Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Deuxième partie. La production des sels atlantiques : sociétés saunières et modes de faire-valoir salicoles

L’exploitation de salines à la fin du Moyen Âge : les possessions des Blanchet dans la baie de Bourgneuf

Julien Briand

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Archives départementales de la Loire Atlantique (ADLA), 2E 382.
  • 2 De nombreux cartulaires ecclésiastiques nous fournissent de précieux renseignements sur les marais (...)
  • 3 On peut citer à ce titre les archives de la famille de la Trémoille pour Noirmoutier ou celles du (...)
  • 4 Voir le bilan historiographique dressé par J.-L. Sarrazin, « Les marais salants de la côte atlanti (...)
  • 5 Cette culture juridique est d’ailleurs très présente dans le document. Ainsi, à partir de 1484, le (...)
  • 6 27,2 cm de hauteur pour 10,5 cm de largeur.
  • 7 Il n’y a, par exemple, aucun compte d’exploitation entre 1494 et 1510.
  • 8 Ainsi, les différents actes détaillant la commercialisation des charges entreposées sur un des mar (...)
  • 9 Tous les prêts d’argent à titre privé sont par exemple rassemblés au folio 14 du carnet.
  • 10 On trouve par exemple sept pages vierges entre le f° 29 et le f° 30.

1En 1429, Jehan Blanchet l’aîné réalise son premier achat d’aires de salines, inaugurant une longue série d’acquisitions familiales tout au long du siècle ; ces achats accompagnent donc le réveil économique que connaît la baie après le marasme des années 1350-1450. Un cahier de comptes1 provenant du chartrier familial nous renseigne sur les possessions acquises dans la baie de Bourgneuf par cette famille d’officiers de justice nantais, les Blanchet. Ces comptes présentent un intérêt exceptionnel, compte tenu de leur provenance et de leur contenu. En effet, notre connaissance des marais de la baie au Moyen Âge s’appuie essentiellement sur des sources étrangères, notamment hanséatiques. Les rares documents bretons et poitevins à nous être parvenus sont le plus souvent d’origine ecclésiastique2 ou seigneuriale3, même si les pièces se diversifient quelque peu à partir du xive siècle4. Ce compte d’exploitation constitue donc à ce jour le seul document d’origine privée connu pour les marais de la baie. Il faut sans doute voir dans cet intérêt pour l’écrit un effet de la formation juridique des Blanchet, qui les pousse à noter scrupuleusement tout ce qui concerne la gestion de leur exploitation à une période où l’écrit tend à être plus présent dans la vie quotidienne des hommes de la fin du Moyen Âge5. Le document se présente sous la forme d’un petit carnet de vingt folios aux dimensions atypiques6. Les actes sont de la main des trois détenteurs successifs des salines pendant la période 1463-1512, à savoir maître Robert Blanchet puis, à partir de 1484, sa femme, Jeanne Lesnier, et enfin à la mort de celle-ci en 1492, leur fils, maître Pierre Blanchet. Toutefois, ils ne couvrent pas ce demi-siècle de manière homogène : ainsi, sur 51 actes, 34 concernent les années 1463-1479 et les rares données chiffrées des actes postérieurs à 1479, peu détaillées7, sont inexploitables. Ces actes sont écrits au passé composé, laissant supposer qu’il s’agit d’une mise au propre de notes prises au jour le jour sous forme de brouillon. Le délai entre les faits et leur écriture semble avoir été assez long, du moins pour certains d’entre eux8. Le carnet a été tenu logiquement, le rédacteur ayant regroupé le plus souvent possible les actes de même nature ou concernant les mêmes marais9. Des pages ont même été laissées vierges dans le but d’y insérer postérieurement des notes complémentaires10.

  • 11 La plupart des sources mentionnées ci-dessus portent principalement sur le commerce du sel ce qui (...)

2Mais ce document se distingue aussi par les domaines qu’il permet d’aborder11 : il éclaire mieux que tout autre les structures de production des salines, les sociétés saunières chargées de les mettre en valeur ainsi que la rentabilité économique d’une exploitation.

3Il nous permet donc un examen attentif des modes sociaux d’appropriation et d’exploitation des marais, puis, dans un second temps, de détailler leur production et leur rentabilité économique.

Les modes sociaux d’appropriation et d’exploitation des marais

Le patrimoine salicole des Blanchet

  • 12 Parmi les grandes familles nantaises de l’époque, on peut aussi citer les Thomas, les Landais ou l (...)
  • 13 Touchard H., le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967, p. 354.
  • 14 Ils s’intitulèrent dès lors Blanchet de la Chabocière, du nom d’une de leurs seigneuries.
  • 15 Les gages du sénéchal de Nantes pouvaient varier entre 100 et 500 livres, en fonction du volume de (...)
  • 16 Entre 1459 et 1489, c’est Jehan Blanchet qui réapparaît le plus souvent dans la liste des députés (...)
  • 17 À la fin du xve siècle, les Blanchet cumulaient sept seigneuries rurales qui leur assuraient un re (...)

4Les Blanchet furent une des familles nantaises les plus en vue de la seconde moitié du xve siècle12. Famille marchande à l’origine13, elle s’orienta vers les carrières judiciaires à partir du milieu du xve siècle et s’agrégea à la noblesse dans les années 147014. La carrière la plus aboutie est celle de Jehan Blanchet qui, après avoir été procureur ducal à Nantes entre 1462 et 1480 aux gages de 50 livres par an, fut promu procureur général en 1482 aux gages de 240 livres et enfin sénéchal de Nantes de 1487 à 149415. Parallèlement, les membres de la famille s’impliquèrent dans le gouvernement municipal nantais en participant au Conseil des Bourgeois, en effectuant de nombreuses députations au nom de la ville16 ou en gérant les deniers communs. La fortune de la famille fut investie dans des seigneuries foncières situées dans les campagnes nantaises17 mais aussi dans les marais salants.

  • 18 Il est fait mention de Clémence Blanchet dans une enquête réalisée par la cour de Nantes en 1448 ( (...)

5La trace la plus ancienne de la présence des Blanchet à Bourgneuf remonte à Clémence Blanchet, tante de Jehan l’aîné, que l’on peut y repérer dans le dernier quart du xive siècle18. Clémence ne possédait alors qu’un seul marais, affermé à des sauniers pour une somme de 7 livres.

  • 19 J.-L. Sarrazin observe le même phénomène dans les salines du littoral poitevin. J.-L. Sarrazin, La (...)

6Les premiers indices d’investissements à plus grande échelle dans l’économie salicole datent en fait de Jehan Blanchet l’aîné que l’on voit acheter à Gilles Gicqueau, en 1429, 226 aires de salines sises au marais des Jouays, pour la somme d’environ 550 livres, puis en 1432, 232 aires. Ce furent ses appuis locaux qui permirent à ce marchand ambitieux d’investir dans la région puisqu’il fut introduit auprès du vendeur par le mari de Clémence Blanchet. Dans les deux cas, la vente s’effectua sous la forme particulière d’une vente à réméré. Dans ce système, si le vendeur ne faisait pas jouer la clause de recouvrement en remboursant le prêt hypothécaire au bout des sept ans prévus par le contrat, la possession de l’acquéreur devenait perpétuelle ; sinon, l’acheteur devait se contenter d’une jouissance temporaire. Il semble que ce furent les difficultés financières de Gicqueau qui motivèrent ces ventes puisque nous le voyons également emprunter des sommes d’argent à Blanchet. Ce système lui permettait donc d’avoir des liquidités importantes, qu’il pouvait immédiatement réinvestir dans des infrastructures plus efficaces, sans aliéner définitivement son patrimoine. L’acheteur profitait d’un placement sûr et lucratif, dont les intérêts étaient en nature. On peut cependant penser que les Blanchet étaient plutôt à la recherche d’investissements à long terme et qu’ils se contentaient de ce système faute de mieux19. Leurs investissements se poursuivirent en effet dans les années suivantes si bien qu’en 1443 leur patrimoine salicole se montait à 513 aires, disséminées sur les paroisses de Bouin, Saint-Cyr, Bourgneuf et les Moutiers.

7À la mort de Jehan Blanchet l’aîné puis de sa femme Jeanne Chabot au début des années 1460, leurs possessions salicoles furent partagées entre leurs deux fils, Robert et Jehan, qui poursuivirent dès lors chacun de leur côté leurs investissements. À sa mort en 1484, Robert Blanchet, principal rédacteur de notre carnet de compte, possédait ainsi plus de 800 aires. L’exemple des Blanchet montre que de riches bourgeois pouvaient eux aussi accumuler d’importantes surfaces de marais et que les grands possédants n’étaient pas seulement des seigneurs ecclésiastiques ou laïques.

Modes de faire-valoir et gestion de l’exploitation

  • 20 ADLA, 2E 382, f° 5 : « Le sabmadi XIIIè jour de novembre l’an mil IIIIc et treze, compté o Perrot (...)

8L’exploitation des marais était confiée à des sauniers, que l’on peut assimiler à des spécialistes salariés, employés pour leur savoir-faire. En effet, le saunier n’était pas à proprement parler un tenancier puisqu’il ne disposait pas des aires qu’il exploitait. En récompense de ses services, il recevait, selon un partage attesté pour d’autres marais de la baie, le tiers de la récolte, le propriétaire se réservant les deux tiers restant. Le système était donc proche du métayage20.

  • 21 Cette attitude spéculative du maître transparaît dans les réserves en sel qu’il accumulait. Il pré (...)
  • 22 Ibidem, f° 3 et 5.
  • 23 C’est le cas entre 1463 et 1465 ou en 1477. Ibid., f° 2 et 19.

9Cependant, ce partage de la production était assez peu significatif de la répartition des profits entre propriétaires et sauniers. En effet, ces derniers, sous l’emprise du besoin, vendaient souvent leur part à un prix moindre que le maître à qui sa richesse permettait toujours d’attendre un cours élevé pour vendre, prix atteint entre les mois de mai et juillet, période de soudure21. Ainsi, dans les années 1467, 1468, 1470, 1472 et 147322, le saunier Perrot Glado vendit sa charge 35 sous – soit à peine au-dessus du seuil plancher de 30 sous que nous avons pu repérer – tandis que Blanchet en tirait le double ; les revenus du sel étaient alors partagés sur la base réelle 3/4-1/4. En revanche, quand propriétaire et saunier vendaient à un prix identique23, les proportions passaient à 54 %-46 % mais cette situation était plus rare.

10Outre ces inégalités dans leur rapport au marché économique, des liens de dépendance unissaient également propriétaires et sauniers, en terme de commercialisation de la production mais surtout en termes financiers.

  • 24 Ibid., f° 15 à 18.
  • 25 Ibid., f° 5. Idem au f° 20 : « Laquelle sel desdites deux années qui sont LXXVIII et LXXIX a esté (...)
  • 26 Inversement, s’il se révélait être plus important, le surplus leur était payé par Blanchet.
  • 27 Ibidem, f° 20.
  • 28 Ibid., f° 12 : « Sur quoy ilz ont mis en descharge leur part du sel qui fut baillé à Torivei, qui (...)

11La commercialisation de la part du sel qui leur revenait était en règle générale effectuée par le propriétaire en raison de ses contacts commerciaux beaucoup mieux établis. Par ailleurs, ce système tenait vraisemblablement aussi aux modalités de paiement de la récolte, du moins telles qu’elles nous apparaissent à travers l’exemple de la commercialisation des monceaux du marais Gaudin en 147724. En mai de cette année, Robert Blanchet vendit 138 grandes charges à un marchand de Bourgneuf pour 400 livres dont le premier versement, pour moitié de la somme, n’intervint qu’en octobre. Il fallut encore cinq versements, effectués à des dates inconnues, pour que Blanchet touchât le produit total de la vente. On se doute bien que les sauniers ne pouvaient se permettre d’attendre plusieurs mois ; aussi devaient-ils se résoudre à vendre leur part à Blanchet comme assurance d’un paiement immédiat. Dans certains cas, le saunier pouvait même se servir au fur et à mesure de la récolte quitte à « parfournir sur la levée à venir25 » si son tiers était finalement inférieur à celui qu’il avait espéré26. Toutefois, nous avons trace de quelques exemples de vente directe à des marchands : ainsi, Perrot Glado, saunier des marais de Baugier, Gioret et les Salineaux, bailla sa part de la récolte de 1478 à Guillaume Péletier27, tandis que Jehan Colin et Perrot Mabileau, sauniers de la Jouberde, vendirent leur part de sel de 1461 et 1462 à un certain Torivei28.

  • 29 Ibid., f° 19.
  • 30 C’est ce qui est arrivé, par exemple, en juillet 1470 aux « quatre monsseaux de la communauté » si (...)
  • 31 Ibid., f° 3.
  • 32 Sarrazin J.-L., « La paysannerie saunière des marais de la baie à la fin du Moyen Âge : stratifica (...)
  • 33 Ils avaient donc une double fonction, à la fois agricole et salicole puisque, une fois récolté, le (...)
  • 34 ADLA, 2E 382, f° 3.
  • 35 Ibidem, f° 12 : « Le XXIè jour de septembre l’an LXIII, compté o Jehan Collin et Perrot Mabilleau (...)
  • 36 Hocquet J.-C., le sel et la fortune de Venise, 2 vol., Lille, 1976 (2e éd.), surtout Hocquet J.-C. (...)
  • 37 ADLA, 2E 382, f° 6, 7, 14, 19, 20, 22 et 25.
  • 38 Ibidem, f° 26 : « Le premier jour de septembre l’an mil quatre cens quatre vingts et cinq, par not (...)

12Mais le lien de dépendance était avant tout financier. Nous avons pu calculer le revenu total moyen de Perrot Glado qui saunait trois marais pour le compte de Blanchet, soit un total de 137 aires. Entre 1463 et 1479, il aurait ainsi touché, en moyenne, 6 livres 16 sous. Toutefois, ce revenu n’avait rien de fixe et le saunier était exposé à l’extrême variabilité des récoltes d’une année sur l’autre. Ainsi, entre avril 1475 et mars 1478, il ne toucha que 3 livres de la vente de sa part de sel. L’année 1476 fut une année exceptionnelle puisque Blanchet indique qu’ » il n’y eut point de sallainge29 », sans en préciser le motif (l’inondation de la saline étant l’hypothèse la plus probable30). Ce revenu, très modeste et surtout très variable, obligeait les sauniers à chercher des revenus de complément. Le saunier pouvait ainsi effectuer des travaux d’entretien rémunérés dans les salines dont il n’avait pas la charge : en 1468, Perrot Mabileau, saunier de la Jouberde, chaussa une partie du marais des Salineaux, exploité par Perrot Glado. Blanchet lui compta pour cela 36 sous 8 deniers en octobre 1468, ce qui lui permit de toucher en quelques jours presque un tiers de ce que le saunier Glado gagnait en moyenne par année sur sa part de la récolte31. L’autre solution pour eux était de se transformer en paysans ce qui leur conférait une double identité, à la fois terrienne et maritime32 : les bossis, c’est-à-dire les talus en forme de bosses qui bordaient les salines, étaient mis en culture ou servaient de zone de pâture aux bêtes33. Le bossis de la Branche, qui faisait partie de la saline de la Jouberde, était ainsi affermé 12 sous 6 deniers par an à Jehan Colin, saunier de la saline34. De plus, dès qu’un marais était devenu « gast », il était immédiatement réinvesti par la céréaliculture ou l’élevage : l’ancien marais de Laumosnier, qui avait jadis appartenu à Clémence Blanchet, était devenu un pâturage dans les années 1470 et était affermé 105 sous par an au saunier Perrot Mabileau35. Nous n’avons pas pu localiser cet ancien marais mais il est très possible que, trop éloigné de la mer, il ne produisait plus faute d’approvisionnement en eau salée. Pour autant, ces revenus secondaires n’étaient pas toujours suffisants pour faire vivre une famille et les sauniers tombaient fréquemment dans un endettement chronique, également relevé dans d’autres régions salicoles36. Le cas de Perrot Glado est exemplaire. Suite aux mauvaises récoltes successives des années 1475-1478, on le voit recourir à pas moins de onze emprunts auprès de Robert Blanchet, passés sous seing privé, pour des sommes qui variaient entre 1 et 8 livres. À la fin de l’année 1478, il devait plus de 23 livres au propriétaire ; en 1485, le montant de la dette était encore de 18 livres37. Ces prêts étaient remboursables sur la production à venir38. Le total des intérêts atteignait 29 % en trois ans et demi, mais il est difficile de calculer un taux annuel car le saunier empruntait au rythme de deux fois par an, au printemps et en septembre-octobre, ce qui est signe que ni sa part ni ses éventuels revenus complémentaires ne suffisaient à ses besoins. L’endettement des sauniers était en fait inhérent à la nature même de leur métier puisque leur revenu annuel ne dépendait que de la production de quelques semaines. Pour eux, ces prêts étaient une contrainte financière qui entraînait aussi une dépendance très forte vis-à-vis de leurs employeurs puisqu’ils ne pouvaient quitter leurs salines avant d’avoir remboursé leur dette. Ces trois points : relation au marché, conditions de commercialisation et capacités financières des sauniers montrent combien les conditions de vie de ces derniers étaient difficiles et contraintes par un lien de forte dépendance vis-à-vis du propriétaire.

  • 39 Ibid., f° 21.
  • 40 Ibid., f° 14 : « Presté a Perrot Regnault, mon autre saulnier, mary de la fille dudit Mabileau déc (...)

13La saliculture était également une affaire familiale puisque femmes et enfants prenaient part à l’exploitation du sel. Dans ce travail, qui exigeait un haut savoir technique, cette participation familiale permettait la transmission de père en fils des savoir-faire liés au saunage. La longue période couverte par le compte nous permet de voir cette forte reproduction sociale : ainsi, en 1484, Guyon Glado succéda à son père, Perrot, qui venait de mourir39. Une autre tendance se dégage : le mariage intra-social. En effet, la fille du saunier Perrot Mabileau épousa Perrot Regnault, lui-même saunier travaillant pour Blanchet40.

  • 41 Ibid., f° 3 : « Item audit jour, poyé a Jehan Templier 17 s 4 d qui luy restoint oultre les cent s (...)
  • 42 Ibid., f° 2 : « Au temps du dexeix de ma mere, par le rapport de Jehan Templier […] ». De même, au (...)
  • 43 Ibid., f° 4 : « Le XIXe jour dudit moys de juillet audit an LXX, feusmes sur les maroys Jehan Temp (...)
  • 44 Ibid., f° 15 à 18.
  • 45 On le voit d’ailleurs, tout au long du carnet, exprimer son avis sur l’état des marais et donner d (...)

14Robert Blanchet n’assurait pas directement la gestion des salines et utilisait les services d’un intendant ou régisseur chargé de superviser la production, d’avancer tous les frais41, de commercialiser la récolte et de décider des réparations à effectuer sur les marais. Cet intendant était donc un véritable expert, un magister, qui, comme nous en avons la preuve, envoyait des rapports réguliers au maître42. Celui-ci ne se déplaçait à Bourgneuf que pour percevoir la part des bénéfices qui lui revenait, profitant à plusieurs reprises de cette occasion pour effectuer une tournée d’inspection de ses marais en compagnie de son intendant et de ses sauniers43. Nous n’avons toutefois plus de trace de la présence d’un intendant à partir de 1475 et savons qu’en 1477 c’est Robert Blanchet lui-même qui se chargea de la commercialisation de la récolte du marais Gaudin44. Il est probable que Robert Blanchet, fort désormais de son expérience de la saliculture, se soit chargé lui-même de la gestion de l’exploitation à la fin de sa vie45.

  • 46 Ibid., f° 28. Un autre extrait du compte nous montre que Mabileau devait aussi s’acquitter des ren (...)
  • 47 Ibid., f° 29.

15À la différence de son père puis de sa mère, Pierre Blanchet choisit le système du fermage pour gérer les marais dont il avait hérité en 1492. Le saunier Thomas Mabileau tenait ainsi à ferme la Jouberde. À ce titre, il devait avancer toutes les redevances et réparations mais ses frais lui étaient remboursés sur la ferme : « a esté trouvé que ledit Mabileau a poyé pour toutes choses, tant reparations et autres choses servant ausdites sallines, la somme de XXXVIII livres monnaie tournois qui est a rabattre sur ce qu’il doit audit Blanchet46 ». C’était également lui qui assurait la commercialisation de la production. Au fermier étaient par conséquent confiées des responsabilités bien plus étendues qu’au métayer. Ce statut ne l’empêchait toutefois pas d’éprouver lui aussi d’importantes difficultés financières : en avril 1511 par exemple, il devait à Pierre Blanchet 100 livres et obtint de payer 25 livres pendant quatre ans. Le saunier, même fermier, ne se sortait donc pas de l’endettement47.

16Il faut noter qu’à côté de ces sauniers apparaît également tout un petit peuple de manouvriers à la condition certainement encore plus précaire. On les voit effectuer sur les salines toute une série de tâches annexes nécessitant une moindre qualification que la récolte du sel. Employés à la journée, ils sont rarement nommés : Blanchet évoque par exemple au folio 17 « les deux hommes qui ont este 8 jours a descovrir, amasser le sel et lier la loué ». Ils reçurent pour salaire 30 sous mais l’étude de leur rémunération est difficile, tant les mentions sont disparates. À l’image des sauniers, leur activité, très irrégulière, était soumise au caractère aléatoire de la production et la présence nombreuse d’hospices et d’aumôneries dans la région de la baie n’était certainement pas étrangère à la présence de ces travailleurs précaires.

Production et rapport économique des salines Blanchet

17Outre cette approche sociale, notre document permet également une approche statistique à deux niveaux : d’un côté, la production annuelle des salines Blanchet et de l’autre le profit économique qu’ils tiraient de leurs biens-fonds salicoles.

La production

18Prenons l’exemple des marais de Baugier, Gioret et les Salineaux dont nous pouvons suivre la production entre 1463 et 1479 grâce à sept comptes d’exploitation dressés à des dates irrégulières : Blanchet compta en juillet 1467 la production des années 1463-1466 alors qu’il le faisait dès octobre 1468 pour 1467 et 1468 ; en 1473, deux comptes furent tenus : l’un en février pour la production de 1472, l’autre en novembre pour celle de 1473. Ces comptes étaient en effet consignés à la demande du saunier qui voulait toucher son tiers. Ainsi, aucun des comptes ne mentionne la part revenant au propriétaire mais uniquement le tiers du saunier. Ces salines comportaient respectivement 63 aires, 52 aires et 22 aires soit un total de 137 aires.

Tableau 1 : Production des salines de Baugier (63 aires), Gioret (52 aires) et les Salineaux (22 aires) entre 1463 et 1479

Tableau 1 : Production des salines de Baugier (63 aires), Gioret (52 aires) et les Salineaux (22 aires) entre 1463 et 1479
  • 48 Il existait deux types de charge, l’une du sel frais, appelée petite charge, l’autre du sel commer (...)

19Note48

20À travers cette reconstitution de la production de ces trois salines entre 1463 et 1479, apparaissent nettement deux types d’années avec, d’un côté, des années exceptionnelles, comme 1470, 1473 et 1478, pendant lesquelles la récolte atteignit une vingtaine de charges par an et, de l’autre, des années catastrophiques comme 1466 ou 1475 avec seulement 3 charges. Ces données confirment donc le caractère aléatoire d’une production fortement dépendante des éléments naturels, la récolte de l’année pouvant être gravement compromise par des précipitations tombées quelques semaines avant son démarrage. La saline n’était pas non plus à l’abri d’un vimer destructeur comme le montre l’année 1476, déjà évoquée précédemment. Le calcul de la production moyenne est donc à prendre avec précaution mais n’en demeure pas moins une donnée intéressante. Pour ces quatorze années, elle s’établissait à 13,4 charges.

  • 49 Jean-Claude Hocquet aboutit à des résultats comparables pour le fondamento Laguna à Chioggia, op. (...)

21Cette donnée permet d’établir la productivité moyenne de ces trois salines qui s’élevait à 0,1 charge par aire, soit 300 kg de sel. Les données disponibles pour le marais de la Jouberde confirment ce résultat puisque dans ce marais de 51,5 aires la productivité moyenne oscillait selon les années entre 0,1 et 0,2 charge49.

22Par extension, les superficies cumulées des salines Blanchet représentant à peu près 800 aires de salines, la récolte qu’ils en tiraient en moyenne s’élevait au total à environ 110 charges, dont il fallait déduire le 1/3 revenant au saunier.

Le rapport économique

23La méthode que nous nous proposons de suivre pour calculer le rapport économique des salines Blanchet est la suivante : nous allons tout d’abord déterminer la part de sel du propriétaire, puis calculer son revenu brut avant d’en déduire les divers frais. Certes, ce calcul contient une part d’incertitude puisque nous n’avons pas de données chiffrées complètes pour chaque année et chaque saline. Néanmoins, l’importance des données réduit fortement la marge d’approximation. Ces données sont regroupées dans le tableau ci-dessous.

Tableau 2 : Rapport économique des salines de Baugier, Gioret et les Salineaux (1463-1483)

Tableau 2 : Rapport économique des salines de Baugier, Gioret et les Salineaux (1463-1483)
  • 50 La part des Blanchet est ici directement exprimée en grandes charges. Nous avons ôté des 2/3 de Bl (...)

24Note50

  • 51 Nous avons fixé à 70 s. le prix moyen de la charge, excepté pour les années où nous avons le prix (...)

25Note51

  • 52 Nous ne connaissons leur taux exact que pour les années 1465-1470. Les taux des autres années sont (...)

26Note52

  • 53 Nous entendons par frais d’entretien aussi bien l’entretien de l’aire et des monceaux que les frai (...)

27Note53

  • 54 C’est-à-dire par charge fournie : un charroy de 5 s 6 d, un batelage de 3 s 9 d, un chatelage de 2 (...)

28Note54

  • 55 Exemple de calcul : sur les 11,75 petites charges produites en 1463, 7,85 charges revenaient au pr (...)

29Note55

  • 56 Cette moyenne est établie sur 15 ans car la prise en compte de 1476, année catastrophique mais trè (...)

30Note56

  • 57 Hocquet J.-C., Chioggia, capitale del sale nel Medioevo, Il Leggio, Sottomarina di Chioggia 1991, (...)
  • 58 Parmi les possessions des Blanchet, seule la saline de la Jouberde est dans ce cas. Ibidem, f° 1 : (...)
  • 59 Ibid., f° 1 : « A Baugier, soixante troys aires ; es Salineaux, vignt deux aires ; en Gyoret, cinq (...)

31Pour déterminer la part du propriétaire, nous sommes partis de la production brute, à laquelle nous avons retiré le tiers du saunier mais aussi la dîme ecclésiastique et le cens. En effet, la saline était pleinement intégrée dans les structures seigneuriales. On distinguait toutefois les aires franches qui provenaient du démembrement de la réserve seigneuriale57 et sur lesquelles, à ce titre, ne pesaient pas de taxes58, des aires roturières qui étaient tenues en censives car inscrites dans un fief ; la saline de Baugier appartient par exemple au fief de Grande Corde et celles des Salineaux et de Gioret au fief des Bretesches59. À ce titre, Blanchet devait tout d’abord acquitter un cens de 1 sac par 10 aires saunantes à divers seigneurs locaux. Cette redevance en nature était prélevée par les officiers seigneuriaux lors de l’amoncelage de la récolte vers la mi-août. La dîme ecclésiastique pesait également sur les salines : les aires roturières payaient 1/10 tandis que la saline franche de la Jouberde seulement 1/30. Ces prélèvements en nature déduits, nous obtenons la part du propriétaire dont il faut encore déduire les pertes du stockage, généralement évaluées à 10 %.

32La deuxième étape consiste à calculer le bénéfice brut, chose relativement facile puisque nous connaissons la production de ces 3 salines pour la période 1463-1479 et disposons de nombreuses indications du prix de la vente de la charge pour ces mêmes années (en moyenne : 70 s).

  • 60 Ainsi, certaines salines n’en supportaient aucune. Ibid., f° 6 : « Le XVIe jour d’octobre de l’an (...)
  • 61 Nous sommes toutefois conscient qu’il s’agissait de la dépense la plus aléatoire.
  • 62 Les charges étaient transportées à dos d’homme des tesseliers des salines jusqu’au port du marais (...)
  • 63 Notre compte confirme que la dîme était perçue quand le propriétaire des salines vendait son sel a (...)

33Enfin, troisième étape, il nous faut déduire de ce bénéfice brut les frais d’exploitation. Ceux-ci prennent trois formes différentes : rentes et tailles, frais d’entretien et « avaeries ». Les rentes et les tailles sont regroupées dans notre document et leur origine fait débat. Il est établi toutefois que beaucoup d’aires étaient grevées de rentes d’origines diverses. Issues de legs pieux, de transferts de redevances ou de l’assiette de prêts, ces rentes pesaient sur la valeur foncière des salines60. Toutefois leur montant variait, chose que l’on peut seulement expliquer si l’on considère qu’une de ces taxes était fixe tandis que l’autre variait suivant la récolte (probablement la taille, assimilable alors à une sorte de champart). Ainsi, en 1467, Blanchet acquitta 30 s 9 d pour trois ans tandis qu’en 1469 il versa 38 s 2 d pour deux ans et en 1470, 7 s 3 d pour un an. Les indications fournies par notre documentation nous permettent d’établir les frais d’entretien à environ 40 s par an61. Quant aux « avaeries », elles regroupaient tout un ensemble de dépenses qui allait des frais de transport (c’est-à-dire le charroi et le batelage) à la vente en passant par le devoir de texelage et la dîme seigneuriale. Cet ensemble de dépenses constitue la principale source d’amputation du revenu puisqu’il représentait en moyenne 70 % des dépenses. Les frais de transport variaient en fonction de la distance de la saline par rapport aux charraux et aux étiers62. Le marais au Prieur était sur ce plan le plus avantageux puisque Blanchet devait seulement acquitter 6 s 8 d par charge pour les frais de transport alors qu’il lui en coûtait 11 s 6 d pour le marais Ravait. Le devoir de texelage, ou « texelier du temps passé », était acquitté au seigneur. Il pesait sur les monceaux entreposés sur les tesseliers des salines et son taux dépendait à la fois de la durée du stockage et du nombre de charges entreposées. Il fallait payer 12 d par charge pour une année de stockage et 8 d si la récolte était vieille d’au moins deux ans. Enfin, la dîme seigneuriale63, d’un montant du 1/10 du prix total de la vente une fois le charroi rabattu, était versée quand le propriétaire des salines vendait son sel au marchand local.

Tableau n° 3 : Bilan du rapport économique des salines Blanchet

Tableau n° 3 : Bilan du rapport économique des salines Blanchet

34Nous obtenons au final un revenu annuel moyen cumulé de 290 livres. Ce résultat est cohérent avec la valeur de la production que nous avons calculée précédemment puisque la vente de 110 charges, récolte correspondant à l’exploitation de 800 aires, à un prix net de 55 s représentait effectivement un revenu de 300 livres par an. La saliculture pouvait donc être d’un très haut rapport pour les propriétaires, à condition d’avoir pu regrouper une superficie importante de biens-fonds salicoles.

  • 64 Dans ce même recueil, Mathias Tranchant évoque les investissements salicoles d’un marchand rochela (...)
  • 65 ADLA, 2E 1383/159, fonds de la Tullaye.

35Au terme de cet éclairage sur la partie bretonne de la baie, il subsiste une question importante : le cas de ces investissements de bourgeois nantais était-il isolé ? Faute de sources, l’importance des investissements urbains au Moyen Âge est impossible à évaluer. Tout au plus pouvons-nous fortement le soupçonner à partir du cas des Blanchet de Nantes64 qui montre fort bien que les salines, d’un haut rapport économique, pouvaient participer à la construction de la fortune familiale. Cependant, une fois anoblie, la famille eut tendance à se replier sur ses seigneuries, le but n’étant plus désormais de générer un important profit mais de se fondre dans le mode de vie de la noblesse. Au xvie siècle, les salines étaient ainsi noyées dans le patrimoine familial comme le montrent deux courtes mentions que l’on trouve dans les inventaires de biens de la famille65. La première nous informe que les « sallines et marais [étaient] afermés bon an mal an XXXV livres » tandis que la deuxième indique que « les sallines a Bourgneuff vallaient de revenu LX livres ou moins ». Comme au début du siècle, la gestion des salines étaient donc toujours indirecte et probablement entièrement dévolue au saunier. Les données indiquent également une chute importante du revenu de l’exploitation, l’affermage étant proportionnel à celui-ci. En effet, les écarts sont beaucoup trop importants pour être seulement imputables à la dévalorisation monétaire intervenue entre les deux périodes. En cette fin du xvie siècle, la période d’apogée financière de la baie n’est donc plus qu’un souvenir et les marais n’intéressent désormais plus cette famille parfaitement insérée dans le réseau des notables nantais.

Notes

1 Archives départementales de la Loire Atlantique (ADLA), 2E 382.

2 De nombreux cartulaires ecclésiastiques nous fournissent de précieux renseignements sur les marais salants. Voir notamment l’abbaye cistercienne de Buzay étudiée par J.-L. Sarrazin, Recueil et catalogue des actes de l’abbaye cistercienne de Buzay en pays de Rais (1135-1474), Thèse de troisième cycle dactylographiée, Université de Nantes, 1977.

3 On peut citer à ce titre les archives de la famille de la Trémoille pour Noirmoutier ou celles du sire de Rais pour Bourgneuf.

4 Voir le bilan historiographique dressé par J.-L. Sarrazin, « Les marais salants de la côte atlantique au Moyen Âge : apports récents de la recherche », dans Aux rives de l’incertain. Histoire et représentation des marais occidentaux du Moyen Âge à nos jours, Paris, 2002, p. 179-188.

5 Cette culture juridique est d’ailleurs très présente dans le document. Ainsi, à partir de 1484, les comptes furent systématiquement passés devant la cour de justice de Bourgneuf : « Lesdits jour et an (17 mars 1485, n.s.) a esté pareillement compté o Thomas Mabileau des pasturaux de Laumosnier et du bocilz de la Branche de la Jouberde de deux ans passez […] par notre dite court de Bourgneuff » (ADLA, 2E 382, f° 23). De même, certains actes sont datés par rapport à des sessions judiciaires : « Le jeudi après la Saint Marc que tins les plez du bourg des Moutiers […] » (Ibid., f° 6).

6 27,2 cm de hauteur pour 10,5 cm de largeur.

7 Il n’y a, par exemple, aucun compte d’exploitation entre 1494 et 1510.

8 Ainsi, les différents actes détaillant la commercialisation des charges entreposées sur un des marais s’étalent sur plus de huit mois et n’ont été assurément écrits qu’une fois l’affaire conclue. Ibid., f° 15 à 18.

9 Tous les prêts d’argent à titre privé sont par exemple rassemblés au folio 14 du carnet.

10 On trouve par exemple sept pages vierges entre le f° 29 et le f° 30.

11 La plupart des sources mentionnées ci-dessus portent principalement sur le commerce du sel ce qui explique que pendant très longtemps l’historiographie du sel se soit exclusivement intéressée à ce problème, aux dépens d’une étude des modalités sociales de la production salicole. Voir par exemple les comptes du port du Collet en 1383 et 1474 ou les comptes de coutumes et de dîmes de Noirmoutier au xvie siècle. Bouhier C., « Les comptes du sel de Noirmoutier dans la première moitié du xvie siècle », Bulletin philologique et historique, 1966, p 225-245 et « Le commerce maritime du sel à Noirmoutier au xve siècle », Revue du Bas-Poitou, 1968, p 57-69.

12 Parmi les grandes familles nantaises de l’époque, on peut aussi citer les Thomas, les Landais ou les Thierry, qui furent également de hauts serviteurs de l’Etat breton. J. Kerhervé, « Une famille d’officiers de finances bretons au xve siècle : les Thomas de Nantes », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 83, 1976, p 7-33. Les deux familles sont d’ailleurs liées puisque le sénéchal Jean Blanchet épousa Jeanne Thomas, dont le père, Jamet, fut, entre autre, général maître des monnaies de Bretagne de 1465 à 1474 et trésorier de l’Epargne de 1472 à 1474. Pour cette étude des Blanchet, nous avons eu recours aux archives privées de la famille, débris d’un chartrier constitué progressivement dès le milieu du xve siècle et dont beaucoup d’actes datent du xvie siècle. Ces archives consistent essentiellement en procès et enquêtes de justice, en partages successoraux ainsi qu’en inventaires d’actes passés par les Blanchet. ADLA, 2E 1383/159, fonds de la Tullaye. Sur les étapes de l’ascension de la famille, J. Briand, : Un exemple d’exploitation de salines : les possessions des Blanchet dans la baie de Bourgneuf à la fin du Moyen Âge, mémoire de maîtrise dact., Université de Nantes, 1998, p 10-45.

13 Touchard H., le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967, p. 354.

14 Ils s’intitulèrent dès lors Blanchet de la Chabocière, du nom d’une de leurs seigneuries.

15 Les gages du sénéchal de Nantes pouvaient varier entre 100 et 500 livres, en fonction du volume des affaires traitées dans l’année puisque chaque justicier recevait un pourcentage sur la recette perçue par la cour. Pour ces indications sur la carrière de Jehan Blanchet, nous renvoyons à R. Leriche, Justiciers et justiciables en Bretagne à la fin du Moyen Âge (1365-début du xvie siècle), thèse dactylographiée, Université de Nantes, 1998, p. 77-79.

16 Entre 1459 et 1489, c’est Jehan Blanchet qui réapparaît le plus souvent dans la liste des députés de la ville dressée par M. Le Mené, la ville de Nantes au xve siècle, mémoire de DES dact., Rennes, 1959, p 91.

17 À la fin du xve siècle, les Blanchet cumulaient sept seigneuries rurales qui leur assuraient un revenu annuel de près de 1 400 livres.

18 Il est fait mention de Clémence Blanchet dans une enquête réalisée par la cour de Nantes en 1448 (ADLA, 2E 1383/159). Cette information, ouverte à la demande de la femme de Jehan l’aîné, Jeanne Chabot, et de ses enfants, portait sur le partage successoral des biens de Clémence. Ce partage les opposait aux enfants de Gillet Alexandrin, cousin de Jehan l’aîné demeurant à Bourgneuf.

19 J.-L. Sarrazin observe le même phénomène dans les salines du littoral poitevin. J.-L. Sarrazin, La campagne et la mer. Les pays du littoral poitevin au Moyen Âge (fin du xiie siècle-milieu du xve siècle), Thèse de doctorat d’Etat dactylographiée, 2 vol., Université de Paris IV, 1997, p 180 sqq.

20 ADLA, 2E 382, f° 5 : « Le sabmadi XIIIè jour de novembre l’an mil IIIIc et treze, compté o Perrot Glado, mon saulnier, pour son tiers de la sel neuffve et velle de mes aires qu’il saulne, quelle sel montoit trante et deux charges, dont a este rabatu doze charges pour la veille, de quoy l’avoye poyé de son tiers ainsi qu’est contenu cy devant ».

21 Cette attitude spéculative du maître transparaît dans les réserves en sel qu’il accumulait. Il précise ainsi en 1467 que « le sel de la Jouberde desdits quatre ans est uncore sur le lieu » (Ibidem, f° 2).

22 Ibidem, f° 3 et 5.

23 C’est le cas entre 1463 et 1465 ou en 1477. Ibid., f° 2 et 19.

24 Ibid., f° 15 à 18.

25 Ibid., f° 5. Idem au f° 20 : « Laquelle sel desdites deux années qui sont LXXVIII et LXXIX a esté par lui estimée a trente et seix charges, fournies chacune charge de XXVII sacs et demy, dont pour son tiers lui compecte XII charges et les fournira s’ilz n’y sont a la levée du sel » (14 novembre 1479).

26 Inversement, s’il se révélait être plus important, le surplus leur était payé par Blanchet.

27 Ibidem, f° 20.

28 Ibid., f° 12 : « Sur quoy ilz ont mis en descharge leur part du sel qui fut baillé à Torivei, qui a esté trouvé valloir XV livres ».

29 Ibid., f° 19.

30 C’est ce qui est arrivé, par exemple, en juillet 1470 aux « quatre monsseaux de la communauté » situés du « cousté de la Mareschaussée » : « IIIc charges » y « furent perdues par la marée ». De même, 200 charges furent perdues du côté de Prigny (cf. f° 4). La Mareschaussée désignait un fief tenu par le seigneur de Prigny qui regroupait un certain nombre de marais. Pour preuve, cette phrase extraite de l’inventaire des actes passés par Jehan Blanchet : « quarante haires de sallines en ung maroys nommé la Peschée en la tenue de la Mareschaussié » (ADLA, 2E 1383/159). Ce lieu tirait son nom de sa proximité avec une digue construite contre les flots. Ces lourdes pertes montrent la fragilité de tels ouvrages face aux intempéries et le risque qu’il peut y avoir pour un propriétaire à laisser pendant plusieurs années son sel sur les monceaux.

31 Ibid., f° 3.

32 Sarrazin J.-L., « La paysannerie saunière des marais de la baie à la fin du Moyen Âge : stratification et relations sociales », dans Antoine A. (dir.), Campagnes de l’Ouest. stratigraphie et relations sociales dans l’histoire, Rennes, 1999, p 185-200.

33 Ils avaient donc une double fonction, à la fois agricole et salicole puisque, une fois récolté, le sel y était assemblé en monceaux jusqu’à sa commercialisation.

34 ADLA, 2E 382, f° 3.

35 Ibidem, f° 12 : « Le XXIè jour de septembre l’an LXIII, compté o Jehan Collin et Perrot Mabilleau de la tenue des paturaulx de Laumoulnier et de la Joberde de deux ans que fut le derroin compte, quelx paturaulx pour les deux ans ont monté, savoir de Laumoulnier dix livres dix soulz et de la Joberde XXV soulz. »

36 Hocquet J.-C., le sel et la fortune de Venise, 2 vol., Lille, 1976 (2e éd.), surtout Hocquet J.-C., le saline dei Veneziani e la crisi al tramonto del Medioevo, Il Veltro, Rome 2003, passim.

37 ADLA, 2E 382, f° 6, 7, 14, 19, 20, 22 et 25.

38 Ibidem, f° 26 : « Le premier jour de septembre l’an mil quatre cens quatre vingts et cinq, par notre court de Bourgneuff o submission, jurant, etc, a esté et est confessant Guillaume Nerbonneau devoir a la veuve maistre Robert Blanchet quatre livres deux soulz six deniers monnaie tournois a valoir sur son droit de sel de l’an derroin estant a Lendriere ».

39 Ibid., f° 21.

40 Ibid., f° 14 : « Presté a Perrot Regnault, mon autre saulnier, mary de la fille dudit Mabileau décédé, VII s VI ».

41 Ibid., f° 3 : « Item audit jour, poyé a Jehan Templier 17 s 4 d qui luy restoint oultre les cent soulz que luy avoye envoyé par Jehan Colin a cause des avaeries, et suymes quictes du temps passé. » Ou encore au f° 5 : « Le XXVIIe jour d’aougst l’an mil IIIIc saixante diz, baillé a Jehan Templier pour poier le collay et la tierce partie du saulnier, savoir de Perrot Glado, et pour la couverture qui a esté faicte es monceaux, et pour les couvreurs des maroys de Baugier, de Gyoret et de la Jouberde : sept livres, sauff a percompter si plus en appartient ou moins ».

42 Ibid., f° 2 : « Au temps du dexeix de ma mere, par le rapport de Jehan Templier […] ». De même, au f° 7 : « […] fut estimé le sel de la communauté et trouvé tel que par ledit Heaume avoit été rescript a mon frere le procureur ».

43 Ibid., f° 4 : « Le XIXe jour dudit moys de juillet audit an LXX, feusmes sur les maroys Jehan Templier et moy et veismes les monsseaux de la communauté qui sont indigens de reparation ». En d’autres occasions, les spécialistes convoqués par Blanchet à l’occasion de ces tournées d’inspection pouvaient être plus nombreux, plusieurs sauniers accompagnant parfois le maître et l’intendant. Les avis pouvaient alors diverger comme ce fut le cas lors de l’inspection du marais du Prieur le 7 septembre 1473 : « Et pour le reparer ont dit aucuns qu’il fauldra mectre et collaier le petit monceau au grant, et de la sel neuffve parmy, et couvrir tout a neuff […] Et autres disent que mieulx vault ramplir les pertuys et desfaulx, et affecter les monceaux de sel neuffve qui mieulx se collairea » (Ibid., f° 7 à 9).

44 Ibid., f° 15 à 18.

45 On le voit d’ailleurs, tout au long du carnet, exprimer son avis sur l’état des marais et donner des ordres de réparation, preuve qu’il a lui-même acquis une certaine connaissance de ces aspects techniques.

46 Ibid., f° 28. Un autre extrait du compte nous montre que Mabileau devait aussi s’acquitter des rentes : « En cedit precompte est tenu ledit Mabilleau acquicter toutes et chacunes les rentes deues sur les maroys […] et l’en garder de tout domage » (Ibid., f° 29).

47 Ibid., f° 29.

48 Il existait deux types de charge, l’une du sel frais, appelée petite charge, l’autre du sel commercialisé et plus ou moins sec à cause d’une évaporation plus importante, appelée grande charge ou charge marchande. La petite charge correspondait à 25 sacs tandis que la charge marchande équivalait à 27,5 sacs, soit un accroissement de 10 %.

49 Jean-Claude Hocquet aboutit à des résultats comparables pour le fondamento Laguna à Chioggia, op. cit., p. 139-147.

50 La part des Blanchet est ici directement exprimée en grandes charges. Nous avons ôté des 2/3 de Blanchet le cens seigneurial qui s’élevait annuellement à un sac par 10 aires saunantes, la dîme ecclésiastique (1 sac sur 10) et le taux de perte lors du stockage (environ 10 %).

51 Nous avons fixé à 70 s. le prix moyen de la charge, excepté pour les années où nous avons le prix exact : de 1463 à 1466, Blanchet vendit la charge à 56 s 8 d, en 1475 et 1477, il en tira 84 s et en 1483, 120 s.

52 Nous ne connaissons leur taux exact que pour les années 1465-1470. Les taux des autres années sont une moyenne établie à partir de ces indications.

53 Nous entendons par frais d’entretien aussi bien l’entretien de l’aire et des monceaux que les frais de préparation du sel à la vente (il fallait « découvrir les monceaux »).

54 C’est-à-dire par charge fournie : un charroy de 5 s 6 d, un batelage de 3 s 9 d, un chatelage de 20 d et un texelage de 10 d ; soit un total de 11 s 9 d.

55 Exemple de calcul : sur les 11,75 petites charges produites en 1463, 7,85 charges revenaient au propriétaire ; soit 7,1 grandes charges. Le cens faisait chuter cette part à 6,7 grandes charges. Il ne restait plus que 6 grandes charges après le prélèvement de la dîme ecclésiastique et 5,4 en tenant compte des pertes.

56 Cette moyenne est établie sur 15 ans car la prise en compte de 1476, année catastrophique mais très exceptionnelle, aurait faussé les résultats moyens.

57 Hocquet J.-C., Chioggia, capitale del sale nel Medioevo, Il Leggio, Sottomarina di Chioggia 1991, p. 156-157.

58 Parmi les possessions des Blanchet, seule la saline de la Jouberde est dans ce cas. Ibidem, f° 1 : « En la Jouberde, cinquante une aires et demye franches et ne doivent que la disme au trantiesme au curé ».

59 Ibid., f° 1 : « A Baugier, soixante troys aires ; es Salineaux, vignt deux aires ; en Gyoret, cinquante deux aires. Desquelles aires est saulnier Perrot Glado, et sont roturieres et doivent par chacunes diz aires au seigneur de Rays pour rentes et taillées deux soulz neuff deniers, et les cens en oultre, et la disme au dizain ; sauff que de Baugier qui est en grant corde, le seigneur des Bretesches lieve lesdits devoirs ».

60 Ainsi, certaines salines n’en supportaient aucune. Ibid., f° 6 : « Le XVIe jour d’octobre de l’an LXXIIII, baillé et poié à Jullien Dupas, saulnier des aires que ay eu de Ravait, vignt soulz a valloir sur son tiers de sel desdites aires de ceste année […]. Et doivent lesdites aires cens et dismes et non point tailles […] ».

61 Nous sommes toutefois conscient qu’il s’agissait de la dépense la plus aléatoire.

62 Les charges étaient transportées à dos d’homme des tesseliers des salines jusqu’au port du marais le plus proche à travers les chemins de terre qui parcouraient le marais. Des barques prenaient alors le relais pour acheminer les charges jusqu’aux ports du rivage ou directement « soubz vergue de neff ».

63 Notre compte confirme que la dîme était perçue quand le propriétaire des salines vendait son sel au marchand local et non pas au moment où le marchand local la revendait à un marchand étranger comme pouvait le laisser penser le registre des coutumes et dîmes de Noirmoutier en comptabilisant la dîme avec les coutumes pesant sur les navires. Sur ce problème, voir la mise au point de J.-L. Sarrazin, La campagne et la mer, op. cit., p. 321.

64 Dans ce même recueil, Mathias Tranchant évoque les investissements salicoles d’un marchand rochelais, Pierre Doriol, tout en insistant sur le caractère marginal de ces investissements par rapport à l’ensemble des opérations qu’il réalisait.

65 ADLA, 2E 1383/159, fonds de la Tullaye.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Production des salines de Baugier (63 aires), Gioret (52 aires) et les Salineaux (22 aires) entre 1463 et 1479
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7603/img-1.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 2 : Rapport économique des salines de Baugier, Gioret et les Salineaux (1463-1483)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7603/img-2.png
Fichier image/png, 28k
Titre Tableau n° 3 : Bilan du rapport économique des salines Blanchet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7603/img-3.png
Fichier image/png, 13k

Auteur

Agrégé d’histoire doctorant à l’Université de Reims

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540