Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La télévision et les arts

 | 
Roxane Hamery

1. « Informer, cultiver, distraire », 3 missions mais des pratiques diverses

Jean-Marie Drot

Roxane Hamery

Texte intégral

1Né en 1929, Jean-Marie Drot débute sa carrière de réalisateur à la télévision au tout début des années 1950 où il réalise deux premières séries de documentaires sur l’art au banc-titre intitulées Le Cabinet des estampes (1951-1954) d’après la collection de la Bibliothèque nationale de France et Correspondances (1951-1953) qui repose sur l’idée d’un dialogue entre un peintre et un écrivain. Bien vite il s’illustre par des séries de portraits, partant à la rencontre des arts et des artistes du monde entier : L’Art et les Hommes (1955-1987), Les Heures chaudes de Montparnasse (1963-1964, version restaurée entre 1978 et 1992), Journal de voyage (1962-1976), Journal de voyage avec André Malraux (1977-1979), Les Naïfs (1970-1996).

  • 1 Jean-Marie Drot, « Réveillons-nous », lettre aux membres de l’association Scam-Velasquez, datée du (...)

2Engagé dans la défense d’une télévision de service public de qualité, il devient en 1960 secrétaire général du syndicat des réalisateurs et créateurs de télévision. Gréviste en 1968, il est temporairement éloigné de l’antenne dans les mois qui suivent et ses émissions disparaissent des grilles des programmes. Cet engagement ne se démentira jamais. Dans les années 1980, il participe ainsi aux côtés de Jean-Michel Meurice au groupe de réflexion qui sera à l’origine de la création de La Sept. Élu en 1995 et réélu en 1997 à la présidence de la Société civile des auteurs multimédias (SCAM), il est aujourd’hui Président de l’association Scam-Velasquez et continue d’œuvrer pour la reconnaissance et la valorisation du travail accompli par nombre d’auteurs et réalisateurs du domaine de l’audiovisuel. Homme de combat, ses prises de parole récentes l’ont conduit à interpeller Nicolas Sarkozy puis François Hollande sur la place de la culture à la télévision. À l’heure où se multiplient les chaînes de la TNT, il dit ainsi sa colère de constater que « pour les responsables de France Télévisions, culture et lien social ne sont plus au centre de leur politique des programmes1 ».

3Également poète et romancier, ses engagements et sa polyvalence l’ont enfin conduit à être conseiller culturel auprès de l’ambassade de France en Grèce entre 1982 et 1985 puis directeur de la villa Médicis entre 1984 et 1994.

Notes

1 Jean-Marie Drot, « Réveillons-nous », lettre aux membres de l’association Scam-Velasquez, datée du 22 février 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540