Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La télévision et les arts

 | 
Roxane Hamery

3. Partenaires et promoteurs du film sur l'art

Dominique Païni

Odile Tankéré

Texte intégral

1À la croisée de l’art cinématographique et de l’histoire des Arts, les films produits par Dominique Païni lors de son passage au musée du Louvre entre 1988 et 1991 sont diffusés depuis plus de vingt ans aux visiteurs du musée et aux amateurs des Arts ; c’est ainsi que petits et grands découvrent émerveillés l’histoire d’une œuvre, le regard d’un historien ou une tranche de vie du musée.

2Né en 1947, Dominique Païni a consacré sa carrière à la diffusion de la culture cinématographique. Au début des années 1980, il dirige et programme plusieurs salles de cinéma à Paris dont le fameux Studio 43 mais aussi Le Bonaparte et le Studio des Ursulines. Quand il entre au Louvre en 1988 en tant que directeur des productions audiovisuelles, il s’agit d’inventer les modalités d’une production cinématographique au Louvre. Alors que le musée se transforme et prend une nouvelle dimension dans le cadre du Grand Louvre, Dominique Païni, soutenu par le directeur du musée, Michel Laclotte, dépoussière le film sur l’Art. La production audiovisuelle d’un musée a d’abord une valeur d’usage et non d’exposition, l’esthétique ne devant pas prendre le pas sur la vertu éducative du film. Les productions audiovisuelles ont donc un objectif pédagogique, étant « au service des collections » tout autant qu’au service du public. Ces « films sur l’art » associent conservateurs du musée, historiens de l’art et cinéastes qui renouvellent le discours sur l’art pour stimuler l’intérêt du spectateur. Ainsi, la première série produite par le Louvre, Palettes, réalisée par Alain Jaubert, décrit des tableaux à la manière d’une enquête policière, créant un suspense inattendu dans la description d’une œuvre. Le film peut aussi devenir une archive précieuse : ainsi la série des Entretiens qui donne la parole à de grands noms de l’histoire de l’Art, ou encore le film-témoignage La Ville Louvre qui fait découvrir les coulisses de l’institution au moment de sa transformation.

3Dominique Païni marque ainsi durablement son passage au Louvre, en investissant et en renouvelant le champ du documentaire sur l’Art, n’étant a priori pas enclin à développer la fiction produite par le musée. En 1991 il est appelé à la direction de la Cinémathèque française dont il dirige la rénovation. Comme au Louvre, l’enseignement et la pédagogie sont au cœur de son action au travers des conférences, des cours ou encore de la revue Cinémathèque. Il consacre également une attention particulière à la restauration et à l’enrichissement des collections de la Cinémathèque.

4Après dix années à la tête de la Cinémathèque française, Dominique Païni devient en 2001 directeur du département du développement culturel au Centre Pompidou. Prend alors forme l’idée d’exposer le cinéma et plusieurs événements rencontrent un succès indéniable ; citons les expositions Hitchcock et l’art en 2001 ou encore Cocteau en 2003.

5Devenu directeur de la fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence, il conçoit l’exposition Le noir est une couleur en 2006.

6Commissaire d’expositions, contributeur régulier de la revue Art Press ou épisodique des Cahiers du cinéma, Dominique Païni est aussi l’auteur d’ouvrages de référence dans le domaine des relations entre le cinéma et les autres domaines artistiques.

7Il nous livre ici la genèse et sa conception d’une production audiovisuelle au musée du Louvre.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540