Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La subjectivité au cinéma

 | 
Dominique Chateau

Conclusion

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Il y avait, semble-t-il, une analogie intriguante entre l’approche phénoménologique du cinéma et la conception réaliste de ce médium : l’une et l’autre le ravaleraient à montrer les choses elles-mêmes. On pouvait considérer que cette analogie exprime une heureuse connivence de la théorie et de l’idéologie, n’était qu’elle est une pure illusion reposant sur une ressemblance superficielle. Le « retour aux choses elles-mêmes », au sens de Husserl, n’a rien à voir avec l’idée que le cinéma représenterait « la chose elle-même ». Car l’objectif husserlien n’est en aucune façon un retour au réel brut tel que nous le pratiquons quotidiennement. On a vu ainsi que les modèles positionnels ou par esquisses nous permettent de ne saisir le film qu’abstraitement, non point en tant que fait réel, c’est-à-dire du point de vue de la complexité à la fois réelle et mentale collée à sa pellicule ou apportée de l’extérieur ; appréhendés selon la phénoménologie husserlienne, « tous les “vécus”, après la ...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540