Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité au cinéma

 | 
Dominique Chateau

Chapitre VI. Mondes possibles et ciné-mondes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On parle de procédé local en peinture ; locaux sont aussi les procédés de représentation du vertige, de l’hallucination ou de tel ou tel rêve de personnage. Mais, comme il est apparu déjà dans le chapitre précédent à l’occasion du développement sur l’hallucination paradoxale, la relation du film au rêve dépasse le local. S’est profilée, par ébauches, l’idée que le statut même du film de fiction, son statut global, implique un travail subjectif qui surdétermine toute l’étendue audiovisuelle du film, et dont le grand imagier, à l’input poïétique, et le spectateur, à l’output esthétique, partagent la présupposition : un film de fiction actualise un monde possible. On pense par monde possible quand on évalue la possibilité de quelque chose, objet, événement ou proposition, à l’aune d’un système de référence. Ou bien ce système, ce monde, est actuel, ou bien il a été, ou bien il sera, ou bien il pourrait être. Réduisons la question aux deux grandes catégories connues depuis Aristote : le...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540