Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La télévision et les arts

 | 
Roxane Hamery

2. Émergence d'une télévision dédiée à la « culture »

Dominique Rabourdin

Frédéric Cavé

Texte intégral

1Le parcours de Dominique Rabourdin au sein de la production télévisuelle s’avère atypique puisqu’il a autant contribué aux shows de Jacques Martin dans les années 1980 qu’à l’aventure des émissions Océaniques ou Métropolis. Difficile donc d’apposer un dénominateur commun aux multiples activités de réalisateur, journaliste, critique, intervieweur, directeur de collections, écrivain et rédacteur en chef que tint Dominique Rabourdin à partir de 1968, si ce n’est par l’attache de ses deux passions : le cinéma et la littérature.

2Évoquant les différents milieux auxquels il fut attaché (la cinéphilie, le surréalisme) et ses activités multiples (au sein d’équipes de tournage, de production…), Rabourdin ne tire jamais la couverture à lui dans les propos qui suivent et ne cesse de faire appel à d’autres noms. Son témoignage illustre bien à ce sujet l’amitié qui liait les différents collaborateurs/collègues/amis, ainsi que les réseaux entretenus pour se permettre la liberté la plus grande. Sans véritablement évoquer une vision de ce que peut ou doit être (sur le plan idéologique, marketing…) l’art à la télé, il s’agit de se remémorer ici les opportunités offertes par des structures audio-visuelles qui furent propices à accueillir des pensées originales. L’entretien qui suit montre comment une passion et des goûts personnels ont pu déterminer la mise en place de certaines émissions, au-delà d’une actualité médiatique, imposant finalement au spectateur autant de questions que de réponses, autant de visages anonymes que d’œuvres célébrées. Car ce qui importe dans cette accumulation d’images et interviews-fleuves, c’est de conserver la pensée esthétique. La frivolité de la télévision contrecarre souvent le vœu vertueux de la dignité et Dominique Rabourdin n’aura de cesse d’affirmer qu’il faut laisser du temps à la télévision (que ce soit dans les interviews, les émissions réalisées ou dans les extraits de films présentés) pour résister à la logique du flux, de plus en plus difficile à surmonter à partir des années 1980-1990.

  • 1 Julien Gracq, Lettrines [1967], Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade » (...)

3Par l’évocation de l’aventure particulière de Métropolis, Dominique Rabourdin raconte enfin, sous l’enthousiasme, les difficultés rencontrées progressivement au cours des années 2000. Il semble faire émerger des dernières conclusions tenues, cette phrase célèbre de Julien Gracq (dont Rabourdin était proche) : « Tant de mains pour transformer ce monde et si peu de regards pour le contempler1 ! »

Notes

1 Julien Gracq, Lettrines [1967], Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1995, p. 210.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540