Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité au cinéma

 | 
Dominique Chateau

Chapitre VII. Représenter la tristesse à l’écran

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Mettons qu’il nous faut représenter la tristesse à l’écran » : je prends au vol ce problème formulé par Eisenstein1. Un film qui représente la tristesse est-il un film triste ? Est-il un film dont le contenu représenté est triste en lui-même (genre Love Story), ou bien un film qui représente tristement un certain contenu ? Par-delà la seule tristesse, il s’agit de l’expression du sentiment et de savoir si elle réside dans ce qui est filmé ou bien dans la manière de le filmer et de l’organiser en texte filmique. Mais s’agit-il là d’une alternative ? Le champ sémantique de « triste » s’étend de la subjectivité – « Ô triste triste était mon âme/À cause à cause d’une femme » (Verlaine) – à l’objectivité – le chevalier à la triste figure, Don Quichotte. Le sentiment en général est un état affectif qu’un individu éprouve tantôt comme une disposition plus ou moins permanente de son affectivité, tantôt comme l’effet d’un donné extérieur sur son affectivité ; comme disposition le sentiment...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540