Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La télévision et les arts

 | 
Roxane Hamery

1. « Informer, cultiver, distraire », 3 missions mais des pratiques diverses

Carlos Vilardebó

Roxane Hamery

Texte intégral

1Né en 1926, Carlos Vilardebó fait partie de cette génération de cinéastes qui accède à la réalisation au début des années 1950, grâce à la vogue du court métrage initiée par l’interdiction du double programme (en décembre 1940). Assistant, entre autres, de Jacques Becker (Antoine et Antoinette en 1947 et Rendez-vous de juillet en 1949), Julien Duvivier (La Fête à Henriette en 1952), Pierre Billon (Du Guesclin en 1948, Monsieur Grock et Agnès de Rien en 1949, Mon phoque et elles en 1951), Jean Grémillon (les courts métrages Astrologie et Alchimie en 1951 et 1952) et conseiller technique d’Agnès Varda sur La Pointe courte (en 1954), sa filmographie personnelle est essentiellement composée de courts métrages réalisés entre 1948 et 1990. Carlos Vilardebó n’aura en effet réalisé qu’un seul long métrage, Les Îles enchantées en 1964, film contemplatif adapté d’Herman Melville avec Amalia Rodrigues, Pierre Vaneck et Pierre Clementi.

2Tributaire jusque dans les années 1960 du contexte d’un cinéma de commande imposé par les modes de financement du court métrage, il parvient néanmoins à développer (comme quelques-uns de ses contemporains tels Alain Resnais ou Georges Franju) un univers et un style personnels qui font rapidement de lui l’un des réalisateurs majeurs de la firme Pathé au sein de laquelle il entreprend des projets nombreux. Avec Vivre en 1958, La Petite Cuillère en 1960 ou encore Le Cirque Calder en 1961, il donne au court métrage certaines de ses plus belles productions.

  • 1 François Porcile, Défense et illustration du court métrage français, Paris, Le Cerf, 1965, p. 14.

3En 1965, dédiant Défense du court métrage français, ouvrage de référence sur le sujet, à André Martin et Carlos Vilardebó, François Porcile définit l’originalité et la richesse de la forme courte par des mots tout indiqués pour désigner le cinéma de Vilardebó : « [le court métrage] sert d’abord de banc d’essai pour les réalisateurs débutants ; ensuite, son caractère expérimental lui permet de s’attaquer à des sujets impossibles à traiter dans le domaine du long métrage : il est l’art de la rapidité, de l’ellipse, de l’allusion, du raccourci, de la rigueur, de la sobriété, de la clarté1. »

4Mais, le peu d’échos rencontré par son long métrage et la difficulté d’imposer ses projets personnels, contraignent Vilardebó à se lancer dans la réalisation télévisuelle à partir de 1965. Les succès rencontrés par ses films courts consacrés aux arts, tel La Petite Cuillère qui lui valut une belle renommée, le conduisent à entreprendre essentiellement des sujets consacrés aux arts plastiques (portraits d’artistes ou séries sur l’histoire de l’art). Esprit radical, indépendant, peu enclin aux concessions, Carlos Vilardebó alterne alors sujets de commandes et projets personnels sans jamais renoncer à ses exigences formelles. Entre cinéma et télévision, il s’affirme comme l’une des personnalités majeures du film sur l’art, un témoin essentiel qui expérimenta les modes de production et de réalisation de l’un et l’autre des médiums, en cerna les possibilités mais aussi les limites.

Notes

1 François Porcile, Défense et illustration du court métrage français, Paris, Le Cerf, 1965, p. 14.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540