Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Deuxième partie. La production des sels atlantiques : sociétés saunières et modes de faire-valoir salicoles

Saliculture et développement durable : l’exemple de la presqu’île guérandaise

Jean-Pierre Corlay

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sur la côte atlantique, il existe encore quelques bassins salicoles, les plus connus étant ceux de (...)

1La presqu’île guérandaise (également appelée bas-pays guérandais) forme un quadrilatère de terre limité au nord par l’estuaire de la Vilaine, au sud par celui de la Loire, à l’est par la zone humide du Parc naturel régional de Brière et à l’ouest par la mer côtière du golfe de Gascogne. Elle constitue un espace composite où les marais salants occupent une place importante. Les deux bassins salicoles, le bassin de Guérande au sud et celui du Mès au nord, couvrent 2 000 ha (1 700 ha pour le premier, 350 ha pour le second) et sont sous l’influence de bassins versants associant, sur environ 17 000 ha, des plateaux, des coteaux et quelques petits marais doux. La presqu’île guérandaise est une des dernières, mais la plus importante, régions françaises de production artisanale de sel1, avec des volumes oscillant entre 10 000 et 12 000 tonnes annuellement et, selon les années, des pics de 20 000 à 25 000 tonnes, comme en 1976 et 1989, ou des creux de 1 000 à 2 000 tonnes, comme en 1980 et 1983.

2Ces marais salants apparaissent comme un territoire singulier où « pays blanc » et « pays bleu » s’entremêlent. Menacés de disparition à la fin des années 1960, ils ont connu une sorte de « révolution des œillets » qui a engagé le territoire salicole dans une démarche de protection dynamique dont la valeur exemplaire prend l’aspect d’une défense et illustration du développement durable.

Pays blanc, pays bleu

3La dénomination de « pays blanc » fait référence au sel, activité ancienne comme en témoigne le nom même de la capitale régionale Guérande (Gwenrann en breton ou « pays blanc ») dont les remparts achevés à la fin du xve siècle dominent le bas pays salicole. La présence, en périphérie, de nombreuses activités liées à l’exploitation de la mer complète, en ajoutant un « pays bleu » au « pays blanc », la palette colorée d’identification du territoire.

Un espace construit par la nature et par les hommes (Figure 1)

  • 2 Gautier M., « Néotectonique et sismicité dans le sud-est du Massif Armoricain et dans ses marges o (...)
  • 3 Le mot « traict » vient du breton « trec’h », sable, qui désigne des zones d’accumulation sédiment (...)

4La géologie a produit les linéaments de la structure. Dans le sud-est du Massif Armoricain, le vieux socle primaire, fracturé à plusieurs reprises se présente comme un escalier de failles, de direction sud-est/nord-ouest et regardant vers l’ouest, qui rythme l’organisation des grandes unités naturelles. À l’est, le Sillon de Bretagne forme la première marche de cet escalier tectonique ; il domine la grande dépression abritant les marais de l’estuaire de la Loire, la Brière et le marais du Mès. La deuxième marche, plus à l’ouest, arme le sillon ou coteau de Guérande qui domine le marais salant d’une quarantaine de mètres d’altitude. La dernière marche visible, celle de l’île de Batz-Le Croisic, tombe sur la mer par une côte « sauvage » à falaises d’une quinzaine de mètres de hauteur2. Lors de la transgression flandrienne (dernière remontée du niveau marin qui a débuté vers -18 000 ans et s’est prolongée jusqu’au début de l’ère chrétienne) la mer a envahi les dépressions littorales et déposé des sédiments qui, au fil des marées, ont fait émerger des vasières colonisées par une végétation halophile tandis que les courants et les vagues ont construit deux puissantes flèches sableuses, à l’est, le cordon d’Escoublac et à l’ouest, la « Grande Falaise » de Pen-Bron. La fermeture progressive de la lagune entre le coteau de Guérande et l’île de Batz (en fait une presqu’île) a accéléré les accumulations sédimentaires, plus fines en fond de marais, plus grossières en avant, là où se sont formés les traicts3, le Grand Traict et le Petit Traict du Croisic. Les forces marines de direction dominante ouest ont contribué à maintenir ouverte une passe entre Le Croisic et l’extrémité de la flèche de Pen-Bron, permettant une large pénétration de la mer, tandis qu’à l’est une dynamique moins puissante et l’ampleur des aménagements ont presque fermé le marais qui communique avec la baie de La Baule (en réalité du Pouliguen) par l’étier du Pouliguen. Le marais du Mès a connu une évolution semblable mais le dispositif structural et la configuration du relief ont façonné une ria en bouteille, longue dépression est-ouest élargie dans sa partie centrale et débouchant à l’aval sur un traict, celui de Pen Bé.

5Ici comme ailleurs, l’organisation spatiale de la presqu’île Guérandaise, actuellement observable, résulte de plusieurs siècles d’aménagement où l’homme a cherché à valoriser un large potentiel de ressources en fonction du contexte économique régional, voire national et international. Rappelons ici, très sommairement, quelques grands temps de l’histoire locale.

  • 4 L’histoire de la construction des marais salants et de l’économie salicole induite ont fait l’obje (...)

6Dès l’époque romaine sûrement, mais de manière attestée à partir du ixe siècle, le marais salant se construit grâce à un long et méticuleux travail d’aménagement de chenaux et de bassins à la géométrie compliquée4. Le paysage des salines se met en place et progresse au fil des siècles. La production de sel croît rapidement. Le produit est exporté par voie de terre et par mer, surtout vers l’Europe du Nord, contribuant à la prospérité du port du Croisic dont les principaux aménagements sont réalisés entre le xve et le xviiie siècle et qui associe à cette activité la guerre de course et la pêche lointaine morutière. Commencée au xviiie siècle et achevée au xixe siècle, une grande digue d’une vingtaine de kilomètres sépare le marais salant du marais « sauvage » des traicts (environ 700 ha) donnant alors au territoire salicole sa forme définitive. Le xixe siècle, puis le xxe siècle de manière encore plus spectaculaire, voient s’affirmer le « pays bleu » à côté du « pays blanc ». La pêche déjà existante, va prendre une dimension nouvelle, à la fois plus régionale et plus industrielle, avec l’essor des pêches sardinières dynamisé par l’ouverture de plusieurs conserveries au Croisic et à La Turballe. La conchyliculture apparaît dans le dernier quart du xixe siècle et va occuper d’importantes surfaces dans les traicts. L’émergence du tourisme balnéaire va apporter, ici comme ailleurs, d’importants bouleversements dans l’organisation socio-spatiale. L’arrivée du chemin de fer, en 1879, fixe l’essentiel du développement touristique dans l’ensemble Pornichet-La Baule-Le Pouliguen, tandis que Le Croisic, la première station de bains de mer de la région (dès 1825), Piriac et La Turballe profitent également, mais moins spectaculairement, de l’afflux des touristes et des résidents secondaires.

Figure 1 : La presqu’île guérandaise

Figure 1 : La presqu’île guérandaise

7Ce très bref rappel historique permet de mieux comprendre l’organisation actuelle de la presqu’île guérandaise. Au centre du pays de Guérande, comme du pays du Mès, les marais salants incarnent le « pays blanc ». À la périphérie, en situation plus continentale, les plateaux et coteaux où persiste une agriculture orientée vers l’élevage sont de plus en plus « mités » par une urbanisation à peine freinée par les procédures réglementaires récentes. Au sud et à l’ouest, sur le front littoral, se concentrent les activités liées à la présence de la mer : la pêche avec les deux grands ports artisans de La Turballe et du Croisic, l’aquaculture, dans les traicts et le marais non endigué (production de moules, d’huîtres et surtout de coques, le premier secteur de production en France), le tourisme sous toutes ses formes, balnéaire principalement, nautique (avec les ports de plaisance de Pornichet, Le Pouliguen, Le Croisic, La Turballe et Piriac) mais aussi un tourisme culturel (l’Océarium du Croisic attire 300 000 visiteurs par an, les divers musées et maisons du sel près de 150 000), un tourisme de randonnée et de découverte de la nature. Les atouts de la région, la proximité de la métropole Nantes-Saint-Nazaire, expliquent l’explosion urbaine et les taux de fréquentation temporaire qui affectent la ceinture des marais. La Baule, 16 000 habitants, Guérande, 14 000, dominent un ensemble dont la population totale permanente atteint environ 60 000 habitants. L’essor de l’urbanisation résulte également de la croissance des résidences secondaires (+25 % entre 1990 et 1999 contre +21 % pour les résidences permanentes). En appliquant les coefficients moyens de charge touristique, on peut estimer à environ 300 000, au minimum, le nombre de personnes fréquentant le pays pendant la saison estivale, flux qui se prolonge par une fréquentation d’avant et d’arrière-saison, certes moins importante mais continue.

Les marais salants : un milieu d’une grande richesse écologique

  • 5 Terme emprunté à Gildas Buron qui définit le travail des paludiers comme « l’art de la paluderie » (...)

8Au centre de ce dispositif spatial, les marais salants forment une entité socio-économique et paysagère remarquable dont la délicate géométrie hydraulique et structurale résulte de plusieurs siècles de « paluderie5 ».

  • 6 Corlay J.-P., « Les marais maritimes de la Vilaine à la Gironde : géosystèmes maraîchins et promes (...)

9Un marais salant, comme toute zone humide, a une fonction environnementale de toute première importance6. Il joue d’abord un rôle de protection physique du littoral en cas d’agression des forces marines, même si cette fonction est limitée (et heureusement !) dans le cas des marais de la presqu’île eux-mêmes protégés par une digue ; cependant le marais « sauvage » des traicts, quoique abrité derrière les flèches sableuses de Pen-Bron et d’Escoublac, assure quelque peu cette fonction d’amortissement. En second lieu, un marais assure une fonction de régulation et d’épuration des flux hydrauliques. Situé à l’aval des bassins versants et au contact de la mer, il reçoit les flux d’eau douce de l’amont et d’eau salée de l’aval, en quantité et de qualité très variables. Sa position d’interface et son inertie spatiale, permettent d’atténuer la puissance de ces flux et facilitent les échanges hydro-biologiques qui accélèrent la dégradation de bon nombre de micropolluants, l’idéal étant cependant qu’une zone humide ait à assurer le moins possible cette fonction, donc que la prévention des risques de pollution s’exerce à l’amont et à l’aval (voir ci-dessous). De plus, la faible profondeur d’un marais, associée à une bonne oxygénation, facilite la minéralisation de la matière organique et la photosynthèse à l’origine d’une forte productivité phytoplanctonique primaire directe et indirecte qui enrichit le milieu local et toutes les eaux côtières proches.

  • 7 Demaure J.-Cl., « Le pays de Guérande : un anthroposystème spécifique », dans Rouzeau M., Madiot P (...)
  • 8 Dahm Hj., Petit guide des marais salants de Guérande, Groupement des producteurs de sel de Guérand (...)

10Cette spécificité hydro-biologique ajoutée à la diversité des biotopes (bassins, talus, étiers, eaux douces, saumâtres, salées, etc.) expliquent la grande richesse floristique et faunistique des zones humides en général et des marais salants en particulier où l’on trouve une flore et une faune spécifiques et très variées. L’élément le plus remarquable, car le plus visible et observable, est l’abondance et la diversité de l’avifaune aquatique7. La qualité ornithologique des marais de la presqu’île est maintenant bien connue : près de 180 espèces d’oiseaux ont été observées depuis le début du xixe siècle, environ 12 000 anatidés (canards) et échassiers hivernent sur les marais et 500 000 oiseaux d’eau, au minimum, transitent annuellement dans le secteur qui se trouve sur une des principales « flyways » de l’Europe atlantique. Le secteur abrite 11 espèces reproductrices figurant à l’annexe de la Directive européenne Oiseaux (1979) et la présence de 6 espèces (aigrette garzette, spatule blanche, busard des roseaux, avocette, sterne pierregarin et gorge-bleue) est à l’origine de la classification des marais en Zone d’Intérêt Communautaire pour les Oiseaux (ZICO) en 19908.

  • 9 Réault-Mille S., Les marais charentais ; géohistoire des paysages du sel, Rennes, PUR, 2003.

11Les marais salants de la presqu’île guérandaise associent donc une grande qualité écologique à une spécificité paysagère remarquable qui résulte du travail multiséculaire des sociétés paludières. En cherchant à valoriser le potentiel salicole à des fins économiques, ces sociétés locales, ici comme ailleurs sur la côte atlantique, ont produit un territoire singulier, totalement artificiel, qualifié à juste titre par certains de « manufacturier9 », mais qui prend, dans le contexte industriel et urbain d’aujourd’hui, la dimension symbolique d’un paysage « de nature ». Territoire singulier, territoire emblématique, mais territoire fragile dans sa cohabitation souvent conflictuelle avec les espaces périphériques, il a bien failli disparaître à la fin des années 1960.

La « révolution des œillets » ou la renaissance d’un territoire à l’agonie

Du milieu du xixe siècle à la fin des années 1960 : un lent déclin

12Après plusieurs siècles de développement économique et spatial, la saliculture atteint son apogée au xixe siècle. Les dernières salines sont construites au début de ce siècle à Guérande et dans le bassin du Mès, et la plupart des sources se recoupent pour attester d’un déclin de l’activité depuis le milieu du siècle.

Source : Dahm Hj., Petit guide des marais salants de Guérande, 1993

  • 10 Pour les non initiés à l’activité salicole, précisons que l’œillet est la plus petite unité spatia (...)

13Note10

  • 11 Perraud Ch., « Un demi-siècle d’histoire récente », dans Rouzeau M. et Madiot P. (dir.), Sel, sabl (...)

14L’activité salicole traditionnelle a été victime d’un certain nombre de facteurs bien connus maintenant11. D’abord, elle a subi la concurrence des sels industriels, sels marins du bassin méditerranéen (français des Salins du Midi en Camargue mais aussi italiens), et sels de mine de différents pays. Ensuite, l’évolution des habitudes alimentaires et la généralisation des nouveaux modes de conservation des aliments, principalement par le froid, ont conduit à détourner les consommateurs des produits conservés par le sel. Enfin, le développement des moyens de transport, qui a élargi le marché de distribution des sels industriels produits à plus faibles coûts, a renforcé la concurrence.

15À la fin des années 1960, on assiste alors à une crise qui menace l’existence même du marais salant : crise économique d’une activité de moins en moins rentable, crise sociale due au vieillissement des exploitants et à la non-reprise des salines par les descendants et, par voie de conséquence, déprise spatiale (augmentation des salines abandonnées, dégradation du réseau hydraulique) qui entretient la crise dans une spirale descendante, à terme mortelle pour le marais qui doit son existence à la présence de l’homme. Or, parallèlement, la périphérie du marais connaît une « explosion » de l’activité touristique grosse consommatrice d’espace ; la tentation est forte pour les propriétaires de vendre leurs terrains salicoles au profit d’opérations immobilières ou pour la réalisation d’infrastructures de transport rapide dans l’espace touristique qui relie le pôle baulois au pôle croisicais. Le projet de construction d’une rocade à La Baule, empiétant sur les marais, est le déclencheur d’un sursaut qui profite d’un changement historique dans les rapports entre les sociétés et la nature.

1970-1975 : « la révolution des œillets »

  • 12 Reid D., Sustainable development ; an introductory guide, London, Earthscan Publ. Ltd., 1995. Mart (...)
  • 13 Au cours de la décennie, plusieurs Conventions internationales sont signées en faveur de ce que l’ (...)

16La décennie 1970 voit s’amplifier la « vague verte », nouveau contexte idéologique favorable à la préservation des milieux dits naturels, érigeant en principe militant la défense de l’environnement, du patrimoine de nature et de culture, et remettant en cause les modèles de tourisme de masse qui ont prévalu dans les années précédentes. Parallèlement, les premiers signes de ralentissement de la croissance mondiale, l’aggravation des écarts entre pays pauvres et pays riches et la multiplication des alertes à la pollution conduisent plusieurs groupes d’experts, souvent sous l’égide des Nations Unies, à remettre en question le modèle de croissance des « Trente Glorieuses » ; par exemple, la Conférence de Stockholm qui rassemble 119 pays et 400 ONG en 1972 et aboutit à la Déclaration sur l’environnement humain formulant plusieurs recommandations sur, entre autres, la nécessaire complémentarité du développement économique et de la protection de l’environnement12. Un an auparavant, le 2 février 1971, à Ramsar en Iran, est signée la Convention relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau que la France ratifie en 1986. Allant à l’inverse de l’idéologie courante qui a justifié ou cautionné les grandes opérations d’assèchement, le texte reconnaît solennellement l’importance écologique de tels milieux, en particulier pour la protection des oiseaux ; mais il va plus loin en affirmant, dans le deuxième attendu du préambule, « que les zones humides constituent une ressource de grande valeur économique, culturelle, scientifique et récréative dont la disparition serait irréparable13 ».

17C’est dans ce contexte porteur que l’on assiste, en presqu’île Guérandaise, à une mobilisation sociale et politique qui se cristallise dans l’opposition au projet de rocade ; elle regroupe dans un même front du refus des militants extérieurs à la région, désireux de sauver le marais en reprenant des salines (les néo-paludiers), d’anciens paludiers et une quinzaine d’associations de protection de la nature. L’objectif est de faire barrage à « l’impérialisme » touristique et de préserver le patrimoine salicole. Cette « révolution des œillets », pacifique même si les luttes sont souvent rudes, va sauver le marais, mais un marais en piteux état.

1975-1995 : 20 ans de reconquête

18Tout est à faire ; cependant, la table n’est pas totalement rase ! Si beaucoup d’œillets sont abandonnés, il reste encore des paludiers qui peuvent transmettre leur savoir-faire ancestral, mais le métier doit être relancé et le marais a besoin de sang neuf. Des jeunes, venus d’autres milieux, s’installent, souvent par militantisme et la création, en 1979, du Centre de formation professionnel de Guérande, leur permet d’acquérir les pratiques du métier (un stage de 14 mois avec 1 200 heures de formation théorique et 1 100 heures d’expérience de terrain). Si le rajeunissement de la profession semble alors assuré, l’économie salicole se porte très mal. La conjoncture est défavorable au produit et, de plus, sa commercialisation est en grande partie contrôlée par le premier négociant national de sel, les Salins du Midi, ce qui tire vers le bas les prix consentis aux producteurs. Pendant une dizaine d’années, la vie est difficile sur le marais.

19L’aventure se serait vite arrêtée si la relance sociale ne s’était pas accompagnée d’une reconquête économique qui va mettre en place une nouvelle filière de production et de commercialisation s’inscrivant dans le cadre idéologique qui a prévalu à la renaissance du marais. En 1989 est créé le Groupement des producteurs de sel (GPS) sous forme d’une coopérative agricole. L’objectif est d’assurer aux producteurs une meilleure maîtrise de la filière et d’aider les jeunes à s’installer grâce à des avances de trésorerie. Au-delà, et soucieux de construire une image de qualité du produit, le GPS met en place une politique globale de valorisation qui associe remise en état du territoire de production, protection environnementale et diversification de l’offre (gros sel, sels fins sous divers conditionnements, fleur de sel, etc.). Cette stratégie de valorisation active conduit à une reconnaissance officielle du produit qui obtient le Label Rouge en 1991 tandis que plusieurs paludiers souscrivent à un cahier des charges pour bénéficier de la mention Nature et Progrès. Les producteurs qui n’ont pas adhéré à la coopérative forment l’Association des paludiers indépendants. En 1992, une société commerciale les salines de Guérande est créée ; elle fusionne avec la coopérative tout en gardant son nom et les premières grandes opérations promotionnelles sont lancées. Désormais, l’ensemble de la filière est contrôlé et le sel de Guérande est nationalement connu.

Depuis 1996 : la consécration de la renaissance

20Les actions de revalorisation socio-économique et territoriale commencent à porter leurs fruits. L’installation de jeunes paludiers se poursuit tandis que les surfaces exploitées augmentent grâce à la remise en état d’anciennes salines abandonnées.

21En 1996, le site fait l’objet d’un classement officiel, en application de la loi de 1930 sur les sites inscrits et classés, ce qui garantit une réelle protection du territoire salicole. En 1997, la coopérative acquiert une autonomie complète sur sa production ; elle commercialise alors environ 9 000 tonnes de produits de sel sur une moyenne de production totale de 12 000 tonnes pour l’ensemble du bassin. Parallèlement, de nouvelles relations s’instaurent entre le tourisme et la saliculture, à la fois pour promouvoir les produits et pour démontrer la complémentarité entre les deux fonctions présentes sur le marais. Une Maison du sel est créée à Pradel, au centre du marais, à la fois vitrine de l’activité et lieu d’accueil et de sensibilisation pour les touristes. Le succès est tel qu’en 2002, la Maison du sel, un peu à l’étroit, devient Terre de sel qui bénéficie d’un nouveau bâtiment plus vaste et profite, dans sa conception, des techniques de la muséographie moderne. Ce lieu participe alors à la grappe de musées déjà existants sur le sel comme la Maison des paludiers de Saillé et le Musée intercommunal des marais salants de Batz-sur-Mer.

22La réussite de cette stratégie de relance de l’activité et l’engagement idéologique des producteurs de la coopérative conduit à des expériences originales de transfert de compétence en direction des pays du Sud. Plusieurs missions sont organisées au Bénin et en République de Guinée afin d’initier les producteurs locaux à la production du sel jusque-là extrait par la technique ignigène grosse consommatrice de bois.

23Le bilan est éloquent : en 2003, la coopérative a produit 15 500 tonnes de gros sel et 830 tonnes de fleur de sel, résultat supérieur à une année moyenne et lié à d’excellentes conditions météorologiques. Le nombre des paludiers, coopérateurs et indépendants, atteint 250 dont les deux tiers à temps plein ; en ajoutant à ce chiffre les quelque 50 salariés de la coopérative, l’activité génère environ 300 emplois directs, auxquels s’ajoutent les emplois induits. Le chiffre d’affaires de la saliculture s’élève en moyenne à 15 millions d’euros annuellement ce qui est relativement important comparé, par exemple, à celui des cultures marines dans les traicts qui atteint 2,5 millions d’euros. Cette réussite a eu valeur d’exemple sur toute la côte atlantique puisque l’on assiste à la renaissance de l’activité dans les îles de Noirmoutier, de Ré et d’Oléron, où la saliculture somnolait, et jusque dans le marais Breton (à Beauvoir-sur-Mer, en baie de Bourgneuf) où elle avait complètement disparu après avoir connu son heure de gloire internationale plusieurs siècles auparavant.

Une démarche de développement durable

24À une époque où les discours en matière de politique publique font référence en permanence au développement durable – alors que la distance est souvent grande entre les paroles et les actes –, la renaissance de la saliculture dans la presqu’île guérandaise peut être interprétée comme l’illustration d’une vraie démarche de développement durable.

Les enjeux au début de la décennie 1970

25Le sursaut militant qui a présidé à la défense et à la relance de l’activité salicole s’est cristallisé autour de quelques enjeux.

26D’abord, l’enjeu économique. L’objectif était de mettre en place une activité économiquement viable, rentable, alors que le contexte était difficile même s’il était porteur de changements ; encore fallait-il intégrer ces changements et anticiper par un audacieux pari sur l’avenir d’une activité traditionnelle qu’il s’agissait de sauver et d’engager dans un processus de développement sur le long terme. Ensuite, l’enjeu écologique. Même en partie dégradé, le territoire salicole présentait un potentiel écologique dont on redécouvrait toute la valeur (voir ci-dessus) et dont étaient profondément conscients les acteurs de la « révolution des œillets ». Il s’agissait alors de préserver ce milieu remarquable tout en poursuivant le développement de la saliculture, deux objectifs dont il fallait démontrer la compatibilité. Enfin, l’enjeu social. Si les savoir-faire étaient toujours présents, si le patrimoine technique n’avait pas totalement disparu, la profession était à rajeunir et à restructurer en intégrant de nouveaux actifs soucieux de devenir des acteurs économiques à part entière plus que des gardiens d’un paysage ayant retrouvé une certaine valeur sociale et symbolique. Les producteurs, sans renier leur qualité de paludiers au sens le plus traditionnel du terme, devaient inscrire leur métier dans ce qu’on appelle maintenant « la modernité », c’est-à-dire, maîtriser leur filière de production et leur destin professionnel de manière collective, en intégrant leur activité dans le contexte régional, national, voire international ; bref, en s’ouvrant sur l’autre et sur l’ailleurs dans une démarche dynamique.

  • 14 Ces termes d’espace-objet, espace-sujet, espace-projet, sont tirés de l’excellent ouvrage du juris (...)

27Au-delà de ces trois enjeux, mais en les associant intimement, un enjeu plus global se dessinait, celui de l’avenir du territoire salicole. Face aux pressions exercées par la périphérie, en grande partie liées au tourisme et à l’urbanisation, l’espace maraîchin se devait d’éviter deux dérives. La première était de devenir un espace-objet14, voué à une sur-occupation non maîtrisée ; si la mobilisation contre le projet de rocade avait stoppé cette tendance lourde de la décennie précédente, d’autres projets pouvaient naître sous des formes différentes et parfois plus insidieuse. La deuxième dérive était de devenir un espace-sujet ; les préoccupations environnementales de l’époque pouvaient conduire, ici comme parfois ailleurs, à une sur-protection du marais, une sorte de sanctuarisation conservationniste interdisant toute action humaine. L’une comme l’autre de ces démarches auraient produit, à terme, des effets délétères pour le marais qui, né d’une séculaire, permanente et intime symbiose entre la nature et l’homme, aurait disparu sous le béton ou l’enfrichement selon l’option retenue.

28Il s’agissait de construire un espace-projet, c’est-à-dire un projet de territoire recherchant sur le long terme le développement d’une activité salicole, respectueuse des équilibres environnementaux, tout en permettant aux hommes de vivre de leur métier. Cette approche est résumée dans ce qui deviendra la devise du territoire vers la fin des années 1980 : « Un site, les marais salants ; des hommes, les paludiers ; un produit, le sel de Guérande. » Parallèlement, ce projet de territoire devait inscrire dans ses objectifs la recherche d’une coviabilité dynamique avec les autres activités, en particulier le tourisme, l’aquaculture, et avec les territoires adjacents.

29Tous ces enjeux et les objectifs dont ils étaient porteurs ont sous-tendu les premières initiatives des acteurs de la relance, et ce n’est qu’à la fin des années 1980 et au début des années 1990 qu’ils ont été officialisés, en quelque sorte formalisés, lors de plusieurs colloques et manifestations associant professionnels, scientifiques, élus et populations locales. Alors que trop souvent, en matière de développement durable, le discours l’emporte sur l’action, quand il ne s’y substitue pas totalement, il est intéressant de constater qu’ici, sur une scène très locale et sans effet d’annonce, la primauté a été donnée à l’action dans une démarche collective associant durabilité et intégration.

Un bref retour sur le concept de développement durable

  • 15 Assen Slim, Le développement durable, Paris, Le Cavalier Bleu, coll. « Idées reçues », 2004.

30Le concept de développement durable (traduction française d’usage pour l’anglais sustainable development) est largement véhiculé dans les discours des décideurs et aménageurs à tous les niveaux de compétence ; il est souvent associé au concept de gestion intégrée, généralement défini comme le moyen d’assurer la durabilité du développement. Les deux notions forment désormais le nouveau paradigme de l’action publique (des stratégies internationales aux politiques locales), avec tous les bienfaits, mais aussi toutes les dérives possibles15.

31Depuis le début de la décennie 1970, on constate l’émergence d’une prise de conscience d’une crise globale liée à la domination du modèle économique productiviste conduisant à de graves déséquilibres écologiques, à des inégalités sociales croissantes entre pays du Nord et du Sud et à l’intérieur de chacun de ces deux blocs, à des bouleversements géopolitiques générateurs de conflits, et ce, à toutes les échelles. Cette prise de conscience s’exprime officiellement lors de grandes rencontres internationales : la Conférence de Stockholm de 1972 (voir ci-dessus) suivie de l’invention du concept d’écodéveloppement, le symposium PNUE/CNUCED de Coyoco au Mexique, en 1974, où l’on voit pour la première fois apparaître le terme de sustainable development, et la création de la Commission mondiale pour l’environnement et le développement, en 1983, qui élabore un texte, considéré comme fondateur - Our common future -plus connu sous le nom de son rapporteur Mme G. H. Brundtland, premier ministre norvégien. Tout ce mouvement culmine en juin 1992 au Sommet de la Terre de Rio (Conférence des Nations Unies pour l’environnement et le développement) qui officialise les concepts de développement durable et de gestion intégrée, leur donnant ainsi une légitimité internationale.

32« Le développement durable, c’est s’efforcer de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité de satisfaire ceux des générations futures », selon le rapport Brundtland. La Conférence de Rio et d’autres textes internationaux ont élargi et complété cette définition. Le développement durable se définit comme une stratégie qui vise à mener de pair le développement économique, la préservation de l’environnement et l’équité sociale (ce troisième volet étant trop souvent oublié). La figure 2 montre que ces trois objectifs sont étroitement et nécessairement dépendants ; en d’autres termes, ils forment un système complexe où ils doivent être liés par des interactions positives, les progrès d’un des facteurs entraînant des progrès pour les deux autres qui agissent positivement par rétroaction sur le premier facteur, etc.

Figure 2 : Les trois objectifs du développement durable

Figure 2 : Les trois objectifs du développement durable
  • 16 Dans son acception politique, car le terme existe en français mais son sens est éloigné de celui d (...)

33Pour atteindre cet objectif global sur le temps long, il est nécessaire de prendre en compte tous les facteurs et éléments du système dans une démarche que l’on qualifie communément d’intégrée. Dans toute opération ou action d’aménagement d’un territoire quelconque, on distingue plusieurs phases : le projet, le diagnostic territorial, l’élaboration de scénarios, le choix de l’option, la décision et le suivi. La gestion intégrée signifie qu’à tous les stades du processus on vise à assurer les divers volets de l’intégration : intégration fonctionnelle (la coviabilité entre les activités), intégration spatiale (évaluation des interactions entre le territoire et les espaces encaissants), intégration temporelle (valorisation du passé comme facteur de projets pour le futur), intégration scientifique (approche pluridisciplinaire dans le diagnostic et le suivi), intégration administrative (coordination des divers niveaux et champs de compétence), enfin, intégration sociale et politique. Cette dernière est décisive mais difficile à atteindre car elle impose d’impliquer à chaque étape du processus les quatre groupes d’acteurs concernés – les professionnels, les usagers, les décideurs et les experts (terme un peu vague qui regroupe ceux qui analysent, font des états de lieux et des suivis, souvent des scientifiques) –, dans une sorte de forum social où la démarche participative est le gage d’une réelle démocratie territoriale, terme moins « lisse » que celui de « gouvernance » qui souffre du double handicap de l’anglicisme16 et de l’ambiguïté.

La mise en pratique dans la presqu’île guérandaise

34La protection de l’environnement des marais est désormais assurée grâce à l’application de diverses dispositions réglementaires. À l’échelle internationale, les marais sont reconnus comme zone Ramsar (voir ci-dessus) et, à l’échelle européenne, comme Zone d’intérêt communautaire pour les oiseaux (ZICO) et Zone de protection spéciale ; ils doivent être intégrés dans le réseau Natura 2000. À l’échelle nationale, ils sont inventoriés comme Zone naturelle d’intérêt écologique floristique et faunistique (ZNIEFF, de type 1) et de nombreux secteurs sont protégés en tant qu’espaces remarquables au titre de l’article L.146-6 de la loi Littoral de janvier 1986 ; depuis 1996, les marais, les traicts et le coteau de Guérande font l’objet d’un classement selon la loi de 1930, décision qui permet une véritable protection juridique.

  • 17 Dahm Hj., Laurence A., « Programme 1991-1994 de préservation des zones humides d’intérêt communaut (...)

35De plus, le marais salant a bénéficié de mesures agri-environnementales soutenues par des fonds européens. En 1992-1994, une Action communautaire pour la nature (ACNAT) a permis de rémunérer 63 paludiers volontaires pour la remise en eau de 113 salines incultes avec un suivi de l’avifaune réalisé par la SEPNB (Société pour l’étude et la protection de la nature en Bretagne)17. Par la suite, d’autres financements ont été obtenus pour la mise en place de contrats OGAF-Environnement (une centaine de contrats), d’OLAE, de CTE et maintenant de CAD. Toutes ces opérations ont permis d’augmenter l’espace de production, d’améliorer la gestion de l’hydraulique, donc de bonifier le territoire salicole tout en améliorant sa qualité écologique comme l’ont montré les suivis réalisés par les scientifiques ; c’est là une brillante démonstration d’interaction positive entre développement économique et protection de l’environnement.

36Dans le même temps, s’affirme une volonté de démarche intégratrice dans certains aménagements et dans la gestion du territoire de la presqu’île.

37Intégration fonctionnelle. On voit se multiplier les initiatives visant à promouvoir la coviabilité et le co-développement d’activités souvent considérées et vécues comme conflictuelles : tourisme et pêche sur le pôle halieutique turballais, tourisme et saliculture dans le marais par la multiplication des points d’information, des manifestations pédagogiques, artistiques et festives de sensibilisation au milieu et à l’économie salicole afin de passer d’une situation d’antagonisme à une interaction positive.

  • 18 Le laboratoire de Pen Avel, préexistant au programme en question, suit la qualité des eaux des éti (...)

38Intégration spatiale. Il est maintenant acquis, mais toujours à rappeler, que toute zone humide côtière est au centre d’un dispositif spatial qui comprend, à l’amont, les plateaux encaissants et les bassins versants débouchant dans le marais et, à l’aval, la mer côtière ; toute dégradation des milieux périphériques porte donc atteinte au milieu maraîchin. C’est pour évaluer ces interactions environnementales qu’un programme de suivi de la qualité des eaux est en cours sur l’ensemble de la presqu’île guérandaise associant le laboratoire de Pen Avel, l’IFREMER et le laboratoire Géolittomer18. On mesure l’importance des enjeux quand on sait que le bassin-versant du marais de Guérande s’étend sur 4 300 ha, que celui du marais du Mès couvre 13 000 ha ! (figure 3) et que la pollution faisant suite au naufrage de l’erika, en décembre 1999, a fortement menacé le marais, conduisant les producteurs à installer des barrages à l’entrée des étiers et à sacrifier la récolte de sel de l’année 2000.

  • 19 Lomakine C., Contribution des bassins versants aux pollutions des écosystèmes conchylicoles du Cro (...)

39Intégration méthodologique. Dans l’élaboration des diagnostics et dans les suivis d’état du milieu, on associe de plus en plus étroitement des données venant de diverses sources d’informations (professionnels, services déconcentrés de l’État, laboratoires de recherche, associations, etc.) dans des protocoles de traitement de l’information qui utilisent de plus en plus les systèmes d’information géographique et la modélisation, outils, par essence, intégrateurs19.

40Intégration temporelle. La préservation du patrimoine se vit comme une volonté d’intégrer les techniques, les savoir-faire, l’histoire et la culture salicoles en tant que facteurs d’initiatives et de projets. Les outils et les gestes ancestraux, transmis à l’identique, cohabitent avec les méthodes les plus modernes de traitement et de commercialisation des produits et avec les modes de gestion et d’organisation du 3e millénaire. Les actions muséographiques s’appuient sur les recherches archéologiques les plus récentes et s’inscrivent dans des démarches informatives dynamiques de sensibilisation du public aux enjeux écologiques et socio-économiques actuels, associant passé, présent et futur.

  • 20 Comme l’opération menée par deux professeurs du Lycée Galilée de Guérande, Pierre Madiot et Marie (...)
  • 21 SCOT : Schéma de cohérence territoriale : document d’aménagement devant être élaboré à l’échelle i (...)

41Intégration sociale et politique. À divers niveaux d’action et de décision, une démarche participative s’affirme de plus en plus. La volonté d’associer tous les acteurs (élus, services de l’État, paludiers coopérateurs et indépendants, ostréiculteurs, chasseurs, associations de protection de la nature, scientifiques, etc.) à tous les stades du processus de gestion dans des comités de pilotage, des comités de suivi, en est l’expression la plus évidente ; même les élèves des écoles sont impliqués par le biais de diverses actions pédagogiques20. Pour avoir participé à certaines de ces structures, l’auteur de ces lignes peut attester que ce type de démarche est difficile, souvent conflictuel, mais nécessaire et, à terme, toujours bénéfique. La communauté d’agglomération Cap Atlantique, qui regroupe une quinzaine de communes sur un espace comprenant les zones de marais, forme une structure bien adaptée à une gestion intégrée pour fixer le cadre et les objectifs d’un développement durable affirmé dans le projet de territoire du SCOT21 2005-2006.

Conclusion

  • 22 Lebahy Y. (dir.), Le pays maritime, un espace projet orignal, Rennes, PUR, 2001. LOADDT : Loi d’or (...)

42Tout n’est pas rose au pays blanc ! De nombreux problèmes restent à résoudre : une cohérence décisionnelle encore insuffisante, la menace toujours présente de pollutions chroniques ou accidentelles en provenance de la terre ou de la mer, l’entretien des digues et du réseau hydraulique, l’émergence de l’individualisme dans le milieu professionnel salicole consécutif à la disparition des problèmes majeurs et à l’affaiblissement des solidarités qu’ils avaient forgées, une conjoncture commerciale fluctuante, une pression foncière périphérique toujours forte. Le projet territorial devra être solidement construit pour asseoir les acquis socio-économiques et environnementaux ; on peut même imaginer un renforcement du projet de solidarité territoriale par la création d’un Pays maritime et côtier en application de la LOADDT22 assurant plus fortement une démarche de gestion intégrée de cette zone côtière.

43Pourtant la réussite est exemplaire. Né de l’homme, le marais salant a été sauvé par l’homme, à travers une mobilisation locale qui a fait la brillante démonstration de la nécessaire symbiose entre la nature et la société afin de préserver un milieu de haute valeur écologique, économique, sociale et culturelle. La devise précédemment évoquée : « un site : le marais ; des hommes : les paludiers ; un produit : le sel », inventée en 19881989, donc avant le Sommet de Rio, résume la démarche adoptée. Dans cette trilogie, on retrouve presque mot pour mot, le trépied conceptuel du développement durable (figure 2) où se fécondent, par effet de synergie, économie, environnement et société.

44Certes, la saliculture relève, par essence, du développement durable. En effet, quelle activité a réussi à perdurer pendant plusieurs siècles, « sans changer tout en évoluant » serait-on tenter de dire, en préservant son environnement en tant que ressource génératrice de revenus et d’emplois ? Pourtant, l’évolution du contexte idéologique et économique depuis le milieu du xixe siècle avait rompu les équilibres et menacé de disparition le territoire maraîchin. Il a fallu le sursaut des années 1970, dans un contexte certes nouveau mais qui aurait pu conduire à une sorte de « fossilisation » conservationniste préjudiciable ; il a surtout fallu le militantisme et la persévérance d’une poignée d’hommes, conscients des enjeux, pour relever le défi de la renaissance et de la requalification moderne du territoire, réconciliant nature et société selon une démarche de développement durable vécue et de gestion intégrée pratiquée au quotidien. Au-delà, l’histoire des trente dernières années de la presqu’île guérandaise apparaît comme l’exemple d’une démocratie territoriale à l’œuvre autour d’un produit mythique, le sel, et de son contenu géographique, économique, social et culturel.

Figure 3 : Les marais salants de la presqu’île guérandaise et leurs bassins versants (source : Lomakine C., 2005) (on peut mesurer sur cette carte l’enjeu que représente le suivi de la qualité de l’environnement des bassins versant pour les marais salants de la presqu’île)

Figure 3 : Les marais salants de la presqu’île guérandaise et leurs bassins versants (source : Lomakine C., 2005) (on peut mesurer sur cette carte l’enjeu que représente le suivi de la qualité de l’environnement des bassins versant pour les marais salants de la presqu’île)

Notes

1 Sur la côte atlantique, il existe encore quelques bassins salicoles, les plus connus étant ceux de l’île de Noirmoutier et de l’île de Ré, avec des niveaux de production inférieurs à ceux de Guérande.

2 Gautier M., « Néotectonique et sismicité dans le sud-est du Massif Armoricain et dans ses marges orientales : la tectonique récente », Norois, Poitiers, n° 105, 1980, p. 45-59.
Sellier D., Les versants du pays Nantais, étude géomorphologique, Thèse de doctorat de 3e cycle de géographie, Université de Nantes, IGARUN, 1985.

3 Le mot « traict » vient du breton « trec’h », sable, qui désigne des zones d’accumulation sédimentaire dans des secteurs côtiers abrités et affectés par la marée.

4 L’histoire de la construction des marais salants et de l’économie salicole induite ont fait l’objet de nombreux travaux, en particulier ceux de Gildas Buron, conservateur du Musée intercommunal de Batz-sur-Mer. On pourra consulter une de ses dernières publications : Bretagne des Marais Salants, Morlaix, Skol Vreizh, 2 volumes (1999 et 2000) où l’on trouvera une abondante bibliographie.

5 Terme emprunté à Gildas Buron qui définit le travail des paludiers comme « l’art de la paluderie » (Buron G., op. cit., volume 2, p. 47).

6 Corlay J.-P., « Les marais maritimes de la Vilaine à la Gironde : géosystèmes maraîchins et promesses aquacoles », Norois, Poitiers, n° 33, 1986, p. 547-569. Corlay J.-P., « Coastal wetlands : a geographical analysis and some projects for management », Ocean & Coastal Management, Elsevier Appl. Sc., n° 19, 1993, p. 17-36.

7 Demaure J.-Cl., « Le pays de Guérande : un anthroposystème spécifique », dans Rouzeau M., Madiot P. (dir.), Sel, sable et soleil. Au pays de Guérande, Institut culturel de Bretagne et Lycée Galilée de Guérande, 2004, p. 71-100.

8 Dahm Hj., Petit guide des marais salants de Guérande, Groupement des producteurs de sel de Guérande, 1993.

9 Réault-Mille S., Les marais charentais ; géohistoire des paysages du sel, Rennes, PUR, 2003.

10 Pour les non initiés à l’activité salicole, précisons que l’œillet est la plus petite unité spatiale d’une saline, le cristallisoir où le sel va se former et sera récolté quotidiennement par le paludier au cours de l’été. Ce cristallisoir porte des noms différents dans d’autres régions.

11 Perraud Ch., « Un demi-siècle d’histoire récente », dans Rouzeau M. et Madiot P. (dir.), Sel, sable et soleil. Au pays de Guérande, Institut culturel de Bretagne et Lycée Galilée de Guérande, 2004, p. 149-158.

12 Reid D., Sustainable development ; an introductory guide, London, Earthscan Publ. Ltd., 1995. Martin J.-Y. (dir.), Développement durable ? Doctrines, pratiques, évaluations, IRD Editions, 2002.

13 Au cours de la décennie, plusieurs Conventions internationales sont signées en faveur de ce que l’on va appeler de plus en plus le patrimoine naturel : Conventions de Paris en 1972, de Bonn et de Berne en 1979. La valeur multiforme des zones humides, redécouverte et affirmée à partir de la décennie 1970 sur la scène internationale, est à nouveau largement reprise en France dans le Rapport de l’instance d’évaluation des politiques publiques sur les zones humides, Comité interministériel de l’évaluation des politiques publiques, La Doct. Française, septembre 1994.

14 Ces termes d’espace-objet, espace-sujet, espace-projet, sont tirés de l’excellent ouvrage du juriste belge François Ost : La nature hors la loi ; l’écologie à l’épreuve du droit, Paris, La Découverte, 1995.

15 Assen Slim, Le développement durable, Paris, Le Cavalier Bleu, coll. « Idées reçues », 2004.

16 Dans son acception politique, car le terme existe en français mais son sens est éloigné de celui de l’usage actuel.

17 Dahm Hj., Laurence A., « Programme 1991-1994 de préservation des zones humides d’intérêt communautaire : les marais salants de Guérande et du Mès », Le Courrier de la Nature, n° 148, p. 22-27.

18 Le laboratoire de Pen Avel, préexistant au programme en question, suit la qualité des eaux des étiers pour le compte de Cap Atlantique (Communauté d’agglomération de la presqu’île de Guérande Atlantique). Le programme (2002-2004) financé par la Région des Pays de la Loire vise à évaluer les risques de pollution provenant des bassins versants et de la mer côtière. Le laboratoire Géolittomer est un laboratoire de géographie de l’Université de Nantes, associé au CNRS (LETG, UMR 6554-CNRS) dont un doctorant, Cédric Lomakine, vient d’achever sa thèse dans le cadre de ce programme.

19 Lomakine C., Contribution des bassins versants aux pollutions des écosystèmes conchylicoles du Croisic et de Pen Bé, Thèse de doctorat de géographie, IGARUN, Université de Nantes, 2005.

20 Comme l’opération menée par deux professeurs du Lycée Galilée de Guérande, Pierre Madiot et Marie Rouzeau, depuis 1999 et qui s’est terminée par un colloque en octobre 2003 donnant lieu à une publication : Rouzeau M. et Madiot P. (dir.), Sel, sable et soleil. Au pays de Guérande, Institut culturel de Bretagne et Lycée Galilée de Guérande, 2004.

21 SCOT : Schéma de cohérence territoriale : document d’aménagement devant être élaboré à l’échelle intercommunale en application de la loi Solidarité et renouvellement urbain du 13 décembre 2000.

22 Lebahy Y. (dir.), Le pays maritime, un espace projet orignal, Rennes, PUR, 2001. LOADDT : Loi d’orientation et d’aménagement durable du territoire, du 25 juin 1999, qui élargit et renforce le contenu politique du concept de Pays issu d’une précédente loi (LOADT : Loi d’orientation et d’aménagement du territoire de janvier 1995) en inscrivant délibérément les politiques locales dans le champ du développement durable.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La presqu’île guérandaise
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7613/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Légende Source : Dahm Hj., Petit guide des marais salants de Guérande, 1993
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7613/img-2.png
Fichier image/png, 8,5k
Titre Figure 2 : Les trois objectifs du développement durable
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7613/img-3.png
Fichier image/png, 29k
Titre Figure 3 : Les marais salants de la presqu’île guérandaise et leurs bassins versants (source : Lomakine C., 2005) (on peut mesurer sur cette carte l’enjeu que représente le suivi de la qualité de l’environnement des bassins versant pour les marais salants de la presqu’île)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7613/img-4.png
Fichier image/png, 76k

Auteur

Professeur émérite de géographie IGARUN, Université de Nantes LETG-Géolittomer, UMR 6554 CNRS

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540