Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Deuxième partie. La production des sels atlantiques : sociétés saunières et modes de faire-valoir salicoles

Propriétaires et régime d’exploitation du sel dans les marais salants d’Aveiro, Portugal (fin xviie-xviiie siècle)

Inês Amorim

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Rau Virgínia, Estudos sobre a História do sal português, Lisboa, Presença, 1984. Godinho Vitorino (...)
  • 2 Rau Virgínia, op. cit., p. 86-87.
  • 3 Buron Gildas, « Pour une analyse historique du paysage salicole guérandais », Annales de Bretagne (...)

1L’histoire du sel portugais, connue par les travaux de Virgínia Rau et de Vitorino Magalhães Godinho1, a surtout porté sur le commerce du sel. Virgínia Rau a étudié les relations commerciales entre le sel portugais de Setúbal ou de Lisbonne et les Pays-Bas et la Hollande au xviie et xviiie siècles. Elle a présenté une chronologie qui détermine une conjoncture positive du sel portugais, avec des nuances régionales, entre xvie et milieu du xviiie siècle, suivie d’une décadence provoquée par la concurrence d’autres sites de production en France ou en Espagne. Elle a défendu l’importance et l’intérêt exclusif de l’intervention du pouvoir royal comme régulateur du commerce et receveur d’impôts. Les deux historiens lusitaniens n’ont pas approfondi l’étude de la gestion et de l’exploitation des salines. Virgínia Rau a fait quelque allusion au désintérêt croissant des propriétaires de salines pour la production, qui a entraîné l’abandon des salines aux mains de couvents ou confréries qui accumulèrent ces biens2. Nous pouvons conclure à l’existence d’une lacune historiographique dans l’étude des relations entre commerce et production du sel et leurs variations conjoncturelles au Portugal. Notre étude suivra le modèle et la méthodologie de l’histoire de l’anthropisation des marais salants appliquée par exemple à l’étude des salines de Guérande3, pour analyser la mise en place des structures de production et l’action des acteurs sociaux – propriétaires ou sauniers – dans la transformation du paysage et des moyens de production et de commercialisation. Pour atteindre cet objectif nous allons parcourir quelques étapes :

  1. une première étape consiste à identifier les unités de production (salinas) et le rythme de construction pour élaborer une cartographie diachronique et synchronique du marais et du paysage4.
  2. une seconde étape tentera d’expliquer l’évolution du paysage – les raisons d’ordre géomorphologique, technique ou socio-économique qui justifient les phases de construction ou abandon des marais salants. Ainsi, à la fiche initiale d’identification de la saline nous pourrons ajouter, au prix final du sel, les dépenses inhérentes à la production : irrégularité de la production de chaque année et, au cours de l’année, de saline à saline, conditions climatiques, accès à la mer et à l’eau salée, techniques de travail, capacité du travailleur, gestion de la propriété et capacité d’intervention sur les prix, approvisionnements et spéculations5.

2Notre essaierons, dans un projet présenté à la Fondation Portugaise des Sciences et Technologies, d’appliquer cette méthodologie à la côte nord-ouest du Portugal, aux marais salants d’Aveiro, un complexe productif qui remonte au xe siècle et se développe à l’époque moderne. Aujourd’hui nous nous contenterons d’examiner les interactions entre les conditions biotechnologiques des marais d’Aveiro, la technologie employée, la condition sociale des propriétaires, le régime de propriété des salines et le système de production au tournant des xviie-xviiie siècles.

Les caractéristiques biotechnologiques des marais d’Aveiro

  • 6 Amorim Inês, Aveiro e os caminhos do sal (sécs. xv a xx), Aveiro, Câmara municipal d’Aveiro, 2001, (...)
  • 7 Les autres sont Figueira da Foz (à l’embouchure du Mondego et Arelho), Lisbonne (rive droite et ri (...)
  • 8 Si à partir d’un échantillon de 5 kg recueilli dans certaines conditions, le sel est fin s’il en p (...)

3La documentation appelle « marinhas » les marais salants d’Aveiro6, un des plus importants groupes de salins portugais7. La nature de la production est différente : Aveiro produit essentiellement du sel fin, le groupe du Tage du « traçado » (sel grenu), et Setúbal du gros sel8. Chaque groupe a ses caractères propres en matière d’exploitation, d’organisation du travail et de qualité du sel, même s’il s’agit partout de sel marin récolté à partir d’eau de mer dans des estuaires salés. Le climat, la nature des sols, la situation vis-à-vis de la mer et le système de communication avec l’eau introduisent des variables qui conditionnent/déterminent l’architecture des marais et leur technologie.

4Trois méthodes d’exploitation du sel sont appliquées :

  • aux salines d’Aveiro et même à Figueira da Foz et Foz do Arelho
  • à Setúbal et Alcácer do Sal
  • à Lisbonne et à l’Algarve, cette dernière est un compromis entre les méthodes utilisées à Setúbal et à Aveiro.
  • 9 Amorim Inês, Os inquéritos sobre o sal português nos séculos xviii a xx, Seminário Internacional s (...)
  • 10 Girard Aimé, Étude sur les marais salants et l’industrie saunière du Portugal, Annales du Conserva (...)

5Les auteurs de la fin du xviiie siècle et du xixe siècle décrivent ces méthodes9, le français Aimé Girard10 étudia l’originalité du procédé de récolte et la qualité du sel d’Aveiro et les possibilités de transfert des techniques portugaises aux marais français.

  • 11 Cette algue est le microcoleus Corium (Lepièrre C., op. cit., p. ix), de l’espèce microcoleus chto (...)

6La distinction de trois méthodes se fonde sur la présence ou l’absence d’un dépôt spécifique au fond des tables salantes des différentes régions (Setúbal, Alcacer et Lisbonne), formé d’un feutre compact de 2 à 10 mm d’épaisseur, produit par une algue marine11 et appelé casco, cozimento, traste ou encore fermento, qui joue un rôle d’isolant, purificateur, dialyseur, condensateur. Il isole en effet comme un tapis le sel qui se dépose ; il purifie en retenant dans ses mailles les matières en suspension ; il agit comme dialyseur en laissant passer plus rapidement, par osmose, les sels de magnésium, enfin il favorise par une meilleure absorption de la lumière la montée de la température. La présence de ce feutre donne aux sels une blancheur parfaite et facilite le travail de récolte.

7La construction du fond de la saline désavantage Aveiro à cause de son coût. En effet vers la fin septembre, après la récolte, le marais est entièrement recouvert d’eau prise d’abord au réservoir puis à la mer ; il passe l’hiver ainsi. Au printemps, le saunier (marnoteiro ou marnoto) procède au nettoyage des salines (marinhas) Dès que le niveau du Vouga est assez bas pour que l’on n’ait plus à craindre le mélange d’eau douce avec l’eau de mer, on évacue, à marée basse, les eaux qui couvrent le marais. La première grande marée qui suit remplit le réservoir (viveiro). L’opération est renouvelée à chaque grande marée si l’évaporation sur le marais l’exige. L’évacuation de l’eau terminée, on procède au nettoyage des chauffoirs et des cristallisoirs à l’aide de râteaux légers, on ramasse les boues et les herbes marines qui se sont déposées pendant l’hiver et on répare murs, digues et sols.

  • 12 Lepièrre C., op. cit., p. 66-82.

8Ce travail achevé, les premières pièces sont recouvertes d’eau, l’évaporation commence ; il faut encore traiter le fond des cristallisoirs. On crée un fond artificiel sur lequel le sel pourra être recueilli sans être souillé par la terre qui a été recouverte d’une mince couche de sel adhérant au sol et d’un lit très fin d’argile et de sable qui empêche que le sel ne vienne se coller au fur et à mesure que la solution concentrée cristallisera. à Aveiro le fond des cristallisoirs n’est pas protégé par le feutre végétal (casco) qui, à Setúbal, joue un rôle si important12.

9Un autre facteur alourdit les coûts de production. à Setúbal on introduit presque en une fois la totalité du volume d’eau qui s’évapore au cours de la saison et livre une couche de sel de près de 4 cm d’épaisseur. Après la première récolte il reste des eaux-mères en petite quantité et on introduit 15 cm d’eau vierge. L’évaporation conduit rapidement, en vingt jours environ, à la deuxième récolte – 2 centimètres. La saison permet une troisième récolte en septembre. Il y a donc 3 récoltes dans l’année. À Aveiro le marais se compose d’abord d’un réservoir, dans lequel on emmagasine l’eau de mer pendant les grandes marées. Vient ensuite une série de bassins, où l’eau sous une faible épaisseur, abandonne successivement les matières insolubles et du sulfate de chaux, pour ensuite déposer du sel dans un cristallisoir. Le saunier récolte tous les deux jours le produit formé, sans permettre, comme à Setúbal où à Lisbonne, que la couche de sel se solidifie et s’épaississe.

Tableau 1 : Structure d’une saline (« marinha ») à Aveiro

Tableau 1 : Structure d’une saline (« marinha ») à Aveiro
  • 13 Alcoforado M. da Maia, « A indústria do sal », Museu Technologico, 1º Anno, set. 1877, p. 53.
  • 14 Daveau Suzanne, « Documentos para o ensino. A História do Haff Delta d’Aveiro », Finisterra, n. 46 (...)
  • 15 Daveau Suzanne et al., Geografia de Portugal, v. 1, Lisboa, Sá da Costa, 1989, p. 78 ; Martins A. (...)

10Dans les marais salants d’Aveiro, toute perturbation de l’accès à l’eau salée influence les conditions de production du sel. En effet, la localisation des salines d’Aveiro obéit à une condition indispensable : la situation à un niveau inférieur à celui des marées de vive-eau afin de faire la vidange à marée basse et le plein en marée haute13. L’approvisionnement en eau salée peut rencontrer des difficultés dans le contact avec la mer. En effet la localisation des marais d’Aveiro a été déterminée par la position de la barre ou du « port » d’Aveiro. Or les transformations morphologiques de la ria d’Aveiro ont influencé le paysage des salines, leur construction et leur destruction. L’histoire du marais salant d’Aveiro est associée à l’histoire du littoral et de la ria d’Aveiro, delta édifié par les alluvions du fleuve Vouga à l’abri d’une lagune qui fut l’accident le plus important de la côte Nord du Portugal14. Cette côte sablonneuse, entre le fleuve Douro au nord et le cap Mondego a été constituée par le sable de la plateforme continentale entraîné par les courants marins et accumulé dans les baies entre les promontoires pour former le cordon littoral qui va du nord (Ovar) jusqu’à Mira ainsi qu’un autre cordon qui va du sud (Quiaios) vers le nord. Cette formation alluviale tend à fermer le cordon et à obstruer la communication (« port ») entre la mer et la lagune15.

11L’atrophie et l’ensablement des estuaires qui permettaient la circulation de l’eau salée ainsi que l’obstruction du travail de construction des salines en bordure des îles de la Ria d’Aveiro sont conséquences de ce mouvement. La cartographie historique et la documentation suppléent l’absence d’étude et identifient un mouvement d’abandon des salines du nord lorsque le « port » d’Aveiro se déplace vers le sud.

  • 16 El atlas del rey planeta. La Descripción de España y de las costas y puertos de sus reinos de Pedr (...)
  • 17 Neves Francisco Ferreira, « A Memória sobre Aveiro de Pinho Queimado », O Arquivo do Distrito d’Av (...)
  • 18 Cité par Neves F. F., « Breve História da Barra d’Aveiro », O Arquivo do Distrito d’Aveiro, 1 (193 (...)

12La Déscripción de España y de las costas y puertos de sus reinos de Pedro Teixeira Albernoz (1634) décrit ce déplacement du « port » vers le sud16. Un mémoire de 1687 signale la présence d’ingénieurs hollandais en ville pour étudier une solution pour le « port », à l’époque distant de 9 milles du quai d’Aveiro, dans la Vaguiera de Mira17 près d’un vieux fort construit en 164318.

  • 19 L’éloignement du port, la diminution d’amplitude des marées et l’irrégularité de l’entrée d’eau sa (...)
  • 20 Madahil A. G. da Rocha, Milenário d’Aveiro. Colectânea de Documentos Históricos, v. 2, Aveiro, Câm (...)
  • 21 Rau V., op. cit., p. 106 : il s’agit de la réponse d’Aveiro à des réclamations formulées dans la C (...)
  • 22 Ibidem, p. 419.

13Ces contraintes géomorphologiques19 n’ont exercé d’influence ni sur le mouvement commercial ni sans doute sur la production de sel avant la fin du xviie siècle. En effet, vers 1692 une lettre royale envoyée à Aveiro incitait les producteurs de sel à anticiper le début de la production des salines pour juin sans attendre juillet et août, comme de coutume, pour répondre à la demande croissante des marchés de l’Espagne du nord (Galice, Asturies et Biscaye). Le roi affirmait qu’autrefois une production contrôlée garantissait les hauts prix20, mais qu’à présent il fallait baisser les prix pour retenir les clients de Galice qui s’adressaient aux salines de France, et ainsi « le volume croissant de la production compenserait la réduction du prix du sel21 ». On adoptait aussi des mesures stratégiques d’interdiction de transfert de main-d’œuvre portugaise vers les salines de Galice et de présence d’étrangers, galiciens, dans les marais portugais. Cette mesure confirme l’importance des connaissances technologiques et de l’expérience individuelle dans la culture des salines. L’interdiction des transferts était une condition de la sauvegarde du monopole de production et de la commercialisation du sel d’Aveiro22.

14Cette politique eut des conséquences positives pour le commerce maritime du sel d’Aveiro. Les indicateurs du commerce extérieur du sel comptabilisent la quantité de sel sorti par le port d’Aveiro, par la ville de Porto, centre de distribution du sel vers le nord de l’Espagne (Galice, Asturies et Biscaye), et par Setúbal. Le tableau montre la supériorité d’Aveiro durant les années 1694-1704.

  • 23 Santos Cândido dos Santos, « Para a História do comércio português. Movimento da saída de barcos p (...)
  • 24 Amorim Inês, Aveiro e sua Provedoria, estudo económico de um espaço histórico, 1690-1815, Coimbra, (...)

15On constate l’irrégularité des sorties, un trafic supérieur, en 1695-1698, à celui de Setúbal et un mouvement des bateaux comparable à Porto en 1699-170023. Les bateaux des Asturies, Biscaye et Galice chargeaient aussi du sel pour les ports de la côte nord du Portugal (Caminha, Viana do Castelo et Vila do Conde)24.

  • 25 Archives : AMA, n. 96, Santos C., op. cit., p. 131 ; rau V., op. cit., p. 284-285. Nous avons cons (...)

Tableau 2 : Sorties de bateaux des ports d’Aveiro, Porto et Setúbal avec un chargement de sel destiné à la Galice25

Tableau 2 : Sorties de bateaux des ports d’Aveiro, Porto et Setúbal avec un chargement de sel destiné à la Galice25

Les propriétaires des marais

  • 26 Madahil, op. cit., p. 69-72. Archives : AUC, Casa Aveiro-Tombo 9, f° 43.
  • 27 En général, la largeur de chaque meio était de 4.44 mètres, selon Alcoforado, op. cit., p. 57 ; 4. (...)
  • 28 À Brouage nous rencontrons les mêmes dimensions (Delafosse, Laveau, op. cit., p. 14).

16Dans ce contexte de succès commercial et d’élan productif, on vérifiera l’intérêt pour la délimitation et l’identification des salines. Durant les années 1693-170_ s’élabore la délimitation des salines (livres appelés Tombos) pour les identifier et procéder au paiement d’un impôt enregistré dans la charte de 1515 – le droit royal des búzios ou des quarias26 – qui désigne le versement d’une quantité de sel (le búzio est une mesure de capacité) pour chaque talho (talhão, la planche)27 (mesure de surface exclusive aux salines correspondant à 6 « meios » (œillets) placés sur deux rangs, unité de mesure des salines : 60 « œillets » constituent une saline. L’évaluation en mètres montre le maintien des dimensions des œillets : 4,4 mètres28.

  • 29 Silva Maria João Violante Branco M. da, Aveiro Medieval, Aveiro, Câmara Municipal d’Aveiro, 1991, (...)
  • 30 Godinho, op. cit., p. 138.
  • 31 La perspective d’une appropriation par la noblesse et le clergé « soustrayant de l’investissement (...)

17L’information produite par les délimitations est riche, malgré ses limites et son caractère non systématique, notamment pour l’identification de la saline car, écrivait un notaire « tout le monde la connaît bien ». La source indique le nom des propriétaires, leur condition sociale et résidence, le nom de la saline, sa localisation, et le nombre d’œillets : nous allons examiner l’influence de ces différents facteurs sur la production du sel. Nous connaissons l’intérêt que depuis le xiiie siècle les institutions religieuses, le roi et des particuliers portent à l’acquisition de salines à Aveiro29 et les interventions des autorités d’Aveiro auprès du roi pour empêcher les marchands de Porto (seconde ville du pays et important centre de distribution du sel au nord du Portugal et à l’Europe) d’acheter des salines à Aveiro dont ils contrôleraient la production et le commerce30. Un courant historiographique local justifiait la décadence des marais salants d’Aveiro par la concentration des salines aux mains de propriétaires de condition sociale élevée (nobles et église), vivant de leur condition seigneuriale et méprisant la production31. L’information contenue dans les tombos se résume dans le tableau suivant :

Tableau 3 : Distribution des meios (1693-1704)

Tableau 3 : Distribution des meios (1693-1704)
  • 32 Source : AUC, Casa Aveiro-Tombo 9. Ils sont 120 propriétaires mais en une occurrence il n’y a pas (...)

18Note32

  • 33 Même observation dans les salines de l’Ouest français (Delafosse et Laveau, op. cit., p. 27).
  • 34 Source : ASCMA-n. 337-Livro dos assentos irmãos…, 1614-1732.
  • 35 Source : ASCMA-n. 383-Tegisto de Leis, f. 19 « Como se proverão os lugares dos Irmãos que morrerem (...)

19La distribution des meios entre les propriétaires montre que trois quarts (74 %) des propriétaires avaient moins d’une saline, 16 % jusqu’à 2, et seulement 12 propriétaires (10 %) détenaient plus de 2 salines et 39 % des œillets. La propriété moyenne, 54 œillets, était morcelée et la saline relevait souvent de plusieurs propriétaires. Les grands propriétaires étaient peu nombreux33. Il est difficile d’identifier tous les propriétaires. À l’aide de sources complémentaires glanées dans les fonds de l’administration municipale et fiscale, de la grande confrérie de la Miséricorde qui sélectionnait ses frères dans l’élite sociale34, enfin des procès de l’Habilitation du Saint-Office (pureté de sang juif), nous avons pu obtenir des informations sur 75 propriétaires, soit 62,5 % du total, détenant 73 % des salines. La catégorisation n’est pas toujours aisée. Le titre de dom ou dona implique un mode de vie noble mais il convient de distinguer l’appartenance aux ordres militaires (Christo) ou à la cour (maison royale). La référence aux frères de la confrérie35 ou à l’administration locale implique un groupe assimilable à l’élite locale par son statut de « citoyen » (cidadão) qui le rend apte à occuper les fonctions de gouvernement local.

  • 36 Source : AUC, Casa Aveiro-Tombo 9 : *Sont considérés somme fonctionnaires les douaniers, militaire (...)

Tableau 4 : Statut socioprofessionnel des propriétaires des marinhas (1693-1704)36

Tableau 4 : Statut socioprofessionnel des propriétaires des marinhas (1693-1704)36

20Seulement 13,2 % des propriétaires, avec 5,6 % des œillets, appartiennent à la noblesse. Le clergé séculier, 17 % de l’effectif, possédait 16 % des salines, et les trois couvents réunissaient 17 % des salines. Les fonctionnaires, licenciés et frères de la Miséricorde totalisaient 45,3 % des propriétaires et 43 % des salines. Avec les hommes de négoce, marchands et familiers du Saint-Office ils formaient l’élite locale qui rassemblait 53,3 % des propriétaires et près de 47 % des œillets (meios).

  • 37 Source : ANTT-Convento s. Domingos Aveiro, Capelas do Convento, 1617, indique l’institution de div (...)

21Autrement dit la noblesse détenait une faible proportion des salines qui étaient surtout distribuées parmi l’élite locale des notables, citoyens et administratifs. Les couvents avaient, naturellement, une longue histoire de donations pieuses et de dots de religieux37.

  • 38 Source : AUC, Casa Aveiro-Tombo 9.

Tableau 5 : Résidence des propriétaires des salines (1697-1704)38

Tableau 5 : Résidence des propriétaires des salines (1697-1704)38
  • 39 La Confrérie de la Miséricorde était le 6e propriétaire, avec 326 œillets (6,8 %).

22Plus de 80 % des propriétaires étaient d’Aveiro et environs (Esgueira, Aradas, Eixo, Ílhavo) et détenaient 84 % des salines, Lisbonne, Coimbra et Viseu représentaient 11 % des propriétaires et 13 % des salines. La présence des gens de Porto est insignifiante. Au tournant des xviie-xviiie siècles le marais était morcelé, possédé par des résidents d’Aveiro, élite locale, couvents (18,4 %) et clergé régulier (16,1 %)39. Quelles sont les conséquences de cette distribution pour l’administration et l’exploitation des marais salants d’Aveiro ?

Régime d’exploitation (variations et adaptations conjoncturelles)

  • 40 Santos D. M. G. dos, op. cit., p. 674.
  • 41 Source : ASCMA-n. 331, f° 1.
  • 42 Entre 1725 et 1775, celle-ci a reçu plusieurs salines, en gage de ses prêts à interêt ou en exécut (...)
  • 43 Le propriétaire devait prudemment, selon le conseil de l’administrateur du monastère de Jésus, fai (...)
  • 44 Au milieu du xixe siècle, le contrat de métayage continuait. L’enquête du gouvernement civil (1869 (...)

23Comment travailler et exploiter une saline morcelée entre divers propriétaires ? comment le propriétaire possédant des salines éparpillées gérait-il son bien ? En 1744 l’administrateur du couvent féminin de Jésus affirmait : « quelques salines enclavées dans d’autres salines n’étaient pas productives et abandonnées par leurs propriétaires40 » ou, comme l’affirmait l’administrateur de la confrérie de la Miséricorde, des salines n’étaient plus exploitées parce que les différents « consorts » refusaient de participer aux dépenses de remise en état41. La tendance était à la concentration des salines, mais on ne connaît pas l’ampleur de ce mouvement auquel n’échappent pas les couvents et la confrérie de la Miséricorde42. Le couvent de Jésus avait 362 œillets en 1697-1704 et en 1749, 663, la Miséricorde, en 1697, 203 œillets et au milieu du xviiie siècle plus de 185 encore. Le métayage permit, en minorant les coûts de reconstruction des salines, de développer la production du sel. En effet les travaux de préparation annuelle : construction des digues, drainage de l’eau, préparation du fonds de la saline (casco) étaient complexes et au cours de la saison, il fallait une main-d’œuvre permanente pour les travaux et la récolte. Ces exigences imposaient un régime contractuel, annuel, pour attirer et fixer le travailleur/marnoto à la saline. La nature du contrat de métayage (parceria de metade) établit que le coût des réparations était à la charge du propriétaire, à hauteur des dommages subis par la saline durant l’hiver (pluies ou inondations marines). Le contrat déterminait aussi la répartition de la récolte entre propriétaire et saunier, mais celui-ci devait payer les impôts de nature religieuse, la dime (dízima), ou fiscale (le donativo). Finalement, le saunier devait rembourser au propriétaire une part des dépenses initiales ou des avances obtenues. Cependant, il devait conserver un revenu qui le stimulait et garantissait son maintien sur la saline43. Ce contrat contenait donc deux clauses importantes, l’investissement initial consenti par le propriétaire qui cherchait à récupérer le capital investi, la préoccupation de conserver la main-d’œuvre sur la saline grâce à un prêt d’argent et la garantie d’un revenu. Ce modèle fut en usage jusqu’au xixe siècle44.

  • 45 Source : ASCMA-n. 10-Livro de Assentos da mesa, f° 152, 11 décembre 1695.
  • 46 Source : ASCMA Livro de Assentos da mesa, n. 10, f° 273, 10 décembre 1702 ; n. 11, f° 124, 20 déce (...)
  • 47 Aveiro comptait 4 paroisses. La paroisse de la Présentation de la Vierge regroupait les sauniers e (...)

24Le tournant des xviie-xviiie siècles vit aussi évoluer les relations entre partenaires. Si en 1695 la confrérie de la Miséricorde insérait dans le contrat une clause de précarité du saunier qui à tout moment pouvait être congédié – chaque fois que les frères de la Table souhaitaient lui retirer sa saline, ils pouvaient le faire sans le consentement du saunier45 – mais quinze ans plus tard, en 1711, la même confrérie décidait que le renvoi n’était justifié que si le saunier ne s’occupait pas correctement de la saline ni en temps utile ni avec l’attention requise46. La conjoncture démographique explique cette amélioration. En effet, les années 1699-1702 furent localement marquées par une forte mortalité, surtout dans la population adulte des paroisses saunières47, qui entraina une diminution de la main-d’œuvre qualifiée et la possibilité pour les survivants d’obtenir de meilleures conditions de travail.

25En conclusion provisoire, au tournant du siècle, le marais d’Aveiro restait caractérisé par une conjoncture commerciale et productive favorable. Le mouvement portuaire s’animait, le Roi percevait l’impôt, divers propriétaires se partageaient les marais, les marnotos attendaient un bon contrat. La prospérité pouvait se maintenir si les débouchés du sel restaient fluides et équilibraient les coûts de production et si la main-d’œuvre qualifiée obtenait des contrats lui garantissant la poursuite d’une activité délicate. L’évolution des prix (tableau 6) n’offrait pas, malheureusement, de bonnes perspectives d’avenir, au risque d’entraîner une crise des structures de production.

  • 48 Source : Amorim I., op. cit., p. 821 ; RAU V., op. cit., p. 290.

Tableau 6 : Évolution du prix (en reis) du muid de sel à Aveiro et Setúbal (1693-1730)48

Tableau 6 : Évolution du prix (en reis) du muid de sel à Aveiro et Setúbal (1693-1730)48

Notes

1 Rau Virgínia, Estudos sobre a História do sal português, Lisboa, Presença, 1984. Godinho Vitorino Magalhães, Os Descobrimentos e a economia mundial, 2e ed., Lisboa, Presença, vol. 4, 1982.

2 Rau Virgínia, op. cit., p. 86-87.

3 Buron Gildas, « Pour une analyse historique du paysage salicole guérandais », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Tome 104, 1997, Nº2, p. 7-46 ; Buron Gildas, « Pour un atlas historique des marais salants de Guérande », Estuaria, nº 2, 2001, p. 41-75.

4 Ceci exige d’analyser la généalogie de la saline (nom, localisation, configuration, propriétaire).

5 Hocquet Jean Claude, Le sel et la fortune de Venise, vol. 1, 2e éd., Lille 1982, p. 53 ; Delafosse Marcel, Laveau Claude, Le commerce du sel de Brouage aux xviie et xviiie siècles, Paris 1960, p. 26.

6 Amorim Inês, Aveiro e os caminhos do sal (sécs. xv a xx), Aveiro, Câmara municipal d’Aveiro, 2001, p. 12, 19.

7 Les autres sont Figueira da Foz (à l’embouchure du Mondego et Arelho), Lisbonne (rive droite et rive gauche du Tage), Setúbal (près de l’embouchure du Sado) et Alcacer do Sal, et l’Algarve (d’ouest en est : Lagos, Alvor, Portimão, Anção, Relva, Lagoa, Faro Olhão, Tavira et Castro Marin).

8 Si à partir d’un échantillon de 5 kg recueilli dans certaines conditions, le sel est fin s’il en passe 4,5 kg à travers les mailles de 4 mm du tamis soit 90 % ; il est mixte s’il en passe 4,5 kg à travers les mailles de 8 mm du tamis soit 90 % et on le dit gros sel si par ce même tamis il passe moins de 4,5 kg (Silva João Ferreira da – Apontamentos para um curso de salineiros, Lisboa, CRPQF, [1956], p. 15.

9 Amorim Inês, Os inquéritos sobre o sal português nos séculos xviii a xx, Seminário Internacional sobre o sal português, Institut d’histoire moderne, Université de Porto, 2005 ; Lobo Constantino Botelho de Lacerda, « Memória sobre a História das Marinhas de Portugal », memórias da Literatura Portuguesa, v. 5, Lisboa 1793 ; idem, « Memória sobre as marinhas de Portugal », memórias Económicas da Academia real das Ciências de Lisboa 1789-1815 (MEARC), v. 4, Lisboa, Banco de Portugal 1991 ; id., « Memória sobre o estado das pescarias na costa do Algarve no ano de 1790 », MEARC, v. 5, Lisboa 1991, p. 69-102 ; Barros José Joaquim Soares de, « Considerações sobre os benefícios do sal comum, e em particular do sal de Setúbal », MEARC, v.1, Lisboa, p. 21-35 ; Vandelli Domingos, « Memória sobre o sal-gema das Ilhas de Cabo Verde », MEARC, v. 4, Lisboa, p. 51-52 ; Silva Silvério Augusto Pereira da Silva, Moura António Marques de, « Breve Notícia sobre as Marinhas da Ria d’Aveiro », Notícia da Exposição Universal de Viena de Áustria em 1873, Bruxelas, 1873, 15 p.

10 Girard Aimé, Étude sur les marais salants et l’industrie saunière du Portugal, Annales du Conservatoire des Arts et Métiers, Paris 1972, publié par Lepierre Charles, Inquérito à Indústria do sal em Portugal, Lisboa, Universidade Técnica de Lisboa, 1936, p. xlii-li. Appelé au Portugal, en 1865, à l’occasion d’une exposition internationale, Aimé Girard étudia l’industrie saunière du Portugal et visita l’exposition du palais de cristal de Porto (Almeida D. António de, A indústria salina em Portugal, Lisboa, 1873, p. 27).

11 Cette algue est le microcoleus Corium (Lepièrre C., op. cit., p. ix), de l’espèce microcoleus chtonoplastes et oscillatoria lactevirens (Vieira Maria da Natividade, Ecologia das salinas, Porto, Instituto de Zoologia Dr. Augusto Nobre, 1989, p. 5).

12 Lepièrre C., op. cit., p. 66-82.

13 Alcoforado M. da Maia, « A indústria do sal », Museu Technologico, 1º Anno, set. 1877, p. 53.

14 Daveau Suzanne, « Documentos para o ensino. A História do Haff Delta d’Aveiro », Finisterra, n. 46, Lisboa, 1988, p. 327-349 ; Leitão António do Nascimento, Aveiro e a sua Laguna, 2ª ed., Lisboa, Sá da Costa, 1944, p. 34.

15 Daveau Suzanne et al., Geografia de Portugal, v. 1, Lisboa, Sá da Costa, 1989, p. 78 ; Martins A. Fernandes, « A configuração do litoral português no último quartel do séc. xiv. Apostilha a um mapa », Biblos, v. 22 (1947) p. 178-179.

16 El atlas del rey planeta. La Descripción de España y de las costas y puertos de sus reinos de Pedro teixeira Albornoz (1643), Filipe Pereda, Fernando Marias (ed.), 2ª ed. (1ª ed. Outubro 2002), Hondarribia, Editorial Nerra, 2002.

17 Neves Francisco Ferreira, « A Memória sobre Aveiro de Pinho Queimado », O Arquivo do Distrito d’Aveiro, 3 (1937), p. 99.

18 Cité par Neves F. F., « Breve História da Barra d’Aveiro », O Arquivo do Distrito d’Aveiro, 1 (1935) p. 222 ; Neves F. F., « Reflexões históricas sobre a Barra d’Aveiro », O Arquivo do Distrito d’Aveiro, 29 (1963) p. 107. Voir aussi Cunha Comandante Silvério Ribeiro da Rocha e, relance da História Económica d’Aveiro. Soluções para o seu problema marítimo, a partir do séc. xvii, Aveiro, Imprensa Universal, 1930, p. 21, et Loureiro Adolpho, Os portos marítimos de Portugal : Porto d’Aveiro, v. 2, Lisboa, Imprensa Nacional, 1904, p. 15.

19 L’éloignement du port, la diminution d’amplitude des marées et l’irrégularité de l’entrée d’eau salée avaient des conséquences néfastes pour la manutention des salines.

20 Madahil A. G. da Rocha, Milenário d’Aveiro. Colectânea de Documentos Históricos, v. 2, Aveiro, Câmara Municipal d’Aveiro, 1959, p. 375.

21 Rau V., op. cit., p. 106 : il s’agit de la réponse d’Aveiro à des réclamations formulées dans la Cour de Santarem, de 1331, contre le prix excessif du sel causé par le retard de la production.

22 Ibidem, p. 419.

23 Santos Cândido dos Santos, « Para a História do comércio português. Movimento da saída de barcos pela Barra do Douro de 1681 a 1705 e de 1777 a 1801 », Boletim Cultural da Câmara municipal do Porto, 2ªS., v. 2, 1984. La mesure moyenne est de 60 boisseaux par muid, mais le muid à Aveiro est plus grand (Mappas das medidas do novo systema legal comparadas com as antigas nos diversos concelhos do Reino e Ilhas), Lisboa, Imprensa Nacional, 1868, p.25, confirme cette disparité : Conseil d’Aveiro, boisseau de sel 39 litres, conseil de Ovar, boisseau de sel 77 litres, de Ílhavo, boisseau de 42 litres, conseil d’Águeda, búsio de sel de 57 litres, comme 1 muid = 20 búzios, nous retenons l’équivalence de 780 litres par muid. Cf Alcoforado, op. cit., p. 76.

24 Amorim Inês, Aveiro e sua Provedoria, estudo económico de um espaço histórico, 1690-1815, Coimbra, CCRC, 1997, p. 385.

25 Archives : AMA, n. 96, Santos C., op. cit., p. 131 ; rau V., op. cit., p. 284-285. Nous avons considéré le muid comme ayant la même capacité à Setúbal et à Aveiro, (la mesure générale, 60 boisseaux) mais il y a quelques problèmes d’équivalence car la mesure traditionnelle d’Aveiro était le conto, et non le muid, seulement introduit en 1814. Le muid d’Aveiro était plus grand que celui de Setúbal. Au xviiie siècle la mesure-étalon du sel était à Setúbal le muid de 50 boisseaux (alqueires), qui faisait référence à la fanega de 4 alqueires, la mesure des galiciens (AHU, MR, maço 19, Sobre o comércio de sal de Setúbal (1771).

26 Madahil, op. cit., p. 69-72. Archives : AUC, Casa Aveiro-Tombo 9, f° 43.

27 En général, la largeur de chaque meio était de 4.44 mètres, selon Alcoforado, op. cit., p. 57 ; 4.50 mètres ont été mesurés par Lepièrre, op. cit., p. 72. Ces évaluation de la fin de xixe siècle correspondent à celle que la charte d’Aveiro de 1515 déclarait, à propos du paiement du droit sur les salines. Valdez Luis Travassos, Noticia sobre os Pesos, medidas e moedas…, Lisboa, Imprensa Nacional, 1856, p. 9 : la vara (aune) mesurant 1,1 mètre, sa largeur est de 13,2 m, chaque talho alimentant 3 meios, la largeur du cristallisoir (meio) mesure 4,4 mètres (cf. table 1).

28 À Brouage nous rencontrons les mêmes dimensions (Delafosse, Laveau, op. cit., p. 14).

29 Silva Maria João Violante Branco M. da, Aveiro Medieval, Aveiro, Câmara Municipal d’Aveiro, 1991, p. 97. Cette auteur met en évidence le monastère Notre-Dame-de-la-Miséricorde, celui de Jésus, l’église de S. Miguel, le roi et des particuliers.

30 Godinho, op. cit., p. 138.

31 La perspective d’une appropriation par la noblesse et le clergé « soustrayant de l’investissement et dévorant dans l’ostentation les excédents qui auraient dû être canalisés vers la production » nous parait une position simpliste défendue par Barreira Manuel Barreira, « As marinhas de sal e a barra d’Aveiro na crise do séc. xvii », Revista Portuguesa de História, t. 28 (1993), p. 115.

32 Source : AUC, Casa Aveiro-Tombo 9. Ils sont 120 propriétaires mais en une occurrence il n’y a pas d’indication du nombre d’« œillets » possédé.

33 Même observation dans les salines de l’Ouest français (Delafosse et Laveau, op. cit., p. 27).

34 Source : ASCMA-n. 337-Livro dos assentos irmãos…, 1614-1732.

35 Source : ASCMA-n. 383-Tegisto de Leis, f. 19 « Como se proverão os lugares dos Irmãos que morrerem-1615 ».

36 Source : AUC, Casa Aveiro-Tombo 9 : *Sont considérés somme fonctionnaires les douaniers, militaires et débitants de tabac ; **ce total partiel intègre citoyens, frères majeurs de la Miséricorde, licenciés en droit et fonctionnaires ; ***l’élite regroupe noblesse locale, familiers du S. Office, hommes de négoce et marchands.

37 Source : ANTT-Convento s. Domingos Aveiro, Capelas do Convento, 1617, indique l’institution de diverses chapelles et le nombre de messes, les héritages constitués étaient le plus souvent composés de « meios ». Santos Domingos Maurício Gomes dos, O mosteiro de Jesus d’Aveiro, Lisboa, Serviços Culturais da Diamang, 1963, v. 4, p. 672, indique que les salines, propriété privée des nonnes, entraient à leur décès dans le patrimoine du Couvent.

38 Source : AUC, Casa Aveiro-Tombo 9.

39 La Confrérie de la Miséricorde était le 6e propriétaire, avec 326 œillets (6,8 %).

40 Santos D. M. G. dos, op. cit., p. 674.

41 Source : ASCMA-n. 331, f° 1.

42 Entre 1725 et 1775, celle-ci a reçu plusieurs salines, en gage de ses prêts à interêt ou en exécution de testaments qui ont accru le nombre de meios de 203 : Amorim, op. cit., p. 327.

43 Le propriétaire devait prudemment, selon le conseil de l’administrateur du monastère de Jésus, faire attention que le saunier « prenne quelque chose de son travail d’été, excepté s’il était envoyé à la marine qui devait alors tout payer » (Santos D. M. dos, op. cit., p. 674).

44 Au milieu du xixe siècle, le contrat de métayage continuait. L’enquête du gouvernement civil (1869) montre qu’il existait des dépenses fixes, divisées par moitié, et des dépenses casuelles, telles que la destruction des digues, provoquée par les inondations, qui étaient à charge du propriétaire (AHMOP, DGCI, RE7, Gouvernement civil d’Aveiro). Avec le temps, ce type de dépenses a évolué : Alcoforado M., op. cit., p. 70 : « le propriétaire divisait par moitié les dépenses » ; et Silva Moura, op. cit., p. 304 : « fixe exclusivement pour le saunier, le paiement de la journée des femmes porteuses, lorsqu’elles ne sont pas de la famille, et des garçons » ; ou Menezes João Maria Cardoso de, Inquérito à Indústria do sal, IV volume : salgado d’Aveiro, Lisboa, Comissão Reguladora dos Produtos Químicos e Farmacêuticos, 1956, p. 40 : « les dépenses d’impôt ont été équitablement divisées, mais au saunier incombent en plus les dépenses de sable et de bajouça (plante aquatique servant à couvrir les tas de sel) ». Ce type d’investissement, sa répartition, le prêt aux sauniers et la division de la récolte entre le propriétaire et le métayer ne sont pas propres au Portugal ni à l’époque moderne (xviiie-xixe siècles) comme l’a abondamment montré Jean-Claude Hocquet, Le saline dei Veneziani e la crisi al tramonto del medioevo, Il Veltro, Roma 2003, 410 p., pour les salines de Chioggia aux xive et xve siècles, et plus généralement du même auteur, Le sel et le pouvoir, de l’An Mil à la révolution Française, Paris, Albin Michel, 1985, 519 p.

45 Source : ASCMA-n. 10-Livro de Assentos da mesa, f° 152, 11 décembre 1695.

46 Source : ASCMA Livro de Assentos da mesa, n. 10, f° 273, 10 décembre 1702 ; n. 11, f° 124, 20 décembre 1711.

47 Aveiro comptait 4 paroisses. La paroisse de la Présentation de la Vierge regroupait les sauniers et les pêcheurs (Amorim I., op. cit., p. 130-131).

48 Source : Amorim I., op. cit., p. 821 ; RAU V., op. cit., p. 290.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Structure d’une saline (« marinha ») à Aveiro
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7605/img-1.png
Fichier image/png, 336k
Titre Tableau 2 : Sorties de bateaux des ports d’Aveiro, Porto et Setúbal avec un chargement de sel destiné à la Galice25
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7605/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 3 : Distribution des meios (1693-1704)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7605/img-3.png
Fichier image/png, 9,5k
Titre Tableau 4 : Statut socioprofessionnel des propriétaires des marinhas (1693-1704)36
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7605/img-4.png
Fichier image/png, 19k
Titre Tableau 5 : Résidence des propriétaires des salines (1697-1704)38
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7605/img-5.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 6 : Évolution du prix (en reis) du muid de sel à Aveiro et Setúbal (1693-1730)48
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7605/img-6.png
Fichier image/png, 15k

Auteur

Institut d’histoire moderne Faculté des Lettres de l’université de Porto (Portugal)

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540