Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La télévision et les arts

 | 
Roxane Hamery

1. « Informer, cultiver, distraire », 3 missions mais des pratiques diverses

Teri Wehn-Damisch

Christophe Viart

Texte intégral

1Née à Paris, Teri Wehn-Damisch a vécu à New York avant de débuter comme productrice pour la télévision française en 1975 et de poursuivre plus tard en tant que réalisatrice. Les seuls noms de Zig Zag (1975-1981), Ping-Pong (1977-1981), Domino (1983-1984), Tintam’arts (1983-1985) résonnent de l’esprit de création qui caractérise sa démarche et de la volonté d’innovation qu’encourageaient alors les deux chaînes publiques TF1 et Antenne 2. C’est en particulier avec l’émission Zig Zag, que Teri Wehn-Damisch donne à voir les grandes expositions internationales du Centre Georges Pompidou : Paris-New York (1977), Paris-Berlin (1978), Paris-Moscou (1979), Paris-Paris (1981). Elle en confie la réalisation à des auteurs talentueux comme Yves Kovacs ou Pierre Desfons. L’émission ne se limite pas à rendre compte d’un événement exceptionnel, mais elle lui apporte une dimension originale à la manière dont les catalogues de ces manifestations devaient étendre l’art de l’exposition sur d’autres territoires esthétiques. Sur l’écran, elle invite non seulement à découvrir les œuvres mais à entendre les voix d’autres regardeurs et commentateurs. Ce sont par exemple Pierre Boulez, John Cage, Clement Greenberg, Robert Motherwell, Claude Levi-Strauss, Charlotte Perriand, Nathalie Sarraute, Victor Vasarely, Pierre Schaeffer, Vladimir Stenberg, François Truffaut. Ce sont aussi les propos de Jean-François Lyotard et de Denis Roche invités à parler de Francis Picabia, ou les témoignages de Jacques Damase et de Julio le Parc au sujet de Sonia Delaunay.

2Si elle accompagne toujours de grands projets d’exposition comme Traité du trait au musée du Louvre en 1996 avec Hubert Damisch ou Le Temps, vite au Centre Pompidou en 2000 avec Daniel Soutif, Teri Wehn-Damisch se consacre à partir de 1983 à l’écriture et à la réalisation de films de création tournée vers l’œuvre et la personnalité d’un seul auteur. Après Gisèle Freund ou André Kertesz, ce sont en particulier les trois films processuels attachés aux démarches complexes de figures majeures de l’art contemporains : Robert Morris, The Mind/Body Problem, Work in Progress en 1995, Luciano Fabro, Vademecum en 1996, Sur la longueur d’onde de Michael Snow : Zoom arrière en 2001. Chacun à sa manière tend à donner une réponse à la question que devait poser Gilles Deleuze lors de sa conférence à la Femis en 1987 : « Qu’est-ce qu’avoir une idée au cinéma ? » Les portraits remplis d’humanité que Teri Wehn-Damisch a réalisés de Phyllis Bronfman Lambert (2007), de Françoise Héritier (2008), de Julia Kristeva (2010) et d’Umberto Eco (2012) ne disent pas autrement, au travers des vies de ces figures marquantes, qu’une œuvre est irréductible à toute communication, mais qu’en revanche, comme le pense Deleuze, il y a une affinité fondamentale entre la création et l’acte de résistance.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540