Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La télévision et les arts

 | 
Roxane Hamery

1. « Informer, cultiver, distraire », 3 missions mais des pratiques diverses

Claude Ventura

Antony Fiant

Texte intégral

1Claude Ventura est né en 1940. Après des études de lettres et d’architecture il entre à la télévision française en 1962 où il devient l’assistant de Marcel Bluwal puis réalisateur à compter de 1966. Il réalise alors des sujets ou reportages souvent liés à la création artistique pour des émissions comme 5 colonnes à la une, Panorama, Tel quel, Eurêka ou encore Initiation à la musique.

2Pour la célèbre émission de Marc Gilbert Italiques (1971-1974) Ventura réalise des portraits d’artistes comme Jean-Michel Folon (1973) ou Jacques-Henri Lartigue (1974). Pour d’autres émissions (Bande à part, La Saga des Français…) il tourne également des portraits ou enquêtes à caractère social. Combinant ce type de préoccupations et sa passion pour la musique, il signe en 1974 Un jour futur, véritable portrait musical de Liverpool sur les traces des Beatles. Tout au long de la décennie 1970 Ventura participe à de nombreuses émissions musicales (Tous en scène, Chorus, Pop 2, La Leçon de musique…) qui renouvèlent considérablement la manière de filmer la musique à la télévision.

3La décennie suivante sera grandement consacrée au cinéma puisqu’il fonde avec Michel Boujut et Anne Andreu l’émission Cinéma, cinémas programmée à un rythme hebdomadaire à partir de janvier 1982. Ventura s’y consacre pleinement comme producteur, réalisateur, concepteur… délaissant délibérément la fonction informative et publicitaire des émissions de cinéma à la télévision pour en faire une émission de réalisateurs soucieuse d’une diversité d’approches en même temps que de questions formelles dans le traitement des sujets. À cette occasion il collabore très régulièrement avec André S. Labarthe et Philippe Garnier avec lequel il signe de nombreux sujets tournés à Hollywood.

4Avec la fin de l’émission en 1991 Ventura retrouve une certaine indépendance en n’étant plus aussi lié à une émission en particulier même s’il collabore ponctuellement à certaines, notamment L’Art et la manière, l’émission d’Arte consacrée aux artistes contemporains entre 2005 et 2011. Il peut alors revenir librement sur les centres d’intérêts qui ont toujours été les siens : la musique (Johnny Halliday, All Access en 1995), le cinéma (Chambre 12, Hôtel de Suède en 1993, documentaire revenant sur le tournage d’À bout de souffle), la littérature (Scott Fitzgerald, Retour à Babylone en 1998), la peinture (Guy Peellaert pour L’Art et la manière en 2005, Jacques Monory en 2006), la photographie (Saul Leiter en 2010, Bruce Davidson en 2011, tous les deux pour L’Art et la manière également) mais aussi les sujets sociaux avec En quête des sœurs Papin (2000) minutieuse enquête sur la célèbre affaire réalisée pour le cinéma.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540