Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La télévision et les arts

 | 
Roxane Hamery

1. « Informer, cultiver, distraire », 3 missions mais des pratiques diverses

Jean-Christophe Averty1

Bernard Papin

Texte intégral

  • 1 Ce texte a initialement paru dans la revue Télévision, no 2, 2011, p. 136-138.
  • 2 En 1965, Les Raisins verts s’arrêtent après une saison du fait du scandale que cette émission de v (...)

1Il n’y a sans doute pas dans l’histoire de la télévision française de réalisateur plus détesté par les uns – le « grand public » ou du moins ceux qui parlent en son nom – et plus célébré par les autres – une grande partie de la critique et, au début de sa carrière du moins, l’institution télévisuelle. Couvert de prix et de récompenses, honoré à l’étranger2, Jean-Christophe Averty a toujours divisé, ce qui n’était pas pour lui déplaire… Depuis la fin des années 1980, il n’a plus guère travaillé pour le petit écran mais il est entré au Panthéon de la télévision (ce qui ne peut manquer de provoquer le rire « hénaurme » de cet admirateur de Jarry !) : on a canonisé « le Méliès de la télévision » (C. Bosseno, 200 téléastes français, 1989), celui qui « seul au monde […] aura cru que la télévision pouvait servir la création » : hommage du « zappeur » cinéphile Serge Daney (Le Salaire du zappeur, 1987) au plus grand des téléastes…

2Ce diplômé de l’Idhec, entré à la télévision en 1952, n’a jamais fait que de la télévision et a tout fait à la télévision : « quelque chose comme 2 500 émissions, tout compris », confie-t-il au cours de son entretien avec François Jost et Marie-France Chambat-Houillon, des variétés, des reportages et documentaires, des émissions pour la jeunesse, des dramatiques, des retransmissions de rencontres sportives (auxquelles il avoue bien volontiers ne rien comprendre), des interludes aussi – et même la météo et la messe en direct (doublement « effroyable » pour un mécréant farouche opposant au direct à la télévision) ! Et bien entendu, des émissions de jazz (le jazz, « la moitié de [sa] vie »).

3On admire aujourd’hui celui qui disait vouloir faire de l’image de télévision un phénomène exclusivement « électronique » (J. Siclier, Un homme Averty, 1976) et qui prétendait, dès les années 1960, « tuer la convention du réalisme » d’une télévision « calendrier des Postes » (entretien avec J. Siclier, Télérama, juillet 1964). De son propre aveu, il est plus metteur en page que metteur en scène ou réalisateur : « toutes les émissions importantes étaient faites sur story-board, oui, je les dessinais. » Celui qui se dit très influencé par des peintres comme Picabia ou Braque donne à l’image télévisuelle une plasticité inédite : dans ses dramatiques ou ses émissions de variétés, utilisant toutes les ressources de l’image video, il pratique l’absence de profondeur de champ et supprime les décors mettant ainsi l’image à plat, renonce aux gros plans (considérés pourtant par d’autres téléastes comme une des caractéristiques majeures de l’écriture télévisuelle) et multiplie les incrustations et les collages dans l’image qu’il démultiplie à l’envi. Il miniaturise les personnages qu’il transforme en poupées ou marionnettes, joue sur le noir et blanc inventant ainsi un « néo-expressionnisme » qui donne le tournis à certains téléspectateurs qui croient (de mauvaise foi) que l’image de leur récepteur se brouille…

  • 3 Voir notre article : « L’humour sinistre des Raisins verts (Averty). Une incongruité télévisuelle  (...)

4Mais il n’y a pas que ses jeux avec l’image qui dérangent : enfant du Surréalisme et de la bande dessinée américaine des années 1940, Averty invente, avec le professeur Choron, fondateur d’Hara Kiri, un humour noir et féroce, « bête et méchant », qui agace les gencives des téléspectateurs des Raisins verts [1963-1964]3… Dans le domaine de la dramatique, là où ses confrères réalisateurs, à quelques exceptions notables cependant, se contentent pour l’essentiel d’explorer un grand répertoire patrimonial français plutôt consensuel, il adapte pour la télévision Jarry (Ubu roi, 1965) ou Apollinaire (celui des Mamelles de Tirésias, 1982) provoquant là encore des vagues d’incompréhension. On ne pardonnait pas à ce contempteur d’un humanisme « toujours sur fond bleu (André Breton) de ne faire l’apologie de la bêtise que pour mieux la dénoncer » (Télérama, novembre 1963).

5Sans véritable postérité, du moins à la télévision, ce videographe magicien des « mises en page électroniques » (« Vidéaste, c’est une horreur ») répugne à faire œuvre : « À vrai dire, la télévision, c’est que des brouillons. J’ai jamais pu faire que des brouillons, que des brouillons. »

Notes

1 Ce texte a initialement paru dans la revue Télévision, no 2, 2011, p. 136-138.

2 En 1965, Les Raisins verts s’arrêtent après une saison du fait du scandale que cette émission de variétés iconoclaste provoque en France… et obtient un Emmy Award. Jean-Christophe Averty part alors travailler trois ans aux États-Unis où il refait les Raisins verts avec Jerry Lewis et Sammy Davis Junior.

3 Voir notre article : « L’humour sinistre des Raisins verts (Averty). Une incongruité télévisuelle ? », Humoresques, no 28, automne 2008, p. 131-142.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540