9. bis 11. Jahrhundert, Constance, 1964.

14 Bruand O., Voyageurs et marchandises, op. cit., p. 194. Jeanne-Rose O., « Ports, marchands et marchandises… », op. cit., p. 118. Lebecq S., « La Neustrie et la mer », op. cit., p. 410. Rouche M., L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-761, Paris, 1979, p. 204-206. Claude D., « Die Handwerker… », op. cit., p. 212. Jumièges touche un contingent de 300 livres de sel sur la production de Noirmoutier : fiunt in suma sal libras 300 de areas monasterii Eriense, MGH, SRM III, p. 22 ; ce témoignage provient de ce qu’Olivier Jeanne-Rose appelle une épave comptable cité par B Krusch en introduction de l’édition de la Passio Acaunensium Martyrum. Saint-Denis acquiert, en principe vers 635, des terres cum salinis supra mare, Gesta Dagoberti, MGH, SRM II, p. 413-414. Les deux textes prétendent renvoyer à des réalités mérovingiennes mais sont enregistrés dans des documents qui ont subi une mise en forme carolingienne, ce qui les rend difficile à dater. Pourtant cela n’a à la vérité guère d’importance ; ils ont paru crédible aux scribes car ils reflétaient une réalité économique qui n’avait guère changé entre le viie et le viiie siècle.

15 Bernard A., Bruel A. (éd.), Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, Paris, 1876-1903.

16 Völckers H. H., op. cit., p. 182-186. L’essentiel du trésor ayant été jeté dans la bétonnière par les ouvriers qui œuvraient à la fabrication d’un nouveau quai pour le port fluvial, il ne subsiste que 49 pièces, dont 44 deniers de Charlemagne au type de 790/800, 4 pièces pontificales de Léon III (795-816) et un dirham d’Haroun-al-Rachid frappé en l’an 178 de l’Hégire, soit 790/791. On peut donc estimer que cet ensemble de monnaies a été perdu, probablement par un naufrage entre 795 et 800, à une époque où la circulation monétaire dans le grand royaume, et bientôt empire, de Charlemagne montre un assez large brassage des pièces ; il n’en est dès lors que plus remarquable qu’on puisse avoir une idée des axes de collecte des pièces. Il reste 2 pièces d’Agen, 4 de Bourges, 5 de Dorestad, 1 de Laon, 1 de Lyon, 5 de Mayence, 3 de Melle, 9 de Pavie, 1 de Saint-Denis, 1 de Sennheim, 5 de Toulouse, 3 de Tours, 1 de Vienne, 3 de Ravenne, plus les 4 pièces pontificales de Rome et le dirham. Les monnaies d’Agen, Toulouse, Melle, Bourges, Tours et éventuellement Saint-Denis peuvent fort bien avoir été collectées sur la façade atlantique pour arriver aux bouches du Rhin, suivant ainsi une éventuelle route du sel ; cf. infra.

17 Völckers H. H., op. cit., a répertorié ces trésors qui mêlent des monnaies arabes, anglaises et carolingiennes ; on a ainsi Sôndre Bo en Norvège, p. 117, avec 7 monnaies dont une de Charlemagne postérieure à 793, cinq de Louis le Pieux d’entre 822 et 840 et une pièce anglaise de roi Coenwulf de Mercie (796-818) ; Jaederen en Norvège, avec 2 monnaies carolingiennes de Melle et Reims, 2 pièces anglaises et une pièce nordique ; Kettilstorp en Suède avec 8 pièces carolingiennes de la première moitié du ixe siècle, dont 5 de Melle, 1 de Poitiers, et 12 pièces arabes d’avant 850/1.

18 L’identification des monnaies à la légende PORTO VETERI varie selon les auteurs et les catalogues. J. Lafaurie et J. Pilet-Lemière (op. cit., p. 54) donnent le tremissis trouvé à la Berlière dans les Ardennes à Port-Saint-Père alors que G. Depeyrot, Le numéraire mérovingien…III, op. cit., p. 8, préfère Sainte-Même-le-Tenu ; pourtant les deux premiers admettent Sainte-Même au rang de place monétaire pour les deniers mérovingiens, cf. infra note 20. En réalité cette querelle de spécialistes n’a sans doute pas lieu d’être, car ce qui existe c’est un monnayage du Portus Vitraria qui comprend toute la région des salines et des entrepôts sauniers, avec des frappes qui peuvent fort bien être introduites au nord, sur le port fluvial qui donne accès à la Loire, c’est-à-dire Port-Saint-Père, qu’au sud, près des entrepôts de stockage, à savoir à Sainte-Même, cf. sur ce point Bruand O., Voyageurs et marchandises…, op. cit., p. 187, et Brunterc’h J.-P., L’extension du ressort politique et religieux du Nantais au sud de la Loire : essai sur les origines et la dislocation du pagus d’Herbauge, thèse dactylographiée, Université de Paris IV, 1981 ou Tonnerre N.-Y., Naissance de la Bretagne : géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale de la fin du viiie à la fin du xiie siècle, Angers, 1994, p. 18-28. On ne peut pas non plus exclure que ce soient les monétaires de ce Portus qui aient été à l’origine de la frappe occasionnelle constatée à Saint-Philbert-de-Grandlieu et connue par deux pièces (Depeyrot, ibidem, p. 9, Belfort, 1724/5 ou Prou, 545). Enfin, Georges Depeyrot (ibid., p. 9) risque l’hypothèse d’une frappe occasionnelle à Vertou en signalant une monnaie à la légende +VERTAO+VICO dont on ignore la provenance et les conditions de découverte.

19 Le monnayage d’Aujac porte la légende ALBIACO VICO et est connu par deux pièces (Belfort 75 et 5899) dont une trouvée en Vendée dans le trésor dit de la Baugisière (J. Lafaurie-J. Pilet-Lemière, 85.256.1). Les monnaies d’Annezay à la légende ANISIACO VICO ont été attribuées à tort par G. Depeyrot à Aigné dans la Sarthe (Le monnayage mérovingien…, III, p. 18) suivant ainsi les attributions anciennes de Belfort qui en classant la collection Ponton d’Amécourt a eu tendance à multiplier les ateliers dans le Maine, l’Anjou et la Touraine dont son mécène était une figure marquante, pensant que les pièces qu’il avait rassemblées provenaient en priorité des alentours ; si la circulation locale était réellement prédominante, de Belfort a pourtant exagéré ce qui conduit Depeyrot à retrouver dans le seul département de la Sarthe 31 localités pourvues d’un monnayage ; pour la restitution à Annezay, cf. J. Lafaurie, J. Pilet-Lemière, op. cit., 19.63.1, avec un tremissis trouvé en Corrèze, à Cosnac, près de Brive-la-Gaillarde, localité tout de même plus accessible depuis la Charente que depuis le Maine, d’autant que la vallée de la Dordogne et la Gironde constituent un axe évident qui relie cette région aux salines des Charentes. De même, on ne retient pas ici le tremissis à la légende CATOMARIO VICO que Depeyrot (Le monnayage mérovingien…, III, p. 112) attribue sans preuve suffisante à Chepniers, Charente-Maritime, canton Montlieu-la-Garde, à l’extrême sud-est du département, parce que cette pièce isolée (Belfort 1469) a aussi été donnée à Castelmary dans l’Aveyron, ce qui est tout aussi sujet à caution, faute de connaître l’endroit de la trouvaille ; et de toute manière Chepniers, aux limites de la Gironde et assez proche de Libourne ne saurait être compté au rang des monnayages liés au sel.

20 Pour les deniers précarolingiens, cf. J. Lafaurie, J. Pilet-Lemière, op. cit., carte 20 : lieux d’émission de deniers mérovingiens (675-751), p. 382 ; encore convient-il de préciser que cette carte peut à tout moment être modifiée par la découverte de nouvelles pièces ou trésors qui pourraient faire apparaître d’autres places monétaires.

21 Bruand O., « Circulation monétaire… », op. cit., p. 52-53.

22 Bailly-Maître M.-C., Benoît P., « Les mines d’argent de la France médiévale », dans L’argent au Moyen Âge, cité (cf n. 4 supra), p.17-45, plus particulièrement p. 21-25.

23 Les premières pièces connues de Melle sont des tremisses de la fin du vie siècle (Depeyrot, Le monnayage mérovingien…, III, p. 116) dont l’un signalé dans le trésor de Bordeaux, mais l’atelier n’est guère actif avant l’apparition des deniers. Cf. note précédente.

24 Lafaurie J., Pilet-Lemière J., op. cit., carte 20 : lieux d’émission de deniers mérovingiens (675-751), p. 382.

25 Depeyrot G., Le numéraire carolingien, op. cit., p. 98 et 225. Le monnayage de Saintes n’est pas attesté entre 77 et le règne de Louis IV à partir de 936, tandis que celui d’Angoulême s’interrompt entre 793 et 923, mais de nouvelles découvertes peuvent démentir ces constatations.

26 Cette carte est établie à l’aide des catalogues cités note 3, principalement celui de J. Lafaurie et J. Pilet-Lemière. Elle comptabilise les monnaies venues des salines comme celles qui y ont abouti, données ici sous le numéro de ces auteurs, sauf indication contraire. Pièces venues des salines : tremissis de Port-Saint-Père, Loire-Atlantique, à la Berlière, Ardennes, 8.61.1 ; plomb de Thiré, Vendée, à Châtres, Aube, 10.89.4 ; tremissis de Thiré à Curcy-sur-Orne, 14.213.1 ; tremissis de Nantes à Angoulême, 16.15.2 ; tremissis de Thiré à Puyréaux, Charente, 16.272.1 ; denier sans doute d’Angers à Saint-Denis-d’Oléron, 17.323.1 ; tremissis de Campbon, Loire-Atlantique, à Saintes, 17.415.7 ; tremissis de Nantes à Saint-Brieuc, 22.278.1 ; tremissis de Campbon à Saint-Éloi, Creuse, 23.191.1 ; tremissis de Nantes, à Moélan-sur-Mer, Finistère, 29.150.1 ; tremissis de Saintes à Séviac, Gers, 32.290.1.10 ; 2 tremisses d’Angers, 1 de Melle et 2 de Port-Saint-Père dans le trésor de Bordeaux, n° 16/17, n° 129 et 130/131 d’après la liste établie par P. Le Gentilhomme, Mélanges de numismatique mérovingienne, 1940 : « Trouvaille de monnaies d’or des mérovingiens et des Wisigoths faite à Bordeaux en 1803 », p. 6-51, article dans lequel l’auteur attribuait aussi à tort un tremissis du monétaire Baudulfus à un atelier de la basse Loire, ce que refusent Lafaurie et Pilet-Lemière qui y voient un atelier anglais, cf. 85.92.10 ; denier d’Antigné, Maine-et-Loire, à Lesparre-Médoc, 33.240.1 ; tremissis de Thiré en Gironde, DePeyrot, Le numéraire mérovingien, III, p. 32, type 20-1A ; tremissis de Nantes à Saint-Malo, 35.288.1 ; tremissis de Thiré, dans le Médoc, ibidem, p. 31, type 13-1A ; tremissis de Nantes à Javron, Mayenne, 53.121.1 ; tremissis d’Angers en Lorraine, Moselle ?, 57.000.1 ; tremissis de Nantes à Famars, Nord, 59.221.2.2 ; denier d’Angers dans les environs de Rouen, Le Gentilhomme, op. cit. : « Deniers mérovingiens et sceattas anglo-saxons », p. 56-65, n° 7 ; tremissis d’Angers à Chissey-en-Morvan, Le Gentilhomme, op. cit. : « Monnaies mérovingiennes de la trouvaille de Buis », n° 53 ; tremissis de Vrillé, Vendée, à Lacourt-Saint-Pierre, Tarn-et-Garonne, 82.85.1 ; tremissis de Thiré, Vendée, à Limoges, 87.85.10 ; tremissis de Rezé à Razès, Haute-Vienne, 87.122.1 ; tremissis de Nantes à Wilitz, Luxembourg, Depeyrot, op. cit., p. 6, type 13-1A ; tremissis de Thiré à Namur, ibid., p. 33, type 21-1A ; tremissis de Thiverzay, Vendée à Escharen, Pays-Bas, ibid., p. 33, type 13-1 ; tremissis d’Angers à Sutton Hoo, Angleterre, ibidem, p. 12, type 20-1A ; tremissis de Campbon à Faversham, Kent, Grierson P., Blackburn M., Medieval european Coinage, I, the early Middle Ages (5th-10th centuries) Cambridge, 1986, p. 124.

27 Cette pièce d’Angers est un tremissis d’Angers du monétaire Seudulfus, répertoriée par J. Lafaurie et J. Pilet-Lemière sous le n° 57.000.1 et qui a fait partie de la collection d’un numismate local, elle aurait été découverte en Lorraine, mais on ignore s’il s’agit du département de la Moselle.

28 Bruand O., Voyageurs et marchandises…, op. cit., p. 74 ou Vita Filiberti, c. 37.

29 Cf. supra notes 18 et 19.

30 Dans certains cas l’incertitude est encore plus grande ; le tremissis de Thiré retrouvé à Limoges peut être venu en Limousin par la Loire et la Vienne comme par la côte et la Charente, mais on ne peut pas non plus exclure un itinéraire routier à travers le Poitou, car la distance entre les deux est inférieure à 180 kilomètres et peut encore être envisageable dans le cadre d’une collecte régionale atypique.

31 Carte 2, liste des pièces collectées vers les régions de salines, avec leurs références dans J. Lafaurie, J. Pilet-Lemière, sauf indications contraires : en Charente-Maritime, denier de Rouen à La Rochelle, 17.300.1 ; tremissis de Chalonsur-Saône à Saint-Georges-des-Côteaux, 17.336.1 ; 2 tremisses wisigoths de Narbonne ou du nord de l’Espagne à Saint-Georges-d’Oléron, 17.337.1.1 et 17.337.1.2 ; tremissis de Greignac, Haute-Vienne, en Charente-Maritime, 17.000.1 ; en Loire-Atlantique, tremissis d’Alleyrat, Corrèze, à Ancenis, 44.3.1 ; tremissis de Veuves, Loir-et-Cher, à Bourgneuf-en-Retz, 44.21.2 ; tremissis de Bannassac, Lozère, à Haute-Goulaine, 44.71.1 ; tremissis wisigoth de Septimanie, à Herbignac, 44.72.1 ; tremissis de Beaumont (Ménetou-Salon), Cher, à Nantes, 44.109.6 ; tremissis de Provins à Nantes, 44. 109.10 ; sceat germanique ? anglais ? frison ? à Nantes, 44. 109.11 ; tremissis de Neuvy, Sarthe, à Saint-Géréon, 44.160.1 ; tremissis de Binson, Marne, à Saint-Julien-de-Concelles, 44.169.1 ; tremissis de Charron, Creuse, à Savenay, 44.195.1 ; tremissis de Bannassac à Varades, 44.213.1 ; tremissis de Tours à Varades, 44.213.2 ; tremissis de Veuves à Vertou, 44. 215.2 ; en Maine-et-Loire, tremissis d’Amboise à Angers, 49.7.4 ; tremissis d’Orléans à Angers, 49.7.5 ; tremissis de Saint-Martin de Tours à Angers, 49.7.6 ; tremissis d’Amboise à Beaupréau, 49.23.1 ; tremissis d’or pâle ou denier d’Amboise à Brain-sur-Allonnes, 49.41.1 ; tremissis de Lieusaint, Seine-et-Marne, à Brissac-Quincé, 49.50.1, tremissis de Saint-Denis à la Chapelle-Saint-Florent, 49.175.1 ; tremissis de Verdun à Chênehutte-Cunault, 49.94.2 ; tremissis de Bordeaux à Doué-la-Fontaine, 49. 125.5 ; 2 tremisses d’Orléans à Faye d’Anjou, 49.134.1 et 49.134.2 ; 2 deniers de Paris à Saint-Just-sur-Dive, 49.291.1 et 49.291.2 ; en Vendée, un denier de Paris à Chaize-le-Vicomte, 85.46.1 ; tremissis d’Essonnes et un autre de Palaiseau à Dompierre-sur-Yon, 85.81.1 et 85.81.2 ; tremissis d’Ambernac, Charente, à Fontenay-le-Comte, 85.92.1 ; tremissis d’Arpajon à Fontenay-le-Comte, 85.92.3 ; tremissis d’Évrecy à Fontenay-le-Comte, 85.92.4 ; tremissis du Mayet, Sarthe, à Fontenay-le-Comte, 85.92.5 ; tremissis de Riom à Fontenay-le-Comte, 85.92.6 ; tremissis de Sully-sur-Loire à Fontenay-le-Comte, 85.92.7 ; sceat anglo-saxon à Fontenay-le-Comte, 85.92.12 ; tremissis de Ballon, Sarthe, à Grues, 85.104.1 ; tremissis de Javron, Mayenne, à Luçon, 85.128.2 ; tremissis de Vannes à Mouchamps, 85.153.1 ; tremissis de Saint-Martin de Ligugé à Noirmoutier-en-l’Île, 85.163.1 ; tremissis d’Alet ou du Pecq à la Roche-sur-Yon, 85.191.1, attribué par Depeyrot, Le numéraire mérovingien, II, p. 143, type 13-1A, au Pecq, Yvelines ; tremissis de Paris à la Roche-sur-Yon, 85.191.2 ; tremissis de l’église de Toulouse à Saint-Cyr-en-Talmondais, 85.206.1 ; tremissis de Vitry-le-Brûlé, Marne, à Saint-Cyr-en-Talmondais, 85.206.2 ; tremissis de Bayeux à Saint-Gervais, 85.221.2 ; tremissis d’Essonnes à Saint-Pierre-du-Chemin, 85.264.1 ; tremissis de Lyon à Vouvant, 85.305.1.

32 Pour ce trésor très important, de l’ordre de 3 000 pièces, on n’a que des données fort imprécises. On peut renvoyer à Ph. Grierson, M. Blackburn, op. cit., p. 126, mais eux-mêmes s’appuient sur P. Le Gentilhomme qui préparait une édition du trésor qu’il n’a pas eu le temps de publier ; toutefois il en a donné un état préparatoire en introduction à son étude sur le trésor de Chissey-en-Morvan, « Monnaies mérovingiennes de la trouvaille de Buis », Mélanges de numismatique mérovingienne, op. cit., p. 96-130, avec la mention des quatre ateliers dominants, de ceux qui ont une présence notable et de ceux qui ne sont connus que par une seule occurrence.

33 Cf. supra note 31.

34 Cf. supra notes 18 et 19.

35 Pour parvenir dans la région des salines, la pièce de Ménetou-Salon a du suivre le Cher, celle de Riom, l’Allier puis le fleuve, celle de Charron, la Creuse et la Vienne et celles du Mayet et de Ballon ont certainement emprunté la Sarthe.

36 Cf. supra note 14.

37 Cf. supra note 31.

38 Le Gentilhomme P., « Trouvaille de monnaie d’or des Mérovingiens et des Wisigoths faite à Bordeaux en 1803 », op. cit., p. 6-51. À côté des 140 tremisses mérovingiens, on trouve 38 tiers de sous wisigoths qui vont du règne de Léovigilde (573-586) à celui de Wamba (672-680). S’agit-il d’un lot qui correspond à la circulation habituelle dans le royaume de Tolède ou d’un groupe de monnaies rassemblées récemment en Septimanie et venu s’enfouir au débouché de la Garonne ?

39 Cf. supra note 32. On note ici une erreur de P. Le Gentilhomme qui attribuait les monnaies de Thiré à Trizay-surle-Lay en Vendée donnant le nom d’un monétaire AONOMVNDUS, or ce monnayage de Trizay est refusé par J. Lafaurie et J. Pilet-Lemière qui attribuent les pièces à la légende TEODERICIA à Tercé en Poitou. Le nom du monétaire incite à rendre ce monnayage à Thiré, d’ailleurs voisin de La Baugisière, où on connaît un monétaire AVNOALDUS, dont la forme du nom, toujours difficile à lire sur les monnaies mérovingiennes, se trouve sous les variantes AUNO∧LDO, LVNOMVLDO, AONOA…, ce qui est proche de la lecture ∧ONOMVNDO de le Gentilhomme qui a aussi mal lu en confondant TIDIRIACO (Thiré) et TEODERICIA (Tercé). Pour autant qu’on puisse la déduire de cet article, la composition du trésor serait de cet ordre. Ateliers représentant chacun 1/6 du trésor, soit approximativement 500 pièces : Paris, Orléans, Thiverzay, Thiré ; ateliers ayant fourni plusieurs pièces (sic !) : Brioux, Tourteron, Cenon (cité de Poitiers), Campbon (Nantes), Angers, Saint-Jean-d’Assé et Noyen-sur-Sarthe (Le Mans), Clémont (Bourges), Essonnes (Paris), Senlis, Évrecy (Bayeux), Autun. Localités représentées par une seule pièce : Lyon, Chalon-sur-Saône, Rouen, Saint-Lô, Tours, Saint-Martin-de-Tours, Chinon, Veuves, Le Mans, Saint-Calais, Rennes, Blois, Vendôme, Pierrefitte, Sully-sur-Loire, Vienne-en-Val, Le Pecq, Trèves, Reims, Soissons, Charly, Bourges, Marseille, Limoges, Javols, Bannassac, Saintes, Aujac, Poitiers, Ardin, Brion, Rezé, Voutegeon, Nontron, Saint-Bertrand-de-Comminges, Novempopulanie.

40 Les trouvailles monétaires montrent effectivement un axe de circulation actif entre la région parisienne et les côtes de la Manche ou du nord de la Bretagne, qui peut fort bien avoir été employé par des navires qui poursuivent jusqu’aux salines atlantiques pour charger du sel, marchandise pondéreuse qu’il est toujours plus aisé de charger sur une embarcation que sur des chariots, car on peut ainsi emporter une cargaison plus importante et éviter les ruptures de charge. Monnaies témoins retrouvées sur cet axe : tremissis de Lieusaint à Bayeux, 14.47.4, tremissis de Reims à Hérouvillette, 14. 328.1.3 ; tremissis de Paris à Cherbourg, 50.129.4 ; tremissis bourguignon à Équeurdeville-Haineville, Manche, 50.173.1 ; tremissis de Lieusaint à Néville-sur-Mer, Manche, 50.375.1 ; tremissis de Draveil à Lucy, 76.399.1.2 ; tremissis de Rouen à Mareuil-les-Meaux, 77.276.1 ; tremissis d’Auxerre à Évrecy, 89.24.3 ; sceat anglo-saxon à Sens, 89.387.3 ; sceat à Palaiseau, 91.477.1 ; sceat à Villemonble, Seine-Saint-Denis, 93.77.1. A contrario des pièces passent de la Loire à la Seine, ou l’inverse, sans forcément descendre à l’embouchure des fleuves pour tourner la Bretagne, par exemple : tremissis de Rouen à Saint-Père-sur-Loire, Loiret, 45.297.1 ; tremissis d’Orléans à Hardonnières, Somme, 80.417.1.

41 Liste des pièces retenues pour la carte 3, avec leur numéro de référence de J. Lafaurie et J. Pilet-Lemière, sauf indication contraire : tremissis de Vienne-en-Val, Loiret, retrouvé à la Bastide-de-Cérou, Ariège, 9.42.2 ; tremissis de Saint-Yriex, Haute-Vienne, au Luc-sur-Mer, Calvados, 14. 384.1 ; tremissis wisigoth à Sannerville, Calvados, 14.666.1.2 ; tremissis de Saint-Vaast d’Arras à Angoulême, 16.15.4 ; denier de Rouen à La Rochelle, 17.300.1 ; tremissis de Rennes à Vierzon, 18.279.3 ; tremissis frison à Beaulieu-sur-Dordogne, 19.19.1 ; tremissis wisigoth à Saint-Quay-Portrieux, Côtes-d’Armor, 22.325.1 ; tremissis de Vancé, Sarthe, à Saint-Quay-Portrieux, 22.325.2 ; tremissis de Vouzon, Loir-et-Cher, à Ribérac, Dordogne, 24.352.1 ; tremissis wisigoth à Saint-Pol-de-Léon, 29.259.1 ; tremissis de Paris à Seyre, Haute-Garonne, 31.546.1 ; 4 tremisses de Brion, Vienne, Ballan-Miré, Indre-et-Loire, Veuves et Blois dans le trésor de Séviac, 32.290.1.13 à 17 ; tremissis de Quentovic à Séviac, 32.290.4 ; tremissis de Varennes-Changy, Loiret, à Bordeaux, 33.63.10 ; tremissis de Yèvres, Aube, à Cadillac, 33.82.1 ; 7 tremisses de Rouen dans le trésor de Bordeaux, Le Gentilhomme, n° 3-9 ; 2 tremisses d’Avranches et un de Sées, ibidem, n° 1012 ; tremissis de Tours et 2 du Mans, ibid., n° 12-15 ; tremissis d’Orléans et 5 de Paris, ibid., n° 18-23 ; tremissis de Pouillé, Loir-et-Cher, à Rennes, 35.238.1 ; tremissis de Toulouse en Bretagne (sic), 35.000.1.4 ; tremissis de Vouzon à Aiguillon, Lot-et-Garonne, 47.4.1 ; denier de Poitiers à Aiguillon, 47.4.2 ; tremissis d’Amiens à Port-Sainte-Marie, Lot-et-Garonne, 47.210.1 ; tremissis de Cussay, Indre-et-Loire, ou Cossé-le-Vivien, Mayenne, à Villeneuve-sur-Lot, 47.323.2 ; tremissis de Bannassac aux Moitiers-d’Allonne, Manche, 50.332.1 ; tremissis d’Ardin, Deux-Sèvres, à Vesly, Manche, 50.629.1 ; tremissis de Semur-en-Auxois à Theix, Morbihan, 56.251.1 ; tremissis de Bordeaux à Metz, 57.453.16 ; tremissis de Montignac, Lot-et-Garonne, à Valenciennes, 59.606.1 ; tremissis d’Ambernac, Charente, à Sées, 61.464.1 ; sceat anglo-saxon à Aubigné-Racan, Sarthe, 72.13.1 ; tremissis de Saint-Bertrand-de-Comminges à Paris, 75.56.10 ; tremissis de Tourteron à Paris, 75.56.11 ; 3 tremisses de Bordeaux, Gannat et Tours à Lucy, 76.399.1.1, 76.399.1.3 et 76.399.1.4 ; tremissis d’Amboise à Saint-Aubin-Épinay, Seine-Maritime,76.560.1 ; 2 deniers de Saint-Martin de Tours et 1 de Bourgueil dans les environs de Rouen, Le Gentilhomme, op. cit., « Deniers mérovingiens et sceattas anglo-saxons », p. 56-65, n° 4 à 6 ; tremissis de Marcillé, Ille-et-Vilaine à Meaux, 77.284.2 ; tremissis du Cornil, Corrèze, à Méricourt, Yvelines, 78.391.1 ; tremissis de Quentovic à Échiré, Deux-Sèvres, 79.109.1 ; tremissis de Paris/Dagobert 1er à Niort, 79.191.2.2 ; tremissis de Dorestad à Lavaur, Tarn, 81.140.2 ; tremissis fourré d’Orléans (imitation frisonne ?) à Lavaur, 81.140.3 ; 2 tremisses de Rouen à Limoges, 87.85.6 et 7 ; denier du Mans à Limoges, 87.85.13 ; tremissis fourré type wisigoth sans doute d’Armorique ( ?) à Sergines, Yonne, 89.391.1 ; tremissis d’Ambernac (imitation) à Aménucourt, Val-d’Oise, 95.12.1 ; un tremissis d’Agen à Faversham, Kent, Ph. Grierson, M. Blackburn, Medieval européen Coinage, I, cité, p. 124 ; un tremissis de Bordeaux à Sutton Hoo, G. Depeyrot, Le numéraire mérovingien, I, p. 88 ; un tremissis d’Aquitaine à Saint-Aubin, Meuse, Grierson, Blackburn, p. 127. À ces monnaies, on doit ajouter les trésors de deniers mérovingiens de Plassac sur la Gironde qui contient au moins 6 deniers de Rouen, des deniers de Paris et 12 sceattas et celui de Saint-Pierre-les-Étieux dans le Cher où 11 sceattas figurent dans l’inventaire, cf. J. Lafaurie, Bulletin de la Société française de Numismatique, 27, 1972 et idem, revue numismatique, 11, 1969, p. 98-279.

42 C’est à la remontée de la Loire et de ses affluents que le phénomène est le plus visible, avec des pièces lointaines qui ont transité par les salines avant d’être redistribuées le long des routes du sel, comme la pièce de Rennes qui termine à Vierzon après avoir remonté la Loire et le Cher, le sceat anglo-saxon retrouvé à Aubigné-Racan sur le Loir ou les sceattas du trésor de Saint-Pierre-les-Étieux, localité qui est aussi toute proche du Cher. Il se retrouve sur la Charente avec une pièce d’Arras qui a abouti à Angoulême (cf. note 41). Cette circulation fonctionne aussi en sens inverse à la descente de la Loire vers les salines, avec en provenance d’Indre-et-Loire les pièces de Ballan-Miré, Tours, Cussay, Bourgueil ; du Loir-et-Cher, Veuves, Blois, Pouillé, Vouzon ; du Loiret, Orléans, Vienne-en-Val, Varennes-Changy ; de la Sarthe, Le Mans, Vancé ; et de l’Allier, Gannat (références note 41).

43 Cf. supra notes 9 à 11.

44 J. Lafaurie et J. Pilet-Lemière relèvent quelques cas : tremissis frison est parvenu à Beaulieu-sur-Dordogne, 19.19.1 ; sceat à Nantes, 44.109.11 ; sceat anglo-saxon à Aubigné-Racan, 72.13.1 ; tremissis fourré d’Orléans qui pourrait être une imitation frisonne à Lavaur, 81.140.3 ; sceat anglo-saxon à Fontenay-le-Comte, 85.92.12.

45 Georges Depeyrot défend dans son Corpus, op. cit., p. 121, l’idée d’attribuer à Bourges le monnayage « d’Aquitaine » en s’appuyant sur la coïncidence entre ces frappes et celles au titre de la cité berrichonne, arguant en outre d’une identité du métal et d’une association des deux types dans les mêmes trésors. Pourtant ces arguments semblent fragiles et l’identification avec Bordeaux préférable pour plusieurs raisons. D’abord parce que le minerai de Melle ayant une quasi exclusivité dans les frappes carolingiennes (cf. supra note 22), ce qui est vrai pour Bourges l’est tout autant pour Bordeaux. Ensuite parce que les frappes bordelaises d’époque carolingienne se limitant à quelques 10 pièces de Louis le Pieux et de Lothaire alors que cet atelier était fort actif à l’époque mérovingienne, on peut aisément imaginer que cette pénurie de monnaies bordelaises tiendrait plus à un changement local de légende qu’à un affaiblissement subit et inexplicable de la frappe, d’autant moins crédible que Pépin II d’Aquitaine qui revendique son autonomie avait plus intérêt à promouvoir Bordeaux que Bourges située trop près de sa frontière nord ; d’ailleurs ce souverain frappe en quantité notable à Toulouse, cité au cœur du royaume qu’il a tenté d’imposer à son oncle Charles le Chauve. Enfin, l’argument des trésors est tout aussi faible car si on a effectivement 127 monnaies de Bourges, et 13 d’Aquitaine à Apremont, on y trouve aussi 2 des rares pièces marquées BVRDIGALA ; dans le trésor de Roermond sur la Meuse, on retrouve 2 pièces de Bordeaux, 34 d’Aquitaine et une seule de Bourges. Il n’y a donc aucune raison de lier étroitement le monnayage aquitain à Bourges, d’autant que les routes indiquées par ces 4 pièces carolingiennes de Bordeaux sont comparables avec celles que peut emprunter le monnayage aquitain avec le cabotage le long des côtes depuis la Gironde jusqu’à la Loire et de là, une redistribution soit vers la Manche et la mer du Nord, soit vers le Berry en remontant le fleuve. Metcalf D. M., « A sketch… », op. cit., p. 79 et 90, note aussi la tendance à une exportation des monnaies aquitaines vers le nord par la côte atlantique tandis que S. Coupland, « Money and coinage under Louis the Pious », dans Francia, 17/1, 1990, p. 23-54, rappelle que Pépin Ier d’Aquitaine frappait les monnaies anonymes XPISTIANA RELIGIO à Dax, donc au cœur de l’Aquitaine dans son sens géographique actuel. Selon le même auteur, « The coinage of Pippin I and II of Aquitaine », dans Revue Numismatique, VIe série, XXXI, 1989, p. 195-223, le monnayage AQVITANIA pourrait bien être bordelais.

46 Bruand O., Voyageurs et marchandises…, passim. Jeanne-Rose O., « Ports, marchands et marchandises… », passim.

47 Cette constatation établie précédemment dans mon ouvrage Voyageurs et marchandises …, op. cit., p. 176-177, se retrouve aussi sur cette carte où on note le poids très important de la circulation locale des monnaies melloises le long de la Charente.

48 Duplessy J., Trésors monétaires…, op. cit., n° 135 : ce trésor montre une collecte qui concerne surtout la région jusqu’à une centaine de kilomètres au sud de la cité avec 35 pièces de Chartres, 21 de Blois, 3 de Chateaudun, 1 de Vendôme. La collecte, encore notable à Orléans, Tours et Chinon, montre qu’un lot de monnaies issues du cours moyen de la Loire ne comporte qu’assez peu de monnaies venues de l’aval comme celles d’Angers et susceptibles d’avoir accompagné les navires sauniers.

49 À Fontenelle/Saint-Wandrille, sur la basse Seine, on a déjà recours à du sel venu du Cotentin d’après les Gesta, cf. Bruand O., Voyageurs et marchandises…, p. 189.

50 D. M. Metcalf, « A sketch of currency... », op. cit., carte p. 90, met en avant une collecte sur les côtes aquitaines de pièces qui aboutissent à l’embouchure du Rhin et S. Lebecq, « La Neustrie et la mer », passim, souligne le rôle de redistribution de Quentovic qui rassemblait les marchandises issues du monde franc pour les envoyer vers les côtes anglaises.

51 Le comptage des pièces à partir des trésors carolingiens répertoriés par J. Duplessy et H. A. Völckers donne au moins 200 monnaies qui ont suivi la Loire ou ses affluents vers l’aval sur la totalité ou une partie de leur parcours, tandis qu’en sens inverse on en dénombre un minimum de 300. Les pièces dont le parcours est impossible à déterminer ou pour lesquelles plusieurs itinéraires de collecte sont possibles n’ont pas été retenues. Monnaies ayant descendu la Loire sur au moins une partie de leur parcours : 2 Bourges à Angers (Duplessy 12, déormais abrégé D 12) ; 2 Bourges à Chef-Boutonne (D 97) ; 4 Angers, 2 Blois et 12 Orléans à Juaye-Mondaye (D 177) ; 6 Blois et 8 Le Mans à Monchyau-Bois (D 217) ; 2 Chartres, 26 Orléans, 38 Tours, 18 Bourges, 2 Blois, 1 Brioude et 1 Nevers à Rennes (D 274) ; 28 Orléans, 8 Tours et 5 Le Mans à Saint-Brieuc (D 293) ; 4 Orléans, 1 Bourges, 1Lyon, 4 Tours et 3 Angers à Saint-Cyr-en-Talmondais (D 297) ; 1 Nevers et 1 Avallon à Savigné-sous-le-Lude (D 341) ; plusieurs pièces (une vingtaine ?) d’Angers, Orléans, Le Mans, Blois à Vire (D 376) ; 1 Bourges et 1 Tours à Domburg (Völckers, p. 44, abrégé V 44) ; 4 Tours à Dorestad (V 51) ; 1 Bourges à Krinkberg (V 79) ; 4 Bourges, 3 Tours à Wiesbaden-Biebrich (V 104) ; 1 Le Mans à Jaederen (V 117) ; 1 Poitiers à Kettilstorp (V 118). Monnaies ayant remonté la Loire ou un de ses affluents sur une partie au moins de leur itinéraire : 2 Bourges à Angers (D 12) ; 13 Aquitaine, 2 Bordeaux, 74 Melle, 5 Dax et 1 Nantes à Apremont (D 17) ; 1 Nantes, 1 Tours à Chalo-Saint-Mars (D 79), 10 Rennes à Chalon-sur-Saône (D 89) ; 15 Aquitaine et 2 Melle à Chaumoux-Marcilly (D 94) ; I Blois, 2 Le Mans, 2 Tours, 1 Rennes à Cosne-sur-Loire (D 110) ; 1 Melle, 5 Aquitaine à Fontaines (D 147), 1 Saint-Maixent, 3 Tours et 2 Melle à Imphy (D 169) ; 5 Lisieux, 2 Le Mans et 20 Curtisasonien à Issy-l’Évêque (D 172) ; plusieurs Curtisasonien, Lisieux et Le Mans à Luzy (D 202) ; 5 Aquitaine à Méréville (D 211) ; 2 Angers, 1 Mayenne, plusieurs Curtisasonien, Lisieux et Le Mans à Montrieux-en-Sologne I (D 229) ; 78 Angers, 10 Bayeux, 14 Curtisasonien, 1 Mayenne, 1 Nantes, 8 Rouen, 1 Quentovic, plus d’autres pièces non répertoriées d’Angers, Le Mans, Mayenne, Curtisasonien, Quentovic gardées par l’inventeur à Montrieux-en-Sologne III (D 231) ; 1 Quentovic, 1 Bayeux, 1 Gembloux, 1Rouen, 2 Noyon, 1 Attigny à Savigné-sous-le-Lude (D 341) ; 1 Bayeux à Vrigny (D 378). Le trésor de Mercurey avec ses 900 pièces de Rennes n’a pas été retenu, car il s’agit manifestement d’un lot homogène qui a été ajouté à une trouvaille de monnaies régionales principalement bourguignonnes, aussi on ne peut considérer que ces monnaies soient le reflet d’une circulation du numéraire à des fins d’échange ; s’agirait-il d’une trésorerie d’une communauté ou d’un aristocrate breton en fuite devant les Normands ? Dernière remarque, si la circulation vers l’amont est un peu plus importante que vers l’aval, cela tient surtout au poids relatif des deux gros trésors d’Apremont et Montrieux qui sont tous deux à l’est de notre zone.

52 La circulation monétaire par cabotage le long des côtes aboutit aux comptages suivants. Monnaies ayant au moins partiellement suivi la route des salines atlantiques vers la Manche ou la mer du Nord : plusieurs Melle à Campeaux (D65) ; 1 Nantes à Compiègne (D 104) ; 7 Le Mans, 2 Rennes à Glisy (D 154) ; 1 Tours à Imbleville (D 168) ; 6 Blois, 1 Chinon, 8 Le Mans, 1 Nantes et 1 Rennes à Monchy (D 217) ; 28 Orléans, 8 Tours et 5 Le Mans à Saint-Brieuc (D 293) ; plusieurs pièces (une vingtaine ?) d’Angers, Orléans, Le Mans, Blois à Vire (D 376) ; 1 Bourges, 1 Narbonne, 1 Tours, 3 Aquitaine à Domburg (V 44) ; 1 Limoges, 2 Agen, 1 Aquitaine, 1 Toulouse, 4 Tours à Dorestad (V 51) ; 1 Angers à Bonn (V 60) ; 1 Narbonne, 1 Toulouse à Schouwen (V 70) ; 1 LeMans, 4 Limoges, 3 Melle, 1 Bourges, 1 Bordeaux à Krinkberg (V 79) ; 2 Agen, 4 Bourges, 3 Melle, 4 Toulouse, 3 Tours à Wiesbaden-Biebrich (V 104) ; 1 Agen, 1 Toulouse à Ibersheim (V 110) ; 1 Aquitaine à Roswinkel (V 111) ; 1 Melle, 1 Le Mans à Jaederen (V 117) ; 1 Melle à Lyslo (V117) ; 5 Melle, 1 Poitiers à Kettilstorp (V 118) ; 1 Melle à Penard, Pays de Galles (V 119) ; 2 Aquitaine, 2 Dax, 1 Toulouse, 10 Saint-Martin de Tours à Pilligerheck (Lafaurie, Rapport des conférences, École Pratique des Hautes Études, 1970) ; 1 Orléans, 1 Dax à Ide (Van Gelder, revue Numismatique, 1965) ; 1 Melle à Ablaincourt (dePeyrot, Corpus… n° 606, abrégé Corpus 606 ) ; 1 Angers à Bonn (V 60) ; 1 Angers à Bere Regis (Corpus 40) ; 53 Angers à Cuerdale (Corpus 43/44) ; 4 Blois à Cuerdale (Corpus 160 et 163) ; 2 Bordeaux à Roermond (Corpus 217) ; 1 Chinon à Jynevad (Corpus 318) ; 17 Limoges à Cuerdale (Corpus 508/509 et 512), plus 120 autres Limoges d’Eudes mais dont le type a été immobilisé et reproduit une bonne partie du xe siècle (Corpus 511) ; 2 Melle à Roermond (Corpus 613 et 627) ; 1 Melle à Cuerdale (Corpus 623) ; 1 Nantes à Cuerdale (Corpus 683) ; plusieurs Rennes à Zelzate (Corpus 856) ; 1 Toulouse à Cuerdale (Corpus 1007) ; 31 Tours à Cuerdale (Corpus 1041 et 1043) ; 5 Tours à Roermond (Corpus 1053), soit au total près de 400 pièces. En sens inverse, de la mer du Nord ou la Manche vers les salines atlantiques on relève : 1 Huy à Ballon (D 32) ; 15 deniers des souverains de Wessex et 2 de Canterbury au Dorat en Limousin (D 123 ter) ;) 1 Mouzon, 1 Thérouanne et 1 Quentovic à Marçay (D 207) ; 1 Valenciennes, plusieurs Lisieux à Montrieux-Courbanton I (D 229) ; au moins 2 Attigny, 8 Arras, 10 Bayeux, 1 Cambrai, 1 Saint-Géry de Cambrai, au moins 2 Quentovic, 8 Rouen, 1 Thérouanne, 1 Védrin ? à Montrieux-Courbanton III (D 231 contra Frère, p. 75 n° 47 qui ajoute 1 Tongres/ Liège à cette liste) ; 2 Bayeux, 1 Thérouanne, 1 Aix-la-Chapelle, 1 Védrin ? à Nourray (D 243) ; 2 Quentovic, 5 Dorestad, 1 Rouen à Saint-Cyr-en-Talmondais (D 297) ; 2 Noyon, 1 Attigny, 1 Bayeux, 1 Gembloux, 1 Quentovic, 1 Rouen, 1 Saint-Pierre de Corbie à Savigné-sous-le-Lude (D 341) ; 1 Namur près de Tours (Frère, p. 39, n° 14) ; 1 Aix-la-Chapelle à Huriel ? (Depeyrot, Corpus 18, mais malgré les assertions de cet auteur cette pièce n’est pas retenue par D 167). Le total ne représente que 75 pièces, car on n’a pas pris en compte les monnaies venues de côtes de la Manche ou de la mer du Nord qui se sont retrouvées dans les trésors en amont d’Orléans à Apremont (18 Cambrai, 7 Quentovic, 6 Rouen), Imphy (1 Cambrai, 1 Louvain ?, 3 Quentovic, 4 Corbie, 3 Maastricht), Cosne-sur-Loire (1 Amiens, 1 Arras, 1 Cambrai, 1 Gand, 1 Thérouanne) ou Vrigny (1 Bayeux) car ces pièces peuvent avoir suivi le cours de la Seine et la route de Paris à Orléans, lieu de contact avéré entre les deux fleuves, sans jamais être passées par les salines atlantiques ; même si on les réintègre, le total passe à 124 pièces, soit moins du tiers des monnaies qui circulent en sens inverse. On n’a pas non plus intégré les pièces champenoises ou celles venant de Soissons, Laon ou Saint-Quentin qui ont abouti dans les régions ligériennes, car leur itinéraire demeure insaisissable, pouvant passer par l’embouchure de la Seine et le tour de la Bretagne comme par les points de contact entre Seine et Loire que sont Paris, Chartres ou Auxerre.

53 Bruand O., Voyageurs et marchandises, op. cit., p. 189, avec les mentions elliptiques de salines en Talou, entre Béthune et Bresle, sur les côtes de l’Artois et sur l’île de Walcheren.

54 Sidoine Apollinaire dès le ve siècle dans son éloge de Narbonne rappelle que le sel est une des richesses de la ville.

55 Bruand O., Voyageurs et marchandises, op. cit., p. 192-197 ainsi que les autres travaux cités supra note 2.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Monnaies mérovingiennes issues des zones de salines retrouvées hors de leur région d’origine
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7616/img-1.png
Fichier image/, 36k
Titre Figure 2 : Monnaies mérovingiennes drainées vers les salines
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7616/img-2.png
Fichier image/, 45k
Titre Figure 3 : Monnaies passées par les salines (vie-viiie siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7616/img-3.png
Fichier image/, 50k
Titre Figure 4 : Dispersion des pièces de Melle, Angers et Nantes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7616/img-4.png
Fichier image/, 54k
Titre Figure 5 : Monnayage carolingien passé par les salines
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7616/img-5.png
Fichier image/, 54k

Auteur

Université du Maine

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540