Version classiqueVersion mobile

Le cinéma de Hou Hsiao-hsien

 | 
Antony Fiant
, 
David Vasse

3. Trois sons : musiques, bruits, voix

Le lyrisme des Garçons de Fengkuei

Barthélémy Guillemet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Michel Egger
L’une des rares faiblesses de vos films précédents a toujours été la musique. L’utilisation de mélodies assez convenues de Bach ou de Vivaldi créait parfois un décalage gênant par rapport au climat général du film. Dans Lian-Lian Fang-Chen [Poussières dans le vent], un net progrès me paraît avoir été accompli…

Hou Hsiao-hsien
Je suis d’accord avec vous. C’est un grand problème à Taiwan, car il n’y a pas vraiment de compositeurs pour le cinéma dignes de ce nom. Il a donc toujours fallu bricoler avec les moyens du bord. C’est la première fois qu’une musique a été composée pour le film, par un natif de l’île1.

Les Garçons de Fengkuei (1983) est le quatrième long métrage de Hou Hsiao-hsien. Le film fait la chronique de la vie de quatre jeunes garçons de Fengkuei, un village côtier de l’île de Penghu. Ils y passent leurs journées entre errance et délinquance. N’allant plus à l’école, ils attendent d’être appelés pour leur service militaire. Suite à une altercation avec une autre...

Auteur

Actuellement doctorant en cinéma à l’université de Caen. Son sujet de thèse est Les films à sketches collectifs français de 1944 à 1968, étude d’un corpus oublié.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search