Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Deuxième partie. La production des sels atlantiques : sociétés saunières et modes de faire-valoir salicoles

Le transfert de technologie saunière de Guérande à Noirmoutier au début du xviiie siècle

Claude Bouhier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Malgré de remarquables traits communs, les salines des marais français de la côte atlantique présentent une grande diversité morphologique et technologique. Le nom, la forme, l’agencement de leurs éléments constitutifs varient d’un « pays » à l’autre. Indépendamment de facteurs liés à la localisation comme l’éloignement de la mer et la nature du sol, leur capacité de production est fonction du rapport entre la surface des bassins de concentration et celle des cristallisoirs. Par-delà une grande diversité, le mode d’alimentation, la disposition et la surface des cristallisoirs font apparaître une opposition majeure entre deux systèmes techniques. Au nord de l’estuaire de la Loire et, depuis le xviiie siècle dans les marais de la Baie, prévaut le système des œillets ; au sud, en Olonnais, à Ré ou à Oléron, perdure celui des aires. Dans l’organisation en œillets, les cristallisoirs de 60 m2 environ sont alimentés par un réservoir unique établi dans le prolongement de la lotie. Les aires, nettement plus petites – de l’ordre de 25 m2 – sont ravitaillées par des réservoirs situés sur les côtés. Même si une certaine stabilité peut être observée du xve au xixe siècle, l’un et l’autre système ont connu des perfectionnements allant le plus souvent dans le sens d’une maîtrise croissante du processus d’évaporation. Deux importantes mutations se produisent au xviiie siècle. En Aunis et en Saintonge, s’opère la « réduction des aires », autrement dit la transformation d’une aire sur deux en bassin d’évaporation et réservoir. Entre Guérande et Noirmoutier le transfert de la technologie des œillets aboutit à une profonde réorganisation des salines. À ce propos, notre regretté ami, Dominique Guillemet, parlait en un trait d’humour, d’une « révolution des œillets ». Cette étude est dédiée à sa mémoire.
Jean-Luc Sarrazin

  • 1 Buron G., Bretagne des marais salants. 2000 ans d’histoire, Morlaix, Skol Vreizh, 1999, p. 68-71.
  • 2 La présence de l’aire saunante à Guérande (Buron, op. cit., remarques de Jean-Claude Hocquet dans (...)
  • 3 Lemonnier P., Les salines de l’Ouest. Logique technique, logique sociale, Paris-Lille, 1980, p. 38 (...)

2Soudainement, au tout début du xviiie siècle, les propriétaires noirmoutrins de salines décident de transformer la partie finale du parcours de l’eau dans les marais salants, celle que l’on appelait les aires saunantes, en œillets, comme on les voyait à Guérande. Était ainsi abandonné un système millénaire, celui du sud de la Loire que l’on utilise encore aujourd’hui à l’île de Ré. Il fallait, à n’en pas douter, une très bonne raison pour changer de technique et c’était reconnaître aux paludiers de Guérande et du Croisic des compétences très grandes. Ces derniers avaient été demandés à Saint-Domingue en 1680, ils le furent dans le Morbihan en 1725, en Ille-et-Vilaine en 1736 pour créer de nouveaux marais salants1. Signalons que, dans un sens géographique inverse, des sauniers poitevins avaient implanté le système des aires à Guérande à la fin du Moyen Âge2. Pierre Lemonnier, en 1980, a étudié en détail les caractéristiques techniques de l’un et l’autre système. Il se lance même dans un essai de calcul du rendement de chaque système et, se basant sur des chiffres du milieu du xixe siècle, en conclut à la supériorité des œillets. Malgré sa prudence dans l’utilisation des chiffres, il ne peut expliquer pourquoi le système des aires se maintient avec succès à Ré et il ne prend pas en compte le profit tiré de la culture des bossis pratiquée de façon intensive depuis le xvie siècle à Noirmoutier3.

Types d’aires et types d’œillets d’après P. Lemonnier, Les salines de l’Ouest. Logique technique, logique sociale, Paris/Lille, 1980, fig. 12 et 13 p. 54-55.

Types d’aires et types d’œillets d’après P. Lemonnier, Les salines de l’Ouest. Logique technique, logique sociale, Paris/Lille, 1980, fig. 12 et 13 p. 54-55.

3Quel fut donc l’argument déterminant ? Était-ce une amélioration technique d’importance apparue à Guérande récemment, je ne saurais le dire. Et, quand on rencontre des expressions comme « à la mode de Guérande », « à la mode du Croisic », « grands œillets », « petits œillets », faut-il croire à de réelles différences ? Je suis également dans l’ignorance de ce qui se passa dans le reste de la baie de Bourgneuf. Qui commença à transformer les aires en œillets, Noirmoutier, Bourgneuf, Bouin ou Beauvoir ? Rappelons, en outre, que Noirmoutier ne représentait, en production de sel, que le sixième environ de toute la Baie.

  • 4 De cet intérêt pour l’aspect technique témoignent les représentations schématiques des marais sala (...)

4Si instructives que soient les considérations techniques4, il semble que les propriétaires obéirent avant tout à des considérations financières et se posèrent simplement la question d’un meilleur rapport des œillets que des aires. Ni les sauniers ni même les marchands ne se la posaient. Par contre, les fermiers raisonnaient en ces termes de profit, car ils exploitaient environ un tiers des marais.

5Il est incontestable que les propriétaires noirmoutrins ne reviendront jamais sur le choix des œillets bien que, durant un demi-siècle, les deux systèmes aient coexisté. Ils avaient sûrement fait leurs comptes.

Les débuts

  • 5 Les registres de la cour de justice et les minutes notariales ont fourni une dizaine de noms. Deux (...)

6À partir de 1702 des documents de toutes sortes, minutes de notaires, audiences à l’extraordinaire et à l’ordinaire, mentionnent la présence de paludiers guérandais. Leurs patronymes ne sont pas noirmoutrins ; ils habitent la ville et plus particulièrement la Basse-rue et l’Épine au plus près des marais. Deux d’entre eux, Louis Daniel et Ollivier Lecoq, sont qualifiés de maîtres paludiers. Leur présence est bien sûr liée à la transformation des marais ; leur nombre suggère un recrutement sur contrat –non retrouvé- car il leur fallait un minimum de garanties pour se déplacer avec femmes et enfants. Quelques-uns disparaissent vite de la scène noirmoutrine, travail terminé. Deux ou trois seulement firent souche5. Assez vite, les sauniers noirmoutrins surent faire aussi bien que les Guérandais et prirent le relais.

  • 6 Les quatre mauvais payeurs sont François Dorineau le jeune, sieur de la Roussière, un propriétaire (...)
  • 7 Audiences à l’extraordinaire du 6 septembre 1704, Arch. Amis de Noirmoutier 5 E 1c. Il s’agit de l (...)
  • 8 16 mai 1709 (minute de M. Sortest). Le fermier de l’abbé de la Blanche est Pierre Gresland, déjà m (...)

7Quels furent les premiers clients noirmoutrins ? En 1702 on en connaît quatre, des personnages de peu d’importance, mauvais payeurs de surcroît6. Les deux propriétaires plus notables qui s’engagent dans la voie de la transformation de leurs marais sont en 1704 Marguerite Friou, veuve de Nicolas Maublanc, et, l’année suivante, la fabrique de la paroisse Saint-Philbert7. La fabrique fait transformer 400 aires environ ; l’un des deux fabriqueurs en charge étant lui-même fermier de nombreuses terres et marais. En 1706, l’abbé de la Blanche et prieur du prieuré Saint-Philbert, un très gros propriétaire, accepte que son fermier transforme trois marais8. Ce sont là trois signes forts d’adhésion au changement.

8L’attitude de la princesse des Ursins, dame de l’île, fut en l’espèce déterminante. Elle manifestait une totale confiance en son gouverneur Josse Hertsfeld qui pouvait nommer à son gré les officiers. Or sénéchal et procureur fiscal, avocats au Parlement de Bretagne, étaient originaires, l’un du Pouliguen, l’autre de la région proche, et avaient été nommés dans l’île depuis 1698. En affaires, le gouverneur était en relation avec de gros marchands nantais et il le fut pendant un quart de siècle avec le marchand Pierre Gresland qui touchait de près au commerce du sel puisqu’il était clerc du roi aux gabelles de France. Il obtint la ferme du marquisat de Noirmoutier de 1700 à 1705. Comment ne pas faire le rapprochement entre cette ferme et le début des travaux ?

  • 9 L’entourage nantais du gouverneur est dans la logique des choses, Nantes étant la capitale économi (...)

9Évidemment, dans l’île, les réactions à un tel changement furent vives. Les griefs furent adressés directement à la princesse et à l’intendant. Une pétition signée de plus de trente personnes, dont le curé, fait état de menaces de mort et le marchand Gresland est directement mis en cause comme l’un des responsables9. Grâce en particulier à l’évêque de Luçon en visite, tout finira par s’arranger.

Les travaux et leur coût

  • 10 Musée Condé à Chantilly, FA 1/1, s.d., et AN, fonds Marine D 2/55, 24 août 1724. Ces mémoires se c (...)
  • 11 Cette correspondance cinq aires pour un œillet est une estimation moyenne calculée à partir des do (...)
  • 12 Minute de Louis-Josse Clenet.
  • 13 2 novembre 1741, minute de C. Joubert.
  • 14 On connaît les limites des minutes notariales. Ici pourtant, le mouvement statistique est corrobor (...)

10Des mémoires rédigés en 1720 et 1724 dénombrent 44 000 aires de marais salants dans l’île dont 4 156 possédées par le seigneur10. Ce total correspond à environ 8 800 œillets sur la base d’un pied moyen de cinq aires pour un œillet11. L’effort financier demandé aux propriétaires n’était pas mince. Ces derniers étaient enclins à chercher des solutions les moins coûteuses possible, un étalement des travaux dans le temps par exemple. En 1747 encore, Robert de Bois-Fossé vend 78 œillets et 100 aires ; donc ses marais sont transformés à 80 %12. Autre exemple : en 1741, une visite des marais est libellée de la façon suivante : étier des Coëfs 12 259 aires, étier du Grand Pont 11 120 aires, étier de l’Arceau 2 694 œillets13. C’est l’exemple de la modification de l’assiette de l’imposition des marais au moment des réparations d’étier. L’aire, unité de puissance des marais, est remplacée par l’œillet et on ne comptera plus en aires à partir de 1757. Rapprochons ces chiffres et ces dates du nombre de transformations enregistrées par les notaires14 : 1701-1710 : 4 actes ; 1711-1720 : 16 actes ; 1721-1730 : 3 actes ; 1731-1740 : 5 actes ; 1741-1750 : 4 actes.

11Il ne faut pas en déduire que la moitié des marais était transformée en 1720, mais c’est une indication précieuse.

  • 15 Minute de M. Sortest.

12Le travail de transformation pouvait aussi être payé en nature, probablement assez fréquemment. Jacques Couillon, un laboureur de l’Épine, a un marais gât ; il confie en 1717 le soin d’y faire 30 œillets au paludier Ollivier Lecoq. Ce dernier jouira du marais pendant quatre ans. La valeur du travail est estimée à 80 livres soit 2 livres 13 sols par œillet15.

  • 16 Audiences à l’extraordinaire, Arch. des Amis de Noirmoutier, 5 E 1c.
  • 17 27 mars 1715, minute de M. Sortest. Travailler dans les Eglas faisait remuer beaucoup de terre et (...)
  • 18 Buron G., op. cit., p. 68.

13En 1704, le tarif demandé par le paludier est de 50 sols par œillet16. Il monte à 15 livres pour faire 40 à 42 œillets dans les Eglas pour un coût de 600 livres17. On est loin des chiffres de Guérande qui vont de 50 à 120 livres pour un œillet18.

  • 19 12 octobre 1712, Arch. dép. de la Vendée, série B 16e liasse, audiences à l’extraordinaire : 30 ai (...)
  • 20 Puylorson Commard de, Histoire de Noirmoutier, Noirmoutier, District et des Amis de Noirmoutier, 1 (...)
  • 21 Sur le rendement des œillets et l’art de la paluderie, Buron G., Bretagne des marais salants. Homm (...)

14Pourtant, certains propriétaires ont regretté d’avoir dépensé de l’argent. On en a plusieurs témoignages19. La conclusion est tirée par le chanoine Commard de Puylorson dans son Histoire de Noirmoutier rédigée entre 1754 et 1767 : « ils (les propriétaires) multiplient les œillets mais par leur produit parce qu’il faut, pour féconder leur production, qu’ils aient une quantité d’eau suffisante et que cette eau parcourre un espace proportionné pour la rendre propre à être introduite dans les œillets où se forme le sel20 ». L’effet de mode a donc joué et tous les propriétaires ont spéculé, plus ou moins ouvertement, sur un accroissement de la production, grâce à un meilleur rendement21. Mais le propriétaire n’était qu’un des maillons de la « chaîne du sel » et pas le plus déterminant, en tout cas moins que le marchand qui lui achetait sa production. Ajoutons à ce tableau la fraude, l’abus de pouvoir, la malhonnêteté si répandus au xviiie siècle et le paysage idyllique du progrès technique, offrant à lui seul la richesse à tout coup, devient trouble.

Un impact recherché sur la qualité du sel ?

  • 22 À la fin du Moyen Âge, les douanes anglaises distinguent trois catégories de sel, le médiocre sel (...)

15Sur la nature et la qualité du sel récolté dans l’île, nous n’avons que des renseignements rares avant le xviiie siècle. Le sel vendu au Moyen âge aux Hanséates et aux Anglais semble avoir été principalement du sel gris22. D’ailleurs, les quelques morutiers qui sont venus acheter du sel au début du xvie siècle ont vite préféré s’approvisionner en beau sel à Ré.

16L’habitude de garder le sel sur les tesseliers pendant l’hiver pouvait lui donner la couleur de la terre qui recouvrait le monceau et le souiller d’impuretés. De même, la nature du sous-sol de certains marais pouvait donner au sel une couleur rouge. En résumé, à la fin du xviie siècle, on récoltait dans l’île du sel gris, du sel blanc et, selon la demande du marchand, du « viel », ce qu’on appelle actuellement de la fleur de sel, sans aucune recherche de spécialisation.

  • 23 Le mémoire de 1724 déjà cité (supra n. 10), témoignant de la situation du début du xviiie siècle, (...)
  • 24 Au-delà du plaidoyer « pro domo » des Guérandais tout à fait normal à la fin du xviie siècle quand (...)

17L’adoption du système des œillets ne correspondrait-elle pas, en sus d’un rendement meilleur, à la recherche d’une seule qualité de sel ? On sait le jugement des Guérandais à la fin du xviiie siècle : « les sels de Guérande et de Ré sont blancs, recherchés pour la pêche à la morue et pour l’exportation, ceux de la Baie sont noirs et de qualité inférieure. Ils sont recherchés par la Ferme générale pour l’approvisionnement des greniers à sel de l’intérieur23 ». Peut-on avancer que ces mêmes achats, dès la fin du xviie siècle, auraient convaincu les propriétaires noirmoutrins d’accepter un avilissement de leur sel alors que les Guérandais, avec les mêmes œillets, recherchaient d’abord la qualité24 ? Il y a là manifestement une certaine contradiction.

  • 25 ADLA, B 4620.

18Les chiffres que nous connaissons de l’approvisionnement des salorges de Nantes montrent que, entre septembre 1693 et septembre 1694, 27 navires, tous noirmoutrins, leur apportent 650 tonnes de sel ; c’est très peu et cependant significatif d’une tendance nette du marché25. Ce mouvement s’accentue au siècle suivant, car les baux de la Ferme générale garantissent, à partir de 1721, des prix fixes pendant six ans. Grâce à ces circonstances, les propriétaires et les négociants noirmoutrins évitaient les frais de gardage l’hiver, économie non négligeable, les frais de lavage également dont se chargeait la Ferme générale et, surtout, ils n’avaient pas à endosser la perte de poids annuelle du sel.

Conclusion

19Au terme de cette contribution, il apparaît que ce qui aurait dû être une dissertation à caractère technologique s’est insensiblement mué en une étude sur les relations entre les propriétaires et marchands noirmoutrins d’un côté et les acheteurs continentaux de l’autre. On s’est laissé convaincre, à Noirmoutier, d’investir dans un système breton et de ne regarder que vers la Ferme générale, passeuse de commandes, bref de s’enfermer dans un trafic local. La Baie entière devient la fournisseuse de la Ferme qui, après 1767, en acquiert le contrôle fiscal complet.

  • 26 Hocquet J.-Cl., Le Sel et le pouvoir, 1985, p. 248. Les greniers de Nantes passent commande comme (...)
  • 27 Estimation du duché de Noirmoutier, AN, Minutier central, L I, 663, 5 septembre 1692.

20Si l’on se tourne vers Paris, du côté de la Ferme, et vers les grands seigneurs propriétaires des marais de la Baie, on s’aperçoit que ceux-ci appartiennent à la grande noblesse de cour, qu’il s’agisse de la duchesse de Retz, de la princesse des Ursins et du maréchal de Clérambault au tournant du xviiie siècle, auxquels succèderont le duc de Villeroy, le duc de Bourbon et Pontchartrain, tous soucieux de leurs intérêts et prompts à les accroître. Au xviie siècle déjà, le duc de Noirmoutier, père de la princesse des Ursins, avait prêté beaucoup d’argent aux partisans de la Ferme et, en 1646, il détenait 7121 livres de rentes constituées sur les gabelles et autant sur les aides, un beau portefeuille de rentes qui lui facilitait les entrées à la Ferme. Tout cela a été souligné par Jean-Claude Hocquet dans son ouvrage Le Sel et le pouvoir26 et par Gildas Buron. Ces liens avec la Ferme n’étaient pas oubliés quelques années plus tard. D’ailleurs, le gouverneur de Noirmoutier avait été l’intendant de la duchesse de Noirmoutier27 !

  • 28 Les descendants des grands marchands noirmoutrins du xvie siècle supportaient mal l’arrivée du cla (...)

21À côté de ces gros enjeux financiers, le petit transfert de technologie pesait peu, mais tout le monde y gagna. Les vives contestations de l’action du fermier Pierre Gresland et du gouverneur Josse Herstfeld de 1702-1704 s’apaisèrent quand la centaine de propriétaires de marais constata assez rapidement les avantages du changement. D’ailleurs, il faudra attendre une vingtaine d’années pour revoir des réactions de mécontentement des Noirmoutrins cette fois-là contre les agents du duc de Bourbon28.

22Dans un climat apaisé, les affaires reprirent, avec des circuits commerciaux du trafic du sel simplifiés puisqu’il y avait un client privilégié, la Ferme générale, administration pointilleuse sur la régularité des livraisons mais peu exigeante, semble-t-il, sur la qualité du sel livré.

  • 29 Les premiers projets de fortifications au Pilier remontent à 1692. En 1698, une garnison était déj (...)
  • 30 Sur les chantiers navals Bouhier Cl., Lettre aux amis de Noirmoutier n° 52, 1989, p. 4 à 9.
  • 31 Les dénombrements de la flottille ont été faits d’après les registres de l’Amirauté de Nantes, ADL (...)

23On a tout dit sur la tristesse de la fin du règne de Louis XIV. À Noirmoutier même, la piraterie endémique menaçait son commerce maritime, elle ne ralentit qu’après la construction par les Nantais d’un fort au Pilier en 171129. Ses effets sur le cabotage local, et particulièrement sur la navette Noirmoutier-Nantes furent pourtant limités. Il serait donc intéressant d’étudier l’évolution de la flottille noirmoutrine de cabotage et l’activité des chantiers navals. Le nombre de ces derniers passe d’un seul entre 1660 et 1673 à deux à partir de 1673 et à trois à partir de 1695 dont un de bonne renommée régionale30. La flottille resta numériquement stable entre 1693 et 1717, avec des tonnages d’une grande médiocrité globale, en progression constante néanmoins31. Les armements barbâtrins (du sud de l’île) diminuèrent de moitié au bénéfice des armements de la ville, signe évident d’une plus grande activité exportatrice du sel.

24Les notes optimistes des vingt premières années du changement du marais sont la remise en culture des marais « gâts » si nombreux à la fin du xviie siècle et probablement un meilleur entretien général de tous les marais.

Annexe : présence de paludiers guérandais à Noirmoutier

25– 6 novembre 1702 : témoins à une enquête : Michel Nicol dit Coup de Large, paludier du village de Bressuire, 41 ans, époux de Julienne Faudy, 31 ans ; Jacques Nicol, saunier à l’Épine, 24 ans ; Jacques Le Hudé (qui vient de mourir), époux de Jeanne Ollivier, Arch. Amis de Noirmoutier, Audiences à l’extraordinaire, 5 E 1c.

26– 1703, date du premier acte concernant Louis Daniel, maître paludier, de la ville, cité dans l’inventaire après décès le 9 novembre 1728 (Millasseau, notaire). Il était l’époux en premières noces de Marguerite Pichon.

27– 6 septembre 1704 : façon de 18 œillets à 50 sols par œillet demandée par Marguerite Friou, veuve de Nicolas Maublanc, Audiences à l’extraordinaire, Arch. Amis de Noirmoutier, 5 E 1c.

28– 26 janvier et 9 février 1705 : témoins à une enquête : René Le Hudé, Allain Delacroix, saunier, 40 ans, Jacques Nicol, saunier à l’Épine, 24 ans, Arch. Dép. de la Vendée, Audiences à l’ordinaire, série B, fonds du marquisat de Noirmoutier, 11e liasse.

29– 16 mai 1707 : Allain Delacroix contre quatre débiteurs, François Dorineau le jeune, Guillaume et Nicolas Gouraud, Julien Gerbaud, selon le billet du 22 février 1702, Audiences à l’ordinaire, Arch. Amis de Noirmoutier, 42 E 1.

30– 11 février 1707 : témoin à une enquête : Jacques Nicol, laboureur et saunier, de l’Épine, 25 ans, Audiences à l’extraordinaire, Arch. Dép. de la Vendée, série B, 11e liasse.

31– 1707 : rôle de taille de l’Épine (Ragonneau, notaire). Sont imposés Pierre Angarraus, Gilles Tenaux, Jacques Nicol.

32– 23 février 1717 : Ollivier Lecoq, maître paludier, de la ville, époux de Perrine Lordenay (N. Friou, notaire).

339 septembre 1717 : travail confié à Ollivier Lecoq (N. Friou, notaire). Commentaire : on imagine (on peut supposer l’existence de) deux équipes distinctes, l’une dirigée par Louis Daniel, l’autre par Allain Delacroix puis par Ollivier Lecoq, les maîtres paludiers.

Notes

1 Buron G., Bretagne des marais salants. 2000 ans d’histoire, Morlaix, Skol Vreizh, 1999, p. 68-71.

2 La présence de l’aire saunante à Guérande (Buron, op. cit., remarques de Jean-Claude Hocquet dans sa préface p. 4) est peut-être la conséquence d’un exode de sauniers poitevins de la Baie à la fin du xive siècle tel qu’il est évoqué, en 1451, par le mémoire des délégués de la ville de Poitiers pour dissuader le conseil du roi d’établir la gabelle en Poitou et en Saintonge : « à ceste occasion les soniers et autres faisans led. sel qui virent qu’ilz ne povoient supporter lad. charge, se tirèrent par devers le Roy pour cuider obtenir moderacion d’icelle. Et pour ce que on la vouloit lever à l’estroit, la pluspart desd. Soniers s’en alèrent en Enguerrande estant en païs de Bretagne, et illecques firent très grant quantité d’aires de maroys et se logèrent ond. Païs, où jamais ne s’estoit fait sel [sic !], où aujourduy s’en fait aussi grant quantité que en partie desd. païs de Poictou et de Xainctonge » Mémoires présentés au roi Charles VII par les délégués de la ville de poitiers pour le détourner d’établir la gabelle en poitou et en Saintonge publié par B. Ledain, AHP, t. II, Poitiers, 1873, p. 253-284, p. 283. L’une des plus anciennes mentions d’aires dans le marais de Guérande se trouve dans l’aveu d’un certain Perrot Coterel au duc de Bretagne en date du 23 février 1393 (n. st.), Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), B 1456 (1). Les mentions d’aires restent néanmoins assez rares dans les documents de la fin du Moyen Âge. En outre, l’aire pouvait être une mesure d’assiette de rente.

3 Lemonnier P., Les salines de l’Ouest. Logique technique, logique sociale, Paris-Lille, 1980, p. 38-39, 54-55, et pour la productivité des salines p. 129.

4 De cet intérêt pour l’aspect technique témoignent les représentations schématiques des marais salants de l’Atlantique nombreuses depuis le xviiie siècle, avant même la Grande Encyclopédie. Le duc de Bourbon ou son fils fit dresser un plan-type d’un marais salant ; sur ce manuscrit, les outils du paludier (sic) sont dessinés et expliqués en détail, Archives nationales (AN), N III 3.

5 Les registres de la cour de justice et les minutes notariales ont fourni une dizaine de noms. Deux familles de paludiers habitent l’Épine, trois hommes sont mariés. Notre connaissance est sûrement sous-estimée, plusieurs des tâcherons ne devaient rester que quelques mois dans l’île.

6 Les quatre mauvais payeurs sont François Dorineau le jeune, sieur de la Roussière, un propriétaire assez aisé, et trois hommes habitant la Basse-rue qui ne sont pas propriétaires de marais. L’un d’eux est Nicolas Gouraud, expert en réparation de marais (16 mai 1707. Audiences à l’ordinaire, Arch. Amis de Noirmoutier, 42 E 1, mentionnant un billet du 22 février 1702 et un reliquat de dette de 17 livres).

7 Audiences à l’extraordinaire du 6 septembre 1704, Arch. Amis de Noirmoutier 5 E 1c. Il s’agit de la façon de 18 œillets à 50 sols par œillet, réalisée par Jean Rousseau, un laboureur de la Bernétrie, ferme située près de la ville. Bail aux enchères des domaines de la fabrique de Noirmoutier (22 juillet 1705. Minute de N. Friou).

8 16 mai 1709 (minute de M. Sortest). Le fermier de l’abbé de la Blanche est Pierre Gresland, déjà mentionné comme fermier du marquisat de Noirmoutier en 1700. Un document du 9 avril 1706 (minute de M. Sortest) mentionne un chaussage à neuf de « trois marais de l’abbaye » contenant 324 aires pour le prix de 132 livres, travail réalisé par des paludiers sous la direction de Louis Daniel. La présence de ce dernier est la présomption de la transformation en œillets.

9 L’entourage nantais du gouverneur est dans la logique des choses, Nantes étant la capitale économique de la région et son lieu de formation professionnelle. Ce mouvement ira s’accentuant tout au long du xviiie siècle. Pierre Gresland est omniprésent de 1693 à 1720 environ à Noirmoutier et dans les minutes notariales (Arch. Amis de Noirmoutier, 4 E 2/2 III, répertoire Jalabert, E 2/ 334, notaire Bouchaud, etc.). Ferme de Noirmoutier pour Pierre Gresland, AN, 1 AP 1973, n° 53. Il sera surveillé ou cautionné par un fermier général parisien, Pierre Savoye, à partir du 2 juillet 1701 (minute de Jean Sortest du 21 juillet 1701. Le procureur fiscal, Louis Moret, semble bien être aussi partie prenante à la ferme. Pierre Gresland est fermier général, à son tour surveillant le fermier Jacques Lavallée (minute de M. Sortest du 1er décembre 1714). Au même moment, il est fermier général de l’abbé et prieur de Noirmoutier (minute de M. Sortest du 19 juillet 1717). Gresland fut-il un homme de paille ou un associé de du gouverneur, on ne saurait le dire. Les dénonciations auprès de la princesse des Ursins sont reproduites dans la Lettre aux Amis de Noirmoutier, n° 111, 2000, p. 18. Pour l’affaire de 1704, voir AN, Fonds Marine, année 1704, B 3/126, f° 414 sqq.

10 Musée Condé à Chantilly, FA 1/1, s.d., et AN, fonds Marine D 2/55, 24 août 1724. Ces mémoires se copient l’un l’autre. Les mémoires ultérieurs reproduisent les mêmes chiffres.

11 Cette correspondance cinq aires pour un œillet est une estimation moyenne calculée à partir des données contenues dans des déclarations au terrier et dans des minutes notariales relatives à des transactions foncières. 2 juin 1738 : déclaration de Demoiselle Marie Boucheron, veuve de maître Pierre Maublanc, sieur de la Guignardière, notaire et procureur, 32 aires soit 7 œillets à la « mode de Guérande » au marais Bellevie (AN, Q1 1586, n° 49) ; 4 septembre 1716 : vente de 50 aires réduites à « 10 grands œillets à la mode du Croisic » par maître Nicolas Maublanc, sieur de Darambeau à maître François Joubert, notaire (n° 42, minute d’Allain Ragonneau) ; 30 octobre 1717 : parmi les biens de Demoiselle Marie Bouteiller, de Chemillé, 30 aires de marais soit 6 œillets à la « mode de Guérande » (n° 32, minute d’Allain Ragonneau) ; 16 septembre 1719 : vente par Dame Jeanne Baizeau, veuve de François Dorineau, sieur de la Roussière, à Julien Couraud, bourgeois et marchand de 22 aires réduites à 5 œillets à la « mode de Guérande » (n° 26, minute de Nicodesme Friou) ; 5 janvier 1730 : vente par Jean Friou, tailleur d’habits, à Nicodesme Friou, notaire de 15 aires réduites à 3 œillets à la « fasson de Guérande » (n° 71, minute d’Allain Ragonneau) ; 18 novembre 1752 : vente par Jean Baranger et Marie Lebreton, sa femme à pierre Masson, négociant de 12 œillets faisant 80 aires (n° 107, minute de César Joubert).

12 Minute de Louis-Josse Clenet.

13 2 novembre 1741, minute de C. Joubert.

14 On connaît les limites des minutes notariales. Ici pourtant, le mouvement statistique est corroboré par d’autres documents certes parfois d’exploitation difficile.

15 Minute de M. Sortest.

16 Audiences à l’extraordinaire, Arch. des Amis de Noirmoutier, 5 E 1c.

17 27 mars 1715, minute de M. Sortest. Travailler dans les Eglas faisait remuer beaucoup de terre et de boue. Expert : Louis Daniel.

18 Buron G., op. cit., p. 68.

19 12 octobre 1712, Arch. dép. de la Vendée, série B 16e liasse, audiences à l’extraordinaire : 30 aires sur 100 en marais des Bouteilles ne valent rien même après le chaussage à la guérandaise ; 12 avril 1754, minute de Jean Favreul : « un marais gât ne s’étant trouvé bon à faire du sel ».

20 Puylorson Commard de, Histoire de Noirmoutier, Noirmoutier, District et des Amis de Noirmoutier, 1994, p. 65.

21 Sur le rendement des œillets et l’art de la paluderie, Buron G., Bretagne des marais salants. Hommes du sel, Morlaix, 2000, p. 47-91.

22 À la fin du Moyen Âge, les douanes anglaises distinguent trois catégories de sel, le médiocre sel noir, le sel vert assez rare et le sel gris le plus courant, Bridbury A. R., England and the Salt trade in the later Middle Ages, Oxford, 1955, p. 52.

23 Le mémoire de 1724 déjà cité (supra n. 10), témoignant de la situation du début du xviiie siècle, donne une production de 2 000 charges par an au prix moyen de 15 livres la charge, dont la « plus grande partie va aux Gabelles de Nantes ». Un mémoire contemporain relatif à Bouin donne 7 000 à 8 000 charges de sel par an au prix moyen de 25 livres la charge et vendu aux Gabelles, en Flandres et en Hollande (FRAPEL, histoire de Bouin, restée manuscrite). Gildas Buron mentionne aussi 2 000 charges commandées à Guérande en 1721.

24 Au-delà du plaidoyer « pro domo » des Guérandais tout à fait normal à la fin du xviie siècle quand ils livrent peu à la Ferme générale, il y a le cas des Noirmoutrins cherchant la meilleure niche commerciale pour leur sel et n’oubliant pas le commerce du froment et celui du tabac et des indiennes qui amenèrent l’apparition d’une vingtaine de négociants actifs à partir de 1720.

25 ADLA, B 4620.

26 Hocquet J.-Cl., Le Sel et le pouvoir, 1985, p. 248. Les greniers de Nantes passent commande comme en 1711 au sénéchal de Bouin de 800 charges de sel. En 1724, Noirmoutier fournit aux mêmes greniers une grande partie des 2 000 charges récoltées (supra n. 22). En 1778 arrivent à Nantes chargés de sel de Noirmoutier 120 navires (60 de Noirmoutier, 40 de Méan, 19 de Nantes) jaugeant à peu près 4 000 tonneaux, ce qui correspond à 3 000 tonnes au moins pour les greniers (ADLA, B 4 640) dont les besoins étaient de 6 000 tonnes.

27 Estimation du duché de Noirmoutier, AN, Minutier central, L I, 663, 5 septembre 1692.

28 Les descendants des grands marchands noirmoutrins du xvie siècle supportaient mal l’arrivée du clan des Nantais et des Parisiens autour du gouverneur Herstfeld qui les privaient des emplois publics et des fermes seigneuriales juteuses. Leurs récriminations durent de 1694 à 1740 et s’expriment en termes violents mais non par des actes.

29 Les premiers projets de fortifications au Pilier remontent à 1692. En 1698, une garnison était déjà en place (réf. supra n 9) dans un édifice inachevé mais armé de 15 canons. Le dossier sur le Pilier est très fourni ; il a été peu étudié encore.

30 Sur les chantiers navals Bouhier Cl., Lettre aux amis de Noirmoutier n° 52, 1989, p. 4 à 9.

31 Les dénombrements de la flottille ont été faits d’après les registres de l’Amirauté de Nantes, ADLA, série B. Ils ne visent pas à une précision absolue.

*chiffres un peu inférieurs à la réalité

Table des illustrations

Titre Types d’aires et types d’œillets d’après P. Lemonnier, Les salines de l’Ouest. Logique technique, logique sociale, Paris/Lille, 1980, fig. 12 et 13 p. 54-55.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7607/img-1.png
Fichier image/png, 589k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540