Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La télévision et les arts

 | 
Roxane Hamery

2. Émergence d'une télévision dédiée à la « culture »

Alain Jaubert

Simon Daniellou

Texte intégral

1Les études consacrées au travail d’Alain Jaubert soulignent régulièrement la trop forte primauté accordée à la seule série Palettes (1987-2002). Et il est vrai que la renommée de cette émission qui s’est imposée par sa longévité et sa permanence comme une réussite télévisuelle exemplaire dans le domaine de l’art, tend parfois à occulter ses autres créations, pourtant nombreuses, aux thématiques et formats très variés. En effet, depuis le tout début des années 1980, ce journaliste, écrivain et réalisateur s’est illustré dans des dizaines de programmes télévisés, films documentaires et entretiens, ouvrages d’histoire de l’art et romans.

  • 1 « Ne trouvez-vous pas que ce thème a de l’insistance ? », Jankélévitch V., Ravel, Paris, Le Seuil, (...)

2Mais si rigueur scientifique et accessibilité documentaire caractérisent l’ensemble de son œuvre, il faut admettre que Palettes marque indéniablement le spectateur d’une empreinte impérissable. Quel amateur d’art n’a pas en mémoire la voix si particulière de Marcel Cuvelier décrivant avec un détachement malicieux les chefs d’œuvre de l’art pictural, et ces analyses d’une pédagogie exemplaire où le déploiement technique (radiographie, palette graphique, etc.) n’est jamais gratuit mais au service d’un discours réfléchi et mesuré ? La série est ainsi dotée d’une inaliénable identité et d’une humilité heuristique à l’image, nous semble-t-il, du chercheur. Car Alain Jaubert n’est pas du genre à affirmer son point de vue avec fracas. Son approche est celle d’un esprit scientifique dont on découvre les mérites analytiques à force d’insistance, au sens où Ravel disait par exemple que l’air de son Boléro avait de l’insistance1 : une sorte d’évidence dans la répétition et la variation subtile, une évidence du savoir qui ne balaye pas pour autant les questionnements interprétatifs et le plaisir que le spectateur éprouve à les faire siens. Ce rapport à la connaissance en ouvre au contraire l’étendue, découvrant un champ des possibles toujours plus large pour celui qui s’intéresse à la production humaine intellectualisée et médiatisée.

3Tandis que, depuis une dizaine d’années, Alain Jaubert privilégie la forme écrite pour entretenir l’esprit qui caractérise ses travaux, et que les opportunités d’aborder l’art à la télévision se raréfient, le plus souvent dans une médiocre course aux « pourcentages culturels », cet entretien est l’occasion de revenir sur une période révolue. Son attention à l’égard de nos interrogations et la précision apportée par ses réponses permettent ainsi de faire le point sur cette époque que nous pouvons aujourd’hui qualifier de dorée. Grâce au recul qu’offre cet entretien rétrospectif, elle prend une patine ne lui donnant que plus de valeur. Nous comprenons alors en filigrane qu’une télévision de qualité est avant tout un terrain d’expérimentations techniques et théoriques, un lieu de prises de risques où des personnalités diverses se rencontrent, s’associent et se complètent.

Notes

1 « Ne trouvez-vous pas que ce thème a de l’insistance ? », Jankélévitch V., Ravel, Paris, Le Seuil, coll. « Solfèges », 3e édition revue et augmentée, 1995 [1939], p. 194.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540