Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Première partie. Les sels marins avant les marais salants

Essai d’histoire du sel dans le monde grec

Cristina Carusi

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Ce travail se propose d’esquisser une histoire du sel dans le monde grec, en repérant dans les sources les politiques adoptées en matière d’exploitation du sel par les différentes poleis puis par les royaumes gréco-macédoniens. L’importance du sel – sur laquelle il serait superflu d’insister – dans plusieurs secteurs de l’activité humaine est bien explicitée dans les sources littéraires anciennes : il suffit de rappeler ici le célèbre passage de Pline dans la Naturalis Historia (XXXI, 73-105) sur les qualités et la valeur du sel. Cependant la possibilité de tracer un cadre cohérent et exhaustif des « politiques du sel » dans le monde grec se heurte à la rareté des témoignages capables de livrer des données explicites sur la gestion des salines et sur l’exploitation du sel, ces témoignages sont au demeurant dispersés dans un cadre chronologique et un espace géographique distendu. J’aimerais pourtant proposer un aperçu des données les plus significatives, susceptibles à la fois d’aider à tracer les premières lignes de cette histoire et de donner idée du chemin qui reste encore à parcourir.

2L’exemple le plus significatif est probablement celui d’Athènes et de l’Attique, dont la richesse documentaire et littéraire et l’information sur presque tous les secteurs de la vie ancienne sont ici prises en défaut par la difficulté de repérer des données relatives à la gestion de l’exploitation du sel.

  • 1 Pour l’identification des deux dèmes voir Traill J. S., Demos and Trittys : epigraphical and topog (...)
  • 2 Cf. Arrigoni E., « Elementi per una ricostruzione del paesaggio in Attica nell’epoca classica », N (...)

3Néanmoins l’existence de marais salants sur le territoire de l’Attique est attestée par les sources littéraires. Strabon rapporte que deux dèmes côtiers proches d’Athènes, connus par les toponymes de Ἀλαιεῖς oί Aἰξονικοι « salines d’Aixon » (IX, 1, 21) et de Ἁλαὶ Ἀрαφηνίδες « salines d’Araphen » (IX, 1, 22), – à identifier respectivement avec les localités actuelles de Voula, sur la côte occidentale de l’Attique, et de Loutsa, sur la côte orientale – évoquent la présence de marais salants rendue possible par les conditions environnementales des deux côtes qui se prêtent à la production du sel par évaporation solaire et donc à l’établissement de salines, aujourd’hui comme dans l’antiquité1. Xénophon signale la présence de salines dans la région marécageuse au nord et au nord-est du Pirée (Hel. II, 4, 30 et 34), connue sous le nom de Ἁλίπεδον, zone jadis occupée par la mer et devenue une plaine (Harp. s.v. Ἁλίπεδoν)2. Étant donné la conformation de cette plaine, la présence des salines n’a rien d’étonnant, car les zones marécageuses déprimées sont propices à la réception d’eaux marines soumises à évaporation solaire.

4D’ailleurs l’existence d’un type particulier de sel produit en Attique est rapportée par les auteurs romains : Pline rapporte que le sel attique, de goût peu amer, était un des plus aptes à la conservation de la nourriture (n.h. XXXI, 87) et Cicéron ironisait sur le sel attique – métaphore de « l’esprit attique » – réputé moins subtil que celui de la Rome citadine (Fam. IX, 15, 2). La production de sel attique ne devait pas être négligeable, si on en juge par sa réputation au-delà du domaine local. On ne possède pas de témoignages explicites sur le statut des salines et l’exploitation du sel. À la différence d’autres ressources du territoire, pièces de terre, mines ou carrières, on ne peut affirmer avec certitude que les salines faisaient partie des propriétés publiques de la cité. En effet ni les sources épigraphiques ni la littérature n’ont permis de repérer la mention d’un fonctionnaire préposé aux salines, ou d’esclaves publics qui y auraient travaillé ou d’une liturgie dédiée à leur gestion. Par ailleurs une exploitation indirecte est peu probable : contrairement aux autres ressources économiques citées ci-dessus, on ne dispose pas de contrats de location prouvant que la cité ou un dème ou un sanctuaire auraient confié la gestion des salines à des particuliers, ce qui aurait pu confirmer l’appartenance des salines aux propriétés publiques. On ne peut même pas repérer de notices relatives à l’existence d’impôts liés au sel, c’est-à-dire de mesures fiscales qui grevaient spécialement l’exploitation et la consommation du sel.

  • 3 Toutes les dates citées sont à entendre avant J.-C.
  • 4 Pour l’identification de la saline Young J.H., « Studies in South Attica : the Salaminioi at Porth (...)

5La seule saline dont on connaît le statut est une petite installation citée dans deux documents épigraphiques relatifs aux événements qui menèrent le genos des Salaminiens – c’est-à-dire une association des familles qui prétendaient avoir une origine commune et pratiquaient les mêmes cultes – à se diviser en deux groupes différents, le genos des Salaminiens des sept tribus et le genos des Salaminiens du Sounion. Selon le premier document (Agora XIX, n. L4a) en 363/2 la saline qui appartenait au genos, fut, comme les autres propriétés de l’association, partagée en deux parties délimitées par des pierres de bornage (ὄрoι), chacune destinée à un des deux nouveaux groupes3. Selon le deuxième document (Agora XIX, n. L4b) en 265/4 les deux groupes, qui après un siècle étaient désormais devenus deux gene séparés, parvinrent à un accord pour exploiter ensemble la saline4. Ces données permettent seulement de supposer que la saline était une petite installation en mesure de garantir une production de sel plutôt limitée ; en effet, à la différence des pièces de terre de propriété du genos, qui avaient été louées, il n’avait pas été estimé convenable de donner la saline en adjudication pour en tirer une rente en argent. On peut supposer que sur le territoire de l’Attique des salines qui n’appartenaient pas à la cité étaient exploitées par des particuliers à leur avantage.

  • 5 Cf. Ussher R.G. (éd.), Aristophanes. Ecclesiazusae, Oxford 1973, p. 188 ; Sommerstein A. H. (éd.), (...)

6Cela ne signifie pas que la cité ne pouvait pas adopter des dispositions politiques relatives au sel. Un témoignage garantit qu’un décret sur le sel fut promulgué à Athènes au début du ive siècle. Dans L’assemblée des femmes, représentée à Athènes en 391, Aristophane imagine que les femmes ont remplacé les hommes dans l’assemblée et donc dans le gouvernement de la cité ; parmi les premières dispositions de la nouvelle assemblée, un décret impose à tous les citoyens de transporter leurs biens dans l’agora pour les mettre en commun. Chrêmes, un des personnages de la comédie, est occupé à sortir ses biens de la maison ; un quidam qui n’a pas l’intention de se conformer à la nouvelle disposition dit à Chrêmes qu’il n’est pas nécessaire d’obéir si promptement aux nouvelles lois, car trop souvent des décisions prises même sous la pression du peuple sont ensuite révoquées ou non observées. Pour convaincre Chrêmes, le passant cite des exemples, notamment un décret relatif au sel et un autre sur la frappe de nouvelles monnaies de cuivre (vv. 812-814). Ce deuxième décret peut être daté de l’année 406, lorsque la cité, pour répondre aux graves problèmes économiques de la dernière phase de la guerre du Péloponnèse, décida d’introduire un monnayage en cuivre, tout de suite dévalué5. Il est probable que le décret sur le sel date de la même période : d’ailleurs le scholiaste qui a commenté ces vers (Σ Eccl. 813) souligne que le propos du décret était d’abaisser le prix du sel, même si la disposition resta lettre morte. Si cette affirmation ne peut être vérifiée, la tentative du gouvernement de réduire le prix d’un produit aussi important que le sel s’inscrit dans une situation économique détériorée durant les dernières années de la guerre.

  • 6 Cf. Fantasia U., « Il grano di Leucone e le finanze di Atene. Nota a Demostene, 20, 33 », ASNP, n° (...)

7Si on rappelle les soucis qu’Athènes accordait au ravitaillement de ses citoyens en céréales, on peut en tirer des conclusions sur son attitude à l’égard de l’exploitation du sel. Comme le sol de l’Attique ne suffisait pas à produire les céréales nécessaires aux besoins alimentaires de la population, le gouvernement de la cité était obligé d’adopter des mesures. À partir du ive siècle les dispositions politiques pour favoriser et contrôler les importations de céréales à Athènes se multiplièrent : d’abord on institua des fonctionnaires préposés à la surveillance des opérations d’importation et de vente de céréales sur le marché et d’autres qui s’occupaient des fluctuations des prix (les σιτoφύλακε῟ », les ἀγoрανόµoι ou les ἐπιµεληταὶ ; τoυ῝σίτoυ) ; en deuxième lieu la cité établit d’étroits rapports diplomatiques avec les gouvernements des principaux pays producteurs, tels les rois de Crimée ; enfin des lois protégèreent en faveur de la cité les contrats et les routes des marchands athéniens qui transportaient des céréales. Cette activité politique et diplomatique a laissé beaucoup de traces dans les sources littéraires et épigraphiques6.

8On peut formuler une hypothèse : même si le défaut de témoignages relatifs au sel peut être en partie attribué au hasard des découvertes épigraphiques ou de la conservation des textes littéraires, la difficulté de repérer le matériel nécessaire pour reconstruire une politique du sel à Athènes suggère que l’exploitation du sel était marginale dans les soucis du gouvernement de la cité.

9En effet, le sel, produit essentiel, ne posait pas à Athènes les difficultés d’approvisionnement des céréales car, comme on a déjà remarqué, le territoire de l’Attique possédait plusieurs sources salines qui offraient une production suffisante pour les besoins de la population. Par conséquent il n’est pas étonnant que le sel ait laissé si peu de traces dans les documents officiels et dans la littérature historique et oratoire : il s’agissait d’un produit qui n’appelait pas les soins de la législation et de la diplomatie athéniennes au plus haut niveau. La remarque concorde avec le cadre tracé ci-dessus, selon lequel le sel fut l’objet d’une disposition législative spécifique seulement durant les dernières années de la guerre du Péloponnèse : la promulgation d’un décret pour limiter le prix d’un produit comme le sel, qui dans des conditions normales était très facile à repérer, s’explique par la grave crise économique traversée pendant cette période ; à cela il faut ajouter qu’à cause des fréquentes incursions des Lacédémoniens, la cité avait perdu le contrôle de la majeure partie de son territoire et, selon toute probabilité, ne disposait plus de toutes ses ressources de sel.

10Les mêmes considérations peuvent être étendues aux autres poleis grecques, où la rareté des témoignages relatifs au sel est semblable – sauf exception – à celle d’Athènes. En Méditerranée les conditions climatiques et environnementales, favorables à l’installation de marais salants et à l’évaporation solaire des eaux marines, n’ont pas incité les poleis à s’occuper directement d’exploitation du sel, mais au contraire à laisser aux particuliers l’initiative de le produire et d’en faire commerce.

  • 7 Cf. Savelkoul A., « Sur une épigramme de Lébène (Inscr. Creticae, I, 17, 21) », BIBR, n° 55/56, 19 (...)

11Les exceptions sont confirmées par des documents épigraphiques qui notent l’existence de salines liées à trois importants sanctuaires citadins. La première inscription remonte au milieu du vie siècle, elle est importante et constitue – à ma connaissance – le premier document mentionnant le mot sel (ἅλ῟, ἁλό῟). Il s’agit d’une petite lame d’argent gravée boustrophédon sur les deux faces, découverte dans les fouilles du temple d’Artémis à Éphèse (I. von Ephesos 1). Le texte enregistre les revenus du temple, leur montant et leur provenance, sans préciser s’ils sont relatifs à une période de temps donnée ou à une circonstance précise : parmi ces revenus figurait aussi le sel (A, l. 7 ; B, l. 3). Il est probable que le sanctuaire possédait des salins, dont l’exploitation – directe ou indirecte – fournissait des recettes pour le trésor de la déesse, il s’élevait dans un paysage marécageux, favorable à l’installation de salines. La deuxième inscription (IC I, XVII, 2), datable du iie siècle, provient du sanctuaire d’Asclépios à Lébène, une petite ville sur la côte méridionale de l’île de Crète, assujettie à la cité de Gortyne. Ce document contient le passage des consignes entre le gardien du temple, le naokoros, et son successeur : dans l’inventaire des biens placés sous la garde du naokoros et qui devaient être remis au dieu et à son successeur, sont probablement citées des salines (l. 3 : ἅλαν῟). Malheureusement la phrase en question qui présente des lacunes ne peut être lue dans son intégrité : —]αν῟ ἅλαν῟ τὰ῟ τω῝ θιω῝ παρδιδόμεν τòν τόκ' ἀ’[στάµενoν—« […] il faut que celui qui laisse sa charge remette les salines au dieu […] ». Du reste, l’interprétation du mot ἅλαν῟ comme « salines » n’est pas la seule possibilité, car on peut lire la même séquence de lettres avec l’esprit doux (ἄλαν῟) et la traduire comme « les autres », même si dans ce cas on ne pourrait déterminer à quel substantif se réfère l’adjectif. On ne peut donc écarter la possibilité que le sanctuaire d’Asclépios ait possédé des salines gérées par le gardien du temple et dont les recettes appartenaient au dieu7.

  • 8 Cf. Magie D., Roman Rule in Asia Minor, Princeton 1950, p. 164-166 ; Sherwin-White a. N., Roman Fo (...)

12La dernière inscription, provenant de Priène, sur la côte occidentale de l’Asie Mineure, datable du début du ier siècle (IP 111), quand la cité faisait désormais partie de la province romaine d’Asie, créée grâce à l’hérédité du dernier roi attalide qui en 133 avait laissé son royaume au peuple romain. Au moment de la création de la province les ressources économiques qui avaient appartenu aux rois attalides furent déclarées propriétés du peuple romain et leur gestion confiée à des societates publicanorum, de fermiers, qui avaient obtenu en adjudication de l’État le droit de les exploiter. À côté des propriétés du peuple romain, chacune les cités de la province – sur la base de ses rapports avec l’État romain – avait gardé des ressources économiques et le droit d’en percevoir les recettes. Cela provoquait souvent, entre les societates et les cités, des conflits pour la gestion de certaines ressources dont le statut n’avait pas été éclairé avec certitude par les autorités romaines8.

13La même situation se vérifia à propos de salines qui appartenaient au temple d’Athéna, principal sanctuaire de la cité de Priène, mentionnées dans un long décret en l’honneur de Krates, un citoyen bienfaiteur de sa cité, qui était intervenu aussi pour défendre les salines du temple contre les prétentions des publicains. Dans un premier temps Krates avait convaincu le proconsul d’Asie de ne pas céder les salines aux publicains et de les confier à la cité (ll. 115-117) ; cependant les violences des publicains avaient continué (ll. 118-119) et l’année suivante Krates s’était adressé au nouveau gouverneur de la province, qui encore une fois avait décidé en faveur de Priène, en attendant que le sénat, à Rome, ait prononcé un jugement définitif sur la question (ll. 139-143). Malheureusement l’inscription, mutilée, empêche de connaître la conclusion du conflit ; cependant les événements narrés confirment l’existence d’un lien entre le sanctuaire et la gestion de salines.

  • 9 Cf. Ampolo C., « The economics of the sanctuaries in Southern Italy and Sicily », dans T. Linders (...)

14Les temples et sanctuaires des cités grecques possédaient de nombreux biens, dont les recettes servaient à payer les cultes et à financer les fêtes des dieux, auxquelles tous les citoyens participaient ; même si le propriétaire était le dieu auquel le temple était dédié, la gestion des ressources était attribuée aux administrateurs du temple qui étaient des fonctionnaires civiques9. Les trois inscriptions examinées démontrent, en certains cas, l’existence de salines dont l’exploitation n’étaient pas laissée à des particuliers. Malheureusement les modes d’exploitation ne sont pas connus – on ne sait pas, par exemple, si la gestion des salines était directe ou indirecte ; cependant les trois cas suggèrent la participation à l’exploitation des salines – à travers l’administration du sanctuaire – des autorités civiques, représentantes de toute la communauté.

15En ce qui concerne le domaine fiscal, le témoignage le plus intéressant est, à mon avis, un passage tiré du traité économique attribué à Aristote (1346b). La deuxième partie du traité, datable du dernier quart du ive siècle, est un recueil d’anecdotes relatives aux stratagèmes « financiers » mis au point par certains personnages ou des cités pour accroître leurs revenus. L’un d’eux concerne les mesures adoptées par la cité de Byzance pour répondre à un grave manque d’argent : location de terrains ou d’espaces publics, mais aussi, à ce qu’il parait, vente du droit de faire commerce du sel au marché. Malheureusement le passage, trop vague, interdit de déterminer son sens précis. Comme il s’agissait d’une mesure d’urgence, il n’est pas nécessaire de supposer la création d’un véritable monopole de la cité sur la production et le commerce du sel ; il me semble plus pertinent de penser à une sorte d’impôt sur le commerce du sel, destiné à accroître les revenus publics : cela signifie qu’au moins une cité avait compris les potentialités fiscales d’un produit d’aussi grande consommation que le sel – même si l’impôt fut seulement une mesure provisoire.

16Le cadre des sources est différent dans l’Égypte des Lagides, où les conditions climatiques et environnementales favorables ont permis la conservation de nombreux témoignages papyrologiques, mais relativement à la masse de données qui concernent le système administratif du royaume et la vie privée des habitants, les informations traitant de la production et de l’exploitation fiscale du sel au temps des Lagides (iiie-ier siècle) sont réduites. Néanmoins l’existence en Égypte de nombreuses sources de production du sel est bien attestée par les témoignages littéraires. Pline (n.h. XXXI, 82) rappelle que tout le delta du Nil se prêtait à la création de marais salants ; déjà Hérodote avait signalé la présence, sur deux branches du delta, d’ateliers pour la production de poisson salé (Hdt. II, 15,1 ; II, 113, 1), sans doute liés aux salins. Selon Pline un lac près de Memphis – sans doute le lac Moeris – fournissait du sel par évaporation solaire (n.h. XXXI, 75) : la production de sel était liée à la présence d’une activité florissante de salaisons du poisson du lac, déjà bien installée au moins au ve siècle (Hdt. II, 149, 6 ; Hecat. FGrHist 264 F 25). Outre les marais salants il y avait aussi des mines de sel gemme, qu’un roi de la dynastie des Ptolémées avait découvertes près de Péluse (Plin. n.h. XXXI, 78) ; dans les alentours de Péluse, Vitruve signalait enfin la présence de lacs dont le sel cristallisait à la surface (VIII, 3, 7).

  • 10 Cf. Préaux C., L’économie royale des Lagides, Bruxelles 1939, p. 436-459.
  • 11 La correspondance et les comptes privés fournissent de nombreuses références au sel, mais leur uti (...)

17Les principaux produits naturels du royaume appartenaient par principe au roi et les gains tirés de leur exploitation et de leur commerce devaient revenir au trésor royal ; ce monopole, qui intéressait plusieurs richesses économiques du pays, était assuré par le contrôle exercé par les fonctionnaires de l’administration royale sur toutes les activités, de la production à la vente des produits. Ces activités étaient conduites par des employés de l’administration ou par des particuliers qui avaient acheté aux enchères le droit de les exercer sous le contrôle strict de fonctionnaires10. Pour le sel les témoignages ne permettent pas de reconstituer le déroulement de l’opération qui allait de la production à la vente, à différence, par exemple, du monopole de l’huile11.

18Néanmoins deux documents démontrent que le commerce du sel était non pas libre mais contrôlé directement par l’administration royale. Le premier (PTebt 732) est une sorte de relation envoyée vers 140 par un fonctionnaire subalterne, probablement un basilikogrammateus, à un autre fonctionnaire de grade plus élevé, le dioketes, l’administrateur du trésor au niveau local. Dans sa relation, malheureusement mutilée, le premier fonctionnaire référait que l’epimeletes un troisième fonctionnaire responsable des revenus au niveau local avait vendu aux enchères la quantité de sel qui devait être mise dans le commerce de son district selon les ordres du même dioiketes. Le deuxième document (SB XVI 12416), datable de 225, est le résumé, en grec, d’une déclaration en démotique, dont le texte n’est plus lisible : selon le résumé qui contient l’essentiel, la déclaration avait été fournie par trois personnages qui se portaient garants d’un quatrième, responsable d’une vente de sel gemme pour un montant de 455 drachmes, qui devait être versé à la banque royale. C’étaient bien les fonctionnaires royaux qui disposaient du sel destiné à la vente : les marchands pouvaient acheter à l’encan le droit de commercer des quantités données contre le paiement de la somme offerte ; ainsi, les revenus du trésor étaient assurés sans courir les risques du marché, d’autant que les marchands qui ne pourraient payer le prix fixé étaient couverts par des garants.

  • 12 Sur l’aliké Uebel F., « Die frühptolemäische Salzsteuer ». Atti dell’XI Congresso Internazionale d (...)

19Un nombre élevé de témoignages, pour la plupart du iiie siècle, font référence à l’existence d’un impôt appelé ἁλική, (« la salée ») ; ce sont surtout des déclarations de contribuables servant de base au calcul de l’impôt ou des reçus délivrés par les percepteurs de l’impôt. L’étude de ce matériel a permis de comprendre que l’aliké était un véritable impôt personnel, qui grevait toute la population du royaume, d’origine grecque ou égyptienne, à l’exception de quelques catégories privilégiées, telles que les pédotribes et les vainqueurs des jeux. Le taux de l’impôt semble varier exclusivement sur la base du sexe et de la condition personnelle : les femmes payaient moins que les hommes et les esclaves ne payaient qu’une demi-taxe12. Même si le nom de l’impôt suggère un lien manifeste avec le sel, les témoignages disponibles démontrent qu’au iiie siècle l’aliké était un impôt personnel sans relation effective avec la consommation ou l’achat de sel. Il est probable qu’à l’origine, l’impôt qui remonte probablement à une époque antérieure à la conquête de l’Egypte par Alexandre le Grand et à la création successive du royaume lagide, avait un lien avec le sel, mais il est encore impossible de le déterminer.

  • 13 Ibidem.

20Dans cette situation la récente publication d’un papyrus de la deuxième moitié du iie siècle donne de nouveaux aperçus sur le monopole du sel et son lien avec l’aliké13. Il s’agit d’une relation, malheureusement mutilée, envoyée par Démétrios, l’ἀντιγрαφόμενo῟ τὴν ἁλικήν un fonctionnaire, à en juger par son nom, chargé de la supervision de l’aliké à l’epimeletes Ptolémaios. Démétrios réfère avoir pris sur le fait un ouvrier appelé Tothoes qui, dans sa propre maison, était en train de concasser du sel gemme détenu illégalement. Les données offertes sont d’un grand intérêt : le document peut être considéré comme le premier témoignage explicite de l’existence d’un monopole royal sur la production du sel, monopole que, jusqu’à présent, les sources disponibles laissaient seulement supposer ; il atteste du contrôle exercé par les fonctionnaires afin de garantir le respect de ce monopole car il est probable que Tothoes était un ouvrier de la mine qui avait dérobé du sel gemme et le concassait illégalement afin d’en tirer de l’argent, en violation du monopole, il confirme aussi le rôle joué par l’epimeletes dans la gestion des monopoles au niveau local : la relation de Démétrios était en effet adressée à un epimeletes, le même fonctionnaire qu’on a déjà vu responsable de la vente aux enchères du droit de faire commerce du sel. Enfin il faut souligner l’intérêt suscité par l’appellation du fonctionnaire qui avait envoyé la relation, l’antigraphomenos ten alikén, cité ici pour la première fois : à juger de cette appellation, Démétrios ne devait pas être chargé seulement du contrôle du monopole de la production du sel selon ce qui ressort de sa relation – il avait aussi des attributions liées à l’aliké. Même si celles-ci restent mal connues, le fait suggère qu’au moins à l’origine un lien a bien existé entre le sel et l’aliké, qui, de quelque manière, demeurait perceptible au iie siècle.

21L’existence d’un impôt appelé aliké est attestée aussi pour le royaume des Séleucides : un passage de Flavius Josèphe (Ant. XII, 142) révèle qu’Antiochos III avait dispensé le sénat, les prêtes, les scribes et les chanteurs du temple de Jérusalem du paiement de la capitation, de l’impôt pour la couronne et de l’aliké. On peut se demander si l’impôt était levé seulement en Palestine, car précédemment la région avait appartenu au royaume des Lagides, ou le paiement de l’aliké est attesté ; on ne peut totalement exclure que les Séleucides aient décidé d’adopter une mesure qu’ils trouvèrent déjà en vigueur au moment de l’annexion de la nouvelle province en l’an 200.

  • 14 À propos de l’aliké dans le royaume des Séleucides voir surtout Bikerman E., Institutions des séle (...)

22Cela semble démenti par la découverte à Séleucie du Tigre d’un grand nombre de bulles d’argile qui devait fermer des documents, désormais perdus, et qui portaient gravé le sceau suivant : AΛIKHΣ ΣEΛEYKIAΣ (« de l’aliké de Séleucie »), suivi de la date et de la légende ATEΛΩN (« de ceux qui sont exemptés de l’impôt ») ou, en alternative, EΠITEΛΩN (« de ceux qui sont sujets à l’impôt »). Malheureusement l’interprétation de ces inscriptions, qui remontent à la période 249-154, n’est pas simple et les savants ne sont pas parvenus à s’accorder sur leur véritable valeur : il est probable que ces bulles témoignent de la perception d’un impôt lié au sel, mais on ignore le fonctionnement de cet impôt14.

23En ce qui concerne la production et le commerce du sel dans les autres royaumes fondés par les successeurs d’Alexandre, il est impossible de dire si l’État jouait le même rôle prépondérant dans la gestion de ces activités. Une bonne partie des territoires englobés dans ces royaumes était précédemment comprise dans plusieurs états du Proche Orient qui avaient été occupés par l’Empire Perse : l’appareil administratif de ces royaumes devait être probablement influencé par la tradition proche-orientale, où la gestion des ressources naturelles était, en grande partie, assujettie au contrôle des administrations royales et faisait souvent l’objet de prélèvements fiscaux.

  • 15 Cf. Franco C., Il regno di Lisimaco, Pisa 1993, p. 125-127.

24À ce propos il faut citer un fragment très intéressant de l’œuvre historique de Phylarque, rapporté par Athénée (FGrHist 81 F 65), qui concerne les salines de Tragasai, une localité proche de Troie sur la côte occidentale de l’Asie Mineure, où l’eau de sources salées évaporait sous l’action du soleil et du vent en laissant sur le terrain un sel réputé, selon les auteurs grecs et romains. Selon Phylarque, lorsque le roi Lysimaque décida au début du iiie siècle de lever un impôt sur le sel de Tragasai, que jusqu’à ce moment chacun pouvait recueillir, les salins cessèrent de produire et le sel ne revint que quand le roi, étonné, eut décidé d’abolir l’impôt. Bien entendu il ne faut pas prendre à la lettre le récit : l’insistance sur la faute de Lysimaque et sur la vengeance des éléments naturels révèlent le ton moralisateur de l’anecdote ; d’ailleurs la description de la situation de liberté antérieure à l’intervention du roi ne doit pas être nécessairement considérée comme une donnée réelle, elle tend à souligner l’arrogance du souverain15.

25Il est probable, comme on l’a déjà supposé, que le récit trouve son origine dans le milieu religieux du temple voisin d’Apollon Smintheus, principal sanctuaire de la région, qui exerçait peut-être une sorte de contrôle sur la gestion des salines avant l’intervention du souverain : on peut donc supposer que son but était de démontrer l’opposition divine aux modifications de la situation économique traditionnelle. En définitive il est probable que l’anecdote relate la notice d’une tentative de la part du souverain d’imposer un contrôle royal sur l’exploitation des salines, tentative combattue par l’opposition des prêtres du sanctuaire. Il s’agit, à mon avis, d’un témoignage significatif du changement de perspective économique et fiscale qui s’est opéré lors du passage de la réalité locale des poleis classiques à celle, plus vaste et plus complexe, des royaumes fondés par les successeurs d’Alexandre.

Notes

1 Pour l’identification des deux dèmes voir Traill J. S., Demos and Trittys : epigraphical and topographical studies in the organization of Attica, Toronto 1986, p. 128 et 136 ; Talbert J. a. (dir.), Barrington Atlas of the Greek and Roman World. Directory II, Princeton 2000, p. 907 et 908. Pour la description des deux côtes dans l’antiquité voir Steph. Byz. s.v. Ἁλαὶ Ἀραφηνίδε῏ καὶ Ἁλαὶ Aἰδονίδε ; et à l’époque actuelle, Kotzias N. C., « Δημοτικòν ψή’σμα . Ἁλω῝ν τω῝ν Ἀραφηνίδων », AE, 1925-1926, p. 168-177, en particulier p. 172 ; Eliot C. W., Coastal Demes of Attika, Toronto 1962, p. 25-27.

2 Cf. Arrigoni E., « Elementi per una ricostruzione del paesaggio in Attica nell’epoca classica », NRS, n° 51, 1967, p. 268-296, en particulier p. 286 ; Arrigoni E., » Elementi per una ricostruzione del paesaggio in Attica nell’epoca classica », NRS, n° 52, 1969, p. 265-322, en particulier p. 280-281 ; Panagos C. T., Le Pirée. Étude économique et historique depuis les temps les plus anciens jusqu’à la fin de l’empire romain, trad. franç. par A. Mirambel, Athènes 1968, p. 40-42 ; Garland R., The Piraeus from the fifth to the first century B.C., London 1987, p. 7.

3 Toutes les dates citées sont à entendre avant J.-C.

4 Pour l’identification de la saline Young J.H., « Studies in South Attica : the Salaminioi at Porthmos », Hesperia, n° 10, 1941, p. 163-191, en particulier p. 179-181 ; Talbert J. A., op. cit., p. 911.

5 Cf. Ussher R.G. (éd.), Aristophanes. Ecclesiazusae, Oxford 1973, p. 188 ; Sommerstein A. H. (éd.), The Comedies of Arisophanes : vol. 10. Ecclesiazusae, Warminster 1998, p. 209.

6 Cf. Fantasia U., « Il grano di Leucone e le finanze di Atene. Nota a Demostene, 20, 33 », ASNP, n° 17/1, 1987, p. 89-117, en particulier p. 111-117 ; Migeotte L., L’économie des cités grecques, Paris 2002, p. 122-123, 125-126, 131.

7 Cf. Savelkoul A., « Sur une épigramme de Lébène (Inscr. Creticae, I, 17, 21) », BIBR, n° 55/56, 1985-1986, p. 4756, en particulier p. 54-55 ; pour l’interprétation traditionelle voir Bultrighini U., « Divinità della salute nella Creta ellenistica e romana. Ricerche preliminari », RCCM, n° 35, 1993, p. 49-117, en particulier p. 96-99.

8 Cf. Magie D., Roman Rule in Asia Minor, Princeton 1950, p. 164-166 ; Sherwin-White a. N., Roman Foreign Policy in the East, 168 B.C. – A.D. 1, Londres 1984, p. 235-238.

9 Cf. Ampolo C., « The economics of the sanctuaries in Southern Italy and Sicily », dans T. Linders et B. Alrosli (dir.), Economics of Cult in the Ancient Greek World, Uppsala, 1992, p. 25-28 ; Ampolo C., « I terreni sacri nel mondo greco in età arcaica e classica », dans E. Lo Cascio et D. W. Rathbone (dir.), Production and Public Powers in Classical Antiquity, Cambridge, 2000, p. 14-19.

10 Cf. Préaux C., L’économie royale des Lagides, Bruxelles 1939, p. 436-459.

11 La correspondance et les comptes privés fournissent de nombreuses références au sel, mais leur utilité est plutôt réduite, parce que les indications relatives au prix, à la quantité et à la qualité se trouvent rarement réunies dans un seul texte : le plus souvent on enregistrait seulement la somme déboursée, qui pouvait varier d’une obole environ pour la consommation domestique jusqu’à 200 drachmes pour la fourniture de collectivités importantes, mais on ne notait pas la quantité. En définitive cela témoigne de la diffusion du sel parmi la population, mais ne suffit pas pour obtenir des renseignements sur sa valeur commerciale. Une liste des documents dans Bandi L., « I conti privati nei papiri dell’Egitto greco-romano », Aegyptus, n° 17, 1937, p. 349-451, en particulier p. 407 ; Cadell H., « Problèmes relatifs au sel dans la documentation papyrologique ». Atti dell’XI congresso internazionale di papirologia, milano 2-8 settembre 1965, Milano 1966, p. 272-285, en particulier p. 277, n. 4.

12 Sur l’aliké Uebel F., « Die frühptolemäische Salzsteuer ». Atti dell’XI Congresso Internazionale di Papirologia, milano 2-8 settembre 1965, Milano, 1966, p. 325-368.

13 Ibidem.

14 À propos de l’aliké dans le royaume des Séleucides voir surtout Bikerman E., Institutions des séleucides, Paris 1938, p. 112-114 ; sur les bulles l’étude la plus récente est de Mollo P., « Il problema dell’ἉΛLIKH seleucide alla luce dei materiali degli archivi di Seleucia sul Tigri », dans m.-F. Boussac et A. Invernizzi (dir.), Archives et sceaux du monde hellénistique, Paris, 1996, p. 145-156.

15 Cf. Franco C., Il regno di Lisimaco, Pisa 1993, p. 125-127.

Auteur

École Normale Superieure, Pise

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540