Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Première partie. Les sels marins avant les marais salants

Le sel atlantique hispanique dans l’Antiquité

Nuria Morère

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sels d’intérieur dans la région : Strabon III, 3, 8 parle d’un sel rouge qui, dès qu’il est moulu, (...)
  • 2 Avant les donations de sauneries et de salines asturiennes par les rois asturiens au ixe siècle, l (...)

1Le cadre de l’étude, malgré l’adjectif atlantique, s’étend aussi à la mer Cantabrique, et considère ainsi tout l’Occident maritime hispanique. À l’est, les provinces de Málaga, Grenade et Almería, prolongement naturel et historique de la province de Cadiz depuis l’époque phénicienne, baignées par la Méditerranée, ne sont pas examinées. Nous nous en tiendrons à la longue côte depuis le rivage cantabrique et atlantique, portugais ou galicien, jusqu’au littoral de l’Andalousie atlantique. Les réalités géographiques et économiques sont diverses, les situations historiques, différentes, au premier millénaire av. J.-C. ou pendant la conquête par les Romains et durant l’Empire. Le sel a-t-il contribué à unifier cette longue façade maritime, en créant des contacts entre régions dissemblables ? Nous limiterons notre étude au sel marin, même si la péninsule Ibérique est riche de gisements salifères à l’intérieur1. Les sels continentaux ont concurrencé les sels marins grâce à la forte concentration des saumures qui favorisait l’obtention de sel2.

  • 3 Inventario p. 237 avec toutes les sources de Cádiz aujourd’hui abandonnées.

2La concurrence (sel terrestre/sel marin) se retrouve dans le quotidien, elle oppose une grande économie du sel animée par les courants commerciaux, du sel comme valeur économique, bien social et matière imposable, et une petite économie limitée à la couverture des besoins quotidiens de collectivités étroites : à quelques kilomètres des grands salins côtiers de la Baie de Cádiz, quelques sources exploitées ont un intérêt purement local, comme Alcalá de los Gazules à Cádiz3.

3Étudier les vestiges et les témoignages du sel dans ces régions équivalait à assembler un puzzle, il est trop tôt pour espérer atteindre des résultats définitifs : les textes sont rares, les recherches archéologiques à peine entamées. Cependant, d’autres sources d’information : les exploitations à l’époque historique, les salaisons de poissons dans l’Antiquité et les vestiges de salines anciennes, ont aidé à formuler les premières hypothèses et à dégager quelques conclusions qui s’inscrivent dans le cadre de recherches conduites en péninsule Ibérique.

Les conditions géographiques

  • 4 Flor Rodríguez G., « El litoral asturiano », Ieras Jornadas de Arqueología Subaquática, Oviedo, 19 (...)
  • 5 Ibidem, p. 40-41.
  • 6 Pazos O., Cerviño J. M., Losada J. J., Galicia y el mar. Geografía e Historia del mar gallego, Nigr (...)
  • 7 Geografía de España, p. 240-242.

4La côte asturienne, la plus occidentale à avoir livré des témoignages d’exploitation du sel marin, est escarpée, mais les falaises sont échancrées d’anses où les sédiments ont créé des plages, surtout à l’embouchure des fleuves4. Les estuaires des Asturies (Nalón, Navia, Sella, Eo, Villaviciosa), aux formes diverses, développent un chenal fluvial central, des deltas, des méandres, et des plaines vaseuses caractérisées par une forte salinité et le dessèchement provoqué par l’exposition au soleil. Ces milieux favorisent l’évaporation. Malheureusement, l’élévation du niveau marin a submergé les niveaux du Paléolithique Supérieur et du Néolithique (transgression flandrienne)5. En Galice, les rías altas des estuaires ont créé des lagunes côtières ou des marais en arrière de bancs de sable, à Ortigueira par exemple. Les rías baxas (Vigo, Pontevedra, Arousa, Muros) entre les fleuves Miño et Ulla, de véritables abers, ont des caractères quasi méditerranéens avec des étés secs et un haut degré d’insolation6. Le Portugal atlantique offre une côte basse homogène, sablonneuse coupée par des caps et quelques estuaires : Mondego, Tage et Sado. Le seul accident est la lagune d’Aveiro formée de sables mouvants et de marais. Sur la côte sud atlantique (Est du Portugal-Ouest d’Espagne) des lagunes et des étangs maritimes occupent des plages baignées par la mer lors des marées. Sur le littoral de l’Algarve, aux eaux calmes bordant des baies et de longues plages de sable, les fleuves descendant des montagnes forment des lagunes et des estuaires, à l’Est des cordons littoraux et de petites îles. Du côté espagnol, les marais sont associés aux embouchures des fleuves comme le Guadiana et le Tinto-Odiel (Huelva) et le Guadalquivir (Cádiz). Ceux du Golfe de Cádiz coïncident avec d’anciennes baies qui ont subi un processus de régularisation côtière (flèches littorales du Rompido, Punta Umbría, Doñana, Valdelagrana…) Actuellement, des marais bas, protégés par des flèches littorales et par des îles formant barrière, sont recouverts par les marées. Dans le secteur de l’Odiel l’amplitude des marées atteint près de 3 mètres. La ligne de côte ancienne des marais de Cádiz dessinait à l’époque romaine le Lacus Ligustinus, entre la côte actuelle et Puebla del Río (50 km de large), où débouchait le Guadalquivir en deux bras7. Le site néolithique de La Marismilla, le plus ancien atelier de sel de la péninsule Ibérique, occupait alors un site côtier.

  • 8 Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas en Bétique de fleuves salés : Madoz, Diccionario geográf (...)
  • 9 Casariego J. E., Historia del derecho y de las instituciones marítimas del mundo hispánico, Madrid (...)

5La morphologie littorale rend certains secteurs aptes à l’élaboration du sel : estuaires et abers, rias espagnoles, terrains plats ou lagunes/étangs côtiers accessibles aux marées et protégés par une île ou une flèche littorale. La mention des « fleuves salés » de Strabon (III, 2, 6), proches des salaisons, semble se référer à l’eau de mer inondant les estuaires et les embouchures, où s’établiraient les salines. Mais, malgré la référence à des fleuves salés, on obtenait un sel marin8. Il semble, en effet, qu’à l’époque romaine, les concepts juridiques de rive et de rivage se confondaient : des fleuves envahis par les marées étaient tenus pour rivages marins et les rives des embouchures étaient considérées à l’instar du littoral9.

Une exploitation historique

  • 10 Inventario, p. 215.
  • 11 Yegros S., « Apuntes sobre salinas », Revista minera, III, 1852, p. 300.
  • 12 Franco Silva A., « Las salinas de la Isla de León a fines de la Edad Media », dans Malpica A., Gon (...)
  • 13 Relación de las salinas de españa, mecanografiado, Instituto Geológico Minero, s/a, s/p. Sur la pr (...)
  • 14 Jerez de la Frontera : commerce de sel au xixe siècle : Saint Vincent B. de, Guide du voyageur en (...)
  • 15 Inventario, op. cit., p. 206.
  • 16 Guillaume-Alonso A., « Madragues et salines andalouses sous Philippe II : litige économique et enj (...)
  • 17 Guillaume-Alonso, art. cit., p. 173.
  • 18 Bresc H., « La pêche et les madragues de la Sicile médiévale », L’homme méditerranéen et la mer, T (...)

6La preuve de l’exploitation est fournie par l’existence à l’époque historique de salines dans ces régions : à Huelva, les salines de Huelva, Moguer, Palos, Lepe, La Redondela, Ayamonte, Isla Cristina, Punta Umbría10 ; à Cádiz, celles de Isla de San Fernando11, de Isla de Léon12, celles qui s’étendent de Puerto Real jusqu’à Chiclana, c’est-à-dire Puerto Real, Puerto de Santa María13, Chiclana, Jerez de la Frontera « La Salinilla14 », Sanlúcar de Barrameda (San Carlos et Santa Teresa) et Los Barrios. Actuellement certaines de ces salines15 livrent encore une production. Les salaisons du Monte Algaida étaient déjà réputées dans l’Antiquité. Les madragues de Conil et de Zahara, dans la même province, montrent le rôle historique du sel dans la région16 (les salines de Conil, Sanlúcar de Barrameda et Vejer étaient bien connues au xvie siècle17). Même si l’identification entre madrague et sel peut dépendre de circonstances (on a parfois signalé des difficultés à obtenir du sel indispensable au salage18), ces pêcheries et les sites d’élaboration des sauces de poisson sont traditionnellement un témoin du sel : nous y reviendrons. Les madragues, au xvie siècle, étaient localisées entre l’embouchure du Guadalquivir et Gibraltar, à Chipiona, Rota, Hercules (Cádiz), Sancti Petri (route de Chiclana), Conil, Zahara de los Atunes et Tarifa, accessoirement à Lepe, Ayamonte, Redondela (peu importantes) dans la province de Huelva.

  • 19 Hocquet J.-C., Hommes et paysages du sel, une aventure millénaire, Arles, Actes Sud, 2001, p. 41, (...)
  • 20 « Sal, salazones y garum en Canarias », Revista de arqueología, 264, p. 41.
  • 21 Inventario, op. cit., p. 270.

7L’Atlantique s’étend aussi jusqu’aux îles Canaries, considérées comme territoires hispaniques. Les salines de Lanzarote « El Río », sont en exploitation depuis le xve siècle, celles de Janubio depuis le xviie siècle. Les plus anciens salins sont situés sur le littoral rocheux pour une petite production domestique. Les matériaux sont la pierre et l’argile. Le sel se formait naturellement dans des flaques19 occupant des cuvettes en argile plus ou moins naturelles comme à Jable Gordo et à El Río20. À Gran Canaria, les salines de Las Palomas, Telde, Tirajana ; à Tenerife, celles de Puerto Cristiano et à Fuerteventura, Arrecife, Haria, Teguise, San Bartolomé, Yaisa sont pour la plupart aujourd’hui abandonnées21.

  • 22 Uría Ríu J., « Oviedo y Avilés en el comercio atlántico de la Edad Media », Boletín del Instituto (...)
  • 23 Ibidem, p. 215 qui suit F. Selgas, « De Avilés a Cudillero », Revista de Asturias, 1880, p. 377-37 (...)
  • 24 Uría Ríu, art. cit., p. 215.
  • 25 Casariego, op. cit., p. 84.

8Dans les régions septentrionales, le sel des Asturies est exploité au Moyen Âge par les Officinae salinarum (sel ignigène) à Avilés, Naveses et Bayas (ces deux dernières appartenant au concejo de Castrillón22), dans l’embouchure du Nalón jusqu’à Pravia23, à Villa Ataulio (Natahoyo, Gijón) qui pourrait se confondre avec Villa Aúrea, à Molleda (sud-ouest d’Avilés, concejo de Corvera24) et à Luarca25.

  • 26 Uría Ríu, art. cit., note 37 p. 213 d’après López Ferreiro A., Costas Goberna F. J., Hidalgo Cuñar (...)
  • 27 Ferreira Priegue, op. cit., p. 157.
  • 28 Rodríguez Elías A., Las antiguas salinas de Galicia y posibilidad de restablecer esta industria, c (...)
  • 29 J. Barreiro Somoza, « As Rias Baixas galegas nos seculos IX-XIII : economia e sociedade », Coloqui (...)
  • 30 López Ferreiro, Costas Goberna, Hidalgo Cuñarro, Las salinas de Vigo, op. cit., p. 107 sqq.
  • 31 Artaza Malvarez R., Muros : Páginas de historia, p. 42 : « siempre contó la villa de Muros con gra (...)
  • 32 Ferreira Priegue, op. cit., p. 157.

9En Galice, on retrouve des salines à La Lanzada (ría de Arousa), province de Pontevedra au ixe siècle26. Sur l’île même d’Arousa les sources mentionnent des salines au xe siècle (donation de l’île au Monastère de Saint Martiño Pinario de Santiago pour tirer profit des salines) ; toute une péninsule de la ría portait le nom de territorium saliniense avec les salines de Dena, Noalla, Nogueira, Villalonga et Ucho27 et O Grove28. Sur la rive sud de la ria d’Arousa : Padrenda, A Lanzada, Noalla, Isla de Loixo (La Toja) correspondent à des salines exploitées à l’époque historique29. Du Moyen Âge datent les salines de As Rabadeiras (Coruxo, Vigo) à l’embouchure du fleuve Lagares, surtout développées aux xviie-xviiie siècles, et celles de Vilaboa à Vieiros (salines de Paredes), situées dans l’anse de San Simón30 de la même ría. Plus au Nord, dans la ría de Muros, le sel était exploité31 (salines médiévales de la plage de Estreido à Beo ou de la plage de Barañan à Artexio), ainsi qu’à Puentedeume (La Corogne) et sur la côte de Lugo32.

  • 33 López Ferreiro, Costas Goberna, Hidalgo Cuñarro, Las salinas de Vigo, op. cit., p. 97 sqq.
  • 34 Naveiro López J. L., El comercio antiguo en el Noroeste peninsular, A Coruña, 1991, p. 103, suivan (...)
  • 35 Fangueiro O., « Relaçoes pesqueiras e comerciais luso-galegas », Coloquio de etnografía marítima, (...)
  • 36 Rau V., A exploraçao e o comercio do sal de Setúbal. estudo de Histórica económica, Lisboa, 1951, (...)

10Au Portugal, les importantes salines d’Aveiro sont en culture dès le xe siècle33, comme celles de Vila do Conde, Matosinhos à Porto34, Viana do Castelo (Ovar), Porto et Esposende35. Plus au sud, les salines de Setúbal et d’Alcácer do Sal sont mentionnées au xiiie siècle36.

  • 37 Mádoz P., diccionario geográfico-estadístico-histórico de españa y sus posesiones de ultramar, t. (...)
  • 38 Relation intéressante plage – Sel pour les techniques de fabrication.
  • 39 IGN, Carte au 1/50 000, feuille 152.
  • 40 IGN, Carte au 1/50 000, feuille 13.
  • 41 IGN, Carte au 1/50 000, feuille 14.
  • 42 Ici c’est une mention d’étier. Habituellement les cours d’eau Salado sont situés à l’intérieur. Vo (...)
  • 43 Fer N. de, Carte Les Asturias et la Biscaye. Les royaumes d’Aragon et de Léon et celui de la Vieil (...)
  • 44 Sevilla Rodríguez M., toponimia de origen indoeuropeo prelatino en Asturias, Oviedo, 1980, racine  (...)
  • 45 Signalés par l’Itinéraire d’Antonin : Roldán Hervás J. M., Itineraria hispana. Fuentes antiguas pa (...)

11La toponymie confirme l’existence de ces sites de production de sel. D’une part, les noms se référant à l’existence même de salines : à titre d’exemple Salinas, aux Asturies (Castropol et Carreño37), les plages de Las Salinas à Avilés38 et à Luarca, ou à Villagarcía de Arousa (Salina près de l’usine de produits chimiques39). De même les mentions du mot Sable (lieu ou technique d’élaboration) semblent significatives comme l’Arenal à Vigo, El Sablón (plage de Bayas, Avilés)40 ou à Luanco41, ainsi que les cours d’eau : el Salado à Asta Regia (Cádiz)42. La toponymie témoigne aussi de la végétation des marais et des terres basses : Junqueira en Galice, Les Cordeliers dans la ría de Vigo, près de l’île Saint Simón et des salines de Vilaboa43, à Avilés : espartal près du toponyme de Salinas, ou à Mesas de Asta (Cádiz) avec Loma de espartinas. Le sel et son élaboration ont pu donner au Moyen Âge le nom à des contrées comme Salnés, près de la ría d’Arousa ou à Luanco (Asturies), ou la plage Salienza à Luarca. Enfin des procédés d’élaboration se retrouvent dans les noms de lieu dérivés d’area (bassin d’évaporation) : la plage d’Area à Viveiro, la ría d’Ares à Ferrol, Vila de Area au nord de Ferrol, Arealonga près de Villagarcía. De même des noms tels que Los Pozacos à Luarca peuvent faire référence aux petites fosses en argile des salines primitives. Cependant, le fait que la racine « sal », d’origine indo-européenne, signifie aussi courant d’eau et n’ait pas de relation directe avec le sel, nous oblige à la prudence dans l’utilisation de la toponymie. Le fleuve Sella, aux Asturies, que nous avions rapproché de la Seille, affluent de la Moselle et donc se raccordant au sel, et qui s’identifie avec le Salia du géographe Mela, Chorographia, III, 14, est à mettre en relation avec l’idée de « cours d’eau », et non avec le sel44. Cette toponymie de l’eau est fréquente dans le Nord : Navia, Aquae Flaviae, Aquae querquennis etc.45.

Les témoignages préhistoriques du sel marin

  • 46 Morère N., « Hommes et sel : archéologie et histoire jusqu’au premier millénaire av. J.-C. », 1st (...)
  • 47 Varela Gómes M., « Megalitismo de Barlovento algarvio – Breve Síntese », Setúbal arqueológica, 11- (...)
  • 48 Pour ces premiers moments, les seuls vestiges céramiques ne prouvent pas une élaboration de sel. M (...)
  • 49 Direction des fouilles C. Tavares da Silva, Setúbal Arqueologica, VIII, 1987, p. 245. Ces quelques (...)

12À l’Épipaléolithique dans les régions de Huelva et Cádiz ou sur les côtes portugaises méridionales les populations du littoral semblent vivre de l’économie de cueillette. J’ai déjà envisagé, ailleurs, la possible relation entre le peuplement paléolithique et les régions salifères46 ; la côte attire les hommes qui y trouvent plus facilement leur subsistance. Les côtes de Sétubal, de Cádiz, de l’Algarve, du cap Saint Vincent ont été peuplées dès l’Épipaléolithique, les populations se livrant à la cueillette des produits de la mer, les populations néolithiques leur succédèrent. Dans l’Algarve, dans des sites ouverts, sans défense, pratiquant une petite agriculture et vivant des ressources marines « ne sont pas rares des structures de combustion et des petits dallages… ». À quoi servaient-ils ? Les conditions de vie seraient bonnes, attestées par une longue occupation jusqu’à la fin du Néolithique47. Une fouille de sauvetage dans l’estuaire du Sado, à Alvalade do Sado, au lieu-dit : « Gaspeia » apporte un autre témoignage : des structures de combustion dans un niveau d’occupation néolithique rappellent des vestiges précédents et le rôle du feu (cendres) comme indicateur de fabrication ignigène du sel48. Les deux régions : l’Algarve et le Sado, sont des régions riches de sel49.

  • 50 Pérez Macías J. A., Campos Carrasco J. M., Gómez Toscazo F., « El poblamiento de la Edad del Cobre (...)
  • 51 Escacena J. L., « Acerca de la producción de sal en el Neolítico andaluz », Arqueología en el ento (...)
  • 52 Ibidem, p. 92.
  • 53 Ibid., p. 102.

13Dans la région de Huelva, les populations colonisent le littoral et les estuaires du Tinto et de l’Odiel qui connaissent un essor agro-pastoral complété par la cueillette de fruits de mer. L’élevage semble l’emporter sur l’agriculture50. L’éloignement de la mer répond aux nouvelles activités agro-pastorales plus qu’à l’abandon des ressources marines. La mer est utilisée occasionnellement pour son sel, mais de nouveaux sites surgissent. L’agriculture impose une demande de sel pour l’élevage du bétail. Une nouvelle forme d’utilisation de la mer et de ses ressources apparaît à Cádiz, au site de La Marismilla51, ou à Huelva, dans un secteur à la limite entre les terres plates des marais de l’embouchure du fleuve et les premières hauteurs de l’Aljarafe52. Les sites se caractérisent par l’agriculture itinérante et la dépendance à l’égard de l’élevage. Une partie des habitats de cette culture (Néolithique, par exemple Papa Uvas) reste liée aux littoraux, aux rives des fleuves, aux marais et lacs ; la pêche et le ramassage de fruits de mer sont des stratégies d’alimentation53, comme l’exploitation de la mer pour son sel.

  • 54 La moitié des indices archéologiques de la région cantabrique à l’Age du Bronze sont des haches pl (...)

14Aux millénaires suivants l’apparition de sépultures et de monuments mégalithiques marque le contact de la péninsule Ibérique avec sa façade atlantique : développement du mégalithisme en Galice et au Sud-Ouest du Portugal dans le cadre d’une société égalitaire, mais nous ignorons le rôle du sel à cette époque. Le passage du IIIe au IIe millénaire est accompagné de profondes transformations socio-économiques dont la cause semble être la déstructuration des sociétés mégalithiques. C’est le passage d’une société égalitaire (malgré l’accumulation de richesses) à une autre où se manifesteraient une hiérarchisation et une stratification sociales et où certains individus joueraient un rôle important dans une société plus complexe : les mobiliers funéraires exalteraient l’individu, son prestige, sa position sociale à travers la possession de certains objets : armes et orfèvrerie procurés par le commerce ou l’échange54 qui apporteraient un indice supplémentaire pour le sel, bien d’échange dont le rôle dans la métallurgie et l’élevage est bien connu. La circulation du sel, liée au développement de la métallurgie, est vraisemblable : celle de matières premières comme le cuivre et l’étain est la conséquence de ce développement.

Le sel au premier millénaire av. J.-C.

  • 55 Mayet F., Tavares da Silva C., « Abul : um estabelecimento orientalizante do século VII a.c. no ba (...)
  • 56 Rouillard P., « Un caractère inédit du Peintre du Thyrse noir à Alcacer do Sal », Conimbriga, XIV, (...)
  • 57 Gil Mantas V., « As cidades marítimas da Lusitania », Les villes de Lusitanie romaine. hiérarchies (...)
  • 58 Soares J., « Notas sobre cerámica campaniense do Castelo de Alcocer do Sal », Setúbal arqueológica(...)
  • 59 Cette affirmation de Strabon est située parfois à un moment contemporain de l’auteur et non pas pe (...)
  • 60 La mention de plomb chez Strabon mérite d’être étudiée, notamment lorsque le plomb serait excédent (...)

15Le développement de la métallurgie attire dans la péninsule Ibérique les phéniciens qui, à la recherche de l’argent (plomb argentifère), entrent au viiie siècle en contact avec les populations locales à Huelva et Cádiz. Ces marins atteignent précocément la côte atlantique portugaise, dans la vallée du Sado (un établissement indigène est en contact avec un milieu orientalisant à Alcácer do Sal aussi bien qu’à Setúbal, à quoi il faut ajouter un troisième établissement, à Abul, construit sur un terrain vierge, muni d’un rempart et d’une chaussée, à la fonction nettement portuaire55). D’autres témoignages précisent cette progression exploratrice vers l’Atlantique et le Nord : à l’embouchure du Sado, un scarabée de Psamétique Ier56, des céramiques du vii-vie siècle av. J.-C.57. et des fragments de céramique attique du vi-ive siècle à Alcácer do Sal (Salacia)58. Les phéniciens naviguent vers le nord, vers les îles Cassitérides à la recherche de l’étain et du plomb qu’ils échangeraient contre du sel, du cuir et des récipients en bronze selon Strabon (III, 5, 11)59. Aux Asturies, dans la ría de l’Eo, un bélier ailé de tradition orientale, daté du vie siècle av. J.-C., pourrait marquer, depuis la fondation de Cádiz, la limite sur la côte atlantique de l’expansion phénicienne, attirée par les métaux, or et argent60. La richesse en métaux des Artabres (nord-ouest de la Péninsule) est signalée par Strabon (III, 2,9 ; III, 3, 5), celle de la côte cantabrique par Pline (HN, IV, 112 ; XXXIV, 156-159).

  • 61 Morère Molinero N., « La sal según la “Geografía” de Estrabón. Un mapa de la sal y algunas conside (...)
  • 62 Coïncidence spatiale entre le sanctuaire tartessien de La Algaida (San Lúcar de Barrameda, Cádiz) (...)
  • 63 Schubart H., « Hallazgos fenicios y del Bronce Final en la desembocadura del río Guadiaro (Cádiz)  (...)

16Les métaux étaient activement recherchés. Mais, soit pour la création d’établissements, soit comme bien d’échange et pour favoriser la pénétration vers l’intérieur, le sel ne semble pas absent. Nous avons montré ailleurs qu’il était présent dans la colonisation phénicienne de la péninsule, d’abord par l’analyse de trois sites, objectifs, selon Strabon, des premiers voyages d’exploration et de colonisation61 ; puis par la présence du sel dans la vallée du Sado, place historique de sel et de salaisons. Ce sont sûrement des formations naturelles qu’auraient repérées les phéniciens : terres basses gaditaines, embouchures de grands fleuves, tels le Guadalquivir62 et le Sado, rivages sablonneux de l’Algarve, dont ils connaissaient déjà les propriétés observées au cours de leurs voyages (Chypre, Sardaigne). Le sel de ces territoires hispaniques était probablement déjà exploité par les tartessiens, de façon naturelle ou par une élaboration ignigène, héritée du Néolithique63. Ce dernier procédé joua probablement un rôle dans la découverte des propriétés du sel en métallurgie.

  • 64 Fernández Nieto F. J., Alfaro C., Morère N., « Sel, métaux et métallurgie dans l’Antiquité. Les ma (...)
  • 65 Pour la désulfuration des galènes ou de la calcopyrite, on peut procéder par grillage, mais aussi (...)

17En effet, si on analyse les références des auteurs classiques sur la métallurgie, il est frappant de voir apparaître le sel dans un grand nombre de procédés : plomb et action du sel (Pline, HN XXXIII, 109), argent et sel (HN XXX, 159), or et sel (HN XXXIII, 84), purification de l’or avec du sel (Diodore XIX, 3)64. Le sel, aux propriétés acides équivalentes au vinaigre, dissout du métal dans l’eau et produit une désulfuration (indispensable dans le cas de la galène et de la calcopyrite), et la séparation des métaux, notamment de l’or65.

  • 66 Campos J. M., Pérez J. A., O Vidal N. de la, Las cetariae del litoral onubense en época romana, Un (...)

18La métallurgie de l’argent explique l’intérêt pour Huelva née au début du Ier millénaire comme port débouché des districts miniers de l’intérieur (dépôt de Huelva), mais Strabon dans son récit des fondations d’une colonie (III, 5, 5) signale que Cádiz a prévalu, grâce à un accès plus aisé aux districts miniers par une série d’établissements comme Niebla surgis entre les régions minières et le Guadalquivir. La primauté de Cádiz marque son expansion sur les côtes atlantiques, d’abord à la recherche de métaux puis, lorsque la colonie diversifie ses productions et abandonne l’approvisionnement en argent de l’Orient, comme fournisseur de salaisons66. La transition prend tout son sens si on admet au préalable une production de sel à Cádiz, pour la métallurgie. Le sel crée la liaison entre l’ancienne production et la nouvelle : les salaisons.

  • 67 Frutos Reyes G. de, Muñoz Vicente A., « Hornos púnicos de Torre Alta » (San Fernando, Cádiz) dans (...)
  • 68 Chaves Tristán F., García Vargas E., « Gadir el comercio atlántico a través de las cecas occidenta (...)

19Des auteurs ont insisté sur cet empire du sel créé par les phéniciens et dont les Carthaginois sont les héritiers, empire où la pêche joue un rôle de premier plan67. D’autres, à partir de sources différentes (la numismatique pour des époques plus tardives) postulent aussi l’existence de ce réseau commercial que dominait Cádiz grâce à la pêche et au sel68. Dans une récente traduction du Pseudo-Aristote (Mir., 136) :

  • 69 Frutos Reyes et Muñoz Vicente, art. cit., p. 406.

« On dit que les phéniciens qui habitaient en qualité de colons ce qu’on appelle Gadir, en naviguant hors des colonnes d’Hercule par vent d’est pendant quatre jours, arrivèrent en des endroits déserts, pleins de joncs et d’algues, qui, quand il y avait marée basse, n’étaient pas submergés ; il s’y trouvait une quantité incroyable de thons de belle grosseur quand ils arrivent à la côte ; ils les salaient et les mettaient dans des récipients pour les transporter à Carthage69. »

  • 70 Evidemment la relation n’est pas toujours absolue : à l’époque historique, le sel parfois pouvait (...)
  • 71 Morère, La sal según la Geografía de Estrabón…, art. cit., p. 527.
  • 72 Morère N., « Hommes et sel : archéologie et histoire jusqu’au premier millénaire av. J.-C. », art. (...)

20Ce texte a trait à des territoires africains où la pêche de thon et les madragues côtoyaient les marais (les terres non submergées) et les salaisons. La topographie rappelle les zones où pêche et sel se juxtaposent. Strabon signale la même relation sel - pêche dans des zones peu profondes de la région de Ruscino, Languedoc (Strabon IV, 1, 6). Ateliers de salaisons et fours d’amphores à salaisons sont des témoins du sel70. À l’époque punique, Carthage, grande métropole, domine les régions du détroit de Gibraltar. On trouve alors les ateliers de salaisons à proximité du sel. La recherche de chlorure de sodium pour garantir la production de salaisons expliquerait les navigations des phéniciens sur la côte atlantique nord, navigations et échanges attestés par les découvertes d’amphores puniques de salaisons. La recherche des métaux, de l’étain en particulier, serait un autre motif de ce commerce vers le septentrion (Strabon III, 5, 11). L’utilisation d’amphores de salaisons gaditaines témoigne de ces déplacements, de ce commerce lié aux produits de la mer et à la recherche continue de nouveaux cadres de production, elle souligne le choix de sites où les indigènes recueillaient du sel et où naîtraient des établissements permanents, unis au commerce, à la pêche et au sel et à la demande d’étain. Le cadre historique est approprié à ce rôle du sel. C’est de cette époque que datent l’invention des salins côtiers et le contrôle de l’eau salée qui favorise une plus forte production71, que le sel acquiert un nouveau statut dans les États en voie de constitution72.

  • 73 Frutos Reyes, Muñoz Vicente, art. cit., p. 397. D’autres fours existent dans la région de Málaga : (...)
  • 74 López Castro J. L., « La producción fenicia occidental de salazón de pescado », II Congresso Penin (...)
  • 75 Fernández Bermejo et al., art. cit., p. 127, d’après le travail de B. González Toraya. Ce sera le (...)
  • 76 Campos et al., op. cit., p. 204.
  • 77 Les deux axes principaux seront Lixus et Cádiz avec une production de plus en plus spécialisée dan (...)
  • 78 On admettra une seule origine pour la fabrication des amphores puniques : Cádiz.
  • 79 Frutos Reyes et Muñoz Vicente, art. cit., p. 406.
  • 80 Frutos Reyes et Muñoz Vicente, art. cit., p. 399.
  • 81 Un deuxième centre de production d’amphores se créerait en Méditerranée dont témoignent les amphor (...)
  • 82 Fernández Bermejo J. A. et al., art. cit., p. 128.

21Les premiers fours à amphores de salaisons puniques font remonter au vie siècle av. J.-C. les plus anciennes salaisons : fours puniques à San Fernando (Cádiz), circulaires ou ovales, avec une grille soutenue par un pilier central73. Les ateliers de salaisons les plus anciens datent du ve siècle dans cette région : Puerto de Santa María (Las Redes y La Manuela) et Cádiz (plusieurs installations)74. Fours d’amphores et ateliers de salaisons se côtoient sur le site de Pery Junquera, près de Torre Alta (San Fernando)75. L’établissement de Huelva, La Tiñosa (Lepe) du ive siècle et d’Aljaraque sont peut-être des ateliers de salaisons76 (amphores Mañá-Pascual A4, caractéristiques des salaisons puniques). La découverte de fours d’amphores à salaisons à Kouass (Maroc)77 conduit à revoir l’hypothèse d’une production unique d’amphores gaditaines. Cependant les sources classiques continuent de privilégier celles de Cádiz, ce qui souligne l’importance du sel dans cette région, territoire salicole probable dès le Néolithique78. Carthage, héritière des phéniciens, va contrôler tout le commerce, comme on peut en déduire du texte cité plus haut (Ps. Arist., Mir. 136)79 qui évoque la mise en amphore sur place à proximité des pêcheries. L’expansion des amphores puniques marque à la fois l’ouverture de nouveaux marchés et la recherche de nouveaux approvisionnements en sel. La découverte de telles amphores pour les siècles suivants signalerait ces nouveaux objectifs : marchés et élargissement de la production (pêche et sel). La forme torre Alta 1A (dérivée de Maña Pascual A4) très connue à Cádiz (Las Redes) atteint l’estuaire du Sado et la Galice aux ive-iiie siècles80. Les amphores du ive-iie siècle trouvées à Tarifa (Las Palomas) et San Roque (Huerta de las Presas) – Cádiz – proviennent-elles des ateliers précédents ou de fours d’une nouvelle zone orientale de Cádiz81 ? Des amphores contemporaines ont été découvertes au Castillo de Doña Blanca (Cádiz), et à La Tiñosa (Huelva) entre 450 et 200 av. J.-C82. Le voisinage des installations de salaisons et des fours à des dates si anciennes souligne la primauté de Cádiz.

  • 83 Ibidem.
  • 84 Naveiro López J. L., El comercio antiguo en el Noroeste peninsular, A Coruña, 1991, p. 149.
  • 85 Si certains « castros » sont longuement habités, d’autres, tant à l’intérieur que sur la côte, dec (...)

22Plus au Nord, le volume des importations de salaisons diminue. On trouve la forme du four de Torre Alta, datée des ive-iie siècle av. J.-C., dans la vallée du Sado et en Galice83. Le Nord (secteur central et occidental) et le Nord-Ouest avaient développé dès le Bronze final, à partir d’un substrat indigène indoeuropéen, une civilisation introduite par les courants commerciaux et maritimes atlantiques et qui prépare l’Âge du Fer. Certains castros occupés entre viii-viie siècle et ive siècle se livrent au travail du métal et à d’importants échanges avec l’extérieur. Les castros côtiers placés sur des îles, de petites péninsules ou promontoires, disposaient de ports naturels, spécialement dans les Rias Baxas et, à un moindre degré, sur la côte portugaise84. Les habitats côtiers de La Lanzada, de Neixón, de Vigo et, sur la côte cantabrique, de Campo Torres (Gijón, Asturies), plus anciens, ont exploité leur position côtière85.

  • 86 Suárez Otero et Fariña Busto, art. cit., p. 333 ; Naviero López, op. cit., p. 151.
  • 87 Uría Ríu, art. cit., p. 213.
  • 88 Suárez Otero et Fariña Busto, art. cit., p. 316.

23La difficulté de l’étude du sel dans les territoires septentrionaux à l’époque phénico-punique tient à la superposition de bons mouillages qui favorisent la prospection de l’intérieur en quête de métaux, avec des exploitations historiques du sel ; on y trouve les premières amphores importées. Les sites à amphores phénico-puniques ou ibéro-puniques sont localisés sur la côte ou dans des vallées fluviales qui joignent à la circulation maritime les avantages du transport fluvial, c’est-à-dire une position stratégique pour la connexion entre trafic maritime et circulation intérieure. L’exemple le plus clair est la plage La Lanzada et le site, un promontoire rocheux entre deux plages, qui, abrité par des îles, fait face à l’océan. La Lanzada, au centre des Rías Baxas, donne accès à la ria d’Arousa et par conséquent à l’intérieur par le fleuve Ulla qui empruntant la faille galicienne, offre une grande voie naturelle de communication et un point de contact avec le monde indigène86. Des exploitations de sel y ont existé87. À La Lanzada, sans enceinte et donc sans délimitation, on a repéré un secteur extérieur plat et ouvert (sous une nécropole romaine) avec un mobilier ancien formé d’amphores et céramiques ibéropuniques et des pièces en vernis noir, et une petite surface, sans trace d’activité humaine, caractérisée par « la présence de l’action du feu sur une couche où abondent les fragments d’argile avec des empreintes végétales88 », ce qu’on peut interpréter comme un emplacement temporaire de production de sel ignigène. L’ensemble, sans répondant dans le monde des castros, va dans le sens de notre hypothèse. La Lanzada aurait été à la fois un port, voie d’accès vers l’intérieur, et un site de production ignigène de sel. Les populations locales préromaines auraient connu l’usage du sel attesté par le travail du cuir : les bateaux étaient faits de cuir ou de joncs (flore des terrains bas, marais, salines) cousus avec du cuir (Strabon III, 3, 7).

  • 89 Naveiro López, op. cit., p. 151.
  • 90 Le site accueillit des salines au Bas Empire.
  • 91 Suárez Otero et Fariña Busto, art. cit., p. 329.
  • 92 Ce sera l’emplacement des salines romaines.
  • 93 À Gijón sont documentés des salaisons tardo-impériale et des sauneries médiévales.
  • 94 Découverte de concheiros comme à Vigo et probable utilisation des récipients à suspension intérieu (...)

24Sur la ría d’Arousa, d’autres emplacements, les deux castros de la péninsule de Neixón, attestent l’occupation à des dates si hautes (ve siècle av. J.-C.) et des importations aux ive-iie siècle av. J.-C.89 opérées depuis une position stratégique sur le circuit commercial, dotée d’une bonne capacité portuaire dans une ría où sont nombreux les sites exploitables, et exploités historiquement, pour le sel. Plus au Sud, le castro de Vigo est habité depuis le vie siècle av. J.-C., mais au iiie siècle commence son essor qui se prolonge jusqu’au iiie siècle apr. J.-C. : activités de pêche et silos pour le grain. Dans le secteur du concheiro on a trouvé un niveau de céramique (amphores et céramique indigène). Au pied du castro, au lieu-dit El Arenal, une plage et des amphores (iie siècle av. J.-C.-ier siècle apr. J.-C.90) plus au sud à l’embouchure du Miño, dans les castros de A Forca et de Fozara, des tessons de céramique attique du ive siècle av. J.-C.91 témoignent de ces navigations méridionales92. Au nord, l’expansion commerciale a atteint la baie de La Corogne avec les mêmes amphores (Maña A4 de salaison) qu’à La Lanzada au iiie-iie siècle av. J.-C. Sur la côte asturienne, le mouillage de Gijón avec le castro de Campa Torres présente un peuplement dès le Bronze final (commerce atlantique et élevage) et des objets importés du ve siècle av. J.-C.93. Ainsi, dès les vi-ve siècle av. J.-C. l’influence phénico-punique affecte le monde indigène septentrional : les métaux (étain) seraient, avec l’ouverture de nouveaux marchés et la recherche des produits de la pêche et du sel, le principal attrait. Le matériel gaditain illustre cette présence : les amphores à salaison témoignent du besoin de se ravitailler en sel et de l’expansion de l’industrie, les Phéniciens occupent des sites où l’importance de la pêche94 et des salines consent à l’élaboration de salaisons.

  • 95 Frutos Reyes, Muñoz Vicente, art. cit., p. 402-403. Notons l’importante saline toujours en activit (...)
  • 96 Chaves Tristán F., García Vargas E., « Gadir el comercio atlántico a través de las cecas occidenta (...)
  • 97 R. Etienne, F. Mayet, Salaisons et sauces de poissons hispaniques, Paris, de Boccard 2002, p. 112.
  • 98 Le rôle du sel pour la conservation des viandes a été négligé même si des régions comme la Celtibé (...)
  • 99 Ostur est identifié à Mesa del Castillo, Villalba del Alcor/Manzanilla (Huelva).
  • 100 Les crochets découverts à Cancho Roano (Extrémadoure) pouvaient servir à pendre les jambons et sal (...)
  • 101 Guadán A. M., La moneda ibérica, Madrid 1980 : des as et des semis.
  • 102 Et aussi à Carthagène, dans un autre cadre géographique. L’atelier d’amphores de la région de Mála (...)
  • 103 Giovannini A., « Le sel et la fortune de Rome », Atheneum, 63, 1985, 3-4, p. 379-380.

25Aux derniers siècles avant notre ère, dans le cadre soit du pouvoir des Barquides, soit du changement de domination en péninsule Ibérique après la deuxième guerre Punique, on retrouve des amphores puniques sur toute la côte atlantique : forme Torre Alta 3 à Huelva, au Cabezo de San Pedro et forme Torre Alta 4 très importante au sanctuaire de La Algaida, à Sanlucar de Barrameda et à Baelo95 ; vers l’intérieur, amphores à Tejada la Vieja (Itucci) et Niebla (Ilipla) ; en Lusitanie à Salacia et sur la côte atlantique de Galice96. L’amphore dressel 18 de tradition punique Maña C2b, de la fin du iie siècle av. J.-C. se retrouve à Cerro del Mar (Málaga), Baelo (Cádiz) et sur la côte galicienne97. Cette expansion des échanges de salaisons implique l’augmentation de la production et l’existence d’un nombre accru d’ateliers de production qui restent à découvrir : ces ateliers étaient-ils situés à Cádiz ou dans d’autres régions sous contrôle barquide ? Huelva commencerait à accroître son rôle, et sa région à développer ses ateliers de salaison. Cette contrée n’avait pas joué un rôle prépondérant jusqu’alors malgré sa production d’argent, le sel et les salaisons y prennent leur essor et les Barquides s’intéressent activement à ses métaux : un axe économique dessert les régions minières de Huelva : Onoba – Hispalis en passant par Ilipla, Ostur et Itucci. Le sel qui n’est plus destiné uniquement aux produits marins est aussi lié aux productions agricoles98 et à la salaison de viande de porc. L’émission de monnaies à Ostur (as et semis)99, du iie siècle av. J.-C. à l’époque d’Auguste, où figurent un gland (revers) et un animal (sanglier ou porc sur l’avers), fait une claire allusion au porc et, donc, aux salaisons de viande100. Le monnayage, de tradition gaditaine101, montre la puissance barquide dans ce centre économique. On perçoit ainsi une généralisation de l’emploi du sel, avec une grande métropole, Cádiz, héritière des Phéniciens, qui dirige la production de salaisons et contrôle le ravitaillement en sel et, d’autre part, une expansion de la production de sel à Huelva102, pour répondre aux besoins des salaisons et de la métallurgie, source de revenus pour l’État carthaginois quand il affronte Rome. N’est-ce pas dans ce contexte de la deuxième guerre punique que les censeurs augmentèrent le prix du sel (204 av. J.-C.)103, peut-être pour subvenir au coût de la guerre ?

Le sel à l’époque romaine impériale

  • 104 Étienne, Mayet, op. cit., p. 162-173.
  • 105 Ibidem, 163.
  • 106 Ibidem, p. 177. Ces auteurs envisagent l’exportation vers les ateliers d’amphores remplies de sel (...)

26Si on dispose à présent de vestiges de salines romaines, les meilleurs témoins pour définir les zones productrices de sel restent les ateliers de salaisons et les fours d’amphores que nous étudions à seule fin de cerner le sel. La région de Cádiz continue d’offrir les plus anciens vestiges d’ateliers et de fours, à Chiclana de la Frontera et à San Fernando (Gallineras dans une villa et sur plusieurs sites), à Puerto Real, à Puerto de Santa María, à Jérez de la Frontera, à San Isidro del Guadalete et Chipiona104, au total 45 sites, divisés en deux groupes : baie de Cadiz et baie d’Algesiras au haut-Empire, (ier siècle apr. J.-C.). Un peu plus tôt (ier siècle av. J.-C.) commence la prospérité de Baelo Claudia qui repose sur l’industrie des sauces et salaisons de poisson. Mais l’industrie céramique des amphores utilise une argile peu apte ; aussi dès l’époque augustéenne les amphores sont produites dans la baie de Cadix105 et apportées à Baelo. Là, la capacité de production d’amphores dépasse la capacité de production des sauces et salaisons locales. C’est pourquoi ces amphores sont exportées dans tout le bassin occidental de la Méditerranée et même au-delà, mais on voit mal comment si peu d’usines à salaisons parvenaient à remplir tant d’amphores106. Un premier rapprochement entre les fours à amphores et les salins s’impose : tous utilisent la même argile d’excellente qualité, indispensable à la création des bassins d’évaporation des salines, imperméables.

  • 107 Sétubal : occupation du ier au ive siècle. L’amphore dominante est la Beltran IV (I-II d.c.) produ (...)
  • 108 Vázquez Varela J. M., « El marisqueo en los castros de las Rías gallegas », Coloquio de etnografía (...)
  • 109 F. Pérez Losada, Entre a cidade e a aldea. Estudio arqueohistórico dos « aglomerados secundarios » (...)
  • 110 Dans d’autres cas (infra), on trouve de véritables salines dans la description d’ateliers de salai (...)

27En Lusitanie, des fours à amphores ont été trouvés à Castro Marim, à Quinta do Lago à côté d’une industrie de salaisons (iiie-ive siècle apr. J.-C.), à Martinhal (Sagres, Lagos) aux iv-ve siècles, à Setúbal (sous la ville et datées de Tibère et Claude, à la Quinta de Alegría et Pinheiro du dernier quart du ier siècle au ve siècle107), à Alcácer do Sal (Abdul depuis le ier siècle, à Enchurrasqueira, Bugio, Barrosinha), à Corrois et Alcochete, deux sites sur le Tage, et à Benavente sur un affluent du fleuve. En relation avec les salaisons du Tage, ils sont situés en amont sur des affluents, probablement pour la qualité de l’argile. La densité de fours est remarquable sur les estuaires du Sado et du Tage, en liaison avec des besoins (production de salaisons et de sauces) et une offre d’argile de qualité. Les ateliers de salaisons sont aussi des témoins, sans four, quelques salines antiques côtoient les ateliers (même non contemporains). Sur la côte de Lusitanie, salines et ateliers voisinent à l’embouchure de fleuves, en retrait des rives. La présence de viviers est possible, dans les régions de ramassage de mollusques : Galice108 (La Corogne109) et Huelva (El Eucaliptal). Tout bassin imperméable ne peut être a priori assimilé à un atelier de salaisons110. Rigueur et précaution restent de mise !

  • 111 L’établissement d’Almuñecar (Grenade) en Méditerranée échappe au présent travail.
  • 112 M. Ponsich, Aceite de oliva y salazones de pescado. Factores neoeconómicos de Bética y Tingitana, (...)
  • 113 Etienne et Mayet, op. cit., p. 64-65.
  • 114 Campos Carrasco J.M., Pérez Macías J. A., O Vidal Teruel N. de la ; Gómez Rodríguez A., « Las indu (...)
  • 115 Etienne et Mayet, op. cit., p. 64.

28Les plus anciens établissements restent situés dans la région de Cádiz. De la fin de la République est daté l’atelier de Baelo111, dès le ier siècle les usines de salaisons se multiplient le long de la côte112 : Carteia (Guadarranque, San Roque), Traducta (Algeciras), Baelo Claudia. On peut y ajouter Cetraria (dans la baie de Getares) d’après l’Anonyme de Ravenne, Mellaria à l’embouchure du fleuve Valle à Tarifa (Strabon, III, 1, 8). De gros établissements ont été décelés à Baelo, Cádiz et San Lúcar de Barrameda113, à Huelva trois cetariae : Onuba, El Eucaliptal (Punta Umbría avec des amas de murex) et Cerro del Trigo (Almonte), aux deux premiers siècles de notre ère tandis qu’El Eucaliptal poursuit son activité jusqu’au bas-Empire114. Sur la côte portugaise, les régions d’ossonoba, Balsa et Baesuri (Algarve) et de Salacia (Sado) produisent des salaisons à l’époque impériale : atelier de Quinta do Muro (Vila Real de Santo Antonio) avec ses bassins sur la plage, de Quinta das Antas (Tavira) sur la rive gauche du ruisseau Antas, de Vau (Portimao) près de l’embouchure de l’Alvor ; enfin sur la rive droite du Sado à Tróia où des établissements s’étendent sur deux kilomètres face à la ville de Caetobriga115.

  • 116 Le terme amphores bétiques doit être entendu dans un sens générique car l’étude des pâtes est à pe (...)
  • 117 J. M. Hidalgo Cuñeiro, « Materiales arqueológicos del Castro de Vigo (España) », Setúbal arqueolog (...)
  • 118 Naviero López J.L., « Registro cerámico e intercambios en el Noroeste en la época romana », Fernán (...)
  • 119 Naviero Lopez, op. cit., p. 100, note 88 ; p. 105, d’après Lanhas et Pinho, 1969, p. 304.

29Face au développement de l’industrie céramique sur le Sado et le Tage, l’Algarve n’a pas encore livré de gros fours liés aux industries de salaisons : s’agit-il d’une lacune archéologique ou faut-il envisager l’importation d’amphores, vides ou remplies, de Cádiz, comme nous l’avons déjà proposé ? Cette riche production de salaisons va atteindre le Nord ibérique dans des amphores bétiques116 jusqu’au iie siècle, moment fort de la romanisation : amphores vinaires et oléicoles à Vigo au lieu-dit El Arenal, sous le niveau des salines, amphores de salaisons bétiques dans le castro117, et même jusqu’au ive siècle, et à Santa Tegra, Neixón Grande, Vigo, La Lanzada du ier siècle av. J.-C. jusqu’au ive siècle118. Cependant, malgré ces importations qui renforcent le rôle de la baie de Cádiz et de la Lusitanie comme producteurs de salaisons et de sel, on a découvert des vestiges d’ateliers de salaisons du Nord à O’Grove et à Bares (Lugo)119 datés du haut-Empire (ces ateliers ne se généralisent qu’à une époque plus tardive).

  • 120 Campos et al., op. cit., p. 16, 88.
  • 121 Etienne et Mayet, op. cit., p. 137.
  • 122 Naviero, op. cit., p. 135.
  • 123 L’importation de salaisons induite par la présence d’amphores indiquerait, peut-être à ce moment-l (...)
  • 124 Il pourrait s’agir de salines.
  • 125 A nouveau, il pourrait s’agir de salines.
  • 126 Les archéologues hésitent entre une datation d’époque romaine et une datation médiévale.
  • 127 Dans les exemples portugais, il s’agit de bassins creusés directement dans le rocher : Naviero Lóp (...)
  • 128 Pérez Losada, op. cit., p. 264 note 531 ; Naviero López, op. cit., p. 100, suivant l’œuvre de Bouz (...)
  • 129 Naviero Lopez, op. cit., p. 105, d’après Lanhas et Pinho, 1969, p. 304.
  • 130 Naviero López, op. cit., p. 101-103.
  • 131 Fernández Ochoa C., una industria de salazones de época romana en la Plaza del Marqués, excavacion (...)
  • 132 Zone habitée depuis ier siècle apr. JC, après l’occupation du castro de la Campa Torres, l’ancien (...)
  • 133 L’idée de villae productrice de sel a été avancée pour la région de Sigüenza : N. Morère, « L’expl (...)

30Durant l’Antiquité tardive, sur la côte de Huelva, la situation change. La crise de l’exploitation des métaux oblige Huelva à s’ouvrir aux salaisons ; à la fin du iiie et au ive siècle, la crise se renforce, les installations deviennent plus importantes ; Onuba reste un grand port grâce à la diversification économique (cuivre et salaisons)120. La production d’amphores est alors aussi importante en Lusitanie qu’en Bétique121. Sur la côte de Bracara Augusta apparaissent les amphores lusitaniennes Almagro 50 et 51 provenant de l’embouchure du Tage122, mais dans le Nord l’importation de salaisons dans des amphores bétiques et lusitaniennes se réduit, sous l’influence probablement du développement des salins et des salaisons en Galice au bas-Empire123. Sur la côte lusitanienne ont été découverts à Viana do Castelo (Foz do Lima et Carreço) de petits bassins irréguliers d’évaporation creusés dans le rocher, alimentés manuellement124 ; à Esposende (San Bartoloméu do Mar et Belinho), sur les plages de Lontreiras et Sublago, des bassins de 15 m sur 3,5 m, garnis d’argile imperméable et limités par des pierres dressées125 qui occuperaient une surface de 1 500 m² ; à Vila do Conde et à Matosinhos (Lavra), plage d’Angueiras, des vestiges d’un grand espace pavé de galets limité par des murets (21 x 9 m, ce qui représente un tiers de la surface totale), associés à plusieurs bassins rupestres de salaisons trouvés dans les rochers proches126, et à Porto127. Dans le Nord-Ouest, on connaît les bassins de salaisons de la ria de Arousa (O Grove, Villagarcía et île d’Arousa128), ceux de la ría de Vigo : à Alcabre (plage do Cocho) ; de l’autre côté de la ría à Punta Igrexiña (Nerga et Cangas) ; tous correspondent à de petits établissements129. Plus au nord, dans la ría de Ortiguiera (golfe Artabre) avec les salaisons de Cariño et d’Espasante, à Viveiro avec le site de Bares130, et enfin à Gijón entre le iiie et ive siècle, au quartier de Cimadevilla131, près de la péninsule de Santa Catalina132. La date de ces ateliers de salaisons est inconnue et il pourrait même s’agir de salines. Le grand essor des industries de salaisons dans la péninsule Ibérique va du ier siècle av. J.-C. jusqu’au iie siècle Le ive siècle connait une autre forme d’expansion, dans des établissements plus petits situés dans des villae ou en ville. Les grandes installations sont rares et voisinent avec des salines, mieux documentées au Moyen Âge. La production de sel, importante dès les derniers siècles du Ier millénaire avant notre ère se poursuit durant l’Empire : la grande production côtoie une petite élaboration locale qui se généralise aux derniers siècles dans des villae, tantôt dotées d’ateliers de salaisons, tantôt de salines133.

  • 134 Campos et al., op. cit., p. 209.
  • 135 Pérez Losada, op. cit., p. 252.
  • 136 Pérez Losada, op. cit., p. 256.
  • 137 La mention du commerce de sel des phéniciens serait la principale preuve pour l’Antiquité, à part (...)
  • 138 Grande ressemblances avec les salines canariennes du xve siècle.

31Quant aux véritables salines, lieux de production du sel, on peut citer à côté de l’atelier de El Terrón (Lepe, Huelva), des derniers siècles de l’Empire, une canalisation qui commence à la côte et se dirige vers des bassins (évidents sur les relevés de fouille). Son découvreur les identifie aux fossae et aux multifidos lacus dont nous parle Rutilius Namatianus134. À Vigo, au lieu-dit El Arenal et près de la plage, une série de bassins grands et bas, tapissés d’une couche compacte et fine d’argile imperméable et séparés par des pierres et d’étroits murets, destinés à l’évaporation de l’eau de mer, sont des vestiges de saline. L’ensemble, limité par des marais, occupe une surface à 12 000 m². Il est daté entre un niveau d’amphores et la nécropole romaine, c’est-à-dire entre le ier/iie et le ive siècle, et même jusqu’au ve siècle, en partie contemporain des ateliers de salaisons. Près de la saline, on a trouvé une structure de combustion circulaire (90 cm de diamètre) et un four voûté (2 m de diamètre). Une voie donne accès à la saline135. Les salines de Vigo auraient une base naturelle : une barrière derrière laquelle une zone de marais permanents était nourrie par les marées136. Ajoutons des sites décrits précédemment comme ateliers de salaisons et qui pourraient avoir appartenu à des salines : Viana do Castelo, Esposende et Matosinhos. Malgré les rares exemples parvenus, les salines sont nombreuses sur les côtes galicienne, lusitanienne ou bétique, la topographie les situe près d’ateliers de salaisons. La condition n’était pas obligatoire : le sel était un produit transportable et des sites ont dégagé une production excédentaire, et donc un transport de sel137, les petits ateliers ont continué de produire du sel dans des conditions climatiques favorables. On peut reconnaître les techniques d’exploitation dans les bassins en désordre et circulaires des salines primitives de Viana do Castelo, (s’il s’agit bien de salines et non d’ateliers de salaisons)138, dans les surfaces d’évaporation et les grandes aires rectilignes à Vigo, à Esposende ou sur la plage d’Angueiras à Matosinhos, caractéristiques des salines traditionnelles.

  • 139 Uría Ríu, art. cit. p. 215 qui suit F. Selgas, « De Aviles a Cudillero », Revista de Asturias, 188 (...)
  • 140 Casariego J. E., Historia del derecho y de las instituciones marítimas del mundo hispánico, Madrid (...)
  • 141 Le toponyme « pozacos » survit sur la côte de Luarca.
  • 142 Uría Ríu J., « Oviedo y Avilés en el comercio atlántico de la Edad Media », Boletín del Instituto (...)
  • 143 García Quirós M. P., « Reseña de las cartas arqueológicas de los Concejos de Avilés y Castrillón » (...)
  • 144 Uría Ríu, art. cit., p. 215.
  • 145 Martínez Faedo, L., Adán Alvárez G., « Carta arqueológica de Pravia », Excavaciones arqueológicas (...)
  • 146 Fernández Ochoa C., Asturias en la época romana, Madrid, 1982, p. 254.
  • 147 Fernández Ochoa C., García Diaz P., Gil Sendito F., « La investigación sobre Gijón y su Concejo en (...)
  • 148 Fernández Ochoa, Asturias en la época romana, p. 296-298.
  • 149 González J. M., Vallés F., « Mansiones del trayecto de via romana Lucus Asturum-Lucus Augusti », A (...)
  • 150 Casariego, op. cit., p. 84.
  • 151 Solana Sainz J. M. (ed.), Las entidades étnicas de la submeseta septentrional en época prerromana  (...)
  • 152 Fernández Ochoa, op. cit., p. 41.
  • 153 Fernández Otal J. A., « Las vías pecuarias y las instituciones ganaderas de Aragón en el pasado », (...)

32Aux Asturies, les Officinae salinarum fabriquaient au Moyen Âge le sel au moyen de systèmes ignigènes d’évaporation. Le long des rives du Nalón jusqu’à Pravia un grand nombre de fours, dont les vestiges subsistaient au xixe siècle, produisaient du sel. À El Arco, près de la Bimera, cinq fours en pierre revêtus d’argile cuite, placés en cercle, au centre desquels brûlait le feu conduit au fond de ces réceptacles par de gros tuyaux, étaient équipés dans la partie supérieure d’autres conduites qui transportaient l’eau139. Au xviiie siècle, au cours de ses voyages sur la côte asturienne, Jovellanos décrit ces puits ou compartiments, placés entre les rochers, où l’eau de mer était stockée et les grands feux, alimentés par les vastes forêts de la région, qui favorisaient l’évaporation et la cristallisation140. Ces descriptions, malgré leurs différences, dessinent une fabrication de sel ignigène, soit avec la construction de fours, soit en deux phases, d’abord des bassins puis une cristallisation par l’action du feu141 ; ces bassins rappellent ceux de la côte nord du Portugal. Transposer à l’Antiquité cette technique serait pure hypothèse, non démontrée mais vraisemblable. L’occupation du territoire à l’époque romaine à proximité de ces sites et des fleuves a laissé à peine quelques vestiges du côté d’Avilés (Naveses et Bayas142), des trouvailles monétaires du côté de la Ria et à Avilés même143 ; sur le Nalón (jusqu’à Pravia atteinte par les eaux de mer144) les vestiges de castros montrent le contrôle du cours inférieur du Nalón-Narcea et, pour l’époque romaine, en dépit d’abondantes références bibliographiques en faveur de Pravia grand centre romain, un déficit malheureux d’activité archéologique145 quoique l’actuelle Pravia corresponde à Flavionavia, citée uniquement par Ptolomée146 et datant de Vespasien ; à Gijón (à Natahoyo villa Ataulio ou villa Aurea), une villa a été identifiée147, à laquelle il convient d’ajouter l’atelier de salaisons du ive siècle. Cependant, dès le iie siècle, les villae prennent plus d’importance et se concentrent sur les rives du Nalón et dans le secteur d’Oviedo à Gijón : la confluence routière est assurée par Lucus Asturum148. En effet, le tracé de la voie Lucus Asturum-Lucus Augusti, connu par l’Itinéraire de Ravenne, semble avoir desservi la côte et les régions salicoles, en passant par les grands ports149. D’autres régions salifères ont pu être exploitées aux Asturies, comme Luarca (salines150) mais le peuplement va être attiré davantage par l’exploitation de l’or. Il reste néanmoins une riche toponymie. En résumé, on peut penser que tous les fleuves, sauf peut-être le Navia uni à l’or, ont pu posséder à l’embouchure une production de sel, pour les besoins locaux et pour de petites salaisons comme à Gijón. Mais dans ce territoire voué à l’élevage, on peut introduire aussi l’existence de voies de transhumance (vaqueiros de alzada qui se déplacent en été en altitude151), des voies qui devinrent des chemins du sel au Moyen Âge, comme de Luarca à Astorga (Asturica Augusta)152. La relation entre transhumance et routes du sel a été soulignée ailleurs, dans le territoire des Monegros à Saragosse, entre Pyrénées et vallée de l’Èbre, ou récemment dans la Crau153. Comme à Huelva aux derniers siècles av. J.-C., on arrive à cerner la complexité des économies locales. À côté des grands courants commerciaux de salaisons et de sel, il y a aussi la juxtaposition de besoins locaux et de petites quantités de produits. Ainsi on trouve l’élevage à Salacia et les laines citées par Strabon III, 2, 6 et Pline HN 8, 191.

  • 154 Etienne, Mayet, op. cit., p. 177.
  • 155 86,8 % des amphores de vin et de salaisons étaient produites dans la zone de Cadiz : G. Chic Garcí (...)

33Nous avons tenté, à l’aide d’hypothèses, de bâtir une histoire du sel atlantique hispanique pendant l’Antiquité : grandes régions productrices de sel et fabrication ou transport de salaisons comme indice d’une production de sel proche. Au premier millénaire, la grande région salifère de Cádiz domine la production. L’exploitation des métaux et la création de nouveaux produits justifient son intérêt pour le sel qui va de pair avec l’ouverture de nouveaux marchés. Ainsi commence la pénétration atlantique vers le Nord, en suivant les anciennes routes des métaux. Phéniciens et Carthaginois sont présents avant tout dans les bons mouillages qui, par les voies fluviales, favorisent l’accès à l’intérieur. Les sites ainsi choisis, consolidés par le développement du marché, coïncident avec des places qui par la suite produiront du sel : de rares sources ont été trouvées, à La Lanzada, Vigo, Setúbal à diverses époques (Néolithique, époque pré-romaine), mais aucun témoin direct du sel (à l’exception peut-être de La Lanzada) et pourtant, les salaisons circulent, les peaux sont traitées, élevage et métallurgie utilisent le sel. Mais il faut attendre la naissance des États pour qu’apparaissent à la fois les salins côtiers et maîtrisés et le sel comme source de revenus. À la fin du Ier millénaire, aux temps des Barquides puis de la république romaine, l’économie des salaisons s’élargit à d’autres régions. Carthagène à l’est et peut-être Huelva, dont le monnayage adopte l’effigie du porc, référence aux salaisons de viande si caractéristiques du monde celtisé préromain. Le sel, présent dans toutes les économies, se généralise. Il devient source de revenus publics dès les guerres puniques avant que l’Empire ne généralise cet emploi. Les salines, les ateliers de salaisons et les fours d’amphores à salaisons nous ont servi d’indices. Les salaisons sont élaborées jusqu’au Tage au haut-Empire, là où la pêche et le sel apportent les deux produits à transformer. Les fours à amphores ont une assise régionale (Baelo par exemple importe les amphores de San Fernando, à Lisbonne les fours sont situés sur le Tage). Les deux produits sel et salaison vont de pair (atelier de Huelva pour le haut-Empire, Gijón et Vigo pour l’Antiquité tardive). De fait, la topographie des salaisons et des salines est identique. L’argile est le troisième élément mais son cadre de production est plus régional que local. L’éloignement des fours implique un transport d’amphores vides ou remplies de sel, ainsi à Baelo. L’aire de Cádiz, grande productrice d’amphores, est assez démunie en ateliers de salaisons. Cette discordance peut être le fruit des hasards archéologiques, elle indiquerait aussi un transport d’amphores vers d’autres régions comme l’Algarve. Les grands établissements côtoient quelques petites exploitations unies aux villae. Le Nord-Ouest atlantique, à Vigo et La Lanzada, reçoit des amphores de salaisons de Lusitanie et de Cadiz154. L’arrivée de salaisons étrangères dans le Nord serait l’indice d’une absence de production du sel ou d’une production insuffisante, de niveau local dans un milieu naturel pourtant favorable. Au bas-Empire avec le déclin de Cádiz155 surgissent d’autres centres de salaisons et de sel : Huelva, la Galice, la côte du Portugal. Durant l’Antiquité tardive se multiplient les centres producteurs, les petites installations qui témoignent d’une économie plus orientée vers la consommation locale que vers les expéditions. À cette époque se développent Gijón et les salines de Vigo qui survivent pendant les premiers siècles du Moyen Âge. Cette étude qui a montré l’extrême rareté des sources sur le sel hispanique et les débuts de l’archéologie salicole repose sur l’analyse de produits dont le sel est un composant, la métallurgie (à titre d’hypothèse) et les salaisons. La dépendance sel/sauces salées et garum encourage à voir derrière ces produits, leur organisation, leurs propriétés, leur cadre juridique et fiscal, leur étroite complémentariété, d’autres aspects de l’histoire du sel.

34Les ateliers de production du sel et de salaisons sur les côtes atlantiques de la péninsule ibérique

Notes

1 Sels d’intérieur dans la région : Strabon III, 3, 8 parle d’un sel rouge qui, dès qu’il est moulu, devient blanc. Ce sel est situé dans la région Nord-Nord-Ouest de la péninsule Ibérique. En Cantabrie on connaît (xixe-xxe siècles) les exploitations de Cabezón de la Sal et sa région (Sierra Ibio, Mascuerras, Vallines, Bustribao, Treceño), Cabiedes (Monte Corona et Valdaliga) et Polanco, qui obtenaient du sel de mine ou du sel par dissolution (sauneries avec des chaudrons en fer appelés « pailas » o « tueras ») : Cabañas J. M., « Criaderos de sal gema de la provincia de Santander », Revista minera, metalúrgica y de ingeniería, LXXXI, 1930, p. 433-435. Ce sel gemme de Cantabrie, proche de la mer, favorisé par de bonnes communications avec l’Ouest, a ravitaillé les Asturies au Moyen Âge, avant que ne commence la production asturienne. Ces sites se retrouvent tout le long de l’histoire : Treceño et sa source salée au xvie siècle : Viaje de Felipe el Hermoso y Juana en _506 recogido en Cantabria : Cantabria vista por viajeros de los siglosxvi y xvii, Santander, Diputación Provincial, 1980, p. 31 ; Cabezón de la Sal et ses bonnes salines : Cosmografía de Fernando Colón en Cantabria : op. cit., p. 84. D’autres gisements cantabriques ont été découverts à Puentenansa (gemme et source), La Hermosa (entre Cabárceno et La Hermosa), Vargas (le long de la vallée du Pas) : Inventario nacional de recursos minerales de cloruro sódico y sales potásicas, IGME, 1997, p. 277. Dans la province de Guipúzcoa sont documentées les salines historiques (sauneries) de la vallée de Léniz : Ayerbe Iiribar M. R., « La industria de la sal en salinas de Léniz y Gaviria (siglos xiv-xvi) », Real Sociedad Vascongada de los Amigos del País, XXXVII, 1981, p. 245-257, et des gisements plus récenos à Cegama, Regil, Azcoitia, Motrico, Villabona : Inventario, op. cit., p. 325. En Biscaye, on connaît les gisements de sel de Baquio, Murguía, Laga, Bermeo, entre Guernica y Lugo : Inventario, op. cit., p. 325-326. En Galice les sources d’intérieur de Villalba (Lugo) et d’Allariz (Orense) et aux Asturies celles de Sariego Muerto (Valle de Sariego entre Villaviciosa et Luarca), San Justo, La Hermida, San Julián (entre Villanueva et Isecavieja et la plage de San Julián), Villaviciosa près de la Ría, Inventario, op. cit., p. 265. À Huelva, la source d’Almonte.

2 Avant les donations de sauneries et de salines asturiennes par les rois asturiens au ixe siècle, les évêques d’Oviedo semblaient avoir des droits sur des puits de Cantabrie : Miengo, Treceño, Cabezón de la Sal : González García I., Ruiz de la Peña J. I., « La economía salinera en la Asturias medieval », Asturiensia Medievalia, I, Universidad de Oviedo, 1972, p. 23-24. En Galice, la production locale devait être insuffisante et le sel était importé de Villafáfila (Zamora), Cabezón (Cantabrie) et Añana (Alava) : Ferreira Priegue E. M., Galicia en el comercio marítimo medieval, Santiago, Universidad de Santiago de Compostela, 1988, p. 158.

3 Inventario p. 237 avec toutes les sources de Cádiz aujourd’hui abandonnées.

4 Flor Rodríguez G., « El litoral asturiano », Ieras Jornadas de Arqueología Subaquática, Oviedo, 1991, p. 37-38.

5 Ibidem, p. 40-41.

6 Pazos O., Cerviño J. M., Losada J. J., Galicia y el mar. Geografía e Historia del mar gallego, Nigratrea, 2001, p. 20-21.

7 Geografía de España, p. 240-242.

8 Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas en Bétique de fleuves salés : Madoz, Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar, t. V, 1846, p. 624 sub voce « Salado ». Strabon cite en Bétique du sel naturel (oriktos), des salaisons et des fleuves salés.

9 Casariego J. E., Historia del derecho y de las instituciones marítimas del mundo hispánico, Madrid, 1947, p. 38.

10 Inventario, p. 215.

11 Yegros S., « Apuntes sobre salinas », Revista minera, III, 1852, p. 300.

12 Franco Silva A., « Las salinas de la Isla de León a fines de la Edad Media », dans Malpica A., González Alcantud J. A. (eds), La sal : del gusto alimentario al arrendamiento de salinas. Congreso internacional del CIHS Granada 7-11 septiembre 1995, Granada, 1996, p. 143-153 ; Torrejón Chaves J., « Las salinas de la Bahía de Cádiz. Una aproximación a su historia económica », dans Malpica et González Alcantud, La sal, op. cit., p. 169-194.

13 Relación de las salinas de españa, mecanografiado, Instituto Geológico Minero, s/a, s/p. Sur la province de Cádiz, voir aussi Franco Silva A., « Las salinas de la isla de León a fines de la Edad Media », dans Malpica et González Alcantud, La sal, op. cit., p. 143-153.

14 Jerez de la Frontera : commerce de sel au xixe siècle : Saint Vincent B. de, Guide du voyageur en Espagne, Paris, 1823.

15 Inventario, op. cit., p. 206.

16 Guillaume-Alonso A., « Madragues et salines andalouses sous Philippe II : litige économique et enjeu politique », Iberica, nouvelle série, 2, 1993, p. 167.

17 Guillaume-Alonso, art. cit., p. 173.

18 Bresc H., « La pêche et les madragues de la Sicile médiévale », L’homme méditerranéen et la mer, Tunis, Salambo, 1985, p. 171.

19 Hocquet J.-C., Hommes et paysages du sel, une aventure millénaire, Arles, Actes Sud, 2001, p. 41, 43, 97-98 ; Rodriguez y Ruiz, La Historia de la Sal, Sevilla, 2000.

20 « Sal, salazones y garum en Canarias », Revista de arqueología, 264, p. 41.

21 Inventario, op. cit., p. 270.

22 Uría Ríu J., « Oviedo y Avilés en el comercio atlántico de la Edad Media », Boletín del Instituto de estudios Asturianos, XXI, 1967, p. 212 et note 5 p. 212.

23 Ibidem, p. 215 qui suit F. Selgas, « De Avilés a Cudillero », Revista de Asturias, 1880, p. 377-378.

24 Uría Ríu, art. cit., p. 215.

25 Casariego, op. cit., p. 84.

26 Uría Ríu, art. cit., note 37 p. 213 d’après López Ferreiro A., Costas Goberna F. J., Hidalgo Cuñarro J. M., Las salinas de Vigo. Aproximación al estudio de las salinas de la desembocadura del río Lagares, Instituto de Estudios Vigueses, 1999, p. 25-29.

27 Ferreira Priegue, op. cit., p. 157.

28 Rodríguez Elías A., Las antiguas salinas de Galicia y posibilidad de restablecer esta industria, conferencia dada en el recreo-Liceo de Vigo el 28 de octubre de 1923, Vigo, 1924, p. 9.

29 J. Barreiro Somoza, « As Rias Baixas galegas nos seculos IX-XIII : economia e sociedade », Coloquio de etnografía marítima, Santiago, p. 247.

30 López Ferreiro, Costas Goberna, Hidalgo Cuñarro, Las salinas de Vigo, op. cit., p. 107 sqq.

31 Artaza Malvarez R., Muros : Páginas de historia, p. 42 : « siempre contó la villa de Muros con gran número de buques de altura… A parte de un número de pequeñas embarcaciones para surtir de pesca a sus numerosas fábricas de salazones ».

32 Ferreira Priegue, op. cit., p. 157.

33 López Ferreiro, Costas Goberna, Hidalgo Cuñarro, Las salinas de Vigo, op. cit., p. 97 sqq.

34 Naveiro López J. L., El comercio antiguo en el Noroeste peninsular, A Coruña, 1991, p. 103, suivant Barreiro Somoza, 1988, p. 246 et Fangueiro, p. 257.

35 Fangueiro O., « Relaçoes pesqueiras e comerciais luso-galegas », Coloquio de etnografía marítima, Santiago, p. 251 sqq.

36 Rau V., A exploraçao e o comercio do sal de Setúbal. estudo de Histórica económica, Lisboa, 1951, p. 4 sqq.

37 Mádoz P., diccionario geográfico-estadístico-histórico de españa y sus posesiones de ultramar, t. XIII, 1848, p. 697.

38 Relation intéressante plage – Sel pour les techniques de fabrication.

39 IGN, Carte au 1/50 000, feuille 152.

40 IGN, Carte au 1/50 000, feuille 13.

41 IGN, Carte au 1/50 000, feuille 14.

42 Ici c’est une mention d’étier. Habituellement les cours d’eau Salado sont situés à l’intérieur. Voir par exemple Madoz, op. cit., p. 624 sqq.

43 Fer N. de, Carte Les Asturias et la Biscaye. Les royaumes d’Aragon et de Léon et celui de la Vieille Castille, 1708.

44 Sevilla Rodríguez M., toponimia de origen indoeuropeo prelatino en Asturias, Oviedo, 1980, racine : sal.

45 Signalés par l’Itinéraire d’Antonin : Roldán Hervás J. M., Itineraria hispana. Fuentes antiguas para el estudio de las vías romanas en la Península Ibérica, Valladolid, 1975.

46 Morère N., « Hommes et sel : archéologie et histoire jusqu’au premier millénaire av. J.-C. », 1st International Archaeological Meeting about prehistoric and protohistoric salt exploitation, Cardona 6-8 décembre 2003, sous presse.

47 Varela Gómes M., « Megalitismo de Barlovento algarvio – Breve Síntese », Setúbal arqueológica, 11-12, 1997, p. 182.

48 Pour ces premiers moments, les seuls vestiges céramiques ne prouvent pas une élaboration de sel. Mis à part quelques récipients à fond plat (La Marismilla, Cádiz ; Papa Uvas, Huelva) les formes céramiques où on aurait pu faire du sel sont trop génériques pour être limitées à la seule fonction salifère. On peut aussi interpréter comme témoin de l’activité salinière le besoin de se procurer du bois pour la combustion et la fabrication de sel, ce qui entraîne la diminution des pollens des arbres, interprêtée jusqu’à présent comme témoin de la dégradation des forêts par l’agriculture et l’élevage.

49 Direction des fouilles C. Tavares da Silva, Setúbal Arqueologica, VIII, 1987, p. 245. Ces quelques indicateurs : combustión, habitat peuvent s’inscrire dans les indicateurs répertoriés d’une production de sel : Morère N., « À propos du sel hispanique », dans Weller N. (éd.), Archéologie du sel : techniques et sociétés, colloque 12,2, XIVe Congrès UISPP, Liège septembre 2001, 2002, p. 185.

50 Pérez Macías J. A., Campos Carrasco J. M., Gómez Toscazo F., « El poblamiento de la Edad del Cobre en la Tierra Llana de Huelva », Huelva en su historia, 9, 2002, p. 13.

51 Escacena J. L., « Acerca de la producción de sal en el Neolítico andaluz », Arqueología en el entorno del Bajo Guadiana, Huelva, 1994, p. 91-118.

52 Ibidem, p. 92.

53 Ibid., p. 102.

54 La moitié des indices archéologiques de la région cantabrique à l’Age du Bronze sont des haches plates d’un contexte mal connu : Arias Cabal P., Arméndariz Gutièrrez A., « Aproximación a la Edad del Bronce en la región cantábrica », Cuadernos do Seminario do Sargadelos : A Idade do Bronce en Galicia : novas perspectivas, 77, p. 50.

55 Mayet F., Tavares da Silva C., « Abul : um estabelecimento orientalizante do século VII a.c. no baico vale do Sado », Setúbal arqueologica, IX-X, 1992, p. 315-333.

56 Rouillard P., « Un caractère inédit du Peintre du Thyrse noir à Alcacer do Sal », Conimbriga, XIV, 1975, p. 177-184.

57 Gil Mantas V., « As cidades marítimas da Lusitania », Les villes de Lusitanie romaine. hiérarchies et territoires, table ronde internationale du CNRS, 8-9 décembre 1988, Paris, CNRS, 1990.

58 Soares J., « Notas sobre cerámica campaniense do Castelo de Alcocer do Sal », Setúbal arqueológica, IV, 1978, p. 142.

59 Cette affirmation de Strabon est située parfois à un moment contemporain de l’auteur et non pas pendant le Ier millénaire, à l’époque phénicienne ou punique.

60 La mention de plomb chez Strabon mérite d’être étudiée, notamment lorsque le plomb serait excédentaire dans les productions d’argent méridionales par coupellation. Pourrait-on comprendre le plomb argentifère, c’est-à-dire l’argent ?

61 Morère Molinero N., « La sal según la “Geografía” de Estrabón. Un mapa de la sal y algunas consideraciones », I Congreso Internacional de Historia Antigua Valladolid Diciembre 2000, Valladolid, 2001, p. 526-527.

62 Coïncidence spatiale entre le sanctuaire tartessien de La Algaida (San Lúcar de Barrameda, Cádiz) du vie siècle av. J.-C., salaisons et salines jusqu’à nos jours).

63 Schubart H., « Hallazgos fenicios y del Bronce Final en la desembocadura del río Guadiaro (Cádiz) », Anuario arqueológico de Andalucía, 1986, p. 200-207. Posible interprétation de vestiges céramiques avec une base en forme d’entonnoir.

64 Fernández Nieto F. J., Alfaro C., Morère N., « Sel, métaux et métallurgie dans l’Antiquité. Les manifestations dans la péninsule Ibérique », Investitionen im Salinenwesen und Salzbergbau, Weimar 2001 : conférence inédite.

65 Pour la désulfuration des galènes ou de la calcopyrite, on peut procéder par grillage, mais aussi par des procédés hydrométallurgiques, c’est-à-dire par dissolution ou lavage dans une eau acide : Ibarts Aznárez J., química general moderna, Puerto Rico, p. 688. Pour la séparation des métaux, notamment de l’or et de l’argent, Calvo écrit : « aux procédés de coupellation et aux actions du sel et du soufre pour séparer l’or des métaux moins nobles… est venue s’ajouter à la fin de l’ère préchrétienne l’amalgamation » : Calvo F. A., La españa de los metales, Madrid, CSIC, 1964, p. 20-21.

66 Campos J. M., Pérez J. A., O Vidal N. de la, Las cetariae del litoral onubense en época romana, Universidad de Huelva, 1999, p. 12-13.

67 Frutos Reyes G. de, Muñoz Vicente A., « Hornos púnicos de Torre Alta » (San Fernando, Cádiz) dans Campos J. M., Pérez J. A., Gómez F. (eds), Arqueología en el Bajo Guadiana. Actas del I encuentro Internacional de Arqueología de Suroeste, p. 406.

68 Chaves Tristán F., García Vargas E., « Gadir el comercio atlántico a través de las cecas occidentales de la Ulterior », dans Campos, Pérez et Gómez (eds), Arqueología en el Bajo Guadiana, op. cit., p. 375-392.

69 Frutos Reyes et Muñoz Vicente, art. cit., p. 406.

70 Evidemment la relation n’est pas toujours absolue : à l’époque historique, le sel parfois pouvait manquer (cas des madragues au xvie siècle), mais, d’une façon globale un lien est à établir par leur mutuelle nécessité.

71 Morère, La sal según la Geografía de Estrabón…, art. cit., p. 527.

72 Morère N., « Hommes et sel : archéologie et histoire jusqu’au premier millénaire av. J.-C. », art. cit. (sous presse). L’ambiance des viie-vie siècles, quand le sel devient source de revenus, est illustrée par le rôle attribué, d’après les auteurs anciens, au roi Ancus Marcius, présenté comme inventeur de salines ou créateur d’un impôt sur le sel.

73 Frutos Reyes, Muñoz Vicente, art. cit., p. 397. D’autres fours existent dans la région de Málaga : Cerro del Mar, ou peut-être Cerro del Villar ou sur la côte africaine : Fernández Bermejo J. A. et al., « La evolución de las industrias alfareras de San Fernando (Cádiz) durante la Antigüedad », Nivel Cero, 9, 2001, p. 125.

74 López Castro J. L., « La producción fenicia occidental de salazón de pescado », II Congresso Peninsular de Histórica Antiga, Coimbra 18 a 20 de outobro de 1990, Coimbra, 1993, p. 355, p. 361 : au ive siècle av. J.-C.

75 Fernández Bermejo et al., art. cit., p. 127, d’après le travail de B. González Toraya. Ce sera le cas à l’époque romaine dans la vallée du Sado, par exemple.

76 Campos et al., op. cit., p. 204.

77 Les deux axes principaux seront Lixus et Cádiz avec une production de plus en plus spécialisée dans l’exportation des ressources de la pêche, notamment les salaisons.

78 On admettra une seule origine pour la fabrication des amphores puniques : Cádiz.

79 Frutos Reyes et Muñoz Vicente, art. cit., p. 406.

80 Frutos Reyes et Muñoz Vicente, art. cit., p. 399.

81 Un deuxième centre de production d’amphores se créerait en Méditerranée dont témoignent les amphores de Cerro del Mar, Cerro de Mezquitilla, Almuñecar : Fernández Bermejo J. A. et al., « La evolución de las industrias alfareras de San Fernando (Cádiz) durante la Antigüedad », Nivel Cero, 9, 2001, p. 128 ; Frutos Reyes et Muñoz Vicente, art. cit., p. 399. Il est à mettre en relation avec des salins méditerranéens.

82 Fernández Bermejo J. A. et al., art. cit., p. 128.

83 Ibidem.

84 Naveiro López J. L., El comercio antiguo en el Noroeste peninsular, A Coruña, 1991, p. 149.

85 Si certains « castros » sont longuement habités, d’autres, tant à l’intérieur que sur la côte, decèlent de courtes occupations liées à des fonctions qui restent à cerner. Ainsi, le « castro » côtier de Baroña (Porto do Son) dans la Péninsule de Barbanza (de part et d’autre des rias de Noia et Muros et d’Arousa) a connu deux siècles d’occupation (ier siècle av.-ier apr.) même s’il a une possible origine à l’Age du Fer (vestiges d’une construction en relation avec la métallurgie), mais son site (vents, pas de ressources, pas d’eau) était peu favorable.

86 Suárez Otero et Fariña Busto, art. cit., p. 333 ; Naviero López, op. cit., p. 151.

87 Uría Ríu, art. cit., p. 213.

88 Suárez Otero et Fariña Busto, art. cit., p. 316.

89 Naveiro López, op. cit., p. 151.

90 Le site accueillit des salines au Bas Empire.

91 Suárez Otero et Fariña Busto, art. cit., p. 329.

92 Ce sera l’emplacement des salines romaines.

93 À Gijón sont documentés des salaisons tardo-impériale et des sauneries médiévales.

94 Découverte de concheiros comme à Vigo et probable utilisation des récipients à suspension intérieure pour la pêche, comme actuellement dans l’Algarve.

95 Frutos Reyes, Muñoz Vicente, art. cit., p. 402-403. Notons l’importante saline toujours en activité de La Algaida (Huelva) et l’existence d’un sanctuaire tartessien.

96 Chaves Tristán F., García Vargas E., « Gadir el comercio atlántico a través de las cecas occidentales de la Ulterior », dans Campos J. M., Pérez J. A., Gómez F. (eds), Arqueología en el Bajo Guadiana. Actas del encuentro internacional de Arqueología del Suroeste, Huelva 1994, p. 377.

97 R. Etienne, F. Mayet, Salaisons et sauces de poissons hispaniques, Paris, de Boccard 2002, p. 112.

98 Le rôle du sel pour la conservation des viandes a été négligé même si des régions comme la Celtibérie ont pratiqué ces salaisons.

99 Ostur est identifié à Mesa del Castillo, Villalba del Alcor/Manzanilla (Huelva).

100 Les crochets découverts à Cancho Roano (Extrémadoure) pouvaient servir à pendre les jambons et salaisons de viande.

101 Guadán A. M., La moneda ibérica, Madrid 1980 : des as et des semis.

102 Et aussi à Carthagène, dans un autre cadre géographique. L’atelier d’amphores de la région de Málaga relève de cette même expansion.

103 Giovannini A., « Le sel et la fortune de Rome », Atheneum, 63, 1985, 3-4, p. 379-380.

104 Étienne, Mayet, op. cit., p. 162-173.

105 Ibidem, 163.

106 Ibidem, p. 177. Ces auteurs envisagent l’exportation vers les ateliers d’amphores remplies de sel ou vides, mais on ne cerne pas l’utilisation d’amphores pour l’expédition de sel : la forme et le matériel ne semblent pas les plus aptes : fallait-il briser l’amphore pour en extraire le sel ?

107 Sétubal : occupation du ier au ive siècle. L’amphore dominante est la Beltran IV (I-II d.c.) produite aux environs. Les amphores de production locale Almagro 51 C et Almagro 50 montrent la continuité jusqu’au ier-ve siècle. L’importation de Beltran II pour les salaisons aurait précédé la production locale.

108 Vázquez Varela J. M., « El marisqueo en los castros de las Rías gallegas », Coloquio de etnografía marítima, Santiago, p. 109 sqq : étude des mollusques des Castros de La Lanzada, Baroña, Santa Tecla, A Suvidá.

109 F. Pérez Losada, Entre a cidade e a aldea. Estudio arqueohistórico dos « aglomerados secundarios » romanos en Galicia, Brigantium, 13, 2002, note 665, p. 336.

110 Dans d’autres cas (infra), on trouve de véritables salines dans la description d’ateliers de salaisons.

111 L’établissement d’Almuñecar (Grenade) en Méditerranée échappe au présent travail.

112 M. Ponsich, Aceite de oliva y salazones de pescado. Factores neoeconómicos de Bética y Tingitana, Madrid, Universidad Complutense, 1988, p. 28-29.

113 Etienne et Mayet, op. cit., p. 64-65.

114 Campos Carrasco J.M., Pérez Macías J. A., O Vidal Teruel N. de la ; Gómez Rodríguez A., « Las industrias de salazones del litoral onubense : los casos de “El Eucaliptal” (Punta Umbría), y el “Cerro del Trigo” » (Doñana, Almonte), Huelva en su historia, 2, 2002, 77-96.

115 Etienne et Mayet, op. cit., p. 64.

116 Le terme amphores bétiques doit être entendu dans un sens générique car l’étude des pâtes est à peine commencée et on tend à identifier avec la Bétique toutes les amphores de produits.

117 J. M. Hidalgo Cuñeiro, « Materiales arqueológicos del Castro de Vigo (España) », Setúbal arqueologica, VIII, 1987, p. 180.

118 Naviero López J.L., « Registro cerámico e intercambios en el Noroeste en la época romana », Fernández Ochoa C. (coord.), Los Finisterres atlánticos en la Antigüedad : época preromana y romana, col. Internacional, Electa, 1996, p. 201-202.

119 Naviero Lopez, op. cit., p. 100, note 88 ; p. 105, d’après Lanhas et Pinho, 1969, p. 304.

120 Campos et al., op. cit., p. 16, 88.

121 Etienne et Mayet, op. cit., p. 137.

122 Naviero, op. cit., p. 135.

123 L’importation de salaisons induite par la présence d’amphores indiquerait, peut-être à ce moment-là, l’absence de production de sel, à grande échelle. Ceci peut paraître contradictoire avec l’idée exprimée au début de notre travail à propos des phéniciens partis à la recherche du sel, et ouvrant de nouveaux marchés. Mais un millénaire s’est écoulé, l’usage du sel s’est généralisé, les salines se sont développées au moins à une petite échelle, de nombreux sites sont capables d’obtenir leur propre sel et de fabriquer leur propres salaisons.

124 Il pourrait s’agir de salines.

125 A nouveau, il pourrait s’agir de salines.

126 Les archéologues hésitent entre une datation d’époque romaine et une datation médiévale.

127 Dans les exemples portugais, il s’agit de bassins creusés directement dans le rocher : Naviero López, op. cit., p. 103-104.

128 Pérez Losada, op. cit., p. 264 note 531 ; Naviero López, op. cit., p. 100, suivant l’œuvre de Bouza et al., 1971, p. 65, et pag. 100 note 88.

129 Naviero Lopez, op. cit., p. 105, d’après Lanhas et Pinho, 1969, p. 304.

130 Naviero López, op. cit., p. 101-103.

131 Fernández Ochoa C., una industria de salazones de época romana en la Plaza del Marqués, excavaciones arqueo lógicas en la ciudad de Gijón, Gijón, 1994 ; A. Rodríguez Asensio, “Prospecciones de arqueología subacuática”, Asturiana, 1991-1994, p. 155.

132 Zone habitée depuis ier siècle apr. JC, après l’occupation du castro de la Campa Torres, l’ancien Noega des sources littéraires.

133 L’idée de villae productrice de sel a été avancée pour la région de Sigüenza : N. Morère, « L’exploitation romaine de sel dans la région de Sigüenza », Gerión. Homenaje al prof. Ponsich, Madrid, universidad Complutense, 1991, p. 223-235.

134 Campos et al., op. cit., p. 209.

135 Pérez Losada, op. cit., p. 252.

136 Pérez Losada, op. cit., p. 256.

137 La mention du commerce de sel des phéniciens serait la principale preuve pour l’Antiquité, à part le sel d’excellente qualité importé pour ses propriétés : Morère N., « La sal en la Península ibérica : los testimonios literarios », Hispania Antiqua, XVIII, 1994, p. 247-248.

138 Grande ressemblances avec les salines canariennes du xve siècle.

139 Uría Ríu, art. cit. p. 215 qui suit F. Selgas, « De Aviles a Cudillero », Revista de Asturias, 1880, p. 377-378.

140 Casariego J. E., Historia del derecho y de las instituciones marítimas del mundo hispánico, Madrid, 1947, p. 83.

141 Le toponyme « pozacos » survit sur la côte de Luarca.

142 Uría Ríu J., « Oviedo y Avilés en el comercio atlántico de la Edad Media », Boletín del Instituto de Estudios Asturianos, XXI, 1967, p. 212 et note 5, p. 212.

143 García Quirós M. P., « Reseña de las cartas arqueológicas de los Concejos de Avilés y Castrillón », Excavaciones arqueológicas en Asturias, 1995-1998, p. 206.

144 Uría Ríu, art. cit., p. 215.

145 Martínez Faedo, L., Adán Alvárez G., « Carta arqueológica de Pravia », Excavaciones arqueológicas en Asturias, 1991-1994, p. 196. Flavionavia : cité seulement par Ptolomée II,6,4 et non par Strabon, Pline ou Mela. Identifié dans la tabula Imperii avec Santianes de Pravia : Fernández Ochoa, op. cit., p. 256 ne cite pas d’agglomération mais uniquement une plus grande densité de population liée à la navigabilité du Nalón et et la possibilité d’y établir des sauneries. Le roi Silo y établit au viiie siècle la capitale du royaume astur. Plus que l’intérêt stratégique, il faut considérer l’importance de l’estuaire navigable.

146 Fernández Ochoa C., Asturias en la época romana, Madrid, 1982, p. 254.

147 Fernández Ochoa C., García Diaz P., Gil Sendito F., « La investigación sobre Gijón y su Concejo en época romana. Estado de la cuestión », dans C. Fernández Ochoa (coord.), Los Finisterres atlánticos, op. cit., p. 159.

148 Fernández Ochoa, Asturias en la época romana, p. 296-298.

149 González J. M., Vallés F., « Mansiones del trayecto de via romana Lucus Asturum-Lucus Augusti », Archivum, VI, 1957, p. 287-300.

150 Casariego, op. cit., p. 84.

151 Solana Sainz J. M. (ed.), Las entidades étnicas de la submeseta septentrional en época prerromana : el marco territorial, p. 16 anejos de Historia Antigua. Cf. Strabón III, 3, 7.

152 Fernández Ochoa, op. cit., p. 41.

153 Fernández Otal J. A., « Las vías pecuarias y las instituciones ganaderas de Aragón en el pasado », Las vías pecuarias del Reino de España : un patrimonio natural y cultural, Madrid, 2003, p. 77.

154 Etienne, Mayet, op. cit., p. 177.

155 86,8 % des amphores de vin et de salaisons étaient produites dans la zone de Cadiz : G. Chic García, “El comerciante y la ciudad” in C. González Román, A. Padilla Arroba, Estudios sobre las ciudades de la Bética, Granada, 2002, p. 139 A partir du iie siècle, diminution de la fabrication d’amphores de vin et salaisons : 57,8 % p. 143.

Auteur

Université Rey Juan Carlos – Madrid

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540