Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La télévision et les arts

 | 
Roxane Hamery

3. Partenaires et promoteurs du film sur l'art

Daniel Soutif1

Christophe Viart

Texte intégral

  • 1 Ce texte a initialement paru dans la revue Critique d’art, no 27, printemps 2006, p. 120.
  • 2 Papiers Journal : chroniques d’art 1981-1993, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1994.
  • 3 Voyages immobiles, Nantes, Le Passeur, 1994.

1Parmi la diversité des sujets abordés par Daniel Soutif au cours de ses différentes activités, le temps occupe une place importante. Ses deux livres parus en 1994, Papiers Journal2 et Voyages immobiles3, en témoignent au titre d’un travail d’écriture occasionné par la commande d’articles dans Libération ou de courtes fictions dans des catalogues d’exposition. Pour le critique appelé à écrire dans un temps décalé, le fait même d’exposer invite à réfléchir les rapports qui se donnent à voir entre présent et histoire. Il observe ainsi comment toute exposition constitue une opération sur le temps des œuvres et comment la perception se voit renvoyée à une autre perception. Les préoccupations de Daniel Soutif portent sur les formes du temps, non sur les modes ou les médiums. Seuls existent les artistes, rappelle-t-il suivant la formule de Gombrich. C’est que pour lui, l’art contemporain n’existe pas ou que « tout art a été contemporain », comme l’annonce l’œuvre en néon de Maurizio Nannucci reproduite en introduction de L’Art du XXe siècle paru sous sa direction en 2005 aux Éditions Citadelles et Mazenod.

  • 4 Clement Greenberg, Art et Culture. Essais critiques [1961], traduit de l’anglais par A. Hindry, Pa (...)

2Tel est aussi le sujet de la grande exposition pluridisciplinaire Le Temps, vite qu’il dirige au moment du passage au deuxième millénaire. Il est alors depuis 1993 directeur du département du Développement culturel au Centre Pompidou où il sera à l’origine de plusieurs collaborations avec la télévision. Le plaisir n’est pas négligeable, à l’égal de celui d’écrire, de montrer les signes du temps d’hier et d’aujourd’hui. Il est, pour cet agrégé de philosophie, affaire de goût partagé aussi bien pour les vanités de Gijsbrechts que pour les télescopages paradoxaux d’un Luciano Fabro ou d’un Bertrand Lavier. De même l’attachement pour Kant n’exclut pas les bonheurs que l’on trouve dans les déplacements poétiques de Raymond Hains ou de François Morellet. « Sans amour de l’art, la théorie de l’art vaudrait-elle seulement une heure de peine ? », demande Soutif. La question n’est pas sans évoquer le plaisir impérieux qui le conduisit à écrire en 1973 pour Jazz magazine avant de devenir critique d’art. Ainsi qu’il lui arrive de se référer à Clement Greenberg, il ne peut pas nier, à son tour, être de ces critiques qui « se sont éduqués eux-mêmes en public4 ».

3Les numéros des Cahiers du musée national d’art moderne qu’il conçoit en tant que rédacteur en chef de 1990 à 1994 reprennent cet intérêt pour dire et montrer ce que l’art donne à voir et ce que les mots donnent à entendre. Des livraisons dédiées à la peinture ou la photographie aux actes des colloques consacrés à Nelson Goodman et Greenberg, leur originalité ne reflète pas tant la variété de sujets remarquables, ni la qualité de contributions exceptionnelles, qu’elle ne rejoint l’engagement artistique de Soutif à communiquer à chacun le désir d’aller voir et penser par soi-même. Soit de donner au lecteur-regardeur les moyens de sa liberté : comme il se doit en matière d’art, conclut-il au terme d’un éditorial, c’est à ce dernier de juger.

4Après trois « années très productives » passées à la tête du centre d’art contemporain Luigi-Pecci à Prato en Toscane, Soutif dit vouloir aujourd’hui se consacrer à des projets plus personnels, comme le commissariat de l’exposition Le siècle du jazz, proposée au musée du Quai Branly en 2009. Il annonce l’édition d’un livre sur la marqueterie à la Renaissance dont on peut se plaire déjà à rapprocher le beau sujet avec les agencements qu’il décelât naguère à l’œuvre dans les fictions de Philippe Thomas.

Notes

1 Ce texte a initialement paru dans la revue Critique d’art, no 27, printemps 2006, p. 120.

2 Papiers Journal : chroniques d’art 1981-1993, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1994.

3 Voyages immobiles, Nantes, Le Passeur, 1994.

4 Clement Greenberg, Art et Culture. Essais critiques [1961], traduit de l’anglais par A. Hindry, Paris, Macula, 1988, p.  5. Cité dans Daniel Soutif, « Avant-propos », Papiers Journal, op. cit., p. 6.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540