Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Deuxième partie. La production des sels atlantiques : sociétés saunières et modes de faire-valoir salicoles

Paysages et techniques salicoles : essai de lecture géo-ethno-historique de paysages de marais salants (littoral de la Charente-Maritime, France)

Sarah Réault-Mille

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Contexte géographique, historique et technique

  • 1 Cette communication propose une extension à la recherche de géographie historique et culturelle me (...)

1Une grande part des marais maritimes de ce département comme d’une partie du littoral d’un très large centre Atlantique français (entre le nord de l’estuaire de la Loire et le sud de l’estuaire de la Gironde) a en effet connu un comblement sans doute accéléré par les endiguements successifs effectués par des sociétés littorales qui ont cherché à valoriser économiquement le commerce du sel et donc sa production dans des marais salants. Les larges étendues paysagères qui en résultent sont heurtées par des alternances de bassins et terres pleins témoignant de ce mode de production utilisé au moins depuis le Moyen Âge1.

Figure 1 : Platitude paysagère et les alternances de la micro-topographie (carte postale début xxesiècle, coll. pers.)

Figure 1 : Platitude paysagère et les alternances de la micro-topographie (carte postale début xxe siècle, coll. pers.)

Sources : Cartes IGN 1/25 000e

Figure 2 : Le paysage actuel comme reflet des évolutions morpho-techniques ? (carte extraite de Réault-Mille S. 2003, légende adaptée à l’article)

Figure 2 : Le paysage actuel comme reflet des évolutions morpho-techniques ? (carte extraite de Réault-Mille S. 2003, légende adaptée à l’article)

2La fossilisation partielle des marais salants dans les marais maritimes centre-atlantiques a permis de proposer une hypothèse de reconstitution chronologique du comblement des marais. Croisée avec des sources archéologiques, historiographiques, archivistiques, toponymiques, la morphologie hétérogène des salines telle qu’elle est transcrite aujourd’hui dans le paysage, s’est révélé être un indice fondamental. Une typologie des tailles et formes de salines a permis d’associer cinq types à cinq périodes et de proposer une morpho-chronologie paysagère. De ce travail, une tendance se dégage : au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, la taille des salines croît et leur morphologie se géométrise et se complexifie. À partir de cette donnée, une nouvelle hypothèse de recherche peut être prononcée : la morpho-chronologie paysagère pourrait être associée à une morpho-technique, autrement dit, l’évolution des techniques de production de sel par l’évaporation naturelle des marais salants pourrait au moins en partie se lire dans les formes paysagères.

  • 2 Il s’agit non pas de décrire la complexité technique déjà abordée dans sa complexité, en particuli (...)

3Le déroulement de cet article repose d’abord sur la présentation des formes synthétiques de la machine salicole charentaise2. De là, l’étude morpho-chronologique est associée aux données historiographiques et ethnographiques attestant des évolutions techniques pour proposer une chronologie morpho-technique. Il prend aussi en compte l’évolution le passage de la technique d’évaporation par le feu à l’évaporation naturelle. Dans ce contexte chronologique du temps long des évolutions des techniques salicoles nous distinguons ces deux types de salines par des termes signalant aussi leur origine énergétique. Pour la première, nous conservons le terme d’ignigène, pour la seconde, compte tenu de l’importance du vent et de l’ensoleillement, nous proposons le terme de saline aérogène.

Questions autour de l’armature technique de la machine salicole

4La technique de production de sel dans les marais salants, aérogène, résulte de l’imbrication de deux structures d’échelle différentes. D’abord, le marais salant qui est une unité mésologique qui correspond à l’ensemble d’un marais maritime voué essentiellement à une production salicole. Ensuite, la saline, unité de production d’échelle parcellaire comprenant selon les périodes et les techniques, un ou plusieurs bassins.

  • 3 Justification terminologique de l’utilisation des termes d’après le petit Robert 1, 1987.

5La saline aérogène, une machine : Cette comparaison s’appuie sur les définitions techniques inclues dans le vocabulaire courant ici relevées dans le Petit Robert3 Le terme de machine est applicable à la saline : sur le sol, la matrice complexe permet d’utiliser l’énergie atmosphérique et de sublimer l’eau océanique – mue par la pente – en cristal salin. Un rappel des principales données de la production de sel permet d’isoler deux niveaux d’analyse de la technique salicole et de sa restitution paysagère : les formes externes et les formes internes.

6Les formes internes sont provisoires. Présentes à l’intérieur du bassin de production, elles sont protégées annuellement par les eaux entre deux campagnes de production. Façonnées dans l’argile, elles sont remodelées au printemps et en cas d’abandon s’effacent en quelques années. Elles ne peuvent donc être utilisées comme témoin paysager durable.

Figure 3 : Un bassin de production rétais après l’ennoyage hivernal, effacement partiel des formes internes (coll. pers.)

Figure 3 : Un bassin de production rétais après l’ennoyage hivernal, effacement partiel des formes internes (coll. pers.)
  • 4 Ces derniers sont abordés plus bas dans un questionnement sur l’expression culturelle des termes t (...)

7La somme de temps, de travail et d’hommes utilisés pour la construction d’une machinerie qui doit être isolée des aléas maritimes limite ultérieurement les possibilités de remaniements. Les bassins creusés dans le schorre sont isolés de l’océan par des digues et séparés les uns des autres par des levées appelées bosses. Ce sont ces formes externes durables, qui servent aujourd’hui de témoin certes fragile, mais non stérile à l’évolution des techniques. Accompagnées de différentes sources historiographiques déjà en partie analysées et présentées par O. Clément et P. Lemmonier, elles doivent permettre de se faire une idée plus précise de l’évolution des techniques salicoles au regard des paysages qu’elles ont engendrées. Pour décrire les formes externes, nous préférons éviter l’utilisation de termes vernaculaires4 et proposer, là aussi, des néologismes synthétisant les principales fonctions d’une saline dont l’universalité se limite certes au littoral atlantique.

Figure 4 : Schéma des formes externes et structurelles d’une saline centre-atlantique actuelle (Réault-Mille, 2003)

Figure 4 : Schéma des formes externes et structurelles d’une saline centre-atlantique actuelle (Réault-Mille, 2003)

8Trois bassins constituent aujourd’hui la structure morphologique d’une saline modèle : le réservoir, le bassin d’évaporation, le bassin de production Cette structure théorique est concordante avec les techniques rétaises actuelles. Elle n’est pas systématiquement retrouvée dans tous les paysages. En revanche, que l’on regarde un paysage de saliculture fossile de quelque période de création que ce soit, ou que l’on regarde un paysage de saliculture active, la longue forme rectangulaire du bassin de production est toujours présente. Elle sera prise comme premier témoin des évolutions. De plus, dans les paysages de saliculture active ou fossile, certaines formes, et en particulier les réservoirs, apparaissent plus ou moins nettement, ou n’apparaissent pas. Ce sont d’ailleurs souvent sur l’île de Ré, d’anciens bassins d’évaporation ou de production remaniés puis reconvertis. C’est donc essentiellement l’étude comparative de la morphologie des bassins de production associés à, l’éventuelle présence de réservoirs qui va guider notre réflexion.

Prise en compte de deux indices : bassins de production et réservoirs

  • 5 Regrain R., 1974, « Le sel et l’aménagement de l’espace », 99econgrès national des sociétés savant (...)
  • 6 Palissy B., Discours admirables de la nature des eaux et fontaines tant naturelles qu’artificielle (...)

9Notre repère pour distinguer les différentes périodes de construction a donc d’abord été le changement de taille de la forme rectangulaire constante des bassins de production, longs rectangles qui en fin de circuit hydraulique basé sur la gravité, sont surcreusés par rapport aux autres bassins5. Les difficultés de lecture paysagères dues à l’effacement du temps mettent moins en valeur les bassins les moins profonds que sont les réservoirs, qui de surcroît ont une forme peu géométrique. Au regard des témoignages de B. Palissy (fin xvie siècle) et de Charles-Esprit Le Terme au début du xixe siècle6 la présence du réservoir n’est spatialement et temporellement pas constante. Le premier relativise la nécessité d’en associer un aux autres bassins, le second signale encore des créations récentes. Cet élément constitue une seconde clef de lecture essentielle dans notre questionnement.

Vers une chronologie morpho-technique de la saliculture centre-atlantique ?

De la saline préhistorique ignigène indigène à une forme primaire de saline aérogène et exogène ? Un état des lieux à l’état d’hypothèses et de questions

  • 7 Dartevelle H., 1998, « La Chalonnière et Mortamtambe (Charente-Maritime) », dans Laporte L. (dir.) (...)
  • 8 Schorre : terme d’origine hollandaise utilisé aujourd’hui en géographie pour désigner la parte sup (...)
  • 9 Pline l’Ancien, histoire naturelle, texte établi, trad. com. par H. Zehnacker, Paris, Les Belles-L (...)
  • 10 Rouche M., L’aquitaine des Wisigoths aux Arabes (478-781) : naissance d’une région, Paris, EHESS, (...)
  • 11 La présence de marais salants dans le monde tempéré de l’Europe atlantique ne va pas de soi. Leur (...)
  • 12 Hocquet J.-C., « Innovations techniques, climat, politique économique et fluctuations de la produc (...)
  • 13 Un SIG construit à partir de relevés de photographies aériennes récentes auxquelles on a soustrait (...)
  • 14 Cette description est faite par Rutilius Namatianus, poète gaulois et néanmoins fonctionnaire roma (...)
  • 15 Les chartes ayant trait aux salines dans différents cartulaires d’Aunis et de Saintonge ont été sy (...)
  • 16 Cité par Rouche M., op. cit., p. 205.

10Les traces archéologiques de production de sel ignigène abondent en bordure du trait de côte flandrien des marais de Rochefort, Brouage et de la Seudre. Des plus anciens aux plus récents, le temps s’écoule de la fin de l’âge du Bronze jusqu’au premier siècle après Jésus-Christ, mais surtout environ deux siècles après… Jules César et sa conquête de la Gaule. Les investigations archéologiques7 proposent une chaîne technique qui a pour premier maillon la récolte de saumure issue d’une évaporation naturelle dans des bassins d’origine sans doute naturelle sur le schorre. Le second maillon se localise en bordure ce schorre8 et consiste en son évaporation complète dans des récipients d’argile callés sur des édifices de bois au-dessus d’un foyer. Pour cette même période, les auteurs latins témoignent de l’utilisation de l’évaporation naturelle. Vers -337, Hippocrate en donne une interprétation peu équivoque : « Le soleil attire les parties les plus fines et légères de l’eau et les élève dans l’air. La saumure reste en bas à cause de son épaisseur et de son poids. » Au premier siècle, Pline9 récise le contexte hydrologique et saisonnier : « Le sel est obtenu par dessication dans le lac de Tarente, sous l’effet du soleil d’été, et tout le marais se change en sel. Il est d’ailleurs peu profond, car il ne dépasse pas la hauteur du genoux. » Les témoignages écrits de Pline et d’Hippocrate sont suffisamment fermes, associés à la correspondance chronologique quasi parfaite entre l’organisation romaine de la Gaule et la disparition des établissements de sauniers, ils permettent de formuler l’hypothèse selon laquelle l’évolution technique vers une saline aérogène prend naissance dans le cadre de ce nouveau contexte culturel. M. Rouche10 suppose une diffusion au Bas Empire, en se basant sur les correspondances climatiques entre la Saintonge et les côtes italiennes11 sur une description de marais salants du début du ve siècle que J.-C. Hocquet situe sur le littoral toscan12 : « Marais salant où l’eau de mer, par pente des canaux creusés sur le sol pénètre et où de menus fossés emplissent des réservoirs aux multiples compartiments […] le barrage des écluses ferme tout accès et ainsi, l’eau immobile et fixe se durcit13. » Sur le littoral centre-atlantique, en revanche, la première trace certaine de ce type de salines apparaît au ixe siècle dans un cartulaire14 signalant cette forme d’exploitation dans la baie de l’actuelle La Rochelle. Ce hiatus de huit siècles n’est que très hypothétiquement et partiellement remblayé par les témoignages du Haut Moyen Âge : celui d’une part du Bréviaire d’Alaric15 qui en 506 autorise une mise en culture privée du marais sans impôt, celui d’autre part d’une longue liste de salines confisquée en 634 par Dagobert au duc d’Aquitaine : cum salinis supra mare16 n’ont pas suffisamment de précision technique.

  • 17 Chronique de saint-Denis, liv. 5, chap. 15 citée par Rouche M., op. cit., p. 205.

Figure 5 : Tableau synthétique de l’évolution morpho-technique des salines « charentaises » entre le premier siècle avant J.-C. et la fin du haut Moyen Âge (extraits de cartes de Fauchere N ; et Faux E., 2003)17

Figure 5 : Tableau synthétique de l’évolution morpho-technique des salines « charentaises » entre le premier siècle avant J.-C. et la fin du haut Moyen Âge (extraits de cartes de Fauchere N ; et Faux E., 2003)17

11La forme d’exploitation d’origine méditerranéenne a cependant pu exister, c’est dans une matrice paysagère aux formes différentes des salines médiévales que nous la trouvons, en bordure du marais de Rochefort. Des dépressions de formes irrégulières et arrondies d’une profondeur proche du mètre signalent peut-être une reproduction artificielle de lagunes peu profondes recueillant l’eau saumâtre : expression d’une saline « monopartite » aux formes irrégulières reprises dans les bassins naturels du schorre ?

Évolutions de la saline aérogène

« […] Sauf un peu plus d’étendue donnée aux aires et les dimensions d’ailleurs plus ou moins calculées de ces mêmes aires pour les mettre en proportion avec la quantité d’eau qu’elles ont à évaporer […], les marais sont encore construits absolument comme dans le temps d’ignorance et d’essais des viiie et ixe siècles. » Le Terme, 1826

12Dans son paragraphe introductif au chapitre sur l’amélioration des marais salans, Le Terme reproche une absence d’évolution technique de la saline. Les variations morpho-chronologiques dont témoigne le document 2 permettent de contredire cette donnée. Dans un tableau synthétique (Figure 6), nous dégageons les grands modèles techniques post-médiévaux qui semblent s’appliquer aux différentes formes de salines retrouvées dans les marais.

  • 18 Masse Cl., Plan de Brouage en l’état qu’il estoit en 1698.

13Ces trois modèles sont entre autre retrouvés sur l’une des cartes de l’ingénieur du Roi Claude Masse18, à une période où il semble encore exister une relative fraîcheur des formes, y compris des formes médiévales. La cartographie du plan de Brouage en l’état qu’il estoit en 1698, reprend avec détail les différents types de bassins présents autour de la citadelle, Nous en extrayons trois ensembles extraits représentatifs des périodes et des logiques techniques dégagées ci-dessus. La légende permet aussi de signaler qu’à la fin du xviie siècle, certaines salines médiévales sont encore actives. Les petits bassins de production (dits marais salants dans la légende de Masse), parfois en forme d’équerre ou de T, sont associés au réseau d’évaporation, nommé aujourd’hui conches (mais non mentionné par Masse). Les réservoirs (jas ou réservoirs) ne sont pas clairement raccordés au reste du circuit hydraulique, mais il est aussi tout à fait possible que des remaniements postmédiévaux les aient rajoutés au circuit de base.

La saline médiévale, une synthèse technique parcimonieusement relatée par les cartulaires et le paysage

14La superposition des indices écrits, toponymiques, paysagers a permis d’identifier un ruban de salines médiévales fossilisées disposé en bordure continentale des marais de Brouage, Rochefort, La Seudre et Oléron. L’association des informations contenues dans les nombreuses chartes des cartulaires saintongeois, mais surtout aunissois autorise à proposer un modèle de la saline médiévale qu’il faudra comparer avec les témoignages de la matrice paysagère. Les chartes témoignant de dons de salines apparaissent au ixe siècle, mais se multiplient au xe siècle au nord ouest du, marais de Rochefort. À partir de la seconde moitié du xe siècle, le nombre des chartes diminue jusqu’à devenir insignifiant entre le xie et le xive siècle. Seuls les cartulaires aunissois peuvent être utilisés pour leur témoignage technique. Ils éclairent en particulier les marais d’Yves et de Voutron.

Figure 6 : Modèles évolutifs des salines du Moyen Âge à la période contemporaine

Figure 6 : Modèles évolutifs des salines du Moyen Âge à la période contemporaine
  • 19 Sarrazin J.-L., « Le littoral poitevin (xie-xiiie siècle) : conquête et aménagement », dans Annale (...)

15Dans chaque charte, la saline est limitée par des éléments redondants : voie publique (Via publica), l’étier public (Stoarius publicus), l’étang public (Stagno publico). Sans grand risque d’erreur, nous pouvons assimiler ces éléments d’une part au chenal de marée, dit aussi ruisson ou étier, d’autre part au réservoir, encore souvent, sinon public, indivis. À noter que le Stagno publico est nettement distingué de la saline. On peut supposer que sa fonction est extra-salicole, et qu’elle est, à l’instar des témoignages des cartulaires poitevins seulement piscicole. Au moins dès le début de la période moderne, le réservoir n’est donc pas considéré comme indispensable. Cependant, la présence de bassins aux formes irrégulières dont la localisation est séparée de la logique technique salicole semble fréquente. Considérant que le marais dit salant par les strates supra-littorales qui le capitalisent est plus un marais poly-cultural associant pâturage et culture de céréales sur les bosses, il est envisageable de supposer que des bassins placés dans le voisinage des salines ont simplement une fonction piscicole. Les cartulaires médiévaux qui touchent notre zone citent des pêcheries dont la localisation est certes incertaine, et il pourrait aussi bien s’agir de pêcheries posées en travers des chenaux ou sur le proche estran. Le marais maritime du Moyen Âge poitevin possède en revanche des vasois ou vasières dont la fonction est uniquement piscicole19. La proximité culturelle, extrêmement forte avec l’Aunis, certes un peu moins avec la Saintonge, peut nous laisser supposer que ce modèle est aussi présent dans les marais salants qui nous concernent.

Figure 7 : Témoins cartographiques de l’évolution des salines autour de la citadelle de Brouage (extrait de Masse Cl., Plan de Brouage en l’état qu’il estoit en 1698)

Figure 7 : Témoins cartographiques de l’évolution des salines autour de la citadelle de Brouage (extrait de Masse Cl., Plan de Brouage en l’état qu’il estoit en 1698)
  • 20 Rey A., (dir), Le Robert historique de la langue française, 3 t. Manchecourt, 1999, 4 304 p.

16Les cartulaires isolent clairement les salines de leurs dépendances. Si les premières sont sans doute assimilables aux bassins de production, les secondes peuvent concerner les bassins d’évaporation, mais éventuellement aussi les terre-pleins cultivés des entre-bassins : les bosses. Plusieurs éléments nous font pencher vers la première hypothèse. Le nom rétais actuel de ce second bassin, la métière pourrait être un déviré du ministérium médiéval. Le dictionnaire historique de la langue française20 lui donne d’ailleurs le sens de métier « doublet populaire de ministère […] issu du latin ministérium, fonction de serviteur, service, fonction ».

17La saline des cartulaires est identifiée par le nombre d’aires qu’elle contient. Ce nombre varie de 9 à 166, avec une moyenne 35 aires par saline dans les marais de l’actuelle baie rochelaise, et de 70 dans les marais de Rochefort. Le plus fréquemment, les dons concernent 20 à 30 aires, est-ce une donnée suffisante pour dire que la plupart des salines médiévales en contiennent autant ? Sans que l’on ait aucun indice sur la taille de ces aires, on peut supposer qu’un tel nombre correspondrait à la petite taille des bassins des salines identifiées comme médiévales dans les marais de Voutron ou de Brouage.

  • 21 Hocquet J.-Cl., 1974, op. cit. supra note 13.

18D’après un modèle issu de ces éléments, la saline aunissoise médiévale est bipartite, elle comprend un bassin de production et un bassin d’évaporation. En ce sens, elle correspondrait au modèle de la saline de Chiogga des xie et xiie siècles, que décrit J.C. Hocquet21. Cela n’exclut pas la présence de bassins à fonction exclusivement piscicole dans à leur proximité. En regardant les vestiges paysagers médiévaux des salines du nord du marais de Brouage, on peut aller plus loin dans cette hypothèse. Comme en témoigne le document 2, les salines datées entre le ixe et le xie siècle, situées strictement en bordure de l’ancien trait de côte sont très rarement associées à des formes aujourd’hui planes qui pourraient être identifiées comme réservoirs. En revanche, lorsque l’on prend en compte la deuxième bande de construction du marais salicole, datée elle d’entre le xie et le xiie siècle, ces formes apparaissent. On peut dans ce cadre supposer que lors des premières conquêtes du marais salant, les villages et leurs habitants se situent encore à proximité d’une part du continent agricole, d’autre part de l’océan piscicole. Cette localisation n’impose donc en rien la mise en place de bassins spécifiquement piscicoles, car l’accès à la ressource est rapide. En revanche l’éloignement progressif trop contraignant de cette ressource impliqué par l’extension du marais a pu provoquer la mise en place de bassins piscicoles plus proches des lieux d’habitation.

Décollage économique technique et scientifique de la saline de la période moderne, puis contemporaine : vers une solide expression paysagère d’une saline tri-partite

  • 22 Fiefmelin A. M. de, L’art du saunier, poème dans les œuvres du sieur de Fiefmelin, Poitiers, 1601.

19La reconstruction agraire qui marque les suites de la Guerre de Cent ans s’applique aussi aux marais salants. Les témoignages écrits de rénovations, reconstructions et constructions de salines s’appliquent aux différents marais Charentais, à ce point que moins d’un siècle plus tard, Brouage marais devenu aussi citadelle, inonde de sel et d’or les routes et les bourses maritimes et terrestres. Assoiffée par les profits du sel, la société marchande littorale génère aussi sa Renaissance intellectuelle ici en grande partie Protestante. En est issu le premier exposé du fil technique qui conduit au sel. André Mage de Fiefmelin, à Oleron écrit l’Art du saunier22.

20En 1580, Bernard Palissy publie ses Discours admirables qui portent entre autre sur les Sels et salines de Saintonge. De son approche qui décrit entre autre la construction d’une saline on retire deux éléments qui permettent de répondre à notre questionnement. D’une part, la rigueur des mesures intègre dorénavant la saline dans un monde géométrique perpétué jusqu’aux dernières constructions du xixe siècle, comme jusqu’aux observateurs actuels. D’autre part, on l’a vu, Palissy montre qu’il existe un questionnement sur la nécessité ou pas d’intégrer un réservoir à l’ensemble de la saline. Cela donne une certitude dans ce domaine jusqu’alors hypothétique : la saline est bi-partite et éventuellement tri-partite. Il conclut d’ailleurs que le réservoir n’est pas indispensable. Le bassin d’évaporation, lui, existe bien, nommé conche selon la terminologie saintongeaise de la province qu’il décrit.

  • 23 Beaupied-Dumesnil, Mémoire sur les marais salants des provinces d’Aunis et de Saintonge, La Rochel (...)

21« Les Lumières de Beaupieds-Dumesnil » dans son mémoire de 1765 sur Les marais salants des provinces d’Aunis et de Saintonge23 confirment ces deux derniers éléments, mais la saline est ici clairement tripartite. C’est d’ailleurs ainsi qu’elle est représentée dans l’Encyclopédie.

  • 24 Nous nous servons d’une part de cartes dessinées à la fin du xviie siècle par Claude Masse, ingéni (...)

22Autant que les cartes anciennes et que le paysage actuel puissent nous le montrer, ce modèle n’est pas systématique. La chaîne technique est souvent difficile à retrouver, mais certaines discordances de localisation, certaines incohérences montrent qu’une coexistence contemporaine de ces deux formes est souvent sensible24.

La saline de la période contemporaine, expression paysagère de la rationalité et de la recherche de rentabilisation maximale

23Le modèle d’une saline contemporaine peut être extrait du Règlement des marais salants proposé par Le Terme. Ce dernier, partant d’un double constat (celui d’une absence d’évolution technique depuis le Haut Moyen Âge conjugué à celui de l’absence d’innovation des sauniers), propose un nouveau mode de construction des marais salans. L’essentiel de la description concerne les prises d’eau dont un remaniement est censé avoir des résultantes sur le travail et l’entretien de la saline par les sauniers ; en revanche, nous n’y trouvons pas d’implication sur le rendu paysager actuel. C’est en regardant les notions de surface (une surface minimale de 45 hectares par saline est préconisée) et d’économie de place que nous retrouverons un effet paysager… « il n’y a pas un pouce de terrain perdu ». C’est en particulier pour les jas (réservoirs) que les transformations sont importantes : considérant que « ces pièces n’ont pas besoin d’avoir plus du quart de la surface des chams de marais pour les approvisionner abondamment », il réduit leur surface et change leur forme, limitant sans doute la fonction piscicole qui leur était attribuée dans la saline « traditionnelle ». Selon son modèle, les jas prennent les formes des bassins d’évaporation (dits dans ce cadre métières) qui « ne font plus du jas qu’une suite de conches ». « Par cette disposition, tous les contours irréguliers du terrain se trouvent rachetés et ramenés relativement aux champs de marais à une forme régulière ». La saline « moderne », rentable et rationnelle est ramassée dans une forme géométrique retrouvée dans les créations de Le Terme de Pauline et Joséphine (le long de la Seudre) comme dans les quelques constructions qui se font encore au xixe siècle. La prise de Charles, édifiée en bordure du marais de Brouage en est un exemple représentatif.

Figure 8 : La prise de Charles, construite sans doute dans la première moitié du xixesiècle, en bordure du marais de Brouage (extrait du cadastre napoléonien de Hiers-Brouage, 1833)

Figure 8 : La prise de Charles, construite sans doute dans la première moitié du xixe siècle, en bordure du marais de Brouage (extrait du cadastre napoléonien de Hiers-Brouage, 1833)

Conclusion

24Les processus de composition et d’association des différents bassins des salines laissent à long terme des traces paysagères que l’on peut reprendre comme langage dont la syntaxe (étude des relations entre les formes des salines des règles qui président à l’ordre des bassins) aide à comprendre évolutions techniques.

25Les cadres techniques relatés par ces modèles évacuent toute une complexité de la technique salicole, celle reflétée par les formes internes dont on n’a de traces officielles qu’à partir de la période moderne. Ces dernières mériteraient une étude spécifique en lien avec le vocabulaire qui les nomme, et ouvrirait à un questionnement ethnographique sur les origines culturelles de la technique aérogène, sur les variations qui existent entre les deux anciennes provinces d’Aunis et de Saintonge.

26Ces modèles sont cependant suffisant pour se resituer dans un questionnement géohistorique et ethno-géographique de l’évolution des rapports culturaux et culturels entre les sociétés littorales et ce milieu de marais maritime qui propose des conditions hydro-pédologiques pesantes à toute volonté d’aménagement. Ils proposent aussi un questionnement sur la confrontation dynamique entre des techniques empiriques endogènes relevant de la subsistance et la recherche de rentabilisation de ce que les strates possédantes veulent transformer en une monoculture salicole. L’expression marais salant en est sans doute issue.

27Les traces paysagères actuelle confrontées aux sources historiographiques témoignent de :

  • l’existence d’un fort évolutionnisme technique qui porte à rompre, certes avec la thèse immobiliste de Le Terme, mais aussi avec l’idéal récent de valorisation patrimoniale d’une culture salicole, qui n’est jamais restée figée et est aujourd’hui est le reflet d’évolutions constantes.
  • formes d’anthropisation successivement reprises et transformées, qui expriment l’évolution des tentatives vers la séparation des données naturelles qui à la vue des objectifs de production eux-mêmes évoluant sont considérés comme contraignantes. Cela se traduit ici par l’augmentation de la taille des salines, la géométrisation des formes, la généralisation des réservoirs. À l’inverse, le processus de géométrisation des formes affirme la maîtrise, l’artificialisation du marais, elle dessine dans le paysage l’extension du territoire des sociétés littorales.

Notes

1 Cette communication propose une extension à la recherche de géographie historique et culturelle menée dans le cadre d’une recherche sur les paysages salicoles de Charente-Maritime publiée en partie dans Réault-Mille S., 2003, Les marais charentais, géohistoire des paysages du sel, Rennes, PUR, coll. « Espace et territoires », 270 p.

2 Il s’agit non pas de décrire la complexité technique déjà abordée dans sa complexité, en particulier dans les travaux d’Olivier Clément (Clément O., « Typologie aquacole des marais salants de la côte atlantique » Études, Ressources en eau, Bordeaux, Cemagref, n° 3, 1991, 232 p.), et surtout de Pierre Lemmonier (Lemonnier P., Les salines de l’Ouest. Logique technique, logique sociale, Paris/Lille, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme/Presses Universitaires de Lille, 1980, 187 p.). Il s’agit d’extraire l’armature technique jugée indispensable à la production en un temps et un lieu donnés.

3 Justification terminologique de l’utilisation des termes d’après le petit Robert 1, 1987.
Image

4 Ces derniers sont abordés plus bas dans un questionnement sur l’expression culturelle des termes techniques.

5 Regrain R., 1974, « Le sel et l’aménagement de l’espace », 99e congrès national des sociétés savantes, Besançon, Sciences, fasc. V, p. 91-100. ; et 1980, Géographie physique et télédétection des marais charentais, Amiens, 429 p.

6 Palissy B., Discours admirables de la nature des eaux et fontaines tant naturelles qu’artificielles ; des métaux, des sels et slaines, des pierres, des terres, du feu et des émaux, Paris, 1580, p. 171 sqq.  ; Le Terme C. E., Règlement général et notice sur les marais de l’arrondissement de Marennes, Rochefort, 1826, (rééd. Saint-Pierre-d’Oléron, Local, 1987, 320 p.) ; Réault-Mille S., 2003, op. cit. ; Faucherre N., Faux E., « Les salines de Voutron (xe-xie siècles) », Roccafortis, Bulletin de la société de géographie de Rochefort, 3e série, tome V, n° 31, janvier 2003, p. 133-139.

7 Dartevelle H., 1998, « La Chalonnière et Mortamtambe (Charente-Maritime) », dans Laporte L. (dir.), L’estuaire de la Charente de la protohistoire au Moyen Âge, Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 232 p.

8 Schorre : terme d’origine hollandaise utilisé aujourd’hui en géographie pour désigner la parte supérieure d’un estran vaseux dont l’altitude (d’une échelle de plusieurs dizaines de centimètres) fait qu’il n’est recouvert par les eaux océaniques que lors des grandes marées.

9 Pline l’Ancien, histoire naturelle, texte établi, trad. com. par H. Zehnacker, Paris, Les Belles-Lettres, 1998, p. 311.

10 Rouche M., L’aquitaine des Wisigoths aux Arabes (478-781) : naissance d’une région, Paris, EHESS, 1978, 776 p.

11 La présence de marais salants dans le monde tempéré de l’Europe atlantique ne va pas de soi. Leur localisation dans le monde correspond surtout à des latitudes tropicales sèches ou à tendance sèche. La production de sel est possible grâce à des adaptations techniques aui valorisent certains aspects « méditerrannéisant » du climat charentais : bi-saisonnalité, ventilation et fort ensoleillement (Réault-Mille S., 2003, op. cit.).

12 Hocquet J.-C., « Innovations techniques, climat, politique économique et fluctuations de la production de sel en Méditerranée », 99e congrès national des sociétés savantes, Besançon, sc., fasc. V, 1974-1, p. 53-68.

13 Un SIG construit à partir de relevés de photographies aériennes récentes auxquelles on a soustrait les canaux édifiés à partir du xviie siècle permet de repérer les vestiges de salines sans doute médiévales, dans Faucherre N., Faux E., op. cit.

14 Cette description est faite par Rutilius Namatianus, poète gaulois et néanmoins fonctionnaire romain mort vers 417, cité par Buron G., Bretagne des marais salants, t. 1, Morlaix, 1999, p. 39.

15 Les chartes ayant trait aux salines dans différents cartulaires d’Aunis et de Saintonge ont été systématiquement analysées. On en trouvera les références précises et une synthèse dans Drouin A., Les marais salants en Aunis et Saintonge jusqu’en 1789, Royan, Société d’Histoire et d’Archéologie en Saintonge Maritime, 1999, éd. d’une thèse de l’École des chartes de 1935.

16 Cité par Rouche M., op. cit., p. 205.

17 Chronique de saint-Denis, liv. 5, chap. 15 citée par Rouche M., op. cit., p. 205.

18 Masse Cl., Plan de Brouage en l’état qu’il estoit en 1698.

19 Sarrazin J.-L., « Le littoral poitevin (xie-xiiie siècle) : conquête et aménagement », dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1 (1992), p. 13-31 et 2 (1992), p. 117-130.

20 Rey A., (dir), Le Robert historique de la langue française, 3 t. Manchecourt, 1999, 4 304 p.

21 Hocquet J.-Cl., 1974, op. cit. supra note 13.

22 Fiefmelin A. M. de, L’art du saunier, poème dans les œuvres du sieur de Fiefmelin, Poitiers, 1601.

23 Beaupied-Dumesnil, Mémoire sur les marais salants des provinces d’Aunis et de Saintonge, La Rochelle, P. Mesnier, 1765, 101 p.

24 Nous nous servons d’une part de cartes dessinées à la fin du xviie siècle par Claude Masse, ingénieur géographe du Roi : Mémoire sur la carte du 46e quairré de la généralité des côtes du bas Poitou, pays d’Aunis et de saintonge et partie de la Basse Guyenne (ADCM), d’autre part d’un plan des marais de la Seudre, levé en 1883 par le Dr Ragiot, répertorié à Société de Géographie de Rochefort.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Platitude paysagère et les alternances de la micro-topographie (carte postale début xxe siècle, coll. pers.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7611/img-1.png
Fichier image/png, 881k
Légende Sources : Cartes IGN 1/25 000e
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7611/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 2 : Le paysage actuel comme reflet des évolutions morpho-techniques ? (carte extraite de Réault-Mille S. 2003, légende adaptée à l’article)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7611/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 3 : Un bassin de production rétais après l’ennoyage hivernal, effacement partiel des formes internes (coll. pers.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7611/img-4.png
Fichier image/png, 860k
Titre Figure 4 : Schéma des formes externes et structurelles d’une saline centre-atlantique actuelle (Réault-Mille, 2003)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7611/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 5 : Tableau synthétique de l’évolution morpho-technique des salines « charentaises » entre le premier siècle avant J.-C. et la fin du haut Moyen Âge (extraits de cartes de Fauchere N ; et Faux E., 2003)17
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7611/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 6 : Modèles évolutifs des salines du Moyen Âge à la période contemporaine
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7611/img-7.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure 7 : Témoins cartographiques de l’évolution des salines autour de la citadelle de Brouage (extrait de Masse Cl., Plan de Brouage en l’état qu’il estoit en 1698)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7611/img-8.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 8 : La prise de Charles, construite sans doute dans la première moitié du xixe siècle, en bordure du marais de Brouage (extrait du cadastre napoléonien de Hiers-Brouage, 1833)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7611/img-9.png
Fichier image/png, 1020k

Auteur

CRENAM – Université de Saint-Étienne

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540