Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Première partie. Les sels marins avant les marais salants

Le sel « chauffé » des baies marines en Armorique-sud durant les Ve et IVe millénaires av. J.-C. : à la recherche (ouest-européenne) de croyances et de faits techniques

Serge Cassen, Pierre-Arnaud de Labriffe et Loïc Ménanteau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le sel est une puissance insidieuse qui travaille aux confins de la terre et de l’eau. Le sel se dissout et se cristallise, il est un « Janus matériel », nous disait Bachelard. Il est la substance la plus volatile d’une culture matérielle que l’archéologue des périodes anciennes tente de restituer. Nous reprendrons ici quelques hypothèses de départ et, en rappelant leurs attendus, nous tenterons de prolonger leur efficacité heuristique en les testant plus avant sur des contextes archéologiques déjà pressentis, ou totalement inédits.

Le fil de la recherche

  • 1 Cassen S., Le Centre-Ouest de la France au IVemillénaire av. J.-C., Oxford, BAR International Seri (...)
  • 2 Boujot C., Cassen S., « Les Vestiges céramiques des chantiers II et V », dans Cassen S., Scarre C. (...)
  • 3 Weller O., Les Premières formes d’exploitation du sel durant le Néolithique et le Chalcolithique e (...)

2L’idée que le sel marin puisse en France faire l’objet d’une exploitation rationnelle dès le Néolithique fut avancée par nous-même au milieu des années 19801, grâce à l’observation d’une catégorie de récipients très standardisés découverts dans les enceintes de fossés interrompus du Poitou-Charentes. Au-delà de nos arguments morpho-techniques et environnementaux (une forme tronconique évasée, à montage rapide, dans une pâte argileuse à inclusions d’origine marine, à fort taux de fragmentation, en fortes densités sur des sites en bordure de l’ancien Golfe des Pictons2), O. Weller a pu par la suite démontrer, par des analyses physico-chimiques pertinentes, les taux de chlore anormalement élevés dans les tessons mis en cause3, validant par l’obtention de la preuve une hypothèse jusqu’ici contestée dans la région.

  • 4 Boujot C., Cassen S., « Le Développement des premières architectures funéraires monumentales en Fr (...)

3Puis, c’est encore le sel que nous présentions comme l’une des sources possibles de richesse en décrivant l’extraordinaire développement des architectures funéraires monumentales en Armorique-sud, dont certaines parmi les plus anciennes sont à un seul personnage ou lignage destinées, ainsi que l’accumulation de biens socialement très valorisés comme les lames de haches polies en jadéite alpine ou la variscite ibérique, signes incontestables de cette affirmation des inégalités sociales décelables dès la première moitié du Ve millénaire4. Cette fois, les éléments matériels nous manquaient et seule la « théorie » prévalut.

  • 5 Boujot C., Cassen S., « Explorations du tertre de Lannec er Gadouer. Les fouilles de 1993 à 1997 » (...)
  • 6 Cassen S., « La fabrication du sel. Une hypothèse fonctionnelle pour la forme céramique du caveau (...)

4Une troisième étape dans ce processus de reconnaissance s’est progressivement construite autour de la découverte d’une forme céramique singulière contenue dans le caveau fouillé à Lannec er Gadouer5 en Erdeven (Morbihan – fig. 1, 2), forme inconnue du corpus armoricain alors répertorié. Il est vrai, tout d’abord, qu’une morphologie aussi spécifique supposait un certain degré de « spécialisation » dans l’emploi de l’objet. Si, au surplus, une même tendance morpho-fonctionnelle pouvait être repérée au sein des systèmes techniques de sociétés aussi éloignées que possible les unes des autres, attestant ainsi le même usage pratique, on réalisait le gain immédiat pour notre enquête6. Nous passerons donc brièvement en revue les deux contextes choisis pour l’analogie des contenants : l’exemple sub-actuel du Mexique, et la référence archéologique trouvée à l’Âge du Fer.

5De fait, deux grandes catégories de récipients sont universellement mises en œuvre pour le chauffage de la saumure, toutes deux soumettant la plus grande surface possible du contenant à l’action du feu et offrant des parois relativement minces et sans grandes finitions (à l’extérieur), parfois même poreuses, quand il s’agit de céramiques :

  • d’une part, les vases tronconiques à fond étroit renforcé, aplati ou conique ; godets plus ou moins profonds, aux ouvertures plus ou moins évasées, rondes ou quadrangulaires ;
  • d’autre part, les contenants à fond plat et parois rectilignes peu élevées, sub-verticales, à ouverture circulaire ou quadrangulaire pour la céramique, quadrangulaire dès qu’intervient le métal dans leur confection.

6En résumé, une surface de contact d’orientation verticale ou au contraire opérant efficacement à l’horizontale.

  • 7 Hamon G., Les productions céramiques au Néolithique ancien et moyen dans le nord-ouest de la Franc (...)

7L’attention soudainement portée à cette forme céramique permit aussitôt de relever de l’anonymat des individus mal classés ou oubliés des registres du Néolithique armoricain et français. Régionalement, le fait que les caveaux des grands tumulus aussi prestigieux que Saint-Michel à Carnac (fig. 1) et Er Grah à Locmariaquer7 puissent contenir un type aussi singulier de récipient, à l’exclusion de toute autre poterie, juxtaposé aux mobiliers les plus exotiques et les plus rares, pondérait notre hypothèse d’une manière on ne peut plus favorable.

Figure 1 : aires géographiques ouest-européennes considérées ; sites mentionnés dans le texte, en relation avec une exploitation attestée du sel. Récipients à saumure pour fourneaux des ateliers salifères : modèles attestés (Lorraine, Mexique) et supposés (France, Espagne, Portugal).

Figure 1 : aires géographiques ouest-européennes considérées ; sites mentionnés dans le texte, en relation avec une exploitation attestée du sel. Récipients à saumure pour fourneaux des ateliers salifères : modèles attestés (Lorraine, Mexique) et supposés (France, Espagne, Portugal).
  • 8 Ibidem, pl. 36.

8Quelle pouvait être, en effet, la fonction de contenants distingués dans le corpus céramique archéologique autant que dans les viatiques de personnages aussi considérables ? Pourquoi les assemblages archéologiques « domestiques » n’en contiennent pas, tandis que le site des hémicycles d’Er Lannic – site « cultuel » par excellence – en conserve8 ?

Les modèles comparés

  • 9 Faute de place au sein du volume de publication des actes, une version longue de notre communicati (...)

9Rappelons quels furent les éléments constituants de notre hypothèse fonctionnelle relative à la forme céramique d’Erdeven9, tous issus de contextes ethnographiques observables (Mexique actuel), de témoignages historiques récents dans un environnement proche et comparable (Normandie du xviiie siècle) et de relations archéologiques avérées quant à cette fabrication des sels ignigènes (Âge du Fer français).

Les Salines du Mexique contemporain

  • 10 Liot C., Les salines préhispaniques du bassin de Sayula (occident du Mexique) : milieu et techniqu (...)

10Au Mexique, la morphologie des contenants céramiques actuels, également destinés au chauffage de solutions concentrées en sel10, suit le même patron qu’à Lannec er Gadouer (fig. 1). Autre fait plus intéressant, s’y ajoutent dans le cas des salines préhispaniques du bassin de Sayula un certain nombre de caractéristiques qu’il nous faut ici rappeler :

  • les fosses à bords droits assurant la filtration/lixiviation des terres salées se présentent bien souvent en files parallèles, rassemblées par couples ou triades, reliées par une communication étroite de 10 cm de diamètre reliant les parties basales aplaties, permettant ainsi à la saumure de s’écouler dans la fosse de stockage voisine, aidée en cela par une légère et naturelle pente du terrain ;
  • les fosses de stockage de la saumure sont de même forme circulaire et l’étanchéité des bords est également obtenue avec de l’argile et des pierres plaquées aux parois ;
  • les fosses de combustion sont souvent à bords droits tapissés d’argile crue, de pierres ou de tessons de céramiques amalgamés à cette argile, permettant ainsi une réflexion de la chaleur qui ne devait d’ailleurs jamais dépasser les 100 °C au risque de brûler le sel ou de faire éclater les cristaux ; les céramiques à fond plat et parois peu élevées étaient « calées » dans un mélange d’argile sèche, de végétaux et de tessons de poteries, au-dessus de la chambre de chauffe détruite après emploi ; le produit obtenu est assimilable à une pâte de sel ;
  • les déchets (terres lixiviées) sont accumulés à proximité de l’aire de filtration sous forme de monticules.

11C’est l’ensemble marquant de ces éléments réunis qui, à nos yeux, forme système « visuel » et permet sur site archéologique de reconnaître, par la somme des indices convergents, de semblables procédés techniques quand, de surcroît, le contexte environnemental s’y prête admirablement.

Les gisements de Lorraine et du Nord-Pas-de-Calais au cours du dernier millénaire avant J.-C.

  • 11 Cassen S., « La fabrication du sel. Une hypothèse fonctionnelle pour la forme céramique du caveau (...)

12Dès le Bronze final en Lorraine, dans la vallée de la Seille, certains récipients-types utilisés pour la concentration et le chauffage de la saumure issue du sel gemme sont strictement identiques au vase de Lannec er Gadouer. Ce fut notre point de départ, tout intuitif11 ; mais ajoutons maintenant les traits techniques et environnementaux qui caractérisent ces productions et qui nous autorisent d’échafauder l’établissement d’un pont vers les contextes plus anciens.

  • On note ainsi que le filtrage des eaux à Sorrus (Pas-de-Calais) se manifeste par une série de structures excavées, parfois cuvelées, dont deux sont reliées par un fossé drainant, probables réceptacles étanches destinés à recueillir les eaux lixiviées et à stocker l’eau douce12. À Vignacourt (Somme), le traitement par lixiviation semble aussi bien établi par deux cuves encastrées sur le flanc d’une dépression multilobée. Ces fosses se caractérisent par leur forme cylindrique à fond plat, et possèdent un revêtement, sur le fond et sur les parois, formé de grès anguleux lié à l’argile et au sable.
    Les dégraissants choisis pour les godets sont sableux, ou végétaux, voire coquilliers, créant une forte porosité et agissant comme des aérateurs permettant de maximiser les échanges thermiques entre intérieur et extérieur du récipient au cours de l’évaporation dans le fourneau13.
    On remarque une forte densité de structures destinées à récolter l’eau de ruissellement dans la couche de sable superficiel, qui témoigne de la nécessité d’avoir en permanence à disposition un approvisionnement important en eau, afin de diluer les boues ou sables salés ramenés du littoral (un littoral moins éloigné que l’actuel – 3,5 km contre 9 km) et de les transformer en saumure, directement utilisable dans les fourneaux.
  • Seilles à Moyenvic (Moselle, France), au lieu-dit « les Crôleurs », permet pour cette même époque de réunir à nouveau des types céramiques semblables et des caractères morpho-techniques du site productif convergents, poussant dans le sens souhaité par notre enquête.
  • 14 Olivier L., « Le Briquetage de la Seille (Moselle) : nouvelles recherches sur une exploitation pro (...)

13Voici de grands récipients à évaporer la saumure, à pâte lissée, au dégraissant mixte à base d’éléments végétaux et minéraux14, montés par plaques ou bandeaux façonnés à plat, puis montés et séchés sur une forme rigide ; notons la limitation de l’épaisseur du fond pour favoriser l’évaporation thermique (1,7 cm maximum) alors que les parois dépassent les 2 cm ; la hauteur est limitée à 0,15 cm et la rigidité des bords assurée par un festonnage réalisé au doigt dans la patte molle.

  • 15 Laffite J.-D., « Le briquetage de la Seilles à Moyenvic (Moselle, France) au lieu-dit les Crôleurs (...)

14Leur durée de vie devait être courte mais on connaît pourtant des traces de réparation de paroi (fissures) par application d’une pellicule d’argile sur la surface interne rechapée ; l’énorme masse de tessons dans les dépotoirs montre, quoi qu’il en soit, l’altération subie, leur destruction conséquente et la nécessité d’en produire en grande quantité15.

15Les planches de fourneaux présentent cette forme si singulière en « fer à cheval ». Étant donné le volume des récipients, le transport devait d’ailleurs se faire par deux personnes pour leur installation sur ces mêmes fourneaux ; 2 à 4 cuvettes de cette taille pouvaient y contenir.

16Notons le lutage systématique interne des chambres de chauffe avec de l’argile plastique.

  • 16 Olivier L., « Le briquetage de la Seille », cité, p. 161.

17Par ailleurs, une évolution technologique semble se dessiner, marquée par le passage de productions à récipients horizontaux vers des productions de contenants verticaux. Les deux types d’appareils de cuisson paraissent donc liés à des niveaux de productivité différents16, qui seraient plus élevés dans le cas de la production du sel fondée sur l’utilisation de récipients verticaux.

  • 17 Ibidem, p. 166.

18Mais la « cuite » du sel nécessite des quantités considérables de bois de chauffage, tandis que le dessèchement du sel après cuisson demande lui aussi une alimentation importante en charbon de bois17. De fait, au xvie siècle à Montmorot, toutes les forêts dans un rayon de 12 km sont réservées à l’approvisionnement exclusif des salines…

La Normandie du xviiiesiècle

19L’encyclopédie de Diderot rapporte bien comment, par exemple en baie du Mont-Saint-Michel, dans cette période qui va de mai à septembre, la couche superficielle de la plage est recueillie avec soin et de quelle manière les « sablons » sont traînés vers la saunerie proche, ou peuvent être voiturés sur plusieurs kilomètres, ne serait-ce que pour les mettre à l’abri pour les mois à venir (la fabrication du sel s’effectue en automne et en hiver) en attendant leur traitement, souvent près de marécages ou de cours d’eau permettant l’accès direct à l’eau douce nécessaire au lavage.

20À la saunerie proprement dite, encore une fois sur un terrain légèrement en pente, les fosses destinées à la concentration de la saumure sont rondes, d’un diamètre de 80 cm pour 40 cm de profondeur, tapissées d’argile et de foin haché, reliées par un petit canal ouvert à leur base vers un réservoir, la tonnée de la saline ; le sable recueilli sur l’estran est tassé dans la fosse et l’on verse de l’eau douce, ou de l’eau de la seconde mouillée d’une opération précédente. C’est bien cette eau concentrée ou saumure qui est recueillie et versée dans des plats quadrangulaires en plomb à faible rebord (pas plus de 7 cm).

  • 18 L’Homer A., Piquois C., baie du Mont-Saint-Michel. Les anciennes salines, Laval, Siloë, 2002.

21Le chauffage de ces récipients par l’action des fourneaux entraîne l’évaporation de l’eau et la formation d’une pâte salée qui est enlevée avec une petite pelle en bois puis mise à égoutter dans des corbeilles pour finalement donner, après un long séchage, ces cônes de sel blanc réputé, moulés par la forme même des paniers ou vanneries à fond pointu18.

  • 19 Cassen S., « La fabrication du sel. Une hypothèse fonctionnelle », op. cit.

22Le stockage du sablon salé sur le mondrin se nomme la moie. Et les moies, les meules de sablon salé, étaient ces masses éblouissantes de blancheur rapprochées par un Garcie Ferrande, navigateur de la fin du xve siècle et auteur d’instructions nautiques (Le grand Routier), des fameux tumulus carnacéens vus de la mer qu’il nomme « Montjoies » ou « Montissels » et qu’il compare aux tas de sel de cette région morbihannaise19.

  • 20 Dans les cahiers de doléances de 1789, les populations se plaignent du déboisement des pays de sal (...)

23Comme en Lorraine, l’énorme besoin en combustibles imposait sa loi dans la région et les 225 salines de l’Avranchin brûlaient 675 000 fagots par an. Les « têtards », éléments caractéristiques du bocage, constituaient des « arbres à fagots », et la majeure partie de ce bois provenait des communes de l’intérieur20.

24Les dimensions des plateaux rectangulaires en plomb, ou poêles, contenant la saumure et portant un rebord de 5 à 7 cm faisaient environ 80 cm sur 65 cm de côté…

  • 21 L’Homer a., Piquois C., baie du Mont-Saint-Michel, op. cit., p. 70.

25Les déchets (sablons, cendres) étaient vendus sous le nom de calcin ; les cultivateurs venaient de fort loin chercher cet amendement très apprécié (car riche en sels carbonatés et oligo-éléments) en particulier pour la culture du sarrasin21.

Retour vers le Néolithique : tests archéologiques

26De ce tour d’horizon arbitraire sur les contextes vérifiés de production du sel, aussi éloignés que possible les uns des autres, dans le temps et dans l’espace, nous avons voulu extraire et poser en exergue dans chaque relation ce qu’il nous paraissait opportun et pertinent de rapprocher de nos vestiges, moins diserts, à l’heure de les interpréter :

  • un choix délibéré de sites de production pouvant être éloignés de plusieurs kilomètres du rivage ou de la source terrestre, avec l’utilisation quasi-générale d’une pente naturelle pour l’écoulement des eaux ;
  • de larges excavations assurant la base enterrée des structures de stockage des terres salées, à l’air libre, aux parois droites rendues étanches par lutage à l’argile22 ;
  • des fosses de lavages et de filtrage de tailles plus réduites, également rendues imperméables, et associées entre elles par conduits pour établir l’écoulement des solutions concentrées, puis leur stockage ;
  • des récipients aux formes déterminées par le processus de chauffage, tous opérant par le biais de larges surfaces planes associées à une très faible hauteur de contenant ;
  • des fourneaux qu’il faut sans cesse rénover en raison des altérations subies aux cours des opérations, que l’on détruit en miettes et que l’on recycle ensuite dans la chaîne opératoire.

27Dès lors, reprenons nos témoins néolithiques.

les enceintes de Sandun

  • 23 Letterlé F., Le Gouestre D., Le Meur N., « Le Site d’habitat ceinturé du Néolithique moyen armoric (...)

28On rappellera, sur le site néolithique de Sandun (Guérande, Loire-Atlantique), fouillé sous la direction de F. Letterlé à la fin des années 80 (SRA des Pays de Loire), que les nombreuses fosses circulaires doubles à bords droits, également tapissées de pierres plates et d’argile – les auteurs ont d’ailleurs bien vu que le but recherché par cette opération était probablement d’assurer l’étanchéité du contenant23 – restent de notre point de vue de bonnes candidates à une réinterprétation radicale de ce complexe fossoyé en faveur d’une production salifère.

29Car plutôt que d’y voir ici de simples fosses-silos encadrant des maisons aux surfaces singulièrement réduites ainsi que le proposent les fouilleurs – et, en fait, impossible à concevoir quand on sait que l’érosion nous prive de la moitié du volume de ces fosses, restreignant dès lors encore plus la surface au sol accordée en théorie aux habitations –, nous serions enclins à proposer cette nouvelle fonction de filtration/lixiviation, où les excavations circulaires sont justement alignées suivant une organisation probable en ateliers (fig. 3).

  • 24 Visset L., « Recherches palynologiques sur la végétation pléistocène et holocène de quelques sites (...)

30Au surplus, les immenses terrains marécageux de Brière ne sont aujourd’hui qu’à 200 m du site, et s’ils ne sont plus saumâtres c’est en raison d’un barrage artificiel érigé sur la Loire, empêchant de fait toute intrusion de la marée dynamique (fig. 2). Par ailleurs, il est aujourd’hui prouvé que la cuvette briéronne était une zone envahie par la mer dès le Ve millénaire24.

31Ajoutons, pour étoffer le dossier, qu’une des fosses de Sandun (S131) contenait une série de « piliers en trompette » témoignant sur le site même d’une production de sel au second Âge du Fer. Cette fosse est isolée, remplie de pierres rubéfiées ; fond et parois sont tapissés d’une couche de 10-15 cm d’argile pure gris-bleu non rubéfiée ; les piliers reposaient sur cette couche.

32Une telle structure est bien connue dans la région, traditionnellement considérée comme four, mais les auteurs ne maintiennent pas l’hypothèse dans le cas présent (pas de rubéfaction de l’argile, pas de charbons) et préfèrent avec raison concevoir une fosse devant à l’origine contenir un liquide. C’est-à-dire le statut même que nous revendiquons pour les fosses cousines néolithiques et contiguës.

33On pourra nous rétorquer que la forme céramique en question est ici absente. C’est en fait poser toute la question, sur laquelle nous reviendrons, du devenir de ces déchets, de la durée de vie de ces récipients quoi qu’il en soit condamnés à la destruction et au recyclage ; éventuellement envisager une autre morphologie de vase qui pourrait nous crever les yeux, à l’image des plats à parois subverticales qui étaient bien présents dans les collections mais absents du corpus des archéologues…

Un complexe de fosses à Salaisons

  • 25 Mary G., Louis M., « La station préhistorique de Salaisons, commune de Boujan-sur-Libron, Hérault  (...)

34Le vaste site de Salaisons près de Béziers, déjà connu dans la littérature en raison d’un beau plat décoré découvert en 1933, a été identifié à la suite du défonçage de parcelles plantées en vignes25. Non seulement le mobilier archéologique remonté à la surface a été ramassé mais les inventeurs ont également procédé à plus d’une douzaine de petites fouilles ou sondages. Plusieurs périodes sont certes représentées sur ce gisement, mais le Néolithique domine largement le complexe (fig. 4).

Figure 2 : Cartographie bathymétrique entre Belle-Île-en-Mer (Morbihan) et l’Île d’Yeu (Vendée) – données Shom 1/50 000, Brest. Situation de Sandun (Guérande, Loire-Atlantique).

Figure 2 : Cartographie bathymétrique entre Belle-Île-en-Mer (Morbihan) et l’Île d’Yeu (Vendée) – données Shom 1/50 000, Brest. Situation de Sandun (Guérande, Loire-Atlantique).

35En surface du plateau, par ailleurs légèrement incliné vers le sud, plus de 360 « taches » grises, parfois cendreuses et charbonneuses se répartissaient sur une superficie de 14 ha. Ces taches étaient parfois regroupées en ensembles divers de 2 à 5 excavations.

36Les « fonds de cabanes » fouillés présentaient des formes fréquemment qualifiées de « fer à cheval », remplies d’une couche cendreuse de 30 cm de puissance, une expression que le lecteur ne manquera pas de rapprocher du descriptif similaire employé pour désigner les chambres de chauffe des sites à « briquetages » de l’Âge du Fer lorrain. Plusieurs de ces structures sont décrites comme possédant une cuvette centrale se prolongeant par une rigole de 20 cm de largeur. Des dalles, larges et minces, remontées par la charrue, sont interprétées par les auteurs comme ayant pu servir de pavage de sol ou de revêtement des parois.

37À Salaisons, la céramique est particulièrement abondante, que ce soit en surface ou dans les fosses fouillées. Elle est qualifiée de « domestique ou d’usage, en argile rouge, mêlée de dégraissants quartzeux, faite à la main, de cuisson imparfaite, d’épaisseur inégale ». Les auteurs poursuivent en notant que « la faible dimension des tessons, due à la friabilité extrême de la pâte n’a généralement pas permis de préciser le galbe des récipients ».

Figure 3 : analyse comparative de la distribution des fosses à revêtement d’étanchéité, doubles ou multiples, du gisement de production de sel de la Molita en bordure du bassin de Sayula (Mexique) et du site néolithique et tène récente de Sandun en bordure du bassin de brière (Loire-Atlantique). d’après Letterlé et al., 1990 ; Liot, 1998.

Figure 3 : analyse comparative de la distribution des fosses à revêtement d’étanchéité, doubles ou multiples, du gisement de production de sel de la Molita en bordure du bassin de Sayula (Mexique) et du site néolithique et tène récente de Sandun en bordure du bassin de brière (Loire-Atlantique). d’après Letterlé et al., 1990 ; Liot, 1998.
  • 26 Renault S., « Productions remarquables provençales », dans Plisson H. (dir.), Productions laminair (...)

38On note enfin un dépôt remarquable de neuf grandes lames (fig. 4), trouvées en surface, entières, qualifiées « d’objets de luxe, de provenance étrangère » ainsi qu’une lame de hache en jadéite « parfaitement polie ». Les lames, qui sont actuellement conservées et présentées dans le musée de Tautavel, ont récemment fait l’objet d’une recherche de détermination de leur matière première. Les intuitions des fouilleurs quant à la provenance lointaine des pièces sont confirmées puisque ces objets sont originaires des affleurements de silex brun lacustre tertiaire du bassin de Forcalquier dans les Alpes de Haute-Provence26.

39Le vase décoré de Salaisons a été déposé dans une de ces fosses cendreuses au contact de restes humains, probable mobilier d’accompagnement d’une sépulture, à l’image des contextes morbihannais. Mais ce vase n’était pas unique ; de nombreux fragments du même type céramique sont évoqués en provenance de la même fosse ayant livré l’individu décoré, mais aussi dans au moins quatre autres « fonds de cabanes ».

40En résumé, nous détenons à Salaisons :

  • un toponyme explicite ;
  • une accumulation de fosses semble-t-il ordonnées par ensembles, appelés « zones de peuplement » par les auteurs27 et parmi lesquelles se notent aussi plusieurs alignements de 3 à 8 fosses ;
  • un grand nombre de fosses cendreuses et charbonneuses dont la densité même, à l’image de Sandun, laisse bien peu de place aux habitations d’un village ainsi qu’il est d’usage d’interpréter ces témoignages ;
  • des fosses dont l’étanchéité pourrait avoir été assurée par des dallettes jointoyées d’argile, et rejoindre ainsi le procédé reconnu à Sandun ;
  • des fosses singularisées par des conduits/rigoles dont nous savons désormais toute l’importance dans le procès de captation de la saumure ;
  • des fosses dont certaines formes « en fer à cheval » sont fort semblables aux fourneaux Hallstattiens décrits en Lorraine, fourneaux caractéristiques pour avoir livré une production céramique liée à l’évaporation de la saumure ;
  • des fosses incluant des formes céramiques rares mais explicites dès lors qu’on les compare aux morphologies connues des récipients fabriqués en vue de l’évaporation d’une saumure ;
  • des céramiques très fragmentées et fragilisées par une altération manifeste restant à définir ;
  • des indices de circulations à longue distance de biens socialement valorisés (grandes lames de silex alpin, jadéite alpine surpolie) qui ne sont pas pour infirmer, bien au contraire, la direction générale suivie par notre enquête.
    La situation de Salaisons est somme toute comparable à celle de Sandun :
  • proximité d’un milieu maritime ; proximité sans doute accrue au Néolithique où l’existence d’un golfe s’enfonçant dans les terres est très fortement suspectée par les géologues28, même si l’on ne connaît pas encore l’extension exacte et la chronologie précise du phénomène.

Figure 4 : Plan du site de Salaisons (Boujan-sur-Libron, Hérault) et planches originales des découvertes mentionnées dans le texte : le plat décoré et le lot de lames (d’après Mary, Louis 1935). Cartographies des formations géologiques de surface dans la région de Béziers (Hérault). d’après cartographie BRGM.

Figure 4 : Plan du site de Salaisons (Boujan-sur-Libron, Hérault) et planches originales des découvertes mentionnées dans le texte : le plat décoré et le lot de lames (d’après Mary, Louis 1935). Cartographies des formations géologiques de surface dans la région de Béziers (Hérault). d’après cartographie BRGM.
  • implantation sur une colline dominante, ceinturée de fossés à Sandun, peut-être circonscrite de telle manière à Salaisons si des sondages ou prospections pouvaient en valider l’hypothèse ;
  • éloignement paradoxal du rivage en première analyse mais tout relatif si l’on veut bien se rappeler les contextes normands historiques (xviiie siècle) où l’approvisionnement en bois et en eau douce imposaient ces choix d’emplacements, parfois à des kilomètres du littoral.
  • 29 Cartes géologiques d’Agde (XXVI-45, 1040), Pézenas et Béziers au 1/50000, BRGM

41Enfin, la présence de terres salées « géologiques » dans l’environnement régional – plus intéressantes en termes de concentration de sels dans la saumure obtenue – n’est pas le moindre des indices à verser au dossier, peut-être sous l’impulsion originelle apportée par le littoral marin29 ou par des transferts de savoir-faire depuis des régions plus lointaines (fig. 4).

42En effet, en l’absence de marées de grand marnage et donc de véritables estrans qui empêcheraient un processus d’observation puis d’exploitation comparable à la façade atlantique – mais tout en conservant à l’esprit que des secteurs littoraux entiers sont en hiver et au printemps généralement recouverts d’une couche d’eau provenant des précipitations et du ruissellements, secteurs asséchés naturellement à la belle saison et laissant alors percer en surface des terres qui sont pour certaines d’entre elles (cf. Portiragnes) qualifiées de « salées » par la carte géologique, bref un résultat pouvant occasionner un même concert d’observations empiriques et une pratique de récolte comparable à la zone atlantique –, l’existence de ces sédiments à forte teneur en sel, qui affleurent dans des secteurs aujourd’hui atterris, doit être soulignée avec insistance.

  • 30 Abbé J.-L., « Aménager l’environnement au Moyen Âge : les entreprises d’assèchement des étangs lan (...)

43On doit également mentionner les terrains Miocène du bas Languedoc, et plus précisément ceux regroupés autour de Béziers, qui témoignent d’une importante transgression marine, et dont certains peuvent encore contenir du sel. Ce sont aussi les dépressions fermées, cette fois plus vraisemblablement d’âge Pléistocène, qui ont pu pourvoir à une telle extraction, à l’image de l’étang aujourd’hui asséché de Marseillette, à mi-chemin entre Narbonne et Carcassonne, dont l’abbaye de Caunes-Minervois aurait tiré son sel qu’elle envoyait vers le sud du Massif central à travers la Montagne Noire, ou encore Ouveillan (Aude) pour qui, aux xie et xiie siècles, les droits sur la pêche, la chasse et le sel sont partagés à partir des Faïsses, c’est-à-dire des parcelles allongées lorsque l’étang est desséché30.

44Ces singularités du sous-sol, qui ont pu se substituer au strict pôle marin, se retrouvent à l’identique dans la situation andalouse vers laquelle nous devons maintenant nous diriger.

La « Culture des silos » de l’Andalousie atlantique

45Les anciens rivages marins bordant les marais actuels de l’Odiel, du Guadalquivir et du Guadalete, ainsi que leur arrière-pays, sont, en péninsule Ibérique, riches d’«habitats » datés des IVe et IIIe millénaires. Ils sont caractérisés par la présence de nombreux « silos », couvrant parfois de vastes surfaces mitées par ces excavations sub-circulaires, à parois droites ou courbées et convergentes vers la surface, ouvrant sur une ouverture également circulaire, ce qui amena nos collègues à créer la Culture des silos de la Basse-Andalousie (la cultura de los silos de la Baja Andalucía).

  • 31 Marismilla est abusivement présentée comme « la plus ancienne saline préhistorique du monde » (Esc (...)

46Certains auteurs émettent depuis quelques années, sur la base de nos travaux déjà cités en centre-ouest de la France, une hypothèse de fabrication du sel fondée sur les fouilles menées en 1985 sur le site réduit en surface (250 m2) de la Marismilla31, au sud-ouest de la Puebla del Río, en bordure de l’ancien rivage marin délimitant, au pied du plateau de l’Aljarafe, les actuels marais du Guadalquivir. Ces derniers, dont le nord a été, depuis 1926 transformé en grande partie en rizières, étaient occupés au néolithique par un golfe marin devenu peu à peu une lagune côtière (Lacus ligustinus) à l’époque romaine, avec formation de dépressions aux sols hypersalins (albinas) sur la haute slikke.

  • 32 Escacena J. L., « Informe sobre las excavaciones arqueológicas en el yacimiento de Las Marismilla (...)
  • 33 Escacena J. L., Rodríguez de Zuloaga Montesino M., Ladrón de Guevara Sánchez I., guadalquivir Salo (...)

47L’argument s’appuie en outre sur le témoignage des agglomérations considérables de tessons (ex. sondage A à La Marismilla : 8 564 pour 5 m3)32 qui forment littéralement les gisements néolithiques, c’est-à-dire un des symptômes pouvant illustrer, dans les relations historiques, une production salifère artisanale. Aucune preuve n’est cependant amenée, aucun faisceau d’indices – lesquels auraient pu assurer un quelconque crédit à cette hypothèse – n’est présenté à la critique ; aucune forme céramique n’est d’ailleurs mise en avant pour étayer la proposition33.

  • 34 Cassen S., « La fabrication du sel. Une hypothèse fonctionnelle », op. cit.

48Mais nous avions cependant relevé à l’époque quelques faits marquants34 :

  • remarquons en premier la grande fréquence des céramiques à carènes très basses, ou à fond probablement plat, dont les cols, droits ou rentrés, fort courts, sont trop proches de la forme de Lannec er Gadouer pour que les convergences de fonction ici envisagées ne nous tiennent pas en alerte ;
  • ajoutons que des morillos de barro (cônes de terre cuite) mêlés aux vestiges céramiques en question, décrits avec soin, sans qu’ils aient pour autant fait l’objet d’une quelconque interprétation, ont à nos yeux toutes les chances d’avoir pu supporter les récipients placés au-dessus de la zone de chauffe, à l’instar du procédé connu dans les briquetages de l’âge du Fer de la façade atlantique de la France35 ou encore du couple pilier-récipient bien décrit par le même auteur dans les salines actuelles du pays Manga au Niger.

49L’ensemble de ces présomptions nous incite aujourd’hui à rechercher, à l’échelle de la Basse-Andalousie, d’autres arguments nous permettant de plaider en faveur de l’hypothèse défendue. Reprenons en particulier la distribution cartographiée des sites, et singulièrement de ceux qui offrent le plus d’éléments concordants avec le principe directeur de notre enquête.

50Sur une image du satellite Landsat ont été reportés les principaux sites (ou concentrations de sites) étudiés dans le cadre de cette étude : d’ouest en est, les marais de l’Odiel, près de Huelva ; le débouché de la Ribera sur les marais du Guadalquivir ; Carmona sur l’escarpement tectonique des Alcores ; plus au sud, la région de Jerez de la Frontera et de Cadix.

  • À l’ouest, le site de Papa Uvas (500 m à l’ouest d’Aljaraque), occupé au IIIe millénaire, se situe légèrement en retrait de l’ancien rivage néolithique du maximum de la transgression flandrienne. établi sur une colline (altitude max. 34 m) en pente douce vers le marais, il présente par sa topographie et sa position géographique certaines analogies avec celui de Sandun. Une série de « fosses » dont trois circulaires, deux ovoïdes et quatre allongées, y ont été découvertes et fouillées36.
    Les nombreux coquillages marins découverts, provenant de cueillettes37, démontrent sa proximité et sa relation étroite avec les estrans occupant la bordure occidentale des marais de l’Odiel (le tireté sur la figure indique le contact avec le marais maritime où l’on distingue les efflorescences salines des albinas, dépressions fermées submergées lors des pleines mers de vives-eaux). À partir du IIIe millénaire, principale période d’occupation du site, les marais ont été en partie, et progressivement, isolés de la mer par des cordons littoraux (Punta Umbría).
  • Au nord-est de la Marismilla, le site exceptionnel et stratégique de la Estacada de Alfaro (d’une superficie d’environ 4,38 ha), a été malheureusement détruit par suite des travaux d’aplanissement effectués pour étendre vers le sud l’urbanisation de la ville de Puebla del Río. établi sur une colline en pente douce au contact entre la Ribera38 et les marais du Guadalquivir, il a été partiellement fouillé au cours du premier semestre 1965 par Juan de Mata Carriazo ; il comportait environ 500 silos, dont 200 ont été identifiés et 131, relevés. Ces silos étaient associés à des « fonds de cabanes » circulaires dont l’un (d = 3,64 m) a pu être observé ; il avait ses parois recouvertes de dallettes d’argile (taille d’environ 30 x 20 x 5 cm), disposées droites ou sur la tranche, et son fond était de terre battue afin de le rendre, lui aussi, imperméable.
  • Dans la zone comprise entre les embouchures du Guadalquivir et du Guadalete, on observe encore une concentration de sites néolithiques et de l’âge du Bronze avec présence de nombreux silos. Ces sites sont localisés soit sur les rives de l’embouchure de l’Arroyo Salado (rive gauche : Pago de Cantarranas, Fuentebravía et La Viña ; rive droite : Base Naval de Rota), soit à proximité de rivières intermittentes et de lagunes endoréiques comme celle du Gallo (Pocito Chico39 ; Las Beatillas40 ; El Salado – Muñoz 1986 ; Cortijo de Vaina, El Trobal), lesquelles présentent toutes l’intéressante caractéristique d’avoir leurs eaux plus ou moins fortement salées. À Cantarranas41, 40 dallettes d’argile ont été trouvées dans un « fond de cabane » et 12 silos fouillés se sont révélés très riches en céramiques (4 498 tessons et 554 poteries entières). À Pocito Chico, sur les pentes de la colline s’abaissant vers la rive sud-est de la Laguna del Gallo, les fouilleurs décrivent un « fond de cabane » et des silos géminés42.

51Ces eaux salées procèdent d’un point de géologie qui mérite que l’on s’y attarde un instant.

52Si, en effet, au IIIe et IIe millénaire, La Dehesa était un site côtier, peu affecté par le développement des cordons littoraux, comme l’indique l’étude de l’évolution géomorphologique de la baie de Cadix, il n’en est pas de même d’autres emplacements qui, malgré leur proximité du littoral, semblent liés à la nature géologique des terrains traversés par les eaux de ruissellement et d’infiltration. Dès lors, les sites fouillés près de l’embouchure de l’arroyo Salado (rivière salée), à l’intérieur de la base navale américaine de Rota, sont-ils plus en rapport avec les estrans du golfe de Cadix ou avec les alluvions continentales salées ?

  • 43 Gávala y Laborde J., « Regiones petrolíferas de Andalucía », bol. Inst. geol. Esp., 37 (17) 1916, (...)
  • 44 Mapa hidrogeológico de España, Inst. Geol. Min. Esp. : 86 (3-12), Cádiz, 1/200 000 ; 985, Carmona, (...)

53L’analyse des données géologiques régionales43 a permis de déterminer l’origine du caractère salé des eaux qui alimentent de nombreuses rivières et lagunes44 situées dans le nord de la province de Cadix et le sud de celle de Séville. Le sel gemme est en effet présent dans les niveaux argilo-gypseux de l’étage Keuper du Trias supérieur.

54Le sel contenu dans le Trias supérieur rend les eaux salées (forte teneur en sel, notamment avec des chlorures et des sulfates) pour deux raisons principales :

  • l’exposition aux agents météoriques (précipitation par évaporation, ruissellement, lessivage, décantation) ;
  • le ruissellement superficiel qui entraîne et concentre les sédiments salifères (évaporites) dans les fonds alluviaux des arroyos et des lagunes endoréiques (salares). Par ailleurs, la redissolution des sels au contact des eaux souterraines rend salins les aquifères et donne naissance à des sources salées, connues sous le nom de salinillas.

55Cette nature salée des eaux est révélée par une abondante toponymie : La Albina, arroyo de la Albina, arroyo de los Salados, arroyo del Salado, arroyo Salado, río Salado, arroyo de la Salinera, Salinillas, arroyo de las Salinas, Salinas, arroyo del Saltrillo, laguna Salada, Fuentes Saladas, etc.

56Nous voici donc aux prises avec deux sources potentielles d’eaux salées au contact de ces groupements de sites. Précisons alors davantage, pour certains d’entre eux, leurs caractères archéologiques en rapport avec nos références de départ.

  • 45 Perdigones Moreno L., Muñoz Vicente A., Blanco Jímenez F. J., Ruiz Fernández J. A., « Excavaciones (...)

57À l’embouchure de l’Arroyo Salado (Puerto de Santa María et Base Naval de Rota, province de Cádiz45) :

  • nombreux sont les silos classiques évasés en haut ou en bas, mais certains sont géminés et communiquent entre eux46 ; au Cerro de la Viña, ils sont formés par des groupes de 3 à 6, séparés entre eux par une distance de 20-30 m.
  • des « puits » de plan circulaire et parois droites ont pu, selon les auteurs, servir de dépôts d’eau (depósitos de agua) ;
  • nombreux aussi sont les restes marins de coquillages et encore plus nombreux sont les restes céramiques très fragmentés dont sont volontairement remplis les silos.
  • 47 Ruiz Mata D., Pérez C. J., El Poblado fenicio del castillo de doña blanca (El Puerto de Santa Marí (...)

58À la Dehesa (El Puerto de Santa María, province de Cádiz47) :

  • alignements de fosses, couplées ou triplées, associées à des tranchées étroites (30 cm) interprétées comme bases de palissade, ce qui nous paraît pour le moins douteux ;
  • une « cabane » (n° 1) se présente comme une fosse d’un diamètre de 3,2 m, partiellement excavée dans la roche, à la base de laquelle fut bien notée une couche d’argile rosée indurée, censée supporter des murs en torchis et les poteaux en bois d’une maison, mais que nous serions enclins à interpréter très différemment, à l’image de ces zones de stockage dont nous faisions mention dans les exemples historiques normands, qui présentent tant de caractères comparables…
  • 48 González Rodríguez R., « El yacimiento de « El Trobal » (Jerez de la Frontera, Cádiz). Nuevas apor (...)

59À El Trobal » (Jerez de la Frontera, province de Cádiz48) :

  • présence de fosses géminées avec conduit de liaison entre elles, dont les planchers respectifs sont d’altitudes différentes, ce qui n’est pas anodin pour un terrain ne présentant pas de pente naturelle ;
  • deux fosses communicantes (structure X-1) contenaient en outre des restes humains : un seul enterrement en connexion dans une fosse, des restes mélangés dans l’autre appartenant à plusieurs individus ;
  • les silos sont remplis de tessons singulièrement fragmentés49 ;
  • les « plats » à parois rentrantes ou sub-verticales présentent un fort contraste entre les traitements de surface de l’intérieur et de l’extérieur des contenants.
  • 50 Colin Hayes E., « Los inicios del III millenio A.C. en Carmona : las evidencias arqueologicas », C (...)

60En résumé, tous les gisements cités ont été publiés avec de nombreuses incertitudes concernant leur fonction agricole50. Ils ont été, malgré tout, généralement interprétés comme des sites particuliers sur lesquels auraient été édifiées des structures permettant d’emmagasiner les excédents céréaliers et fourragers.

61Cependant, les analyses palynologiques, certes encore insuffisantes en nombre, montrent qu’il existe une forte contradiction entre la faible activité céréalière contemporaine des sites et l’extension considérable des « champs de silos », ce qui nous conduit à remettre en cause leur utilisation exclusive réservée au stockage des céréales ou du fourrage.

62L’intégration de tous les caractères ici réunis peut former système, depuis l’implantation des sites, leur distribution, la typologie des fosses et le procédé technique de leur finition, jusqu’à la nature du corpus céramique, en morphologie aussi bien qu’à l’état final de déchet.

Propositions extrêmes

63Produire du sel n’est pas un impératif propre ou limité à une époque donnée et à une région spécifique, mais apparaît souvent comme une exigence en tout lieu favorisée par un environnement réunissant toutes les conditions d’émergence de l’idée et du processus. Repérer des symptômes de cette activité à partir de nos présupposés et faisceaux d’indices concordants ne semble pas une entreprise hasardeuse vouée à l’échec, et peut faire l’objet d’une enquête multiple : il suffit en réalité de poser la question.

  • 51 D’autres sites espagnols, du IIIe millénaire, fouillés récemment, pourraient également compléter c (...)

64Afin d’illustrer le potentiel ainsi dégagé, nous prendrons ici un nouveau cas d’espèce qui pourrait être utilement interrogé selon cette grille d’interprétation, élargissant ainsi l’ouverture faite en 2000 sur le Languedoc et le Guadalquivir51, ainsi que sur le vaste bassin lagunaire saumâtre d’Aléria, cette fois laissé entre parenthèses, bassin unique par son ampleur sur les côtes corses, dont le corpus céramique Terrinien se singularise à nos yeux par des plats à parois subverticales bien attractifs…

Le Tavoliere di Foggia

65En bordure de la mer Adriatique, au fond du golfe de Manfredonia, une concentration extraordinaire de sites du Néolithique ancien et moyen italien se caractérise par des enceintes fossoyées encerclant des unités d’habitations, elles-mêmes faisant l’objet d’un système de ceinture matérialisé par des fossés circulaires largement ouverts, en forme de « C » (fig. 5).

66Les sites se répartissent à la périphérie et en bordure de terrains alluvionnaires récents et actuels, ou encore d’anciennes lagunes salées.

  • 52 Tinè S., Passo di Corvo e la civilta neolitica del tavoliere, Genève, Sagep, 1983.

67L’ensemble le plus connu grâce aux fouilles de S. Tinè, Passo di Corvo52, concentre sur la pente du relief dominant ces terrains plats l’essentiel de ces « habitations », toutes rassemblées derrière un fossé curviligne, tandis que l’enceinte proprement dite du site englobe une surface deux fois plus étendue couvrant la totalité du promontoire, et donc son sommet topographique.

68Tâchons d’établir la suite ordonnée des indices à nos yeux prometteurs, car fort susceptibles de témoigner avantageusement en faveur de l’hypothèse avancée, en nous appuyant sur la seule fouille effectuée sur un secteur du gisement contenant deux unités domestiques :

  • Les fossés de ceinture de ces « habitations » γ et β 2 (phase IV a 1 bien datée vers 4 500 av J.-C.) contiennent un curieux mur de « contention », parfaitement jointoyé à l’argile, sur leur côté interne ou externe, pouvant être interrompus par un muret. L’auteur émet l’hypothèse que ces murs ont eu pour fonction de maintenir les terres alentour, favoriser le drainage de l’eau de pluie, éviter ainsi le remblaiement des fossés ; des fossés qui ne peuvent être des palissades et qui, largement ouverts sur un côté, ne peuvent en aucune manière servir d’enceinte défensive, à la différence du grand fossé périphérique53.
  • Des « canaletti superficiali » (petits canaux superficiels) sont décrits à la surface du secteur, dont la fonction encore une fois admise serait de drainer les eaux pluviales54.
  • 55 Ibid., p. 49.
  • 56 Jodlowski A., « Die Salzgewinnung auf polnischem Boden in vorgeschichtlicher Zeit und im frühen Mi (...)
  • 57 Buron G., « De l’origine des marais salants guérandais », Soc. archéo. et hist. de nantes et de Lo (...)

69Un de ces canaux se jette dans une vasque quadrangulaire décrite comme devant participer à la décantation de l’eau dans un processus de conservation de l’argile55, mais, mieux que cela, une organisation en tout point semblable à celle décrite par A. Jodlowski sur les sources salées de Barycz VII56 (Pologne), datée d’une étape moyenne du Lengyel (4 500-4 300 av. J.-C.), où les tranchées d’adduction/écoulement s’ouvrent aussi sur un angle des vasques, et un type d’excavation peu profonde qui s’accorde par ailleurs étonnamment bien à la morphologie des fosses quadrangulaires décrite en Normandie « historique » pour déposer sur claire-voie les sablons récoltés et lavés à l’eau douce afin d’en récolter la saumure57.

Figure 5 : Cartographie morpho-littorale des sites néolithiques du Tavoliere (Italie - d’après Tinè 1983) et illustration comparative entre Passo di Corvo et les structures excavées et les céramiques des gisements de Barycz en Pologne (d’après Jodlowski, 1977) et Tuzla en Bosnie-Herzégovine (d’après Benac, 1978).

Figure 5 : Cartographie morpho-littorale des sites néolithiques du Tavoliere (Italie - d’après Tinè 1983) et illustration comparative entre Passo di Corvo et les structures excavées et les céramiques des gisements de Barycz en Pologne (d’après Jodlowski, 1977) et Tuzla en Bosnie-Herzégovine (d’après Benac, 1978).
  • Un puit de plus de 6 m de profondeur et de 1 à 2 m de diamètre va chercher l’eau dans la nappe phréatique.
  • Enfin, des culs renforcés de céramiques tronconiques alertent notre attention, tant est grande l’analogie avec des spécimens qui ont servi au chauffage de la saumure en contextes archéologique et ethnologique avérés (Cf. les moules à sel Vinca/C de la région de Tuzla en Bosnie-Herzégovine, contemporains de ceux de Passo di Corvo, décrits par A. Benac58 sur l’autre bord de l’Adriatique).

70Nous posons l’ensemble de ces indices comme suffisamment pertinents pour tester à l’avenir l’existence de procédés artisanaux de fabrication du sel marin dans cette région d’Italie.

  • Une distribution non aléatoire des enceintes, au contact de terrains appartenant à des systèmes lagunaires au cours du Néolithique ;
  • Une volonté d’imperméabiliser des excavations pour la circulation, le stockage, le prélèvement de l’eau, bien au-delà, selon nous, de simples procédés de drainage pour assainir des unités d’habitations59, mais en accord de principe avec l’idée d’une « décantation » des liquides émise par notre collègue pour certaines structures en creux, quadrangulaires ;
  • Des fossés en « C » qui sont systématiquement orientés en fonction de la pente du terrain, c’est-à-dire ouverts en direction du sommet afin de conserver cette eau ou de la faire circuler sous l’effet de la gravité ;
  • Une typologie céramique de laquelle il ressort des fûts de récipients à la morphologie trop singulière pour ne pas rappeler des productions spécialisées, et en particulier celle du chauffage de la saumure par ce procédé bien connu qui met en œuvre non pas des plats à paroi subverticale mais, cette fois, autre terme de l’alternative, des contenants tronconiques suspendus au-dessus du foyer.

Conclusion

71Nous étions donc partis d’une simple intuition pour asseoir en Centre-Ouest de la France l’hypothèse d’une production salifère au IIIe millénaire ; hypothèse validée par la suite. Et c’est encore une forme céramique singulière qui restera le point de départ permettant de relier une nouvelle suite d’observations, dont la conjonction des paramètres sur site et la répétition des milieux favorables à l’échelle ouest-européenne paraissent former système dans la recherche des procédés de chauffage des saumures, dès le Ve millénaire. Procédés qui n’excluent pas cependant toute possibilité d’une première concentration dans ces vrais « faux » marais salants que sont les lagunes littorales, plus ou moins permanentes au cours de l’année, et par exemple dans ces deux lieux emblématiques que sont Locmariaquer/Carnac (Morbihan) et Varna (Bulgarie), en arrière de plages basses à sable limoneux.

72Un enseignement inattendu de cette enquête en contexte maritime transparaît dans le fait que des sels « géologiques » peuvent être mis à contribution, en Languedoc tout comme en Andalousie. Et si, probablement, ce produit n’a pas pu concurrencer le beau sel blanc marin exempt des sels déliquescents, d’autres utilisations nouvelles sont peut-être apparues, exigeant dès lors l’indispensable extension de la production salifère. Et puis, il faut évaporer dix fois plus d’eau de mer et brûler dix fois plus de combustible pour obtenir la même quantité de sel que celle obtenue à partir de certaines sources continentales, sources « liquides » à haut degré de salure, mais aussi sources « solides » où d’autres terres étaient enfin mises à contribution, peut-être à la lumière des chaînes opératoires développées non loin de là sur le littoral.

73Deux domaines doivent maintenant être désignés à l’attention des chercheurs, deux pistes aux orientations opposées :

  • En revenant à l’intitulé de ce colloque, et pour recentrer le dossier à l’échelle régionale, nous suggérons résolument d’établir un parallèle « géomorphologique » entre, d’une part, le marais de Brière et le marais breton, tous les deux aujourd’hui occultés par le colmatage flandrien, et d’autre part les systèmes morbihannais et retzien de lagunes et de rías, ces quatre complexes générant à l’époque, malgré leurs différences actuelles, des baies très protégées, de faible profondeur. Un travail particulier s’impose dès lors, pour l’avenir, afin de mieux visualiser un état de la ligne du rivage au Ve millénaire av JC, en se fondant sur une zone très probable inscrite entre -7 m et -5 m par rapport au niveau actuel de la mer, tout en tenant expressément compte de la constitution des fonds sédimentaires et rocheux. Il se dégage ainsi, de fait, les vastes baies abritées du Mor Bihan et de la Baie de Bourgneuf, ainsi que le golfe de Brière.
  • Une autre information doit être conservée en mémoire : parce que les limons hydromorphes (contenant des diatomées) de plusieurs tertres funéraires de ces régions morbihannaises proviennent du milieu marin parfois éloigné de plusieurs kilomètres (Lannec er Gadouer, Erdeven ; Er Grah, Locmariaquer60), c’est toute l’habitude, l’aptitude et la capacité à transporter ces lourdes terres humides qui nous poussent finalement à concevoir la pleine faisabilité de ce transport des sablons, sur des distances qui pourraient un jour nous surprendre quand, au surplus, ces limons sableux s’avèrent être les meilleurs fertilisants qui soient pour les terres mises en culture céréalière, dans une région densément peuplée que reflète cette concentration extraordinaire des lieux sépulcraux et des indices d’habitations.

74Cette activité saunière fondamentale, probablement générée par la demande croissante des groupes d’éleveurs et d’agriculteurs dans leur nouveau mode de production, et la structure et l’ordre même des échanges généralisés, a dû bouleverser le régime socio-politique des sociétés indigènes, quelle que soit la zone géographique de compréhension. C’est l’hypothèse supplémentaire que nous formulons. Et si les éléments les plus évidents de la preuve auxquels on serait en droit de s’attendre ne sont justement pas les plus faciles à circonscrire – en raison de la remontée du niveau marin, en raison de la destruction systématique des fourneaux, et par le bris répété des récipients, nous pensons avoir laissé transparaître d’autres voies de recherche qui seraient à même, par extrapolation et commutativité des facteurs observés, de saisir des procédés anciens de fabrication du sel marin ou terrestre.

75Un ingrédient de cuisine dans la dynamique européenne de passage à l’économie agricole, certes, mais plus encore une source de richesses par laquelle se mesure la capacité des élites à maintenir et accroître leur ascendant sur le corps social, à afficher leur statut, à conserver la croyance, et à entendre la lancinante musique de fond que fredonne en eux l’altérité, si bien matérialisée par ce minéral de passage, sur la mer comme en terre.

Notes

1 Cassen S., Le Centre-Ouest de la France au IVe millénaire av. J.-C., Oxford, BAR International Series 342, 1987, 395 p.

2 Boujot C., Cassen S., « Les Vestiges céramiques des chantiers II et V », dans Cassen S., Scarre C., Les Enceintes néolithiques de La Mastine et Pied-Lizet (Charente-Maritime) : fouilles archéologiques et études paléo-environnementales dans le Marais Poitevin (1984-1988), Poitiers, Association des Publications Chauvinoises, Mémoire XIII, 1997, p. 81-91.

3 Weller O., Les Premières formes d’exploitation du sel durant le Néolithique et le Chalcolithique européens : de la reconnaissance des techniques à l’analyse des dimensions socio-économiques, Thèse de doctorat, Université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), 2000.

4 Boujot C., Cassen S., « Le Développement des premières architectures funéraires monumentales en France occidentale », dans Paysans et Bâtisseurs. L’émergence du Néolithique atlantique et les origines du Mégalithisme. Actes du XVIIe colloque interrégional sur le Néolithique. Vannes 29-31 octobre 1990, Rennes, revue archéo. de l’Ouest, Supp. n° 5, 1992, p. 195-211.

5 Boujot C., Cassen S., « Explorations du tertre de Lannec er Gadouer. Les fouilles de 1993 à 1997 », p. 29-91. dans Éléments d’architecture (Exploration d’un tertre funéraire à Lannec er Gadouer, Erdeven, Morbihan. Constructions et reconstructions dans le néolithique morbihannais. Propositions pour une lecture symbolique). Chauvigny, éditions chauvinoises, Mémoire 19 (2000), 815 p.

6 Cassen S., « La fabrication du sel. Une hypothèse fonctionnelle pour la forme céramique du caveau de Lannec er Gadouer », p. 249-265, dans Éléments d’architecture (Exploration d’un tertre funéraire…), op. cit.

7 Hamon G., Les productions céramiques au Néolithique ancien et moyen dans le nord-ouest de la France, Doctorat de Université de Rennes I, 2003, 2 vol.

8 Ibidem, pl. 36.

9 Faute de place au sein du volume de publication des actes, une version longue de notre communication donnée à Nantes est parue dans la revue espagnole Cuadernos de arqueologia : Cassen, s., Labriffe P.-a. de, Ménanteau L., « Sels de mer, sels de terre. Indices et preuves de fabrication du sel sur les rivages de l’Europe occidentale, du Ve au IIIe millénaire », Universidad de Navarra, n° 12, 2004, p. 9-49.

10 Liot C., Les salines préhispaniques du bassin de Sayula (occident du Mexique) : milieu et techniques, Doctorat de l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), 1998.

11 Cassen S., « La fabrication du sel. Une hypothèse fonctionnelle pour la forme céramique du caveau de Lannec er Gadouer », op. cit.

12 Prilaux G., La Production du sel à l’Âge du Fer. Contribution à l’établissement d’une typologie à partir des exemples de l’autoroute a16, Montagnac, éd. Monique Mergoil, 2000, p. 70.

13 Weller O., Desfossés Y., « Les Ateliers sauniers de Sorrus (Pas-de-calais) : un apport majeur aux techniques de production de sel et à leur évolution durant le second Age du Fer », Table Ronde du Comité des Salines de France, Paris, mai 1998, p 72, dans Archéologie du sel : techniques et sociétés, O. Weller (éd.), Internationale Archäologie, ASTK 5 (2002).

14 Olivier L., « Le Briquetage de la Seille (Moselle) : nouvelles recherches sur une exploitation proto-industrielle du sel à l’âge du Fer », Antiquités Nationales, 32, 2000, p. 143-171, ici p. 157.

15 Laffite J.-D., « Le briquetage de la Seilles à Moyenvic (Moselle, France) au lieu-dit les Crôleurs », p. 197-207. dans Archéologie du sel : techniques et sociétés, O. Weller (éd.), op. cit., p. 204.

16 Olivier L., « Le briquetage de la Seille », cité, p. 161.

17 Ibidem, p. 166.

18 L’Homer A., Piquois C., baie du Mont-Saint-Michel. Les anciennes salines, Laval, Siloë, 2002.

19 Cassen S., « La fabrication du sel. Une hypothèse fonctionnelle », op. cit.

20 Dans les cahiers de doléances de 1789, les populations se plaignent du déboisement des pays de salines (L’Homer, Piquois 2000, p. 48).

21 L’Homer a., Piquois C., baie du Mont-Saint-Michel, op. cit., p. 70.

22 Durant l’Âge du Fer armoricain, les cuves ou bassins, rectangulaires comme dans l’île d’Arz (Ilur, Morbihan), ou circulaires comme à l’île d’Yoc’h (Landunvez, Finistère), sont tapissées d’argile crue ou de parements pierreux qui permettent l’étanchéité du contenant. Daire M.-Y. (dir.), Le Sel gaulois. Bouilleurs de sel et ateliers de briquetages armoricains à l’âge du fer, Saint-Malo, éd. centre régional d’archéologie d’Alet, 1994.

23 Letterlé F., Le Gouestre D., Le Meur N., « Le Site d’habitat ceinturé du Néolithique moyen armoricain de Sandun à Guérande (Loire-Atlantique). Essai d’analyse des structures », dans Cahen D., Otte M. (dir.), rubané et Cardial. actes du Colloque de Liège, novembre 1988. ERAUL, 39, Liège 1990, p. 299-314.

24 Visset L., « Recherches palynologiques sur la végétation pléistocène et holocène de quelques sites du district phytogéographique de Basse-Loire », Nantes, Supp. Hors série bull. Soc. Sc. Nat. Ouest France, 1979, 282 p. ; Visset L., 8 000 ans en brière, Rennes, Ouest-France, 1990.

25 Mary G., Louis M., « La station préhistorique de Salaisons, commune de Boujan-sur-Libron, Hérault », dans Cahiers d’Archéologie et d’Histoire, 32 (1935), Nîmes, p. 321-345 ; Mary G, Louis M., « Trois stations préhistoriques des environs de Boujan-sur-Libron (Hérault) ; Les Cresses, Saint-Marcel, Salaisons », Cahiers d’Archéologie et d’Histoire, 36, 1936, p. 147-166.

26 Renault S., « Productions remarquables provençales », dans Plisson H. (dir.), Productions laminaires remarquables du Midi de la France (fin du néolithique, début de l’âge des métaux) ; projet collectif de recherche ; rapport d’activité. 2003, SRA PACA, SRA Languedoc-Roussillon, p. 42-66.

27 Ibidem, p. 323.

28 Ambert P., 2001, « Géologie et géomorphologie des pays de l’étang de Thau et de la basse vallée de l’Hérault », dans Lugand M., Bermond I., Agde et le Bassin de Thau ; Carte archéologique de la gaule 34/2, 2001, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, p. 48-57.

29 Cartes géologiques d’Agde (XXVI-45, 1040), Pézenas et Béziers au 1/50000, BRGM

30 Abbé J.-L., « Aménager l’environnement au Moyen Âge : les entreprises d’assèchement des étangs languedociens (Biterrois et Narbonnais) », dans the Mediterranean Environment and history, Elsevier, 2003, p. 419-428, ici p. 422.

31 Marismilla est abusivement présentée comme « la plus ancienne saline préhistorique du monde » (Escacena 1993, p. 26).

32 Escacena J. L., « Informe sobre las excavaciones arqueológicas en el yacimiento de Las Marismilla (Puebla del Río, Sevilla) », Anuario Arqueol. and., 1985, II, Actividades Sistemática, Séville, Cons. Cult. Junta de Andalucía, p. 241-244.

33 Escacena J. L., Rodríguez de Zuloaga Montesino M., Ladrón de Guevara Sánchez I., guadalquivir Salobre. Elaboración prehistórica de sal marina en las antiguas bocas del río, Sevilla, Condeferación hidrográfica del Guadalquivir, 1996.

34 Cassen S., « La fabrication du sel. Une hypothèse fonctionnelle », op. cit.

35 Gouletquer P., « Les Briquetages de l’âge du Fer sur les côtes sud de la Bretagne », bull. Soc. Préhist. Franç., 67, 1970, p. 399-411.

36 Martín de la Cruz J. C., Papa uvas II. aljaraque, huelva Campañas de 1976 a 1979, p. 209-213, Exc. Arq. en España, Min. Cult 1985, 350 p.

37 Luque A. A., « Estudio malacológico », dans Papa Uvas I. Aljaraque, Huelva. Campañas de 1981 a 1983 (J. C. Martín de la Cruz [dir.]), Exc. Arq. en España, Min. Cult., 1985, p. 259-264.

38 Vallée du Guadalquivir comprise entre Lora del Río et les marais éponymes, la ville de Séville y occupe une position médiane.

39 Ruiz Gil J. A., López Amador J. J. (dir.), Formaciones sociales agropecuarias en la bahía de Cádiz. 5 000 años de adaptación ecológica en la laguna del gallo, el Puerto de Santa María, Cádiz, Arqueodesarrollo Gaditano, 2001, 348 p.

40 Ruiz Gil J. A., Pérez E., López, Monclova A., « El yacimiento protohistórico de Las Beatillas (El Puerto de Santa María) », Revista de Historia de El Puerto, 4 (1990), p. 11-38.

41 Ruiz Fernández J. A., « Informe de las excavaciones de urgencia. Pago de Cantarranas-La Viña – El Puerto de Sta María », Anuario Arq. de Andalucía. vol. III (1986), p. 95-100.

42 Ruiz Gil J. A., López Amador J. J., Formaciones sociales agropecuarias en la bahía de Cádiz, op. cit.

43 Gávala y Laborde J., « Regiones petrolíferas de Andalucía », bol. Inst. geol. Esp., 37 (17) 1916, p. 27-211.

44 Mapa hidrogeológico de España, Inst. Geol. Min. Esp. : 86 (3-12), Cádiz, 1/200 000 ; 985, Carmona, 1/50 000.

45 Perdigones Moreno L., Muñoz Vicente A., Blanco Jímenez F. J., Ruiz Fernández J. A., « Excavaciones de urgencia en la base naval de Rota (Puerto de Santa María, Cádiz) », anuario arqueológico de andalucía, III Actividades de urgencia, 1985, p. 74-80.

46 Ibidem, p. 76.

47 Ruiz Mata D., Pérez C. J., El Poblado fenicio del castillo de doña blanca (El Puerto de Santa María, Cádiz), El Puerto de Santa Maria, Biblioteca de temas portuenses, 1995.

48 González Rodríguez R., « El yacimiento de « El Trobal » (Jerez de la Frontera, Cádiz). Nuevas aportaciones a la cultura de los silos de la Baja Andalucía », Anuario Arqueológico de Andalucía/1986, Sevilla, tome III, 1986.

49 Ibidem, p. 84.

50 Colin Hayes E., « Los inicios del III millenio A.C. en Carmona : las evidencias arqueologicas », Carel 99, 2003, n° 1, p. 17.

51 D’autres sites espagnols, du IIIe millénaire, fouillés récemment, pourraient également compléter ces cas comme ceux de Camí de Missena (La Pobla del Duc, province de Valencia) – 83 structures (silos, fosses et fossés), avec un abondante céramique mises au jour – ou de Puerto de la Palmera (Puebla de los Infantes, province de Séville).

52 Tinè S., Passo di Corvo e la civilta neolitica del tavoliere, Genève, Sagep, 1983.

53 Ibidem, p. 46.

54 Ibid., p. 48

55 Ibid., p. 49.

56 Jodlowski A., « Die Salzgewinnung auf polnischem Boden in vorgeschichtlicher Zeit und im frühen Mittelalter », Jahr. für mittel. Vorgesc, 61, 1997, p. 85-103.

57 Buron G., « De l’origine des marais salants guérandais », Soc. archéo. et hist. de nantes et de Loire-atlantique, 126, 1991, p. 9-62, p. 13.

58 Benac A., « Neke karakteristike neoliskih naselja u Bosni i Hercegovini. Belgrade », Materijali, 14 (1978), p. 15-27.

59 Opinion toujours défendue au sein de l’ambitieux programme européen PAST (IST 5th Framework Programme) financé par la Communauté européenne -avec Bibracte et Toumba, Grèce, où le site de Passo di Corvo est présenté comme une association de maisons et de champs drainés par des agriculteurs (www.disi.unige.it/person/GianuzziV/VAST2000_1.pdf)

60 Cassen S. (dir.), Éléments d’architecture (Exploration d’un tertre funéraire à Lannec er gadouer, Erdeven, Morbihan. Constructions et reconstructions dans le Néolithique morbihannais. Propositions pour une lecture symbolique). Chauvigny, éditions chauvinoises, Mémoire 19 (2000), 815 p. ; Le Roux C.-T. (dir.), Les fouilles de Locmariaquer (Morbihan). Tome I : Présentation générale, tumulus d’Er-Grah nouveau cimetière ; première partie (l’environnement naturel et humain), à paraître, ch. 2. Supplément à Gallia Préhistoire.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : aires géographiques ouest-européennes considérées ; sites mentionnés dans le texte, en relation avec une exploitation attestée du sel. Récipients à saumure pour fourneaux des ateliers salifères : modèles attestés (Lorraine, Mexique) et supposés (France, Espagne, Portugal).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7591/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure 2 : Cartographie bathymétrique entre Belle-Île-en-Mer (Morbihan) et l’Île d’Yeu (Vendée) – données Shom 1/50 000, Brest. Situation de Sandun (Guérande, Loire-Atlantique).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7591/img-2.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 3 : analyse comparative de la distribution des fosses à revêtement d’étanchéité, doubles ou multiples, du gisement de production de sel de la Molita en bordure du bassin de Sayula (Mexique) et du site néolithique et tène récente de Sandun en bordure du bassin de brière (Loire-Atlantique). d’après Letterlé et al., 1990 ; Liot, 1998.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7591/img-3.png
Fichier image/png, 440k
Titre Figure 4 : Plan du site de Salaisons (Boujan-sur-Libron, Hérault) et planches originales des découvertes mentionnées dans le texte : le plat décoré et le lot de lames (d’après Mary, Louis 1935). Cartographies des formations géologiques de surface dans la région de Béziers (Hérault). d’après cartographie BRGM.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7591/img-4.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Figure 5 : Cartographie morpho-littorale des sites néolithiques du Tavoliere (Italie - d’après Tinè 1983) et illustration comparative entre Passo di Corvo et les structures excavées et les céramiques des gisements de Barycz en Pologne (d’après Jodlowski, 1977) et Tuzla en Bosnie-Herzégovine (d’après Benac, 1978).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7591/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M

Auteurs

Laboratoire de Préhistoire et Protohistoire de l’Ouest de la France (UMR 6566 – CNRS) Université de Nantes
Service régional de l’archéologie (DRAC Languedoc-Roussillon)
Géolittomer, LETG (UMR 6554 – CNRS) Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540