Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La télévision et les arts

 | 
Roxane Hamery

2. Émergence d'une télévision dédiée à la « culture »

Paul Ouazan

Éric Thouvenel

Texte intégral

1Paul Ouazan travaille pour Arte (anciennement La Sept) depuis 1986. Il est co-responsable avec Claire Doutriaux de l’atelier de recherche d’Arte France, créé en 1998, qui propose de nombreux concepts d’émissions, ponctuelles ou régulières, dont une grande partie consacrées à la création artistique, sous ses formes les plus éclectiques et aventureuses.

2Il travaille d’abord pendant douze ans comme chargé de programmes à l’unité documentaire de la chaîne, sous la houlette de Thierry Garrel. Son intérêt pour les arts plastiques le conduit, en 1993, à reprendre Snark, émission créée deux ans auparavant par Louisette Neil et Thierry Garrel, et dont il fera la première fenêtre régulière sur le cinéma expérimental et l’art vidéo à la télévision française.

  • 1 Patrick Prado, « À propos de… Brut – Entretien avec Claire Doutriaux et Paul Ouazan », Xoana, no 5 (...)
  • 2 Commentaire du premier numéro de Brut, diffusé le 20 mai 1995.

3En 1995, avec Claire Doutriaux, il crée Brut, une émission hebdomadaire diffusée à 20h, consistant à « présenter et interroger les images du monde1 » à partir de rushes de documentaires et de reportages – en partie achetés, en partie produits pour l’émission – plutôt que des « versions adaptées aux formats courts des journaux télévisés2 ». Cette posture presque militante lui fera croiser la route de cinéastes comme Solveig Anspach, Serge Avedikian, Nurith Aviv, Pierre Carles, Sergueï Dvortsevoï, Harun Farocki, Philippe Grandrieux, Jean-Pierre Limosin, Serge Moati, Nicolas Rey, Claire Simon, et de collectifs comme ISKRA ou les Ateliers Varan. Les sujets concernent le Politique au sens large, et peuvent tout aussi bien traiter du trajet d’un leader syndical en route pour Matignon dans sa voiture de fonction que d’un livreur de pizzas, de la chute du Front National à Vitrolles après les élections municipales de 1995 que des rapports hiérarchiques en entreprise. On y voit déjà poindre ce qui sera la marque de fabrique des émissions ultérieures de Paul Ouazan : une mise en décalage volontaire vis-à-vis du réel, une forte appétence pour le poétique et une attention aux petites choses du quotidien, comme en témoigne l’un des derniers numéros, diffusé le 19 juin 1998, dans lequel la réalisatrice Conce Condina parcourt le monde pour demander à des gens de lui chanter une chanson qui a marqué leur enfance.

  • 3 Note d’intention référencée dans la base de données de l’INA concernant cette série d’émissions.

4Entre-temps il initie, seul ou avec Claire Doutriaux, d’autres émissions comme Extraterrestres, la preuve (29 août 1995) – qui écorne avec humour l’emballement d’une chaîne concurrente pour une vidéo truquée censée montrer l’autopsie d’un alien par l’armée américaine – ou Le Mystère des pyramides (29 mars 1996). Suivront également Paroles de réfugiés (7 juin 1999), Moi, maintenant (23 décembre 1999), ou encore Messages d’amour (14 février 2001). Mais c’est avec les cinq soirées Switch que la singularité de ces propositions émerge réellement : dans le cadre de la série des « Nuits de la Pleine Lune », ces émissions mensuelles proposeront de « découvrir des courts métrages expérimentaux, abstraits, art vidéo et performances privilégiant l’univers singulier d’un réalisateur ou d’un artiste mélangeant l’absurde, le burlesque et l’humour noir3 ». Switch diffusera ainsi, parmi bien d’autres, des films de Stan Brakhage, Rose Lowder, Len Lye, Schmelzdahin, Jack Smith, John Smith, James Whitney ou John Wood et Paul Harrison, c’est-à-dire non seulement la fine fleur de l’avant-garde cinématographique, mais surtout des artistes majeurs dont le travail n’avait jamais été montré à la télévision. Sans parler de la diffusion de Sleep d’Andy Warhol (1963, 5 h 20), qui suscitera une assez large couverture médiatique.

  • 4 Pendant cette période, Paul Ouazan continue à travailler sur d’autres projets plus ponctuels, esse (...)

5Le 29 janvier 2002 est diffusé le premier numéro de Die Nacht/La Nuit, qui bénéficiera d’une exceptionnelle longévité pour une émission de ce type, puisqu’elle a pris fin en décembre 2011, après exactement dix ans d’existence4. Tous les mois, Paul Ouazan a cherché avec Die Nacht à confronter des œuvres, des démarches, à présenter des visions poétiques du monde, à faire voir et entendre ce qui, en télévision, n’avait à priori pas droit de cité, et à le concevoir surtout comme un exercice de sensibilité et d’intelligence. Plus encore que pour Switch, la liste des artistes est impressionnante, et bien trop longue pour en donner ne serait-ce qu’un aperçu.

  • 5 Paul Ouazan, « Rêver, expérimenter », consultable sur le site internet d’Arte à l’adresse suivante (...)

6Paul Ouazan a répondu à mes questions avec un enthousiasme et une générosité qui en disent long sur le désir et l’énergie qu’il a sans doute fallu mobiliser pour faire exister dix ans durant, même sur une chaîne comme Arte, un programme aussi atypique et courageux que Die Nacht. J’ai découvert son travail à l’époque de Switch, par pur hasard, au gré d’une soirée de zapping un peu désœuvrée, c’est-à-dire, aussi, avec la disponibilité de regard que permet l’âge où les certitudes du goût n’ont pas encore trop pris racine en nous comme un lierre. Ma vision du cinéma comme de la télévision n’ont plus été les mêmes depuis. Le credo de ce travail mené depuis bientôt trente ans, nul ne l’a mieux formulé que Ouazan lui-même lorsqu’il écrivait sur le site internet d’Arte en mars 2006, à l’occasion du cinquantième numéro de Die Nacht : « Je crois que voir Die Nacht exige un peu d’attention, mais je crois aussi qu’on peut la voir tout en étant dans la lune5. »

Notes

1 Patrick Prado, « À propos de… Brut – Entretien avec Claire Doutriaux et Paul Ouazan », Xoana, no 5, « Images/Paysages », 1997, p. 155.

2 Commentaire du premier numéro de Brut, diffusé le 20 mai 1995.

3 Note d’intention référencée dans la base de données de l’INA concernant cette série d’émissions.

4 Pendant cette période, Paul Ouazan continue à travailler sur d’autres projets plus ponctuels, essentiellement des émissions musicales, comme Juke-box memories (2005), Klang (2006), Roots 67 (2007), Roots 70 (2010), Nighting eighties (2009), Crooner ! (2010) ou Don Giovanni, une expérience de télévision (2010).

5 Paul Ouazan, « Rêver, expérimenter », consultable sur le site internet d’Arte à l’adresse suivante : [http://www.arte.tv/fr/261180,CmC=1142088.html].

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540