Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sel de la Baie

 | 
Jean-Claude Hocquet
, 
Jean-Luc Sarrazin

Préface

Henri Touchard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Un colloque, pour quoi faire ? Et pourquoi un colloque sur le sel alors que, depuis la grande enquête sur le sel lancée à Lille par l’équipe de Michel Mollat et la création de la Commission Internationale d’Histoire du Sel dans les années 1980 se sont tenues déjà huit rencontres, notamment deux symposia internationaux, le dernier à ma connaissance à La Haye en 2000, et une bonne dizaine de réunions variées dans le monde que consacraient au sel des Sociétés savantes, des Universités comme celle de Brest dont les Actes (1491, La Bretagne, terre d’Europe, Brest et Quimper 1992) évoquent aussi le sel à propos des Hanséates ou des Portugais ! Et pourquoi ce succès permanent d’un produit certes utile, mais banal, sur lequel on a déjà beaucoup écrit et qui vient de donner l’occasion à Jean-Claude Hocquet (Hommes et paysages du sel, une aventure millénaire, Actes Sud, Arles 2001) de nous promener dans le monde entier à la découverte du sel sous toutes ses formes et en nous offrant une bibliographie choisie de 150 titres si tant est qu’on veuille en savoir plus ? Pourquoi revenir dans l’Ouest après La Bretagne des Marais salants, 2000 ans d’Histoire de Gildas Buron (1999) ? Alors pourquoi une poignée d’universitaires, de chercheurs du CNRS, de conservateurs de musées (Musée des marais salants à Batz-sur-Mer), de responsables, ont-ils passé de longues heures à organiser et à faire connaître leur projet, Le Sel de la Baie et ses concurrents à travers les âges, au risque d’être soupçonnés de vouloir offrir à quelques universitaires une nouvelle occasion de promenade et de détente (le roman satirique de Jean Dutours, Le Séminaire de Bordeaux, 1987, est resté dans beaucoup de mémoires).

2Colloque, congrès, séminaire, journée d’études, symposium, etc., sont des éléments nécessaires de la recherche. La plupart des chercheurs sont aussi – et heureusement – des enseignants, mais juste capables, les deux ou trois premières années, d’assimiler un enseignement général de base. Le chercheur reste dans un jardin fermé qu’il cultive dans la solitude. La floraison des Universités en a réduit beaucoup à un squelette de professeurs, chacun spécialisé, le médiéviste, le moderniste, l’antiquiste, etc., qui travaillent isolés, chacun dans ses propres soucis, une solitude que la création des unités mixtes de recherche par le CNRS ne brise pas vraiment.

3Ces réunions ne sont donc pas un luxe mais une nécessité : les chercheurs s’y retrouvent, apprennent les expériences de leurs collègues, les discutent, les comparent, et évitent les erreurs et les fatigues liées à la solitude. Ils y trouvent l’occasion de rencontrer les collègues étrangers, qu’il faut aussi entendre par étrangers à leur recherche, dont les soucis, techniques, éclairent par un questionnement concret ce que les textes ont d’abstrait : les relations actuelles de la saline avec les aléas météorologiques n’ont-elles pas joué un rôle, déjà, dans les salines médiévales, le prix de revient du sel n’est-il pas un élément affronté en son temps par les saliniers de Lunebourg, les sauniers de la Baie ou ceux de Setúbal ? Les contacts scientifiques créés par un colloque élargissent et enrichissent la matière que le chercheur traite et lui ouvre des horizons et des relations humaines profitables. Le colloque apporte aussi une réponse à un problème à la mode : tous les chercheurs cherchent-ils vraiment et méritent-ils les quelques avantages dont la maigreur peut surprendre par ailleurs ? Au colloque, le chercheur trouve l’occasion d’exposer une question, les solutions qu’il a dégagées, il subit le questionnement des auditeurs, les critiques de ses pairs, des anciens, du public non-spécialisé mais curieux : n’est-ce pas là un test meilleur que l’avis d’une commission débordée ou d’un homme lointain, fût-il directeur de thèse, souvent absorbé par quantité d’autres tâches plus ingrates ? La publication postérieure du texte et des discussions alimente le dossier du chercheur et un contrôle réel et sérieux est ainsi mis en place. Les réunions thématiques de chercheurs sont aussi un moteur essentiel de la recherche.

4Colloque, soit ! mais pourquoi encore le sel ? parce que le sel marque toute l’histoire humaine, dans le temps, l’espace, les techniques, l’économie, les structures sociales, la politique. Les expériences anciennes ont laissé des traces et les paludiers du xxie siècle naissant sont les héritiers directs de ceux du xe siècle sur lesquels ils apportent un éclairage aux historiens ; les techniques et les aléas des marais asiatiques, africains ou, plus près de nous, adriatiques, font revivre concrètement, toutes proportions gardées, les difficultés anciennes réduites, dans les textes, à des allusions abstraites. L’étude du sel offre à l’historien une plongée concrète dans le passé.

5L’histoire du sel, aussi riche soit-elle, achoppe sur des questions sans réponse qui, posées dans un colloque, suscitent des hypothèses nouvelles, des directions de recherche futures, voire, des réponses. Au hasard de mes réflexions, par exemple, voici pêle-mêle : comment, pourquoi et quand « les briquetages [qui] devaient être pendant presque une moitié de l’année une vaste usine discontinue préparant le sel » (P.-R. Giot) ont-ils cédé la place aux marais salants médiévaux ? doit-on faire des moines les initiateurs de cette nouvelle phase de l’histoire du sel (Émile Boutin) ou n’ont-ils été que les bénéficiaires, par les donations consenties par les créateurs laïques des marais, de marais déjà productifs ? Malgré l’influence des racines latines sur le vocabulaire technique des paludiers guérandais (Gildas Buron), l’existence à l’est de la « frontière linguistique » d’une communauté bretonnante encore très vivace au début du xixe siècle n’est-elle pas le souvenir d’une émigration de main-d’œuvre attirée par les aménageurs de salines, comme l’industrie de la Basse-Loire a créé, au xixe siècle, une « communauté linguistique bretonne » dans certains quartiers à l’ouest de Nantes ? Comment les Bretons qui assuraient chaque année (1475-1483) avec 339 bateaux 85 % des importations de sel à Arnemuiden en Zélande, n’ont-ils pas créé dans leurs ports cet esprit et ces ressources capitalistes que Fernand Braudel identifiait à l’origine des grandes découvertes (Le Monde de Jacques cartier) ? Quel colloque apportera des documents nouveaux qui éclairent les taux comparés des frets, les risques courus, et permettra d’évaluer le poids réel du sel dans les systèmes économiques d’autrefois ? Le sel ne serait-il pas une fausse bonne affaire, pour les marins comme pour les marchands ? à Venise, c’est évident (Jean-Claude Hocquet), mais ailleurs, et pour les autres ? Et on pourrait multiplier les exemples montrant que l’histoire du sel n’est nullement une histoire close.

6Quelle meilleure conclusion à mes propos que ces quelques lignes empruntées à Lucien Febvre et écrites en juin 1956 peu avant sa mort : « Il faut que cette tradition des colloques réunissant des hommes qui jusqu’à présent n’avaient pas grand contact les uns avec les autres se perpétue. Il faut que nous cherchions à créer une tradition de collaboration, de confraternité au sens le plus étroit du mot » (allocution de clôture du colloque Le navire et l’Économie maritime, 1957). Le présent colloque est bien tel que Lucien Febvre l’eut aimé !

Auteur

Recteur honoraire

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540