Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité au cinéma

 | 
Dominique Chateau

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y avait, semble-t-il, une analogie intriguante entre l’approche phénoménologique du cinéma et la conception réaliste de ce médium : l’une et l’autre le ravaleraient à montrer les choses elles-mêmes. On pouvait considérer que cette analogie exprime une heureuse connivence de la théorie et de l’idéologie, n’était qu’elle est une pure illusion reposant sur une ressemblance superficielle. Le « retour aux choses elles-mêmes », au sens de Husserl, n’a rien à voir avec l’idée que le cinéma représenterait « la chose elle-même ». Car l’objectif husserlien n’est en aucune façon un retour au réel brut tel que nous le pratiquons quotidiennement. On a vu ainsi que les modèles positionnels ou par esquisses nous permettent de ne saisir le film qu’abstraitement, non point en tant que fait réel, c’est-à-dire du point de vue de la complexité à la fois réelle et mentale collée à sa pellicule ou apportée de l’extérieur ; appréhendés selon la phénoménologie husserlienne, « tous les “vécus”, après la ...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540